Édition du
27 July 2017

للشعب التونسي.. شكرا

عبد الباري عطوان

القدس العربي

15    بناير 2011

شكراً للشعب التونسي.. شكراً لدماء الشهداء الزكية التي عمدت هذا الانتصار الكبير.. شكراً للجيش الذي انحاز الى الشعب، وادار ظهره للديكتاتورية والفاسدين، ووضع تونس وأمنها واستقرارها فوق كل الاعتبارات.
كنا نخشى ان تضيع هذه الانتفاضة هدراً، وان تذهب التضحيات سدى، ولكن هذا الشعب الذي يملك ارادة الانبياء وصمودهم وتضحياتهم، اصر على الذهاب حتى نهاية الشوط.
الطاغية هرب، مثل كل الطغاة الآخرين. هرب بأمواله وفساده، وادرك ان لحظة الحقيقة قد دنت، ولكنه لن يرتاح في منفاه الفاخر، ولن يشعر بالأمان، فأرواح شهداء الانتفاضة ستظل تطارده، ودماؤهم ستتحول الى كوابيس تحرمه من النوم حتى في قبره.
اكاديمية العزة والكرامة التي ارسى اسسها الشعب التونسي ستظل مرجعية، تقدم الدروس البليغة الناجعة لكل الشعوب المقهورة في العالم بأسره، والعالم الاسلامي على وجه الخصوص.
الجيش التونسي الذي انحاز الى الشعب، ورفض ان يوجه بنادقه اليه، مثلما رفض ان يكون حارساً للفساد والقمع ومصادرة الحريات، يستحق ايضاً الشكر والتقدير، وقدم بذلك درساً للجيوش العربية الاخرى التي انحرفت عن دورها الوطني وتحولت الى اداة قمعية يستخدمها الحاكم الديكتاتور لقمع شعبه، وتثبيت دعائم فساده.
انتفاضة الكرامة التونسية هذه فاجأت الكثيرين بمن في ذلك ‘عرافو’ مراكز الابحاث والدراسات في الغرب، ومنجمو الفضائيات في الشرق، واثبت هذا الشعب التونسي، الصغير في تعداده، الكبير في عطائه، وتضحياته، وطموحاته، انه القامة الشامخة في محاربة الطغاة، والانتصار للعدالة ومكافحة الظلم.
فهذا الشعب، وقبضاته الغاضبة، وحناجره الهادرة، ومواجهاته الشجاعة لرصاص القمع بصدور شبابه العامرة بالايمان، هو الذي اجبر الرئيس التونسي على النزول من عليائه، واستخدام مفردات لم تكن موجودة مطلقا في قاموسه، وكل الحكام العرب الآخرين، من قبل مثل: نعم للتعددية الحزبية.. نعم للمعارضة السياسية.. نعم لانتخابات برلمانية حرة.. نعم للاعلام الحر.. لا للرقابة.. لا للرئاسة مدى الحياة.. نعم للمحاسبة.. نعم لمكافحة الفساد والتحقيق مع المتورطين فيه.
سلسلة من الخطوات بدأت باطلاق الرصاص الحي على المحتجين دون رحمة، وبهدف القتل، وانتهت باقالة الحكومة والدعوة الى انتخابات عامة في غضون ستة اشهر، لانتخاب برلمان جديد يتمثل فيه مختلف الوان الطيف السياسي.
تنازلات كبيرة وعديدة، واحد منها كان كفيلاً وحده بتنفيس هذا الاحتقان، ومنع نزول الناس الى الشوارع، وتجنب ازهاق ارواح اكثر من ستين شخصا، لكن النظام وبطانته تصرفا بطريقة تنطوي على الكثير من الغرور والغطرسة، بل والعجرفة، واعتقدا انهما يستطيعان السيطرة على الناس واذلالهم وكسر ارادتهم من خلال القبضة الامنية الحديدية.
* * *
الرئيس التونسي اعترف، تحت تأثير الغضبة الشعبية وليس تطوعا، بانه تعرض للتضليل من قبل بطانته، التي حجبت عنه الحقائق، وقمعت الشعب باسمه، وصادرت حرياته وابسط حقوقه، ولكنها ‘صحوة’ متأخرة ثلاثة وعشرين عاما، وهي بالمناسبة الفترة نفسها التي قضاها الرسول صلى الله عليه وسلم في مكة والمدينة على رأس الدولة الاسلامية (10 سنوات في مكة و13 سنة في المدينة) ونحن هنا لا نقارن لا سمح الله، وانما لنذّكر بالعدالة وحجم الانجاز رغم صعوبة الظروف وضخامة المؤامرات.
ثلاثة وعشرون عاما من ديكتاتورية الحزب الواحد، واحتكار السلطة من قبل مجموعة صغيرة، سيطرت على القرار، ونهبت ثروات البلاد، وتغولت في الفساد، وفوق كل هذا وذاك، مارست القمع الفكري والاعلامي، لحجب الحقائق عن العالم الخارجي.
تونس ‘البيضاء’ وعلى مدى الثلاثة والعشرين عاما الماضية تحولت الى دولة بلا صديق ولا شقيق ولا نسيب، ولا اقرباء معزولة منبوذة بسبب ممارسات النظام التي ادت الى زهد الكثيرين عن زيارتها، او التواصل معها، خاصة من رجال الفكر والصحافة والاعلام. وجميعهم من محبيها وشعبها دون اي استثناء.
الرئيس التونسي باقالته الحكومة ودعوته الى انتخابات عامة، استنفد كل ما في جعبته من تنازلات، ولم يبق الا التنازل الاخير والاكثر الحاحا، اي رحيله من السلطة فورا مثلما تطالبه بعض او معظم قطاعات الشعب التونسي كما بدا واضحا من خلال الشعارات التي رددها المتظاهرون.
وها هو يرحل الى غير رجعة، ويتجرع كأس النبذ والنفي مثل كل الطغاة الآخرين مثل تشاوشيسكو وماركوس وشاه ايران.
يستحق منا الشعب التونسي الشكر مرتين لا مرة واحدة، الشكر لانه اثبت ان الشارع العربي ليس ميتا مثلما توقع الكثيرون، ونحن منهم، وانه قادر على الانتفاض وتقديم التضحيات من اجل التغيير، والشكر ثانيا لانه فضح الانظمة الغربية التي تشدقت دائما بدعمها للحريات وحقوق الانسان وقيم العدالة والديمقراطية.
فلولا هذه الانتفاضة المباركة لما جلست السيدة هيلاري كلينتون مثل الاستاذة توبخ تلاميذها وزراء الخارجية العرب الذين التقتهم في ‘منتدى المستقبل’ الذي انعقد في الدوحة يوم امس الاول، وتلقي عليهم محاضرات في الديمقراطية وحقوق الانسان والحكم الرشيد وتطالبهم بالاستماع الى اصوات شعوبهم في هذا المضمار.
ولولا هذه الانتفاضة لما تجرأت السيدة كلينتون نفسها على خرق التقاليد الدبلوماسية المتبعة، والالتقاء بقادة احزاب المعارضة في اليمن اثناء زيارتها لصنعاء وحثهم على التقدم باقتراح ‘بدائل’ عن حكم الرئيس علي عبدالله صالح.
الايام المقبلة قد تكون عصيبة جدا بالنسبة للكثير من الانظمة العربية الديكتاتورية ان لم يكن كلها، فالاوضاع المعيشية في تونس افضل كثيرا من نظيراتها في معظم الدول العربية، والديكتاتورية التونسية اقل قمعا من ديكتاتورياتها.
امريكا غيرت انظمة معادية لها بالغزو والاحتلال ومقتل مئات الآلاف من الابرياء مثلما حصل في العراق وافغانستان، وها هو الشعب التونسي يقلب المعادلة، ويغيّر نظاما صديقا للولايات المتحدة بالاحتجاجات الحضارية المشروعة التي تكفلها كل القوانين والاعراف الالهية والدولية والوضعية. وربما لهذا السبب جاء اول رد فعل امريكي على انتفاضة تونس البيضاء بعد ثلاثة وعشرين يوما من انطلاقها.
ختاما نقترح على السيدة كلينتون، وبعد التجربة التونسية المشرفة هذه، ان تعد جزيرة في المحيط الهندي لاستقبال الكثير من اصدقائها او حلفائها من الديكتاتوريين العرب، واكرام وفادتهم مثلما خصصت معتقل غوانتنامو لاعدائها من رجالات القاعدة، وربما لا نبالغ اذا قلنا ان الاولين اي الزعماء العرب اكثر خطرا عليها من الاخيرين


Nombre de lectures : 1087
27 Commentaires sur cet article
  • Ramdane
    15 janvier 2011 at 12 h 17 min -

    Pas de quoi! un petit peuple par le nombre peut se révéler un géant dans l’arène du combat pour la liberté et la dignité. A l’inverse, un grand peuple par le nombre peut en définitive n’être qu’un ghachi sucrable et huilable a volonté de temps en temps pour l’accomoder!!!!!!!!!! El fahem yefham ouel hadith kies … … !




    0
  • ALI
    15 janvier 2011 at 14 h 31 min -

    la france et a travers son ministre ALLIOT MARIE propose ses services répressifs pour la Tunisie et l’Algérie.
    Retournement de situation ILLICO PRESTO EN 24HEURES
    la France se tient avec le peuple tunisien.
    la france refuse l’accueil du général benali sur son territoire. A MEDITER FRERES ALGERIENS SUR LES RAPPORTS




    0
  • Si Tchad
    15 janvier 2011 at 14 h 42 min -

    Merci M. Atwan! La derniere proposition de reserver une ile pour les despotes en perdition est excellente. On devrait l’appeller: Zinetanamou Bey…

    Si Tchad




    0
  • Si Salah
    15 janvier 2011 at 15 h 23 min -

    Ah comme j’aimerais lire Fattani nous dire ce qui s’est passé pour son idole Benali, prince du « havre de stabilité et de prospérité »…Ah comme j’aimerais voir l’abruti venu défendre Benali la semaine passée sur
    Al Ittijah el mu3akis d’Al Jazeera…

    Si Salah




    0
  • radjef said
    15 janvier 2011 at 15 h 50 min -

    Apres la chute du tyran Ben Ali, quelques moments au Djurdjura.
    Bonsoir tout le monde.
    Depuis hier je n’ai pas cessé de bourlinguer à travers les villes et villages du Djurdjura, avec l’espoir de recueillir quelques informations aux amis internautes. Depuis hier, la Kabylie vit au rythme des nouvelles qui arrivent de Tunisie. A ma grande surprise, j’ai découvert une Kabylie qui a retrouvé toutes ses sensations, sa hargne, sa résistance et son goût à la lutte citoyenne. Encore tard dans la nuit d’hier, alors que le tyran Ben Ali chassé du trône par son peuple cherchait un pays d’accueil, la rue kabyle a connu une certaine effervescence et une ambiance ou l’on peut lire aisément toute l’admiration du Djurdjura pour le peuple tunisien. Une atmosphère de fête et de victoire enveloppait dans cette nuit hivernale la Kabylie, et jamais dans l’histoire le Djurdjura n’a été aussi proche comme cette nuit de Carthage.
    Ou que vous alliez ce matin à travers les rues du Djurdjura, un seul sujet domine les débats : la bravoure du peuple tunisien. Mais aussi des blagues pour tourner en dérision Bouteflika et le régime militaire algérien. « Bouteflika n’aime le mot Tunisie et compte chasser tous les tunisiens établis dans le pays », raconte Mohand Arezki. Et d’ajouter sur un ton allégorique : « Vous savez pourquoi Bouteflika et son régime n’aiment pas le mot Tunisie, parce que le mot Tunisie veut dire liberté, , démocratie,élections libres, dignité et jugement des criminels. » Mais dans la rue kabyle, il n’y a pas que des scènes de joie et de liesses. Il y a la réalité du moment. Il y a de l’amertume et le désenchantement. A la question est ce que l’expérience tunisienne est possible en Algérie, j’ai beaucoup croisé de regards tristes que je n’ai reçu de réponses. Les paysans du Djurdjura et les militants de villages ne se font guère d’illusions sur une telle perspective dans leur pays. Du moins pour le moment. Non pas parce que le régime est fort et invincible, mais parce que le pays n’a plus de société civile, d’élite et d’opposition. De même nos interlocuteurs n’ont pas manqué de déplorer l’absence de syndicats forts et d’une presse responsable et honnête comme c’est le cas en Tunisie. De plus en plus coupée du peuple, l’opposition ne finit pas d’emboîter le pas au pouvoir en se retranchant dans ses propres mensonges, ses délires et ses dérives. Ayant goûté aux délices de la corruption et du gain facile, l’opposition ne fait plus l’opposition au pouvoir militaire, mais à la rue qui exige le changement. « Quand on est un opposant de luxe, on ne peut pas comprendre la langue du peuple », explique Achour. Mais est ce pour autant une fatalité ? Non, disent à l’unanimité nos interlocuteurs.




    0
  • hakim
    15 janvier 2011 at 17 h 27 min -

    Il faut que le peuple algérien fête l;a victoire des tunisiens pour montrer le chemin de la porte a Boutef-Ouyahia-Generaux.




    0
  • Sami
    15 janvier 2011 at 18 h 27 min -

    Il faut que nos freres tunisiens ajoutent la date de la chute de ce tyran au calendrier des fêtes nationales .. pour qu’ils n’oublient jamais les jours PASSES sous sa dictature !!!
    Je suis tres heureux pour fafa, les responsables français devraient être choqués maintenant




    0
  • Hamami Hamid Sidi-Ayad Sidi-Aich Béjaia
    15 janvier 2011 at 19 h 25 min -

    Les Tontons macoutes de Ben Ali tentent de semer le chaos dans tout le pays. Des milices organisées, roulant dans des voitures sans immatriculation, sillonnent la Tunisie afin de faire croire à l’anarchie. Cette conduite criminelle est sévèrement réprimée par l’armée et la population qui s’organise en comité par quartier.

    A La Marsa, les flics de Ben Ali ont tiré dans la foule du café Le Saf Saf, lieu très fréquenté par les touristes et la population aujourd’hui. Le comité de quartier a pourchassé les criminels et l’armée les a arrêtée.

    Partout, la même situation. Les premiers bilans sont violents : plus d’une centaine de morts à travers le pays, hier. Un chiffre qui risque d’augmenter très vite.

    La révolution pacifique d’hier ne pourra être stoppée par les gangsters à la solde de la mafia Trabelsi & Co. L’Armée – remarquable depuis le début – fait le job sans bavures.

    Tout ce qui se passe actuellement est autant de morts en plus au crédit du régime Ben Ali.

    Le RCD, le parti de l’ex-Président, et la police font front commun dans ces exactions. Mais désormais le peuple tunisien a décidé d’aller jusqu’au bout. Chapeau aux Tunisiens!




    0
  • iris samy
    15 janvier 2011 at 19 h 27 min -

    La vidéo qui fait mal : Dominique Strauss-Kahn vante la Tunisie de Ben Ali En visite le 18 novembre 2008 à Carthage, Dominique Strauss-Kahn a félicité le président Zine El Abidine Ben Ali pour la pertinence de ses choix économiques :

    « Je m’attends à une forte croissance en Tunisie cette année, la politique économique adoptée ici est une politique saine et constitue le meilleur modèle à suivre pour de nombreux pays émergents. »




    0
  • Hamma
    15 janvier 2011 at 19 h 41 min -

    Mille merci à nos frères et soeurs Tunisiens. Restez vigilants. Les dictateurs sont aux abois et seule la détermination viendra à bout.

    Les milices sont encore sur le terrain et je rend un vibrant hommage à ces jeunes qui ont filmés leur propre révolution car le monde ne peut pas ignorer ce qui s’set véritablement passé en Tunisie. La secte du pouvoir est encore au pouvoir et dans les rues de Tunisie. Je rends hommage aussi à ces jeunes qui ont photographier et filmer leurs boureaux au moment des faits, car les compte viendront après. Si Ben Ali est ailleurs, vous n’en échaperait pas dit le peuple. Boureflika et Co, vous devez pisser dans vos frocs actuellement.




    0
  • iris samy
    15 janvier 2011 at 19 h 57 min -

    Eviter le lyrisme démocratique
    Peuple tunisien attention : les pays occidentaux (qui commencent à vous donner des « conseils démocratiques ») n’ont pas d’amis mais des intérêts. Ainsi, la France « terre des droits de l’homme » qui hier encore hésitait à condamner la violence dans les rues tunisiennes a refusé d’accueillir Ben Ali sur son sol. C’est dire qu’on pense déjà à ses intérêts nationaux et non « aux droits humains ». Qui est fou ? Dans ce pays qui a une économique dynamique (vive Ben Ali ?) il ne faut pas se faire devancer sur ce marché et dans les contrats futurs.
    Mais si demain, dans des conditions démocratiques les salafistes prennent démocratiquement le pouvoir (ce n’est pas à exclure), les mêmes occidentaux vont trouver cela non démocratique (cas du Hamas en Palestine, cas du fils en Algérie).
    Chers amis tunisiens : évitez le lyrisme démocratique. Ne soyez pas réduits à regretter BEN ALI. Avec lui la Tunisie était, au moins, un pays respecté.

    Encore et toujours les mêmes : l’idéologie marxiste socialiste
    […] Aujourd’hui vous avez les pays d’Afrique du nord et ses dictateurs, tous appartenant à la gauche socialiste dite Internationale Socialiste comme la Tunisie et l’Algérie des dictateurs qui s’enfriquent sur le dos du peuple via les paradis fiscaux eux aussi, bien contents de les envoyer en Europe se faire entretenir aux frais des contribuables et des assurés sociaux sachant qu’il n’existe ni SECU ni ANPE dans ces pays là. La France gaullienne en a reçu combien de ces tristes personnages et elle ose donner des leçons sur le seconde guerre mondiale ! Le Président en fuite comme un voleur n’a pas bénéficié d’un asile diplomatique et pour cause mais pour quelle raison ? Ce ne serait pas par hasard à cause des élections de 2012 et du vote des immigrés en France qui va remplacer celui des abstentionnistes ou bien les votes populaires qui font tant défaut à la gauche suite à leur trahison après 1981…

    Sourcière le 15/01/2011 à 14:12
    C’était quoi exactement…
    … l’avion « à vide » dont Sarkozy a refusé l’atterrissage ?

    On attend la « communication du gouvernement à ce sujet bien sûr …

    thomas le 15/01/2011 à 12:26
    Pour Ben Ali
    Il faut se réjouir des évènements en Tunisie et souhaiter à ce peuple l’émergence d’un système plus juste et réellement démocratique, plutôt que le remplacement d’un homme fort par un autre.

    Il me semble que l’histoire reconnaîtra quand même à l’ancien Président d’avoir été à l’origine de la création d’une bourgeoisie intellectuelle capable de manifester sans prendre les armes.

    Ceux qui ne lui trouvent aucun mérite, doivent quand même reconnaître que le terrorisme islamique a peu de prise sur le pays, ce qui donne ses chances à des évolutions sociales et politiques positives.

    Ce sont à mon avis, les mêmes qui aujourd’hui condamnent la France pour son manque d’ingérence, qui auraient crié le plus fort au scandale si elle avait eu lieu.

    La France refuse d »héberger Ben ALi
    Ce n’est peut-être qu’un prélude…

    Quand on pense qu’il y a peu Sarkozy faisait l’éloge de Ben Ali un grand ami démocrate.
    Il faut réfléchir avant de parler !
    Il faut avouer que ses prédécesseurs Mitterrand et Chirac ne s’encombraient pas eux aussi des droits de l’homme.
    Quand on pense aux justices bridées, aux scandales financiers permanents, ce qui se passe en Tunisie pourrait bien gagner le rivage nord de la méditerranée.Voilà ce qu’il était

    Leila Trabelsi épouse Ben Ali.
    Le ministre du Transport Abderrahim Zouari avait signé à Paris les premiers contrats relatifs à l’acquisition de 20 rames pour le fameux Réseau Ferroviaire Rapide (RFR) , avec l’entreprise chinoise China South Railways (CSR) et annoncé par la même occasion le démarrage imminent des travaux, qui signifie normalement le commencement des travaux de génie civil. Non seulement le démarrage des travaux, annoncé depuis le mois d’août, n’a pas eu lieu jusqu’à ce jour, mais ce que le ministre a omis d’annoncer est le montant de l’enveloppe qu’il s’est partagé avec son associé Belgacem Khachnaoui. A. Zouari a exigé 2 millions de dollar à lui seul (de la commission globale fixée à 5 millions de dollar) et a eu gain de cause.
    Mais qui est ce khachnaoui ? Celui qui vient de propulser son propre frère au poste de secrétaire général du Comité de coordination de Kasserine, n’est autre que l’amant de Jalila Trabelsi la sœur aînée de Leila.
    Mariée officiellement à Haj Mahjoub, un ancien taxiste, Jalila habite à Carthage depuis que l’ex – ministre des domaines de l’Etat Ridha Grira lui a offert une somptueuse villa, délaissée par ses propriétaires étrangers, pour la « bagatelle » de … 8000 dinars. Son neveu n’est autre que Said Boujbel (marié à sa fille aînée) qui possède ou gère plusieurs hôtels et la plupart des restaurants et cafés du centre – ville, surtout à l’Avenue de Paris et la rue de Marseille. Sa deuxième fille est mariée au fils de l’homme d’affaires M’Zabi.
    Vétéran de la contrebande, Haj Mahjoub rivalise avec les gros calibres du secteur. Il est vrai qu’il a commencé son business dès 1993 en « jouant » avec des conteneurs venant de Turquie et d’Arabie Saoudite. Le tarif qu’il appliqua durant plus d’une décennie était de 500 D par la valise, quel que soit son contenu. Quant à l’amant de sa femme, il a mis la main sur l’ensemble du secteur du transport. Khachnaoui a réussi même à convaincre son associé Zouari de transférer les bureaux du ministère du Transport de l’ancien immeuble spacieux sis à Monplaisir à l’immeuble de Jalila, beaucoup plus exigu, à proximité de l’aéroport Tunis Carthage. Depuis, les fonctionnaires souffrent d’un véritable calvaire.
    Tout récemment, les tourtereaux Belgacem et Jalila se sont arrogés le réseau de salons VIP installés dans les aéroports du pays, pourtant propriété de l’Etat. PS : on ignore encore la somme touchée par le tandem Zouari – Khachnaoui à la suite de la signature des contrats avec les bureaux d’études tuniso – français Systra – studi pour la mission de maîtrise d’ouvrage du Réseau Ferroviaire Rapide (RFR) .
    Samira Trabelsi, la sœur cadette de Leila, occupe une place particulière dans le cœur de « la présidente » comme elle aime être appelée. Mariée à Montasar Mehrzi, un ex – moniteur de sport et fils d’un officier condamné à mort à la suite du putsch déjoué par Bourguiba en 1962, elle était standardiste chez Yassine H’mila au Duty free de La Soukra. Leila a confié à Samira une mission sensible consistant à voyager dans plusieurs pays, notamment le Maroc et la Mauritanie, à la recherche de plantes rares et sortilèges (sihr سحر) afin d’ensorceler Ben Ali.
    Samira s’est lancée dans les affaires par l’acquisition d’une ferme dans la région de Gabès, plantée de cerises et tomates à l’aide d’experts israéliens. Elle a monté également une usine de transformation de tomates. Mais le pauvre associé s’est retrouvé complètement dépouillé, en laissant 1, 3 million de dinar dans les caisses. De même elle a constitué une société de gestion des tickets de restaurants en partenariat avec un dentiste connu, qu’elle vient de rompre en le menaçant de représailles s’il songe à la dénoncer.
    Par ailleurs, Samira a réussi à s’approprier les cafés les plus fréquentés de La Marsa et Sidi Bousaid, dont le café AL – Alia, Sidi Chabaane etc.… Elle joue également l’intermédiaire avec les différents départements ministériels afin de débloquer des dossiers et résoudre des problèmes moyennant des commissions exorbitantes exigées aux citoyens en difficulté. Le comble c’est que Samira pousse Ben Ali, à travers Leila, à nommer son amant Mondher Zenaidi au poste de premier ministre.

    Bon débarras
    Pour ce qui est de l’ex dictateur : bon débarras ainsi que sa belle famille. Ceci dit je suis sûre qu’ils ne manqueront de rien où qu’ils aillent.
    Pour ce qui est de Sarkozy, il est étonnant qu’il lui ai refuse le sol français vu  » l’amitié qu’il voue à Ben Ali ». Son sursaut de soutien aux Tunisiens aurait été plus apprécié plus tôt. Mais les politiques savent « … retourner la veste… toujours du bon côté… « , et le président Sarkozy est un champion en la matière. J’espère maintenant que Sarko ne se mettra pas en donneur de leçon aux tunisiens…
    Et pour finir VIVE LA TUNISIE ET LES TUNISIENS, « TAHIA TOUNES ».

    Image encore plus ternie !
    En vérité, selon des observateurs étrangers, Sarkozy souhaitait recevoir ces très riches amis, mais de nombreux conseillers ont signalé la très mauvaise image que cela propagerait, à noter que les responsables français accordaient toute leur confiance au despote l’avant veille de son départ !

    Aux armes
    S’il arrive en France tous dans la rue. Ce n’est pas exclu compte tenu des propos de MAM et de Nico 1er son ami de toujours. Entre despote, il y a des liens qui sont supérieurs à ceux du sang. Ne me sanctionnez pas pour le mot despote, c’est vérifié tous les jours dans une république bananière, mais non poursuivi.




    0
  • Sadek
    15 janvier 2011 at 20 h 19 min -
  • Afif
    15 janvier 2011 at 20 h 34 min -

    بسم الله الرحمان الرحيم

    Pas d’amalgame, mes frères : si Benali avait le pétrole, il serait toujours au pouvoir.

    Maintenant, demandons l’ouverture des frontières du Maroc aux touristes algériens : nos frères marocains ont besoin de se réveiller.




    0
  • Abdelkrim
    15 janvier 2011 at 21 h 36 min -

    Je l’ai déjà fait maintes fois sur différents sites et forums, mais la victoire est tellement grandiose et historique que je voudrai, encore une fois, rendre un vibrant hommage au peuple tunisien. Je voudrai, une fois encore et une fois de plus, féliciter mes frères et mes soeurs en Tunisie pour cette monumentale réalisation, digne des descendants du peuple Carthaginois. Elle rendra certainement l’espoir à tous les peuples opprimés par leurs «gouvernants», à commencer par nous, vos frères et vos voisins algériens.

    Vos chouhada sont maintenant les nôtres aussi et votre combat intelligent, solidaire, déterminé ainsi que votre volonté sans failles de vous libérer de l’oppression seront pour nous l’exemple à suivre.

    Alf mabrouk et merci de nous avoir montré le chemin.
    Je veux par ailleurs rendre un hommage appuyé à l’armée tunisienne et à son haut commandement pour le rôle qui a été le sien dans la libération du son peuple du joug de la dictature de Ben Ali.

    Le haut degrés de conscience dont elle a fait preuve quant à ses responsabilités devant l’Histoire et aux missions qui lui sont dévolues en matière de défense de la patrie, du peuple et de son État ont permis d’éviter à la Tunisie de sombrer dans les dérives d’une dictature aux abois qui, sans cela, auraient sans doute été autrement plus sanguinaire et plus meurtrière pour se maintenir en place.

    Il y a lieu, à cet égard, de souligner que le soutien tacite de cette armée à son peuple, exprimé notamment par sa retenue et son refus d’exécuter certains ordres, a été déterminant dans la précipitation de la chute du régime Ben Ali.
    La photo illustrant l’article ci-dessus en est une, parmi tant d’autres, qui prouve le positionnement discret et intelligent de l’armée tunisienne aux côtés des revendications légitimes des manifestants et des intérêts supérieurs de la Tunisie.

    Je pense qu’il faut aussi rendre hommage à cette armée responsable qui, je l’espère, devrait, elle aussi, constituer un exemple à suivre.




    0
  • Sami
    15 janvier 2011 at 21 h 44 min -

    @ Nos freres tunisiens et soeurs tunisiennes !!
    Il faut s’eloigner de la france , s’il y a un besoin d’aide quelque soit en matiere technique , sollicitez les pays musulmans comme la Turquie ou la Malaisie ou les pays éloignés comme le japon, corée du sud ou l allemagne la suede … etc eloignez-vous des gouvernements qui ont installé le mal dans nos pays




    0
  • rachid 2
    15 janvier 2011 at 21 h 48 min -

    Le seul probleme chez nous c’est que notre regime est comme un serpent a 2 tetes à couper , la 1° tete est celle du clan Boutef qui a amnestié les generaux sanguinaires et la 2° tete est le clan Tewfik et le DRS …




    0
  • Arezki Nait Amar
    15 janvier 2011 at 22 h 46 min -

    Le plus grand hommage que je puisse rendre à ce peuple héroique qui a mis hors d’état de nuire un dictateur en 27 jours de résistance alors qu’il a régné pendant 23 ans sur lui c’est de défiler avec lui aujourd’hui à Paris pour partager sa joie et lui apporter le soutien de tout le peuple algérien à travers tous les Algériens qui se sont joint à lui,entre autres,Madjid Laribi,Ahmed Kaci,Omar Benderra, Lahbib Souidia,Arezki Nait Amar,et beaucoup d’autres Algériens dont je ne connais pas les noms.
    Nous sommes solidaires avec tous les maghrebins qui luttent contre leur dictature.




    0
  • Algerien de passage
    15 janvier 2011 at 23 h 45 min -

    Kadafou Le dictateur le plus debile de la planète, vient de déclarer que Ben Ali est « toujours le président légal » de la Tunisie.




    0
  • Afif
    16 janvier 2011 at 0 h 54 min -

    بسم الله الرحمان الرحيم

    @ Sami :

    Il ne faut pas parler de couper les liens avec la France, comme si en France il n’y avait que Sarkosy. Vous avez l’air de mésestimer le soutien des forces amies dans ce pays qui ont été solidaires dès le premier jour, sans compter que nous avons une forte émigration dans ce pays : sommes-nous capables de prendre en charge nos émigrés ? Les pays musulmans dont vous parlez et qui sont la plupart de lamentables dictatures incompétentes sont-elles capables d’accepter nos émigrés ? La Turquie elle-même veut s’intégrer à l’Europe et elle a raison. Vous, vous nous dites de tourner le dos à l’Europe avec laquelle nous avons beaucoup d’intérêts réciproques. Le problème de l’Europe, ce sont ses gouvernements de droite et notre émigration qu’ils utilisent comme épouvantail pour faire peur à leurs électeurs et se maintenir au pouvoir. Notre devoir est d’organiser l’émigration et la conseiller pour qu’elle ne soit plus une arme entre les mains d’une certaine droite pour battre les forces amies dans les élections. C’est ce que nous devons faire au lieu de jeter des anathèmes à tout va.




    0
  • سايغي جاب الله
    16 janvier 2011 at 2 h 58 min -

    أولا: تحياتي الحارة الى كل تونسي أبيٍّ.
    ثانيا: تعازي الخالصة الى كل عائلة فقدت عزيزا في هذه الأحداث المباركة والتي حررت تونس الغالية من إحدى أعتى ديكتاتوريات العالم.
    ثالثا: أتمنى من الجيوش العربية أن تحذو حذو الجيش التونسي وأن تصطف إلى جانب الشعوب بدل الأنظمة.
    رابعا: على رؤساء وملوك العرب أن يعتبروا مما جرى لبن علي ويعرفوا أن قوتهم الحقيقية هي الى جانب شعوبهم لا في العمالة للأنظمة الغربية.
    خامسا: على المعارضات العربية والإسلامية أن تكون في مستوى التحديات التي تنتظرها، لأن رياح التغيير هبت ولا محالة لن تتوقف في تونس بل ستواصل طريقها على باقي الدكتاتوريات المتبقية، وأن الشعوب قد سئمت الهوان وأنها لابد متحررة.
    سادسا: مقارنة بسيطة بين نظامي فرنسا والسعودية، فالأول يحترم نفسه وشعبه ولا يقبل أن يلوث بلده وتاريخه باستقبال دكتاتور ومجرم طرده شعبه، والثاني لا يهتم لكل هذه الأمور
    .
    تحيـــــــــــــــاتي




    0
  • kaddour
    16 janvier 2011 at 16 h 39 min -

    Avis aux amis tunisiens, faites attention et redoublez de vigilance, c’est maintenant, plus que jamais, que les choses sérieuses commencent pour vous, il faut veiller à ce que votre processus démocratique ne soit pas détourné de sa voie. N’oubliez pas que vous êtes cernés de toute part et les snipers vous guettent de partout.

    SARKOZY and co., au nord
    BOUTEFLIKA and co., à l’ouest
    MOUBARAK and co., à l’est
    KADAFIand co., au sud

    sans parler de tout le reste.

    Toutes mes félicitations à l’opposition, aux élites, à l’armée et au peuple tunisiens




    0
  • Mehdi
    16 janvier 2011 at 19 h 30 min -

    Bonjour à tous,

    On a beau nous expliquer dans les médias étrangers que la situation en Tunisie n’est pas tout à fait comparable à celle en Algérie ou dans d’autres pays de la région, je reste pourtant scotché aux nouvelles et vis désormais au rythme de la rue tunisienne. C’est la preuve pour moi qu’on se trompe énormément ou plutôt qu’on veuille vilement nous tromper sur la nature réelle de la contestation populaire en Tunisie.

    Comme je suis l’actualité tunisienne avec les yeux du citoyen arabe qui appelle de tous ses vœux à l’émancipation de nos populations, j’appréhende la suite des événements avec l’esprit de l’algérien qui garde encore en mémoire qu’on a réussi à plusieurs reprises à confisquer notre droit à exister dans notre Algérie natale et à exprimer les opinions et mettre en œuvre ce que nous croyons utile à l’intérêt de notre pays.

    Dans la chronologie des événements, j’ai noté des événements qui m’ont interpellé et suscité mon inquiétude. D’abord, l’intervention du premier ministre tunisien qui, après le départ de Benali, s’est autoproclamé chef d’état par intérim en vertu d’un décret présidentiel qu’aurait signé le président avant sa défection.
    Comme c’était trop fort et que surtout ce n’était pas conforme avec la loi fondamentale tunisienne, on s’est ravisé. Le conseil constitutionnel a alors constaté la vacance définitive du pouvoir d’une part et fait valoir les textes de loi prévus dans ce cas : c’est le président du parlement tunisien qui devait assurer la fonction de chef de l’état par intérim. Jusque-là, tout paraît correct. Mais là où je suis inquiété c’est quand ce dernier désigne celui qui s’était empressé de se proclamer président de Tunisie par intérim en vertu d’un décret présidentiel signé par celui qui a été vomi par la rue tunisienne pour former un gouvernement de transition.
    Je suis d’autant plus inquiété que les médias occidentaux, ceux qui ont été largement complices par leur silence à la perpétuation des états dictatoriaux dans le Maghreb et ailleurs, ne donnent pas de détail sur les consultations qu’entreprend le premier ministre sortant et nouveau premier ministre avec l’opposition. D’après ce que j’en entends, on discute surtout avec les représentants de l’opposition légale, celle qui par sa collusion avec le régime dictatorial, a accepté de meubler le décor démocratique en Tunisie.

    Je crois sincèrement qu’on devrait être vigilant et qu’on ne nous confisque pas, encore une fois, le droit d’exister pleinement.

    Mes meilleures salutations,




    0
  • Si Salah
    16 janvier 2011 at 19 h 59 min -

    Quand l’histoire fait de l’humour noir…

    Ben Ali s’est toujours presenté à ses maitres occidentaux comme le rempart absolu contre l’etat theocratique…Dans sa cabale effrenée, le seul pays qui ait accepté de le recevoir est un…etat theocratique.

    Quand à Leila Trabelsi : parmi les restrictions de sa « nouvelle vie », il y a celle de devoir mettre une « foulara » sur sa tete à chaque fois qu’elle se pointe dehors, ce qui, pour une coiffeuse de haut standing, constitue la punition supreme…

    Si Salah




    0
  • sisalah@yahoo.com
    16 janvier 2011 at 23 h 19 min -

    Algeria Focus:

    « Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a reçu ce dimanche 16 janvier à Alger l’émir saoudien Mohamed Ben Nayef Ben Abdelaziz Al Saoud, ministre délégué auprès du ministre de l’Intérieur, chargé de la sécurité interne. L’audience s’est déroulée à Djenane El Mufti en présence du ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, Daho Ould Kablia, rapporte l’agence APS.

    Aucune précision n’a été fournie sur la teneur des discussions. Mais tout porte à croire que cette visite, qui intervient au lendemain de la fuite de Ben Ali au Royaume Wahhabite, sera axée essentiellement sur les développements en Tunisie et sur l’avenir de la famille régnante. Des sources officieuses à Alger évoquent l’éventuelle arrivée de certains membres de la famille de Ben Ali en Algérie. Alger fait partie des rares pays à n’avoir pas encore réagi officiellement à la situation qui prévaut chez notre voisin de l’est. »

    Je pense plutot que Boutef planifie son « jour d’après »…à moins qu’il soit devenu completement fou pour accueillir les criminels Ben Ali et Trabelsi.

    Si Salah




    0
  • Sami
    17 janvier 2011 at 10 h 31 min -

    @ Afif
    Lire bien mon commentaire !!!!




    0
  • Szwed
    20 janvier 2011 at 3 h 24 min -

    Vive les hommes et femmes libres du Maghreb unis pour le soutien de leur peuple frère de Tunisie.




    0
  • Sharif Hussein
    21 janvier 2011 at 19 h 59 min -

    La cohérence n’est pas le fort de Abd Elbari Atwane.La stigmatisation de la dictature de Ben Ali est ridicule de la part d’un journaliste qui a défendu avec force, justifié,voire encensé -et continue à la faire- des années durant ,un tyran génocidaire comme Saddam Hussein,auteur de crimes contre l’Humanité et d’horreurs en tout genre et dont les agissements et les aventues criminels ont compromis de façon irrémédiable l’avenir de son pays et de toute la région du Machrek.
    Comme exemple de dictateur il a cité Ceasescu,Marcos et le Shah d’Iran et il ne lui vienderait jamais à l’ésprit de citer son héros Saddam Hussein qui etait autrement plus monstrueux que tous les trois réunis.
    Pour avoir tirer deux Scud sur Israel pendant le seconde guerre du Golf ,Abdel Bari Atwan était pret à pardonner à son héros l’extérmination totale de tous les irakiens et d’autres peuples encore s’il le fallait.




    0
  • Congrès du Changement Démocratique