Édition du
22 July 2017

Les émeutes en Algérie de janvier 2011 : que faut-il faire maintenant ?

Habib Souaïdia, Paris, 13 janvier 2011

In Algeria-Watch

Pourquoi devons-nous toujours subir les événements, rester passifs et impuissants face aux événements ? Qu’on nous explique comment l’opposition a pu accepter ce rôle !

Je tiens à dire que la révolte de ce début d’année n’est pas le fruit des traditionnelles « luttes de clans » au sein du pouvoir, mais bel et bien une explosion de la rue que tout le monde prédisait. Malheureusement, nous n’étions pas là.

Déçus, dépités, rageurs et impuissants comme si on sortait d’une cérémonie funéraire ? Devons-nous parler de fatalité ? Non ! D’incapacité ? Oui ! L’opposition algérienne, notre opposition, s’est montrée incapable, exposant à la face du monde ses limites, ses tares et, surtout, ses lacunes. En quatre élections présidentielles, le régime a usé des mêmes artifices et stratégies pour passer en force, et quatre fois l’opposition a cédé, ne trouvant pas de riposte. Jusqu’à quand allons-nous continuer de pleurer tous ces morts, connus ou anonymes, qui jalonnent le parcours combien cahoteux de notre marche vers la liberté et la démocratie ? Ils sont tombés pour que renaisse et vive notre chère patrie. Comment pouvons-nous consoler ces mamans, ces veuves et ces orphelins qui ont perdu des êtres chers et dont le sacrifice est passé inaperçu, comme un fait divers ?

L’opposition algérienne a besoin de nouveaux visages pour renaitre de ses cendres. Il faut une nouvelle génération de politiciens, intrépides et courageux, fermes et souples, rigoureux et efficaces. Et, surtout, désintéressés et patriotes. Le peuple est fatigué des jérémiades de ses leaders. Ce que nous voulons aujourd’hui, c’est des actes et rien que des actes. Nous sommes fatigués de la corruption, des massacres et de l’état de non-droit. Nous voulons le changement.

Il n’y a pas de péché à essayer de changer le cours des choses. Ce n’est jamais un péché que de renverser l’arbitraire et l’injustice. Le péché ici serait plutôt de ne pas essayer du tout. D’ailleurs, il vaut mieux mourir en tentant l’impossible que de rester résignés, puisque dans tous les cas, ils sont en train de nous tuer. Ce régime fondé sur la terreur, la peur, la corruption, le mensonge, l’intimidation, la force brutale, l’emprisonnement et l’assassinat ne saurait perdurer.

Tout le monde a prévu une révolte, mais personne n’a su la transformer en révolution. Pourquoi ? Parce que nous somme restés dans le vieux schéma. Dans l’acceptation du régime, de la fausse opposition qui parle en notre nom, de ces journalistes et intellectuels véreux. Il faudra que ce mouvement nous serve de leçon pour s’organiser de manière urgente et efficace et pour oublier les luttes intestines qui nous déchirent et déchirent l’Algérie. Il nous faudrait des hommes et des femmes capables de transformer l’essai en chef-d’œuvre.

L’opposition doit sortir de cette sorte de stupeur outrée où l’ont plongée les exactions décomplexées et les arnaques éhontées et répétées du régime. Vous faites bien de souligner qu’on a affaire non pas à un parti politique, animé d’une éthique et d’un projet de société, mais à une bande d’assassins qui avancent sauvagement, aveuglément, envers et contre tout, en faisant fi des règles élémentaires de la pratique politique. Jouer les colombes face à tant de cynisme, c’est faire le jeu d’une dictature résolue à détruire le pays.

À moins de souffrir de myopie politique et de croire que la manne viendrait d’ailleurs, quelle solution l’extérieur a apporté à notre problème ? Aucune, absolument aucune. Voilà un président élu par des généraux et salué par la communauté internationale à trois reprises, qui utilise sa fonction pour nous faire avaler des pilules amères, légalisant au passage la corruption et les pratiques féodales.

La communauté internationale vers laquelle nous nous tournons souvent quand nous appelons au secours et qui s’est érigée en donneuse de leçons de démocratie, préfère soutenir, envers et contre tout, en déroulant le tapis rouge sous leurs pieds, des assassins.

Enfin, hier soir à Paris, présent à l’appel au soutien du peuple tunisien à la Bourse du travail de Paris, j’ai vu une salle comble où hommes et femmes scandaient : « Ben Ali assassin ! La Tunisie n’est pas à toi ! » J’ai lu sur le visage de nos frères et sœurs tunisiens une détermination indéniable, un courage exemplaire et enfin une organisation impeccable. Et j’ai commencé à compter les heures qui restent à Ben Ali au pouvoir.


Nombre de lectures : 1080
18 Commentaires sur cet article
  • akou15
    15 janvier 2011 at 13 h 34 min -

    merci pour votre analyse j’espère que nous allons enterrer nos haches.




    0
  • yassin
    15 janvier 2011 at 13 h 56 min -

    Plutot controversé le personnage Souaidia,non?Et puis son indigence intellectuelle n’est pas indiqué pour donner crédit à quelque site que ce soit de réflexion.A mopins d’en ètre!Je suis surpris…C’est la 2e fois que je passe par là(votre site) et je tacherai à l’avenir de ne plus m’égarer…

    =================================
    Controversé pour les criminels contre l’humanité et leurs larbins qui se sont cachés derrière les blindés, de peur de leur propre peuple qui avait « mal voté ».
    La Rédaction LQA




    0
  • khaled
    15 janvier 2011 at 14 h 52 min -

    Bonjour,

    Article interessant sur TSA, avec une analyse qui merite attention.

    —————————————————————————–
    La coïncidence est troublante. En 1987, un mois avant de défaire le président Bourguiba, Zine El Abidine Ben Ali avait effectué une visite inhabituellement longue à Alger. Le 12 décembre dernier, le ministre tunisien de la Défense, Ridah Grira, arrivait à Alger pour une visite de 5 jours. Durant son séjour en Algérie, M. Grira a été reçu comme un chef d’Etat. Il s’est surtout longuement entretenu avec les hauts responsables de l’armée algérienne, y compris ceux du DRS.
    Car même si la rue tunisienne a joué un rôle majeur dans le départ du président, il s’agit bien d’un coup d’Etat mené par l’armée. Elle a d’abord observé une surprenante neutralité en refusant d’intervenir contre les émeutiers. Quand la situation s’est dégradée ces derniers jours, elle a pris les choses en main. Comme l’armée algérienne en 1992 avec Chadli, les militaires tunisiens ont destitué Ben Ali en douceur, sans donner l’impression d’avoir joué un tel rôle.

    L’Algérie a-t-elle donné son aval à l’armée tunisienne pour évincer Ben Ali ? Il est difficile de le savoir mais une chose est sûre : l’évolution de la situation actuelle en Tunisie va impacter fortement les rapports de force au sommet de l’Etat algérien. Elle sera aussi déterminante pour l’avenir de la démocratie en Algérie.

    Si l’armée tunisienne parvient à gérer la transition dans de bonnes conditions, le rôle des militaires algériens se retrouvera renforcé. L’armée algérienne pourrait se retrouver alors dans le rôle de garante d’une probable future transition démocratique en douceur en Algérie, selon un scénario qui pourrait ressembler à celui de la Tunisie. Les militaires algériens ont déjà eu à endosser ce rôle en 1992. Mais la transition a mal été gérée, débouchant sur une fermeture du champ politique. Certes, ils avaient l’excuse du terrorisme qui a suivi ce coup de force. Un « joker » qu’ils ne pourront pas utiliser une seconde fois.

    Si la transition en Tunisie échoue et que le pays sombre dans la violence ou qu’un islamiste arrive au pouvoir à l’issue de l’élection présidentielle qui devrait se tenir dans 60 jours, l’effet risque d’être désastreux pour l’Algérie. La conséquence pourrait en être un renforcement de la cohésion au sommet du pouvoir, entre militaires et civils, ce qui éloignerait la perspective d’une ouverture démocratique pour le pays. Tous les mouvements de protestation seraient alors durement réprimés. Cette fois, l’excuse ne serait plus l’islamisme comme dans les années 1990 mais la « situation chaotique » chez le voisin tunisien. Une partie de l’avenir de la démocratie en Algérie se joue actuellement en Tunisie.




    0
  • Omar
    15 janvier 2011 at 15 h 04 min -

    Aujourd’hui, les chose ont changé, et c’est justement le gros problème. Les pouvoirs (en Algérie et Tunisie) sont en déphasage avec leurs jeunes peuples. Les gouvernants ont l’age de leurs grand pères. c’est un conflit de génération qui qui sera inéluctablement gagné par les jeunes. Les pouvoirs (gouvernements et pseudo oppositions) ne font que gagné du temps afin de profiter au maximum des richesses de leurs pays. D’ailleurs, leurs familles et leurs argents sont à l’extérieur de leurs pays.
    En ce qui concerne notre peuple Algérien, il faudra un coup de pousse des élites (dormantes!!!) qui ont mal évalué le potentiel de la jeunesse Algérienne. Il faut battre le fer tant qu’il est chaud afin d’éviter à d’autres manipulateurs de récupérer cette jeunesse a des fins dramatiques.
    إذا الشعب يوما أراد الحياة فلا بد أن يستجيب القدر




    0
  • El Houari
    15 janvier 2011 at 15 h 18 min -

    Les Émeutes de la jeunesse Algérienne a permis de mettre à jour les insuffisances du gouvernement en matière de contrôle des prix, et le monopole de nombreux produits par le groupe REBRAB.

    Le cafouillage enregistre suite à la décision du gouvernement de défiscalisation du sucre et de l’huile a quant à lui permis de mettre à jour la puissance de ce groupe qui ne recule devant rien allant jusqu’à menacer le gouvernement publiquement REBRAB dira NOUS NE LAISSERONS PAS FAIRE.

    Dans sa dernière déclaration http://www.elwatan.com/actualite/issad-rebrab-nous-ne-nous-laisserons-pas-faire-15-01-2011-107244_109.php NOUS NE LAISSERONS PAS FAIRE

    C’est la première fois que REBRAB s’exprime au nom de ses commanditaires, ce n’est plus CEVITAL, ni REBRAB, mais c’est NOUS la mafia Algérienne qui a pillée le pays et dont El Watan publie a la une le 14 01 2011
    http://www.elwatan.com/weekend/aujourdhui/barons-de-l-informel-1-societe-civile-0-14-01-2011-107096_234.php

    une confession d’un Baron, qui ressemble étrangement a celle de REBRAB au quotidien El Khabar en 2003. Ces confessions dont les auteurs se sentent au-dessus de la loi.

    C’est ce que disaient les beaux-parents de Ben Ali en Tunisie. La Tunisie c’est NOUS, ils ont fini par plier bagages, et fuir la Tunisie.

    N’ajoutez pas de l’HUILE sur le SUCRE Mr REBRAB. DEMAIN c’est peut être AUJOURD’HUI

    Mais REBRAB va plus loin déclare : Cevital ne détient pas de monopole, c’est une entreprise qui a, certes, une position dominante face aux concurrents, ce qui n’est pas interdit par les règles de la concurrence à travers le monde, mais que dit la loi Algerienne.

    1- Pour être juste avec REBRAB appliquant la loi.

    Ordonnance n03-03 du 19 Joumada El Oula 1424 correspondant au 19 juillet 2003 relative à la concurrence.

    Art 3 c) position dominante : la position permettant à une entreprise de détenir, sur le marché en cause, une position de puissance économique qui lui donne le pouvoir de faire obstacle au maintien d’une concurrence effective.

    Art. 6. — Sont prohibées, lorsqu’elles ont pour objet ou peuvent avoir pour effet d’empêcher, de restreindre ou de fausser le jeu de la libre concurrence. Limiter l’accès au marché ou l’exercice d’activités commerciales

    Art. 7. — Est prohibé tout abus d’une position dominante ou monopolistique sur un marché ou un segment de marché tendant à : limiter l’accès au marché ou l’exercice d’activités commerciales ;

    Art. 14. — Les pratiques visées aux articles 6, 7, 10, 11 et 12 ci-dessus sont qualifiées de pratiques restrictives de concurrence.

    Art. 56. — Les pratiques restrictives, telles que visées à l’article 14 ci-dessus, sont sanctionnées par une amende ne dépassant pas 7% du montant du chiffre d’affaires hors taxes réalisé en Algérie au cours du dernier exercice clos

    APPLIQUANT SIMPLEMENT LA LOI Mr REBRAB. Vous qui déclarer connaitre tous les rouages pour la contourner.

    2- REBRAB ET SON MONOPOLE ALGERIE.
    Les contradictions de REBRAB sur son monopole Algérie. Il commence par réfuter qu’il est en situation de monopole avec une part de marche de 80% à 85%. Situation prohibée par la loi Algérienne. La position dominante est effective à partir d’une part du marché de plus de 50,01%. REBRAB en détient 85%.

    Noureddine Legheliel, expert international et analyste boursier à la banque suédoise Hagströmers och Qviberg, dira à ce sujet que c’est incroyable et inimaginable que 80% du sucre importé par l’Algérie soit détenu par une seule personne.

    REBRAB lui rappelle qu’il a profité en plus de l’Argent Algérien pour investir dans des surcapacités qui font de l’Algérie un pays dépendant de l’étranger en matière d’importation de sucre roux. Au lieu d’investir dans la production de matières premières.

    Il dira Cevital a investi des centaines de millions de dollars pour se doter d’une raffinerie de sucre de grande taille (1,8 million de tonnes par an, besoin de l’Algérie 2011 1,2 millions) et de dernière génération pour devenir compétitif sur le marché international.

    Mais la peur de la suppression de son monopole lui fait dire n’importe quoi. Dans un premier temps qu’il est paré Face aux exportateurs étrangers Cevital tiendra bon parce que nos prix sont très compétitifs par rapport au marché international. Et affirmera même que les prix pratiqués sur le marché national sont encore inférieurs à ceux des cours mondiaux
    Et en contradiction avec cette déclaration il demandera exprimera sa peur sur le risque de voir la capacité nationale de raffinage pâtir de la concurrence internationale, et exigera le gel de l’exonération des droits de douane et de la TVA sur le sucre blanc importé

    3- L’ESPRIT MONOPOLISTE

    Issad Rebrab a affirmé que ses interlocuteurs (Ministre du commerce et directeur des fraudes) ont reconnu que Cevital ne pratique aucun dumping (vente à perte). Et vend avec des prix et une marge bénéficiaire correcte»

    NON monsieur REBRAB, vous n’avez pas cassé les prix, vos prix sont encore très élevés s’est tout à fait normale que vos baissent de 22% n’ont aucun effet sur votre marge de 120% environ. Mais le plus important c’est que vous oubliez que vous avez bénéficié aussi de 44% de suspension sur l’IBS et l’IRG.

    Vous savez très bien que le prix du kilo de sucre AU DETAIL ne doit pas dépasser les 50 DA.

    NON content de sa position dominante de monopole il menace de faire disparaitre les autres raffineurs soit disant si les exportateurs étrangers pénètre son marché Algérien.

    Et pourtant monsieur REBRAB se félicité d’acheter moins cher et de posséder de grandes capacités de dernières générations ? Et d’avoir des prix inférieurs à ceux du marché mondial.

    LAISSEZ FAIRE LA CONCURRENCE ET NOUS VERRONS SI VOS PRIX SONT LES MOINS CHERS ET QU’ILS DÉFENDENT LES INTÉRÊTS DES ALGERIENS. N’OUBLIEZ PAS QUE VOUS ÉTÉS LE PLUS GRAND CONSOMMATEUR DE DEVISES ALGÉRIENNES. DONNEZ NOUS UN CHIFFRE ?

    Rebrab et les Barons de l’import ont tous fait pour détruire l’industrie Algérienne, pour s’ériger en MONOPOLE D’IMPORT IMPORT.

    REBRAB étant un importateur au même titre que les autres importateurs, de quel droit il ferme le marché Algérien pour imposer sa dictature et menacer de faire disparaitre les autres raffineurs soit disant parce que les exportateurs étrangers proposeront des prix moins chers.

    L’IMPORT IMPORT C’EST DANS LE SANG, REBRAB dira à ce sujet à son retour de France en 1995, qu’il s’engage dans l’import parce que les marges sont très importantes, et non pas pour sauvegarder le POUVOIR D’ACHAT DU CITOYEN.




    0
  • Hacene
    15 janvier 2011 at 20 h 09 min -

    salut
    ce Mr REBRAB ne m’inspire pas confinance
    IL ce presente dans l’Apparence d’un agneau alors que cest un vrai loup
    le premier homme que Bouteflka A Rencontre’ en 1999 a l’aeroport de geneve cetait REBRAB !!!!!!!!!!!!!!!
    VOUS VOYEZ D’OU IL tIRE CA FORCE
    de memoire la toute premiere augmentation de sucre
    de 25 DA a 50 DA cetait dans les Annees 90 ,qui etait deriere et bien c’etait monsieur RAB-RAB
    on disait a ALger que les bateaux de sucre etaient en rade force’ , dans la cotes algeriennes juste pour accentuer la penurie et de ce fait augemnter la demande et les prix , cest ca le monopole du prive »
    cest la meme chose pour le medicament etc….
    il ya des barrons supragouvenentaux, et s’il ne sont pas a l’interieur du gouvernement ?, l’exemple de CHAKIB KHALIL ET MEDITER
    je persiste et je signe que les journalistes de ,liberte’ devraient allez voire un ophtalmo pour trairer leurs myopie




    0
  • ali
    15 janvier 2011 at 20 h 20 min -

    moi je pense que c’est la mise en route de la democratie de la rive sud de la méditerranée.




    0
  • HABIB SOUAIDIA extrait – Forum Algerie
    15 janvier 2011 at 22 h 15 min -

    […] […]




    0
  • Ait Mohand Ouwidir
    16 janvier 2011 at 0 h 37 min -

    Que faire ya Si SOUADIA ? Je m’en vais vous le dire.

    LA RE-VO-LU-TION !!!!!!!!!!!

    Bien sûr, il est beaucoup plus facile à dire qu’à faire… Mais vous pourriez au moins et déjà à votre commencer par lancer UN APPEL AUX OFFICIERS LIBRES DE NOTRE ARMEE !!!

    Vous parlez également de « l’opposition » en Algérie. De quelle opposition parlez-vous ? Existe-t-elle d’abord ? Vous savez mieux que quiconque qu’elle N’EXISTE PAS !!!

    La seule « opposition » officielle pour le pouvoir en place est celle qui a été créée et mise en place par le DRS. Plus communément appelée par notre peuple opposition/DRS ou plus péjorativement partis/DRS… qui inclue : le PT de Louiza la « Trotskyste », le RCD du « psy » qui doit se faire psychanaliser et qui a râté le dernier train de Gunhill, le RND ou le parti né avec des tchanabates (moustaches), le FLN de l’imam soudanais et enfin le parti de bouguerra…

    Comme vous pouvez le constater, il y a un large spectrum de toutes les tendances « idéologiques », mariné à la sauce des labos du DRS… Et le tour est joué mon cher…

    Pis encore ! Cette « opposition » à laquelle vous faites si maladroitement référence porte officiellement un nom… L’OPPOSITION PRESIDENTIELLE !!! Qui a approuvé et soutenu, en plus, TOUS LES PROGRAMMES du 3/4 président… Plus fort que çà, tu meurs !

    En pcp. nous savons tous que les partis de l’opposition sont un contre-pouvoir et font contre-poids à la politique du pouvoir en place. Et bien non ! Ces « partis » là APPROUVENT TOUT !!!!! Même le massacre et la répression de nos jeunes qui se sont soulevés dernièrement à travers toute l’Algérie et qui furent abandonnés non seulement par cette « opposition » mais également, ô comble de malheur par le PEUPLE indigne que nous sommes !!!

    Retenez bien LEUR cri terrible :

    LA DJEICH ! LA CHAAB !

    Fraternellement.




    0
  • SOULEVEMENT POPULAIRE SVP !
    16 janvier 2011 at 1 h 15 min -

    Qu’attendre de plus ? après ce qu’ont fait les tunisiens ,il est urgent de reprendre le flambeau de la liberté des peuples !
    Réagissez Algériens, Algériennes ! agissez là bas , et nous vous soutiendrons içi en France !…
    N’attendez pas c’est le moment d’organiser des marches ordonnées calmes et revendicatives du droit à la dignité.
    Les Algériens en Algérie souffrent en silence …encourageant-les à se soulevez sans portez




    0
  • suite..SOULEVEMENT POPULAIRE SVP
    16 janvier 2011 at 1 h 24 min -

    Algériens, Algériennes, soulevez vous en Algerie dans le calme et la dignité en ordre et sans pillage ni casse cela servira aux autres, les bourreaux généraux.
    Croyez en dieu et comptez sur lui.
    Pourquoi la peur du pouvoir et non pas la peur de dieu.
    Courage, sortez tous les jours en une marche dynamique mais pacifique !
    Avant cela, prévoyez des vivres et ravitailements…
    Allez courage…les slogans ne manquent pas:
    DIGNITE – BONNE GOUVERNANCE – HALTE A LA CORRUPTION-
    Wa essalam




    0
  • SOULEVEMENT POPULAIRE SVP
    16 janvier 2011 at 1 h 27 min -

    Algériens Algériennes
    Qu’attendez vous ?!!
    Si les tunisiens l’ont fait , nous aussi on peut ..
    Ne vous laissez pa




    0
  • Sami
    16 janvier 2011 at 9 h 05 min -

    Tous mes respects, Mr Souadia !!




    0
  • hakim
    16 janvier 2011 at 17 h 32 min -

    LA SOLUTION EST TELLEMENT FACILE ET ÉVIDENTE.
    1) IL FAUT REGROUPER LES QUARTIERS ET FAIRE DES REPRÉSENTANTS NATIONALISTE ET INTÈGRES.
    2) IL FAUT PARLER DE BOUCHE A OREILLES : SOULÈVEMENT POPULAIRES ORGANISÉ, ORGANISÉ, ORGANISÉ.
    3) PRÉPARER RAPIDEMENT LE PEUPLE POUR QU’IL FASSE DES RÉSERVES DE DONNÉES ET D’ALIMENTS NON PÉRISSABLES ET RÉSERVES D’EAU.
    4) IDENTIFIER TOUS LES BARONS DE L’IMPORTATION, FILS, AMIS DES GÉNÉRAUX ET DE LA MAFIA.
    5) NE PORTER AUCUNE ARME.
    6) PRÉPARER DES BANDEROLES.
    7) CONTACTER LES PARTIS ORGANISMES SUIVANTS :
    A) FFS, PRA, MSP, ENNAHDA, EL ISLAH, ASSOCIATION DES FILS DE MOUDHAHID, LADDH DE ALI YAHIA, ASSOCIATION DES QUARTIERS, SYNDICATS AUTONOMES, ASSOCIATION DES OFFICIERS LIBRES, ETC.
    B) MEHRI, HAMROUCHE, SIFI, BENBITOUR, BENFLIS
    C)NE PAS CONTER SUR LES OCCIDENTAUX ALLIES DES DICTATEURS.
    D) TOUT ORGANISME, PARTI, PARTIE INTÈGRES ET COURAGEUX.
    iL FAUT AUSSI :
    E)RÉSISTER DES MOIS , VOIR DES ANNÉES ET RESTER CONSTANT ET DEBOUT.
    F) PLUS, LE POUVOIR, EMPRISONNE LES GENS, PLUS, IL FAUT RADICALISER LES REVENDICATIONS.
    G)NE PAS SE CONTENTER DE PEU, EXIGER LE DÉPART DE BOUTEF-OUYAHIA, ETC. ASSEMBLÉE CONSTITUANTE, FAITE MAJORITAIREMENT DE PARTIS D’OPPOSITION.

    C’EST DES GESTES CONCRETS ET NON ABSTRAITS, DES ACTIONS ET NON DES BLALBLA.
    NE CONTER SURTOUT PAS SUR LES GENS INTELLECTUELS, TROP LÂCHES ET ÉGOCENTRIQUES.
    MAIS SI VOUS VOYEZ QUE LE PEUPLE EST TROP DIVISÉ, LÂCHE, AFFAMÉ, ATTENDEZ LA MATURITÉ ET PRÉPAREZ LE TERRAIN.
    LES OCCIDENTAUX ONT LÂCHÉ LA TUNISIE, PAYS PAUVRE.
    ILS NE LÂCHERONT PAS FACILEMENT L’ALGÉRIE, PAYS RICHE. IL FAUT S’ATTENDRE A DE GRANDS SACRIFICES.




    0
  • echecs et mathsVotre nom…
    16 janvier 2011 at 21 h 36 min -

    merci salim pour ta contribution pertinante. ta vision constitue reelement une partis de la solutions finale si tu vois ce que je veux dire contre touts ceux qui ont fait du tord a notre patrie et nous a force a l exile




    0
  • iris samy
    16 janvier 2011 at 22 h 07 min -

    Une vingtaine d’agents du Mossad exfiltrés de Tunisie ! Une drôle d’histoire que nous relate le Yediot Aharonot, un journal de l’entité sioniste.
    Le Yediot nous parle en effet de l’évacuation hors de Tunisie de vingt ressortissants de l’entité sioniste qui, d’après ce journal, se trouvaient dans ce pays en tant que touristes.
    Soit.
    Nous savons qu’à aucun moment la sécurité des touristes étrangers n’a été menacée par qui que ce soit en Tunisie, et que c’est seulement par précaution que divers Etats ont procédé au rapatriement de leurs administrés.
    Pourtant le Yediot écrit:
    Un groupe de 20 Israéliens a été secouru samedi soir en Tunisie, où un soulèvement violent a réussi à renverser le gouvernement.
    La mission compliquée a été orchestrée (sic) par un certain nombre d’administrations israéliennes dont le ministère des affaires étrangères. Les touristes ont d’abord été transférés dans un pays tiers d’où ils doivent se rendre en Israël par avion.
    Yossi Levy, porte parole du ministère, a déclaré à propos de cette affaire, « C’est une histoire qui finit bien, mais qui a demandé des efforts pour sauver des vies de la part d’agents du ministère des affaires étrangères et d’autres services. »
    C’est pas la traversée de la mer Rouge, mais presque!
    A mon avis, il s’agissait d’agents secrets comme ceux qui ont assassiné un responsable du Hamas à Dubaï
    Un site ultra sioniste nous apporte quelques compléments d’information: ces touristes avaient en majorité des passeports européens .
    Tout comme les agents du Mossad en action à Dubaï, ce qui explique que la tâche de leur rapatriement n’ait pas été laissée aux pays dont ils détiennent les passeports qui sont sans doute des vrais faux..
    Et puis, nous informe ce site ultrasioniste, les Juifs de Tunisie vivent dans l’angoisse! Pour le reste des gens, tout est pourtant absolument normal en Tunisie!
    Les juifs ne sortent pas dans les rues ce Chabat et restent calfeutrés et angoissés à la maison (IsraelValley est en contact avec des hommes politiques de Jérusalem qui sont eux-mêmes en relation avec des personnalités de la Communauté juive Tunisienne). Selon le Secrétariat d’Etat Français au Tourisme, “quelque 8.000 Français (selon IsraelValley : dont de nombreux juifs de France) séjournent actuellement en Tunisie”.




    0
  • AS
    18 janvier 2011 at 1 h 45 min -

    Salah Eddine, une fois le travail de débroussaillage et les scenario , tous les scenarii envisagés pour eviter toute manip… la prochaine étape est la grève générale illimitée… jusqu’au départ des enfants de la troupe coloniale… manifester pacifiquement et envoyer l’armée tirer sur les gens… c’est de la folie pure… je doute que les phases terminales ne soient capables de prendre ces décisions… et bloquer nous tous ces aéroports aucun harkis ne doit sortir libre … ben ali n’aurait jamais du sortir du pays…




    0
  • Saadi Yacine
    18 janvier 2011 at 21 h 55 min -

    yassin dit :
    « 15 janvier 2011 à 13 h 56 min
    Plutot controversé le personnage Souaidia,non?Et puis son indigence intellectuelle n’est pas indiqué pour donner crédit à quelque site que ce soit de réflexion.A mopins d’en ètre!Je suis surpris…C’est la 2e fois que je passe par là(votre site) et je tacherai à l’avenir de ne plus m’égarer… »
    Souaidia c’est la conscience de l’armée Algérienne, homme intègre, intelligent, et surtout sincère !!!




    0
  • Congrès du Changement Démocratique