Édition du
22 July 2017

Missoum Sbih : "L'Algérie ne sera pas la Tunisie" !

Ames sensibles, s’abstenir de lire.
La Rédaction LQA
Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

El Watan.com le 24.01.11 | 09h54 

Invité de RTL ce lundi matin, l’ambassadeur d’Algérie en France, Missoum Sbih, a estimé que la situation en Algérie ne pouvait être comparée à celle en Tunisie.

A en croire les déclarations de l’ambassadeur d’Algérie en France, Missoum Sbih, le régime Algérien ne serait pas en danger. Invité de la radio française RTL ce lundi matin, Missoum Sbih s’est montré confiant et a estimé que « la situation en Algérie ne pouvait être comparée à celle en Tunisie ». Mieux encore, « l’Algérie ne sera pas la Tunisie », a-t-il décrété.

Concernant la manifestation organisée samedi par le RCD à Alger et réprimée par des bataillons entiers de la police, elle n’avait, selon l’ambassadeur Algérien en poste à Paris, « pas de caractère social ». « Un parti a fait une demande de manifester. Il a été jugé que l’ordre public pouvait être troublé », assure Missoum Sbih qui a justifié ainsi le traitement sécuritaire « musclé » réservé par les autorités à cette manifestation pacifique.

Au sujet de l’interdiction de cette marche populaire, l’ambassadeur Algérien dira que  cette mesure « n’est pas extraordinaire ». Selon lui,  » ça existe ailleurs. Ca existe en France ».

Quant aux régressions observées en Algérie ces dernières années en matière de démocratie et de libertés publiques, Missoum Sbih répondra aux journalistes de RTL que « vos critères de démocratie ne sont pas les mêmes que les nôtres » !

En réponse aux critiques de la presse internationale, l’ambassadeur Algérien à Paris a souligné également qu’en Algérie  « la presse est libre ». D’autre part,  « les différents partis politiques, dont le RCD, peuvent s’exprimer », estime-t-il.

Abderrahmane Semmar

Nombre de lectures : 2332
71 Commentaires sur cet article
  • LEMDIGOUTI
    24 janvier 2011 at 16 h 34 min -

    No comment ! comme disait l’autre !




    0
  • Boudiaf
    24 janvier 2011 at 16 h 59 min -

    C’est tout à fait compréhensible de la part d’un individu, qui vit dans une autre époque.

    On va vous sortir ……c’est juste une question de temps




    0
  • Said
    24 janvier 2011 at 17 h 00 min -

    salem
    meme ceux qui ont l’estomac solide, un anti emetique est tout de meme conseillé avant cette lecture




    0
  • kaddour
    24 janvier 2011 at 17 h 01 min -

    L’ambassadeur de la république Algérienne à Paris est dans son rôle, que voulez-vous qu’il dise d’autre? il est bien au service de ceux qui l’ont placé à ce poste.




    0
  • Général AB
    24 janvier 2011 at 17 h 14 min -

    Missoum,
    tu as confondu dans tes propos démocratie et justice sur les critères. Par ailleurs, tu as raison d’insinuer que l’occident ne représente aujourd’hui aucunement de valeurs universelles de justice et de démocratie. On voit en détail ce qu’il fait depuis les années 1947 dans le monde arabe, et on n’oublie pas qui a placé entre autres pouvoirs fantoches Ben Ali en Tunisie; même si tout est arrangée pour diriger l’attention sur lui et sa famille, on n’oublie pas ses maîtres……….
    Cependant, sache aussi que tu fais partie des faux ambassadeurs qui ne représentent que le système mafieux en place (présidence et DRS), comme aussi beaucoup de juges qui ont vendu leur âme au diable pour une vie très éphémère! C’est dommage!
    Même si je sais que tu dois, comme ambassadeur, être silencieux et dans les rangs pour protéger le faux empire, lâchement, tu fais semblant quand même d’ignorer que le peuple Algérien souffre depuis les années 1950 à cause de cette attitude arrogante et méprisante que tu incarnes parfaitement.
    Sache que le vent de la grande tourmente est venu pour les arrogants, les faux, les suffisants et les agents du mal. Rien ne les protégera!
    Vive les peuples libres et dignes!
    Général AB




    0
  • Aghyoul
    24 janvier 2011 at 17 h 31 min -

    .On a bien le droit de rêver, surtout quand on a un fills, ex Directeur de la clinique des Glycines de la Police, impliqué dans une grave affaire de corruption, et qui a fuit le Pays pour rejoindre son Pére en France. La corruption en Tunisie s’est focalisée autour de quelques familles proches de Ben Ali, chez nous elle gangréne l’ensemble des Institutions du Pays toutes natures confondues , c’est la démocratition de la corruption…….




    0
  • badro
    24 janvier 2011 at 17 h 37 min -

    Menteur, vous avez ruiné le pays avec votre gueule de menteur, étonnamment vous avez tous la même diplomatie et le nombre de harragua n’a cessé de monter, vous n’aviez rien n’a faire en Algérie partez traitre de la nation




    0
  • mouhoub
    24 janvier 2011 at 17 h 55 min -

    Il n’y a qu’à voir la gueule de ce sbih. On voit bien que le bienheureux planqué n’est pas à Alger.Voilà le archétype de nos tyrans. Un larbin sous-traitant sourd et aveugle à la dérive du pays. Il a dû, pour faire cette déclaration, recevoir des instructions de ses mâitres à Alger.




    0
  • hamid
    24 janvier 2011 at 18 h 00 min -

    si tu es un homme donne ta démission Monsieur affaires, avec votre gros ventre, votre petit cerveau, vous avez amener l’algérie à la dérive, vous devriez être jugé.




    0
  • chaabani
    24 janvier 2011 at 18 h 03 min -

    salam at tous,
    cet homme fait partie de la mafia depuis 62,mais il n’est pas algerien du tout,il ne peut pas faire une phrase en arabe tout le monde le sait,il connait la dictature instaure par la france en algerie depuis 62,pas la demcratie tres pour lui ,il doit etre a la poubelle de l’histoire d’algerie il represente nazzar et cie en costume
    l’algerie sera libre sbouh
    gloire a nos martyres




    0
  • Adel
    24 janvier 2011 at 18 h 05 min -

    Encore un septuagénaire qui vit sur une autre planète et qui n’a rien trouvé de mieux à faire que se vendre au plus offrant et qui bouche l’horizon de millions de jeunes qui attendent avec impatience que lui et ses semblables déguerpissent pour enfin commencer à vivre.

    Taisez-vous M. Sbih, c’est encore ce que vous avez de mieux à faire pour préserver l’honneur de vos enfants et vos petits-enfants, pendant qu’il est encore temps!




    0
  • karim
    24 janvier 2011 at 18 h 08 min -

    C’est vrai avec sa tronche j’entrevois le liban ou la somalie, yakhi salopard




    0
  • Redman
    24 janvier 2011 at 18 h 17 min -

    Salam

    Oui Monsieur l’ambassadeur du DRS criminel, L’Algérie ne sera pas comme la tunisie, mais ça sera pire quand les algériens se soulèveront inchallah.

    Mais on disant que  »L’algérie ne serait pas en Danger », est un avoeu de corruption, d’incompétence, de dictature et d’illégitimité

    Ya wahed el khabith




    0
  • Nouirredine BELMOUHOUB
    24 janvier 2011 at 18 h 29 min -

    Mais il a absolument raison Missoum Sbih, en estimant (toute honte bue), que la situation en Algérie ne pouvait être comparée à celle en Tunisie. Il persiste et je sihne, il a absolument raison, et je fourni la; non les ^preuves :
    – En Tunisie, les citoyens de ce pays ne piochaient pas dans les bennes à ordure pour se nourrir, en Algérie, si.
    – En Tunisie, le Chef du gouvernement n’avait pas un millier de bus, en Algérie il possède plus d’un millier.
    – En Tunisie il n’avait pas de pétrole et du gaz, en Algérie le pétrole et le gaz sont la propriété de la mafia politico criminelle
    – En Tunisie ils n’ont pas plus de six cent dépouille de citoyens tunisiens dans les morgues espagnoles, en Algérie le nombre est supérieur.
    – En Tunisie, les militaires n’ont pas tiré leurs armes, en Algérie ils tirent des balles explosives. et des balles perdues.
    – En Tunisie ils n’ont pas des caporaux devenus gêne-héros
    en Algérie on en compte à la pelle.
    – En Tunisie il n’y a pas de Sahara, en Algérie, il y a Reggane, in M’guel et Oued Namous
    – En Tunisie il y a des partis d’opposition, en Algérie, il y a une opposition à l’opposition.
    – En Tunisie, il y a des Avocats en robes noires, en Algérie, il y a des chasseurs de primes.
    – En Tunisie, il y a une révolte, en Algérie il y a des Missoum Sbih qui n’ont pas honte.
    Mais combien sont-ils ces fiefs émissaires zelés qui n’ont aucun sens de l’honneur ? A qui je dit a beau mentir qui vient de loin




    0
  • nomade
    24 janvier 2011 at 18 h 37 min -

    que cet ex-fonctionnaire de la france coloniale , un daf en civil,nous dise
    comment son fils , en liberté provisoire,sous controle judiciaire , mouillé dans une affaire de corruption, a pu se débrouiller un passeport et prendre la poudre d’escampette .
    ya mounafikines jusqu’au bout, vous êtes tous des rats de gouttière.
    les filets de la ‘ biled el izza oua el karama ‘ ne bloquent que le petit poisson. les grosses baleines arivent a passer a travers.
    le jour viendra ou ce peuple vous jugera sans pitié.




    0
  • balak
    24 janvier 2011 at 18 h 38 min -

    Rien qu ‘à voir son portrait, on sent qu’ on a affaire à un quelqu’ un à qui on ne peut pas faire confiance.Quand on est partie prenante de la plus grosse imposture electorale du siecle ,quand on a menti à des millions de personnes, quand on s’octroie une legitimité par la falsification des resultats, on doit se taire a jamais ,car on n’ a plus aucune moralité.on n’ est plus credible, mr Sbih.




    0
  • Liès
    24 janvier 2011 at 18 h 42 min -

    Pour tous les privilèges (immérités) qu’il a et pour tout l’or du monde, je ne voudrais pas être à la place de ce monsieur.

    Mon Dieu, ils n’ont pas vécu une minute de vrai bonheur et de vrai honneur, toujours à patauger dans le mensonge, la traitrise et l’indignité.

    En plus j’ai froid au dos, juste en imaginant ce qui les attend : une mort et un châtiment éternels.

    Repentez vous, et levez le joug pesant et avilissant que vous avez mis sur les épaules du peuple et de la jeunesse, et sauver vos âmes insignifiantes et vaniteuses de la perdition pendant qu’il est encore temps.

    Partez et laisser ce pays à ses enfants authentiques qui sauront en prendre soin.

    Liès Asfour.




    0
  • omar54
    24 janvier 2011 at 18 h 42 min -

    Bah!avec le nom qu’il porte,c’est plutot sbire.Il a une gueule qui ne revient pas,mais pas du tout,essayez de faire le parallèle (visuel) avec le 1er ministre tunisien,qui pourtant a fait partie, et pour de nombreuses années, du régime d’ali baba et ses 40 voyous.Du chahut de gamins,on se retrouve aux chahuts des dinosaures et autres brontosaures .Hacha pour la préhistoire!!Cette intervention sur RTL est un non événement,c’est juste un pet dans l’eau, en attendant de ce qui va péter sur sa gueule.




    0
  • Alilou
    24 janvier 2011 at 19 h 02 min -

    Je crois, a mon modeste et misérable avis, qu’il est plus que temps pour nous D’AGIR ET DE NOUS DÉBARRASSER DE CES ÉNERGUMÈNES….

    @SAID

    Je viens d’avaler 2 flacons de comprimés anti-vomissement….
    Ca pue tout ca….




    0
  • msili
    24 janvier 2011 at 19 h 20 min -

    Bonjour
    chers conpatriots algeriens ici ou ailleurs nous n avons quoi attendre on doit faire deguirper ce pouvoir sur son siege en general de son maire a son president de son directeur a son ministre changer tout le monde entier nous prend pour les indigenes car les gents qui nous gouvernent ils ont pas donner une autre image de nous




    0
  • rachid
    24 janvier 2011 at 19 h 22 min -

    Missoum Sbih est né, élevé, grandi et vieillis dans le mensonge il n’y a rien absolument rien d’étonnant dans ce qu’il dit, il continuera dans le mensonge jusqu’au jour où son 2ème pied rejoindra le1er qui est déjà dans le trou, il aura avec lui comme bagages le mensonge rien de plus.




    0
  • Rif_ino
    24 janvier 2011 at 19 h 38 min -

    C’est le job de l’ambassadeur, c’est défendre son gouvernement car il a été choisi pour cela.
    RTL aurait dû ( et doit) inviter des démocrates algériens et des opposants mais l’argent du pétrole coule même en France!




    0
  • omar54
    24 janvier 2011 at 19 h 41 min -

    COPIE- COLLE :
    Air Boutef One : Une gabegie de 300 millions de dollars
    Alors que l’Algérien ne trouve pas de quoi remplir le ventre et au moment où des millions de jeunes désespérés se jettent dans la mer et d’autres s’immolent pour fuir la misère imposée par l’absence d’une justice sociale, notre cher président Bouteflika atteint de la folie des grandeurs, s’est permis de s’offrir avec l’argent du peuple, un avion luxueux de 300 millions dollars ( 30 000 milliards).Air Boutef One : Une gabegie de 300 millions de dollars
    300 millions de dollars pour 4 ou 5 déplacements par an, c’est une véritable gabegie. Comment un président responsable, peut-il se permettre ce luxe tout en sachant que des millions de personnes sous sa responsabilité dorment le soir le ventre vide ? C’est simplement de l’irresponsabilité.En réalité, Bouteflika , s’en fiche de ces citoyens qui acceptent tout et ne disent rien. Il est là uniquement pour s’adonner à son sport favori : La luxure et l’affamement du peuple.Dans un pays de droit, un tel achat ne peut être toléré ni accepté. Bouteflka profite, en effet du silence complice du parlement et de ses députés qui les a auparavant gracieusement soudoyés. C’est vrai, 45 millions par mois pour ne rien faire sauf pour lever de temps en temps la main comme un digne béni oui-oui, c’est trop cher payé pour des analphabètes. Avec ce salaire le plus bavard devient muet. Pauvre Algérie, on n’est pas encore sorti de l’auberge. Heureusement que la mort est incorruptible.Que peut-on faire avec 300 millions de dollars ?100 lycées ou 200 collèges ou 3 CHU ou 10 Hôpitaux ou 10 000 logements ou envoyer 50 000 algériens malades se soigner à l’étranger !




    0
  • Ait Mohand Ouwidir
    24 janvier 2011 at 19 h 46 min -

    Vous mentez comme vous repirez, cher Môssieur ! Car vous êtes un fiéfé MENTEUR ! Et de première classe encore…..

    Mais, c’est tout à fait normal dans la mesure où vous défendez la main ignoble qui vous nourrit. Du moins pour le moment….. car trés bientôt la source va se tarrir, ne vous en faites pas !

    Les amerlocs et le DRS travaillent pour ça….. comme ils l’ont fait pour l’ami intime de votre 3/4 de « brizidène ».

    Dites-nous un peu pour voir. Quels sont NOS (propres) critères de NOTRE propre « démocratie » assaisonnée à la salsa algérienne du 3/4 ?

    Alors, je puis vous rassurer que ses jours sont désormais comptés….. et plus dure sera la chute.

    Juste une autre question. Que pensez-vous que l’homme de confiance de M’varek Obama faisait en Algérie pendant que Zine se faisait débarquer par son peuple (pardon au Peuple Frère Tunisien)….. MAIS BIEN PAR LES RICAINS !!! Qui ont demandé (secrètement, of course) à notre pays de se tenir prêt, just in case ou cela ne marcherait pas….. pour le déboulonnage de Zinou. Mettez-vous bien en tête que c’est M’varek qui a intimé l’ordre au dictateur de Carthage de partir illico presto et….. sans trop faire de vagues. Et c’est toujours M’varek qui a demandé à roi séoudien de l’accueillir….. De même que c’est le chef de l’armée tunisienne AMMAR, formé à West Point, tiens comme c’est drôle…. qui a laché Zinou en refusant de tirer sur la foule ! Ici, l’armée tunisienne prend sa revanche sur Zinou pour avoir mis en minorité devant la flicaille tunisienne….. 120 000 flics contre un effectif poussif de 30 000 militaires seulement !

    Ceci ne vous rappelle rien chez nous. Alors, permettez-moi de vous le rappelez. Nono (Zerhouni) a voulu faire la même chose avec la police en Algérie. Il a développé le nombre des effectifs de la police qui est ACTUELLEMENT bien supérieur à celui de notre armée….. qui compte en tout et pour tout 80 000 hommes contre 250 000 flics !? Nono avait pour tâche d’augmenter cette effectif jusqu’à 450 000 d’ci quatre ans ! Selon ses propres dires….. et sur injonction de savez-vous QUI ? Le 3/4 pardi ! Le DRS, sentant le coup fourré du 3/4 et de son acolyte Nono, DEGOMME Nono la science….. qui se retrouve, en douce, déposé en un 3/4 de temps !

    En vérité, ya si Monsieur « l’ambassadeur », votre 3/4 a joué fafa contre AMERICA….. et bien M’varek va le débarquer dans pas trés longtemps avec l’aide du DRS qui a joué la carte des amerlocs ! D’où, le câble de l’actuel ambassadeur U.S. à Alger sur TOUTES les élections truquées du 3/4 qui ressortent MAINTENANT et non pas avant….. Les ricains sont en train de lui faire comprendre et de lui dire en messages codés OUSTE ! BARRA !!! D’où encore leur chérubin bien aimé et adoré Sadi qui a TOUTES les facilités d’entrée et de sortie d’ailleurs auprés de l’ambassade de M’varek a chatouillé le 3/4 en lui faisant la dernière manif en danse du ventre qu’il a VOLONTAIREMENT confiné au niveau de son siège et non pas à la place du 1er MAI !!!

    Mais dans tout ce fouilli, me diriez-vous. Il reste la question importante que voici :

    ET LE PEUPLE ALGERIEN DANS TOUT CELA ? QUELLE EST SA PLACE ET SON VERITABLE POIDS ?

    Ma réponse, sous toute réserve :

    J’AI BIEN PEUR QUE LA « REVOLUTION » SE FASSE PAR DESSUS SA TETE ET SUR SON DOS MEME…..

    Aussi, un conseil yal khawa :

    HALLOU IINIKOUM OU MOKHKOUM !!! EDZAGATE………




    0
  • khoukoum samy
    24 janvier 2011 at 19 h 59 min -

    Bonsoir tout le monde !
    Que voulez-vous que son « excellence » l’ambassadeur, Missoum Sbih octogénaire, puisse dire du haut de sa tour d’ivoire à Paris ? « La situation, dit-il, en Algérie ne pouvait être comparée à celle en Tunisie »… Bien évidemment ! Soit !
    Néanmoins, peut-il juste nous livrer son analyse – au-delà de ses phrases écrites d’avance – pour nous expliquer en quoi la situation est-t-elle si différente ?! Ah, si ! Peut-être, que l’Algérie engorge des milliards de dollars et que ça ne profite qu’à une infime minorité pendant que le reste du peuple peine à marcher sans boiter… ou prier Le Tout puissant, pour qu’une tempête emporte ces dirigeants qui nous ont conduit au désastre général.
    Pardon ! Autre différence de taille entre l’Algérie et la Tunisie… C’est que nos frères se sont débarrassés de leur Dictateur-général-Président qui a élaboré son propre système oppressif durant 23 ans. Alors que chez nous, en Algérie, le système est bien antérieur ! Autrement-dit, il ne nous suffira pas de nous débarrasser d’Untel ou Untel pour dire que ce en sera fini ! Le problème est que le régime préexiste à tout le défilé de mode et de casting de ses hommes qui se sont succédés depuis le 19 mars 1962 (date du Cessez-le-feu).
    En effet, c’est là où réside toute la différence entre l’Algérie et la Tunisie, Mr l’ambassadeur ! Je vous le concède… !!!

    Cordialement.
    Khoukoum Samy




    0
  • amine
    24 janvier 2011 at 20 h 17 min -

    Ce sieur doit être condamné pour haute trahison!! Simahoum fiwoudjouhihoum..
    Khabith, traitre, lâche, pervers, chayat, rkhiss et ce n’est pas assez..
    Son fils a détourné 3200 milliards de centimes (DA) à la BNA de tipaza sans parler des autres affaires qui n’ont pas été porté à la connaissance de l’opinion public. Tel père, tel fils. La charaf la dine la mala




    0
  • khaled2
    24 janvier 2011 at 20 h 26 min -

    salam,
    wallah ma yahcham,
    un autre individu du régime mafieux qui ouvre sa gueule qui pue,un esclave de ses maitres généraux de la france,plus de 200000morts et 20000 disparus ou mazal …dieu est juste aujourd’hui ou demain vous serez ravagés par la colere des algeriens …les braves ,pas les serviteurs de toufik(RCD)




    0
  • Medecin
    24 janvier 2011 at 20 h 38 min -

    Mr.L’ambassadeur,il parait que tu souffres de ALZHEIMER..




    0
  • aquerad
    24 janvier 2011 at 21 h 14 min -

    Salam,
    Mr, missoum sbih, a travers votre regard je decele la peur et le questionnement sur un avenir incertain. Auriez vous peur de l’alternance ou du changement? Serait se donc de l’ hypocrisie vous qui hier vouliez contruire le grand maghreb. Vous etes ambassadeur de qui de quoi? Que reste t-il de l’ Algerie? Des enfants qui s’ immolent ne vous poussent meme par decense a la fermee ou dire au moins une phrase intelligente. Vous me donnez la nausee.




    0
  • ahmed 22
    24 janvier 2011 at 21 h 15 min -

    Salam
    On ne devrais pas s’ attarder à commenter ses déclarations,des hommes(soi-disant) comme lui sont nombreux en Algérie et ils occupent des fonctions plus ou moins importantes a tous les niveaux dans les institutions et dans l’administration Algérienne.Passons sur ces sbires,ces commis de l’état…Par contre ne les oublions pas,retenons leur noms car il arrivera le jour Inchaallah ou le régime tombera (j’espère que celui-ci est proche) et on ira chercher ces traîtres afin de leurs faire payer cette immense usurpation de l’indépendance que nous vivons depuis 62!




    0
  • salem
    24 janvier 2011 at 21 h 33 min -

    JE dis a ce vieillard corrompu que celui qui vivra verra bien.




    0
  • Zineb Azouz
    24 janvier 2011 at 21 h 51 min -

    Désolée, mais ce que je lis est excellent !

    Son excellence l’ambassadeur ne s’est pas adressé à nous, c’est tout, mais au RCD, et dans un discours que seuls les amoureux de la répression et des chars peuvent comprendre, c’est comme des messages codés entre de vieux amants.

    Ah ! c’est beau les relations qui durent et qui résistent à tant d’épreuves.
    Nous l’avons compris monsieur l’ambassadeur, c’est juste une petite querelle d’amoureux, pour attirer l’attention.
    On sait que quand le pouvoir se fâche, il dissous, annule, anéantit, interne, enferme, torture et tue à coup de milliers, c’est pourquoi je remercie RTL pour cette clarification.

    Cordialement,
    ZA




    0
  • abderamane Naitrabah
    24 janvier 2011 at 22 h 22 min -

    Ce retraité du temps de feu (Allh yErh7am echouhada) DE MOHAMED SEDDIK BENYAHIA(1982) et ,APRES UN LONG PASSAGE EN AFRIQUE CENTRALE et une traversée du désert méritée (retraité) ,se retrouve catapulté ambassadeur d’Algérie en France ,après le rappel de Mohamed Ghoualmi!Il fallait puiser dans les rangs de la légion malgache « des tlemçano-nedromi-oujdiaque(sic) » et nous tirer un septuagénaire en mal d’euros sonnants et trébuchants du nom de Sbih!Il fallait le faire!!!non??
    Quelle honte ,quelle petitesse ,quelle infamie !!!!Et il ose gueuler ce genre plus proche des hyènes que de l’espèce humaine!!
    Un jour couleur d’orange viendra ,disait Aragon!!




    0
  • Arezki Nait Amar
    24 janvier 2011 at 22 h 36 min -

    C’est l’ambassadeur à Paris du génie du Maghreb Thakhamatouhou Abdelaziz Ceausescu.Missoum Sbih fait partie des commis de l’Etat qui aimeraient que le système dure indéfiniment pour amasser une fortune colossale au détriment du peuple. Jetez un coup d’oeil sur ses comptes à l’étranger et vous allez comprendre pourquoi il débite de telles âneries.




    0
  • Nourredine BELMOUHOUB
    24 janvier 2011 at 22 h 49 min -

    @ Zineb Azouz
    Madame, permettez moi de vous dire un grand bravo, agrémenté d’un super merci pour avoir avec mis beaucoup de lumière et éclairer le message de RTL.
    Si une note devait étre discernée, pour cette juste et clairvoyante traduction, un 20 sur 20 serait le plus approprié..




    0
  • karim
    24 janvier 2011 at 22 h 55 min -

    ça c’est sur qu’on est pas comme la Tunisie, leur dictateur a cédé après 70 morts, alors que chez nous, des centaines de milliers de morts et de disparus n’ont pas réussi à venir à bout de ces……..Je ne trouve même pas de qualificatif




    0
  • amel
    24 janvier 2011 at 23 h 12 min -

    Non ,je crois que l’octogénaire de Paris ne divague pas ,il sait de quoi il parle , l’Algérie ne sera pas la Tunisie pour la simple raison ,et l’octogénaire aurait du compléter ses propos , que la CIA veille au grain , elle est là pour seconder le régime si des manifestations d’envergure devaient avoir lieu chez nous , Alliot-Marie n’avait elle pas trahi les préoccupations du caniche de l’oncle Sam, non les américains ont acquis de très gros intérêts pour permettre au peuple algérien de recouvrer ses richesses et sa dignité; ce qui est inquiétant c’est que des algériens qui n’ont cessé de casser du sucre sur le pouvoir le soutienne maintenant , que dire des déclarations fracassantes de yasmina khadra en écho à celles de l’octogénaire
    Il est vrai que des chiens affamés n’abandonnent pas facilement la maigre pâtée qu’on daigne leur jeter




    0
  • hora
    24 janvier 2011 at 23 h 15 min -

    un jour viendra où ces vieux auront honte d’autant qu’ils n’auront pas le temps de s’amender auprès du peuple. ceux qui mourraient au maquis 54- 62 demandaient à ceux qui leur survivaient  » nos femmes, nos enfants et l’algérie sont des legs à protéger faites le à notre place mais il n’y a eu que trahison elle se lit sur les visages et le trahie face au peuple qui les rejette comme des tas de m…. ils payeront tous c une sentence de l’histoire




    0
  • Abdelaziz
    24 janvier 2011 at 23 h 15 min -
  • Sadek
    24 janvier 2011 at 23 h 26 min -

    Décidément les ressources humaines du régime d’Alger sont inépuisables!
    Il roulé sa bosse lui qui a déjà servi ce régime durant l’ère Boukharouba et maintenant réincarné ambassadeur en reconnaissance pour ses loyaux services.




    0
  • algerie
    24 janvier 2011 at 23 h 40 min -

    l’ambassadeur prend ses désirs pour des réalités il a oublie de dire au début de chaque phrase je souhaite que……….




    0
  • Abdelaziz
    25 janvier 2011 at 0 h 52 min -

    Je vois que mon dernier post a été (à moitié) censuré…

    ==========================
    Oui, respectons la dignité de la personne humaine quelle qu’elle soit, même si ces imposteurs ne respectent pas celle de leur peuple. C’est la grande différence qu’il y a entre nous et « eux ».
    Fraternellement.
    La Rédaction LQA




    0
  • msili
    25 janvier 2011 at 1 h 07 min -

    Bonsoir
    qu attendent les algeriens de france ou d ailleur de siege tous les embassadeurs et consulats pour les faires revenir au pays ,comme ca on pourra economiser pour le pauvre peuple ,de toute maniere ces institutions ells representent les algeriens ,chiche vous algeriens d ailleur qui sait tres bien qu il est le role de ces institutions… merci




    0
  • Alilou
    25 janvier 2011 at 1 h 12 min -

    @ Dr SIDHOUME et @ Mes chers amis de toutes les tendances possible et imaginable meme les parti des ET sauf ceux issuent du Systeme pourri

    Maintenant que nous sommes tous d’accord que tout va mal, que nous avons identifiers les differents maux et les coupables…a quand l’action de nous debarasser de ces parasites de differentes categories…?

    J’ai acheté un sac a dos plein de bananes et un peu de thé a fumer pour tenir la route…ready for duty SIR…

    Oui j’ai trop cotoyer les GIs…Aliliu le pirate…




    0
  • abdelkader.s
    25 janvier 2011 at 3 h 00 min -

    TÊTE DE BÉBÉ VAUTOURS…C’EST GRÂCE AUX MASSACRES DES ALGÉRIENS À LA TRONÇONNEUSE, RAIS , BENTALHA, SIDI MOUSSA, RELIZANE…GARCE AUX MASSACRES DES ALGÉRIENS VOITURES PIÉGÉ, KAMIKAZE PIÉGÉ ; ATTENTANT DE AÉROPORT, AVION AIR FRANCE, LES CENTAINES D’ATTENTATS COMMIS SUR DES FEMMES DÉMUNIES, DES BÉBÉ, DES ENFANTS….GRÂCE À LA COMPLICITÉ DES OCCIDENTAUX ET TPI DE L’ÉPOQUE 1992-2008…C’EST GRÂCE AUX CAMPS DE DÉTENTIONS SPÉCIALE UNIVERSITAIRES ALGÉRIENS DE 1992, ET C’EST GRÂCE AUX MASSACRES EN SÉRIE DE FAMILLES ENTIÈRES SANS DÉFENSES LA NUIT TOMBER, AUX MASSACRES DE LA POPULATION PAR DES FAUX-FAUX BARRAGES..
    c’est finalement grâce aux crimes les plus pires qui puissent exister, au point de mettre des bébé dans le four, et extraire le fétus du ventre de sa mère…pire que les khmers rouges, pire que le faraoun lui même, pire que les nazis, pire que Pinochet, pire que Staline même.
    c’est grace à tous ses tristes exploits, que la téte de bébé vautour puissent parler de la sorte…vous etes maudits, maudits sur terre, par votre peuple, par vos enfants, dans les cieux,et le jours de votre mort certaine, vous payerez plus chér que quiconque sur terre a travers tous les temps.
    QUESTIONS QUI RESTE ….POURQUOI TANT DE MÉPRISE, TANT DE HAINE ET TANT DE MASSACRE POUR LE PEUPLE ALGÉRIENS, PAR SES PROPRES PSEUDO-HAUT-RESPONSABLES ????!!!!!
    NUL N’EST ÉTERNELS…peut être l’Algérie restera à jamais dans cette état la, mais tous les responsables verront la mort un jours très proche et certain, ou ils payeront chèrement leur actes.




    0
  • algerois
    25 janvier 2011 at 3 h 36 min -

    le jour ou l’algerie sera libre ont vous promet ya chikh sbih un retour sur alger a partir d’un radeau de fortune ,tu fera le harraga a l’envers, marseille alger pour etre jugé.




    0
  • Mohamed 2
    25 janvier 2011 at 6 h 16 min -

    Quelle sénilité, quelle imbécilité…
    Mais, l’heure de la délivrance est toute proche…et vous n’aurez plus l’occasion de faire honte à l’Algérie.




    0
  • mouhoub
    25 janvier 2011 at 13 h 49 min -

    Avec la palabre à longeur de site, on n’arrivera à rien. Il faut agir. Comment ? Par exemple oser balancer les mots qu’il faut à la figure du préposé de l’apc du coin qui vous demande la « carte de vote » pour vous délivrer un papier. Mettre sèchement à sa place le gendarme zélé, mais surtout s’auto-discipliner et rester digne pour les ridiculiser. Ca ne chassera peut-être pas les malfrats mais tout a un début.




    0
  • guerriere de la lumière
    25 janvier 2011 at 13 h 53 min -

    B’3akkkkk!!!!!!
    Je n’ai pas eu le temps d’aller en pharmacie pour acheter des anti-vomissements………………..heureusement que je n’ai pas touché le clavier!!!!!!!!!!!!!!!!
    C’est une vraie tête de vampire !!!!!! quel cauchemare……………….
    @Alilou passe moi ton thé…please!




    0
  • africaindunord
    25 janvier 2011 at 14 h 01 min -

    Ce « serviteur du pouvoir maffieux algérien » et le cheville ouvriere ,avec dembri en suisse,de la gestion des affaires des autoproclamés MAITRES DE L’ALGERIE,le clan maffieux de bouteflika et son bras armé le drs! Un autre pseudo opposant à ce systéme maffieux , Sadi said,qui aime bien se faire appéler « doctour »,vient d’inventer,à ses dépends?! pas si sûr…les manisfestations et la marche sur les balcons..!!!!! Freud,him self,en serait désarmé devant cet état psychopolitico-comportemental que sadi vient de mettre en pratique ….!! Quant à mohamed moulesshoul,dit yasmina khadra,un serviteur du pouvoir maffieux algérien ,vient de faire tomber son masque ,invité par RFI ,vient de confirmer son allégeance à bouteflika et à ses maîtres du moment en éructant:que l’algérie n’a pas un probléme de gouvernement et de pouvoir,c’est bouteflika qui préside l’algérie ,avec sagesse et les généraux ,dont ,selon lui,la plupart ,comme lui ,sont issus des cadets de la révolution,sont apolitiques et ne s’occupent pas des affaires politiques du pays!!le probléme dit il ,c’est pas le pouvoir algérien,mais le peuple qui doit ,au lieu de faire le chahut et s’adonner à la violence,travailler et aider les autorités algériennes à développer le pays!!!!en rajoutant que ,contrairement,à la tunisie,aucune opposition ,ni élite politique de changement n’existe en algérie… interview que vous pourrez entendre sur le site de RFI(radio france internationale) Mohamed moulesshoule dit yasmina khadra,taisez vous,de grâce




    0
  • AMRI
    25 janvier 2011 at 14 h 10 min -

    VOUS N’ETES QU’UN LARBIN QUI DEVANT VOS MAITRES ET LES GENERAUX SE PLIE ET SUPPORTE TOUTES LES INSULTES ET DENIGRATIONS. POURQUOI..? UNIQUEMENT POUR AVOIR UN MORCEAU DE PAIN SUPLEMENTAIRE COMME UN PREVOT DANS UNE PRISON.VOUS ETES DEGOUTANT… ET SI J’AVAIS ETE UNE FEMME JE NE VOUS PRENDRAI JAMAIS COMME MARI OU MEME COMME AMANT .. TROP LACHE ……




    0
  • Abdel Madjid AIT SAADI
    25 janvier 2011 at 14 h 24 min -

    @Ait Mohand Ouyidhir;

    Franchement vous me faites peur, mais ce que vous affirmez doit être médité, et replacé dans son véritable contexte.
    En effet, après leur fausse « sortie » programmée des américains, d’Irak, Obama a besoin de se refaire une virginité pour plaire à la majorité républicaine qui contrôle maintenant le Congrès.
    Il a donc besoin de « victoires », et surtout de « sécuriser » les champs d’hydrocarbures et l’approvisionnement à long terme, de l’oncle SAM, et l’Algérie n’est pas négligeable de ce point de vue, outre les minerais stratégiques non explorés ou non exploités, au Sahara.
    Mais diront certains pourquoi avoir commencé par la Tunisie au lieu de se contenter de « dégommer le régime algérien » ?
    La réponse est simple:
    1.- L’armée tunisienne ne s’est pas compromise dans la répression populaire.
    2.- L’opposition tunisienne, bien qu’elle existe, est particulièrement divisée, et surtout, elle n’a aucune prise sur le peuple.
    3.- Faire une expérience de « déboulonnage d’un système mafieux » en Tunisie, n’expose à crise et étranglement de l’économie régionale méditerranéenne, et surtout l’alimentation en hydrocarbures stratégiques européenne, comme le Gaz, en cette période d’hiver.

    Ces considérations étant prises en ligne de compte, les USA, disposent en Algérie, de relais puissants et fiables, et les visites du chef du RCD aux ambassadeurs US, pour les tenir informés des « petits secrets » de polichinelle des uns et des autres, comme Tewfiq, qui n’a pas besoin d’émissaire pourtant parmi les satellites du DRS, peuvent être comparées, au maintien du « dialogue » entre FATAH et gouvernement israélien.
    Maintenir comme le disait Rahimahou Allah, notre maître Malek Benabi, une façon de maintenir deux fers aux chaud… car entretemps, maitre OuBARAK, Ou BAMA et les seïds de Sarkozy, c’est-à-dire leurs services secrets collectent les informations stratégiques sur notre pays, par toutes sortes de moyens, et ils sont plus à même de recouper l’information, même si la gourde de MAM à propos de la Tunisie, peut nous amener à en douter.
    En effet, s’ils se trompent, c’est parce que leurs relais, sont trop souvent aveuglés par leurs désirs, et trop de confiance en leurs « pions » chefs de « partis », ou par des ambassadeurs sympathiques comme Sbih, Djazairi, qui croient défendre leur pays, en racontant des âneries auxquelles eux-mêmes ne croient pas au plus profond d’eux-mêmes, sauf que le rôle d’un ambassadeur, ce n’est pas d’analyser, mais de représenter un REGIME, et malheureusement pas un pays ou un drapeau ou son peuple, sauf lors de dîners familiaux… si vous voyez bien ce que je veux dire, pour répondre à Aghyoul, qui croit nous donner un scoop à propos des détournements de fonds du fils de Missoum SBIH, oubliant que son fils à la clinique des Glycines, n’a fait que pratiquer un « SPORT NATIONAL », pour assurer ses « vieux jours », oubliant seulement ce qui vient après les vieux jours, mais pour cela, il faut avoir soit la foi, soit avoir le respect de la morale, alors que nous savons que l’instruction civique a depuis Benbouzid, disparu des programmes trop chargés de nos enfants….

    Pour le reste, Missoum SBIH, qui a été le premier directeur de l’ENA, peut être fier d’avoir formé des bataillons de walous, de dis-plome-hatt eshouya, et surtout, il a oublié que parmi eux, il y a quelques uns qui savent réfléchir, et qui ne croient ni dans DEMBRI, ni dans Missoum SBIH, et ce, quelques soient leurs capacités intellectuelles, devrions-nous les comparer à celles de Redha Malek ou Driss Jazairi, quand elles sont mises au service de la tyrannie ou de l’immoralité économique et sociale, la politique étant autre chose, pour ceux qui n’ont pas lu le livre des « RUSES »… ou Machiavel.




    0
  • Alilou
    25 janvier 2011 at 15 h 09 min -

    @Abdel Madjid AIT SAADI

    Pourquoi avoir commencé par la TUNISIE.

    Comme dans chaque experience biologique on fait d’abord une etude PILOTE afin de sonder le terrain…

    Notre toour viendra et c’est pour tres bientot.

    @Ait Mohand Ouwidir

    Excellente analyse est c’est la verité, la bataille est entre la france et les USA…nous sommes les dindons de ces joureurs a moins que notre opposition vraie et nos hommes integres et nos intellectuels de haut calibre ne prepare quelque chose qui sera enfin destiné a l’interet du peuple en generale, autrement c’est voué aux interets des memes joueurs…

    La guerre strategique de positionnement a deja commencé…et il ne faut pas oublier HU en visite aux USA juste avant…afin de remettre les pendules a l’heure…la chine doit se tenir a l’ecart…des interets US en afrique du nord…

    @guerriere de la lumière

    A quelle adresse je dois envoyer le thé…fraichement ceuilli specialement pour toi….

    cheers

    Alilou




    0
  • majid
    25 janvier 2011 at 15 h 18 min -

    E.N.A / Ecole National d’administration…
    ce pouvoir a perdu toutes crédibilitée, les déclarations de driss jazairi? :
    depuis notre indépendance nous entretenons des excellents relations avec les sionistes d’israel? etonnant! ces déclarations?
    n’a cessé de répété le président bouteflika : l’algerie n’entretien aucune relation avec israel même discrête?! vous êtes de menteurs, même le sahara »polisario est fait expré pour partager ses richesse, si on vous mis tous dans un pétrin et on laisse tourner durant 2heures, nous ne produisons pas un seul homme.




    0
  • Ait Mohand Ouwidir
    25 janvier 2011 at 15 h 28 min -

    @Abdel Madjid AIT SAADI.

    Azul fellak,

    Moi, vous faire peur ? Khati g’ma ! J’essaye juste de comprendre où nous allons et vers quelle destination inconnue essayent de nous mener les uns et les autres car les choses sont tellement imbriquées et les évènements se précipitent à une vistesse si vertigineuse que nous n’arrivons plus à comprendre ce qui nous arrivent depuis 62… ce qui est trop ! Nous avons perdu beaucoup de temps. Temps au cours duquel nous aurions pu mettre toute notre volonté, la même que celle qui nous a permis de nous libérer du joug colonial, mais… le sommes-nous réellement ? A vrai dire, NON !!! Car nous aurions pu, largement, durant toute cette période (50 ans… soit UN DEMI SIECLE !!!) nous permettre de sortir de notre sous-développement chronique pour devenir actuellement un pays émergent… Pourquoi n’avons-nous pas pu…? MYSTERE ET BOULLE DE GOMME !

    Je pense et je crois, aprés tous les recoupements faits à travers la presse mondiale sur les déclarations des uns et des autres responsables en postes des puissances mondiales et surtout occidentales… il appert clairement que ce soit bien les ricains qui aient été derrière TOUS les boulversements des 40 dernières années et même plus. Ce qui est normal… super puissance oblige ! Où fafa ne fait que récolter des miettes… et encore ! Pour ne pas dire autre chose.

    Il est clair que les ricains sont en train de mettre TOUT leur poid sur l’Algérie sue laquelle ils ont misé, POUR LE MOMENT, dans la région. Mais une chose est plus que sûre et certaine : la « révolution » du yasmine est surtout LE DEPART de Zinou a été planifié à partir d’Alger, et plus exactement de l’ambassade américaine à Alger, avec l’envoyé spécial de M’varek pour faire déguerpir le dictateur de Tunis… Et l’armée algérienne était prête à intervenir, AVEC LA BENEDICTION de l’oncle Sam, pour influer sur les évènements… ET ON N’A PAS BESOIN DE MICKEY…LEAKS pour nous faire « découvrir » le chmilblik… Ceci étant dit, les states vont faire jouer, pour un certain temps seulement puis ce sera la fin du rêve, à notre pays le rôle dû à son nouveau statut par elle (l’Amérique) conféré… mais il ne faut pas se faire TROP d’illusion. Plus dur sera la chute pour les notres et notre pays et de la même manière que l’Irak fût déchu et Sadam hanged…..

    Cher frère Abdel Madjid AIT SAADI, le changement dans notre pays et dans TOUS les pays de la périphérie comme le nôtre, ne se fera pas SANS L’AVAL DIRECT DES ETATS-UNIS….. Il ne faut surtout pas se faire d’illusion ni garder de FAUX ESPOIRS !!!

    Tanmirth g’ma.




    0
  • Général AB
    25 janvier 2011 at 16 h 49 min -

    Bonjour,
    2 choses importantes:
    1. l’Algérie n’est pas la Tunisie : Les Intérêts géostratégiques et économiques concernant les richesses gaz, pétrole et plusieurs autres jusqu’aux terres rares ont consolidé des liens perverses avec les différents pouvoirs qui se sont succédés jusqu’à maintenant en Algérie. Depuis environ 15 ans, quand un algérien voyage dans le «sud utile», il a besoin d’un laisser-passé qui lui est fourni par les sociétés de sécurité souvent étrangères qui travaillent dans les bases-vies pétrolières. Ce que je veux dire, la tâche est difficile et il ne faut surtout pas croire que l’HYDRE MONSTREUSE est localisée seulement en Algérie. Sachez que Le diktat et les lignes directrices vient à 90 % de l’extérieur. La majorité de nos représentants officiels des corps gouvernementaux sont des misérables pantins conscients et inconscients qui exécutent DES ORDRES! Mais il y a une immense vulnérabilité de cette HYDRE que le peuple doit connaître. Elle ne supporte pas d’onde de choc de plus de trois jours consécutifs! Les 20 % des officiers de l’armée qui ne tirent pas sur leur peuple s’occuperont de la tête intérieure de l’HYDRE.
    2. La deuxiéme justification du soutien extérieur qui vient supporter l’HYDRE porte sur la lutte contre l’islamisme, cette perversion majeure de l’Islam exécutée par les tenants du Wahabisme, alliés intimes aux donneurs d’ordre actuels!
    Je conclue, en disant que l’intelligence de la révolution qui est à nos portes doit être d’une grande pureté, simple, déterminée, courageuse et en pleine confiance de l’avenir que nous voulons donner à cette Algérie meurtrie qui se relèvera encore une fois par la GRÂCE D’ALLAH et deviendra souveraine en compostant l’HYDRE!
    Vive l’Algérie libre et digne!
    Général AB




    0
  • Haytem…
    25 janvier 2011 at 17 h 42 min -

    Salam alikoum

    faut pas se rendre malade ,ni l interviewe…ni l intervieweur le mérite
    le premier travaille pour sa fiche de paye et le second pour la France pays des droits de l homme sans intérêt biensur,et le proverbe ki s impose est: ma 3endek ma tkhayer fi wlad el kelba…….




    0
  • AS
    25 janvier 2011 at 18 h 23 min -

    il doit habiter sur sirius celui la… mais la france-israel a du mal a contenir sa haine des peuples du maghreb et leurs volontes de vivre libres, souverians et independants… la haine qui se degage est telle que je me retiens d’en dire plus… parce que je suis a limite du petage de cables




    0
  • Algerien de passage
    25 janvier 2011 at 18 h 25 min -

    Il est difficile, dans un exposé aussi succinct, de restituer toute l’étendue et la richesse d’une carrière aussi bien remplie que celle dont peut s’enorgueillir Mr Missoum SBIH. On peut espérer qu’elle puisse éveiller parmi les diplômés de la jeune génération l’intérêt pour un travail d’étude biographique qui sera certainement riche d’enseignements sur toute l’histoire de l’administration de l’Algérie contemporaine.

    Dans son poème dédié au 40ème anniversaire de l’E.N.A, le jeune BENOUAZ Chérif élève de 3ème année de l’Ecole a exprimé ainsi l’hommage qui vous est dû :

    و « ميــســـــوم » مازلة فينا مثــــالا سنحـــذوه في ثقة و يقيــــن

    Cette confiance et cette conviction que vous inspirez, Mr SBIH, aux jeunes générations, témoignent des valeurs morales et des qualités intellectuelles que vous avez toujours prodiguées.

    la relève est déjà la …!!




    0
  • Enarque
    25 janvier 2011 at 20 h 27 min -

    Mr le professeur,

    Je suis un de vos anciens élèves à l’ENA à l’époque vous vous combinez les fonctions de professeur et de directeur général. Je me rappelle votre discours formaté sur la relève dans l’administration publique algérienne et sur les engagements dont nous devrions faire preuve en tant que « futurs cadres de la Nation ». Votre expression fétiche, d’ailleurs. Vous constatez comme moi, des décennies plus tard, que la « relève » a eu vraiment lieu, la preuve vous êtes toujours en exercice malgré votre âge respectable. Et la liste des dinosaures dans tous les secteurs est malheureusement très longue, on peut citer, juste pour illustrer, votre consul général ou votre ami le ministre de l’intérieur. Plusieurs énarques ont refusé de se mettre au service d’un régime corrompu et mafieux et ont préféré rester fidèles à leurs idéaux en allant valoriser leurs compétences sous d’autres cieux, là où la médiocrité et le clientélisme ne sont pas des critères de selection et de promotion. D’autres demeurent marginalisés tant qu’il ne font pas allégeance à l’oligarchie régnante.

    Mr l’Ambassadeur,

    Votre déclaration n’est pas surprenante, elle s’inscrit dans la lignée des discours de tous les bureaucrates zélés et tous les rentiers du système qui s’empressent à la moindre occasion de faire l’éloge du maitre afin de continuer à bénéficier de ses largesses. Une déclaration qui ne sort pas du moule de la langue de bois dont vous vous avez gavé pendant quatre ans.




    0
  • Jeff
    25 janvier 2011 at 21 h 51 min -

    Bonsoir

    Le Sieur SBIH occupe la représentation algérienne en France grace à BOUJHEROUBA. On le nomme l’ambassadeur de France en France du fait qu’il était sous préfet de l’administration française dans une ville Marocaine durant la guerre de Libération. Un ancien étudiant à l’ENA algérienne m’a dit qu’en deux ans, il ne l’a jamais entendu prononcer un mot en Arabe. C’est juste pour pour décrire le profile d’un octogénaire qui devrait finir sa vie en écrivant ses mémoire comme le font ses maîtres.




    0
  • LEMDIGOUTI
    25 janvier 2011 at 22 h 22 min -

    Je n’ai pas voulu intervenir après les propos de ce Missoum Sbih, L’AMBASSADEUR d’Algérie. En effet, quand je l’écoute, j’ai envi de gerber Hachakoum ! Mais je n’arrive pas à me retenir. J’ai moi même écouté son intervention sur RTL. Cà me dégoute ! Cà me rappeler la langue de bois des partisans du FLN , de l’époque de Boumediene qui n’a pas changé d’un iota à l’ère Bouteflika. Il répond toujours à côté, il ment, il croit défendre le peuple Algérien en tenant des propos pareils, il se croit patriote. Les journalistes, les auditeurs et l’opinion française et internationale se sont marrés, plus que sûr. Et dire qu’on a encore des énergumènes de ce genre qui représente l’Algérie à l’étranger. On comprend pourquoi et comment certains jeunes algériens sont désespérés et se transformer en torche à force d’être méprisé. Moi je dis aux algériens, et surtout aux jeunes, ce n’est pas vous qui devait vous brûler, c’est EUX qu’il faut brûler. Vous, chers jeunes algériens, on a besoin de vous vivant, et surtout pour votre chère mère, votre cher père et toute votre famille et voisins qui vous aiment et qui ne veulent pas que vous soyez sous terre. La torche humaine n’est pas faîtes pour vous mais pour ces requins qui philosophe derrière un micro de RTL ou de la caméra de la TV Unique.
    Tenez bon chers jeunes algériens, on a besoin de vous aujourd’hui et demain !




    0
  • Enarque
    25 janvier 2011 at 23 h 00 min -

    Jeff

    Effectivement je vous confirme qu’il ne prononce même pas les mots «Assalam ou Sabah el Kheir ». D’ailleurs, une anecdote circulait à son propos à l’ENA. Lors de la remise de diplômes présidée par le défunt Boumediene, Missoum Sbih, en tant que directeur, avait prononcé un discours de bienvenue totalement en français. Aucun mot en arabe, même pas les salutations d’usage. Le président Boumediene aurait dit à Abdelghani à l’époque ministre de l’intérieur et de tutelle de l’ENA. « Ce bagal (mulet) ne sait pas parler arabe ou quoi? ».




    0
  • safi
    26 janvier 2011 at 17 h 27 min -

    salam
    VISAGE DE DIABLE TU N AS PAS HONTE A TON AGE
    UN JOUR PROCHE VIENDRA OU TU DEMANDERA AUX PEUPLE
    PARDON MAIS SOIS SURE QUE TU SERA A EL ARRACHE AVEC TES ACOLYTES




    0
  • chaabani
    27 janvier 2011 at 17 h 23 min -

    salam a tous,
    le peuple algerien,ne te pardenerais jamais jamais ya al khayenne,l’heure est venu pour toi et les clochard de la drs,le peuple algerien va offrir un cadeau que vous ne le reffuser jamais
    salam
    gloires a nos martyres ,didouche ,abbane,laghrour,chaabani,boudiaf
    salam




    0
  • barhim
    28 janvier 2011 at 0 h 56 min -

    COPIE COLLE
    Missoum Sbih l’ambassadeur d’Algérie en France, c’est ce diplomate qui, sur RTL, lundi dernier, a provoqué l’indignation et l’hilarité générales avec son : « Des émeutes en Algérie ? Quelles émeutes ? L’homme qui a asséné : «L’Algérie ne sera pas la Tunisie». Celui qui s’est distingué sur RTL en allant chercher des arguments aussi passés de mode qu’absurdes pour justifier la répression contre la marche initiée par le Rassemblement pour la culture et la démocratie, le 22 janvier dernier. Pour contrer les critiques sur le manque de démocratie en Algérie, Missoum Sbih a multiplié les inepties. «Vos critères de démocratie ne sont pas les mêmes que les nôtres». Mieux, il a précisé : «La presse est libre» et ajouté que différents partis politiques, dont le RCD pouvaient s’exprimer.
    L’ambassadeur a des raisons de défendre avec si peu de classe le régime algérien.
    Son fils, Mohamed Sbih, divisionnaire de la sûreté nationale et directeur de la clinique Les Glycines (réservée au personnel de la sûreté nationale), impliqué dans le grave scandale financier de la Banque nationale d’Algérie (détournement de 300 millions de dollars) a été sauvé l’an dernier de la prison par Abdelaziz Bouteflika lui-même !
    A l’époque des faits, Missoum Sbih était conseiller du Président Bouteflika et chargé du sensible dossier de la réforme de l’Etat.
    Ce fiston avait collaboré avec le cerveau de l’opération, un commerçant, Achour Abderahmane, qui avait fui au Maroc. Pour empêcher son extradition vers l’Algérie en vertu d’un mandat d’arrêt international lancé à son encontre, un groupe de commissaires et de divisionnaires ont falsifié un rapport – envoyé à la justice marocaine – blanchissant Achour Abderrahmane de tous les faits qui lui sont reprochés. Mohamed Sbih en faisait partie, aux côtés de l’adjoint du chef de la police judiciaire de la wilaya de Tipaza, le commissaire principal Khaliha Abdelkader, de l’ex-divisionnaire de la sûreté de wilaya de Tipaza, Zouaï El Hachemi, ainsi que l’ancien chef de la police judiciaire, le commissaire Bessai Hassène.
    Ces personnes ont été poursuivies pour association de malfaiteurs, faux et usage de faux sur documents officiels, trafic d’influence, corruption, destruction de documents officiels
    Mohamed Sbih est nommément cité dans le rapport de la première enquête réalisée, le 22 mars 2006, par le chef de service central de répression du banditisme (ONRB) et adressées au directeur de la police judiciaire
    « Tout au long des investigations, il est apparu que Mohamed Sbih était en étroite collaboration avec Achour Abderrahmane qu’il rencontrait en France, où tous les deux fréquentaient les mêmes casinos à Nice et à Monaco. Des témoignages transcrits sur procès-verbaux le confirment. Dans ce contexte, un témoin, Dries Aziz avait déclaré en son âme et conscience avoir été présent lors d’une rencontre durant l’été 2004 entre Abdelhamid Sbih et Achour Abderrahmane, où ce dernier se plaignait de l’enquête ouverte à son encontre par les services de la police judiciaire de Tipaza. Il déclare avoir vu Achour Abderrahamne remettre une enveloppe blanche de format moyen sans en connaître le contenu. »
    Dans son rapport adressé au procureur général près la cour d’Alger, le 17 avril 2007, le procureur près le tribunal de Bir Mourad Raïs confirme que le document falsifié a été remis par Mohamed Sbih à l’entourage d’Achour Abderrahmane.

    Bouteflika intervient

    C’est alors que Bouteflika intervient et ordonne à la justice de « mettre de côté » le fils de l’ambassadeur.
    L’instruction se termine une première fois par l’inculpation des quatre responsables de la police et de Achour Abderrahmane pour « association de malfaiteurs, faux et usage de faux sur documents officiels, trafic d’influence, corruption, destruction de documents officiels ». Mais alors que tous les autres sont mis sous mandat de dépôt, Mohamed Sbih est épargné mais placé sous contrôle judiciaire.
    La surprise a été totale lorsque quelques mois plus tard, Sbih se voit remettre son passeport, et le 17 octobre 2007, le juge d’instruction près le même tribunal décide même de lui accorder « l’extinction de poursuites faute de preuves ».
    Le 9 décembre, les décisions ont été confirmées pour le cas de Sbih qui bénéficie donc d’un non-lieu. L’affaire est renvoyée devant le tribunal criminel pour les autres parties, à savoir Achour Abderrahmane, El Hachemi Zouaï, et Bessai Hassène qui, eux, n’ayant pas la chance d’avoir un père ambassadeur, sont toujours en prison.
    On comprend, dès lors, que le père du flic ripoux lance à l’adresse du journaliste de RTL : «Non vous savez, vous avez des critères de démocratie qui ne sont pas, si vous voulez, forcément les nôtres.»
    En effet…
    Comment le père ne défendrait-il pas la « démocratie » où son fils est sorti blanchi après établi un faux rapport de police disculpant un individu prévaricateur qui avait dérobé la somme astronomique de 3 200 milliards de centimes ?




    0
  • iris samy
    28 janvier 2011 at 10 h 42 min -

    Alain chouet ancien DGSE:“C’est l’armée qui a chassé Ben Ali du pouvoir, pas la rue”« Le régime Moubarak est en bout de course » Alain Chouet est un ancien chef du service de renseignement de sécurité de la DGSE chargé de la lutte anti-terroriste, co-auteur de plusieurs ouvrages concernant l’islam et le terrorisme. Dans La Sagesse de l’Espion, paru aux éditions L’Oeil neuf en octobre 2010, il explique ainsi que “C’est ne rien comprendre que d’accuser les services secrets de faire « dans l’illégalité ». Bien sûr, qu’ils font « dans l’illégalité ». Ils ne font même que cela. C’est leur vocation et leur raison d’être“.

    Autant dire que son point de vue sur la “révolution” tunisienne, et l’éventualité d’un processus de démocratisation du Maghreb, dénote quelque peu avec les visions romantiques que certains se font de ce qui se passe en Tunisie.

    L’exemple de la Tunisie est-il en train de faire tâche d’huile en Égypte ?
    Alors, d’abord sortez un peu de votre vision de journalistes bobos coincés au sein du périphérique parisien. C’est l’armée qui a chassé Ben Ali du pouvoir, pas la rue. Des troubles, en Tunisie, il y en a toujours eu, depuis des années. Là, le chef d’État-major des armées, le général Rachid Ammar, a dit au président : « C’est fini, on ne te protège plus ». Mais il n’a pas fait cela sans avoir de garanties. Le soutien n’est pas venu de ses voisins… alors d’où a-t-il eu ces garanties ?

    Des Américains… pourquoi Washington a-t-il donné son feu vert ?
    Le plan américain du grand Moyen-Orient, qui consiste à remodeler la région sur des bases démocratiques, n’a pas été abandonné par l’administration Obama. Ce qu’ils ont du mal à comprendre, c’est que le « one man, one vote » est un système de riches. Ou alors, on vit dans une société fondée sur l’esclavagisme, comme sous la Grèce antique. Je m’explique : ce système marche lorsque le privilège de se mettre à l’abri des aléas de la vie dépend de sa richesse. Si votre avenir dépend de la famille, du clan, de la tribu… alors vous allez voter comme la famille, le clan, la tribu. Dans les pays pauvres, c’est la règle.

    Bien sûr, la Tunisie était le maillon faible du Maghreb. Mais aujourd’hui, nous sommes le 26 janvier. Le 30, il va falloir payer les fonctionnaires, avec une administration qui est en panne. Dans quelques jours, l’armée va donc sortir du bois pour remettre tout le monde au boulot. Il faudra un patron, venant de la structure existante du pouvoir, soit :

    le RCD et ses restes qui a géré l’État
    l’armée
    et les islamistes, car tout le monde va jouer avec eux
    La démocratisation, telle que nous la voyons, ne plaît pas aux voisins immédiats (Algérie, Libye), ni aux voisins lointains (les Saoudiens, vous allez leur parler de démocratisation ?). Il faudra des élections : que va-t-il en sortir ? Le candidat de l’armée ou celui des islamistes, en priant pour que ça ne soit pas le même. L’opposition tunisienne est démonétisée, d’abord parce qu’elle n’était pas là quand ça n’allait pas. Alors, on va donc faire des élections, comme on l’a fait en Afghanistan. Les dirigeants algériens et les Libyens ne vont pas pas laisser passer ça.

    Les États-Unis vont-ils faire la même chose en Égypte ?
    L’Égypte, ça va mal se terminer. Le régime Moubarak est en bout de course, complètement exsangue. La société est pénétrée par l’idéologie des Frères Musulmans, qui ont infiltré tout le système social. Le tout est soutenu par les Saoudiens. Enfin, la population connaît une misère noire : le Caire est en train de devenir Calcutta. Quand vous avez 3 à 5 millions de personnes dans la rue (et cela s’est déjà produit dans ce pays), ce n’est pas maîtrisable. Les Américains ne pourront rien faire.

    Il faut laisser tomber l’Égypte ?
    Ils vont se retrouver comme la poule qui a trouvé le couteau, avec un truc ingérable. Soit il faudra assumer la prise du pouvoir par les Islamistes, soit il faudra trouver un dictateur à poigne, comme l’actuel patron des services de renseignement, le général Omar Souleïman, un bon mais très dur. A la place du pouvoir « civil » qui préserve les apparences, il va falloir mettre les militaires.

    Quid de l’Algérie, devenue la place forte de plusieurs bases militaires américaines (à Tamanrasset notamment) ?
    Du moment que l’on contrôle les tuyaux pétroliers… Le nord du Niger, ce n’est pas que de l’uranium (encore que cela a son importance) c’est aussi un immense dôme de gaz. Comme pour le gaz en Algérie, le problème va être de faire sortir ce gaz. La voie passant par le golfe de Guinée est de plus en plus complexe, l’autre voie passe par le Nord, par l’Algérie. Ce qui importe aux Américains, c’est que l’ordre règne pour le passage des tuyaux.

    A propos de la zone sahélienne, que pensez-vous du changement de doctrine revendiquée par l’Élysée depuis la dernière prise d’otages au Niger qui s’est terminée par un bain de sang ?
    Je pense qu’on va être obligé d’en rabattre, parce qu’on voit bien que cela ne marche pas. Pour que la politique française marche, il faut tenir des mois, avec le risque d’avoir des dégâts collatéraux comme on dit. Encore un coup comme la mort des deux jeunes au Niger et la coupe est pleine. D’un autre côté, à 1 ou 2 millions d’euros l’otage, cela va devenir une rente. Il faut donc une adhésion populaire sans failles -à l’israélienne- pour cette politique de fermeté marche.

    L’Elysée a pris le parti de réagir (ce qui pour moi est pas mal), mais est-ce tenable à long terme ? Je ne sais pas.




    0
  • mohamed
    28 janvier 2011 at 17 h 49 min -

    E.N.A.I.P / Ecole National d’administration a interet Privé:
    Monsieur; t’es enseignant dans cette ecole, mais enseignement t’as rendu criminel? et surtout traitre! comme tes amis tu t’es trompé d’orientation.




    0
  • Amad Malik
    29 janvier 2011 at 0 h 02 min -

    CHICHE Mossieur Sbih… A QUI LE TOUR?
    Rien d´etonnant d´un vieux cenil nourri au serail d´un syteme pourri jusqu´a la moelle et dont vous etes le valet servil. Personne n´est prophete en ce monde, mais je peux vous assurer que vous et vos maitres – imposteurs, vos complices corrompu, vos familles, vos milices…ect, vous serez bientot balayer par un « Cataclysme qui viendra de l´Est  » et vous emportera en ENFER POUR TOUJOURS. Car on ne peut pas tromper tout un peuple tout le temps.
    LA LIBERTE NE SE DONNE PAS, ELLE S´ARRACHE PAR LA FORCE.. Et ca va venir… Regarder la Tunisie courageuse et heroique, voyez l´Egypte EN ACTION, le Yemen, la Jordanie et bientot la Lybie et …devinez les prochains sur la liste du destin fatal?
    Vos nuits sont deja des cauchemars noires et vos lendemains incertains et vous osez prophetiser. Jusqu´a quand?
    Les Bouteflika, Si Guada, Ouyahia, Belkhadem,Toupik, Guaid et consort ne vous protegeront plus, car ils pensent des maintenant a sauver leurs tetes. Mais pourront-ils le faire a temps… L´histoire le dira bientot.
    LA DEMOCRATIE, LA VRAIE EST EN MARCHE SUR VOUS…Et je ne miserais pas un centime sur vous.
    A QUI LE TOUR?
    VIVE LA LA LIBERTE, VIVE LA DEMOCRATIE… A BAS LES MOUTONS OU QU´ILS SOIENT.
    MALIK




    0
  • babelouedcity
    23 février 2011 at 14 h 59 min -

    Je m’addresse á ce Sbih representant de la COSA Bouteflika anché la famiglia …

    Voila un boulot á faire si t’es un simple homme oulid al fahla diel yemmeh, assi Sbih…
    Erfed Rassek ya Baa!

    SAR-kozy merite une plainte OFF-icielle de la part du pouvoir d’algerie si ce pouvoir est vraiment des nationalistes et moudjahidines ALLER Á VOS ACTES!

    ErFed Rassek Ya Baa!

    Le peuple authentique d’algerie s’en chargera des plaintes contre cette maladie SAR-kozy canaille de la planete qui reve toujours de l’algerie francaise comme les tortionnaires diables sanguinaires generaux Jouhoud, Salan, Zeller, Challe et Soustelle,…

    *le comble ou l’ironi du sort,
    ils sont tous identiques mais non vrais francais.

    Le passé colonial français à l’heure du révisionnisme et de l’histoire officielle
    Olivier Le Cour Grandmaison, in Mediapart, samedi 19 février 2011

    Loin d’avoir été mis aux oubliettes, «le rôle positif de la présence française outre-mer, notamment en Afrique du Nord» est plus que jamais défendu par Nicolas Sarkozy. Par Olivier Le Cour Grandmaison, universitaire.

    « Nous tenons d’abord à affirmer que ce qui a caractérisé l’action de l’armée française en Algérie, ce fut d’abord sa lutte contre toutes les formes de torture, d’assassinat, de crimes idéologiquement voulus et méthodiquement organisés. C’est cela vérité et non le contraire. » Manifeste des 521 officiers généraux ayant servi en Algérie. 18 mars 2002.

    « La Nation exprime sa reconnaissance aux femmes et aux hommes qui ont participé à l’œuvre accomplie par la France dans les anciens départements français d’Algérie, au Maroc, en Tunisie et en Indochine.. » Article 1er de la loi du 23 février 2005.

    « Le rêve européen a besoin du rêve méditerranéen. Il s’est rétréci quand s’est brisé le rêve qui jeta jadis les chevaliers de toute l’Europe sur les routes de l’Orient,(…), le rêve qui fut le rêve de Bonaparte en Egypte, de Napoléon III en Algérie, de Lyautey au Maroc. Ce rêve ne fut pas tant un rêve de conquête qu’un rêve de civilisation. » Nicolas Sarkozy. Toulon, 7 février 2007.

    23 février 2005. 23 février 2011. Sixième et triste «anniversaire» d’une loi scélérate qui, contrairement à ce que beaucoup pensent, n’a pas été abrogée en dépit du retrait de l’article 4, l’un des plus controversés, qui avait pour fonction de réviser le contenu des « programmes scolaires » afin d’y inclure «le rôle positif de la présence française outre-mer, notamment en Afrique du Nord». Demeure donc un texte qui sanctionne, l’article premier le prouve, une interprétation officielle, mensongère et apologétique du passé colonial. Pour les amateurs d’exception française, en voilà une remarquable mais sinistre au regard des principes libéraux supposés limiter les pouvoirs de la puissance publique : à ce jour, ce pays est le seul Etat démocratique et la seule ancienne puissance impériale européenne où des dispositions législatives qualifient de façon positive cette période de l’histoire.

    Epilogue d’un combat politique désormais dépassé et sans conséquence sur notre présent ? Prologue bien plutôt car le manifeste des officiers supérieurs engagés dans les opérations militaires en Algérie d’abord, le discours précité de Nicolas Sarkozy ensuite, et l’inauguration, le 19 octobre 2010, de la Fondation pour la mémoire de la guerre d’Algérie enfin prouvent que le chef de l’Etat, le gouvernement, la majorité qui les soutient, et de nombreux militaires de haut rang mènent depuis fort longtemps une campagne méthodique et obstinée de réhabilitation de l’histoire coloniale. Pire encore, cette offensive révisionniste, qui prend beaucoup de libertés avec les faits établis par de très nombreux historiens et spécialistes français et étrangers de l’empire français et du conflit algérien, n’est pas seulement assumée par les plus hautes autorités de l’Etat ; elle dispose désormais d’une institution : la Fondation récemment créée par Hubert Falco. Celui qui fut secrétaire d’Etat aux anciens combattants dans le précédent gouvernement, s’était vu confier, par le président de la République et le premier ministre, entre autres missions de travailler à la mise en place, conformément à l’article 3 de la loi du 23 février 2005, de cette Fondation longtemps restée dans les limbes. Ainsi fut fait puisque cette institution, reconnue d’utilité publique par un décret du 3 août 2010, a vu le jour au mois d’octobre de la même année et a été installée par Hubert Falco lui-même dans le site très prestigieux des Invalides.

    Présidée jusqu’à présent par l’ancien dirigeant du groupe AXA, Claude Bébéar, qui ne s’est pas fait connaitre par ses ouvrages d’histoire, dotée de fonds publics, à hauteur de trois millions d’euros, et de fonds privés – quatre millions d’euros -, cette Fondation doit être pensée comme la continuation, et l’institutionnalisation, du combat apologétique mené par le chef de l’Etat et l’UMP dans un contexte de concurrence toujours plus vive avec le Front national. A la veille de commémorations majeures : le cinquantième anniversaire des massacres d’octobre 1961 à Paris puis, un an après, le cinquantième anniversaire de la fin de la guerre d’Algérie qui sera célébré dans un contexte politique très particulier : celui des élections présidentielles, nul doute que cette Fondation sera mobilisée pour faire entendre ce message cher à Nicolas Sarkozy, à son parti et à une fraction de leur électorat, celle-là même qu’ils disputent avec âpreté à l’extrême-droite: « la colonisation française a été une œuvre de civilisation. »

    Qui siègent au conseil d’administration de cette Fondation réputée « ni politicienne, ni partisane » comme a tenté de le faire croire le député de l’UMP Elie Aboud à l’Assemblée nationale? Trois généraux notamment qui ont tous combattu en Algérie : Bernard de La Presle, qui fut aussi commandant de la Forpronu de 1994 à 1995, François Meyer, qui fut membre des cabinets ministériels de Jean-Pierre Chevènement, Pierre Joxe et François Léotard, et enfin Jean Salvan qui s’est récemment illustré en déclarant, à propos de jeunes afghans réfugiés en France, qu’ils devraient être considérés comme des « insoumis » ou des « déserteurs » et, à ce titre, renvoyés dans « des avions » à destination de Kaboul pour être confiés « aux centres de formation des polices et des armées afghanes. » Délicate attention, assurément. Elle devrait être transmise au ministre de l’Intérieur, Brice Hortefeux, pour l’aider dans la dure tâche qui est la sienne : expulser le plus grand nombre d’étrangers en situation irrégulière afin d’atteindre les quotas fixés par l’Elysée et Matignon, et satisfaire ainsi à l’abjecte « culture du résultat » tant vantée par le chef de l’Etat.

    Tous ces militaires ont aussi et surtout pour particularité d’être signataires du Manifeste des 521 officiers généraux dans lequel on peut lire, outre le passage cité en exergue, ceci : « C’est notre fierté et notre honneur de soldat » d’avoir lutté « contre les terroristes algériens » ; « l’armée française a mené son combat avec une totale efficacité, dans l’honneur et la dignité. » Cette thèse, si l’on ose dire, fut également défendue en des termes identiques dans l’ouvrage collectif : Le livre blanc de l’armée française en Algérie publié en 2001. La présentation de l’éditeur est ainsi rédigée : « Quarante ans après la fin de la guerre d’Algérie, l’armée française est aujourd’hui mise en accusation. Lancée par le parti communiste, soutenue par les anciens porteurs de valises, les professionnels de la repentance et leurs relais, une campagne de presse d’une violence inouïe vise à mettre au pilori ceux qui ont dû (…) assumer la responsabilité du rétablissement de l’ordre face au terrorisme. » Et en guise de conclusion ceci : « l’armée française n’a en rien à rougir de la façon dont elle mena une guerre qu’elle n’avait ni voulue ni choisie et où elle donna, dans le sang et les larmes, le meilleur d’elle-même. » Parmi les nombreux auteurs de ce monument du révisionnisme historique se trouvent, outre François Meyer qui occupe les fonctions que l’on sait au sein de la Fondation précitée, Alain Griotteray et l’officier parachutiste de la Légion étrangère, Hélie Denoix de Saint-Marc, qui participa au putsch des généraux à Alger en avril 1961 et fut condamné à 10 ans de prison.

    Terrible régression. Atroce réécriture de l’histoire de la guerre d’Algérie. Insupportable insulte à la mémoire des centaines de milliers de victimes « indigènes » de ce conflit longtemps resté sans nom. Sordide écholalie aussi où se découvrent des arguments et un vocabulaire éculés que l’on croyait réservés à quelques ultras de l’Algérie française. Non, ils prospèrent toujours parmi de très nombreux officiers supérieurs, au sein de l’Etat et de cette Fondation désormais avec l’aval politiquement intéressé de Nicolas Sarkozy et de sa majorité ; tous espérant pouvoir en tirer quelques avantages électoraux en 2012. Et pour que le tableau soit complet, rappelons que l’un des proches conseillers de Nicolas Sarkozy, Patrick Buisson, qui dirige un institut de sondage, préside aussi aux destinées de la Chaîne Histoire, filiale de TF1. Auteur, avec Pascal Gauchon, ancien secrétaire général du groupuscule d’extrême droite, le Parti des forces nouvelles, d’un livre intitulé : OAS. Histoire de la résistance française en Algérie paru en 1981, Buisson a récemment publié chez Albin Michel un ouvrage à la gloire de l’armée française : La guerre d’Algérie 1954-1962

    Dans cette situation inédite et scandaleuse, celles et ceux qui représenteront les gauches parlementaires et radicales lors des élections présidentielles à venir doivent prendre l’engagement solennel d’abroger la loi scélérate du 23 février 2005 et de faire disparaître l’indigne Fondation pour la mémoire de la guerre d’Algérie.

    Olivier Le Cour Grandmaison, universitaire. Dernier ouvrage paru : De l’Indigénat. Anatomie d’un « monstre » juridique : le droit colonial en Algérie et dans l’empire français, La Découverte/Zones, 2010.




    0
  • Abdel Madjid AIT SAADI
    23 février 2011 at 16 h 55 min -

    Assalam;

    @babelouedcity;

    Merci d’avoir repris les travaux de Olivier Le Cour Grandmaison, universitaire.

    « Le passé colonial français à l’heure du révisionnisme et de l’histoire officielle » Olivier Le Cour Grandmaison, in Mediapart, samedi 19 février 2011.
    Mais pour bien comprendre ce travail, il faut lire aussi son dernier ouvrage paru : « De l’Indigénat. Anatomie d’un « monstre » juridique : le droit colonial en Algérie et dans l’empire français », La Découverte/Zones, 2010.

    Je vous en donne le lien, pour le lire en ligne.

    Vous avez ici gratuitement accès au contenu des livres publiés par Zones. Nous espérons que ces lybers vous donneront envie d’acheter nos livres, disponibles dans toutes les bonnes librairies. Car c’est la vente de livres qui permet de rémunérer l’auteur, l’éditeur et le libraire, et… de vous proposer de nouveaux lybers… et de nouveaux livres.
    Olivier Le Cour Grandmaison
    « De l’indigénat, Anatomie d’un « monstre » juridique : le droit colonial en Algérie et dans l’Empire français » Zones..

    http://www.editions-zones.fr/spip.php?page=lyberplayer&id_article=113

    Sans oublier bien entendu son livre le plus célèbre, à propos des crimes ignobles commis par la soldatesque coloniale française lors de la conquête de l’Algérie:
    « Coloniser. Exterminer. Sur la guerre et l’État colonial, Fayard, Paris, 2005. »

    Pour le livre sur l’indigénat, voici un aperçu de ce que vous pourriez y lire, si vous cliquez sur mon lien: http://www.editions-zones.fr/spip.php?page=lyberplayer&id_article=113

    Sommaire
    INTRODUCTION
    I. DROITS DE L’HOMME, RÉGIME DU « BON TYRAN » ET COLONIES
    II. LES « INDIGÈNES » : DES « SUJETS FRANÇAIS », PAS DES CITOYENS
    III. JUSTICE COLONIALE : JUSTICE D’EXCEPTION
    IV. CODE(S) DE L’INDIGÉNAT : « CODE(S) MATRAQUE(S) »
    V. INTERNEMENT ADMINISTRATIF, AMENDE COLLECTIVE ET SÉQUESTRE
    VI. LES LIBERTÉS PUBLIQUES DANS LES COLONIES
    VII. TRAVAIL FORCÉ ET ESCLAVAGE DE CASE DANS LES COLONIES FRANÇAISES SOUS LA IIIe RÉPUBLIQUE
    POUR CONCLURE : « ŒUVRE » COLONIALE ET MYTHOLOGIE NATIONALE
    ANNEXE. ARRÊTÉ GÉNÉRAL SUR LES INFRACTIONS DE L’INDIGÉNAT
    INDEX DES NOMS DE PERSONNES
    INDEX DES NOMS DE LIEUX
    INDEX THÉMATIQUE

    INTRODUCTION

    « Cette teneur [utopique], ce sont les droits de l’homme, et, si elle a un goût de revenez-y, c’est qu’il n’y a rien eu jusqu’ici dans l’histoire qui fût aussi limité et entravé, par sa base, et aussi humainement anticipateur par ses postulats. Liberté, Égalité, Fraternité – l’orthopédie, telle qu’on l’a tentée, de la marche debout, de la fierté humaine – renvoie bien au-delà de l’horizon bourgeois. »
    E. Bloch (1961)
    1. UNE « MONSTRUOSITÉ JURIDIQUE »

    « Pour apprécier sainement » le « régime disciplinaire » imposé aux autochtones d’Algérie, « il ne faut pas se placer au point de vue d’un Français du XIXe siècle, habitué à toutes les garanties constitutionnelles issues des principes de 1789 : il paraîtrait monstrueux ». Publiées en 1895, ces lignes, qui s’achèvent sur cette caractérisation a priori singulière qu’il serait tentant de tenir pour excessive et insignifiante, n’ont pas été écrites par un farouche adversaire de la colonisation dont le jugement serait altéré, voire discrédité, par ses engagements politiques. Il ne s’agit pas plus d’une appréciation rétrospective portée longtemps après les faits par un homme ou une femme qu’indignerait la découverte de certaines dispositions du droit colonial en vigueur dans ce territoire, et le statut des « Arabes »….

    Quant au fameux Olivier LE COUR GRANDMAISON, « Coloniser, exterminer – Sur la guerre et l’Etat colonial » . Paris, Fayard, 2005.

    Paru le : 2005 – Éditeur : Fayard, Paris – Reliure : Broché – Description : 365 pages (220 x 140 cm) – ISBN-10 : 2213623163 – ISBN-13 : 978-2213623160 – Prix : 22 €

    Je vous le donne à lire sur TERRA : le résumé, la table des matières, l’introduction, le chapitre IV en texte intégral, grâce à ce lien:

    http://www.reseau-terra.eu/article656.html

    L’auteur Olivier Le Cour Grandmaison enseigne les sciences politiques et la philosophie politique à l’Université. Il a notamment publié Les Citoyennetés en Révolution (1789-1794) (PUF, 1992), Le 17 octobre 1961 : un crime d’État à Paris (collectif, La Dispute, 2001), et Haine(s). Philosophie et Politique (PUF, 2002).

    En dépit de l’évolution du rapport des forces militaires, les défenseurs du « pouvoir du sabre », comme on dit à l’époque, estiment nécessaire de préserver, voire de renforcer, les prérogatives de l’armée et du gouverneur général. Soumettre les « Arabes » à un joug permanent indispensable pour prévenir le surgissement de nouvelles résistances ou, pis encore, celui d’insurrections coûteuses à tous points de vue, tel est encore l’impératif du moment. (…)

    .

    PRESENTATION :

    Quelles furent les spécificités des conflits coloniaux engagés par la France en Afrique du Nord et ailleurs ? Que nous apprennent les méthodes singulières – enfumades, massacres de prisonniers et de civils, razzias, destructions de cultures et de villages – couramment employées par les militaires français sur la nature de la guerre conduite pour pacifier l’ancienne Régence d’Alger ? Pourquoi de nombreuses mesures racistes et discriminatoires ont-elles été élaborées puis appliquées au cours de la conquête et de la colonisation de l’Algérie ? Comment furent-elles codifiées sous la Troisième République puis étendues aux nouveaux territoires de l’empire tels que l’Indochine, la Nouvelle-Calédonie et l’Afrique-Occidentale française ?

    Telles sont quelques-unes des questions auxquelles cet ouvrage entend répondre. En effet, la conquête puis la colonisation difficiles et meurtrières de l’Algérie doivent être considérées comme une sorte de vaste laboratoire au sein duquel des concepts – ceux de « races inférieures », de « vie sans valeur » et d’« espace vital », promis à l’avenir et aux usages que l’on sait – furent forgés. De même, on découvre les origines de nouvelles techniques répressives – l’internement administratif et la responsabilité collective notamment – qui, avec le Code de l’indigénat adopté en 1881, firent de l’État colonial un état d’exception permanent. Plus tard, l’internement fut même importé en métropole pour s’appliquer, à la fin des années 1930, aux étrangers d’abord, aux communistes ensuite puis aux Juifs après l’arrivée de Pétain au pouvoir.

    S’appuyant sur quantité de documents peu connus voire oubliés, sur la littérature aussi, cette étude originale et dédisciplinarisée éclaire d’un jour nouveau les particularités du dernier conflit qui s’est déroulé entre 1954 et 1962, mais aussi les violences extrêmes et les guerres totales qui ont ravagé le Vieux Continent au cours du XXe siècle.

    Pour commander le livre sur Amazon :CLIQUEZ ICI

    .

    TABLE DES MATIERES :

    HAUT DE PAGE
    INTRODUCTION
    • L’Algérie : « une question de salut public et d’honneur national » , p 7
    • Sur la guerre et l’État colonial, p 17
    • Contre l’enfermement chronologique et disciplinaire, p 22

    CHAPITRE PREMIER. – DES « ARABES »

    • Paresse, domination de la nature et sélection des races, p 29

    * L’Arabe est toujours semblable à lui-même »

    * Piraterie, « hordes arabes » et « belle race berbère »

    * Remarque 1 : Engels et Marx : le colonialisme au service de l’« Histoire » universelle

    Paresse, agriculture et cheptellisation des hommes

    • Sexualité, perversions et hygiène raciale, p 60

    * De la dépravation masculine,

    * De la débauche féminine et de ses effets,

    * « Contagion arabe » et santé publique

    • Sauvages et barbares : animalisation et bestialisation, p 81

    * Petit portrait du Noir en « animal domestique »,

    * Barbares, islam et guerre des civilisations,

    * L’« Arabe » : une « bête féroce »

    CHAPITRE 2. – GUERRE AUX « ARABES » ET GUERRE DES RACES.

    • De la guerre aux « Arabes », p 95

    * Tocqueville et la guerre de conquête « On ne peut étudier les peuples barbares que les armes à la main ».

    * Pacifier, coloniser et refouler – De la militarisation de la société coloniale. De la dissolution de l’« élément arabe ».

    • De la guerre des races, p. 114

    * Sur l’anéantissement des « Arabes »

    * Faire mourir pour faire vivre : extermination, génocide et espace vital « Des races humaines […] vouées à la destruction ». « Que l’inférieur soit sacrifié au supérieur ». Le « berceau trop étroit » des peuples européens.

    CHAPITRE 3. – DE LA GUERRE COLONIALE

    • Massacrer, ruiner, terroriser, p 138

    * Sur les enfumades. Des tueries ordonnées et modernes – Une histoire apologétique.

    * Razzias et destructions. « J’ai laissé sur mon passage un vaste incendie ».

    * Tortures, mutilations, profanations. Supplicier les vivants – Outrager les morts.

    * Remarque 2 – Violences et dévastations coloniales : notes sur Au cœur des ténèbres, de J. Conrad.

    * Cimetières et « déchets » humains.

    • Une guerre totale p. 173

    * Guerre conventionnelle et guerre coloniale. Des conflits réglés – « La guerre » d’Algérie « est tout exceptionnelle » .

    * Colonisation, dépopulation et « brutalisation ». De la « diminution de nos Arabes » – « L’extermination est le procédé le plus élémentaire de la colonisation ».

    PDF – 395.6 ko

    CHAPITRE 4. – L’ÉTAT COLONIAL : UN ÉTAT D’EXCEPTION PERMANENT
    • « Pouvoir du sabre » ou pouvoir civil, p. 201

    * Du « pouvoir du sabre ». L’internement administratif : histoire et diffusion d’une technique répressive – La responsabilité collective : de la colonie à la terreur totalitaire – Le séquestre : une spoliation légale.
    * De la dictature en Algérie. Urgence et pleins pouvoirs – Bureaux arabes et pouvoir en réseau – « – Race victorieuse » et « race vaincue ».
    * Du pouvoir civil. « La force pour les Arabes, le droit pour les colons » – Institutions communales et colonisation.

    • Sur le Code de l’indigénat, p. 247

    * Vae victis – « Une monstruosité juridique » .
    * Assujettissement, discriminations, sacute ;grégation – Des infractions « toutes spéciales ».
    * Remarque 3 – De la condition des colonisés au(x) statut(s) des Juifs sous Vichy.

    CHAPITRE 5. – LA « COLONIALE » CONTRE LA « SOCIALE »

    • Des barbares de l’intérieur, p 278

    * Du « racisme de classe ».

    * L’« émeute » : « ce monstre désorganisateur ».

    • L’« Algérie » : « une question de sécurité sociale », p. 292

    * Anéantir les « révolutions »

    * Déportations et épuration.

    * Droit au travail et colonisation

    • Juin 1848 : sus aux « Bédouins de la métropole », p 308

    * Les « Africains » au secours de l’ordre

    * De la guerre coloniale à la guerre civile

    CONCLUSION

    INDEX DES NOMS DE PERSONNES

    INDEX THÉMATIQUE

    Introduction

    © Editions Fayard, 2005 – Olivier Le Cour Grandmaison, Coloniser. Exterminer – Sur la guerre et l’Etat colonial ; pp. 7 à 28.

    HAUT DE PAGE

    o « La conquête de la terre, qui signifie principalement la prendre à des hommes d’une autre couleur que nous, ou dont le nez est un peu plus plat, n’est pas une jolie chose quand on la regarde de près. »
    J. Conrad. (1902) Au cœur des ténèbres.

    o « Ce contre quoi je réagis est cette rupture qui existe entre l’histoire sociale et l’histoire des idées. Les historiens des sociétés sont censés décrire la manière dont les gens agissent sans penser, et les historiens des idées, la manière dont des gens pensent sans agir. »
    M. Foucault. (1988) Dits et écrits.
    —–
    Ne pensez-vous pas que ceux qui nous dirigent encore, en Algérie, et dans les pays arabes, ont bien appris les leçons apprises dans les académies militaires des EX pays colonialistes ?




    0
  • Congrès du Changement Démocratique