Édition du
28 March 2017

URGENT : Des milliers d'Egyptiens dans les rues pour réclamer le départ de Moubarak

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

El Watan le 25.01.11 | 13h33

Des milliers d’Egyptiens ont réclamé mardi le départ du président Hosni Moubarak, au pouvoir depuis près de trente ans, lors de manifestations à travers le pays inspirées par la révolte populaire tunisienne.
« Moubarak dégage », « la Tunisie est la solution » ont scandé les manifestants au Caire comme à Alexandrie (nord), la deuxième ville du pays, face à un dispositif policier massif.
Environ 15.000 personnes ont manifesté dans plusieurs quartiers du Caire, notamment aux abords des bâtiments officiels du centre-ville, sous forte garde policière, ont indiqué les services de sécurité.
La police a utilisé des gaz lacrymogènes et des canons à eau pour tenter de disperser plusieurs milliers de personnes, en grande partie des jeunes, rassemblées sur la grande place Tahrir et ses environs, à proximité du Parlement et de nombreux ministères.
Au total 20 à 30.000 membres des forces de l’ordre ont été mobilisés dans la capitale, selon la police.
Des manifestations ont également eu lieu dans de nombreuses villes du pays, d’Assouan et Assiout (sud) à Tanta et Mansourah (delta du Nil) en passant par la péninsule du Sinaï, selon des témoins et des correspondants de l’AFP.
Partout, les manifestants ont fait référence à la révolte populaire qui a fait tomber mi-janvier le président tunisien Zine El Abidine Ben Ali après 23 ans de pouvoir.
A Ismaïliya, sur le Canal de Suez, plus d’un millier de personnes se sont rassemblées pour scander « Après Ben Ali, à qui le tour? ». « Pain, Paix, Dignité », lançaient certains, reprenant des slogans des manifestants tunisiens.
Au Caire, une mère de trois enfants venue manifester un drapeau égyptien à la main hurlait: « Moubarak dégage, tu es injuste, tu nous affames, tu nous tortures dans tes commissariats, tu es un agent des Américains ».
Le ministre de l’Intérieur, Habib al-Adli, a déclaré au journal gouvernemental al-Ahram de mardi que les organisateurs des manifestations étaient « inconscients » et a assuré que leurs appels n’auraient « pas d’impact ».
« Les forces de l’ordre sont capables de faire face à toute menace contre la sécurité de la population, et nous ne prendrons à la légère aucune atteinte aux biens ni aucune infraction à la loi », a-t-il ajouté.
En plusieurs endroits, les forces de police égyptiennes, qui répriment habituellement avec brutalité ce genre de rassemblements, ont toutefois donné le sentiment de faire preuve de retenue. « Nous ne voulons pas faire de mal, c’est notre peuple », a assuré un officier de la police.
Ces manifestations répondait à l’appel d’un groupe militant pour la démocratie, le « Mouvement du 6 Avril », et d’autres organisations proches, à descendre dans la rue pour faire de mardi une « journée de révolte contre la torture, la pauvreté, la corruption et le chômage ».
Cette initiative coïncidait avec la « Journée de la police », un jour férié destiné à rendre hommage aux forces de l’ordre.
L’idée a été fortement relayée, en particulier auprès des jeunes, sur internet à travers les réseaux sociaux. Sur Facebook, plus de 90.000 personnes s’étaient déclarées prêtes à manifester.
Les Frères musulmans, à la forte capacité de mobilisation, et le Wafd, premier parti d’opposition laïque, ne se sont pas officiellement associés à ce mouvement, mais ont laissé leurs jeunes militants libres de s’y joindre.
Avec plus de 80 millions d’habitants, l’Egypte est le pays le plus peuplé du monde arabe, et plus de 40% de sa population vit avec moins de deux dollars par jour et par personne.
Plusieurs immolations par le feu ont eu lieu ces derniers jours en Egypte, rappelant celle d’un jeune Tunisien mi-décembre, qui avait déclenché le révolte dans son pays.

AFP

Nombre de lectures : 1047
31 Commentaires sur cet article
  • mouhoub
    25 janvier 2011 at 20 h 30 min -

    Tiens les policiers arabes deviennent soudain plus raisonables. Ils ont peur que le vent tourne et après que les tyrans s’enfuient avec le magot, ils casquerons à leur place.




    0
  • Rédaction LQA
    25 janvier 2011 at 20 h 47 min -
  • Nourredine BELMOUHOUB
    25 janvier 2011 at 21 h 09 min -

    L’ombre de la LIBERTE plate sur Oum Eddounia
    Médaille d’ Or pour la Tunisie
    Médaille d’Argent pour l’Egypte
    Il reste la Médaille de Bronze, Pourquoi pas pour l’Algérie, ce sera une place sur le Podieur de la Diginté.




    0
  • Sami
    25 janvier 2011 at 21 h 13 min -

    Personnellement j’ai déjà prévu que le régime de Moubarek allait apparemment le deuxième après Ben Ali, j’espère que nos frères égyptiens vont continuer jusqu’à son dechu !!
    Ca bcp aidé les algeriens qui ont commence les premiers et apparemment vont terminer par arracher leur indépendance comme déjà vu au 20eme siècle , et l’histoire se répète !!!
    Les régimes arabes aident l’un l’autre à maintenir la dictature, donc chaque régime qui tombe constitue une étape a notre liberte !!




    0
  • Rédaction LQA
    25 janvier 2011 at 21 h 24 min -

    Des milliers d’Egyptiens dans les rues pour protester contre Moubarak

    LEMONDE.FR | 25.01.11 | 18h55 • Mis à jour le 25.01.11 | 19h05

    Des milliers d’Egyptiens sont descendus dans les rues du pays, mardi 25 janvier, pour réclamer le départ du président Hosni Moubarak. Ces manifestations ont été organisées dans l’optique de suivre l’exemple de la révolte populaire tunisienne.

    « Moubarak, dégage ! », « la Tunisie est la solution ! », ont scandé les manifestants au Caire comme à Alexandrie (Nord), la deuxième ville du pays, face à un dispositif policier massif. Environ 15 000 personnes ont manifesté dans plusieurs quartiers du Caire, notamment aux abords des bâtiments officiels du centre-ville.

    La police a utilisé des gaz lacrymogènes et des canons à eau pour tenter de disperser plusieurs milliers de personnes, en grande partie des jeunes, rassemblées sur la grande place Tahrir et ses environs, à proximité du Parlement et de nombreux ministères. En fin d’après-midi, de vifs affrontements continuaient d’opposer manifestants et forces de l’ordre, selon plusieurs témoignages recueillis sur Twitter. Le service de micro-blogging a été bloqué, vraisemblablement par les autorités, dans l’après-midi.

    20 000 À 30 000 POLICIERS

    Au total, 20 000 à 30 000 membres des forces de l’ordre étaient mobilisés dans la capitale, selon la police. De nombreuses vidéos postées sur YouTube témoignent de la forte mobilisation dans les rues du Caire.

    Des manifestations ont également eu lieu dans de nombreuses villes du pays, d’Assouan et Assiout (Sud) à Tanta et Mansourah (delta du Nil), en passant par la péninsule du Sinaï. Partout, les manifestants ont fait référence à la révolte populaire qui a fait tomber mi-janvier le président tunisien Zine El-Abidine Ben Ali après 23 ans de pouvoir.

    A Ismaïliya, sur le Canal de Suez, plus d’un millier de personnes se sont rassemblées pour scander « Après Ben Ali, à qui le tour? ». « Pain, Paix, Dignité », lançaient certains, reprenant des slogans des manifestants tunisiens. Au Caire, une mère de trois enfants venue manifester un drapeau égyptien à la main hurlait: « Moubarak dégage, tu es injuste, tu nous affames, tu nous tortures dans tes commissariats, tu es un agent des Américains ».

    RETENUE DES FORCES DE L’ORDRE

    Le ministre de l’intérieur, Habib al-Adli, a déclaré au journal gouvernemental al-Ahram de mardi que les organisateurs des manifestations étaient « inconscients » et a assuré que leurs appels n’auraient « pas d’impact ». « Les forces de l’ordre sont capables de faire face à toute menace contre la sécurité de la population, et nous ne prendrons à la légère aucune atteinte aux biens ni aucune infraction à la loi », a-t-il ajouté.

    En plusieurs endroits, les forces de police égyptiennes, qui répriment habituellement avec brutalité ce genre de rassemblements, ont toutefois donné le sentiment de faire preuve de retenue. « Nous ne voulons pas faire de mal, c’est notre peuple », a assuré un officier de la police. Ces manifestations répondait à l’appel d’un groupe militant pour la démocratie, le « Mouvement du 6 Avril », et d’autres organisations proches, à descendre dans la rue pour faire de mardi une « journée de révolte contre la torture, la pauvreté, la corruption et le chômage ».

    Cette initiative coïncidait avec la « Journée de la police », un jour férié destiné à rendre hommage aux forces de l’ordre. L’idée a été fortement relayée, en particulier auprès des jeunes, sur internet à travers les réseaux sociaux. Sur Facebook, plus de 90 000 personnes s’étaient déclarées prêtes à manifester. « Notre impression est que le gouvernement égyptien est stable », a déclaré à Washington la secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton.
    Le Monde.fr, avec AFP




    0
  • Rédaction LQA
    25 janvier 2011 at 21 h 30 min -

    Libération.fr 25 janvier 2011
    15.000 personnes manifestent contre le gouvernement au Caire

    Affrontements entre policiers et manifestants au Caire, le 25 janvier.

    La police égyptienne a tiré des gaz lacrymogènes contre des milliers de manifestants protestant mardi contre le gouvernement dans le centre du Caire, a constaté une journaliste de l’AFP.

    Les manifestants brandissant des drapeaux égyptiens et lançant des slogans pour des réformes politiques et sociales sont rassemblés sur la grande place Tahrir, proche de nombreux bâtiments officiels, face à un important dispositif policier.

    La manifestation a un peu reculé mais ne s’est pas dispersée. La police a en retour essuyé quelques jets de pierres.

    Un peu plus loin, la police a utilisé des canons à eau contre des manifestants aux abords du Parlement.

    Quelque 15.000 personnes participaient mardi après-midi dans divers quartiers du Caire aux manifestations pour des réformes politiques et sociales, inspirées par l’exemple tunisien, a-t-on appris auprès des services de sécurité.

    Des rassemblements étaient également signalés en province, notamment à Alexandrie (nord), la deuxième ville du pays, à Assouan et Assiout (sud), dans plusieurs villes du delta du Nil, à Ismaïliya (sur le Canal de Suez) ou dans le nord du Sinaï, selon des témoins et des correspondants de l’AFP.

    Au Caire, les manifestations qui ont débuté dans le centre-ville près des bâtiments de la Cour suprême se sont étendues au quartier de Mohandessine, dans l’ouest de la capitale où 2 à 3.000 personnes se sont rassemblées, et à d’autres parties de la ville.

    Ces manifestations à l’appel de mouvements pro-démocratie, très actifs notamment via les réseaux sociaux sur internet, réunissaient de très nombreux jeunes.

    De 20 à 30.000 policiers étaient mobilisés au Caire pour faire face à ces rassemblements, selon les services de sécurité.

    (Source AFP)




    0
  • Nourredine BELMOUHOUB
    25 janvier 2011 at 21 h 37 min -

    des informations selon Amnesty International font état de menaces policières adressées à des membres de l’opposition.
    Des manifestations contre le chômage, les violences policières et la corruption sont prévues mardi 25 janvier mais des militants de l’opposition, parmi lesquels des membres de l’organisation interdite des Frères musulmans et de l’Association nationale pour le changement auraient été convoqués et menacés d’arrestation et d’emprisonnement s’ils maintenaient leur projet.
    Les autorités ont averti que la police se montrerait « ferme et déterminée » avec ceux qui prendraient part à des manifestations non autorisées.
    L’ombre de la Liberté plane sur Oum Eddounia

    TUNISIE : Médaille d’Or
    ÉGYPTE : Médaille d’Argent
    Médaille de Bronze : pourquoi pas l’Algérie,
    Ce sera une place honorable sur le Podium de la Dignité.




    0
  • Arezki Nait Amar
    25 janvier 2011 at 21 h 41 min -

    Urgent : El Jazeera annonce 1 mort dans le département de Suez lors des affrontements entre les manifestants et les forces de l’ordre.




    0
  • el djerbi
    25 janvier 2011 at 21 h 42 min -
  • Arezki Nait Amar
    25 janvier 2011 at 21 h 55 min -

    Urgent : El Arabia annonce la mort d’un officier de police au centre du Caire.




    0
  • Abderrahmane Al Djazaïri
    25 janvier 2011 at 22 h 03 min -

    J’observe depuis cet après-midi à travers Al Jazeera et Al Jazeera Mubasher, les grandioses marches des citoyens égyptiens au Caire et Alexandrie. Quelles sont les premières leçons à tirer :
    1. C’est le Front du changement représenté par Kifaya, regroupant des intellectuels, politiques, artistes, avocats, paysans, étudiants….. qui a appelé à cette marche un peu partout dans le pays.
    2. L’Egypte est sous état d’urgence depuis 30 ans. Cela n’a pas empêché Kifaya (un rassemblement pour le changement non agréé par le régime mafieux de Moubarak) d’appeler à la marche, sans demander d’autorisation au régime.
    3. Le peuple a suivi Kifaya et non les partis croupions.
    4. Les élites étaient aux côtés de leur peuple. Elles n’avaient pas peur d’être bastonnées malgré l’impressionnant dispositif policier.

    Une leçon à méditer par nos politicards et nos « élites » de salon.




    0
  • LEMDIGOUTI
    25 janvier 2011 at 22 h 26 min -

    Barakallah ou fik ya kho @Abderrahmane Al Djazaïri .




    0
  • Rédaction LQA
    25 janvier 2011 at 22 h 37 min -

    « Moubarak dégage »: les manifestants égyptiens se déchaînent contre le raïs

    De par Samer AL-ATRUSH (AFP) – il y a 1 heure

    LE CAIRE — « Moubarak dégage »: sans précaution de langage des milliers d’Egyptiens sont descendus mardi dans les rues pour exprimer leur ras-le-bol d’un régime devenu pour eux synonyme de pauvreté et de répression.

    Parmi la foule venue sur la grande place Tahrir, au centre du Caire, Ibrahim, un juriste de 21 ans, ne mâche pas ses mots: « nous avons un régime corrompu qui veut poursuivre l’oppression sans fin ».

    Ahmed, un avocat de 28 ans, a lui aussi suivi avec passion la fuite sous la pression populaire du président tunisien Zine El Abidine Ben Ali, après 23 ans de pouvoir, contre presque 30 pour Hosni Moubarak.

    « Nous devons aujourd’hui nous tenir debout comme des hommes, enfin », affirme-t-il.

    Mohamed, un technicien informatique, renchérit; « moi aussi, je suis venu parce qu’il faut renverser ce régime », assure-t-il.

    « Moubarak dégage, tu es injuste, tu nous affames, tu nous tortures dans tes commissariats, tu es un agent des Américains », lançait une mère de famille venue manifester dans le quartier de Mohandessine, dans l’ouest du Caire, un drapeau égyptien à la main.

    D’autres manifestants prenaient d’assaut les caméras des télévisions étrangères avec le même mot à la bouche ou sur des pancartes: « dégage ».

    Ailleurs, ce sont les slogans tunisiens qui ont fait mouche, comme « Pain, Liberté, Dignité ».

    La foule est plutôt jeune, largement mobilisée au travers d’internet et des réseaux sociaux comme Facebook. Les messages sur téléphone ont aussi beaucoup contribué à la mobilisation.

    Ironie, la semaine dernière le ministre des Affaires étrangères, Ahmed Aboul Gheit, avait cité le nombre élevé d’usagers du téléphone portable -60 millions, selon lui, pour une population de plus de 80 millions- pour dire que tout n’allait pas si mal en Egypte.

    Le départ de Ben Ali alimente aussi les « nokta », les blagues politiques dont les Egyptiens sont friands, du genre:

    Ben Ali appelle Moubarak depuis l’avion à bord duquel il part en exil pour Djeddah, en Arabie saoudite:

    « Allo Hosni, regarde ce qu’ils m’ont fait. Tu peux m’héberger cette nuit »?

    Moubarak répond: « Bien sûr que non. Tu es cinglé? Regarde dans quel pétrin tu nous a tous mis. Vas en Arabie Saoudite, et dis-leur que je pourrais bien faire un pèlerinage anticipé cette année ».

    Environ 15.000 personnes ont manifesté dans plusieurs quartiers du Caire, notamment aux abords des bâtiments officiels du centre-ville, selon les services de sécurité.

    La police a utilisé des gaz lacrymogènes et des canons à eau pour tenter de disperser les manifestants.

    Selon des spécialistes, ces manifestations anti-gouvernementales sont les plus importantes depuis les émeutes de 1977 provoquées par une hausse du prix du pain.




    0
  • azzedine
    25 janvier 2011 at 23 h 12 min -

    lorsque s’ébranle la roue de l’infortune des multiples dictatures arabes , il devient difficile de l’arrêter.ni lacrymogénes, ni balles , rien n’arréte cette colére trop longtemps réprimée.Soudain le citoyen devient un être , il a une dimension .On instruit les institutions locales de le recevoir.de l’écouter sans plus.lorsque les vents de la colére s’apaisent tout redeviendra comme avant peut être pire.Aprés tunis , le caire chacun son tour BENALI apeuré a fui , Quel sera le sort de moubarak?
    Aprés ce sera khadafi puis un autre et la vie continue .d’autres dictateurs viendront comme le voudront les stratéges qui gouvernent le monde et qui donnent des coups de pouce pour faire sauter les fusibles comme Benali.Et la vie continue ,on sortira de nos rêves mais les cauchemars continueront pour les harragas algeriens qui se tuent en ingurgitant une tasse salée ou qui croupiront dans une prison quelque part .privés de vivre dans leur pays et de nourrir l’espoir d’une vie citoyenne.les milliers de Bouazizi de la tunisie ,de la libye,du caire ,du maroc etc..périront encore dans l’anonymat.les  »guides » en bons musulmans prient à chaque occasion devant les caméras s’offrant des orgies la nuit et la vie continue .Nous on écrit , on parle , on vit puis on meurt chacun à son heure ,certains dans l’anonymat .On se rend soudain à une évidence pourquoi sommes nous nés dans ces pays de musulmans sans l’islam? pourquoi naitre pour avoir un semblant de vie?Pourquoi cette destinée?




    0
  • AS
    25 janvier 2011 at 23 h 18 min -

    clinton aboie aussitot mais bizarrement la elle veut pas que mubarak s’en aille… ca va etre ta fete israel ! comme en tunisie…




    0
  • AS
    25 janvier 2011 at 23 h 20 min -

    greve generale en algerie et tunisie… la france-israel tente de decridibiliser Marzouki car trop pro arabe pro palestinien… alire dan le rotshield du jour… quelle honte… ils veulent imposer des faux resistants et opposants… ilss sont beaucoup pluss matures que prevus les tunisiens… chapeau bas




    0
  • Nourredine BELMOUHJOUB
    25 janvier 2011 at 23 h 20 min -

    J’AI HONTE, JE L’ECRIS EN MAJUSCULE ET JE LE CRI HAUT ET FORT

    Qui sommes nous ? des detestables ingrats, des indignes fils de ce que furent ces héros qui se sont sacrifiés pour que vive l’Algérie et son peuple debout. Ils furent des pionniers, et quels pionniers, des femmes et des hommes épris de liberté, de paix et justice qui dans un élan associé ont assené une gifle à la quatrième puissance mondiale et à ses alliés, qu’en est-il aujourd’hui, ayant le courage (s’il nous en reste une parcelle, nous les champions de la parlotte et de la délation, de procéder chacun en ce qui le concerne, à un bilan de conscience, à la place de passer notre temps de délirer stérilement. Vivre Debout n’a-t-il plus sens ? Se suffit-on d’étre de vulgaires oesophages. alors nous ne meritons pas ce beau pays, pourlequel un million et demi million se sont sacrifiés, pour que nous acceptions docilement et en silence une compromission que l’histoire narrera au générations futures,

    Nourredine BELMOUHOUB
    Défenseur « Libre » des Droits de l’homme.




    0
  • Rédaction LQA
    25 janvier 2011 at 23 h 56 min -

    URGENT : A l’heure actuelle (22h 30, heure algérienne ) près de 20 000 citoyens occupent la place Attahrir, au centre du Caire, réclamant le départ de Moubarak, la dissolution des assemblées préfabriquées, la libération des prisonniers politiques et la constitution d’un gouvernement provisoire.




    0
  • Djamel Eddine U
    26 janvier 2011 at 0 h 25 min -

    Il va faloir cotiser sur LQA pour acheter un billet Omra pour Mr Moubarak. La liste est ouverte pour les prochains Omristes qui vont suivre..




    0
  • azzedine.B
    26 janvier 2011 at 1 h 50 min -

    ARRÊTONS- ARRÊTONS-ARRÊTONS DE DIRE QUE L’ALGÉRIE EST DIFFÉRENTE DE LA TUNISIE, L’ALGÉRIE EST PLUS COMPLIQUÉE…CERTAINEMENT LES ÉGYPTIENS N’ONT POINT CHERCHÉE À PHILOSOPHÉ LA DESSUS, ILS VEULENT GAGNER LEUR LIBERTÉ, UNE VIE MEILLEURE, DES RESPONSABLES COMPÉTENTS, UN AVENIR PROSPÈRE ET PRENDRE LE BATEAU DES PAYS DÉVELOPPÉS, ILS SE SONT MIS EN UN SEUL MOT D’ORDRE **** M O U B A R A K D É G A G E *****quand on veut , on peut…………
    Prochaine ÉTAPE INCHALLAH **** G É N É R A U X …B A R R A …D R S … ..B A R A ..B A R R A ….B O U T E F L I K A …B A R A…D J A Z A Y A R …H O R A DÉMOKRATIA*******il faut sauver l’Algérie.




    0
  • Alilou
    26 janvier 2011 at 2 h 02 min -

    Medail de bronze pour l’algerie toujours derriere l’egypte…hahahahaha

    A mon avis de zero en politique: Tout ce grabuge de soudaines manifestations dans certains pays arabe n’est qu’UN REPOSITIONNEMENT GEO-STRATEGIQUE de l’echiquier mondiale.

    30 ans moubarek, 25 ans Ben ali, 10 ans Boutef…55555 Kedaffi… tout ca a mon avis n’est pas tres catholique… USA lache tous les anciens ceniles des anciennes administrations…Ils veulent faire dans le neuf et nous………….nous sommes des marrionettes………..des guignoles….

    A moins….que nous nous rebelions de facon claire et precise a vouloir changer de systeme….

    Notre avenir est entre nos main et notre destinee aussi….




    0
  • mihoubi
    26 janvier 2011 at 9 h 23 min -

    Franchement, j’attendais la première révolte populaire en Egypte, les tunisiens m’ont surpris admirablement. J’attendais que les égyptiens suivent, c’est fait, maintenant j’attends l’avalanche qui va balayer ces misérables tyrans que l’histoire a déjà mis dans les poubelles.




    0
  • Nourredine BELMOUHOUB
    26 janvier 2011 at 10 h 38 min -

    @ Alilou
    Rions à la place de pleurer, troisième place aprés l’Egypte, n’est pas acquise, tant que nos marches, notre rebellion ne se font ressentir que dns les maquis des marchés de fruits et legumes, lieux oui des grognements et des grincements de dents sont le plus entendus.
    Notre avenir est entre nos main et notre destinee aussi…Vous dites, et c’st la pure vérité, maisque faisons nous pour éviter de finir comme des oignons la téte en bas. Cher concitoyen, Vous évoquez un repositionnement géo-stratégique, n’est-ce pas là justement une raison suplementaire pour nous d’élever le ton et dire Fadh azahwou (Fini la fiéste, ou bien faut’il se confiner dans ce silence qui fait de nous des petits individus inconsistants, sans idéal, et sans Nif. Dans ce cas ce serait là une preuve apparente de notre indignité.
    Mes salutations.




    0
  • réda
    26 janvier 2011 at 11 h 58 min -

    ELLAH yerham dak l’fam ya khoya Abderrahmane Al Djazaïri




    0
  • Alilou
    26 janvier 2011 at 12 h 56 min -

    @Nourredine BELMOUHOUB.

    C’est un rire jaune que j’ai exprimé, car au fond de nous tous, on a ce ressentiment que rien ne bouge chez nous, nous sommes jaloux de ce qui se passe chez le voisin, nous avons la rage au coeur de lire et voir ce qui se passe ailleur, ca ne depend que de nous de faire mieux, n’est-il pas ecrit que chaque musulman doit aspirer a s’meliorer tous les jours de sa vie et ce de n’importe quelle facon ? Il faut qu’on essaye a toujours etre meilleur que la veille, on peut deja commencer a arreter d’etre des hypocrites envers nous meme, ce sera un grand debut.

    J’ai fais un reve ce matin avant le fedjr, dans lequel je me voyais dans mon quartier d’enfance a parler a tous les jeunes du quartier et leur dire comment que ca fait que rien n’a changé dans la maniere de voir la vie et d’evoluer dans la pensee et l’amelioration de soit, les reponses que j’ai eu m’ont fait tellement mal au coeur, que je me suis reveillé a vec les larmes, je pleurais dans mon reve et la reealité.

    Le changement ne viendra que si chacun de nous ne le veux que si chacun de nous n’apprenne a vouloir a son prochain ce qu’il voudra pour lui meme, a faire passer l’interet generale de la nation avant le sien, a ne vouloir avoir peur de rendre des comptes serrés qu’a son createur, ce jour la on aura fait un grand pas en avant.
    Nous avons plus peur de la justice humain avant la justice divine, question qui m’a ete posée pas un ami et pourquoi???
    Je lui est repondu que pour la simple raison que cette derniere (justice humaine-injustice) est immediate et la divine est tardive. Comme l’homme a tendance a avoir plus a l’esprit l’immediat…je vous laisse le soin de deviner d’ou viennent nos peurs…

    Salutations amicales avec une boufee de thé…




    0
  • amel
    26 janvier 2011 at 13 h 20 min -

    Malheureusement ,les pauvres égyptiens ont la malchance d’avoir d’avoir lucifer comme voisin et donc « pas touche au traitre » et au bouffon des USA , la CIA veille au grain, tant que moubarak est maintenu au pouvoir ,les mécènes d’Israel peuvent dormir tranquilles , je crais vraiment pour le peuple égyptien ,la repression du traitre sera à la mesure de sa compromission et croyez-moi ni les USA ,ni l’occident en général ne réagiront au massacre du peuple egyptien ,quant à la troisième place du podium , il ne faut surtout pas rêver ,tant que la situation politique reste inchangée ,nous garderons la place du « cancre »




    0
  • algerien de passage
    26 janvier 2011 at 18 h 50 min -

    Les USA experimente les révolution contrôlé chez les arabes !!!! En Tunisie c’est encore le match nul, car les manifestants ne veulent pas se calmer. Ils se sont avérés plus malins que prévu.

    La stratégie était simple: sacrifier un mort pour garder le régime! En mettant Guennouchi et ses copains ils devait avoir 6 mois pour stabiliser les choses et organiser des manif grandioses pour qu’un d’entre eux soit président !!! Mais pour que cela se réalise il fallait que la rue se calme ce qui n’est toujours pas le cas …et pour cela on fait sortir les gros moyens: « La justice tunisienne a lancé un mandat d’arrêt international contre le président déchu, réfugié en Arabie Saoudite, ainsi que contre son épouse Leïla Trabelsi. »

    Il faut la tête du tyran, il faut du sang ….un sacrifice qui calmera les esprits …

    a suivre …
    DB: Excusez moi Monsieur d’être direct avec vous, mais ces choses que vous affirmez avec toute cette assurance, et ce scepticisme dont vous gratifiez les pauvres peuples que nous sommes, sont à la limite du supportable. Prenez garde de recevoir des réponses à la hauteur, pardon au niveau, de ce cynisme que vous nous jetez du revers, en tournant le nez de l’autre côté. Ce qui se passe en Tunisie et en Egypte est une révolte des opprimés, contre des garde-chiourme, justement, des nervis de ces américains qui vous obnubilent. Et, qui sait ? Peut-être allons nous assister à des révolutions qui vont marquer ce millénaire. Qui sait ? Nous, de ce côté-ci de la barrière, on aime bien traverser les sombres horizons. Et si jamais vous avez autre chose à avancer, de sérieux, sur vos tristes allégations, qui démontre sérieusement que toute cette formidable et saine colère a été délibérément programmée, alors éclairez-nous, s’il vous plait, cher Monsieur qui passe et repasse…




    0
  • Djamel Eddine U
    26 janvier 2011 at 20 h 28 min -

    Je trouve très intéressants les interventions vidéos de l’opposant tunisien Mr Tarak Mekki mis hors champs médiatique tunisien et connue sous : 2emRepubliqueTN qui analyse très habilement depuis bien longtemps la gérance du jeux politique et les tractations des manipulations en Tunisie.
    Voici sa chaine sur YouTube, A voir:
    http://www.youtube.com/user/2emeRepubliqueTN#p/u

    Je le trouve très perspicace. A vous de juger et comparer ses propos avec l’évolution des événements en Tunisie




    0
  • Adel
    26 janvier 2011 at 20 h 45 min -

    @DB

    Il y a, mon ami, une nouvelle catégorie d’intervenants sur LQA. Ils planent au-dessus de la mêlée, comptent les coups et ne ratent jamais une occasion pour nous démontrer l’inanité de toute forme de révolte. A ces arbitres de passage nous disons : « Le jeu des grandes puissances a toujours existé; cela n’a pas empêché les peuples d’arracher des victoires éclatantes. Les peuples vietnamien et algérien, notamment, ont donné des leçons inoubliables à tous ceux qui en doutent. Nous qui croyons que l’humanité avance – même si c’est à pas lents et avec des retours en arrière – vers la fraternité universelle avons confiance dans la roue de l’Histoire. Le Monde Arabe, après l’Amérique Latine, s’engage aujourd’hui dans la bonne voie. Et même si les grandes puissances manipulent les événements afin d’essayer de minimiser les dégâts, le retour en arrière est impossible. Pour ma part, je pense qu’avec tous ses défauts, un Obama est plus respectable qu’un toufiq, un boutef, un benali ou un moubarak. Lui au moins défend les intérêts de son pays et respecte le peuple américain. On ne peut pas en dire autant des minables qui nous servent de dirigeants.»




    0
  • Algerien de passage
    26 janvier 2011 at 21 h 35 min -

    @DB
    Je n’ai pas dit que cela a été délibérément programmé mais bien au contraire. C’est d’ailleurs pour cela qu’on note la précipitation dans les tentatives maladroites de récupérations.

    http://www.alterinfo.net/Washington-face-a-la-colere-du-peuple-tunisien_a54208.html

    Aussi, je ne présume pas du future j’essai juste d’analyser le présent a ma petite échelle. De plus je note que pour le moment les tunisiens on était beaucoup plus « intelligent », ce qui semble déranger beaucoup de monde adeptes du « baa ou tebaa ».

    Quand aux propos du style » Prenez garde de recevoir des réponses à la hauteur », je ne vois pas ce qu’ils viennent faire ici …




    0
  • Algerien de passage
    26 janvier 2011 at 21 h 55 min -

    « The Arab world needs to learn a few fundamental lessons about the mechanics of CIA color revolutions, lest they replicate the tragic experience of Georgia, Ukraine, and so many others. In today’s impoverished world of economic depression, a reform program capable of defending national interests against the rapacious forces of financial globalization is the number one imperative. »

    Pour l’article complet de Webster Griffin Tarpley(*):

    http://tarpley.net/2011/01/16/tunisian-wikileaks-putsch/

    (*) Webster Griffin Tarpley est un journaliste américain. Il s’est spécialisé dans l’étude des false flag operations , c’est-à-dire des opérations commandos ou terroristes utilisant de fausses revendications pour provoquer un engrenage conflictuel.




    0
  • Congrès du Changement Démocratique