Édition du
26 July 2017

Bouteflika perd son ami Ben Ali

Le chef de l’état est fan du régime tunisien
Bouteflika perd son ami Ben Ali
El Watan, 15 janvier 2011

Le régime autoritaire tunisien est tombé. Poussé par des milliers, voire des millions de manifestants qui réclamaient sa tête, Ben Ali a fini par céder.

Pour une fois, le maître de Carthage, qui traitait ses compatriotes comme s’ils étaient des sujets corvéables à merci, affiche profil bas et quitte son pays en cachette, à l’abri des regards. Triste fin pour un homme qui se faisait «élire» par des scores brejnéviens à faire pâlir d’envie les dictateurs africains.
Son bras armé, qui a tué plus de 60 Tunisiens, n’a pas réussi à lui acheter la paix et lui obtenir un sursis. Pas plus que le sacrifice de son ministre de l’Intérieur, puis de tout son gouvernement. Le palais de Carthage, symbole de l’oligarchie à la tunisienne, s’est lézardé et son occupant depuis 23 ans est poussé à la porte de sortie. Sans gloire.

Et c’est toute l’image surfaite d’une «république stable», qui se trouve froissée à la face du monde. Une image qui vaut à la Tunisie de Ben Ali d’être citée en «modèle». Le président Bouteflika est d’ailleurs un fan de la gouvernance façon Ben Ali ; c’est-à-dire une population casernée obéissant au doigt et à l’œil au chef avec ou sans galons.
Abdelaziz Bouteflika, qui est à peu près de la même extraction idéologique – libéralisme économique doublé d’une glaciation politique – devrait être choqué par ce qui se passe chez son ami Ben Ali. Il devrait mesurer le fossé qui sépare le peuple de ce pays faussement heureux qu’il chérisse à la caste qui le gouverne. Et par ricochet, il devrait prendre conscience de son propre échec après plus d’une décennie de règne. Si le régime de Ben Ali que Bouteflika affectionne tant – mais qu’il n’a pas encore réussi à calquer en Algérie – subit un tel rejet populaire, Bouteflika devra alors tirer les conclusions. Tout comme son ami Ben Ali.

Ben Ali et Bouteflika : même combat…

Curieusement, le «modèle» vient de changer de visage au grand bonheur de nos voisins de l’Est. Les Tunisiens, qu’on a coutume de  présenter chez nous comme un peuple peureux et obéissant, écrasé sous la botte de Ben Ali, vient de donner une leçon de courage et d’engagement patriotique à tout le monde arabe. Aux Algériens surtout. Quand on voit ces foules immenses organisées et civilisées massées à l’avenue Bourguiba ou devant le ministère de la «terreur», demander à Ben Ali de se «casser», on a la chair de poule. Ironie du sort, le modèle de lutte citoyen nous vient de Tunisie. Mais c’est le bon modèle pas celui de l’asservissement et de l’humiliation populaire, imposé par Ben Ali depuis 1987 et qui charme tant notre président. Ce modèle-là est désormais honni à l’intérieur pour être exportable chez nous. En revanche, la rue, en Tunisie, qui a maintenu héroïquement la pression est en passe d’arracher des acquis démocratiques considérables, voire de déboulonner un régime en putréfaction. En Algérie, le pouvoir et ses relais s’en sortent plutôt à bon compte des dernières émeutes. Comme d’habitude…  Quelques poignées de dinars soustraites aux prix de l’huile et du sucre lui ont suffi pour «huiler» à nouveau sa machine répressive et brandir la matraque contre qui voudrait incommoder sa tranquillité.

De la gestion «commerciale» d’un mal-être

Le régime a donné des Algériens une image peu flatteuse de tubes digestifs qui ne se révoltent que pour leur ventre. En clair, Bouteflika et son équipe ont réussi à «acheter» la paix en payant le différentiel des prix. Le message est limpide : ces révoltes n’ont rien de politique. Autrement dit, le régime de Bouteflika n’est aucunement visé par la vague d’émeutes qui a secoué le pays quand bien même la mèche a été allumée par son gouvernement. Au final, Bouteflika et son équipe, aidés il est vrai par une société civile «maison» et des «experts» à la petite semaine, ont réussi l’épreuve. S’agissant des dégâts, les pétrodollars qui auraient pu servir la relance économique, la vraie, iront à la reconstruction de ce qui a été détruit. La boucle est bouclée et «l’Algérie forte et digne» rentre tranquillement dans les rangs sous la conduite éclairée de son excellence…

Tant qu’il y aura l’argent, tout peut être acheté, y compris les consciences…

Mais cette gestion «commerciale» d’un mal-être social, économique, culturel et politique du pays a certainement ses limites.
Un vieux ministre de l’Intérieur, âgé de 78 ans, peut-il, en effet, comprendre les aspirations d’un jeune de 18 ans de la génération facebook et de Twitter qu’il traite de criminel ? Il y a, incontestablement, un problème générationnel dans un pays majoritairement jeune gouverné par une gérontocratie  aux allures tribales.   La chute à la Ceausescu de Zine El Abidine Ben Ali devrait servir de bonne leçon tunisienne. La volonté des peuples est inébranlable, que ce soit à Sidi Bouzid (Tunisie), à Sidi Rached (Algérie) ou à Sidi Ifni (Maroc). Le Maghreb des peuples commence visiblement à se libérer des carcans autoritaires qui l’enserrent. La Tunisie a déjà entamé son printemps démocratique et proclame haut et fort l’automne de la dictature.

Hassan Moali




Nombre de lectures : 1459
10 Commentaires sur cet article
  • AS
    15 janvier 2011 at 16 h 30 min -
  • nacera
    15 janvier 2011 at 17 h 07 min -

    Pour ma part, s’il lui manque, il peut le rejoindre, je ne le pleurerais pas.




    0
  • Alilou
    15 janvier 2011 at 18 h 38 min -

    On se fait traiter de tube digestif par ces gros pleins de soupe, demontrons leur que nous ne sommes pas sorti dehors comme des creves la faim mais pour denoncer l’injustice de ce gouvernement de ….? je ne trouve plus de mots, il faut en inventer de nouveaux….de tontons gloutons…




    0
  • MOHSEN
    15 janvier 2011 at 19 h 49 min -
  • MOHSEN
    15 janvier 2011 at 20 h 04 min -

    @aLILOU

    « Il faut en inventer de nouveaux….de tontons gloutons »

    Peut-être que  » barons pillards »? Ou bien les « rafle-tout »? ? La « bonne gouvernance » de la « décroissance durable » à leur façon !




    0
  • Taguercift
    15 janvier 2011 at 20 h 56 min -

    L’ALGERIE EN DANGER, NOTRE PAYS EST DANS LE COLLIMATEUR DES SERVICES SECRETS ETRANGERS.
    La nouvelle visée des services secrets des Etats Unis et du Mossad sont la création de nouveaux états au niveau de l’Afrique du nord Ouest et de l’Afrique de l’Est. De nouveaux Etats sont déjà tracés sur les nouvelles cartes de ses stratagèmes dans le but de régenter les régions de ce monde et monter Israël en puissance au niveau de l’Afrique notamment au niveau des ressources hydriques (gisement important existant au niveau du Sud du Soudan en tenaillant les pays Arabo-musulmans de cette région, car la participation d’Israël à ce projet a biens de arrières pensées celui de s’accaparer de l’eau en provenance du Nil en aumônant par la construction de grand barrage pour produire électricité à bon marché qui sera dispatché sur Israël et canalisé les eaux à destination de l’Etat d’Israël, régulant ainsi la distribution de ce produit indispensable pour sa et réguler en imposant sa dictateur sur le développement la ressource de cet eaux des autres régions arabo-musulmans des autres pays limitrophes. laissons
    Pendant ce temps que fonts les arabes ils se pavanent dans les Grands hôtels de l’Occident, ou s’agrippent à leurs trônes de monarques, dormant sur leurs deux oreilles à poings fermés. Pendant ce temps des gens travaillent dans l’ombre et préparent le nouvel échiquier du monde, au détriment des arabes, notamment les peuples du Maghreb.

    La Tunisie est un pays qui ne tend vers l’extrémisme, mais les dés sont jetés Sarkosi devait redorés son blason au nom des US/Mossad après avoir trahi son ami Zine ElAbidin en lui retournant le dos à la dernière minute après lui avoir promis monde et merveille quant il quittera le pouvoir.
    Principaux perturbateurs qui ont fait de la Tunisie ce qu’elle est aujourd’hui, le dos tourné de Sarkozy à Benali démontre bien qu’il y a un coup fomenté préparé depuis longtemps par le lobi juif de la région dans un souci bien occulté (La nouvelle carte du Maghreb)
    LA Tunisie, l’Algérie et le Maroc ne se rendaient pas compte de se qui se tramait par c qui se a parles parle grande puissance, la Mauritanie, la Libye, un grand plan de déstabilisation est en face d’étude par le Mossad et les , Etats, Unis d’Amériques SDEC français pour changer le visage de la région du Maghreb et des pays limitrophe francophones, principalement avec lesquelles la Frances détient des amitiés et des affections avec la France, (projet anciens qui remonte à plusieurs année ) créer un mouvement de constations de grandes envergures dans ces régions pour permettre aux casques bleus d’intervenir dans le cadre de la minorité des races. Aidé par les services secrets USA/Mossad et français pour obliger le départ de MR Benali après plusieurs années
    -Mauritanie ; Déstabilisation et disparition de l’Etat de la Mauritanie du Maghreb, pour sa pauvreté, malgré sa bonne participation au développement aux produits de al pêche..
    5 – Soudan : la création du nouvel Etat du Sud au nom de la liberté du peuple du Sud, n’est qu’une façon détourner de masquer les véritables intentions des Etats Unis et d’Israël pour s’accaparer d’une nouvelle armes destructifs à grande échelles celle de la les ressources hydriques. Priver un certains pays de pays arabe limitrophes au fleuve de se doter naturellement du Nil est un crime contre l’humanité.
    Les responsables de ces pays doivent se réveiller de leurs sommeil, et au peuple de faire attention aux complots qui se trament et d’éliminer tout ceux qui travaillent pour la destruction du MAGHREB.
    Sinon gare au prochain




    0
  • Abdelaziz
    15 janvier 2011 at 22 h 33 min -

    Ben Ali & Bouteflika ce n’est pas « Kif Kif »…

    Le premier n’avait à offrir qu’une destination touristique « bon prix » pour les masses européennes .

    Le second a servi de « bouclier-image » à un régime ayant un double pipe-line…

    Sinon, je ne pense pas que le nain (pas au sens physique) d’El Mouradia pleure son voisin, étant occupé à manœuvrer et à recomposer avec ses installateurs…

    Reste à savoir qui a envoyé un message ?
    Les poseurs ou le posé ?




    0
  • MOHSEN
    16 janvier 2011 at 0 h 34 min -

    @Admin

    Suggestion toute amicale : apposer sur votre home page , le drapeau de notre chère Tunisie en hommage aux sacrifices des ses martyrs de la « Révolution du jasmin » et au courage de son peuple .

    Cordialement.




    0
  • Belal
    16 janvier 2011 at 8 h 58 min -

    A quand le tour des Ben Alis algériens




    0
  • Sami
    16 janvier 2011 at 10 h 31 min -

    LA LEÇON TUNISIENNE EST TRES IMPORTANTE ET TRES DURE !! Certes c’est une leçon a nous tout le monde pour être humble , et s’associer et joindre les gens qui défendent la verite !!!!
    Malheureusment, le journaliste Hassan Moali et son el watan et son clan n’ont rien appris encore !!!!!!!
    Les lois de l’histoire n’echappent a personne, donc … au diable




    0
  • Congrès du Changement Démocratique