Édition du
22 July 2017

URGENT : Les quartiers populaires d’Oran s’embrasent !

URGENT : Les quartiers populaires d’Oran s’embrasent !

Nous venons d’apprendre de nos compatriotes  d’Oran qu’un vaste mouvement populaire de contestation est entrain de se développer dans plusieurs quartiers populaires de la ville depuis la mi-journée. Plusieurs boulevards et rues ont été fermés à la circulation par les jeunes manifestants en érigeant des barricades et en allumant des pneus. La tension est très vive et de nombreux magasins ont baissé leurs rideaux pour éviter d’éventuels pillages. Des renforts de brigades anti-émeutes seraient arrivés en milieu d’après-midi. Cette situation résulterait de l’augmentation irréfléchie des produits alimentaires.

Nous invitons nos compatriotes d’Oran à nous envoyer d’éventuelles photos et vidéos de ces mouvements populaires de contestation.


Nombre de lectures : 3885
13 Commentaires sur cet article
  • brahmi16
    5 janvier 2011 at 21 h 52 min -

    DE violentes emeutes ont eclatées dans plusieurs quartiers dont Bab el oued et une partie d’ alger.c’ est octobre 88 inchallah .Le peuple s ‘est reveillé.A oran egalement selon des voyageurs en provenance de la ville, des manifestants se sont violemment opposés à l ‘armée.




    0
  • Amine
    5 janvier 2011 at 22 h 04 min -

    Salam alaikoum
    Premières vidéos des émeutes d’oran.
    http://www.youtube.com/watch?v=VrT9OZN1dCc
    http://www.youtube.com/watch?v=odxCkdam8BI
    http://www.youtube.com/watch?v=GfhPpMzxDTM
    Sur l’ENTV, comme d’habitude rana labess tout va bien, wel prisidène, 3ayane we ga3ad dra3. Tewfik baghi yekhled dans son poste, Tartague a son poste en ligne de mire en tant que probable remplaçant à la tête du DRS.
    La seule solution est la désobéissance civile, mais sans brûler nos villes qui sont finalement les nôtres, c’est à dire nos biens, il faut bloquer des villes comme Alger, Oran, et Constantine, Arzew, bethioua skikda, hassi mesaoud et bien sur hassi rmal. Il faut bloquer l’activité économique en bloquant les routes menant vers les pôles stratégiques, c’est à dire les zones de production et de transit du pétrole et du gaz et les administrations de la capitale, tous ça pacifiquement, on doit rien brûler, mettre des barricades et renforcer les site-in partout, c’est le seul moyen, il faut que tous les gens de ces villes soient solidaires pour toute l’ALGERIE.
    Nous avons des millions de chômeurs, s’il font ça pendant deux semaines, les chiens seront obligés de capituler, par ce qu’ils auront peur des jeunes officiers des corps de sécurité, qui pour eux sont un danger non négligeable, ça explique les augmentations des salaires de ces fonctionnaires (armée et police), pour calmer les esprits (corruption indirecte).
    Salam alaikom les frères.

    =============================

    Merci infiniment pour les vidéos.
    La Rédaction LQA




    0
  • Sami
    5 janvier 2011 at 22 h 07 min -

    Que les gens Honnêtes de la vraie opposition se préparent et soient a la hauteur !!!!
    Je l’ai deja dit dans plusieurs interventions avant , le peuple a commencé à donner des signes, espérant que vous soyez prêts!!!




    0
  • nassima
    5 janvier 2011 at 23 h 43 min -

    il est temps halte a la hogra ,dites non faites attention mes enfants c est votre pays sauvez le ne le ruinez pas ils nous ont tout spolié il nous reste juste de l air pollué par leur haleine de porcs ya khawetis meme nos minables salaires on peut pas les retirés par faute de liquidité ayez pitie de nous trop c est trop , plus de marche arriere vous avez fait de nous des chiens chez nous bande de vampires hassebiya ALLAH wa na3ma el wakil




    0
  • Afif
    5 janvier 2011 at 23 h 51 min -
  • alilou
    6 janvier 2011 at 0 h 48 min -

    bah d’après ces augmentations de prix c’est normal de se magnifier franchement c’est trop ils ont dépassé les limites alors tout ce qui se passe je suis avec et ils méritent . . . où va-on avec ça? jusqu’à quand? mais j’ai juste une chose à ajouter c’est de ne pas brûler nos villes parce que à la fin c’est notre villes voilà ……………..




    0
  • Rédaction LQA
    6 janvier 2011 at 1 h 18 min -

    POUR DÉNONCER LA HAUSSE DES PRIX DE CERTAINS PRODUITS ALIMENTAIRES
    Émeutes à Fouka et Staouéli
    Le Soir d’Algérie, 5 janvier 2011
    Des jeunes des cités des Oranges et Al-Amar, dite communale, à Fouka (Tipasa) et de La Bridja à Staouéli (Alger) ont fermé, la route, ce lundi, de leurs quartiers respectifs. Par cette action, ils voulaient dénoncer la flambée des prix des produits alimentaires de large consommation.
    Rym Nasri – Alger (Le Soir) – Situé sur les hauteurs de la ville de Fouka, dans la wilaya de Tipasa, le quartier appelé Communal était, ce lundi, le théâtre d’un mouvement de protestation. Des centaines de jeunes des cités des Oranges et Ali-Amar ont investi la rue durant l’après-midi de lundi. Leur objectif était de manifester leur colère contre la hausse des prix de certains produits alimentaires. Ils ont agi en bloquant la route à l’aide de blocs, de barres de fer, de troncs d’arbre et de pneus incendiés, plongeant ainsi tout le quartier dans un immense nuage de fumée noire. Il a fallu l’intervention des forces de la Gendarmerie nationale pour mettre fin à cette manifestation qui a duré plusieurs heures. Le quartier Communal présente l’image d’un éternel chantier. Des constructions inachevées, des eaux usées qui coulent à ciel ouvert et des routes non revêtues. Même les quelques tronçons goudronnés sont parsemés de nids-de-poules. «C’est trop ! C’est vraiment trop ! Où vat- on ainsi ? Le bidon d’huile de 5 litres a atteint les 780 dinars et le kilo de sucre 150 DA. Il s’agit de produits alimentaires indispensables. Ceci, sans parler des fruits ou de la viande qui sont déjà hors de notre portée», peste un habitant du dudit quartier. Pour ce mécanicien, «la hausse des prix n’a été que la goutte qui a fait déborder le vase». «Notre quartier est noyé dans une multitude de problèmes», dira-t-il. Les mêmes scènes se sont produites dans le quartier de La Brija, à Staouéli. Selon un riverain, les résidants sont, eux aussi, sortis dans la rue manifester leur colère contre la subite flambée des prix des produits alimentaires. Ils ont fermé le carrefour à la sortie de Staouéli menant vers Sidi-Fredj et Zéralda. Arrivés sur les lieux, les éléments de la gendarmerie ont tenté de disperser les manifestants, mais en vain. «Les affrontements entre les contestataires et la Gendarmerie ont continué jusqu’en début de soirée, avant que les jeunes ne se résignent à se disperser », ajoute-t-il.
    R. N




    0
  • Rédaction LQA
    6 janvier 2011 at 1 h 21 min -

    Des élèves bloquent la RN26 À Beni Mellikeche (Béjaïa)
    El Watan, 5 janvier 2011

    Hier, des citoyens de la commune d’Aït Mellikeche, essentiellement des lycéens scolarisés au chef-lieu de la daïra limitrophe de Tazmalt, ont fermé la RN26 pour exprimer leur colère de voir les tarifs de transport augmentés.

    En plus d’avoir rendu obligatoires de longs et indésirables détours pour les usagers de cet important axe routier, cette manifestation, tenue à proximité d’un passage à niveau, a engendré l’annulation pure et simple du départ de l’autorail qui devait rallier, dans l’après-midi, la ville de Béjaïa à partir d’Alger. De fait, son départ programmé pour aujourd’hui à partir de Béjaïa est également supprimé, nous apprend-on au niveau de la gare du chef-lieu de wilaya.

    La source de cette colère vient du fait que les transporteurs desservant les deux communes en question ont porté le tarif de la place, sur la ligne Aït Mellikeche-Tazmalt, à 35 DA, l’augmentant ainsi de 10 DA. Des représentants des manifestants devaient être reçus en fin de journée d’hier par le chef de daïra.
    Kamel Medjdoub




    0
  • tarik Ben ziad
    6 janvier 2011 at 3 h 25 min -

    Bonjour tout le monde
    ça saute aux yeux !!
    Comment pouvons nous avoir une ahusse des prix tenez vous bien du : sucre et l’huile alors que Cevital exporte ces produits. On enregistre une hausse des prix en deux semaines et des émeutes au prémisses du 5 octobre . un éditorialiste d’un des premiers quotidiens parle de forces de changements contre l’alliance présidentiel et d’un walli qui se fait taper sur les doigts pour avoir empêcher une manifestation des femmes contre la violence. Ce premier responsable écrit dans un style qui n’est pas sien ou peut être commandé et nous rappel Chadli avec révoltez vous peuple .
    On peut lire sur l’edito :«Ce n’est pas en enterrant l’année 2010 que nous oublierons ces Algériens contraints à l’émeute pour se faire entendre, ou encore ces jeunes qui bravent les dangers de la mer pour partir ailleurs. Les caisses sont pleines mais les cœurs vides. C’est ce que nos dirigeants se refusent de voir» Ou aussi lisez bien «On parle d’ouverture des médias lourds, en particulier de la télévision en direction des différents courants avec des débats politiques, de l’entrée tout azimut sur le territoire national aux différentes ONG qui souhaiteraient prendre le pouls de leur centre d’intérêt» mais aussi et c’est le plus important :
    «Quelqu’un a du décider de cette ouverture et nous savons qui» souligne ce responsable. je pense qu’on va assister à un octobre bis plus softe . Les fonctionnaires de la police ont été subitement augmentés de 50% pour avoir un control sans débordement.
    La guerre des clans est mise à nue .




    0
  • Rédaction LQA
    6 janvier 2011 at 10 h 42 min -

    Protestation et panique au centre-ville d’Oran

    El Watan.com le 06.01.11

    Un mouvement de panique s’est emparé du centre-ville d’Oran, hier dans l’après-midi, suite à la propagation d’une information selon laquelle des émeutiers venant de la périphérie allaient envahir cette partie de l’agglomération qui concentre le gros du trafic.

    Des incidents ont été signalés à El Hamri (pneus brûlés) et à Petit Lac (avec une route barrée par des branchages et des pneus enflammés également) mais c’est la rumeur qui a amplifié le phénomène, créant une véritable frayeur chez les automobilistes qui ont, pour la circonstance, aggravé les embouteillages déjà denses en temps normal. En l’espace de quelques minutes, les voitures ont presque déserté le centre-ville. Les commerçants ont, pour la majorité, baissé rideau. D’autres ont continué à travailler à portes fermées ou à moitié, guettant la moindre bruit. Les lycéens sont sortis plus tôt que prévu et quelques uns ont rejoint les riverains qui se sont amassés sur les trottoirs et les places publiques. Une véritable tension a régné au quartier Saint Pierre, en plein cœur de la ville, qui avait, lors des émeutes liées à la relégation du club de football MCO, enregistré d’importants accrochages avec les forces de l’ordre.
    Vers 18h, les curieux étaient moins nombreux mais la tension persistait.

    Des jeunes dans la rue contre la cherté de la vie

    Hier, vers 15h30, des jeunes d’El Hamri sont sortis dans la rue. Ils ont investi le boulevard des Martyrs, appelé aussi boulevard de «la faïence». La fumée provenant des pneus incendiés au milieu de la route était visible à plusieurs centaines de mètres, ce qui dissuadait tout automobiliste d’avancer.
    Des jeunes criaient leur ras-le-bol d’une vie qu’ils qualifient d’insupportable et qui va de mal en pis. «On est chômeurs, mal logés et voilà qu’on nous ajoute la cherté de la vie», lançaient les protestataires. D’autres scandaient «halte à la cherté de la vie». Un citoyen nous a déclaré : «Les prix des produits alimentaires de base flambent et on parle d’une pénurie de farine. Dans quelques jours, on ne trouvera même pas le pain.»

    Selon nos sources, la première étincelle de protestation était partie, la veille, du quartier des Planteurs. En fait, dans la soirée de mardi, des habitants de ce quartier sont sortis dans la rue pour protester contre la cherté de la vie et leurs conditions d’habitat. Pour ce qui est des évènements d’hier, ils ont commencé, dit-on, au quartier Bastille où les policiers sont, selon des sources, intervenus pour disperser les protestataires. Dans d’autres quartiers de la ville, les policiers ont bouclé les périmètres occupés par les manifestants et n’ont répondu à aucune provocation. Selon les services de sécurité, «la situation a été maîtrisée, le calme est revenu en fin d’après-midi dans tous les quartiers de la ville et aucune arrestation n’a été enregistrée».

    D. B. et R. K.




    0
  • belebna
    6 janvier 2011 at 13 h 20 min -

    je ne veux pas attiser le feu ni médire sur qui que ce soit!je veux tout simplement dire que çà ne va pas chez nous ! étant un vieux parmi les vieillards d’Algérie qui se sent mal a l’aise chez lui et dans tout le pays! voire nos enfants penser qu’à traverser la méditerranée et souvent se noyer dans ses eaux! c’est honteux a nous tous administrateurs et administres !ou sont nos chercheurs en économie et ceux du social! les nouveaux colons tels que Mr Rabrab et Cie sont bien plus pire que les colons de jadis que nos glorieux Chouhadas avaient combattus jusqu’à l’indépendance ! c’était à l’époque vraiment la bonne cause et les bons hommes !mais d’aujourd’hui serais t il possible de trouver les bons hommes à cette époque! ou sont ils ! au pouvoir !dans le peuple ! a l’extérieur ! seul ALLAH nous montrera la fin de cette histoire! allah yerrhma tous!




    0
  • TALHA
    6 janvier 2011 at 16 h 32 min -

    C’est plutot simple et claire, PAS DE JUSTICE PAS DE STABILITE. le probleme c’est que cette JUNTA MILITAIRE n’est et ne sera jamais capable de gerer un pays. comment peut-on vivre une vie politique libre et juste alors que le savoir de ces boureaux ala tete de l’armee ne depasse les murs des casernes.




    0
  • laouadi
    8 janvier 2011 at 1 h 25 min -

    eh voila enfin le tiermonde se reveille j espere juste que le peuple sait ce qu il veut qu on va pas tonber le piege des annees passer l algerie entiere doit se revolter il faut s attaquer a ces milliadaires qui ont etaler leurs nappes sur ce pays depuis x temps et tous ceux qui fait parti du gouvernement et tous ceux qui enprofitent sur le dos de peuplece qui veut dire tous de maire jusqu au president de la republique sans exeption il faut les faire soufrire comme ils ont soufrer le peuple




    0
  • Congrès du Changement Démocratique