Édition du
26 July 2017

Wikileaks : Les jeunes Algériens " entre Hogra et Harga"

El Watan.com  23 janvier 2011

Thomas Daughton, le numéro deux de l’ambassade des Etats-Unis à Alger du temps de Robert Ford, revient dans un câble diplomatique révélé par Wikileaks sur les Harragas, ce drame de la jeunesse Algérienne, et pointe les responsabilités des autorités.

Dans un câble diplomatique classé « confidentiel », révélé par Wikileaks et daté du 13-07-2008, Thomas Daughton, le numéro deux de l’ambassade des Etats-Unis à Alger du temps de Robert Ford, est revenu sur le phénomène de la « Harga ». Le diplomate américain s’est carrément déplacé à Annaba pour voir de près comment les Harragas commencent leurs mésaventures sur les plages de Sidi Salem et La Caroube, principaux lieux de départ des embarcations de fortune en partance pour la rive sud de l’Europe.

En avril 2008, sur la plage de Sidi Salem, Thomas Daughton a parlé à des jeunes Algériens qui se préparaient à tenter la « Harga ». Le diplomate américain a noué avec les jeunes Harragas Algériens un dialogue franc et étonnant au cours duquel il tentait de cerner les contours de ce phénomène complexe qui sidère l’Occident.

Thoms Daughton a fait remarquer dans ce câble, en s’appuyant sur ses propres observations, que des « policiers présents sur la plage de Sidi Salem » se contentaient de « regarder les Harragas en les laissant préparer leurs embarcations » !

Le diplomate américain s’est renseigné également sur deux « cafés miteux », situés à proximité de cette plage mythique pour les harragas, où les passeurs négociaient avec les candidats à la « Harga » des voyages à partir de 50.000 DA. Thomas Daughton rapporte à ce propos que les deux postes de police qui surveillent cette plage sont parfaitement au courant de ce trafic, mais n’agissent nullement pour empêcher les Harragas de prendre le large !

« Nous ne sommes pas la Police des Frontières et ces jeunes ne nuisent pas à la sécurité », se justifient des policiers qui se sont confiés sans ambages au diplomate américain. A la plage La Caroube, Thomas Daughton a discuté aussi avec des jeunes désœuvrés qui peaufinent tranquillement leur « Harga ».

Ces jeunes lui ont confié toutes les étapes à suivre pour rallier la Sicile lors d’un voyage qui peut durer de « 12 heurs à 48 heurs », « selon la météo », lui ont-ils précisés. Poussant encore plus loin ses investigations, Thomas Daughton a fait observé que toutes les couches sociales sont touchées par « la harga » à Annaba. Diplômés, médecins, ingénieurs, chômeurs, fils de familles riches, « tout le monde a tenté au moins une fois de quitter l’Algérie par la mer », souligne-t-il.

A ce titre, Thomas Daughton a révélé que « le petit-fils de l’ancien président Chadli Bendjedid, Mourad Bendjedid, 29 ans, a quitté le pays, par la mer, le 8 Février 2007, avec six autres jeunes hommes, et n’a pas été retrouvé depuis » !

Lors de ses entrevues à Annaba avec des avocats et des représentants de l’association des parents de harragas disparus, l’ex numéro deux de l’ambassade US à Alger relèvera que la corruption, le népotisme, l’absence des espaces de détente et de liberté, sont les principales raisons qui poussent la jeunesse Algérienne à mettre en péril sa vie dans des embarcations de fortune.

« Pris entre hogra et harga », souligne Thoms Daughton, les jeunes Algériens sont livrés à la mort en haute mer. Quant au gouvernement Algérien, il ne sait tout simplement « plus quoi faire sur cette question ». Pis encore, il tente même d’instrumentaliser cette détresser pour des fins politiques, fait observer ce câble diplomatique.

En effet, Thomas Daugthon explique également dans ce câble comment Djamel Ould Abbès a tenté de récupérer les jeunes Harragas lors de sa visite à Tiaret en juillet 2007. A l’époque ministre de la Solidarité Nationale, Ould Abbès s’est réuni à Tiaret avec des représentants des jeunes harragas pour leur demander « de signer une déclaration de soutien au président Bouteflika » en contrepartie d’une subvention de 400 mille DA !

Blessés dans leur honneur, les jeunes harragas ont « encerclé la maison de Ould Abbes avec l’intention de le prendre en otage », assure le diplomate américain qui cite plusieurs sources pour affirmer cette information. « Lorsque le ministre a eu vent de cela, il a quitté Tiaret avant l’aube, plus tôt que prévu, et s’est précipité pour partir à Alger », souligne encore à ce sujet Thomas Daughton.
Abderrahmane Semmar


Nombre de lectures : 4239
10 Commentaires sur cet article
  • Algerien de passage
    23 janvier 2011 at 16 h 41 min -

    Ah wikilieaks !!! Il nous inonde de ragots et l’essentiel est ailleurs. Les statistiques des exportations de l’Algérie en hydrocarbure ça on en parle pas ….les détails des événements de la période 1990-2000 c’est l’amnésie !!! Les affaires de corruption connais pas !

    La tactique de Wikilieaks se resume ainsi:
    – Poutine est un male dominant qui ne supporte pas la concurrence.
    – Berlusconi est fatigué de ses « longues » nuits de travail.
    – Sarko fait peur à Merkel.
    – Ban Ki-moon est espionné par ses elements.
    – Israel no comments !

    Pour qu’a la fin il nous fassent avaler du « L’Iran possède des missiles Nord-Coréens a très longue portée ».




    0
  • mouhoub
    23 janvier 2011 at 16 h 56 min -

    A nos jeunes, on leur a appris que tout ce qui est algérien est mauvais.
    Que saluer son drapeau national est méprisable. Que courir avec le drapeau séoudien mène au paradis car il est écrit le coran. Que dans tous les domaines, y compris le sport , n’importe quel charlatant étranger est de fait meilleur que l’algérien compétent. On leur a inculqué que la compétence algérienne n’existe pas. « on »; ce sont ces prédateurs incapables mais forts avec l’argent des contribuables et les moyens de l’Etat algérien ou ce qu’il en reste. Nos jeunes ne font pas de distinction entre les tyrans et le drapeau algérien, les tyrans et la patrie l’Algérie entre nos glorieux chouhadas et les traîtres, tenants du pouvoir.On leur fait miroiter un paradis illusoir qu’est l’Europe où ils croient vivre sans travailler.On a fait épouser à nos jeunes la lâcheté au lieu du courage, le facile au lieu du travail et la persévérence. Nous avons perdu notre plus grand trésor, un trésor magnifique qu’est notre jeunesse. Une jeunesse frustrée et désemparée, une jeunesse perdue qui ne croit plus à rien. C’est notre plus grande perte.




    0
  • W A H I D
    23 janvier 2011 at 17 h 42 min -

    @LQA

    Que pensez-vous de ce régime.

    Un system répressive qui a pu recruter au sein des islamistes et dans les maquis des sanguinaires sans état d’âmes, tuant une centaine de milliers hommes, femmes, enfants sous la bannière Islam, qui a interné, déporté des milliers d’innocents, qui a briser des centaines de milliers de familles, qui a briser des millions de rêves, quia fait disparaitre des dizaines de millier de personnes, qui a su infiltrer, manipuler les opposants , un régime qui a su créer des partis d’opposition et des partis de coalition ou il dicte la ligne de conduite, il nomme et dégommes les chefs de files, un pouvoir qui recrute des candidats pour l’élection des différents assemblés, y compris la nomination de représentants des organisations syndicales, associatives par la corruption, le chantage, la torture, l’intimidation, la disparition, pour disposer des richesse du pays et servir les intérêt de leur maitres.

    http://www.youtube.com/watch?v=Txzq7R1sNZE

    AL GHOULA, qui a osé salir l’Algérie, son identité, son histoire, qui a semé la mort et la terreur, la conspiration et la corruption qui a tué l’espoir et trahir le sans des martyres de l’Algérie.

    L’OGRE ne peut éternellement échapper à son destin.

    http://www.youtube.com/watch?v=UDgZEAeSc-w

    Celui de fuir le lynchage, vers les frontière Guerdimaou et Oujda, cherchant refuge à Marseille, Barcelone et Naples.

    W A H I D




    0
  • brahmi16
    23 janvier 2011 at 18 h 41 min -

    c’ est par la volonté des USA que ce regime perdure.ce sont les USA, la cause de tous nos malheurs et des malheurs de tous les pays arabes.cessez vos soutiens ,oh YANKEE ,et les dictatures arabes s ‘ecroulent et le terrorisme disparaitra avec eux




    0
  • Samir
    23 janvier 2011 at 19 h 36 min -

    Jusqu’à quand ?




    0
  • tacili
    23 janvier 2011 at 20 h 13 min -

    Révélations de Wikileaks sur les élections présidentielles de 2009
    Les Américains observent la fraude, les irrégularités et les dangers du statu quo

    Wikileaks a publié, samedi 22 janvier dans la soirée, un nouveau câble diplomatique de l’ambassade américaine à Alger. Il date du 13 avril 2009 et revient sur les élections présidentielles du 9 avril, notamment sur les irrégularités du scrutin. Il révèle notamment comment le gouvernement algérien a organisé, par une « stratégie savamment orchestrée », les fraudes et a tenté de les camoufler aux observateurs.

    Durant ces élections, les observateurs mandatés par les Nations Unies ont ainsi eu les plus grandes difficultés à travailler librement. Le chef de la mission d’observation de l’ONU, Abdool Rahman, rapporte aux diplomates américains que le gouvernement algérien a déployé d’importants « efforts pour contrôler ses rendez‑vous et utiliser la présence de la mission pour transmettre la thèse officielle sur l’élection ». Le gouvernement a « activement tenté d’empêcher » les observateurs de rencontrer les diplomates américains, européens, en modifiant constamment leur emploi du temps. Il révèle aussi qu’un fonctionnaire du ministère algérien des affaires étrangères a tenté de s’incruster dans une réunion privée onusienne et dans une rencontre à l’ambassade de France.

    Abdool Rahman explique enfin aux Américains que le code électoral algérien est rédigé de telle sorte que le gouvernement arrive à tout justifier. « Pour chaque inquiétude que nous soulevions, le gouvernement pouvait sortir un point du code électoral », affirme‑t‑il. Ces « procédures compliquées » servent aux autorités « à maintenir l’apparence de transparence ».

    Les Américains rapportent la même volonté de camoufler la réalité dans le gonflement de la participation. Les chiffres de la participation donnés par le ministre de l’Intérieur Yazid Zerhouni, ont été « largement exagérés », est‑il écrit dans ce câble. La participation a été plus proche de 25 à 30 % que des 74 % annoncés, selon les diplomates américains. L’ambassade a observé officieusement le vote et pointe dans ce câble les nombreuses fraudes notées le jour de l’élection.

    Un employé de l’ambassade assiste par exemple à « un appel téléphonique qu’un agent d’un bureau de vote reçoit d’un fonctionnaire du ministère de l’Intérieur lui demandant de donner un chiffre gonflé du nombre de bulletins enregistrés dans la journée ». En fin de journée l’agent devra signer la feuille des résultats du vote avec un chiffre extrêmement gonflé avec des noms de votants qu’il n’a jamais vus durant le vote. Ils rapportent également la manipulation de l’information à la télévision, où les reportages montrent des « électeurs habillés avec des vêtements d’hiver (…) ce qui suggère qu’ils ont utilisé des images d’archives d’une élection précédente ».

    Face à cette situation, les Américains s’inquiètent des conséquences de ces irrégularités. Elles accentuent le fait que « les citoyens se sentent peu concernés par un processus politique détaché de la société. (…) L’Algérie fait face à un urgent besoin de dialogue entre la population et l’Etat », note-ils.

    Le câble conclut en affirmant qu’avec ce statu quo politique, « le destin des 72% de la population qui a moins de 30 ans complètement désillusionnés reste incertain, et avec cela la stabilité à long terme du pays ». Une constatation qui apparaît aujourd’hui prémonitoire après les évènements de ce début janvier 2011.




    0
  • khaled2
    23 janvier 2011 at 20 h 34 min -

    un ministre proxenete,fait parti d’un régime de proxenetes et de traitres …..excusez moi je suis énnervé..mais c la verité




    0
  • yazid
    23 janvier 2011 at 21 h 35 min -


    « En effet, Thomas Daugthon explique également dans ce câble comment Djamel Ould Abbès a tenté de récupérer les jeunes Harragas lors de sa visite à Tiaret en juillet 2007. A l’époque ministre de la Solidarité Nationale, Ould Abbès s’est réuni à Tiaret avec des représentants des jeunes harragas pour leur demander « de signer une déclaration de soutien au président Bouteflika » en contrepartie d’une subvention de 400 mille DA !

    Blessés dans leur honneur, les jeunes harragas ont « encerclé la maison de Ould Abbes avec l’intention de le prendre en otage », assure le diplomate américain qui cite plusieurs sources pour affirmer cette information. « Lorsque le ministre a eu vent de cela, il a quitté Tiaret avant l’aube, plus tôt que prévu, et s’est précipité pour partir à Alger », souligne encore à ce sujet Thomas  »
    NO COMMENT!




    0
  • mouhoub
    24 janvier 2011 at 9 h 06 min -

    Est-ce étonnant qu’un ministre larbin vende son âme pour un ticket
    pour un steak ou un billet d’avion de chez khalifa ?




    0
  • mouhoub
    24 janvier 2011 at 12 h 32 min -

    Il est facile d’accuser les usa, la france, les sionistes et même les marocains. Bien sûr, des prédateurs étrangers. Mais ont-ils trouvé une Algérie bien gardée et bien défendue ? Non, a cause de nos traîtres. Mais ces mêmes traîtres ont-ils trouvé des hommes qui osent dire non, ne touche pas à mon Algérie, non n’avons pas su défendre notre pays.
    Maintenant nous nous lamentons sur notre sort. Nous avons les larbins, les traîtres, les voleurs que nous méritons.




    0
  • Congrès du Changement Démocratique