Édition du
24 July 2017

l’échec de la génération de l’indépendance

ADEL H.

Au début des années 80, deux jeunes hommes et une jeune femme, commençaient leur vie de militants politiques opposés au pouvoir ANP-FLN : Ali Benhadj, l’islamiste, Saïd Sadi, le berbériste, et Louisa Hanoune, la trostskyste.

Tous trois ont connu la prison et la torture.

Près de 30 ans plus tard, le pouvoir a réussi à récupérer et à recycler Saïd Sadi et Louisa Hanoune. Ali Benhadj, quant à lui, après avoir passé 12 années en prison, après le putsch des généraux de janvier 92, a tout perdu – sauf sa foi inébranlable – et il est surveillé par la police H24. Le pouvoir n’a pas réussi à l’enrôler, mais il l’utilise quand même comme repoussoir.

L’histoire de ces trois opposants algériens est l’histoire de l’échec de la génération de l’indépendance qui aspirait au changement mais qui n’a pas réussi à concrétiser son rêve. Profondément divisés, chacun d’eux faisant passer sa doctrine avant l’Algérie et le peuple algérien, ils n’ont pas su élaborer et mettre en œuvre une stratégie gagnante. Le FIS a été cassé et ils représente aujourd’hui pour une partie de la population l’ennemi à abattre avant le pouvoir. Saïd Sadi, faisant passer le combat contre l’«intégrisme» avant le combat contre la tyrannie des généraux, est devenu un allié objectif de ces derniers. La passionaria de l’ouverture démocratique de 89, la communiste qui avait conquis même les islamistes avec son franc-parler, n’est plus que l’ombre d’elle-même depuis qu’elle fréquente Ouyahia et les coulisses du pouvoir.

Manque de clairvoyance? Manque de maturité? Manque de chance? Allez savoir.

Aux jeunes qui sont sortis crier leur colère dans toutes les villes du pays, nous disons : «Oubliez Ali Benhadj, Saïd Sadi et Louisa Hanoune. Ils appartiennent à une époque trop marquée par la haine et la manipulation. Regardez vers l’avenir et inventez votre propre langage. Parmi vous se trouvent certainement des jeunes hommes et des jeunes femmes qui seront les leaders politiques qui continueront le combat pour la liberté et la dignité. Nous – la génération perdante – vous souhaitons bonne chance et bon courage.»


Nombre de lectures : 1583
14 Commentaires sur cet article
  • khaled
    7 janvier 2011 at 15 h 49 min -

    @Adel,
    Koufa bla yadin (Couffin sans mains)
    Comment pouvez-vous écrire que A.B est un repoussoir.
    On ne peut subjuguer tout ce qui nous entoure a la science.

    A.B est toujours vivant au milieu d’un pouvoir criminel. Son abnégation n’a d’égal que celle des chouhadas et des moussabilines de notre révolution, protégé par sa foi.

    Adel, prenez votre temps avant d’écrire. Edward Said dans son testament a esquissé la déchéance d’un monde occidental subjugué par sa science et ses finances.

    Les derniers sont éphémères, la foi est éternelle.




    0
  • Sidou
    7 janvier 2011 at 15 h 54 min -

    Humble, sincère et magnifique appel. J’applaudis




    0
  • kaddour
    7 janvier 2011 at 19 h 38 min -

    Ce qui me désole c’est l’inexistence de fils conducteurs qui puissent jeter les ponts entre les différentes générations, il n’y a aucune communion entre celles-ci, pire chacune se construit sur les débris de la précedente. Psychologiquement parlant, l’Algérien est en perpétuel conflit avec ce  »père » symbolique incarné par le pouvoir. Ce père castrateur, inhibiteur et repressif qu’il faut éliminer pour prétendre à la liberté. En effet, qu’ y a t-il de commun entre les générations des années 40-50, celle des années 60-70 et celle d’aujourd’hui ? donc, pas de relais, pas de continuité, et c’est peut-être là que réside, entre autres, les difficultés rencontrées présentement. Et pour cause, ADEL s’adresse aux jeunes Algériens comme si, lui et la génération à laquelle il appartient ne vivait pas à la même période et ne partageait pas le même espace (le pays) ni les mêmes préoccupations.
    Ces jeunes, faute d’hériter de valeurs pérennes et salutaires, ont besoin d’être soutenus, encadrés et orientés, ils doivent savoir que leurs aînés, malgré leurs lacunes, ont fait de leur mieux et  »qu’à l’impossible n’est tenu ». Qui sait ce que serait devenu le pays actuellement s’il n’y avait pas les SAADI, BENHADJ ET HANOUNE ? leur combat respectif a peut-être évité le pire à l’Algérie, et le combat doit continuer sans perdre de vue l’objectif à atteindre, à savoir l’instauration d’une république démocratique et sociale. Pour ce faire, on gagnerait à s’unir autour d’un projet de société résultant d’un consensus entre les différentes forces vives du pays et qui réponde aux aspirations légitimes du peuple à vivre librement et dans la dignité dans un état de droit. Il est impératif de batir un système qui puisse survivre aux hommes et aux évènements. L’Algérie ne doit pas être ,éternellement, être à la merci des humeurs des uns et des autres, elle appartient à tout son peuple sans exception et plus si affinités.




    0
  • Amara
    7 janvier 2011 at 20 h 34 min -

    Tout à fait d’accord avec @kaddour.
    Ce qui est désolant c’est que ces protestations n’émanent pas de milieux organisés tels que les universités,les lycées,les syndicats et autres unités économiques.On ne sait jamais qui est derrière et qui va en tirer profit.
    Les jours qui viennent nous le diront.
    « Manque de clairvoyance? Manque de maturité? Manque de chance?  »
    Peut-être!Mais il y a sûrement un manque d’organisation




    0
  • Adel
    7 janvier 2011 at 20 h 55 min -

    @kaddour

    Bonsoir,

    Je pense que les nouvelles générations gagneraient beaucoup à ne pas hériter de la haine qui existe entre les partisans d’Ali Benhadj et ceux de Saïd Sadi.

    Cordialement




    0
  • orb
    7 janvier 2011 at 20 h 58 min -

    Pour qu’il y ait un état de droit ,il faut impérativement qu’il y aura une « JUSTICE »,tant cette derniere reste inéxistante rien ne se fera et rien ne bougera.Mettre moussa el hadj à la place de hadj moussa (c’est comme le jeux de la chaise vide) ça dure depuis longtemps,alors qu’on avez tout pour réussir,une population débordante de vie une richesse inégalable et un PAYS comme nul part ailleur mais voilà,il nous manquait l’essentiel des HOMMES décideurs que malheureusement que ce qu’on a eu jusqu’a maintenant ne pensent qu’a leurs nombrils,il ne sont pas des visionnaires et c’est pour cette raison qu’il y a un gouffre immense entre les populations(une qu’elle s’est tellement enrichie dans un laps de temps record qu’elle n’arrive même pas à savoir combien de comptes elle possédenet l’autre qui prend une descente vertigineuse vers les abimes que personne ne sait quand elle va s’arrêter),c’est dommage on en a tous le COEUR briser qu’on soient arabe ou kabyle chaoui ou je ne sais quoi qu’est-ce qu’ils vont nous inventer d’autre,aprés tout on est tous et toutes DES ALGERIENNES ET DES ALGERIENS QUI ESSAIENT coûte que coûte que ce CHER PAYS RETROUVE SON CHEMIN.MES CHERES SOEURS ET FRERES de cette ALGERIE LA3ZIZA ARABE KABYLE CHAOUI MUSULMAN QU’ELLE QUE SOIT TA CONFESSION,TON SEXE TON OPINION,FESANT QUE CETTE FOIS-CI ON S’EN SORTIRA DE CETTE CRISE IDENTITAIRE,RELIGIEUSE ETC…………………………..SANS TOMBER DANS L’AVEUGLEMENT QUI NOUS A DéJà CoûTé CHER.MESSIEURS LES RESPONSABLES REGARDAIENT SIMPLEMENT VERS « L’EST » CES PETITS PAYS QUI ONT SU BIEN EMPLOYés L’ARGENT DE LEURS RICHESSES,dans un laps de temps record ,un desert qui est devenu un PARADI SUR TERRE (quoi qu’en disent quelques uns )juste qu’on les envies et je ne pense pas (malheureusement que vous avez une CONSCIENCE qui vous culpabilise parce que votre COUER est MORT ,VOUS êtes comme DES ZOMBIS.




    0
  • orb
    7 janvier 2011 at 21 h 04 min -

    ps/désolé pour l’erreure commise sur le mot « il faut lire COEUR »merci de votre conpréhension et que ALLAH protége notre PEUPLE et notre PAYS,vive ALDJZAÏRE.




    0
  • Ahmedfr
    7 janvier 2011 at 23 h 31 min -

    @ Adel, Bonne analyse ! Bravo !

    je vois que même ds les commentateurs, il y a encore des « suivistes » des gens qui ont soutenu le GIA qui a éventré des femmes et égorgés des bébés.

    La nouvelle génération doit fabriquer elle-même son modèle, sa vision et ses hommes.

    Ahmedfr




    0
  • amine
    8 janvier 2011 at 20 h 49 min -

    @Adel. Ton analyse est tout à fait soutenable sauf sur un point.
    Vous l’aurez deviné…Ali Benhadj est HOMME avec un grand H. Il est integre, sincère, fier, fier de son peuple, de son idendité, de son histoire. Ali Benhadj a toujours agit dans le seul but de satisfaire l’éternel et par ricochet, la Ouma Islamiya en générale et le peuple algérien en particulier puisque lui-même est un fils de ce même peuple. Il n’a besoin ni de vous, ni de moi pour être récompensé. Sa seule récompense c’est la satisfaction de dieu le tout puissant. Enfin @Ahmedfr. Ali Benhadj n’a jamais soutenu le GIA (Groupe infiltré de l’armée) Bien au contraire, il n’a cessé de dénoncer la fitna et la violence d’òu quelle venait. Cet HOMME mérite le respect de la part de tout être humain en quête de justice de vérité.




    0
  • larbi
    8 janvier 2011 at 21 h 41 min -

    si vous avez remarqué la nuque de louiza hanoune comment elle est devenue vous comprendrait tous




    0
  • Adel
    8 janvier 2011 at 22 h 23 min -

    @amine

    Bonsoir,

    Je n’ai jamais mis en cause la bonne foi et le courage du cheikh Ali Benhadj. J’ai seulement parlé d’échec par rapport à l’objectif initial qui est le changement. Que penseriez-vous d’un jeune homme de 30 ans qui voudrait aujourd’hui refaire le même parcours que lui? Ne devrait-il pas changer de méthode? Ali Benhadj et le FIS ont-t-il fait tout ce qui était en leur pouvoir pour rassembler toutes les Algériennes et tous les Algériens afin d’imposer le changement et chasser le pouvoir tyrannique?

    Il est grand temps pour nous de tirer toutes les leçons politiques de la décennie noire.

    Cordialement




    0
  • Ahmedfr
    9 janvier 2011 at 21 h 48 min -

    @amine,

    L’homme est décrit par ses convictions et ses actions. Pour moi, ses convictions et ses thèses sont fausses et ses actions ont plongé l’Algérie dans un KO sauvage et inhumain que peu de nations ont vécu dans leur histoire !

    Ces gens doivent s’isoler de la scène, ils ne rappellent que la mort, la haine et le mépris.

    L’Algérie a besoin de personnes intègres qui œuvrent avec force (pacifiquement) pour la paix, la prospérité, le bien-être de tt algérien qu’il soit pratiquant, non-pratiquant, croyant, non-croyant, etc, comme les grandes nations du monde.

    Bonne soirée,
    Ahmedfr




    0
  • amine
    11 janvier 2011 at 17 h 40 min -

    @Adel
    Alors là, je me joints tout à fait à votre point de vue. je suis aussi d’avis que le FIS a commis une faute, et pas des moindres, en se lançant dans une aventure complétement hasardeuse. Seulement, il faut parler du fis en tant que parti politique et non au nom de Ali Benhadj en tant que personne car il y avait tout un monde du même parti qui était avec lui à cette époque. D’ailleurs à ce propos, même le peuple était d’accord pour une lute armée. Il faut voir avec quelle extrême prudence Benhadj se comporte maintenant tout en retant fidèle à ses convictions. Il a tiré une bonne leçon de cette macabre épisode de notre histoire. Cela étant dit, le premier responsable du désastre que le peuple algérien vit et ce depuis « L’indépendance de l’algérie » c’est bien la mafia qui dirige notre chère patrie et qui est à la solde de la france et consorts.

    Avec mes respectueuses salutations.




    0
  • amine
    11 janvier 2011 at 18 h 01 min -

    @Ahmedfr
    Je respecte votre manière de voir les choses sauf que je ne la partage pas du tout. L’occident ou les grandes démocraties du monde n’ont aucune leçon à nous donner!!! En 1992, Le souverain (Le peuple) s’est prononcé par le suffrage universel sur le mode de vie auquel il aspirait. C’est bien ces soi disant démocratie qui ont empêché les algériens de vivre selon le choix qu’ils ont fait en soutenant une bande de criminel (Généraux) de stopper le processus électoral et d’instaurer une dictature dans notre pays. La suite des événements vous la connaissez…
    que valent pour vous des généraux criminels face un Homme qui a consacré toute son existence pour défendre la justice et l’honneur des musulmans en général et des algériens en particulier. Je tiens à dire que je ne suis ni partisan du fis ni de Ali Benhadj ni de personne d’ailleurs. Seulement, je respecte les hommes et les femmes qui œuvrent pour combattre l’injustice où quelle soit, à l’instar de Feu Matoub Lounes et tant d’autres…

    Avec mes salutations respectueuses




    0
  • Congrès du Changement Démocratique