Édition du
26 July 2017

BOUTEFLIKA désigné au 7eme rang dans le Top Ten des dictateurs les mieux élus du monde

7eme rang: Abdelaziz Bouteflika (Algérie) élu à 90,2%

Le président algérien, doyen du Top 10 du haut de ses 73 ans, est sur une pente positive: il a été réélu dès le 1er tour, le 9 avril 2009, pour un troisième mandat avec plus de 90% des voix, contre seulement 85% en 2004. La participation, qui était le seul enjeu d’un scrutin boycotté par les ténors de l’opposition, a atteint 74,24%, également en progression par rapport à 2004. Sur les 57 recours reçus par le Conseil constitutionnel, 53 ont été déclarés irrecevables sur la forme, et les quatre qui ont été acceptés sur la forme ont été rejetés sur le fond car dépourvus de preuves.

Le Conseil a estimé que les conditions électorales «ont permis aux électeurs de choisir, en toute liberté, leur candidat habilité à conduire le destin du pays, attestent de la régularité du scrutin, de sa sincérité et de sa transparence». Pendant la campagne, Bouteflika a déclaré: «Votez contre nous, votez même avec un bulletin blanc, mais votez.» Selon l’opposition, des habitants des bidonvilles ont été menacés d’expulsion et les salariés de licenciement s’ils ne prouvaient pas qu’ils avaient voté.

De plus en plus de pays dans le monde organisent des élections au suffrage universel pour élire leur président. Mais derrière ce signe encourageant pour la diffusion de la démocratie se cachent des élections qui n’ont de démocratiques que le nom. Intimidation des opposants, médias contrôlés par le pouvoir, électeurs menacés, votes truqués, candidat unique: les régimes autoritaires rivalisent d’inventivité pour s’assurer des résultats électoraux qui asseyent leur légitimité. Voici notre Top 10 des dictateurs les mieux élus de la planète au 19 janvier 2011, un classement bouleversé notamment par la chute de Ben Ali en Tunisie, qui occupait la 4e place du dernier Top 10 (octobre 2009).

Note de LQA: Ce que ne dit pas le jury du Top ten, est la violation de la Constitution, pour permettre à Bouteflika de se présenter en violation des dispositions de la dite Constitution, promulguée pourtant par le régime lui-même, comme toutes les lois du pays, et comme toutes les élections truquées qui s’y déroulent.
DB


Nombre de lectures : 2870
47 Commentaires sur cet article
  • Nourredine BELMOUHOUB
    20 janvier 2011 at 0 h 37 min -

    A la limite ce classement pourrait étre exploité et servir à exporter la fraude electorale. On arrete pas le progrés depuis que nos receveurs de bus nous demandent « Avanci El lor »




    0
  • Bashir Saoudi
    20 janvier 2011 at 1 h 06 min -

    Monsieur, Madame
    Je remercie Le Quotidien d’Algerie pour votre écrits et pour vos efforts pour éveiller notre peuple qui a dormi depuis l’indépendance. Un peuple courageux qui a pu faire sortir la France, je suis sur qu’il parviendra a éliminer le cancer de notre societé. En tant qu’algérien, je suis derrière nos frères pour une deuxieme libération. L’Algerie a des hommes pour la sauver pour une deuxieme fois. Vive l’Algerie et les Algeriens / Algeriennes qui veulent du bien pour notre societee. BS.




    0
  • Djaffar
    20 janvier 2011 at 1 h 24 min -

    Devinez quel est le diplomate qui a battu le record de missions à l’étranger ? C’est un algérien, il s’appelle TALEB BENDIAB Mokhtar, il a plus de 30 ans à l’étranger, ex ambassadeur au LIban mais relevé de ses fonctions au bout de six mois à la demande du gouvernement Libanais pour des raisons connues du seul ministère des Affaires étrangères.
    Il a passé huit années comme directeur du Centre Culturel Algérien, durant ces années il recevait des « rappels » de salaires, le dernier « rappel » avant son d »épart du CCA pour l’Institut du Monde Arabe comme DG où il est toujours deppassait les 200.000 Euros! c’était sans compter sur la malice des français qui surveillaient de très près ces bizarres mouvements de ces capitaux sur ses comptes, un beau matin, le Quai d’Orsay lui retire le statut diplomatique pour se trouver avec une simple carte de résidence et donc IMPOSABLE en France ! Sans compter les impôts fonciers sur ses biens immobliers dans le département des Hauts de Seine, le plus cher de France.
    Dernièrement il a construit un immeuble de six étages à Oran par une entreprise chinoise..
    Le cirque continue au MAE.




    0
  • Djamal
    20 janvier 2011 at 1 h 35 min -

    Designé par qui?




    0
  • zbart
    20 janvier 2011 at 2 h 27 min -

    S’ils ont osé ouvertement le qualifier de dictateur, une première de la part des médias occidentaux dits démocrates, cela signifie qu’ils anticipent sa chute et celle des autres, comme quoi, on les a vilipendés bien avant leur disgrâce.




    0
  • Sami
    20 janvier 2011 at 8 h 29 min -

    L’ACTE DEMOCRATIQUE PRESENTEMENT EN ALGERIE EST DE NE PAS VOTER !!!!
    Afin de militer pour l’implantation de la démocratie, il faut s’abstenir de donner a cet pouvoir, a ce regime la légitimité dont il ne mérite pas en aucun sens. Il méprise le peuple, il vole et viole les richesses , la dignité de peuple. Donc tout vote est un acte de trahison a mon avis. Toute action qui donne la moindre légitimité a ces criminels est condamnée, et constitue un acte qui constitue une atteinte aux intérêts de notre peuple !!! Le premier dans le chemin de la liberté est de commencer par ne pas voter et c’est la moindre des choses qu’on peut faire pour notre pays !!!




    0
  • mouhoub
    20 janvier 2011 at 9 h 05 min -

    puisque les algériens votent, alors pourquoi exiger de nous la carte de « vote » par les administrations ? J’ai besoin de vous raconter ceci :

    Pour renouveler mon permis de conduire, l’administration m’a demandé de présenter un certificat médical et groupage, ce qui est normal mais aussi un certificat de résidence. Or pour le certificat de résidence qu’on obtient d’habiture en présentant un reçu sonelgaz à l’apc. Mais surprise, le proposé à l’Apc me demande encore la carte de vote. Choqué et surpris,je lui rétorque que si le reçu sonelgaz ne suffit pas je peut lui présenter mon acte de propriété de ma maison. Mais non ce qui l’interessait c’est la carte de vote que je n’avais pas, et pour cause, je ne vote pas car pour moi il n’y avait pas vote.Après des palabres sans fin et vu ma détermination à ne pas me laisser faire, on me remis enfin ce certificat de résidence. Soulagé, je présente le dossier à la daîra.
    Sûr de moi, je remets le dossier au préposé qui me demande encore la carte de vote pour le certificat de résidence qu’il avait entre les mains.
    Tout en essayant de me retenir je lui réponds que par carte de vote, il voulait sans doute dire « carte de mascarade »; je lui promis que la prochaine fois je lui donnerait une carte de vote à la condition qu’il ne l’appelle pas carte de vote. ç a me rappelle cette vieille dame qui est venue voter pour le F L N terrorisée parcequ’on lui a fait croire que si elle ne vote pas…..elle n’aura plus droit aux soins gratuits. Est-ce à ces « soins gratuits » que faisait allusion Belkhadem , Sans doute.




    0
  • iris samy
    20 janvier 2011 at 10 h 03 min -

    « M. Abdelaziz Bouteflika a pratiqué à des fins frauduleuses… »
    Pour comprendre l’animosité du président Abdelaziz Bouteflika envers la Cour des comptes qui vient d’être réactivée malgré lui (lire article), il faut remonter à janvier 1979. Boumediene venait de mourir et la guerre de succession faisait rage. Parmi les prétendants, Abdelaziz Bouteflika. Il fait valoir son statut de « dauphin ». La Sécurité militaire de Kasdi Merbah intervient et écartera d’un revers de la main cette candidature. Kasdi Merbah, « une de ses bêtes noires » comme le confirme le général Nezzar, exhibe les dossiers accumulés par la police politique sur Bouteflika depuis 1963 et notamment un dossier dont personne n’avait jusqu’alors entendu parler : les détournements par Bouteflika des reliquats budgétaires des ambassades algériennes, versés dans une banque Suisse et dont Merbah a tous les détails.

    L’accusation était lourde et passible de condamnation à mort. Bouteflika le savait. Boumediene n’était plus là pour le protéger. Il chercha d’abord à « rembourser » les sommes détournées. Le 5 janvier 1979, soit une semaine à peine après le décès de Boumediène, Bouteflika remet au Trésor public un chèque libellé en francs suisses d’une contre-valeur de 12 212 875,81 DA tiré de la Société des banques suisses à Genève. Il ne rapatriera pas d’autres sommes, ce qui irritera fortement les autorités qui s’estimaient fondées à considérer ces légèretés comme une marque de mépris à leur endroit. Le chèque remis par Bouteflika était, en effet, loin de correspondre aux chiffres que détenaient les services de renseignements de Kasdi Merbah : Bouteflika aurait « oublié » de s’expliquer sur la disparition de 58 868 679, 85 DA. Il négligera, de plus, d’accompagner ces remboursemensts de justificatifs qui les auraient validés aux yeux du Trésor public, comme le lui demandait Chadli Bendjedid.
    Cette carence allait précipiter le déclenchement de la procédure judiciaire.
    L’affaire est lancée, sur fond de luttes d’appareils.
    Chadli saisit la Cour des comptes.
    L’enquête de cette institution aboutit à un premier arrêt qui sera prononcé le 8 août 1982 à l’encontre et qui « met en débet Abdelaziz Bouteflika pour une somme dont la contre-valeur en dinars représente 58 868 679, 85 DA et qui reste à justifier ». La Cour explique que ce montant « est l’aboutissement des longues investigations de l’institution tant au niveau de la Trésorerie principale d’Alger qu’à celui du ministère des Affaires étrangères »
    Ce furent, en effet, de « longues investigations ».
    Elles portèrent un premier préjudice à Bouteflika qui se voit d’abord suspendu du Comité central du FLN « en attendant son exclusion par le congrès ». Le comité central, réuni ce jour-là en 6e session, signale que « le concerné s’engage à restituer les biens et dossiers du parti et de l’Etat en sa possession », parle de « dossier au contenu grave » qui justifie de « saisir la justice de l’affaire ».
    L’enquête fut menée ensuite sur plusieurs fronts. Elle établit comment le ministre Bouteflika s’y est pris pour détourner pareille somme d’un Trésor public pourtant vigilant. La Cour des comptes donne, dans El Moudjahid du 9 août 1983, des détails précis sur la façon dont ces sommes ont été dévoyées : «Agissant alors en qualité de ministre des Affaires étrangères, M. Abdelaziz Bouteflika avait successivement ordonné aux chefs de missions diplomatiques et consulaires, par instructions n° 20 du 14 février 1966, n° 33 du 1er décembre 1966, n° 36 du 1er mai 1967, n° 68 du 1er octobre 1969 :
    – en 1966, de conserver au niveau des postes les soldes disponibles qui devront faire l’objet d’instructions ultérieures particulières ;
    – en 1967, d’ouvrir des comptes particuliers devant abriter ces disponibilités ;
    – en 1969, enfin, de procéder au transfert des reliquats disponibles vers deux comptes bancaires ouverts auprès de la Société des banques suisses, les reliquats des exercices ultérieurs devant désormais avoir la même destination. » (1)
    La Cour observait que « le gel de cette importante trésorerie, qui a notamment profité à un établissement bancaire étranger, n’a donc obéi à aucun texte législatif ou réglementaire et sa gestion échappait totalement au contrôle du Trésor ».
    Bref, aux yeux de l’instance judiciaire, Abdelaziz Bouteflika a donc bien détourné ces sommes de 1965 à 1978.
    Bouteflika s’est maladroitement défendu contre tous ces griefs, accumulant dérobades, confusions et bévues. Il refusa obstinément de se présenter à Alger devant la Cour des comptes, obligeant les magistrats instructeurs à se déplacer à Paris et à Genève pour l’entendre. L’idée de se soustraire à la justice n’était pas pour inciter les juges à de clémentes dispositions à son égard. Il se fourvoya ensuite dans des explications contradictoires pour justifier ces placements occultes des fonds des Affaires étrangères sur des comptes suisses. En privé, il soutenait que l’argent devait alimenter « une caisse noire indispensable aux financements secrets de certains mouvements de libération ». Aux magistrats de la Cour des comptes il donna une toute autre version, invoquant la construction d’un nouveau siège du ministère des Affaires étrangères pour laquelle il destinerait la trésorerie amassée sur les comptes suisses. Un argument aussi léger ne pouvait que l’enfoncer davantage.
    Dans son arrêt, la Cour des comptes se fit d’ailleurs une joie de le démolir sans ménagement : « Ce motif fallacieux ne peut être pris en considération sachant qu’une opération d’investissement obéit à des règles bien précises qu’aucun ordonnateur ne peut ignorer et que l’éventuelle construction d’un nouveau siège du ministère des Affaires étrangères doit être financée par des crédits normalement inscrits au budget de l’Etat. » (1)
    Dans son arrêt définitif du 8 août 1983, la Cour des comptes donnait un verdict sans appel : « M. Abdelaziz Bouteflika a pratiqué à des fins frauduleuses une opération non conforme aux dispositions légales et réglementaires, commettant de ce fait des infractions prévues et punies par l’ordonnance n° 66-10 du 21 juin 1966 et les articles 424 et 425 du Code pénal. » (1)
    La Cour des comptes évaluait à « plus de 6 milliards de centimes » le montant dont Bouteflika restait redevable auprès du Trésor, un montant qui, ramené à la parité de 2010, avoisinerait les 300 milliards de centimes.
    Des mesures conservatoires sont prises à son encontre dans le cadre de l’enquête judiciaire. Son passeport diplomatique lui fut confisqué et son traitement de haut fonctionnaire suspendu. Deux de ses villas sont saisies.
    Bouteflika échappa cependant à la prison alors que trois de ses collaborateurs impliqués dans le détournement ont passé quatre années en à El-Harrach.
    « Sans l’intervention magnanime de Chadli, Bouteflika aurait fait plusieurs années de prison pour détournement de fonds publics », confirme Ahmed Taleb Ibrahimi, qui était dans l’entourage de Chadli en qualité de ministre conseiller à la Présidence puis de ministre des Affaires étrangères à partir de 1984. (2) Chadli Bendjedid, qui n’aime pas évoquer cet épisode, se contente d’une formule miséricordieuse : « Ce n’était pas dans ma nature d’enfoncer d’anciens collaborateurs en mauvaise passe. J’ai fait ce qu’il fallait faire envers Bouteflika. » (3)

    Chadli ne voulait pas que Bouteflika ait des ennuis

    Il fallait bien de la miséricorde présidentielle, en effet, pour sauver Bouteflika d’une affaire très mal engagée pour lui.
    Non seulement Bouteflika échappa à la prison mais il obtint de Chadli l’assurance qu’il pouvait rentrer au pays sans être inquiété à son arrivée à Alger. « Il a envoyé plusieurs messagers à Chadli en 1984 pour en arracher la promesse qu’il pouvait rejoindre l’Algérie sans risque, soutient le général Benyellès. Chadli m’a dit, et je peux en témoigner, de transmettre à Bouteflika qu’il pouvait rentrer sans problème. “Je lui en donne ma parole”, a-t-il ajouté. Chadli ne voulait pas que Bouteflika ait des ennuis. » (4)
    Les mesures conservatoires prises à son encontre dans le cadre de l’enquête judiciaire seront levées une à une. Son passeport diplomatique lui fut rendu sur instruction de Chadli, qui lui rétablit en outre son traitement de haut fonctionnaire.
    Bouteflika négocia ensuite avec succès la restitution de sa villa de Sidi Fredj confisquée par le wali de Tipaza et gendre de Chadli, Kaddour Lahoual, qui prévoyait d’en faire un bâtiment administratif. Il ne s’arrêtera pas là. L’étrange « opposant » Bouteflika bénéficiera ensuite d’une somptueuse demeure de 22 chambres située sur les hauteurs d’Alger, Dar Ali Chérif, en compensation d’une villa qu’il occupait.
    Chadli l’avait sauvé !
    Quinze plus tard, en novembre 1999 à Monaco, Bouteflika, devenu président, oubliait tout cela et qualifiait Chadli de « quelqu’un qui n’est pas aviateur, mais qui a pris les commandes d’un Boeing 737 », regrettant que « Chadli qui est resté finalement autant de temps au pouvoir que Boumediène a curieusement mis le même temps pour détruire tout ce que Boumediène avait construit ». (5)
    Devant la journaliste du Financial Times, il poussera un peu plus loin le dénigrement : « J’étais surpris un jour d’apprendre par la télévision que le chef de l’Etat algérien de l’époque et le chef d’Etat français de l’époque, que Dieu ait son âme, avaient eu un entretien en tête-à-tête de dix heures. Je connais les deux, je sais que le chef de l’Etat français pouvait parler pendant dix heures. Je ne suis toujours pas sûr que le chef de l’Etat algérien — et il est toujours vivant — pouvait, lui, parler pendant une demi-heure, pour dire des choses très essentielles. » (6)
    Il répétera cette odieuse comparaison entre Chadli et Mitterrand, avec plus d’emphase, à la télévision égyptienne, soulevant une tempête d’indignation au sein de l’opinion algérienne.
    « Quand j’ai entendu, de mes propres oreilles, ces propos peu honorables sur Chadli, j’ai été tellement outré que j’ai réagi par un article dans El Khabar, se rappelle Benyellès. J’ai rappelé à Bouteflika qu’il a accepté d’être le ministre de cet “ignorant” qu’il insulte aujourd’hui devant les étrangers, qu’il en a été le subordonné au gouvernement et au Bureau politique, qu’il a bénéficié de son indulgence à propos des fonds qu’il avait détournés et que sans cette indulgence il aurait dormi en prison… Comment un personnage qui a mangé dans la main de Chadli, et je mesure mes mots, peut-il être à ce point ingrat ? En fait, Bouteflika est un “haggar”, un terme intraduisible, qui dépeint un homme à la versatilité mesquine, qui passe de la servilité à l’arrogance selon qu’il soit vulnérable ou puissant. »




    0
  • still
    20 janvier 2011 at 11 h 38 min -

    Les chefs de centres sont choisis parmi les chiatines du système.Ils font un travail »consciencieux » pour lequel ils sont payés d’ailleurs:A la fin de la journée électorale, chaque fois qu’ils peuvent le faire,ils émargent a la place de tous les boycotteurs et bourrent les urnes de bulletins équivalents , au profit du candidat…sponsorisé par la fraude.
    Donc , « bien-élu » ou « mal-élu » demeurent des notions formelles,très relatives.




    0
  • Si Salah
    20 janvier 2011 at 12 h 08 min -

    Il faut féliciter Abdekka El Malifik pour ce nouvel acquis de la Révolution. On est vraiment comblé par tous ces records. Il doit choisir maintenant de quelle facon il veut finir comme ses freres tyranneaux du club « 95% sinon je rentre chez moi ».

    D’aprés les sondages sortie des urnes, il a 95% de finir soit au bout d’une corde comme Saddam, soit sur un poteau comme Ceausescu,
    soit dans une prison pour voleurs en Arabie (en attendant pire)…

    Voilà le menu, qu’est-ce tu prends?

    Si Salah




    0
  • barhim
    20 janvier 2011 at 12 h 33 min -

    bouteflika devrait etre au rang 1 puisqu’il a fait un coup d’etat constitutionnel pour devenir president .
    je rejoins sami dans ce qu’il dit ,le peuple ne doit en aucun cas voter parce que a ce que je vois si bouteflika est toujours en vie en 2014 il serait encore président pour la 4 eme fois




    0
  • sourire
    20 janvier 2011 at 12 h 41 min -

    Il n’est que 7eme notre cher fakhamatouhou. Ce n’est pas normal et pourtant il n’a jamais accepté un autre rang que le 1er. Il doit se consoler: les deux chambres du parlement l’ont réelu à 100% à epsilone pret. Il est donc le 1er, là je suis content, il n’y a aucune raison de le récaler au 7eme rang messieurs.




    0
  • Alilou
    20 janvier 2011 at 12 h 43 min -

    @LQA

    SVP ne publier plus des sujets qui nous eloignent de notre objectif principale.
    On s’egare en conjenctures ici avec des debat sur des personnes qui ne merritent meme pas d’etre citées,

    On sait que le pays est pourri de fond en comble…on ne va pas re-inventer la roue.

    Notre but est de rassembler tout le monde autour d’un compromis et autour d’un objectif ces deux derniers devraient etre notre seule preoccupation, autrement nous allons encore continuer a creer des differences meme si ces differences sont que par ecrit…mais ….

    LIBERONS NOTRE NATION




    0
  • LEMDIGOUTI
    20 janvier 2011 at 13 h 15 min -

    Monsieur @iris Samy , je vous remercie infiniment d’avoir porté à notre connaissance point par point, avec des preuves à l’appui et des références précises, les pratiques de l’autocrate actuel qui nous gouverne. Mais, malgré toutes les charges indiscutables imputées à Bouteflika, je crois que la vraie carpette et serpillière (chifoune quoi !) dans toute cette histoire c’est bien Chadli Bendjedid. En principe, les gifles que lui a distribué Bouteflika sur la gestion du pays durant son mandat aurait suffit à un RADJEL DIGNE DE CE NOM de le dénoncer publiquement et officiellement (c’est le minimum) devant le peuple algérien et de relater les méfaits, crimes et délits de Boutef. Or, il n’en est rien. Conclusion : Chadli se rend complice en se taisant.




    0
  • moujhoud
    20 janvier 2011 at 14 h 05 min -

    Une main lave l’autre. Donc chadli qui prête serment en tant que président de l’Algérie, met un voleur avant les intérêts de la nation et du peuple algérien. La preuve est qu’ils sont tous pareils. Ils se comportent comme si, tenant le pouvoir, le pays leur appartient comme bien propre. Ce même voleur, aujourd’hui a fait venir toute une armada de voleurs sans les citer car c’est superflu.




    0
  • sofiane
    20 janvier 2011 at 14 h 10 min -

    sincèrement chaque temps possède ses hommes et l’expérience joue un rôle important mais parfois ça tourne mal…le modèle de président que j’adore pour une Algérie moderne et qui avancera positivement ou tous ses enfants auront leur place c’est suivre Ferhat Abbas je ne suis ni jijeli ni autre je parle au nom d’un algérien qui ètait convaincu de son modèle de pensée politique et aussi ça veut pas dire que les autres ont tord tout le monde possède une force qui donnera un plus à notre pays..j’ai lu presque tout ses livres logiquement il est très objectif et sa philosophie de voir les choses elle est typiquement algérienne…je conseille le peuple algérien de lire les livres de cette personnalité qui mérite d’être respectée…vive l’Algérie unie




    0
  • guerriere de la lumière
    20 janvier 2011 at 14 h 14 min -

    Le « 7 » porte malheur !!!
    Même la tunisienne a changé l’effigie de sa chaine de télévision et a supprimé le 7!
    Au fait !!! et le « Major » de promotion, le 1er au Top c’est schkoune?




    0
  • al jijeli
    20 janvier 2011 at 14 h 27 min -

    tout le monde donne les leçon politique..tout le monde posède l’art de donner le bon sens..etc mais dans le fond tout le monde est un dictateur
    la philosophie de la vie est un jeu…tout ces pour parler..et ces tapages tourne dans un cercle vicieux au tour des mèmes mots libertè dèmocratie changemment du règime..etc c’est très bien tout ça cèrte , on pourra ètre des hèros une fois dans notre vie mais qui pourra garantir que nous allons rèster honnète tout notre vie..c’est ça l’objèctif d’un changemment rèel…là ou le pouvoir et l’argent existe rare sont ceux qui rèsite….la nature hummaine est compliquè car parfois on fera des choses c’est très bien mème si elle ne sont pas bien c’est pour nous justifier..la vie est un jeu qui va garder son prèstige le plus longtemps..tout le monde mourra un jour rare sont ceux qui viveront rèel.




    0
  • Alilou
    20 janvier 2011 at 15 h 00 min -

    Ils ya des choses qui arrivent qui nous font sentir commes des masses negligeables, ils y’en a d’autre qui nous laissent perplexe.

    Un couple de Canadian de 60 annees, ont gagné un gros lot de 12 millions de dollars, ils decident de les distribuer aux vrais demunis, ils ont tout donné.

    Il ya ceux qui sont aux pouvoirs qui ont la possibilité de faire des choses extraordinaires envers leur peuple et envers leur nation et laisser graver leur nom dans les livres d’histoire jusqu’a la fin des temps, et les generations suivantes ne diront d’eux que du bien, ces gens la ont CHOISI d’etre de cette tranche d’HOMME….et vous avez ceux qui ont cette meme possibilté et qui choisissent d’etre des miserables et feront parler d’eux comme etant des pures EVILS (pas confondre avec ELVIS)

    A Monsieur le president de la republique democratique et populaire d’algerie, je vous prie de considerer le choix du jsute tant que vous avez la possibilité de le faire, choisissez le chemin de la droiture et de redemption, faite la PAIX avec vous meme et votre peuple, vous avez le temps et le pouvoir de dire il est temps de rentrer dans l’histoire comme etant l’homme de la liberté, l’homme qui a decidé de braver tous les obstacles et les clans, l’homme par qui le salut de tout un peuple a aspirer enfin a une vie descente, faites le bon choix et entrez dans l’HISTOIRE.

    Salutations…je crois que je suis en manque de thé….




    0
  • karim2380
    20 janvier 2011 at 15 h 27 min -

    Cet aricle ne mérite pas la une de ce journal il n y a rien de nouveau dans le contenu. Nous avons besoin de parler des outils et moyens du changement que de gargariser la même chose. il fallait laisser le precedent au moins il a le mérite de traiter des actions à entreprendre.




    0
  • khaled
    20 janvier 2011 at 15 h 29 min -

    Quelqu’un peut nous donner l’age exacte du chef d’état-major algérien Général-Major Ahmed Gaid Salah.




    0
  • Fodil
    20 janvier 2011 at 17 h 04 min -

    Merci @Alilou, Depuis qlqs jours certains articles ne méritent même pas 1 seconde d’attention et pourtant les commentateurs vont bon train.. et ça pleure, et ça analyse et propose des programmes..
    @LQA , Nous avons besoin de proposition et d’initiatives, d’action mobilisatrice… Pourquoi l’Appel du 19 mars, est absent en France et comment il doit s’organiser pour exister et faire passer son message..
    @Alilou parle juste et je suis ok avec lui.., à mon tour j’exhorte @LQA, de faire très attention aux diversions..
    « @LQA
    SVP ne publier plus des sujets qui nous eloignent de notre objectif principale.
    On s’egare en conjenctures ici avec des debat sur des personnes qui ne merritent meme pas d’etre citées,
    On sait que le pays est pourri de fond en comble…on ne va pas re-inventer la roue.
    Notre but est de rassembler tout le monde autour d’un compromis et autour d’un objectif ces deux derniers devraient etre notre seule preoccupation, autrement nous allons encore continuer a creer des differences meme si ces differences sont que par ecrit…mais ….
    LIBERONS NOTRE NATION »
    Un seul discours doit primer, la libération des 1200 personnes arrêtées, notre frère Baba Nadjar, notre solidarité et notre détermination avec le peuple Algérien.
    Boutef est 7ème, et après ?
    Fodil




    0
  • Sghir
    20 janvier 2011 at 17 h 17 min -

    Il faut documenter tous les abus des frères Bouteflika, surtout Said!




    0
  • Algerien de passage
    20 janvier 2011 at 17 h 29 min -
  • Si Salah
    20 janvier 2011 at 18 h 20 min -

    @Khaled: A propos de Gaid Salah: tu veux l’age biologique ou mental?

    Si Salah




    0
  • LEMDIGOUTI
    20 janvier 2011 at 18 h 25 min -

    Ya Monsieur @al jijeli, c’est vrai qu’au fond de l’homme sommeil des vices (…et des vertus aussi). On sait aussi que dans tous les pays du monde, qu’ils soient démocratiques ou dictatoriaux, il y a de la corruption et de la malversation. Mais, car il y a un mais, dans un pays authentiquement démocratique, il existe des contre-pouvoirs et une société civile qui limite au maximum les velléités de corruption et de mauvaise gestion. Une société démocratique est plus qu’une EXIGENCE en Algérie car il y a déjà la rente (des milliards et des milliards de dollars). Si personne n’a droit de regard sur la gestion de la rente, ALORS la corruption, déjà généralisée chez nous, risque de faire exploser la société. Pour l’instant on n’a eu recours qu’à des « coupures de routes » et des dégradations. Mais demain si il n’y pas un changement de gouvernance, Ellah Istar ya kho. La gestion dans la transparence de la rente pétrolière et son développement futur ne peut se faire sans l’instauration d’un Etat de droit. Ne serait-ce donc que pour la gestion de la rente pétrolière, la démocratie est une exigence urgente. Je ne parle pas des corolaires de la démocratie : accès libre aux médias lourds, la liberté de presse, la liberté d’opinion, indépendance de la justice etc… etc…
    Il est inadmissible que ce soit un groupe restreint de personnes (toujours les mêmes depuis 1962) qui décide de la stratégie à long terme en matière de politique énergétique et de politique industrielle, pour ne prendre que ces deux exemples. On nous annonce 50 milliards d’investissements à Sonatrach sur le moyen terme, 30 milliards chez Sonelgaz, on nous promet que l’Algérie sera exportateur d’électricité d’origine solaire à l’horizon 2020, on nous annonce que l’Algérie a encore 50 ans de production de pétrole, on nous annonce que l’industrie nationale du médicaments couvrira 40 % de nos besoins, on nous bassine que le métro sera inauguré « toujours prochainement » mais personne ne nous dis la profondeur du gouffre financier, etc… etc… Qui peut les contredir ? Et çà va durer jusqu’à quand ??????????????




    0
  • Algerien de passage
    20 janvier 2011 at 18 h 28 min -
  • kanadi
    20 janvier 2011 at 19 h 45 min -

    QUEL DOMMAGE!!! LE RIDICULE NE TUE PAS.

    La révolution du Jasmin a séduit Khaled Nezzar !

    « Dans une déclaration rapportée par le quotidien arabophone «Waqt El Djazaïr», le Général à la retraite a déclaré que «ce qui s’est passé en Tunisie devrait servir de leçon au monde arabe» et que «les Tunisiens avaient extrêmement mûri du point de vue politique».

    Selon Nezzar, la révolution des Tunisiens contre le régime de Ben Ali a été rendue possible grâce au niveau élevé d’enseignement civique dans ce pays, déclarant que «l’exercice syndical et de la société civile ont rendu les Tunisiens un peuple fort». Nezzar a néanmoins regretté la fin qu’aurait subi Ben Ali, qui «avait du rester des heures en vol, cherchant un lieu de refuge».

    Tortionnaire Nezzar, la Tunisie a eu la chance d’avoir un certain général, Rachid Ammar, Chef d’État major de l’Armée de Terre, qui a refusé d’obéir à l’ordre du despote Ben Ali de tirer sur le peuple. La Tunisie a une armée républicaine pas une armée de généraux « marsiens », semi-analphabètes et corrompus jusqu’à l’os.




    0
  • Koulou
    20 janvier 2011 at 19 h 56 min -

    L’age n’a pas d’importance Mrs.
    C’est le quotien intellectuel de ses gens là qu’il faut mesurer et prendre en considération. D’après les recentes recherches scintifiques, le quotien intellectuel de nos dirigents et celui des arabes en particulier dépassent celui d’un l’âne de .01 degré et que leurs cerveaux semblent être en phase d’ibernation donc leurs neurones semblent être en constantes congélations puisqu’ils semblent être déconnecté de la réalité d’aujoud’hui.




    0
  • rachid 2
    20 janvier 2011 at 20 h 52 min -

    Je ne comprends pas ces gens qui s’accrochent au pouvoir meme au depend de leur honneur et ils sont meme prets à se prostituer pour s’y perenniser … SI vraiment Boutef aime vraiment son pays comme il le pretend pourquoi ne parte-il pas la tete haute et avec honneur avant qu’il ne lui arrive pas comme Ben Ali l’ex. president de Tunisie quand personne nous voulait l’accueillir sur son territoire comme un pestiféré …souvent on dit que la politique est une drogue et que l’on ne peut pas defaire facilement … ou un moyen de gain facille et il suffit de savoir mentir …




    0
  • Algerien de passage
    20 janvier 2011 at 21 h 27 min -

    @rachid 2
    Le koursi est un corrupteur des ames faibles et pour s’en défaire il y’a deux options la mort ou la peur… ah!!! y’a une troisième: quelqu’un qui veut la place




    0
  • taguercift
    20 janvier 2011 at 22 h 04 min -

    L’histoire de notre pays est tronquée depuis 1962 et même avant.




    0
  • nina
    21 janvier 2011 at 0 h 01 min -

    salam
    @alilou je suis entièrement d’accord avec vous, cet article n’a pas de place ici, car on cherche des alternatives pour changer ce pays par une sensibilisation des jeunes et un groupement massif des bonnes volontés qui croit à la démocratie comme nos voisins. Fakhamatouhou au lieu de preparer son départ eternel il projette pour les elections 2014 le koursi dounyaoui. allah yahdihoum




    0
  • Abdelaziz
    21 janvier 2011 at 0 h 43 min -

    Même fi hadi on n’a pas une médaille ??!!
    yakhi hhalla yakhi !




    0
  • abdelkader
    21 janvier 2011 at 1 h 16 min -

    Bonjour à tous
    algériennes algériens: appel à un soulèvement populaire, pour libérer notre chère patrie




    0
  • tacili
    22 janvier 2011 at 22 h 50 min -

    La république de Boutef : l’anarchie

    Irrité par un hémIcycle quasiment vide
    Ziari tance les députés de l’Alliance présidentielle
    Par : Rubrique Radar

    Nos députés grassement payés, sans trop se dégourdir les jambes, sont aujourd’hui trop confortablement installés pour les voir se départir de leur fainéantise. La preuve, jeudi matin, l’Assemblée ne payait pas de mine malgré la programmation de la séance d’adoption du projet de loi portant règlement budgétaire 2008, un sujet qui devait présenter tout de même un intérêt pour les “élus”. L’hémicycle était si vide que le président de l’Assemblée, Abdelaziz Ziari, est entré dans une colère noire. Il fut même contraint, en raison de l’absence de quorum, de reporter le vote de la loi à une séance ultérieure qui s’est finalement tenue dans l’après-midi. Comme un instituteur qui s’adresse à ses élèves, le président de l’APN s’est montré virulent vis-à-vis des députés, notamment ceux de l’Alliance présidentielle qu’il a appelés “à plus de discipline”.




    0
  • zama
    23 janvier 2011 at 15 h 52 min -

    Il reste une seule et unique alternative de faire sortir notre ALGERIE, de 1,5 millions de martyrs et voir plus, jusqu’à nos jours. Mes chères frères Algériens et Algériennes, le pouvoir en place veut terrorisés nos esprits à jamais, pillés toutes les richesses appartenant aux peuple et confisqués notre dignités que nos aieus ont toujours combattu avec courage. Sachant que la LIBERTE s’arrache et elle ne ce donne pas. Les générations qui viennent ne sont condamnés de vivre le même sort que nous, alors unissant nous pour une même et unique cause qui est L’ALGERIE avant tout.




    0
  • tanina
    23 janvier 2011 at 22 h 46 min -
  • hakim
    25 janvier 2011 at 20 h 23 min -

    Personnellement , je crois que les présidents des Etats-Unis, en premier lieu Bush devrait classés comme meilleur dictateur élu.
    Leur fraude est beaucoup plus sophistiquée, basée sur les grands lobbys qui mettent tous leurs moyens financiers (médiatiques et autres ) pour faire élire leur candidat. Déjà qu’ils ne donnent pas beaucoup de choix.
    Et si par hasard, le candidat qu’ils ne veulent pas est élu, ils l’abattent comme Kennedy.




    0
  • RAIS
    27 janvier 2011 at 1 h 31 min -

    A Iris Samy pourriez-vous m’expliquer comment la cagnotte laisser par Boumédiène efin decembre 1978 qui était positive de quelques millards de dollars est redevenu négative de 24 milliards en 1986 de dollars avec l ‘ arrogance du FMI posez la question à CHADLI ET SES ACCOLYTES NEZZAR, ben yelles vec ses usines de cristal qui ne fonctionnent pas, les chateau valant 10 milliards de dinards (époque 1986) contruits par les généraux qui touchaient des salaires de 20 000 à 30 000 dinards.Vous qui êtes si éclaires pas téléguidés je voudrais que vous expliqiez çà.Merci d’avance.




    0
  • mira
    27 janvier 2011 at 18 h 34 min -

    Quand un diplomate ferme les yeux, sait ce qui se passe dans son entourage, ne punit pas, mais au contrare punit les innocents qui ont demandé la justice, ….Quand un ambassadeur sait que son attaché s’est permis de faire voyager son berger allemand, oui , son chien pour le suivre dans ses missions, et tout payé aux frais de qui………Quand un diplomate sait ce qui se passe au niveau des documents remis sous…hum hum……
    vous savez , nous dépassons les ben ali de tunisie,…
    et puis nous dépassons le temps des années bien antérieures dans lesquelles des gens ont assisté au mariage de la chienne, des A….. avec comme menu, caviar, saumon, robe christian dior….alors que le peuple n’avait droit a rien
    Il ne faut pas se mentir, nous sommes mieux, car nous pouvons nous exprimer sans avoir peur, car ce qui doit arriver arrivera
    Abération, ce chien s ‘est vu voyager dans une grosse cage, par un diplomate qui se disait fils de chahid et mere moujahida, et qui faisait nettoyer son toutou par une personne que nul ne pouvait écouter et croire…..cette personne fut punie par l’humain, mais ce diplomate fut payé par le CRÉATEUR « Il s’est vu attrapé la main dans le sac et hop,,,,retour au bled…mais je ne sais pas s’il a rappatrié son pauvre toutouJ
    Je vous prie de croire que l’instance supérieure a ordonné de sévir, mais comme dit le proverbe ‘ les loups ne se mangent jamais entre-eux
    Voyez-messieurs , ne vous étonnez pas, il y a a dire et a redire sur ces personnes dont Monsieur Le Président fait confiance et qui essaie de sévir, mais cela n’est pas facile, nous sommes combien de millions …..bien sur, sans parler de beaucoup de choses
    Vive la libérté d’expression




    0
  • Hamma
    27 janvier 2011 at 22 h 53 min -

    On n’a nul besoin de classer les dictateurs et les pays pratiquant la dictature. La planète entière vit sous la pratique de la dictature sous une forme ou une autre. J’ai personnellement toujours considéré les USA, l’Angleterre et la France pour ne citer que ces trois grandes puissances comme des pays où la démocratie n’avait en réalité que de nom.

    Toutefois, je concois qu’ils sont bien loin des dictatures classiques d’Afrique, d’Asie, d’Amérique Latine, d’Europe de l’Est et du monde arabe.

    Soutenir les dictatures , c’est comme assassiner un peuple par procuration. Celà fait de vous un co-dictateur.

    Et pour finir une anecdote sur Bouteflika lors de la conférence de presse donnée par Sarkozy le 25/01/2011 devant 300 journalistes accédités et 200 ambassadeurs.

    En abordant le sujet Tunisien, une journaliste allemande provoque l’hilarité générale en demandant à Sarkozy si la France serait « prête à accueillir le président algérien Bouteflika si la question se pose? » « Vous voyez l’exploitation qui pourrait être faite de ma réponse » répond-il.

    et de poursuivre:

    – En visite officielle!?

    Re-hilarité dans la salle et de Sarkozy




    0
  • said canada
    28 janvier 2011 at 6 h 00 min -

    je fais appel au peuple algérien pour sauver l’Algérie de ses bourreaux à leur tête le voleur bouteflika , ils sucent le sang des algériens …..révoltez-vous chers concitoyens ….maintenant et maintenant ….manifestation en ce mois de février …on vous attend a l’extérieur….l’union mes amis…il ne faut pas avoir peur…on a tout enduré…. terrorisme, hougra, chômage, dictature, népotisme, favoritisme…..




    0
  • Mohbens
    1 février 2011 at 15 h 06 min -

    Les intelectuels algeriens, ne sont pas apte de mener le peuple algerien vers un changement democratique ! Avec un agenda francais anti islam et musulmans !!! Leurs cible et leurs ennemis sont faux et leurs trajectoire est completement debossoles…..dommage, et milles dommages !!!
    Les tunisiens hurle leur colere en ayant comme reference le fameus poete  » Chabi », !! nous par contre c’ est victor hugo, voltaire et compagnie limited qui sont helas la reference de nos intelectuels ( surtout francophones ) ! Ou est passe Abdelhamid ben Baddis, Cheick Bouaamama, el mokrani et les autres geants Algeriens……..helas avec des gens comme Said saadi qui ce dit democrate en plus!!! Le chemin est loin !!
    Dans un dialogue avec Abbassi madani, Saadi declare qu’ il n’ allaient pas laisser l’ex FIS gouvernes meme si ce dernier arriverais au pouvoir par la voie des urnes ???
    Droles de democrates et pauvre peuple algerien……il y’ aura tôt ou tard un changement democratique, mais pas avec ces tetes et ces droles de democrates, pour qui la france, la francophonie et la laicite sont les seules normes acceptes !!!
    Ici au pays bas vivent plus de 85 nationalites ! Des juifs, des musulmans, des hindous, des chretiens, des laiques, des athes,……..etc tous s ‘ acceptent mutuellement et la democratie et les urnes sont les seuls normes acceptes !!!
    Vive l’ Algerie ….. Tree…two…one !




    0
  • Si Salah
    8 février 2011 at 10 h 53 min -

    « Le ministre du Travail et de la Protection sociale, Tayeb Louh, promet la création de 3 millions d’emplois d’ici 2014. »

    Vous avez bien lu: 3 millions !!!! Ca ne vous rappelle rien?

    f’hemtkoum, i n3am, tawwa f’hemtkoum…

    Si Salah




    0
  • azzeddine
    10 février 2011 at 15 h 37 min -

    Tayeb Louh j’aime pas ce mec il est tres arrogant il vie encore dans les annees 70 avec le sechecheveu
    si on fait un petit calcul il va cree presque 2055 postes d’emplois/Jour
    voila ceux qui nous gouverne hachakoum « Ah…….. »




    0
  • crime
    3 mars 2011 at 0 h 14 min -

    Salam tout Algérien digne de ce nom et gloire à nos martyres
    Le système de notre gouvernement est un système mafieux tout le monde le sait y compris l’opinion internationale. Il Ya principalement deux clans qui nous (peuple) tuent, le clan d’OUJDA et le clan de la promotion LACOSTE à leur tête Toufik et Touati. Mais croyez-moi le peuple veille au grain c’est une question du temps et le déclic viendra au bon moment. Ceux qui ont tués des centaines de citoyens en 1988 et ceux qui ont décimés plus de 250000 morts depuis1992 avec des milliers de disparus et enfin ceux qui ferment les yeux en participant au pillage de notre richesse que ce soit le voyou de Ouyahia, la grosse gueule Louisa Hanoune, le trabendiste Soltani bouggera et autres….le peuple les jugera et l’histoire les condamnera. Quant au citoyen Lambda, vit au quotidien l’injustice au su et au vu de tout le monde. Il suffit d’aller au tribunal d’Alger un système opaque et mafieux est mis en place d’une manière stalinien depuis 2008. Jetez un œil sur les commentaires de cette vidéo vous comprendrez que les magistrats (pour ne pas dire la majorité) sans scrupules que fait notre premier magistrats Bouteflika et notre ministre Belaiz, ils ne peuvent dire qu’ils ne savaient pas car ces magistrats s’ils sont aussi corrompus c’est qu’ils sont couvert certainement par leur Hiérarchie. Mais le vent du peuple et cette jeunesse de 10 à 35 ans a vécu la période rouge de sang donc n’a peur de rien surtout pas les sbires de DRS &cie. Chacun son tour.
    http://www.youtube.com/watch?v=tcPRt2qMvro




    0
  • Congrès du Changement Démocratique