Édition du
27 July 2017

URGENT : Mohamed Baba Nadjar dans un état critique à son 16e jour de grève de la faim

A son 16e jour de grève de la faim, Mohamed Baba Nadjar est dans un état critique selon les informations qui nous sont parvenues aujourd’hui de son frère qui lui a rendu visite ce jour à la sinistre prison de Babar (Khenchela). Mohamed ne peut plus se déplacer seul. Il a été transporté au parloir par deux gardiens. Pâle et très amaigri, il parle avec difficulté. Eprouvant une gêne à respirer, Il a eu à peine la possibilité de dire à son frère qu’il était décidé de poursuivre la grève de la faim illimitée entamée le 19 décembre dernier et qu’au jour d’aujourd’hui aucune autorité administrative ou judiciaire n’est venue s’enquérir de sa situation.

Alger le 03 janvier 2011

Dr Salah-Eddine Sidhoum

Dr Kameleddine Fekhar

Comité International de soutien à Mohamed Baba Nadjar.


Nombre de lectures : 1093
5 Commentaires sur cet article
  • belka
    3 janvier 2011 at 16 h 05 min -

    a vous messieurs les hommes libres de ce pays……………………………………..de toute facon seul la mort est la vraie realité ne le laissons pas mourrir .




    0
  • Laïd DOUANE
    3 janvier 2011 at 20 h 15 min -

    Permettez-moi de reprendre un commentaire précédemment publié, car au-delà de 15 jours de grève de la faim, c’est presque pareil et fatidique; je ne peux rien dire d’autres que de prier que cette grève s’arrête.
    Voici le commentaire:
    Laïd DOUANE dit :
    2 janvier 2011 à 10 h 45 min
    J’ai participé nombre de fois à des grèves de la faim et je sais ce que c’est ; Au 15ème jour on n’est plus maître de soi ; c’est le début de l’enfer sur terre ; on voit rouge et noir et on hallucine à mourir. On se regarde de l’intérieur et on sent son devenir s’éloigner ; on se voit moins que rien. Pour ceux qui n’on jamais goûté de la mort, c’est le moment propice pour la haïr et l’interdire même pour son ennemi ! Si Baba Nedjar est comme moi, c’est-à-dire vulnérable, il doit souffrir seul dans sa prison et doit regretter d’avoir fait de la politique dans un pays où tout marche à l’envers. Il aura à dire que les humais sont tous des monstres, lui qui sait, peut-être, qu’il est innocent !
    Il me fait pitié ce Baba Nedjar ou c’est plutôt moi qui ai pitié de MOI ; J’ai honte de vivre quand des gens meurent dans un climat d’injustice, mais surtout d’indifférence ; Un pays musulman zaâma !
    Je ne suis pas entrain de défendre Baba Nedjar que je ne connais pas ou de dénigrer la justice qui tout de même n’est pas pour rendre un verdict pareil si on ne lui a pas présenté des éléments et des pièces à conviction. Pour autant, il y a un fait nouveau : Baba Nedjar réclame son innocence, donc il sollicite qu’on enquête sur son cas avec toutes les supposition que cela peut impliquer y compris l’aggravation de son cas ; Ce que nous souhaiterions tous, c’est qu’on s’intéresse à lui, et ça sera dans l’intérêt même de la justice et surtout de la crédibilité de l’état sans quoi rien ne marche.
    Comme tous mes compatriotes, nous revendiquons l’accord d’intérêt de l’état à ses citoyens quitte à subir quelques désagréments politiques. Qu’on n’ait pas peur que la chose devienne un précédent, et même dans ce cas, l’état doit se montrer digne de ses missions. Pour l’état justement, c’est une occasion de démontrer qu’il a compris sa vraie raison d’être ; celle de donner la vie, la joie et le bien être, non de condamner, de pousser à la harga et de faire regretter le citoyen d’avoir été algérien ! On veut que l’état prenne l’initiative et agit sans relâche pour que le citoyen reprenne confiance ; un brin de confiance car dans tous le cas, une confiance perdue est une âme perdue !
    Enfin, si le pouvoir algérien était un homme, je lui dirais que l’affaire Baba Nedjar cache des choses et des choses ; pour le prix de son maintien, je le conseillerais de jeter un œil même suspect sur son dossier ; ça lui rapportera, ne serait-ce qu’un peu d’estime. Nous sommes des millions à croire, peut-être naïvement, que Baba Nedjar est innocent. Nous demandons un petit service : une enquête judiciaire qui donnera peut-être de la vie et qui renforcera la justice ! Sinon, qu’on fasse le compte des erreurs !
    Laïd DOUANE




    0
  • Laïd DOUANE
    3 janvier 2011 at 20 h 59 min -

    Si Baba Nadjar meurt suite à cette grève de la faim, c’est que nous ne méritons pas d’être un peuple et notre histoire sera polluée ; S’il lui arrive quoi que ce soit, sans pour autant bouger dans le sens de conquérir la vérité, c’est que ce pays mérite qu’on le qualifie de cruel! Or, cette grève de la faim doit être arrêtée quitte à perdre des plumes politiques; Sinon que perdrait-il Monsieur Bouteflika s’il décidait humainement de prendre en charge cette affaire? Tout au contraire, il aura tout gagné, surtout s’il s’avérait, et c’est for probable, que Baba Nadjar est innocent. Sinon, on aura quand même démontré que nous somme un peuple qui mérite son histoire !
    Voici la bonne cause où il faut investir Monsieur Bouteflika!
    وفي ذلك فليتنافس المتنافسون.. » »




    0
  • Bahmed Bakir
    3 janvier 2011 at 22 h 19 min -

    Il a fallu 15 jours pour que la LADDH, version Bouchachi réagisse par un timide communiqué passé inaperçu. Alors que dans cette ligue, il y a des avocats qui ont plaidé l’affaire Baba Nadjar. Est-ce que l’affaire de ce malheureux citoyen de notre ville perdue de Ghardaïa n’est pas porteuse politiquement et médiatiquement pour soigner l’image de nos chakhssiyates des droits de l’homme?




    0
  • Nourredine BELMOUHOUB
    4 janvier 2011 at 20 h 36 min -

    @ Bahmed Bakir
    Cher frère et concitoyen,
    Je ne sais pas quel est Votre point de vue en ce qui concerne les droits de l’homme en Algérie, cependant permettez moi de Vous dire Cher ami, que Vous me paraissez d’une naïveté déconcertante, pourquoi, parce que vous semblez avoir cru ‘naïvement’ que Messieurs les pseudo « défonceurs » des droits de l’homme, sont la pour défendre les droits de la personne humaine, pour Votre gouverne, cher concitoyen, je Vous fais savoir en mon ame et conscience que ces gens, ne sont là que pour et par amour du Koursi, de positions de confort et pour voyager, fallacieusement au nom des droits de l’homme.
    Autre chose, durant les moments difficiles, je n’ai jamais rencontré ces gens sur les terrains de lacrymogène et des balles perdues,, durant les moments difficiles, ils y avaient des rares défenseurs des droits de l’homme, qui contre vents et marées, ont consenti de lourds, et payé le prix fort, et si c’est à refaire, nous descendrons aux arènes, à chaque fois que les gladiateurs se déchainent. Ceci dit, Mohamed Baba Nadjar à besoin du soutien des hommes réellement libres, et d’une certaine force, que seul Dieu lui procurer.
    Mes Salutations à nos frères de la Vallée du M’zab
    Nourredine BELMOUHOUB
    Défenseur « Libre » des Droits de l’homme
    P.S : Il n’y a pas de Ligue Algérienne pour la Défense des Droits de l’Homme, il y à DEUX Ailes, comme si la Ligue est un emplumé.




    0
  • Congrès du Changement Démocratique