Édition du
26 March 2017

Que voulons-nous? Un État de droit.

ADEL H.

Les Algériennes et les Algériens veulent certainement sortir le pays de l’impasse dans laquelle l’ont mené les imposteurs et les voleurs qui ont pris le pouvoir par la force et le conservent par la ruse et la manipulation. Nul n’est content de la situation actuelle et tout le monde souhaite qu’il y ait un changement radical.

Malheureusement, la confusion est grande. Le FFS, seul parti agréé qui a une ligne politique clairement opposée au pouvoir actuel, est pratiquement inaudible. Le reste de l’opposition est constitué de groupes isolés et de personnalités éparpillées ou exilées. Avant de demander au peuple de se soulever, il faut d’abord unifier les rangs de cette opposition et la doter d’une plate-forme claire. Cette opposition doit envoyer des signaux clairs au peuple et le convaincre qu’elle sait ce qu’elle veut, qu’elle sait où elle va et qu’elle a des femmes et des hommes prêts à prendre les destinées du pays en main, une fois les imposteurs chassés.

Quid des autres partis? Si le RND et le FLN sont irrécupérables, il n’en est pas de même des autres. Ils doivent comprendre qu’ils n’ont aucune chance de changer le système de l’intérieur et qu’en cautionnant la démocratie de façade, il ne font qu’aider le pouvoir en place à maintenir le statu-quo. Où sont donc les militants sincères de Hamas, Ennahda, du RCD et du PT?

Seraient-ils donc prêts à se ranger du côté de boutef et des généraux en cas de révolte populaire? Comment tant de trahison et de compromission serait-elle possible? Les militants de ces partis n’auraient donc aucun sens patriotique? Cela semble difficile à croire.

Les contacts entre tous les leaders de l’opposition devraient s’intensifier eu égard à la situation que connaît notre région après la révolution tunisienne. Il est temps de resserrer les rangs. Que tous les intellectuels, journalistes, avocats, syndicalistes, universitaires, militants politiques, sincèrement attachés à la cause de la démocratie et de l’État de droit se mettent en mouvement. Sur les lieux de travail, dans les campus, dans la rue, les marchés, les discussions entre Algériennes et Algériens doivent être engagées afin de sensibiliser toutes les franges de la population à la nécessité du changement pacifique.

Si seulement une coordination regroupant la majorité des partis et groupes de l’opposition pouvait se mettre en place, tout deviendrait plus clair et les jours du pouvoir illégitime seraient comptés.


Nombre de lectures : 1435
61 Commentaires sur cet article
  • msili
    21 janvier 2011 at 13 h 13 min -

    Bonjour
    voila la realite de l algerie, nous sommes tous pareil comme les gens qui nous gouvernent comme le peuple ,voire toute la misere et le marasme dont nous vivons ,aucun parti ,aucun intellectuel,aucun algerien ne pourra faire quelque chose ,parceque notre algerie ya plus d enjeu que la tunisie ,l homme qui voudra prendre lepouvoir en algerie il sera dont l obligation de servir ces maitres qui sont les americains ,les juifes ,lesfrancais,les anglais ,personne n osera ouvrire la bouche car les algeriens sont des riens je m excuse pour ce langage tenu mais c est une verite




    0
  • Ait Mohand Ouwidir
    21 janvier 2011 at 13 h 18 min -

    @Adel.

    Cher Frère !

    Si nous disséquons les derniers évènements, révolte et colère du Peuple Tunisien Frère, survenus en Tunisie et qui ont débouché sur une Révolution grandiose, vous constaterez que l’opposition tunisienne n’a pas été l’élément déclencheur ou CATALYSEUR de ce mouvement de révolte au départ, PUISQU’ELLE A SURPRIS LE MONDE ENTIER y compris l’opposition tunisienne…. Car tout a commencé par l’immolation du Chahid Mohamed BOUAZIZI ! A ce moment précis  »X » ce n’est pas l’opposition tunisienne qui a commencé à déclencher la REVOLUTION mais un simple vendeur de fruits et légumes à l’étalage….. le phénomène fut ensuite trés bien repris d’abord par le PEUPLE TUNISIEN FRERE qui s’est soulevé comme un seul homme aprés la mort du Chahid BOUAZIZI ! L’opposotion fut trés réaliste en emboitant le pas au peuple tunisien……

    Bouazizi n’a pas attendu que l’opposition de son pays se rassemble et s’organise pour déclencher à lui TOUT SEUL le volcan qui sommeillait en chaque Tunisien !

    Donc, si en Algérie on doit attendre que  »lopposition » s’organise pour déclencher un mouvement libérateur en Algérien nous attendrons jusqu’aux calendres grecques…..

    A-t-on d’abord une véritable opposition en Algérie mis à part le FFS de DA L’HOCINE….? NON !!! Elle est inexistante….. Au sommet nous avons ce qu’ils appellent la COALITION PRESIDENTIELLE ! Mais pas une OPPOSITION PRESIDENTIELLE….. A-t-on jamais vu une opposition être une COALLITION PRESIDENTIELLE qui soutient à fond la caisse la politique du 3/4 et ses programmes dits présidentiels…. NON ! C’est uniquement en Algérie que nous retrouvons cela.

    Aussi, dans le cas de figure de l’Algérie, il s’agirait d’appliquer le fameux cri de notre grand Chahid BENMEHIDI qui a dit un jour :

    JETEZ LA REVOLUTION DANS LA RUE ELLE SERA REPRISE PAR LE PEUPLE (ALGERIEN) !!!

    C’est le seul axiome à appliquer à notre pays. Quitte à ce que le peuple et son « opposition » reprenne le mouvement en le dirigeant et en le canalisant…..

    Le reste n’est que du blablabla……

    Seul le PEUPLE compte pas l’opposition !!!

    Enfin, pour terminer je paraphraserais BOUDY qui a dit un jour à ses propres pairs :

    NOUS FERONS LA REVOLUTION MEME AVEC LES SINGES DE LA CHIFFA S’IL LE FAUT !!!

    Fraternellement.




    0
  • msili
    21 janvier 2011 at 13 h 38 min -

    reponse a vous cher frere dieu merci vous l’avez bien dit ,un simple vendeur de fruits et légumes mais pas 200000 morts ni tant de disparus comme en Algérie qui a déclaré la revolution en tunisie ,chantons kassaman et en avant chers patriotes




    0
  • rachid 2
    21 janvier 2011 at 13 h 50 min -

    Tout ce qui est pris par la force doit etre rendu par la force , il ne faut surtout ne pas croire que le regime est pret de laisser facilement le pouvoir c est pour cela il nous faut beaucoup des sacrifices …




    0
  • Imene
    21 janvier 2011 at 14 h 02 min -

    Merci pour cet article qui recadre le débat autour de l’essentiel: l’Etat de droit et comment y arriver.
    1. Etat des lieux: un régime autoritaire et corrompu derrière une façade démocratique, un peuple qui en a assez mais échaudé par des expériences passées qui n’ont rien donné sinon pire, un FFS inaudible et une opposition réduite à des organisations et des personnalités éparpillées et divisées.

    2. Conclusion: soit les différentes composantes de l’opposition se concertent pour s’unir autour d’une stratégie de changement démocratique et appeler le peuple à la réaliser comme le propose Adel H. soit le peuple se révolte « spontanément » comme en Tunisie et l’opposition devrait dans ce cas le suivre et l’encadrer pour donner un contenu politique à sa révolte. C’est cette seconde solution que le frère Ait Mohand semble préférer. Cette solution peut fonctionner comme il est souhaité et donc elle peut déboucher sur un changement démocratique mais elle peut aussi déboucher sur l’inconnu: pourquoi l’opposition qui est incapable de s’unir aujourd’hui deviendra-t-elle subitement capable demain dès qu’elle verra le peuple sortir dans la rue?

    Les jeunes sont sortis dans une vingtaine de wilayas il y a deux semaines et ça n’a pas visiblement révolutionné notre opposition, si on excepte le RCD qui cherche à profiter de la conjoncture mais peut-on croire que le RCD sera vraiment le catalyseur du changement démocratique dans notre pays?
    Je epnse qu’il y a moyen de faire les deux choses en même temps: 1) Que les composantes de l’opposition démocratique et islamiste se concertent pour arriver à une stratégie commune de changement démocratique et mobiliser le peuple pour cet objectif; 2) Les citoyens qui ont soif de changement ne doivent pas attendre que l’opposition daigne enfin s’unir mais ils doivent eux-mêmes se mobiliser pour leurs droits sociaux et leurs libertés bafouées au sein de leurs unions syndicales, leurs associations, leurs quartiers, etc. On ne peut rester sans rien faire devant le triste spectacle de nos frères que le désespoir pousse à s’immoler !




    0
  • Adel
    21 janvier 2011 at 14 h 22 min -

    @Ait Mohand Ouwidir

    Bonjour,

    Je crois que la situation dans notre pays est plus complexe que celle de la Tunisie, pour des raisons d’ordre géographique, historique, politique, culturel, etc. A l’inverse de vous, je pense que c’est le fait de compter sur l’étincelle qui mettra le feu aux poudres, alors que l’opposition n’est pas préparée qui est suicidaire. Que se passera-t-il une fois la révolte enclenchée? On improvisera? Vous êtes assez naïf pour croire que les grandes puissances occidentales laisseront la situation évoluer vers le chaos sans rien faire?

    Pour ce qui est des partis politiques autres que le RND et le FLN – les militants de ces deux partis étant , dans leur très grande majorité, des opportunistes sans scrupules -, ils renferment certainement des militants sincères qui seront utiles dans le combat pour la démocratie et l’État de droit que le peuple algérien doit mener. Je crois que ces militants doivent prendre conscience de l’impasse dans laquelle ils se trouvent en soutenant le pouvoir boutef-toufiq et rejoindre le camp de l’opposition véritable.

    Se lancer dans l’agitation sans avoir au préalable bien réfléchi à ce que l’on fera une fois les imposteurs chassés ne me semble pas être la voie à suivre si l’on veut mener la Révolution Démocratique à bon port.

    Notre pays renferme assez de force vives capables de sortir le pays de l’impasse. Ces forces doivent prendre conscience de leur responsabilité historique et se mettre en mouvement.

    Cordialement




    0
  • mouhoub
    21 janvier 2011 at 14 h 27 min -

    Ce pouvoir de malfaiteurs a réussi une chose : l’intox et la psychose de la peur. Pas nécessairement la peur physique, mais la peur de la trahison, de la délation, qui sont devenues une culture chez nous. Tout le monde se méfie de tout le monde, parfois à juste raison. La lâcheté, la cupidité ont eu raison de nous. Une gangrène qui nous ronge depuis 60 ans. ça, les traîtres à ma patrie le savent et se croient protégés par leurs maîtres étrangers. Mais un traitre n’est estimé par personne à commencer par celui qui l’emploie. Citoyens, seul un sursaut d’orgueil,un sursaut pour la dignité, pour nos enfants pour notre patrie pour notre histoire, pour les braves qui se sont sacrifiés pour la première libération, pourrait nous rassembler car ces pâles traîtres sont en fait des lâches, et se casseront aux premières escarmouches, resteront leurs chiens à canon qui paieront à leur place.




    0
  • al jijeli
    21 janvier 2011 at 15 h 48 min -

    maintenant c’est ce pouvoir, demain ce sera un autre, après demain un autre etc….. le drame de l’Algérie c’est que le peuple veut changer son régime il voudrait avoir une qualite de vie meilleure c’est son droit je suis d’accord mais ceux qui nous donnent des leçons de l’idéalisme politique ne croit pas a ce qu’ils disent ils portent tous des masques moi je ne
    crois pas à ceux qui manipulent les esprits en leur proposant une société d’anges qui n’existera jamais sur terre je crois à l’équilibre régional et à la bonne gérance financière à l’unité nationale et à la composante multiculturelle de notre pays nul n’est parfais même moi. seulement le progrès ne vaut que s’il est partagé par tous. vive ferhat abbas et abane ramdane




    0
  • Afif
    21 janvier 2011 at 15 h 50 min -

    بسم الله الرحمان الرحيم

    @ Adel :

    On est en train de se disperser dans les forums : on n’a pas épuisé le débat dans un forum qu’on saute dans un autre.

    Pour ce forum, je commence par ma conclusion du précédent http://www.lequotidienalgerie.org/2011/01/18/pourquoi-octobre-88-n%E2%80%99avait-il-pas-tenu-ses-promesses/: « Le problème, Cher Adel, est de savoir si, après vingt années passées, nous sommes arrivés à la même conclusion ou bien si nous continuons à tourner en rond. Est-on prêt dans notre pays à agir comme les tunisiens En Nahda et le PCOT (communiste) qui se respectent mutuellement ? C’est la réponse à cette question qui déterminera l’avenir de notre pays. »

    En somme, tant que nous ne verrons pas, un jour, Ali Belhadj et Saïd Saadi côte à côte dans une marche pacifique, et en attendant ce miracle, il appartient à chaque couche sociale de défendre ses propres intérêts que personne ne défendra à sa place, dans les syndicats, les associations, les comités de quartier, comme l’a dit si justement Imène.




    0
  • Ait Mohand Ouwidir
    21 janvier 2011 at 16 h 01 min -

    Certes, il est vrai que l’article rédigé par le frère Adel est vraiment exceptionnel et qu’il pose le vrai problème de fond. Que doit faire et comment doit procéder l’opposition algérienne pour pouvoir créer le soulèvement tant attendu du peuple Algérien ?

    Si l’on observe bien la question, on notera que depuis prés de cinquante ans l’opposition algérienne n’a rien proposé de concret au peuple algérien pour l’aider à se libérer du joug de ses dictateurs de la promotion Lacoste…

    La question de fond : EXISTE-T-IL D’ABORD ET AVANT TOUT UNE VERITABLE OPPOSITION ALGERIENNE EN ALGERIE ET EN DEHORS DE L’ALGERIE ? Manifestement NON !!! Première condition…..

    Le FFS aphone ??? Tout à fait d’accord. Mais rendu aphone PAR QUI ? En tous les cas, et quelque soit « x », il a eu au moins le mérite d’avoir à tout le moins essayé et commencé par faire bouger les lignes du front, hélas, nous n’avions pas suivi… donc, nous ne pouvons rien reprocher au FFS en tant que figure de proue symbolique de la résistance et de la véritable opposition en Algérie.

    Je tiens à préciser, toutefois, que je ne suis nullement un militant actif ou autre de ce parti d’opposition.

    Ainsi donc, si l’opposition algérienne ne s’est jamais unie pour rassembler ses efforts depuis prés de cinquante ans d’indépendance, ce n’est pas demain qu’elle le fera et il faut être réaliste sur cette question trés cruciale pour de multiples raisons objectives qui ne sont pas encore réunies ET subjectives comme de bien entendu ! Mais je veux bien être trés optimiste pour qu’elle le fasse dans un jour trés proche… Et le plus tôt serait le mieux même…..

    Je le dis, trés franchement, que si nous devons ATTENDRE que
    « l’opposition » se résoud à se rassembler et à s’unir, j’ai bien peur qu’elle ne le fasse quand nous ne serons plus de ce monde….. Même si toutes les conditions historiques et autres sont rassemblées, il n’en demeure pas moins que le liant essentiel entre les forces démocratiques de cette opposition NE SOIT PAS ENCORE REUNI. Le LIANT ORGANIQUE et la pleine confiance qui doivent exister entre les élites de notre pays !!! Celles qui constituent le ferment sinon l’élément moteur voire catalyseur PAR LA PENSEE RATIONNELLE du futur mouvement révolutionnaire en Algérie… La révolution française a bien été inspirée par les idées des penseurs de son intelligentia des années lumieres ! De même pour la révolution bolchévique….. entre autres.

    J’approuve totalement la soeur Imène qui retient la solution idoine mais excellente par ailleurs qui est exposée dans son dernier paragraphe en son deuxième point.

    Car en Algérie, le VERITABLE CONTRE-POUVOIR, chère c’est la RUE !!! Ce n’est pas et cela n’a JAMAIS été les partis de coalition ou d’opposition… Il ne faut point se leurrer ! Et les partis/DRS (PT, RND etc…) n’ont été créés et agréés uniquement pour leur rôle de leurre afin d’occuper la galerie…. pour mieux continuer le pillage en règle des richesses du peuple Algérien et rien d’autre !

    Fraternellement.




    0
  • el-amel
    21 janvier 2011 at 16 h 24 min -

    Etat contre le peuple: OUT
    M. Ouyahia porte-parole du régime algérien déclare:
    « Vous ne pouvez pas dire à chaque fois que le gouvernement (des affairistes) et l’Etat (fondé sur le clientélisme) n’ont rien fait »
    Qui a dit ça M. le premier ministre, nous savons tous qu’ « ils » ont un détourné la rente pétrolière à leur profit personnel.
    « Et si vous avez des reproches à faire au président de la République, il y a une question sur laquelle vous ne pouvez pas l’atteindre, c’est qu’il a permis à l’Algérie (des généraux) de reprendre son indépendance” face à la menace du TPI.
    « Pour votre malheur, le régime algérien est uni » dans le pillage des richesses et verser un « acompte » à ses parrains étrangers pour jouir de l’impunité.
    que pense-t-il de la contestation de la jeunesse algérienne? « ils n’ont pas le droit de barrer et couper les routes » les poussant à des actes désespérés, la harga ou le suicide.
    Quant aux travailleurs de la SNVI, il est menaçant  » Ne demandez pas et ne revendiquez pas l’impossible et arrêtez de faire grève sur grève » qu’attendez-vous pour les éliminer au nom de « l’islamisme » cher à vos protecteurs qui vous font bénéficier de leur « savoir-faire » de « leurs forces de sécurité ».




    0
  • Ait Mohand Ouwidir
    21 janvier 2011 at 16 h 25 min -

    @Adel.

    Je suis pleinement d’accord avec vous qu’il ne faille pas se lancer dans L’AGITATION…

    Mais soyons réaliste tout de même, crénom de dieu !

    En Algérie, nous en sommes à pratiquement la HUITIEME immolation par le feu !!!

    Et le peuple ni encore moins l’opposition (si elle existe chez nous…) n’ont bougé le moindre petit doigt aprés cela ! Et cela n’est pas prêt de s’arrêter…

    Alors comment parler d’oppostion quand celle-ci N’EXISTE MEME PAS ENCORE chez nous !!!

    En Tunisie, il a suffit qu’UNE SEULE personne s’immole et voyez les résultats… benali a été DECHU par un honnorable marchand de légumes et de fruits à l’étallage… pas par l’opposition !

    Le Chahid Bouazizi a tiré la bobinette et la chevillette a cherré…..

    Le vrai pouvoir c’est la RUE ! Et le SEUL contre-pouvoir c’est toujours la RUE !!! Ce n’est pas l’opposition, je regrette… car elle n’existe pas encore chez nous.

    IL NOUS FAUT L’INVENTER !!! Cher Monsieur Adel.

    Amitiés trés Fraternelles.




    0
  • faresamir16
    21 janvier 2011 at 16 h 39 min -

    basta ! arrêtez de prendre en otage le peuple, le mur de la peur est tombé.
    la liberté ca s arrache ca ne se donne jamais
    l ‘heure de la vérité et de la révolution a sonné alors prends-toi en main peuple des guerriers pas besoin de demander une tutelle.




    0
  • Rachid Belaid
    21 janvier 2011 at 16 h 43 min -

    Dans la mesure ou l’opposition est inexistente en Algerie ou qu’elle a ete muselee(FFS), il reste qu’il existe des forces vives sur lesquelles un soulevement peut reposer pour son encadrement et la gestion de la post-revolution. Il existe des syndicats autonomes en Algerie qui peuvent appeler leurs membres a se soulever, le FFS a travers Ait Ahmed peut aussi preter autorite morale et historique, des personalites en Algerie et a l’etranger telles que Mr. Ali-Yahya Abdenour, Dr. Sidhoum, Mr. Djebar, Mr. Zitout, et bien d’autres technocrates non salis par le regime. L’idee d’un zaim salvateur doit etre effacee de nos esprits car seule une Algerie d’institutions peut perdurer et realiser le reve de tous.




    0
  • Houria
    21 janvier 2011 at 17 h 04 min -

    Où sont tous les partis de l’opposition ? où sont les inititiateurs de l’appel de novembre 2009, les ait ahmed, mehri, hamrouche ETC…???
    Il faut unir tous les efforts et utiliser les gros moyens audio-visuels notamment, al jazeerra (s’ils sont vraiment au côté des peuples), pour exiger du pouvoir un gouvernement d’union nationale et des élections transparente dans les six mois et sensibiliser le peuple pour appuyer leur démarche.
    ils peuvent même donner des garanties à ces voyous qui nous gouvernent en les amnistiera comme les terros du GIA, pourvus qu’ils déguerpissent sans effusion de sang.




    0
  • Laarbi
    21 janvier 2011 at 17 h 19 min -

    désolé pour être hors sujet.
    @Afif
    Ça me fait vraiment plaisir de lire tes commentaires!
    Vous êtes un vrai politicien du grand calibre, vos analyses
    iront direct « FI Esamim »! Brovo!




    0
  • abdeliw
    21 janvier 2011 at 18 h 11 min -

    j’ai lu un communiqué du FFS ce matin
    celui qui la rédigé est très stressé et paniqué …tantôt il parle des la légitimité historique de ces dirigeants….tantôt il parle de l’émeute…..tantôt il dit qu’il est le seul parti de l’opposition hisorico-legitime.
    je résume que le paternalisme et la légitimité politique et la pensée unique sont le dada du FFS celui qui ne partage pas ses idées n’est pas ligitime n’est pas démocratique n’est pas opposant….un lexique d’exclusion .
    C’est a lui appartienne toutes les initiatives ……une drôle d’opposition et de démocratie………..franchement votre horloge politique est en panne actualisé vos donnes en fonction de l’évolution de la société nous sommes en 2011 svp




    0
  • kaddour
    21 janvier 2011 at 18 h 34 min -

    Bonjour,

    La situation en Algérie est d’une complexité inouie, qui nécessite analyses et réflexions avant toute action. Rappelons nous le déclenchement de la guerre d’Algérie en 1954 qui s’est faite dans la précipitation et dont nous subissons les conséquences néfastes à ce jour. Il ne s’agit pas de foncer tête baissée et advienne que pourra, et si les conditions ne sont pas réunies et la conjoncture ne convient pas, alors vaut mieux se donner le temps nécessaire pour voir plus clair. Il ne s’agit pas non plus de substituer le chaos au marasme actuel pour finir par avoir d’amers regrets.
    Il est, certes, question de lutter contre un pouvoir illégitime, mais seulement, encore faut-il aussi avoir le courage de lutter contre nous mêmes, c.a.d contre nos contradictions, nos incertitudes, nos phobies, nos mauvais choix etc… , autrement dit, savoir exactement ce qu’on veut, quel est l’objectif à atteindre et nous donner enfin les moyens d’y arriver.
    En l’absence de sondages d’opinion fiables et objectifs susceptibles de nous renseigner sur les tendances fortes sur les plans politiques, culturelles , identitaires … des Algériens, chacun y va de ses propres compréhensions et interprétations du fonctionnement de la réalité sociologique et politique du pays. D’ailleurs, pour illustrer ce raisonnement, l’humouriste FELLAG, considèrait, certes drôlement, dans un de ses one man show, que chaque Algérien pouvait constituer à lui seul un parti. On est heureusement loin d’une telle situation, mais il faut se poser la ou les question (s) qui s’imposent , à savoir quelle est, réellement le Desiderata des Algériens à une proportion majoritaire reconnue de 50 % + une (01) voix ? tout ce qu’on sait actuellement c’est qu’on ne sait pas grand chose , du moins sur cette question cruciale et déterminante pour entreprendre quoi que ce soit de salutaire.

    Le pouvoir Algérien se nourrit des tiraillements et des divergences au sein d’une socièté complètement destructurée, perdue et désorientée en l’absence d’élites intègres, désintéressées et sincères. Rappelons-nous, après 1988 où l’Algérie a amorcé un changement de cap sur le plan socio-économique, les Algériens dans leur majorité écrasante étaient nostalgiques des années de l’état providence qui assurait tout et veillait sur tout. Donc, tout projet doit passer par une étape de maturation pour éviter des aventures aux conséquences imprévisibles et parfois dramatiques.
    Le propre de chaque communauté humaine partageant un même territoire et liée par un même destin est de se regrouper autour de valeurs communes pour pouvoir construire durablement ensemble.

    Pour ce faire, il faut un projet de société qui soit, au mieux, le reflet de la communauté nationale et surtout pas en contradiction avec les fondements historiques, sociologiques, antropologiques, culturels et identitaires de cette même communauté.
    Or, actuellement, l’Algérie est beaucoup plus piégée par des divergences idéologiques qui ne permettent ni une bonne visibilité ni de se projeter dans l’avenir. En fait, on est coincée.

    C’est à ce stade qu’intervient le rôle de l’institution militaire qui, quoi qu’en dise et quoi qu’en pense, demeure la seule institution pouvant constituer un rempart contre toute dérive, pour peu qu’elle adopte une position de neutralité et se mette au dessus de la mêlée et laisser les acteurs de la société civile dans toutes ses représentations assumer leur mission pacifiquement, légalement, loyalement et en toute transparence.

    Les partis politiques actuels sont dépassés par les évènements et complètement hors circuit, le plus vieux (FFS) d’entre en est l’exemple parfait. C’est absurde et inimaginable que ce parti soit encore dirigé par un vieux militant du mouvement nationaliste et qui plus est se trouve à l’étranger. Autant dire qu’il n’ya pas que le pouvoir d’Alger qui méprise le peuple, de plus, comment ces partis prétendent-ils gouverner le pays quand ils ont échoué à gérer de simples APC.

    De toute évidence, tous ces partis n’ont aucune excuse à faire valoir pour justifier leur échec, en 20 ans d’existence légale, ils n’ont eu de cesse de répéter les mêmes erreurs et de se payer la tête des électeurs et même de leurs sympathisants les plus acharnés. 20 ans presque pour rien, si ce n’est pour des clopinettes, 20 ans à aboyer alors que les caravanes continuent leur bonhomme de chemin comme si de rien n’était. De deux choses l’une, ou ces pseudos opposants se décident à faire de la politique, sinon qu’ils se cassent et qu’ils changents de métier.
    En définitive, je crains que les uns et les autres ne soient animés en fin de compte que par des sentiments bassements revanchards sans plus.

    On s’indigne, à juste titre, de la mauvaise gouvernance du pouvoir, néanmoins, pourquoi ne pas l’être autant d’un simple scribouillard dans l’ administration qui ne s’acquitte pas du travail pour lequel il est payé, pourquoi ne pas s’indigner quand un praticien de la santé ne soigne pas convenablement ses patients, pourquoi ne pas s’indigner quand un employé d’une entreprise publique passe plus de son temps de travail à l’extérieur de l’entreprise qui l’emploi, pourquoi ne pas s’indigner quand tout un chacun qui détient un grain de pouvoir se comporte comme un nabab et monnaye ses services au plus offrant, pourquoi ne pas s’indigner quand des magistrats, sans aucune pudeur, ni conscience s’adonnent à la corruption de la manière la plus vil qui soit, pourquoi ne pas s’indigner quand les flics, payés avec l’argent du contribuable, ferment les yeux et se détournent des dépassements en tous genres, pourquoi ne pas s’indigner quand quelqu’un lance un sachet de poubelle du haut d’un immeuble de plusieurs étages, pourquoi ne pas s’indigner de l’attitude de certains chauffards qui se croient sur les pistes du Paris-Dakar, pourquoi ne pas s’indigner quand on crache dans la rue sans aucune retenue, pourquoi ne pas s’indigner quand, sous prétexte d’émeutes, on s’accage tout sans distinction ni discernement, pourquoi ne pas s’indigner quand on ne peut plus sortir tranquillement en famille, pourquoi donc ne pas s’indigner de tous ces comportements et autres attitudes néfastes qui indisposent les gens honnêtes, éduqués et de bonnes familles, qui aspirent, pour le moment et en attente de jours meilleurs, de vivre dans la quiétude et la paix.
    Comme quoi la situation actuelle arrange aussi bien le pouvoir qu’une bonne partie de la population qui trouve son compte.
    C’est pour cela qu’un éventuel changement se fera avec l’apport de tout le monde ou ne se fera pas.

    Cordiales salutations.




    0
  • rachid 2
    21 janvier 2011 at 19 h 01 min -

    C EST DEMAIN QUE LE POUVOIR VA JUGER NOTRE DETERMINATION AU CHANGEMENT SOIT ON EST UN PEUPLE CAPABLE OU L ON EST PAS … IL APPELLE A NE PAS MANIFESTER ET DE RESTER TERRER CHEZ NOUS ET NOUS ON VA LUI DEMONTRER QU ON N EST PAS MOINS COURAGEUX QUE LES TUNISIENS …




    0
  • MOUHOUB
    21 janvier 2011 at 19 h 05 min -

    Réponse à Mr El djedjli : Oui Monsieur, il n’y a pas d’anges sur terre. Si nous changeons un régime par un autre et nous dormions sur les deux oreillers comme nous l’avons fait depuis l’indépendance, soyons sûr que nous aurons tout à refaire. Ce qu’il faut c’est d’être vigilants et actifs et avoir l’oeil sur les tenants du pouvoir. La tentation est grande et l’homme de par sa nature est faible. La lutte doit être permanente pour maintenir l’équilibre et parer au dérapage.




    0
  • ElHouari
    21 janvier 2011 at 19 h 07 min -

    QUI CROIRE? DES ASSOCIATIONS ET LE RCD APPELLENT A UNE MARCHE, QUI SE CACHENT DERRIÈRE?

    les clans et leurs lobbys se font une guerre sans merci pour le pouvoir dans la perspective de sa vacance prochainement, et le peuple risque de servir encore une fois de chair a canon.
    les dernières derives de ces groupes le prouvent.

    1- APRÈS LES MENACES REBRAB PASSE A L’ACTION AVEC LA COMPLICITE DU GOUVERNEMENT

    Dans un article signeZoheir Aït Mouhoub paru le 21 01 2011 dans El Watan http://www.elwatan.com/weekend/7jours/rebrab-un-lobby-puissant-influe-sur-les-decideurs-21-01-2011-108125_178.php

    ce monsieur semble faire de la censure dans ce quotidien a la veille de l’appel a la guerre civil en Algérie pour des intérêts d’un Baron de l’import import REBRAB LE BARON DE LA MAFIA ALGÉRIENNE.

    il présente ce Mafieux comme une victime du ministre du commerce. Dans les tentatives de REBRAB à se justifier, REBRAB il n’hésite plus à dénoncer les lobbys de l’import import dont il est le BARON, « Il y a un lobby puissant qui arrive à influer sur les décideurs», Il y a effectivement certains importateurs qui ont des sponsors qui les soutiennent, sinon comment expliquer de telles décisions.

    Malheureusement, ces importateurs, avec leur argent, peuvent beaucoup de choses», Comment expliquez-vous qu’on ait diminué les charges fiscales de 52 % pour les importateurs alors que cette réduction n’est que de 22% pour les producteurs.

    La vérité c’est que les chiffres avancés concernent les droit et taxes à l’IMPORTATION et qui de répartissent comme suit :
    1- Droit de douanes
    – Importation pour transformation 5%
    – Importation pour vente en l’état 30%
    – Diverses Taxes de douanes Importation pour vente en l’état 5%
    2- Et la TVA 17%

    Mais de quoi a-t-il peur ? Il a le monopole de 85% les autres 15% sont détenus par 5autres importateurs transformateurs comme lui et qui bénéfices des mêmes avantages suppression des droits et taxes de 22%. Quant au futures importateurs revendeurs attendant de voir ce qu’ils proposent.

    REBRAB ayant le monopole du sucre a 85% auquel il faut ajouter les exportations qu’il déclare serait le plus grand consommateur de devise à l’IMPORTATION soit plus de 10 fois ce que consomme l’ensemble des autres importateurs.

    Que représentent les EXPORTATIONS de REBRAB par rapport au montant total de ses IMPORTATIONS ? 1/1000 ?
    Il reconnait avoir exporte pour l’année 2010 « Nous avons exporté l’an dernier pour 300 millions de dollars et cette année nous comptons doubler la mise. Nous tablons sur 600 ou 800 millions de dollars d’exportations ».

    Il y a une semaine il déclarait qu’il avait exporte L’année dernière, nous avons exporté 400 000 tonnes de sucre et cette année nous exporterons 800 000 tonnes», http://www.elwatan.com/actualite/l-etrange-sommation-de-benbada-a-cevital-13-01-2011-107002_109.php

    Si l’on se réfère aux prix du marché mondial qu’il avait avancé de 1 000 dollars la tonne, en déduit que seulement pour le sucre il aurait exporte pour 400 millions de dollars.
    300 millions, 400 millions REBRAB n’a plus la mesure des chiffres, l’expert a perdu sa comptabilité.

    Sachant que tous les chiffres qu’il avance sont faux, il espère avoir toujours plus de pouvoir pour éviter tout contrôle qui le mènera à rejoindre Khalifa en Angleterre.

    Il a démenti les informations colportées par la presse concernant le cumul des charges fiscales estimée à 41% : «C’est faux, il n’y a jamais eu de 41% de baisse. » la mémoire de REBRAB semble très courte, il oublie que la presse c’est aussi REBRAB et que Liberté a été le premier quotidien à colporter ces informations.

    REBRAB l’expert ignorant « Comment calculer la proportionnalité sur les 8 mois ? ».c’est le monde a l’envers, qu’un expert comptable puisse reconnaitre qu’il ne sait pas faire une opération de proportionnalité c’est le comble.

    2- LE SILENCE DU GOUVERNEMENT
    Mais que REBRAB dénonce le directeur général des impôts qui remet en cause les décisions du gouvernement. Il m’a dit : “Non vous n’êtes pas exonérés, vous allez payer l’impôt sur les bénéfices, on a seulement différé l’acompte provisionnel“. c’est la totale que REBRAB non seulement puisse être reçu seul par le DG des impôts sans témoins ni aucun des autres importateurs ? pour lui confirmer l’annulation des décisions du gouvernement, sans réaction non plus du gouvernement.

    3- LES REACTIONS
    Le FFS vient quant a lui dans une déclaration dénoncer la complicité du RCD et du DRS dans l’exploitation et les manœuvres pour tuer le peuple Algérie, http://www.tsa-algerie.com/politique/le-ffs-critique-le-rcd-et-le-pouvoir_13876.html

    le FFS n’apporte pas sa caution au RCD qu’il accuse, sans le citer, de vouloir exploiter la conjonction entre le soulèvement en Tunisie et les émeutes en Algérie. « On ne peut à la fois passer son temps à conférer avec le DRS et faire appel aux forces du changement. Les forces du changement sont dans la société. Elles sont loin des luttes et des mœurs dans le sérail. Elles sont étrangères à ce milieu »

    « Les enjeux qui les intéressent vraiment ne remettent pas en cause la nature et la pérennité du régime. Il s’agit de luttes pour la répartition de la rente et du positionnement à l’approche d’échéances électorales et successorales », soutient le FFS. « Ils savent très bien que dans l’état actuel du rapport de force interne, les actions menées n’ont aucune rentabilité immédiate et surtout, ne peuvent pas constituer des bases de départ pour la construction d’une alternative démocratique. Bien au contraire, il s’agit de luttes internes pour des alternances claniques », ajoute t il encore.

    CELA CONFIRME LA COMPLICITÉ DU GOUVERNEMENT ET DE REBRAB DANS CETTE ARNAQUE DU PEUPLE.

    Le lobby REBRAB menace il promet NOUS NE LAISSERONS PAS FAIRE. La marche du RCD serait-elle le début de l’exécution de cette menace ? QUI EST DERRIÈRE POUR ENVOYER LE PEUPLE MOURIR.




    0
  • mouhoub
    21 janvier 2011 at 19 h 12 min -

    réponse à Monsieur Kaddour : Monsieur, vous semblez en vouloir au FFS, qui, je conçois, semble essouflé. Je ne suis pas militant FFS mais je salue le courage des gens de ce parti qui, depuis 60 ans essaient de ranimer un âne mort !




    0
  • radjef said
    21 janvier 2011 at 19 h 28 min -

    Bonsoir tout le monde. La réponse coule de source. Nous voulons le changement. Nous voulons le départ de Bouteflika et le retour des militaires dans la caserne. Nous des représentations représentatives dignes des sacrifices consentis par le peuple. Mais comment faire pour que ce changement soit possible ? D’abord, il faut démasquer le mensonge et combattre l’ignorance. L’armée a-t-elle usurpé le pouvoir et confisqué la souveraineté du peuple en 1962, lors du Congrés de Tripoli ? Non ! Tout le monde sait que l’armée, c’est à dire le noyau central du régime, n’a pas volé le pouvoir qu’elle détient sans partage depuis plus d’un demi siècle. Laisser entendre que l’armée a pris le pouvoir par la force en 1962, c’est faire preuve d’une mesquinerie sans égale. Puis qu’on y est, que s’est-il passé au juste au Congrés de Tripoli ? Il est tout de même étrange que rien n’ait été écrit ou dit sur cet événement un demi siècle après, ni par les acteurs politiques ayant pris part à cet événement ni par les universitaires. A ce jour on ignore tout des alliances contre nature de Ferhat Abbas avec Ben Bella, de la dispersion des politiques face au clan de Oujda. Pourquoi les politiques ont-ils refusé de s’unir ? Pourquoi ont-il fui les travaux du Congrés ?

    Une chose est sure : ce n’est pas avec le mensonge qu’on pourra réaliser le changement et mettre un terme à la junte au pouvoir. Ce n’est pas en abusant de l’ignorance et de la crédulité du peuple qu’on va faire peur au régime qu’on veut changer. Il faut que nos universitaires et nos élites d’une façon générale cessent de se prostituer pour le compte de caporaux incultes et mercenaires. Il faut cesser avec les connivences, les complaisances, les convenances, les faux semblants, les mythes si réellement on veut construire un Etat de droit, rétablir l’ordre républicain avec toutes ses exigences politiques et citoyennes et mettre sur pied des partis politiques dignes de ce nom. Il faut décomplexer l’histoire, casser les tabous, en finir avec le mensonge et ne plus chercher a abuser de l’ignorance, de l’angoisse et des traumatismes du peuple algérien. Il faut cesser avec cette masturbation mnémonique qui fait croire à chacun que sans lui rien ne se fera dans ce pays, arrêtons de nous regarder comme des rivaux…La force de ce pouvoir se trouve dans nos mensonges, notre cupidité, nos divisions et notre mépris pour le peuple.




    0
  • aquerado
    21 janvier 2011 at 19 h 31 min -

    salam,
    Le probleme pour arriver a un etat de droit, il faut une population mature, informee(connaissance) et perseverante dans la quete de son ideal . Une revolution doit constamment etre entretenue et chacun doit etre vigilant aux derapages que certains membres mal intentionnes peuvent lui appliques. Le combat ne doit jamais cesser, essentiellement a l’ interieur de soi afin de cultiver la probite dans le coeur des autres. On a vu ce que le « sept ans barakat » nous a donne.On peut mettre ca sur le compte du repos du guerrier. Mais cette attitude lache nous a conduit a cette boucherie a ciel ouvert qui a duree dix ans. Je ne parlerai pas de guerre civile, d’islamisme, ou d’integrisme, tout ca n’est que du pipeau. Car tout ca ne sont que des concepts employes et assenes par la presse occidentale dans un but bien precis. Idees reprises par les babouins de services, eradicateurs, entre autre, afin de se partager cette manne « formidable ».Pourquoi se n’etait pas une guerre civile, parce que la majorite des Algeriens avaient choisis ce projet de societe et que rien ne les differencie dans leur religion hormis l’ appas du gain extrement vorace pour certains. Finalement on a decide de lui donner une raclee comme on la donnerait a un enfant en lui disant ne touche pas a ca, fruit defendu! Si vous vous rappelez bien, on lui a meme au prealable confisque toutes ses armes a feu. Pour vous dire que le plan etait etabli depuis fort longtemps. Enfin comme vous le savez tous, il n’y a rien a attendre de ce gouvernement mediocre , archaique, felon, fanatique jusqu’a la moelle. Ce que je vous propose, c’est de la jouer au football comme vous savez tres bien le faire: impregnez vous du terrain, ressentez ces millions de supporters qui vous transportent, dribblez, tout en etant pas personnel bien sur, trouvez la meilleur ouverture, ajustez et tirez ce fameux but a la Tunisienne.J’appelle cela le football revolutionaire ,mais de grace restez constant dans votre but.salam




    0
  • Mohand Tahar MOHAMMEDI
    21 janvier 2011 at 19 h 42 min -

    Un état de droit se prépare , se prévoit et se planifie, c’est pour cette raison que je pense qu’il faut d’abord qu’on s’étale sur la préparation d’un PROJET POLITIQUE COMMUN sur lequel doit s’appuyer l’ensemble du peuple Algérien pour le concrétiser et se préparer à vivre dans une véritable démocratie et finir avec les despotismes, les égoïsmes, les populismes et les visions politiques réductrices pour donner un sens et une visibilité politique réelle à ces mouvements de révoltes dont le régime les travestis pour générer un désordre social et discrédite toute action qui va dans le sens d’une solution politique, dans un premier temps on doit faire une sorte d’ALGEROSCOPIE pour comprendre la composition sociologique de la société Algérienne à travers ses courants idéologiques et politiques, ses différentes entités culturelles, ses courants de pensés économiques et sociaux et les différentes religions qui activent pour s’assurer de la participation de TOUS les membres de la famille Algérienne et c’est cela même qui va permettre l’émergence d’un réel état de droit.




    0
  • depassage
    21 janvier 2011 at 19 h 47 min -

    Bonsoir,
    Vos commentaires sont très intéressants, j’aimerais seulement souligner qu’il convient avant tout de ne pas sous estimer la capacité de survie du régime algérien, ce dernier est autrement plus solide que le régime tunisien d’autant plus que les forces extérieurs ne le laisseront pas tomber aussi facilement.L’Algérie est un pays qui compte du point de vue régional, arabe et international.
    Vos différents commentaires mettent l’accent sur 2 scenarios alternatifs, schématiquement la rue puis les opposants ou les opposants et la rue simultanement avec une probabilité non négligeable de paralysie voir de chaos…
    En ce qui me concerne je vois une troisième solution, un projet de constituante des différents partis d’opposition en Algérie qui définierait un cadre légaliste dans lequel leur coopération en vue de la chute du régime doit s’organiser.
    Cette hypothèse est elle envisageable? J’attends avec impatience de vous lire et vous remercie de l’intérêt que vous accorderez à mon commentaire




    0
  • ali
    21 janvier 2011 at 20 h 31 min -

    pour moi je dis, avant de parler de changement,il faut parler d’abord de l’entente entre democrates et islamistes. ensuite comment assurer et stabiliser le systeme democratique à court terme et à long terme.et enplus il ya la magorité de la population algérienne qui ne sait pas ce que s’est la démocratie et qui a besoin d’etre enseigner parce-que pour elle la democratie c’est kofr.Et c’est bien à cause de ça que notre processus democratique s’est arreté depuis 19ans et n a pas pu continuer.




    0
  • khatkhouta
    21 janvier 2011 at 20 h 39 min -

    le pouvoir ou les gens qui tirent les ficelles sont plus malins et rusés que tous les opposants au pouvoir, ils peuvent manipulés les citoyens à n’importe qu’elle moment, pour la simple raison est de reste les décideurs et peuvent même placé n’importe qui dans le pouvoir, l’essentiel est qu’il exécute leur directive.
    ils ont profité de la manifestation du FFS en 1991 pour prendre le pouvoir.
    ils ont ramené BOUDIAF pour validé leur maintient au pouvoir, il n’a pas voulu ils l’on executé.
    ils ont fait sauté l’aéroport pour détournés l’opinion publique.
    ils ont tués tous les ALGÉRIENS en leur disant du terrorisme, qui a été crée par eux même.
    ils fait venir ZEROUAL, il n’a pas marché, il l’on remplacé par BOUTEF qui est devenu sur mesure à leur profits.
    et jusqu’à présent tous va bien pour eux, une fois que BOUTEF exécute leur projet.
    comment faut il faire pour que cette mafia nous quitte à jamais, comment les faire désignes et chassé de notre pays puisque.
    il faut une mobilisation complète de tous les ALGÉRIENS quelque soit leur direction, comme un saintegidio au grand format avec les meilleurs et honnêtes, qui se rassemblent pour prendre une décision commune et faire sortir tous le peuple à la rue.
    VIVE l’ALGERIE et les ALGERIENS




    0
  • W A H I D
    21 janvier 2011 at 20 h 59 min -

    @LQA

    UNE PROPOSITION 1

    Créant un parti qui va drainer l’ensemble des opposants formé de ceux qui veulent quitter leurs formations politiques actuelles pou une raison ou une autre, ceux qui activent indépendamment, ceux qui sont affilié a des organisations syndicales indépendante, ceux des associations indépendantes, en somme ceux de la société civile ou simplement des algériens qui veulent militer pour une voie démocratique, sans aucunes conditions au préalable, l’objective de ce parti politique, c’est de créer les meilleures conditions de changement positif, et sortir le pays du statuquo.

    Qu’ils sachent, ces futures adhérents de ce parti, que la démocratie ce n’est pas un coup de baguette magique, c’est un long processus qui peut durer des décennies, le plus important c’est de militer pour mettre l’Algérie vers une voie démocratique, car c’est la voie la plus accessible, et acceptable, cela veut pas dire que c’est la meilleure voie, même la voie du système actuelles est une option seulement elles peine de convaincre et satisfaire tout les Algériens, la voie des islamiste, c’est aussi une option, mais c’est une voie trop risquée pour des raisons géopolitique, ce modèle au stade embryonnaire, qui jusqu’à date est un concept très mal définie, qui n’a jamais été expérimente nulle part pour en étudier son adaptabilité en Algérie, de surcroit, il ne suffit pas d’être un pays majoritairement de confection musulmane pour implanter un concept d’état islamiste.

    Il est impérative l’émergence d’un leader ou un mouvement citoyen sortir dans « la rue » c’est-à-dire l’espace public est chapoter ce partie.

    Ce n’est pas important qui va être le chef de file de ce parti, le plus important c’est sa création en Algérie ou dans l’exile

    Une personne qui peut incarner le changement.

    UNE PROPOSITION 2

    Ce n’est pas importance l’appellation, Front National pour le Changement Démocratique, ou le Front du Changement National, ou bien Mouvement National pour le changement.

    Amicalement

    W A H I D

    =============================
    Soyez rassuré, mon cher frère. Des compatriotes travaillent dans ce sens pour rassembler au sein d’un Front du Changement et autour d’un compromis politique historique, toutes les algériennes et les algériens qui croient à un véritable changement qui permettra l’instauration d’un réel Etat de Droit. Nous ne faisons pas dans le tapage et la gesticulation. Faire de la politique avec son éthique, ce n’est pas gesticuler, vociférer, insulter ou coller des étiquettes à ses compatriotes, comme le font certaines chauves-souris actuellement, faute d’arguments et d’ancrage. Patience et persévérance et surtout pas d’aventurisme. Évitons de tromper notre peuple par des discours hypocrites et d’enfourcher les révoltes de notre jeunesse pour se positionner. Nous ne sommes pas de ceux-là.
    Cordialement.
    Salah-Eddine.




    0
  • B ait Mohand
    21 janvier 2011 at 22 h 21 min -

    J’ia fait du copier coller du blog de El Mouhtarem sans sa permission et je pose la question :Que pensent les initiateurs de l’Appel pour un compromis historique pour la création d’un front ? A mon avis , c’est une occasion pour dire à ces vampires de dégager et de laisser au peuple la gestion de leur pays .

    « Réunis aujourd’hui a Maison des syndicats à Alger, des représentants d’organisations autonomes et de partis politiques ont appelé à une marche pacifique à Alger. Les mots d’ordre de la manifestation qui aura lieu le 9 février prochain sont : la levée de l’état d’urgence et la libération des détenus des dernières émeutes qui ont secoué le pays. Les signataires du communiqué qui n’est pas encore rendu public, ont par ailleurs annoncé la création d’une Coordination nationale pour le changement démocratique.

    A signaler que le communiqué est signé par
    la Ligue algérienne pour la défense des droits de l’homme (Laddh), le SNAPAP, le CLA, le SATEF,
    la Coordination des sections du CNES, le Collectif des familles de disparus en Algérie (CFDA), le Rassemblement actions jeunesse (RAJ), le Comité des chômeurs du Sud, le Comité des étudiants de l’université de Tizi Ouzou, le Collectif «Algérie pacifique», initiateurs des deux derniers rassemblements tenus à Alger. Par ailleurs, des représentants du Front des Forces Socialistes, du Rassemblement pour
    la Culture et
    la Démocratie, du Mouvement Démocratique et Social, le parti de Mohamed Said ont signé le communiqué. El Mouhtarem  »

    =====================================
    Nous encourageons tous ceux qui œuvrent sincèrement pour un véritable changement, pas ceux qui ont cautionné un coup d’État, applaudit les atteintes gravissimes aux droits de l’homme et ceux qui prônent l’exclusion et qui aujourd’hui veulent se repositionner sur la scène boulitique sur le dos de notre jeunesse désemparée, avec l’aide de leurs mêmes « amis » d’hier, des hauteurs d’Alger.
    Fraternellement.
    Salah-Eddine




    0
  • Imene
    21 janvier 2011 at 22 h 49 min -

    Merci Kadour d’avoir ajouté un complément très intéressant à l’article. Au lieu de se contenter de dénoncer le pouvoir comme le font certains « opposants », vous osez rappeler quelques vérités qui ne font pas plaisir à entendre: 1) Le pouvoir est fort des divisions et des querelles de chapelle de l’opposition; 2) L’expérience de gestion locale des partis dits d’oppsotion ne milite pas en leur faveur; 3) La plupart des partis d’opposition sont dirigés par des chefs inamovibles qui n’hésitent pas à traiter de tous les noms les cadres qui osent réclamer. Conclusion: pour prétendre à un changement démocratique, il faudrait qu’ils commencent par donner l’exemple!

    Mais pour arriver à imposer le changement au pouvoir, il faut surtout quei les démocrates et les islamistes s’entendent et trouvent un compromis. Déjà que ce n’est pas évident de voir Ait Ahmed et Saadi ensemble, alors imaginer Saadi et Belhadj comme le souhaite Afif c’est pas pour demain!

    Enfin, la question de l’institution militaire qui a été soulevée par Kadour demande une approche intelligente. Les opposants qui mettent tout sur le dos de l’armée et mettent tout lemonde dans le même sac font le jeu des éradicateurs qui s’opposent à tout changement démocratique de peur d’être poursuivis pour leurs crimes: 1) en mettant tout sur le dos de l’armée, ils dédouanent les groupes terroristes qui ont fait couler le sang au nom de l’islam et qui ont été facilement manipulés par les services de Toufik et Smail Lamari et par tous ceux qui ont intérêt au chaos pour continuer à piller les richesses du pays; 2) en mettant tout le monde dans le même sac, ils oublient que dans l’ANP, il y a des officiers musulmans, patriotes et intègres qui ne sont pas d’accord avec les généraux éradicateurs mais que pouvaient-ils faire dans le chaos qui a régné? Il ne faut pas oublier que nous ne sommes pas seuls dans l’arène. Au moment où notre pays était livré dans la décennie 90 aux pires violences, des puissances étrangères aiguisaient leurs couteaux pour terminer le travail et faire main basse sur nos richesses. Mais les opposants pressés de prendre le pouvoir même au prix d’un chaos qu’ils osent appeler « révolution démocratique » n’ont pas besoin de se poser ce genre de questions!

    C’est pourquoi je continue à penser pour ma part que le changement démocratique ne viendra pas -du moins pour l’instant- de l’opposition algérienne ou prétendue telle mais des citoyens organisés dans des associations AUTONOMES. Au risque de parâitre pessimiste, je dirai même que l’Algérie n’est pas encore mûre pour une vraie révolution démocratique comme le montrent les faiblesses et les divisions de l’opposition. Cela ne veut pas dire qu’il faut rester les bras croisés. A u contraire. Les citoyens doivent se mobiliser au quotidien pour leurs DROITS. Aucune atteinte aux droits de l’homme ne doit passer inaperçue! Aucun Algérien inquiété ou arrêté pour ses opinions ne doit rester seul face au pouvoir policier ou judiciaire! Les syndicats autonomes doivent être renforcés et reconnus par l’Etat! Il n’est pas normal que la direction de l’UGTA reste inféodée au pouvoir politique. Les militants syndicaux doivent lutter pour démocratiser les structures de leur syndicat et imposer son indépendance à l’égard de l’Etat. Ceci est valable pour les corporations comme l’ordre des médecins et l’ordre des avocats.

    Je comprends l’impatience de certains compatriotes qui brûlent de voir notre peuple suivre l’exemple du peuple tunisien. Mais dans l’état actuel des choses, le chaos ne profitera qu’aux voleurs et aux arrivistes qui montrent déjà leurs dents!




    0
  • khoukoum samy
    21 janvier 2011 at 23 h 38 min -

    @Wahid,
    Bonsoir,
    Ne soyons pas agoraphobes ! Quand bien même la situation est critique, l’aventurisme, comme le rappelle si bien notre frère Salah-Eddine, ne pourrait être une alternative sérieuse. C’est de l’avenir du pays et de nos concitoyens dont il s’agit. Il ne faut pas chercher des gesticulations tous azimut pour se donner l’impression d’être rassuré.
    Même si tout le monde est aujourd’hui conscient qu’il y a comme un sentiment d’immobilité.
    Pour paraphraser un célèbre penseur (philosophe) allemand, Kierkegaard, le : « le silence n’est pas synonyme d’absence » ! Il considère même le silence comme étant la « plus profonde vérité de l’individu ». Dans le contexte politique actuellement pesant et angoissant en Algérie, qui sait, si de ce « silence » n’émergeront pas – peut-être, je le l’espère – les vrais facteurs d’un mouvement qui mènera au vrai changement ?!

    Cordialement,
    Khoukoum Samy
    21 janvier 2011




    0
  • msili
    22 janvier 2011 at 0 h 49 min -

    Bonsoir
    cher frere salah eddine vous pouvez en etre sur que le peuple a hâte de voir le soleil se lever sur le pays mais pas celui qui nous brule jusqu’à l’os, avec un peu de verdure afin qu’on puisse ressembler a Tunis el khadra , si c’est aujourd’hui qu’on doit chercher s’il existe une élite qui pourra mener la bataille contre ces sanguinaires,je crois fort bien que ce vendeur de fruits et légumes fait le poids de 30millions d algériens ,ironiquement chers internautes.

    ====================================
    Voulez-vous, cher frère, tomber de Charybde en Scylla? Voulez-vous vous débarrasser de cette voyoucratie pour tomber dans les bras d’aventuriers sans scrupules en col blanc? Beaucoup d’opportunistes s’agitent actuellement dans les salons pour tenter (vainement) de récupérer le désespoir de notre jeunesse paumée, celle qu’ils appellent (entre eux) les « araya ». Ces mêmes que nous n’avons pas entendu lors des années de sang et de larmes, calfeutrés chez eux pour les uns ou planqués au club des lapins pour les autres.
    Nos frères tunisiens nous ont donné une admirable leçon de courage et de lucidité politique. Leurs élites étaient au côté de leur peuple dès les 1ers jours de la révolte. Leur véritable opposition (communistes, sociaux-démocrates, islamistes….) a agit la main dans la main et aucune tendance n’a essayé d’exclure l’autre………………..
    En temps opportun et lorsque l’heure de la délivrance arrivera, le peuple saura reconnaitre ceux qui l’ont servi et ceux qui s’en sont servi. L’Histoire est implacable.
    Fraternellement.
    Salah-Eddine




    0
  • Blali
    22 janvier 2011 at 2 h 30 min -

    Des millions d’Algériens n’attendent qu’une chose: mettre dehors le clan Bouteflika et les généraux algériens au pouvoir depuis 1962! Nous devons nous servir de toute tentative allant dans ce sens, y compris la manifestation du RCD. Il faut investir la rue!




    0
  • sofiane
    22 janvier 2011 at 4 h 24 min -

    Je pense qu’une grand partie des partisan du changement en algerie ignore profondément la nature des lute politique en Algérie. Les interventions pêchent par la naïveté et de romantisme. Les partis politiques en Algérie sont des morts nés pour des raisons bien évidentes. La première est qu’elles sont le prolongement des clans ou du moins poursuivent des agendas de leurs loges. La deuxièmes et que ces partis dans leur écrasante majorité en participer un processus electrorale de 92 dont la finalités de ces organisateurs est de porter aux pouvoir un partie plus réactionnaire que le FLN capable de asservir la société Algérien. La troisième raison leur incapacité a former un front de la paix civile pour épargner le peuple algérien souffrance est destruction est pillage. L’axe négatif du pouvoir organisateur du multipartisme, des élections 92 a phagocyter l arrêt du processus électoral et traîner l’Algérie dans le terrorisme. L’axe négatif a jouer tout les cartes pour réussir sont projet piller et coloniser le peuple algérien. L’axe négatif a investie les clans dits éradicateurs et réconciliateurs. Aucun de ces parties n’a travaillé pour la paix civile en Algérie. Alors pour faire ça vite les partis sont des cadavres politiques. Le changement en algérien viendra des ces forces positives a l’intérieur et a l’extérieur du system en particulier ceux incruster dan les services de sécurité qui lutte a déjouer ou du moins a amoindrir le degrés de nuisances de l’axe négative épauler pas les dst et les cia. La force du changement a le devoir d’intelligence.




    0
  • hakim
    22 janvier 2011 at 4 h 59 min -

    Qu’est-ce qui lie Hamrouch, Ghozali, Boudiaf, Mehri, Benbitour, Benflis, Sifi, Zeroual, etc.
    Ils ont tous du poids et du nationalisme. Ils ont tous essayé de faire le changement, ils ont tous échoué.
    Mais leur plus grand point commun est qu’ils ont essayé le changement de l’intérieur du système sans l’appuie de la rue.

    Les jeunes de Bab El-oued, de Douaouda, d’Oran, certaines figures du FFS, Amirouch, le quartier de Saada, etc. ont un point commun : ils font trembler le pouvoir de la mafia-militaire. Ils ont un autre point en commun : ils ont fait leurs actions en dehors du système et dans le terrain.




    0
  • amel1
    22 janvier 2011 at 9 h 08 min -

    salam,
    Il n’y a pas de solution miracle mes frères!
    L’ALGERIE AVANT TOUT!ni plus ni moins!




    0
  • Ahmed HANIFI
    22 janvier 2011 at 11 h 09 min -

    L’environnement social et politique au Maghreb, le renversement de la dictature bénalienne en Tunisie et les perturbations, les craintes d’une contagion qu’elle a engendrées au sein des régimes arabes, particulièrement maghrébins sont hautement propices pour qu’enfin s’engage, notamment en Algérie, une mobilisation multiforme pour renverser la dictature. Des rassemblements ont lieu. Des coordinations se mettent en place (Pour une Coordination Nationale pour le Changement et la Démocratie), des pétitions circulent (Algérie
    « Ensemble, pour un changement démocratique »). Il est temps de s’engager radicalement et pacifiquement contre le système dictatorial algérien. Pour qu’enfin s’instaure la deuxième République algérienne. Ahmed HANIFI (Formateur, auteur)




    0
  • raselkhit
    22 janvier 2011 at 14 h 34 min -

    Trés impressionnant les commentaires mais malheureusement nous restons toujours dans l’invective le bashing et le matraquage .Pas dargumentations politiques C’est la faute des autres !à quand allons nous tous reconnaitre nos erreurs nos malfaçons notre propre aveuglement .
    Nous faire croire que le peuple tunisien et en particulier sa jeunesse ont réussi seul leur Révolution c’est vraiment nous prendre pour des billes .Dix minutes aprés l’annonce du dépaet de Ben ali Obama félicitéait le peuple Tunisien Depuis plus sde deux ans les américains s’affontaient avec les français au sujet de la Tunisie L’aide que les jeunes tunisiens ont eç de l’ambassade des USA est pratiquement illimitée On voit un peu le résultat Le vide politique que rencontre le peuple tunisien Cette jeunesse qui a travaillé et qui est morte pour que d’autres en particulier ceux qui étaient à l’étranger ont tout récupéré Le plus grave c’est que c’est obligé de ecouri aux cades du RCD pas de classe politique pas de remplaçants.Au moins profitons de l’expérience des autres comme beaucoup de peuples ont profitaient de notre expérience.

    ============================
    Vous faites erreur, mon cher compatriote. La Tunisie a une classe politique lucide et mûre. C’est elle (toutes tendances confondues et sans exclusion) qui encadre actuellement les grandioses manifestations pour l’éradication du sinistre RCD. Les puissances occidentales peuvent manipuler leurs agents internes ( faux opposants), mais ne peuvent absolument rien faire contre la Révolution d’un Peuple. c’est ce qui se passe aujourd’hui avec notre admirable peuple tunisien. Et c’est ce qui s’était passé en 78 avec le peuple iranien. Evitons de sous-estimer la volonté de nos peuples.
    Cordialement.
    Salah-Eddine




    0
  • al jijeli
    22 janvier 2011 at 17 h 52 min -

    cèrte les tunisiens paraissent au dèbut de leur dèmocratie qui n’est pas encore oficialiser d’ètre mûre politiquemment sincèremment je suis entrein de suivre leur dèbat su la chaine nessma tout le monde parle et tout le monde ont une part de vèritè c’est une pèriode que moi pèrsonelemment je peut la classer comme une thèrapie politique et ça se passe comme ça dans tout les pays du monde après une rèvolte populaire…j’èspère bien que les choses vont entrer dans les nprmes rèel de l’avant projet dèmocratique car comme on dit : trop d’information tue l ‘information.en algèrie le peuple n’a plus confiance au partis quelqueçoit leur couleur car le peuple c’est très bien analyser les choses mème ceux qui joue le jeu avec le peuple comme ghozali and co ne sont pas entendu car ces opposants de lux ne comprendrons jamais c’est quoi la misère de 2011….le problème de l’algèrie c’est le partage de richèsse pas plus la suite ce n’est que du blof.




    0
  • depassage
    22 janvier 2011 at 17 h 53 min -

    Bonsoir,
    A lire tous ces commentaires, je comprends mieux pourquoi il ne se passe rien en Algérie et qu’il ne se passera rien d’ailleurs si on persiste dans cette direction.
    La révolution Tunisienne va échouer car l’un des motifs de son succès réside dans le fait qu’elle soit reprise dans les autres capitales Arabes, notre sort est lié que vous le vouliez ou non…Elle ne fera tâche d’huile que si l’Algérie et l’Égypte reprenne le flambeau car vous n’imaginez tout de même pas qu’une état de droit ( la future Tunisie) pourra se maintenir au milieux de toutes ces dictatures ô combien plus puissantes qu’elle.
    Il faut cesser avec ces propositions irréalistes comme la création d’un grand parti, ou cette attente messianiste de je ne sais quel meneur.
    La base de travail est la construction d’un état de droit (c’est d’ailleurs le sujet de l’article) avec à la clef la liberté pour chaque Algérien.
    A mon sens, il n’y a pas grand chose à attendre des leaders actuels, ils sont bien trop occupés par l’après révolution et leur future place. L’ego encore et toujours.
    Salutations.




    0
  • akrem
    22 janvier 2011 at 17 h 59 min -

    Ça suffit ,le mal de vie et l’injustice, le mal est profond, ça ne peut pas continuer comme ça.
    Donnez nous nos droits , donnez nous la justice si vous voulez qu’on crois en vous et qu’on vous suive.
    Commencez par libérer les innocents et lever l’état de siège .




    0
  • Gone
    22 janvier 2011 at 19 h 01 min -

    Permettez- moi de me joindre à votre débat, si vous n’aimez pas ce que je dis, élaguez !
    Une révolution spontanée après des années de silence et d’oppression est une aubaine. Mais parfois, il y’a à craindre des « Robespierre » . autant que du vide institutionnel si fatal. Pour parler  » politique » et non complots contre le pays. NOUS CRAIGNONS DE REMETTRE NOTRE DESTIN A N’IMPORTE QUI.
    Nous sommes dans les années 1990, et nous allons vers l’Etat de droit instauré par Mr Chadli, alors tout bascule, on remet tout aux Islamistes , qui représentent la majorité des masses aux élections et qui menacent le parti unique…et curieusement, avec tout le mépris du monde , on arrache tout aux islamistes, on les embarque dans des avions militaires direction: Regganne…s’ensuivent, torture, exactions; arrestations..la descente aux enfers, les islamistes aussi revendiqueront plus tard: attentats, assassinats et autres… « Ce qui est pris par la force doit être restauré par la force… »
    Les islamistes ne sont pas des monstres. Et les militaires ne sont pas des Kouffars*. Et l’expérience des 20 années passées a montré que tout le monde a mis la main à la pâte des attentats. L a preuve : c’est le butin partagé, ces fameuses entreprises publiques et ces terres partis en fumée. Il s’agit de l’unique fait démocratique dans ce bled. En revanche ceux qui sont succédés au pouvoir, et ceux qui sont restés à l’ombre du pouvoir- de chers civils- ont profité d’une situation grave qui a duré. Nous avons compris aujourd’hui que ces gens adorent le pouvoir et l’état rentier qui les engraisse, et qu’ils sont prêts à sceller avec le diable le destin noir de notre pays. Que nous aimions ce pays ou non, c’est le notre et l’unique, malgré le mal fait au peuple. Alors oublions et revenons à un Etat de droit.

    C’est déjà un objectif saint. Et encore… beaucoup de questions sont à revisiter :
    – A qui remettrons- nous notre confiance, car toute l’Algérie ne verse pas dans un seul parti.
    – Faut- il choisir un parti, n’importe lequel, pourvu qu’il fasse le bien et rejette le mal ? Dans ce cas quels sont les critères du choix ?
    – Faut- il investir les rues, en sachant qu’il est interdit de « manifester, de déranger l’ordre public » ?
    – ON VEUT BIEN : – s’ aligner sagement derrière le FFS, OU le RCD ; ou encore le FLN ; s’ils ne complotent pas contre les islamistes et créent encore une fois une situation de chaos. Car notre peuple, il faut le reconnaître est de composante musulmane dans sa majorité qui ne comprend pas trop les visées socialistes ou communistes, fussent- elles enrobées de justice et de bienveillance. Et malgré le sang arrivé aux genoux, ce peuple s’oriente vers l’Islam et c’est ce qui a motivé son choix lors des toutes dernières élections. Ce choix qui s’est concrétisé en la confiance placée dans MR Bouteflika. Il ne faut pas oublier qu’il a été « rassembleur » dans un contexte très critique.
    – Il est possible de rejoindre des associations libres, mais existent- elles vraiment ?
    – Rejoindre le courant islamiste sans craindre de finir en prison. Leur faire confiance sans craindre que ça vire au « Kandahar »( que je respecte !) mais qui ne ressemble pas à l’Algérie qui, comme nous le voyons, est un pays très complexe avec ses régions, ses partis, ses clubs, et les vautours tout autour !




    0
  • depassage
    22 janvier 2011 at 20 h 32 min -

    Bonsoir,
    Encore une fois je me permets d’insister, nous discutons ici de l’instauration d’un état de droit et pas du futur gouvernement ni de la répartition des richesses…
    Comment y parvenir? L’opposition peut elle travailler ensemble pour cet objectif? Le peuple avec tous les riques encourus doit il manifester sans attendre le feu vert d’une opposition à mon avis incapable de s’entendre? Quelquechose comme la déclaration de San Egidio peut elle etre utile aujourd’hui?
    Salutations




    0
  • depassage
    22 janvier 2011 at 20 h 59 min -

    Bonsoir,
    A certains qui se focalise sur les richesses et leur répartition, je tiens à leur dire que cela n’est qu’une des multiples conséquences de l’absence d’un état de droit. D’ailleurs dans une société comme la norvége, l’ensemble de la rente pétrolière est mise en réserve pour les générations futures,car finalement ce pétrole et ce gaz appartiennent à tous les Algériens même ceux qui ne sont pas encore de ce monde.
    A ceux qui pensent que cette même répartition est notre seul problème, ils se trompent lourdement. Rien ne tourne rond en Algérie, à commencer par le systéme éducatif, le code de la famille et j’en passe…
    Enfin, il est tout à fait vrai que l’islam est une composante de l’identité algerienne, les islamistes ont donc tout à fait le droit à mon sens de participer à des élections mais dans un cadre démocratique à condition que les différents mandats soit remis en cause à intervalle régulier, avec des élections transparentes en veillant au stricte respect de la future constitution Algérienne. De plus si ils sont élus, la liberté de culte y compris de ne pas en avoir du tout, les libertés individuelles au sens large doivent être garanties. Mon pays n’est pas « KANDAHAR » et il n’a en aucun cas vocation à le devenir. Ce dernier point est non NEGOCIABLE.
    Salutations.




    0
  • selim hadri
    22 janvier 2011 at 21 h 26 min -

    c’est avec une grande joie que j’ai accueilli la fuite du dictateur tunisien ben ali.Nous disons aux freres tunisiens mabrouk alikoum j’espère que vous allez réussir la prochaine étape dans la construction d’une véritable democratie. Quand on etait jeune au primaire, la professeur nous disait qu’il y avait deux sortes de djihad. Le petit jihad, c’est la lutte armée pour liberer le pays,et le grand jihad, la construction du pays.Donc pour vous les choses serieuses commenceront maintenant.
    Vous les tunisiens , vous avez devant vous un exemple qu’il faut absolument eviter. C’est l’experience algerienne. Deux choses :1) n’acceptez pas un ben bella tunisien. C’est à dire des hommes du serail qui régénèreront la catastrophe de l’agent franco-israelien ben ali. On ne fait pas du neuf avec du vieux ca c’est trés important. 2) Eviter le piege de la diabolisation islamiste, car il sont une composante essentielle et naturelle du paysage musulman de tanger à jakarta et jugez les sur les actes.
    Beaucoup de personnes essayent de comparer la situation de la tunisie avec l’algerie. Pourquoi tant de morts en algerie sans resultats contrairement à la tunisie.La reponse se resume en un seul mot. L’armée. En tunisie l’armée s’est rangé au coté du peuple.En algerie l’armée a tiré en 1988. Elle a tiré en 1990, elle a tiré en 1991, elle a tiré en 1992, et depuis elle n’a pas cessé de tirer sur la population.Si on prend seulement 5 octobre 1988 l’armée dirigée alors par bellounis alias khaled nezzar a tué 500 personnes (le chiffre le plus faible) . Un nombre de victimes qui est largement supérieur à celui de la revolution tunisienne.Donc il ne faut pas, je pense, comparer. car la comparaison s’arrette jusqu’au niveau de la nature du regime. Même à ce niveau au algerie allah Ibarek on a plusieurs ben ali. En tunisie l’elite ne s’est pas compromis avec le regime d’une facon massive qu’en algerie.Quand merzouki travaille et fait de la pedagogie politique, said sadi est déja dans le bureau de tewfik pour recevoir les consignes.Quand sihem ben sedrine fait de l’opposition, louisa hanoune n’a pas encore fini de faire la brosse à bouteflika au prix de 30 millions par mois au minimum. Les syndicats tunisiens ne sont pas l’UGTA de sidi said.L’acharnement à trahir la population en algerie est plus feroce et plus grande qu’en tunisie.
    Mais attention , tewfik a beau recevoir d’exelents cous au KGB et à la stasie, ses methodes ne porront pas resister à moyen terme à la democratisation tunisienne. Les algeriens comprennent parfaitement le dialecte tunisien et un impact pedagogique est certain en algerie.Bien sur loin d’etre un idiot lui et le debile mentale kaddafi avec l’aide des israeliens , les francais et les americain vont tout faire pour destabilser la democratie tunisienne AVANT QU’UN PAYS ARABE TOMBE PROBABLEMENT L’ALGERIE, LE TEMPS PRESSE POUR EUX.Ils ont un atout considerable, l’argent et la provocation du desordre. Et c’est là où rentre l’imperatif d’union CHEZ les tunisiens et la facon d’utiliser les nouvelles technologies pour contrer les menaces, tels que filmer des agents du DRS qui tenteront de commettre l’innommable en tunisie.En algerie , belounis a parlé. Il est seduit par la révolte tunisienne. Lui qui a ouvert l’enfer au algeriens et les a transformé en ZOMBIES. Je suis certain que les algeriens ne lui donneront pas l’occasion de s’enfuir comme ben ali.La premiere des choses que peut faire l’armée le jour où elle decidera de se ranger au côté du peuple s’est de fermer l’espace aerien et les frontieres terrestre immediatement pour que le peuple les verront pleurer devant la television. C’est devenu pour moi un besoin, j’ai envie de voir ces harkis jugé et pleurer dans un tribunal populaire. Nezzar, bouteflika et sa famille, tewfik bien sur tout ceux qui se sont reunis à ain naadja et qui ont osé l’impensable, declarer la guerre au peuple algerien.Vous voulez faire mieux que les tunisiens, pour que votre fierté ne sera pas atteinte, voilà la recette les juger par un tribunal populaire algerien,rapatrier l’argent volé, et appliquer la sentence maximun que leur a dicté le juge du tribunal populaire. Toute fuite d’un harki est une defaite pour l’orgueil algerien.




    0
  • mohand
    22 janvier 2011 at 22 h 08 min -

    la democratie se construit. elle ne s’invite pas. actuellement dans mon quartier, je lis sur une affiche de cinéma un sous titre : « changer le monde commence par se changer soi-même. A ce propos, Je vois dans l’algérien un être en général insouciant qui ne pense qu’à rêver ailleurs sacrifiant le sens du sang versé des martyrs de la révolution au détriment du devenir des générations futures : ses enfants. je pense que l’algérien se doit de casser ses barrières régionalistes, sociales, politiques pour aller vers un haut qui l’ennoblira je l’espère




    0
  • abd allah el muslim
    22 janvier 2011 at 22 h 42 min -

    au vu de la situation aux Maghreb nous nous découvrons une âme de politicien mais en fait cela n’a rien avoir avec la politique ce n’est qu’une question d’argent des intérêts purement financiers .frères et sœurs c’est pour cela que le peuple meurt les assassins qui nous gouvernent n’ont pas hésité a tuer le seul homme d’état qu’il y a eu en Algérie;je veut parler du défunt président boudiaf .il faut bien comprendre une chose c’est que le plus grand malheur de notre pays c’est sa richesse le pétrole, le gaz ,etc…… et pour cela « ils » n’hésiterons pas a « sacrifier » d’autres algériens et algériennes .pour finir je citerai la phrase d’un soi disant général ;je suis prêt a éliminer 3 millions d’algériens pour ramener l’ordre dans le pays.




    0
  • khatkhouta
    22 janvier 2011 at 22 h 57 min -

    سلام الله عليكم
    je veux posé une question pour savoir enfin si nous (peuple) pouvons renversé cette mafia qui gouverne notre pays depuis, la question est on a des stations d’écoute établies par les usa les français les sionistes, avec des directives menant de ces pays, alors si oui il nous faut beaucoup de sacrifices et laide de DIEU pour soulevé cette mafia, et si non on peux aidé nos compatriotes avec sagesse pour les orienté vers le droit et bon chemin.
    VIVE l’ALGERIE et les ALGÉRIENS à travers le monde.




    0
  • msili
    23 janvier 2011 at 2 h 26 min -

    Bonsoir
    ya un proverbe qui dit ,celui qui est mordu par un serpent il a peur meme de son ombre,il me semble que nous les peuples arabes ,nous serons le sacrifice de notre petit peuple voisin comme les palestiniens,ce petit peuple dans les annees 73 ont aider les europeens quand les arabes ont volu les punir dans le grand froid aujourd hui l ascenseur leurs a ete renvoyer,regardons la vitesse ou le rytme dont le monde bouge ,l irak,afghanistan,iran,pakistan,les pays de l afrique noir ,la russie il faut qu elle soit distabiliser ,le tibet ,la coree.bref sachant que benali est placer au pouvoir par les americains de pologne ,sadam qui a ete user contre l iran sa fin vous l a connaisser,les traitresw ils sont jamais aimer de nul part ,alors attendons nous le bon dieu fera tout nous ,d ou moment lalgerien a l interieure de soi meme est un problem




    0
  • W A H I D
    23 janvier 2011 at 5 h 00 min -

    @LQA

    La saga du RCD.

    A Alger

    Ier Épisode
    Une DDE d’autorisation de manifester

    IIème Épisode:
    Précipiter l’action pour limiter le temps de la préparation et la participation de la vrais opposition (peuple) pour avorter tout tentative de recourir aux manifestations pacifistes qui visent à déstabiliser le pouvoir.

    C’est une pièce théâtrale initié par les services de sécurité et le RCD, c’est une simulation d’une situation de protestation populaire, pour teste les moyens et les capacités de la police des émeutes de contenir la situation sans faire de victimes.

    Les objectifs :
    L’Algérie a fait des progrès, les services de sécurité sont capable avec leur police anti émeute de contenir ce mouvement de protestation sans faire appel au militaires comme 1988 et surtout sans faire de victimes ni usage de vrais balles, c’est juste quelques voyous qui s’ennuient a troubler l’ordre public, parfois ils s’immolent, par fois ils cassent et brulent tout a leur passages et parfois il se noient en méditerranées, l’Algérie tout va bien tout le monde et heureux

    Fin de la Saga

    Revenant à nos moutons

    Le malheur de l Algérie c’est le DRS sans aucun brin de doute.

    Je réalise effectivement que Monsieur Ait Ahmed Hocine a raison.
    Quoi qu’ils fassent ils tomberont une question de temps.

    Cordialement

    W A H I D




    0
  • le noord constantinois
    23 janvier 2011 at 12 h 42 min -

    le nerf de la guerre c’est la finance et tout le monde chante sa propre melody.les europèens maitrisent la gestion des ressources humaines et la discipline et aussi ils sont gèrés par les militaires dans l’ombre. seulement la stratégie de leur nation est basée sur la science et l’application des lois.leurs militaires ne sont pas gourmands pour leurs propres intérêts ils sont gourmands pour le bien de leur nation pas plus.certes aucun système dans le monde n’est parfait à 100 pour cent mais lorsque le système est basé sur un équilibre bien étudié les lignes rouges seront bien gardées…l’Algérie est un cocktail d’opportunistes qui se connaissent très bien entre eux et qui maitrisent l’art de la fluidité lorsqu’ils s’agit de leur menace…ceux qui jouent le jeu de la démocratie sont pire que les autres car eux mêmes lorsqu’il s’agit d’un petit changement dans les rôles primaires au sein de leur parti tout sautera dans l’air car leur mode de vie n’est pas négociable..à suivre




    0
  • raselkhit
    23 janvier 2011 at 13 h 08 min -

    Des fois on écoute des gens sensés et malheureuement beaucoup ne font que répéter ce qu’ils ont enetendu chez ,Qui BFM qui eldjazeera qui F24 sans la moindre ni analyse ni compréhension .
    Quand Mohand dit « changer le monde commence par se changer soi-même ».il a tout à fait raison comme il est dit dans sourate du tonnerre « Dieu ne changera le destin d’un peuple que lorsque il changera lui même  » ET je me permet de rappeler le programme politique d’un grand homme politique américain J.F.Kennedy « Ne demande pas ce que l’amérique peut faire pour toi demande toi ce que toi tu peux faire pour ton pays « Le monde entier cherche du travail les algériens attendent la paye je n’oserais pas rappeler toutes les blagues à ce sujet Peuple jouisseurs et surtout profiteur Qui n’a pas fait appel à des parents des amis des connaissances pour bénéficier de quelque chose dont il n’avait pas le droit ?? Combien de permis de conduire sont délivrés sans examen sans même passer de cours ?? etc..Nous sommes tous des corrompus à des degrés plus ou moindre Mais quand c’est nous qui en profitons c’est des services quand c’est les autres c’est de la corruption Si chacun avait le courage de se regarder au lieu de surveiller ses voisisn on aurait une société un peu plus juste et équilibré Quand je vois que si quelqu’un propopose une activité tout de suite on le taxe de vouloir se caser et faire une carrrière Nous sommes en permanence en train de critiquer ce que font les autres sans jamais rien proposer ne voir dans les réalisations que du négatif ne jamais voir le coté positif .En 2010 plus de trois millions de salariés ont été augmenté mais je trouve que mon augmentation est insuffisante les autres ont eu plus que moi plus de 800 000 logements ont été distribués mais moi je n’ais eu qu’un seul logement F4 je voulais un logement pour chacun de mes enfants mineurs .jamais nous ne remercions Dieu pour ce qu’il nous donne et toujours à pleurer et surtout sans rien faire




    0
  • khatkhouta
    23 janvier 2011 at 15 h 12 min -

    Je m’excuse Monsieur raselkhit, il y a beaucoup de gens honnêtes dans notre pays, il ne faut pas généralisé, de tout façon c’est le système qui a voulu qu’une minorités d’ALGERIENS, hypocrites et corrompus, et je te mets au courant que c’est le système qui a voulu que la médiocrité règne dans notre société, il y a une minorités qui sont opportunistes et qui profite à chaque occasion, mais pour cela si le système change ils s’alignent et normalement ils seront désignés comme c’est le cas de tous le partie RND et une partie du FLN, avec d’autres petit groupuscule de partis.
    de tout façon c’est le système qui a voulu que sa soit comme ça pour différentes raisons, si se n’est que pour faire vivre les décideurs ceux qui tirent les ficelles, parce que ils ne peuvent pas vivre dans un état de droit.
    pour moi la grande partie des ALGÉRIENS sont honnêtes et n’aimes pas le HOGGRA et l’injustice, il faut voir se qu’a fait les ALGÉRIENS durant les catastrophes survenus en ALGÉRIE. alors en tant qu’ALGERIEN je demande une démocratie et que les richesses du pays vont vers le bon chemin et non vers une minorités.
    VIVE l’ALGERIE et les ALGÉRIENS à travers le monde




    0
  • Alilou
    23 janvier 2011 at 15 h 36 min -
  • aquerado
    23 janvier 2011 at 16 h 52 min -

    Salam,
    Merci mr, Selim Hadri pour votre texte, qui decrit tres bien la situation que souffre l’Algerie. Si une majorite d’ Algeriens possedaient votre vision des choses ainsi que les elements clef de l’armee, cette dictature ne durerait pas 1 heure. D’ autre part vous m’apprenez que khaled nezzar
    s’appelle en fait bellounis. Je voudrai juste poser une question. Est ce que ce nezar a un lien de parente avec le « general » bellounis criminel de guerre, qui durant la guerre d’Algerie avait massacre la population de Melouza (500 morts?) avec la complicite de l’ armee Francaise? merci de votre reponse.




    0
  • msili
    23 janvier 2011 at 17 h 01 min -

    permettez moi de vous dire que le problem de lalgerie c est son peuple,car le peuple algerien supporte plus la misere que d autres peuples ou tout simplement on meritent cette misere,ET ON DOIT VIVRE uniquement sous ce mode de vie ,que pensez vous mes chers conpatriots?




    0
  • aquerado
    23 janvier 2011 at 23 h 44 min -

    Salam,
    Je voudrai juste m’excuser et faire un rectificatif, en se qui concerne , le general bellounis,j’ai ete un peu hatif et je n’ai pas verifier mon information, en fait il n’ a pas participer a Melouza.




    0
  • زتشي رابح
    25 janvier 2011 at 14 h 32 min -

    قضية الأستاذ الموقف تعسفيا بجامعة المسيلة تعود إلى الواجهة من جديد
    سبق و أن تمت الإشارة إلى قضية الأستاذ وتشي رابح أستاذ بقسم الحقوق –جامعة المسيلة –الموقف تعسفيا منذ 24 جويلية 2005 من طرف مدير جامعة المسيلة على خلفية تغيير نقاط الطلبة .
    حيث و بتاريخ 03/07/2005 تم إنها مهام الأستاذ زتشي رابح الذي كان يشغل منصب رئيس قسم الحقوق بجامعة المسيلة كرئيس قسم ثم توقيفه نهائيا و توقيف راتبه منذ 24 /07/2005
    كل ذلك تم دون اللجوء إلى الإجراءات القانونية المتعارف –اللجنة المتساوية الأعضاء و كأن مدير جامعة المسيلة و من معه يملكون الجامعة ملكية خاصة كابرا عن كابر .
    و السبب الذي أعلنه مدير الجامعة لتبرير هذا التصرف و ما تبعه أن الأستاذ يرفع و يخفض علامات الطلبة في المقياس الذي يدرسه ؛ وذلك ما طالعتنا به جريدة الخبر ليوم 18/07/2005 .
    و لكي السبب الواقعي وراء تلك التصرفات هو في الحقيقة أن الأستاذ زتشي لم يخضع لرغبة عميد كلية الحقوق صالح لميش و كذا مدير الجامعة سليمان برهومي لرفع علامة طالبة لديه- إبنة شخصية ذات حضوة و نفوذ – في المقياس الذي يدرسه من الصفر (00) إلى 14 ..الأمر الذي لم يرق لمدير الجامعة –برهومي – فقام بتلفيق تهمة من نفس الجنس .
    حيث تمت متابعة الأستاذ زتشي من أجل تغيير النقطة في مقياسه الأمر الذي لا يستسيغه المنطق السليم . فمنذ متى يتدخل مدير الجامعة من أجل رفع علامات الطلبة ، و الحقيقة أن في المسألة منافع بين الأطراف التي حاكت المؤامرة بإحكام في مكاتب مغلقة و مصالح مقابل تلك النقطة ….
    الأمر الذي حدى بالأستاذ أن يتقدم بشكوى لدى قاض التحقيق يتابع فيها مدير الجامعة و عميد الكلية و رئيس القسم الذي خلف الأستاذ في منصبه بعد الانقلاب المدبر بينهم للانتقام منه بسبب عدم خضوعه لرغباتهم …
    و قد استغرق التحقيق قرابة 04 سنوات و لم ينته إلى يومنا هذا.ولكن الأمر الذي أرجع القضية إلى الواجهة أن غرفة الاتهام بمجلس قضاء المسيلة أنصفت الأستاذ ونطقت لصالحه بتوجيه الإتهام إلى كل من مدير الجامعة و عميد الكلية و رئيس القسم و أحد الأساتذة بالقسم الذي شاركهم الجريمة و الطالبة التي تحصلت على علامة 14/20 بدلا من 00/20 كما هو مدون في المحاضر الخاصة بالمقياس .
    و تتلخص وقائع هذه القضية فيما يلي :
    لما كان الستاذ زتشي رئيشا لقسم الحقوق و في الوقت نفسه أستاذ يدرس للسنة الأولى ، اتصل رئيس الجامعة – برهومي سليمان – بالأستاذ مخاطبا إياه و كأنه يسير مزرعة و ليس جامعة ؛ أمره بمنح الطالبة علامة 14/20 ، و قد كان أبو الطالبة قد تدخل لدى الأستاذ من قبل طالبا منح ابنته 14/20 في مقياس المجتمع الدولي مقابل منحه امتيازات منها سيارة من نوع مرسيدس إلى جانب العطايا و الهدايا ، إلا أن الأستاذ رفض بصفة قطعية هذه الرشوة ، فتوجه أبو الطالبة إلى عميد الكلية –صالح لميش – الذي مناه و طمأنه بنحاح ابنته ، و اتصل العميد بالأستاذ زتشي طالبا منه منح الطالبة علامة 14/20 ، فرفض الستاذ ، لكن العميد استغل غيابه عن مكتبه ليتصل بالأستاذ القائم على رصد النقاط في الحاسوب و هدده طالبا منه تغيير علامة الطالبة المذكورة من 00/20 إلى 14/20 ، الأمر الذي رفضه القائم برصد النقاط ، ثم يتصل ثانية يالأستاذ زتشي – رئيس القسم – مهددا إياه بالتنحية عن رئاسة القسم .
    الذي تحقق بالفعل يوم 03/07/2005 ، حين تم توقيف الأستاذ زتشي رابح عن مهامه كرئيس لقسم الحقوق × ولما بقي الأستاذ متمسكا بموقفه يوم المداولات قرروا تأجيل المداولات لمرتين متتاليتين و استغلوا غياب الأستاذ زتشي في المرة الثالثة و توكيله لزميله في اللجنة ليتم تغيير النقطة لصالح الطالبة . و على إثر ذلك تم توقيف الأستاذ زتشي رابح نهائيا مع توقيف راتبه ومنعه من دخول الجامعة لكي لا يكتشف أمرهم ، و لكن أثار الجريمة تسربت بتسليم كشف النقاط للطالبة ، وقد حجز قاض التحقيق الكشف لدى إدارة الخدمات الجامعية فوجد أن الطالبة نالت علامة 14/20 و أصبحت بذلك من الناجحين عوض أن تِجل للدورة الإستدراكية. و قد نالت بذلك الطالبة مبتغاها و نال أبطال الجريمة هم كذلك مبتغاهم ؛ فعميد الكلية الكلية –صالح لميش – بعد أن كان يستقل سيارة من نوع -دايو- المهترئة أصبح يقود سيارة مرسيدس هي نفسها التي عرضها عليه أبو الطالبة ، كما نال البطل الرئيسي منصب رئيس قسم الحقوق خلفا للأستاذ الموقوف و نال الأستاذ الذي ناب عن الأستاذ زتشي يوم المداولات منصب رئيس قسم الإعلام بالكلية .
    أما مدير الجامعة-برهومي – فلا ندري ما هو نصيبه من هذه القضية نظير تدخله الشخصي من أجل منح الطالبة العلامة المطلوبة .
    الأمر الذي دام التحقيق من أجله قرابة الأربع سنوات ليتوصل في النهاية إلى ثبوت الوقائع و هو ما يِكده قرار غرفة الإتهام الصادر يوم 23 نوفمبر 2009 .
    و أمام هذه الوضعية التي يواجه فيها مدير الجامعة تهمة تزوير نقاط الطلبة لا يعقل له أن يستمر في تسيير شؤون الجامعة …. وهو بذلك يلقي نفس المصير الذي عاناه الأستاذ الموقف ظلما و زورا و الجزاء من جنس العمل .
    و نحن نهيب برئيس الجمهورية باعتباره القاضي الأول في البلاد أن يضع مبدا المساواة حيز الطبيق فيوقف مدير جامعة المسيلة – برهومي سليمان – و من معه و لو تحفظيا لحين انتهاء مسار القضية .
    هذا ولا يفوتنا أن نشير إلى قضية فرعية مشار إليها سابقا و هي أنه بمناسبة توقيف الستاذ زتشي رابح قام مدير الجامعة –برهومي سليمان – بإشاعة أخبار كاذبة عن طريق جريدة الخبر مفادها أن الأستاذ رئيس القسم –زتشي – (الموقف تعسفيا) يغير نقاط الطلبة على هواه بما معناه تزوير النقاط دون دليل مما يشكل جريمة قذف ، و التي تمت متابعته بها –مدير الجامعة – و قد صدر حكم يقضي بادانته بالغرامة النافذة و إلزامه بتعويض الأستاذ زتشي 100 مليون سنتيم مع نشر الحكم في الجرائد اليومية .. و باستعماله طرق التأثير التي يبرع بها تم إلغاء الحكم أمام المجلس و هو منظور ليومنا هذا أمام المحكمة العليا .
    كما لا يفوتنا أن نشير إلى ظروف توقيف الأستاذ زتشي رابح مع توقيف مرتبه العملية التي تمت بالمخالفة لنصوص القانون .. فلم يتم عرض الموضوع على اللجنة المتساوية الأعضاء و في ذلك مساس خطير بقوانين الجمهورية .. و التي أصبحت تخضع لأهواء المسيرين دون رادع .. و كل ذلك بمباركة من وزارة التعليم العالي و البحث العلمي التي لم ترد الأمور إلى نصابها و بقيت مكتوفة الأيدي أمام مدير جامعة المسيلة –برهومي سليمان – الذي يكرس دولة الظلم و الطغيان و خرق القانون و هي تعلم بإجراءات المتابعة التي تلاحق مدير جامعة مريض و سادي و بعض الدمى التي يحركها (العميد و رئيس قسم الحقوق ) حسب رغباته و أهوائه .
    و الذي نركز عليه كثيرا في هذه القضية أن مدير الجامعة –برهومي سليمان – متهم هو و عميد كلية الحقوق –صالح لميش – و رئيس القسم السابق – بن حليمة إبراهيم – بعد أربعة سنوات من التحقيق الذي توصل إلى توجيه الإتهام لهم .. فلم يعد لهم بقاء في الجامعة إلى حين االفصل النهائي في القضية المطروحة أمام العدالة .
    و لكن ذلك يتطلب شجاعة من الوزارة التي نظنه متواطئا مع بعض المسؤؤولين فيها ، لذلك لم يبق لنا إلا رئيس الجمهورية ليفصل في المسألة كأب عادل لا يرضى لأحد من أولاده أن يظلم ، فالكل سواسية لديه نت أخطأ يجزى بخطئه … و في هذه القضية مدير الجامعة – برهومي سليمان – متابع بتهمة تزوير نقاط الطلبة . و يمرح و يتبجح في الجامعة و كأن المسألة لا تعنيه و في المقابل استاذ متهم زورا بأنه يغير النقاط موقوف تعسفيا عن العمل دون أجر و بغير احترام للإجراءات القانونية ……………………………يتبع




    0
  • houria
    27 janvier 2011 at 12 h 37 min -

    les tunisiens ont montrés une maturité politique,intellectuelle et civique « presque » irréprochable;ce qui nous manque malheureusement.Chez nous c le « chacun pour soi ».Ceux qui peuvent oganiser une révolution sont ou morts,ou exilés (volontairement) ou en prison;le reste subit la répression en silence.Pour qu’il se lève, »le reste » et pour que ça réussisse,il faut une prise en charge ,une organisation,quelqu’un qui doit l’orienter pour se révolter et enfin demander paciquement une démocratie digne. Pour que cette révolution pacifique réussisse il faut une prise de conscience des militaires et policiers qui doivent aussi se ranger du côté du peuple puisque ils sont leurs représentants et non pas de l’autre côté pour nous entretuer au plaisir de nos gouvernants dictateurs.haya chiche!!!




    0
  • fawzi
    1 février 2011 at 9 h 38 min -

    Re: A kaddour…
    Merci pour l’intervention detailee…
    A mon avis on ne s’indigne pas de tout ce que vous avez mentionne pour la simple raison qu’il y a pas de justice en Algerie.
    Ces memes problemes pourraient avoir lieu dans n’importe quel pays s’il n’y avait pas de justice. l’etre humain n’est pas parfait. En algerie un responsable corrompu commettant un crime qui merite 10 ans de prison ne recoit que 3 ans si il est du tout incrimine puis sera libérée apres quelque semaines ou quelque mois. Une fois libre, par un simple calcul de risque vs recompense il œuvre pour un crime encore plus grave. Dans un systeme ou un criminel paie le prix de son crime sans que quiconque milliardaire ou politicien ne puisse l’excuser, chaque responsable a l’autorite morale pour imposer la loi sur ses subordonnees. Et par consequent tout le monde sera sur la ligne.
    excuse my french 😉




    0
  • Congrès du Changement Démocratique