Édition du
23 March 2017

URGENT : En TUNISIE BENALI MASSACRE SON PEUPLE

In Tunisia-Watch

Tunisie : Massacre à huit clos à Kassrine et Thala Pour mater le mouvement social de contestation

Photo du jeune Marwen Joumli tué par balle au poitrine à Thela

Les forces de police chargés de réprimer la contestation des jeunes du mouvement social à Kasserine et Thala ont exécuté un véritable massacre au gouvernaurat de Kassrine dans la nuit de samedi dimanche 8/9 janvier 2011 dont les victimes sont principalement des jeunes de 12 à 30 ans.

D’après une dépêche de l’agence France Presse « Les victimes de samedi ont été tuées lorsque les forces de l’ordre ont ouvert le feu sur des manifestants dans le centre de Tala, une localité proche de Kasserine, dans le centre-ouest du pays, a indiqué à l’AFP Belgacem Sayhi, un instituteur syndicaliste.

Durant les affrontements à Thela , Marwane Jomni, 2O ans, Ahmed Boulaabi, 30 ans, Mohamed Omri, 17 ans et Nouri Boulaabi, 30 ans, ont été tués et plusieurs autres personnes ont été blessées, selon un bilan provisoire recueilli auprès de M. Sayhi, et corroboré par deux habitants ayant requis l’anonymat. Parmi les blessés, six ont été très grièvement atteints et transférés dans un hôpital de Kasserine, chef-lieu de la région, »

Ce Matin et d’après des sources locales trois autres cadavres de jeunes tués par balle ont été trouvés jetés au abord de l’hôpital de la localité. Dans la localité de Thala seulement les mêmes sources parle ce matin d’au moins dix morts par balle parmi les manifestants de la nuit dernière.

A Kasserine, chef-lieu de la région, selon les mêmes sources, où des affrontements sanglants ont été également signalés dans la nuit de samedi à dimanche. Un enfant de 12 ans aurait été tué d’une balle à la tête dans la cité Ennour, a affirmé un témoin ayant requis l’anonymat. Rapporte la même dépêche de l’AFP.

Selon des sources locales on parle ce matin de 7 morts par balle la nuit dernière dans la ville de Kasserine. Slah Fridhi, Raouf Bouzidi, Mohammed Assoudi et Mounir Mbarki auraient été tué dans le cartier d’Ennour alors que Slah Boughanmi ainsi que deux autres dont les noms n’ont pas pu encore être identifiés ont étés tués de la meme façon au cité Ezzouhour dans la ville de Kasserine.

Plusieurs autre cas de blessés par balles ont étés évacué vers des hôpitaux dont certain dans un état grave…

Les medias tunisiens continuent à observer un silence complet sur le bilan des événements en cours et aucune source officielle n’a encore donné aucune information sur le sujet.

Yahyaoui Mokhtar – Tunisie Dimanche 09 Janvier 2011

Tunisie: le gouvernement annonce deux tués à Tala, les syndicalistes cinq

TUNIS – Le ministère de l’Intérieur a confirmé dimanche les affrontements sanglants survenus la veille à Tala, dans le centre-ouest de la Tunisie, annonçant un bilan de deux tués et huit blessés par balles parmi la population.

Des sources syndicales locales concordantes avaient annoncé quatre morts au moins et six blessés graves dans des affrontements entre manifestants et forces de sécurité. Belgacem Sayhi, instituteur syndicaliste, a indiqué dimanche à l’AFP que Ghassene Chintiti, 17 ans, sans emploi, a succombé à ses blessures, portant le bilan de source syndicale à cinq tués à Tala.

Selon le ministère de l’Intérieur, ces incidents ont entraîné le décès de « deux personnes parmi les assaillants et la blessure de 8 autres« , a indiqué le ministère dans un communiqué diffusé par l’agence gouvernementale TAP. Le communiqué faisait état également de « nombreux agents de l’ordre blessés dont trois dans un état grave« , affirmant que les forces de sécurité ont fait usage de leurs armes, après sommation, dans un acte de « légitime défense« .

Les autorités ont affirmé que ces affrontements ont opposé la nuit dernière les forces de l’ordre à des « individus » qui les attaquaient à coups cocktails molotov et pierres et de bâtons.  »Des groupes d’individus ont attaqué à partir de 20H00 (19HOO GMT) la station d’essence, le siège local de l’administration régionale de l’équipement et le poste de police, utilisant des cocktails molotov et des pierres« , a détaillé le ministère.  »Ces individus se sont dirigés par la suite au siège de la Délégation (sous-préfecture) qui était sous la protection des forces de l’ordre, procédant à son encerclement et à son attaque au moyen de bouteilles incendiaires, de pierres et de bâtons« , a-t-il ajouté dans le communiqué.

Les forces de sécurité ont procédé « en vain » à des tirs de sommation, avant d’utiliser les armes « dans un acte de légitime défense lorsque les assaillants ont essayé de pénétrer par la force dans le siège de la Délégation« , selon la même source.

Selon M. Sayhi, dont les propos était corroboré par des témoins parlant sous couvert d’anonymat, les victimes ont été tuées lorsque la police a ouvert le feu sur des manifestants dans le centre de Tala.

Durant ces affrontements, Marwane Jomni, 2O ans, Ahmed Boulaabi, 30 ans, Mohamed Omri, 17 ans et Nouri Boulaabi, 30 ans, ont été tués dans la nuit de samedi à dimanche et plusieurs autres ont été blessés, selon les mêmes sources.

Tala, proche de Kasserine, chef-lieu du centre-ouest tunisien limitrophe de la frontière algérienne, a été dès vendredi le théâtre d’affrontements violents durant lesquels les manifestants ont saccagé des biens et mis le feu vendredi à une banque et à des bâtiments officiels, avait indiqué à l’AFP Sadok Mahmoudi, dirigeant syndicaliste.

L’armée s’est déployée samedi pour la première fois depuis le début des troubles et a pris place autour des bâtiments publics, sans intervenir contre les manifestants, a-t-on indiqué de source syndicale.

La Tunisie est confrontée à une révolte sans précédent contre le chômage partie à la mi-décembre de Sidi Bouzid (centre-ouest) pour gagner d’autres régions du pays. (AFP / 09 janvier 2011 12h41)

ALERTE – Tunisie: trois tués par balles identifiés à Kasserine, nombreux blessés

TUNIS – Trois Tunisiens au moins, qui ont été identifiés, ont été tués et plusieurs ont été blessés par balles dans des affrontements continus dimanche à Kasserine, dans le centre-ouest du pays, selon des témoignages concordants.

Les trois personnes tuées par balles dans les affrontements avec la police sont Raouf Bouzid, Mohamed Amine Mbarki et Rabah Nasri, a indiqué Sadok Mahmoudi, membre du bureau exécutif du syndicat régional de Kasserine qui a fait état d’un quatrième tué sans précision d’identité.

Ce bilan qui n’a pu être confirmé de source gouvernementale, a été corroboré par un autre témoin, parlant à l’AFP par téléphone du centre de Kasserine où l’on pouvait entendre les tirs.

Ces sources ont indiqué que le bilan devrait s’alourdir dans les heures à venir. (AFP / 09 janvier 2011 13h39)

Tunisie: 20 morts dans le centre, selon un opposant qui appelle à faire cesser le feu

TUNIS – Un dirigeant de l’opposition a fait état dimanche d’au moins 20 personnes tuées par balles à Thala et Kasserine, dans le centre-ouest de la Tunisie, et a appelé le président Zine El Abidine Ben Ali à « faire cesser le feu« .

« Les informations qui nous proviennent de Kasserine et Thala font état d’au moins vingt morts tombés sous les balles depuis samedi dans des affrontements qui se poursuivaient ce matin même« , a déclaré à l’AFP Ahmed Nejib Chebbi, chef historique du Parti démocratique progressiste (PDP, opposition légale).

« On a tiré sur les cortèges funèbres« , a-t-il affirmé, expliquant tenir ses informations des relais de son parti dans les deux villes.

Affirmant vouloir attirer l’attention du chef de l’Etat sur « la gravité de la situation« , M. Chebbi l’a appelé à « faire cesser le feu immédiatement« .

« J’adresse un appel urgent au président de la République pour lui demander de faire cesser le feu immédiatement afin d’épargner la vie des citoyens innocents et de respecter leur droit à manifester« , a-t-il déclaré. (AFP / 09 janvier 2011 14h55)


Nombre de lectures : 2384
9 Commentaires sur cet article
  • Sami
    9 janvier 2011 at 20 h 20 min -

    DES CRIMINELS QUI GOUVERNENT NOUS !!!!
    iL faut pas arreter avant de faire tomber ces tyrants !! Ce sont des des cancers




    0
  • TUNISIE
    9 janvier 2011 at 21 h 56 min -

    LU SUR FACEBOOK
    Massacres: plus de 50 morts à Kasserine Thala, Feriana, Regueb,Meknassi
    par Sonia Antit, dimanche 9 janvier 2011, 09:07

    De violents affrontements se sont poursuivis entre la nuit de samedi et ce dimanche matin ayant entrainé plus de 50 morts dans les villes de Thala (16), Kasserine (22), Meknassi (2), Feriana (1) et Reguab (8). Les forces spéciales et des milices parallèles (escadrons de la mort) ont utilisé des balles réelles pour venir à bout des manifestations qui ont duré jusqu’à l’aube de la matinée d’aujourd’hui. Des témoins sur place ont qualifié ce qui s’est passé de « massacre des civils. ». Les forces spéciales ont tiré sur les cortèges funèbres et empêché les cérémonies d’ensevelissements.

    Kalima a appris que la police a tiré à balles réelles sur le cortège funèbre d’un manifestant tué par balles, obligeant à l’abandon du cercueil de ce dernier sur la route menant au cimetière. Des sources ont déclaré que le nombre de morts définitif n’a pas pu être déterminé. Néanmoins vingt deux personnes auraient été tuées par les forces de l’ordre durant les affrontements d’hier à Kasserine. A la cité Ennour dans la ville de kasserine, cinq manifestants ont été tués. Il s’agit de Raouf Bouzidi, Salah al Fridhi, Mounir Mbarki, Mohammed Lassoudi et Abdelkader Boulaabi. Dans la cité Ezouhour, trois personnes sont mortes. L’identité de seulement l’un d’entre eux a été révélée, il s’agit de Salah El Boughanmi.

    16 personnes au moins ont été tuées et plusieurs autres grièvement blessées par balles dans des affrontements entre manifestants et forces de sécurité à Thala. Il s’agit de Marwan Jomli, Ahmed Boulaabi, , Nouri Boulaabi, Marwane Mbarek , Nouri Boulaabi, Marawne Anemri, Ghassane Ben Taib Cheniti, Mohamed Omri, et un vielliard âgé de 90 ans, de nom de Bechir El Mbarki asphyxié par les gaz lacrymogènes.

    Les mêmes sources ont fait état de trois cadavres jetés dans l’oued proche de l’hôpital régional de Kasserine.

    Dans la ville de Feriana, des sources ont fait état d’un bilan provisoire de plusieurs blessés et de la mort d’un jeune de 13 ans dont l’identité n’a pas été encore révélée ; une vingtaine de personnes grièvement blessées ont été transférés vers l’hôpital Habib Bourguiba de Sfax et vers celui de Kasserine.

    Dans la ville de Meknassi, les affrontements qui se sont poursuivis ont fait deux morts, Chihab Alibi et Youcef Fitouri, et sept blessées graves ont été transférés vers l’hôpital de Gafsa.

    A Reguab (au centre,90 km de Sfax), des affrontements ont fait plus de 8 morts et 7 blessés graves dans la nuit du samedi à dimanche.

    Par ailleurs, le consulat de Tunisie à Pantin, a connu, le dimanche 9 janvier, un explosif qui a causé des dégâts légers sur le portail. Suite à cet incident, l’ambassadeur de Tunisie, Raouf Najar, a déclaré que l’ambassade était victime d’un attentat terroriste qui serait dû à l’amplification des événements de protestation sociale qui secouent le pays.

    http://www.kalima-tunisie.info/fr/News-sid-Massacres-plus-de-50-morts-a-Kasserine-Thala-Feriana-Regueb-Meknassi-474.html

    




    0
  • TUNISIE
    9 janvier 2011 at 22 h 25 min -

    Un bel extrait de la lettre adressée à Ben Ali par Jean Daniel (Nobs)
    « Monsieur le Président, il y a de grandes réussites dans les trois pays du Maghreb, Maroc, Algérie, Tunisie, qui sont au surplus les plus beaux du monde. Mais ils ont en commun au moins deux tares inexcusables. La première peut être ainsi résumée : les riches y sont… scandaleusement plus riches et les pauvres insupportablement plus pauvres. Il y a une déferlante de nouveaux riches dans les trois pays, dont le comportement cynique et arrogant constitue une provocation quotidienne. La seconde tare, c’est que les jeunes gens dont les pères sont morts pour fonder des pays libres n’ont aujourd’hui qu’un seul rêve : les quitter. Vous avez été par trois fois plébiscité, Monsieur le Président, vous n’avez plus rien à conquérir du côté du pouvoir mais tout à taire du point de vue de la justice ».

    Jean Daniel




    0
  • Rédaction LQA
    9 janvier 2011 at 23 h 15 min -

    AFP – 09/01/2011 à 07:45
    Tunisie: nouveaux affrontements, quatre morts, soutien syndical au mouvement

    Quatre personnes au moins ont été tuées et six autres grièvement blessées samedi soir par balles lors de nouveaux affrontements entre manifestants et forces de l’ordre en Tunisie, confrontée à une révolte sans précédent contre le chômage.

    A Tunis, lors d’un rassemblement public samedi, la centrale syndicale unique, l’Union générale des travailleurs tunisiens (UGTT), a proclamé son appui aux revendications « légitimes » du mouvement.

    Les victimes de samedi ont été tuées lorsque les forces de l’ordre ont ouvert le feu sur des manifestants dans le centre de Tala, une localité proche de Kasserine, dans le centre-ouest du pays, a indiqué à l’AFP Belgacem Sayhi, un instituteur syndicaliste.

    Durant les affrontements, Marwane Jomni, 2O ans, Ahmed Boulaabi, 30 ans, Mohamed Omri, 17 ans et Nouri Boulaabi, 30 ans, ont été tués et plusieurs autres personnes ont été blessées, selon un bilan provisoire recueilli auprès de M. Sayhi, et corroboré par deux habitants ayant requis l’anonymat.

    Parmi les blessés, six ont été très grièvement atteints et transférés dans un hôpital de Kasserine, chef-lieu de la région, selon les mêmes sources, où des affrontements sanglants ont été également signalés dans la nuit de samedi à dimanche. Un enfant de 12 ans aurait été tué d’une balle à la tête dans la cité Ennour, a affirmé un témoin ayant requis l’anonymat.

    Les autorités sollicitées n’ont ni confirmé ni infirmé ces affrontements, encore moins leur bilan. S’il se confirmait, il porterait à au moins six morts le nombre de tués par balles depuis que Mohamed Bouazizi, 26 ans, s’est immolé par le feu le 17 décembre à Sidi Bouzid (265 km au sud de Tunis) pour protester contre la saisie de son étal de primeurs.
    Il est devenu depuis le symbole d’une révolte contre la précarité sociale et le chômage, notamment celui des jeunes diplômés.

    A Tunis, devant quelques centaines de personnes strictement encadrées par des centaines de policiers en civil et des unités anti-émeutes, le secrétaire général adjoint de l’UGTT, Abid Brigui, a proclamé son appui aux revendications « légitimes ».
    « Nous soutenons les revendications de la population de Sidi Bouzid et des régions intérieures », a t- il déclaré à la foule depuis les locaux de la centrale, sur la place Mohamed Ali.
    « Il est contre nature de condamner ce mouvement, il n’est pas normal d’y répondre par des balles », a-t-il lancé sous les applaudissements, appelant plutôt au « dialogue avec les jeunes ».

    La foule a observé une minute de silence à « la mémoire des martyrs » du mouvement social, entre hymne national et chansons engagées diffusés par hauts-parleurs.
    La veille, Tala a été le théâtre d’affrontements violents durant lesquels les manifestants ont saccagé des biens et mis le feu à une banque et à des bâtiments officiels, selon un dirigeant syndical local.

    Selon ce témoin joint par téléphone, l’armée s’est déployée samedi pour la première fois depuis le début des troubles, autour des bâtiments officiels.
    Vendredi, cinq manifestants et un agent de sécurité ont été blessés lors d’un affrontement violent à Saïda, une localité proche de Sidi Bouzid.

    Ce qui devait être une marche pacifique de lycéens, rejoints en cours de route par des habitants du village, a dégénéré en affrontements avec les forces de sécurité, qui ont fait usage de lacrymogènes, puis de leurs armes à feu, selon des témoins.

    De nouvelles tentatives de suicide ont par ailleurs été signalées samedi par des témoins à Kasserine et à Sidi Bouzid, dont celle d’un père de quatre enfants, Moncef Abdouli, 52 ans, qui a tenté de mettre fin à ses jours en s’immolant par le feu près du marché, en plein centre-ville.
    A Kasserine, un jeune chômeur, Hilmi Khadraoui, s’est aspergé de pétrole près du lycée, tandis qu’un homme de 35 ans avait tenté de se suicider après une manifestation, selon un journal privé local.

    Traditionnel allié de la Tunisie, les Etats-Unis de sont dit « préoccupés » vendredi par les troubles et ont convoqué l’ambassadeur de ce pays à Washington, Mohamed Salah Tekaya, pour demander le respect des libertés individuelles, notamment en matière d’accès à l’internet.




    0
  • Abdelkader DEHBI
    10 janvier 2011 at 14 h 28 min -

    Ce n’est pas tant ce pauvre et indigne Ben Ali qui assassine son peuple, c’est plutôt sa pourriture de coiffeuse, chaperonnée et manipulée par le puissant lobby sioniste de Tunisie qui fait la pluie et le beau temps dans le pays et qui a fait main basse sur toute la vie économique et financière tunisienne.




    0
  • mondiste
    10 janvier 2011 at 15 h 08 min -

    je suis algerien et par ce passage je dois dire que je suis fier de mes freres les tunisien bravo il s’avere que vous etes de vrais hommes par raport a tout les maghrebins bravo et dites vous vous bien que mourir en hero vaut mieux que de vivre en chien ,les voleurs ont tout tout pris meme notre sourir personellement je n’ai plus envie de vivre car ca ne resseble plus a une vie cette vie de chiens que meme les chiens ne suporteraient pas .




    0
  • AS
    10 janvier 2011 at 15 h 59 min -

    mais comment tu peux faire pour tuer tes propres enfants… ce sont vos enfants que vous assassinez

    Allah yarhamhoum…




    0
  • BOUREKFR
    12 janvier 2011 at 8 h 45 min -

    Bonjour,

    Bonne Année à tous les enfants du Maghreb, à la culture et civilisation de nos territoires. Vive cette Jeunesse, qu’elle construise son Avenir maintenant. Vous le pouvez pour ces merveilleux cieux bleu d’azur, ces parfums et cette terre si chère. De tout coeur avec ceux qui souffrent le martyr et la peine.
    Un Constantinois




    0
  • Nourredine BELMOUHOUB
    12 janvier 2011 at 12 h 17 min -

    U.G.T.T : A Tunis, lors d’un rassemblement public samedi, la centrale syndicale unique, l’Union générale des travailleurs tunisiens, a proclamé son appui aux revendications « légitimes » du mouvement.

    U.G.T.A : ne rassemble qu’autour d’une Gas3a de couscous garni, n’a accordé aucune considération ou importance à la révolte de la jeunesse.
    Ce qui me laisse dire qu’il y a beaucoup de choses à mettre au placard




    0
  • Congrès du Changement Démocratique