Édition du
28 March 2017

LAA JICHE ! LAA CHAAB ! : Les Révoltés anonymes face aux négociants de l’ombre !

Zineb AZOUZ

La tempête et l’explosion que tout le monde craignait et que beaucoup espéraient secrètement, sonnent à nos portes hermétiques.

Cette colère que nous n’avons pas été capables ni d’insuffler ni d’encadrer n’est à l’évidence portée ni par un mouvement organisé, ni par un syndicat, ni même par des comités de quartier.

Les effluves mêlées de colère et de bombes lacrymogènes sont l’œuvre des jeunes, même des très jeunes, ceux qui n’ont connu ni le FIS, ni les élections annulées, encore moins le 5 Octobre, ceux dont personne ne veut, ceux qui n’ont rien et n’attendent rien ni du pouvoir ni de ses sujets !

Pendant que nos analystes programmés parlent d’émeutes du sucre, de l’huile et des bols vides, ces chardons juvéniles qui ne sont pas concernés directement par les prix de ces produits, nous expliquent à leur façon, les émeutes du ras le bol, de la dignité bafouée, de la haine de soi, à cause de prédateurs qui leur ont sucé leur enthousiasme et leurs ambitions d’une vie normale, avant même qu’ils ne soient nés.

Ces Algériens nés pour la plupart après 1992, à travers les mairies qu’ils ont brûlées, entre autres états civils qui témoignent du jour où ils ont été livrés à cette jungle des « SI Flène », et des « Si Feltène », ne font que vomir leur rejet profond d’une société d’assimilés es-kfaza, et d’un pouvoir sadique qui les humilie jusque dans les cènes qu’il leur offre, de fils de riches, qui roulent en 4X4, qui couinent en français, qui mangent au resto chic du coin, et qui parlent des affaires de papa chez les sauvages. Ils ont en eu marre de prendre racine pendant des heures, et de baigner dans la sueur des files d’attentes, pour pouvoir retirer un certificat de chômeur ou un bon de « Panier de Ramadan ».

Ces jeunes ne connaissent ni le FMI ni l’OCDE ni les leurs courbes de la honte que nos experts sont fiers de singer avec ces assurances parfois péremptoires, toujours risibles, des perroquets et des eunuques.

Ils ne connaissant pas non pus l’AQMI que le correspondant d’El Jazeera s’est senti obligé de citer en nous rappelant l’adresse de sa succursale Algérienne ou sa résidence secondaire en Kabylie, une Kabylie qu’il connaît si bien qu’il lui a annexé, lors de son reportage, la ville de Constantine

Mais ce qui est fort intéressant et à relever, est que ces jeunes ne cherchent pas à s’encombrer du ou des noms de leurs tyrans, et ils n’ont que trop raison ! Ils n’en ont rien à faire. Ils sont trop jeunes, et trop pleins de vie, pour s’encombrer la tête de noms de vieilles crapules finissantes.

Curieusement, c’est toujours la foire aux célébrités de circonstance, en ces temps de trouble, lorsque la vase remonte à la surface. C’est toutes les impuretés qui remontent avec.

C’est aussi, bien souvent, que retentissent les trompettes de la retraite stratégique. Celle des vieux briscards qu’on met au devant de la scène pour mieux les sacrifier. Kbeche el Aïd.

Un savant dosage de boucs émissaires, prélevés dans le bétail du Jich, et celui du Chaab, qu’on envoie faire leur traversée du désert, après avoir tant brouté dans les pâturages du peuple. C’est le moment de fourguer la pilule, entre stigmatisations qui ne disent pas leur nom, et nomination de technocrates miraculeux. La potence ou à la retraite anticipée pour les uns, le tapis rouge, en toile synthétique pur Taïwan pour les autres.

Sauf que cette rue qu’on méprise et qu’on ignore, n’aime ni les uns ni les autres, et qu’elle n’a jamais hurlé « jich, chaab, maak ya flene » Tout comme elle se fiche comme de sa première reffa de chemma, de ces élites qui ne savent plus à quel saint patron se vouer, en attendant d’être logées au Georges V.

Ces anonymes qui vivent dans la rue et de la rue ne connaissent ni les citadelles du pouvoir ni leurs accès, il leur a suffi d’en subir les affres au quotidien, Depuis qu’ils ont vu le jour dans ce pays.

Ils laissent les intrigues de palais à ceux qui font les révolutions dans les salons feutrés, qui roulent dans les voitures blindées et se pavanent dans les réceptions des ambassades, réservées aux beggaras,

Ces beggaras qui se prennent au sérieux, parce qu’ils ont réussi à voler quelques centaines de millions de dollars, qui veulent encore nous faire croire qu’il suffit de changer de têtes pour changer de système, ceux qui, une fois de plus souhaitent brader le sacrifice de nos victimes, nos souffrances et notre histoire, ceux dont le rôle premier est de maintenir la nation et ses richesses sous le joug des places financières internationales et des bon points qui vont avec, ceux qui savent qu’ils ne doivent leur survie Boulitique qu’à leur coefficient de platitude internationale, ces proconsuls et ces chambriers de « PIPE LINE » qui ne mûriront jamais et ne sortiront en aucun cas de leur statut de nains et de mineurs pour ne pas dire d’eunuques et qui sont certainement en train de se moquer de ce qu’ils appellent un chahut de voyous.

Forts de leurs soutiens d’outre-mer, de leurs accointances fétides avec les gendarmes du monde et leurs dogmes, au pire ils pensent qu’ils vont encore négocier des mandats de survie et nous lâcher en retour quelques subventions sous forme réductions d’impôts pour le plus grands plaisir des barons de l’économie, saupoudrées de remaniements avec, pourquoi pas, des fossiles ressuscités ou des leaders flambant neufs sortis des éprouvettes du système.

La rue est en ébullition, personne n’est capable de prévoir ce qui va en sortir ou en rester, des anonymes font l’actualité pendant que l’opposition fait profil bas, que le peuple ferme les yeux et que les filous non identifiés continuent de négocier avec le pouvoir camouflé.

Face à l’absence de discours, face à ce vide politique et éthique, face à ce Maghreb qui ne veut pas se relever et exister en dehors de son statut d’indigène-land, les exclus de l’école, ceux que le pouvoir croyait occuper un temps avec les matchs de foot, sont en train de construire sans le savoir, la future expression identitaire de leur pays.

La rue a tout résumé en scandant tout à l’heure : LAA JICHE ! LAA CHAAB !

A bon entendeur salut.


Nombre de lectures : 2088
24 Commentaires sur cet article
  • asma
    9 janvier 2011 at 20 h 02 min -

    bravo ! grande dame vous avez decortiquer la veritable situation du pays c est c est une gangrene qui nous prends de la tete au pied cette nouvelle population qu on appel jet7 qui permet tout les interdit a ses banbins cette progeniture qui donne le nom des aarayas aux fils du peuple . CES ALGERIENS qui ne peuvent pas profiter de leur jeunesse qui sont la a envier et aussi mepriser la j7 a sidi yahia et club des pins cette jeunesse qu on ignore et a qui on fait appel lors des sorties mediatique du pays visites presidentielle ou OUM DERMEN




    0
  • AS
    9 janvier 2011 at 20 h 22 min -
  • Boudiaf
    9 janvier 2011 at 20 h 25 min -

    Chez nos voisins tunisiens, il y a 18 morts, et aujourd’hui un syndicat a défié le régime de Ben Ali en soutenant officiellement la révolte. ça c’est du courage.
    Et nous, que faisons-nous regarder nos jeunes se faire massacrer. Combien de jeunes doivent mourir, pour que les gens se mettent debout?




    0
  • radjef said
    9 janvier 2011 at 21 h 02 min -

    Bonsoir tout le monde. Zineb, bonsoir. Nos chefs, décidément, n’éprouvent aucune honte. Même lorsqu’ils sont surpris dans leur profonde torpeur par les cris de détresse d’une jeunesse qui ne sait plus à quel saint se vouer, nos chefs voient partout des conspirations, des complots, des intrigues et des manipulations hautement scientifiques visant leurs personnes, leur notoriété qui ne repose au fait que sur accidents de l’histoire, de la providence, le mythe( d’autant plus nous algériens nous adorons le mythe), la propagande et la spéculation…En voyant nos chefs, Zineb, j’ai compris qu’en Algérie il n’existe que trois partis : l’armée, la présidence et le peuple sans voix et sans représentants. Donc, le troisième parti, en l’occurrence le peuple, est juste conçu pour les décors et les besoins d’une certaine cause. C’est un alibi républicain et démocratique dont se servent avec une grande habilité nos chefs, l’armée et la présidence. D’ailleurs, ce n’est pas sans raison qu’on l’appelle « châab el mouedjizat », à chaque fois qu’une élection pointe à l’horizon. Bien évidemment, le peuple sait qu’on se paye sa tête…Pour revenir aux deux autres forces qui meublent seules et depuis bien longtemps déjà le champ politique, on ne sait pas grand-chose d’elles. L’armée qui est là depuis le 1er novembre 1954, après un coup d’Etat réussi contre Messali grâce au concours précieux des moukhabaretes égyptiennes, on ne sait pas à ce jour encore qui elle est au juste, mais toutefois on sait pour qui elle roule : l’AQMI, la haute finance internationale, la grosse industrie militaire et les multinationales responsables de notre colonisation pendant plus d’un siècle. C’est en toute tranquillité qu’elle poursuit son œuvre d’aliénation…La présidence, non plus on ne sait pas à ce jour sa veritable identité et en quoi consiste sa mission…Bouteflika n’aime Toufik ; Toufik non plus n’aime pas fakhamatouhou, mais tous les deux travaillent la main dans la main. Je n’ai jamais rien compris à tout cela. Des présidents qui arrivent dans le char de Toufik et qui repartent les pieds devant, dans un vacarme assourdissant très difficile à comprendre et à lire, Bouteflika reste tout de même le copain intime de Toufik…Peut être fakhamatouhou a des vertus qu’on ne connaît pas…Bien sur nous autres d’en bas, on ne vaut rien. Nos chefs nous l’ont fait savoir à maintes reprises…Nos chefs, de petits populistes ethnicistes, des narcissiques qui s’auto subliment à longueur de journée, pensent que sans eux rien n’est possible dans cette Algérie ; que tout ce qui ne vient pas d’eux est drs, suspect, que personne n’a le droit d’être intelligent et juste, que réfléchir est un acte criminel, que si Toufik ne prête même attention à eux c’est la faute au peuple imbécile que nous sommes, au peuple de tarés, d’idiots, de stupides incapable de quoi que ce soit qui aille dans leur sens qui ne cadre nullement avec la construction d’une conscience nationale…Nos chefs savent tout, mais ils n’ont de chance. C’est la faute au peuple inculte que nous sommes. Nos chefs, chère camarade Zineb, sont tellement si loin de nous qu’ils ont décidé en guise de représailles pour nous punir, de mourir ailleurs que dans cette Algérie…Zineb, tu ne trouves pas que j’ai ouvert une fois de plus ma grande gueule?




    0
  • AS
    9 janvier 2011 at 23 h 49 min -

    pour completer le tableau …en anglais mais bon a savoir… pour comprendre les tenants et les aboutissants… rien de plsu dangeureux que des personnes bien informees
    la militarisation du golf de Guinee… on pourrait dire c’est la zone sud ouest de la zone pan-sahel

    http://globalresearch.ca/index.php?context=va&aid=22699




    0
  • nina
    10 janvier 2011 at 0 h 04 min -

    salam tout le monde
    merci Mme A.Z pour cette analyse
    @boudiaf
    vous avez bien dit où sont nos élites et plus particulièrement l’opposition pour encadrer cette révolte et cette jeunesse errante qui revendique ses droits ( non a la hogra ) comme chez les voisins tunisiens, une trés bonne initiative bien étudiée, hier en 2009 c’est maak ya elkhadra (victoire de l’ equipe nationale) aujourd’hui 2011 c’est maak ya elhajra contre la hogra et la cherté de la vie. mais hélas la houkouma a décidé une reduction des taxes. on augmente et on diminue comme on veut sans tenir compte des conséquences qui peuvent en découler au lieu d’augmenter le pouvoir d’achat du citoyen de trouver des alternatives (investissement …..etc) une solution temporaire , en algerie on a que du bricolage et pas des solutions durables. pauvre pays. mais si on trouve des solutions définitives a ce peuple les banques suisses ne seront plus alimentées.




    0
  • Abouti
    10 janvier 2011 at 0 h 07 min -

    Chapeau bas madame, bravo, je n’ai rien a dire/rajouter…..




    0
  • lemdigoutia
    10 janvier 2011 at 7 h 55 min -

    salam,
    je comprend mieux pourquoi le renard a dit à l’agneau:
    POUR VOTRE MALHEUR ON EST UNIS!




    0
  • Sami
    10 janvier 2011 at 9 h 19 min -

    Mervailleux article , Madame !!!
    Tous mes respects!! Je vous tire le chapeau !!




    0
  • abdelkader
    10 janvier 2011 at 9 h 47 min -

    Non Mr le Ministre de l’intérieur,ne dites pas émeutiers, dites plutôt casseurs ! Biensûr que les citoyens ne supportent pas les casseurs; Et pour cause…ce sont vos casseurs ! D’abord vous? êtes vous un ministre légitime ? Si c’est oui qui a élu celui qui vous a nommé ? Alors vous n’êtes qu’un usurpateur.




    0
  • moulay
    10 janvier 2011 at 9 h 51 min -

    Mais chère Madame qu’attendez-vous de ces gens à part le bricolage puisqu’eux-même sont bricolés. SALUTIONS




    0
  • Ammisaid
    10 janvier 2011 at 10 h 35 min -

    A part l’agneau et la poule dans une basse cours que peut-il chasser l’agneau ?
    La réponse est peut être dans cette question frère lemdigoutia !




    0
  • cherif
    10 janvier 2011 at 11 h 47 min -

    Je l’avais dis a un enseignant du lycée que cette génération néé apres 1992 va vous liberer un jour et elle est entreint de donner l’exemple. Cet enseignant ce plaigner de la generation ci-dessus car on son avis elle est mal eduquer: en quoi mal eduquer ? elle a peur de rien ? pauver Monsieur je lui expliquer que justement c’est son role a lui et ces semblables.
    par contre mon argument majeur de mon idée c’est que cette generation a le courage que tous les générations precedente ne l a pas. Cette generation manque de guide c’est vraie mais elle va reussir un jour aujourd’hui ils traverssent la miditerannée, elle parcours l’europe des 27. elle manifestent en algerie et .. donne des lecons a des enseignant qui sont resté dans leurs cours des annees 70. cette generation lui faut un leader malheureusement ce qu’il leur manque car comme il disait si Radjef que je le salue il y a l’armée, el houkouma et le peuple et dans le peuple il y a les jeunes seulement qui maniffestent car ils ont peur de rien meme la mediteranée. aidant les Monsieurs les proffesseurs et prenant exemple d’eux pauvres proffesseurs qui passent sont temps a casser ces moms.




    0
  • said
    10 janvier 2011 at 16 h 32 min -

    Pourquoi la police utilise t elle des lance pierres????




    0
  • Arezki Nait Amar
    10 janvier 2011 at 19 h 46 min -

    C’est le FLN postindépendance qui est à l’origine de tous les slogans creux que l’on connaît : Djeich Chaâb maâk ya flen ( Boumediène &Chadli), la révolution par le peuple et pour le peuple, pour une vie meilleure,etc. Le parti unique rajoute , en outre, le mot populaire à toutes les institutions du pays : République Algérienne Démocratique et populaire, Assemblée Nationale Populaire, Armée Nationale Populaire,Assemblée Populaire de Wilaya,Assemblée Populaire Communale.
    Sous les partis uniques marxistes-léninistes comme le FLN , tout est populaire.Le mot populaire est utilisé que dans un but de propagande. L’Etat se dit « République populaire » pour se donner une apparence de respect des intérêts de la grande majorité du peuple.




    0
  • radjef said
    10 janvier 2011 at 21 h 10 min -

    Bonsoir tout le monde. De Rabrab à Droukdel. Rabrab modèle de république africaine. Rabrab , un autre miracle de la révolution algérienne après celui des haragas. Rabrab, modèle de réussite sociale à l’algérienne. Rabrab ou les limites intellectuelles de l’école algérienne. Voila donc un homme à peine lettré avec son certificat de fin d’études et un diplôme d’aide comptable acquis par expérience dans une société nationale à Fouka Marine , sorti de l’Algérie socialiste ou toutes les richesses étaient la propriété exclusive de l’Etat, se retrouve soudainement à la tête de plusieurs milliards. Si bien que il peut financer le candidat à la succession de fakhamatouhou. ..Droukdel, lui est mort à plusieurs reprises. Mais il intervient à chaque fois que papa hadj Toufik est dans l’impasse. Droukdel aime Toufik et Toufik aime Droukdel. Ce sont deux amis qui militent pour la même cause…




    0
  • Ammisaid
    10 janvier 2011 at 22 h 15 min -

    Qui sont les vrais casseurs ?

    Ils ont cassé nos mains qui construisent
    Ils ont nourri nos mains qui détruisent
    Ils ont cassé nos coeurs qui se fraternisent
    Ils ont enflé nos coeurs qui se divisent
    Ils ont cassé nos usines qui produisent
    Ils ont crée celles qui nous terrorisent
    Ils ont cassé les valeurs qui nous valorisent
    Ils ont importé celles qui nous démoralisent
    Ils ont cassé et assassiné ceux et celles qui voulaient nous guider vers la liberté, la dignité et la prospérité
    Ils ont placé au dessus de nos têtes ceux et celles qui nous obligent à accepter la misère, la servitude, l’ignorance et la lâcheté
    Ils ont cassé nos désirs les plus subtiles, nos espoirs les plus tendres, nos idées les plus belles et nos rêves les plus doux
    Ils les ont remplacé par des terreurs déterminées, par des pensées rigides et violentes, par des émotions rebelles et dégoutantes et par des cauchemars persécuteurs et fous
    Ils ont cassé notre amour pour ce pays que nous avions tellement aimés, que nous avions voulu beau tel que Dieu l’avait crée et tel que tout ceux et toutes celles qui s’étaient sacrifiés pour son indépendance l’avaient tant désiré
    Ils nous ont sournoisement appris à le haïr, à le fuir, à le voler, à le salir, à lui prendre ce qu’il offre sans lui rien offrir…
    Ils ont cassé tout ce qui nous est utile, tout ce qui peut nous servir et tout ce qui peut nous assurer un présent tranquille et un avenir meilleur.
    Ils nous ont appris à attendre et à regarder passer les jours, à s’assoir et à ne rien faire, à régresser pour ne pas prendre conscience que nous sommes entrain de grandir, à renoncer avant même d’avoir essayer de réussir et à se diriger vers la vieillesse ou vers la mort sans s’être servi de tout ce que Dieu nous avait offert: la volonté, le courage, la raison, la joie, la foi, l’intelligence, la créativité…
    Ils ont cassé tout ce que nous désirions qu’ils restassent debout et ils ont mis debout tout ce que ce que nous désirions qu’ils soient cassés.
    Il faut qu’ils se cassent ceux qui ont tout cassé pour que l’Algérie puisse cesser de descendre dans les profondeurs du chaos. Il ne peut y avoir de place pour un autre quelque soit sa force, ses croyances et son courage s’ils continuent à décider de notre sort. Ils sont connus, nous connaissons leurs histoires, nous connaissons leurs méthodes, nous connaissons leurs projets et nous savons tous et toutes qu’ils ne céderont rien d’autre que ce que nous les obligerons à céder. C’est eux ou c’est l’Algérie et son peuple. Un seul choix pour nous et eux ils n’ont choisi que eux et cela depuis plus de cinquante.
    Fraternellement




    0
  • Zineb Azouz
    11 janvier 2011 at 1 h 38 min -

    Chère Asma,

    Ceux qu’ils appellent les aarayas, finiront par mettre à nu tous les faussaires de ce pays, j’en suis certaine.

    Cher Ammi Saïd,
    Je ne me lasserai jamais de te lire, comment fais tu pour entretenir cette flamme qui nous éclaire ? Le point de rupture est consommé depuis longtemps, il n’ y aura jamais de place pour eux et pour nous en même temps !

    Cher Rajef,

    Si tu continues à traiter ainsi nos opérateurs populaires et nos stars, je finirai par penser que tu n’es pas un sentimental car les miracles, que tu le veuilles ou non, existent !
    Il y a les miracles de la Bilocation, qui sont reconnus par l’église d’ailleurs et qui concernent des personnes vues à deux endroits différents et en même temps (comme toi et moi quand nous votions alors que nous étions en même temps à la maison)
    Et il y a bien sûr les lampes d’Ali Baba que seul Ra le dieu du disque solaire (et peut être du tournesol) peut voir.

    Cordialement,
    ZA




    0
  • lemdigoutia
    11 janvier 2011 at 17 h 54 min -

    salam,
    Mes respects Ammisaid,
    notre soeur que je respecte beaucoup Z.Azouz parle si j’ai bien compris du vide que les whouchas qui nous gouvernent ont réussi à établir.Notre incapacité à porter assistance à nos jeunes révoltés!Le renard en la personne du kabyle de service savait bien ce qu’il disait il y a quelques mois.Le renard est rusé mais notre jeunesse est intelligente elle s’en sortira inchallah.pour votre info je suis soeur mdigoutia.
    salutations




    0
  • Zineb Azouz
    11 janvier 2011 at 21 h 53 min -

    Ma chère lemdogoutia,
    Si tu savais à quel point je le suis en ce moment !

    Les monstres qui nous gouvernent ont reproduit la bassesse et la lâcheté comme moyen de vie et de survie.

    Je ne sais pas si tu as vu de près les jeunes, je me suis retrouvée parmi eux malgré moi, et c’est eux qui m’ont dicté ce texte.
    Ils affrontaient les horribles bombes lacrymogènes avec le sourire et scandaient leur rage pas seulement contre les troupes dites anti-émeutes, mais aussi les citoyens qui souvent passaient ou s’enfermaient dans leur maison sans daigner leur jeter ne serait ce qu’un regard.

    L’Algérie est aujourd’hui clairement divisée, et ces moins de 20 ans ne se reconnaissent ni parmi cette pitoyable classe moyenne qui malgré tout, et avec la mesure qui s’impose, arrive à manger, ni parmi bien sûr cette super classe « oufella » qui crache sur le Ghachi et qui se sert sans limite.

    Ces jeunes, s’ils s’en sortent, et je le leur souhaite, ils vont tout balayer derrière eux.

    Cordialement,
    ZA




    0
  • Lemdigoutia
    12 janvier 2011 at 9 h 29 min -

    salam khti Z.Azouz
    Détrompez-vous madame, j’en ai snifé moi aussi de lacrymogène périmée ! sous les cris de( pays riche peuple pauvre,
    pouvoir assassin, ulach smah oulach, yen a marre de ce pouvoir), voyez bien que ce ne sont pas des khobzistes! n’es-ce pas mister Ould je ne sais plus!mais hraymiya sûrement! ça je le sais.
    Que le combat continu mdigoutyin ou pas.
    Mes respects je salue en vous l’âme amazigh anaraz wala anaknou.




    0
  • radjef said
    12 janvier 2011 at 12 h 32 min -

    Bonjour tout le monde. Je l’ai dit et je le répète, l’opposition à la grande joie du pouvoir a broyé tous ses militants sincères et authentiques. Il ne s’agit pas ici de refroidir les ardeurs, de verser dans un masochisme intellectuel ou de remuer le couteau dans la plaie, mais le constat est sans appel : l’opposition n’a plus aucun impact sur la société. La classe politique, à la lumière des dernières émeutes qui ont secoué le pays, a été incapable d’inventer des idées neuves qui rassemblent et qui mobilisent, incapable de répondre aux attentes légitimes du peuple et d’encadrer la société. Reproduisant un discours archaïque, populiste, nos élites semblent sortir d’un passé très lointain qui nous fait penser à un militantisme primitif et violent. Au nom de l’aînesse et d’une légitimité qui n’a plus de sens par les temps que nous vivons, on exige des militants non pas d’être intelligents et imaginatifs, mais d’être inlassablement et impérieusement soumis et sans avis à donner comme si nous étions dans une caserne…L’Algérie de 2011 n’est plus celle des années 50 et 60. Avec la mondialisation, l’Internet et les nouvelles techniques de communication et d’information, le militantisme a changé de forme et de nature. Jouer aux victimes du DRS,parler par la bouche de repris de justice primaires pour chasser les aptitudes, recourir à des scénarios invraisemblables pour se fabriquer une certaine légitimité ou reproduire les procédés si usités durant l’époque du mouvement nationaliste, relève de l’imbécillité et d’un orgueil enfantin. Avec la mondialisation, bien des choses ont changé dans notre vie de tous les jours, bouleversant nos traditions et nos coutumes, notre façon de concevoir les choses. La junte ne peut plus embrigader les esprits même si elle à son service l’école et les medias, et l’opposition ne peut pas justifier son immobilisme et son rejet par le peuple par l’attitude irresponsable du pouvoir qui utilise tous les subterfuges pour assurer son maintien. Il faut sortir de ces archaïsmes dégradants, il faut rompre avec ce militantisme stalinien ou les connivences, les faux semblants, le mensonge, les complaisances, l’auto sublimation et le narcissisme constituent les règles du jeu. Notre opposition doit s’adapter aux nouvelles formes de militantisme basées sur les exigences du savoir, de l’aptitude, de l’union, de l’intelligence, de la transparence, du talent si réellement elle veut être crédible aux yeux du peuple. Posons nous la question suivante : depuis le Congrés de la Soummam à ce jour combien d’initiatives ont été entamées par nos élites pour s’imposer et retablir l’ordre républicain ? Hormis le Contrat de Rome, notre opposition a brillé pas son absence et son silence. Que peut-on dire d’une opposition qui n’invente pas, qui ne réfléchie pas et qui trouve son plaisir dans la nostalgie d’un passé que tout le monde retient en otage.




    0
  • Mohsen
    12 janvier 2011 at 15 h 00 min -

    Frantz Fanon, dans le chapitre « Mésaventure de la conscience nationale », du livre Les Damnés de la Terre, qui disait, il y a plus d’un demi-siècle, au sujet des pays qui ratent leur sortie du colonialisme et :

    « où, selon la règle la plus grande richesse côtoie la plus grande misère, l’armée et la police constituent les piliers du régime. Une armée et une police qui, encore une règle dont il faudra se souvenir, sont conseillés par des experts étrangers. La force de cette police, la puissance de cette armée sont proportionnelles au marasme dans lequel baigne le reste de la nation. La bourgeoisie nationale se vend de plus en plus ouvertement aux grandes compagnies étrangères. A coups de prébendes, les concessions se multiplient, les ministres s’enrichissent, leurs femmes se transforment en cocottes, les députés se débrouillent et il n’est pas jusqu’à l’agent de police, jusqu’au douanier qui ne participe à cette grande caravane de la corruption. »




    0
  • fatima
    12 janvier 2011 at 21 h 09 min -

    y en a marre de la corruption ! il fallait s’y attendre, comme l’à si bien dit MARX tous ces jeunes n’ont plus rien a perdre ,sinon les chaines qu’ils ont au pieds .l’ALGERIE est un des pays d’afrique le plus riche et a cause de quelques personnes on ne s’en sort pas .il faudrait un bon coup de balai !!




    0
  • Congrès du Changement Démocratique