Édition du
23 March 2017

Les philosophes de l'éradication s'inquiètent de l'avenir de l'Egypte !!!!!

In Nouvel Observateur. Affaires stratégiques
lundi, 07 février 2011

Adler, BHL et Finkielkraut anxieux face à la perspective d’une Egypte démocratique

Tout le monde devrait se réjouir de la contestation du régime répressif de Moubarak en Égypte. Mais la joie de voir la mise en place d’une véritable démocratie dans ce grand pays arabe est gâchée par une sombre perspective : la prise du pouvoir par les Frères Musulmans. Mais alors que The Economist qui n’est pas précisément un organe islamo-gauchiste se réjouit d’une révolte pacifique, populaire et séculière, trois des principaux intellectuels médiatiques français sont heureusement là pour mettre en garde les naïfs qui stupidement sont toujours prêts à applaudir à la chute des dictateurs.

Dans le Figaro des 29 et 30 janvier, Alexandre Adler est le premier à tirer la sonnette d’alarme dans sa chronique intitulée « Vers une dictature intégriste au Caire ? » dans laquelle il qualifie au passage Mohamed El Baradei, l’une des figures de proue de l’opposition à Moubarak de « pervers polymorphe ».

Alain Finkielkraut prend le relais dans Libération du 3 février. Il se demande si Mohamed El Baradei sera « l’homme de la transition démocratique ou l’idiot utile de l’islamisme » et doute de la possibilité de l’instauration d’un régime démocratique en Égypte à cause des Frères musulmans. Selon lui, il y avait une tradition démocratique en Europe de l’Est mais il doute qu’il y en ait une en Egypte. C’est faux et stupide à la fois. Seule la Tchécoslovaquie avait été une démocratie avant l’instauration du communisme en Europe de l’Est. Et il est curieux d’exiger le préalable d’une tradition démocratique pour une nation qui veut justement faire chuter une dictature. Dans Le Point (dont la couverture est sobrement intitulée « le spectre islamiste »), BHL avoue sa crainte de voir les fondamentalistes bénéficier de la chute de Moubarak avec la perspective d’une Égypte qui suivrait l’exemple iranien.

Ces trois intellectuels relaient en fait les craintes israéliennes face au changement politique en Égypte. Ce qui est assez amusant c’est que les mêmes qui ont dénoncé pendant des lustres l’absence de régimes démocratiques dans le monde arabe s’inquiètent désormais de la possibilité qu’il en existe. Cela ferait tomber leur argument de « Israël la seule démocratie du Proche-Orient » qu’ils psalmodient. Mais surtout cela pourrait signifier la mise en place de régimes moins accommodants avec Israël. Or c’est leur principale pour ne pas dire unique préoccupation.

Il n’est d’ailleurs pas étonnant qu’ils soient passés complètement à côté de la révolution tunisienne ; ils n’ont ni soutenu la révolte populaire comme ils ont pu le faire pour l’Iran, (la Tunisie n’est pas hostile à Israël donc on n’y soutient pas les revendications démocratiques) ni ne se sont inquiétés de ses conséquences comme ils le font pour l’Égypte (la Tunisie n’a pas un rôle clé au Proche Orient).

Ils font un parallèle entre la mise en place d’un régime répressif islamiste en Iran après 1979 et ce qui pourrait se produire en Égypte. Comparaison n’est pas raison ; si le régime des mollahs a pu s’imposer en Iran, c’est en grande partie du fait des craintes d’interventions extérieures américaines (et du précédent Mossadegh) et face à l’agression à partir de 1980 de Saddam Hussein, à l’époque soutenu unanimement par le monde occidental. Le sentiment de menace extérieure a largement servi le régime iranien pour se maintenir en place. C’est d’ailleurs une règle générale qui ne vaut pas que pour l’Iran.

Curieusement nos trois vedettes médiatiques qui s’inquiètent fortement de l’arrivée au pouvoir d’un mouvement intégriste religieux n’ont jamais rien dit contre le fait qu’en Israël un parti de de cette nature soit membre depuis longtemps de la coalition gouvernementale. Le parti Shass un parti extrémiste religieux (et raciste) est au pouvoir en Israël avec un autre parti d’extrême droite celui-ci laïc et tout aussi raciste, Israel Beiteinu. Ces deux partis alliés au Likoud essaient d’ailleurs de restreindre les libertés politiques et mettent une très forte pression sur les différentes O.N.G. de défense de droits de l’homme sans que nos trois intellectuels s’en émeuvent particulièrement.

Les Frères musulmans peuvent-ils prendre seul le pouvoir ? C’est fortement improbable pour ne pas dire impossible. Un gouvernement auquel éventuellement participeraient les Frères musulmans pourrait lever le blocus sur Gaza. Il ne se lancerait pas dans une guerre contre Israël du fait du rapport de forces militaires largement favorable à Israël sans parler de l’appui stratégique américain. Ce qui pourrait se produire par contre, c’est qu’un autre gouvernement égyptien soit moins accommodant avec l’actuelle coalition de droite et d’extrême-droite au pouvoir en Israël. Mais est-ce si grave qu’un pays démocratique d’une part ait une politique indépendante et d’autre part ne laisse pas carte blanche à un gouvernement de droite et d’extrême-droite ?

Les masques tombent. Nos trois intellectuels dénoncent un éventuel extrémisme en Egypte mais soutiennent celui au pouvoir en Israël. Ils critiquent l’absence de démocratie dans le monde arabe mais s’émeuvent dès qu’elle est en marche. Leur priorité n’est pas la démocratie mais la docilité à l’égard d’Israël, fut-il gouverné avec l’extrême droite.


Nombre de lectures : 1404
18 Commentaires sur cet article
  • khaled
    10 février 2011 at 14 h 47 min -
  • azzeddine
    10 février 2011 at 14 h 54 min -

    Encore une fois, ces trois sinistres individus, certains d’entre eux étaient les conseillers des bourreaux algériens des années 90, le résultat pas de démocratie, 2500000 morts et le drame continu, ils lâchent aucun pays je me rappelle quand ils ont combiné contre le Pakistan après sa procession du nucléaire

    Dégagez de notre monde




    0
  • Abdel Madjid AIT SAADI
    10 février 2011 at 15 h 30 min -

    Assalam,

    Oui, voici le type d’initiatives et de combats, ces sinistres individus applaudissent des deux mains.

    Quant à la dernière vidéo qui montre les DEMOCRATES israéliens en train de « pacifier les Palestiniens », cela se passe de commentaire, et surtout, ces « intellectuels » à géométrie variable, les considèrent comme « le prix à payer » pour la démocratie…

    Un peu comme, lorsque ces ignobles individus, osaient expliquer effrontément, que les « jeunes palestiniens » VIOLENT la conscience des « jeunes soldats de  » TEZZhal, quand ils les obligent à tirer sur eux.

    Frankeinstein et les vampires peuvent dormir tranquilles, les soldats du D’… de l’Ancien Testament continuent les massacres de l’humanité déshumanisée au nom d’Israël, dont ces « imposteurs » intellectuels ont été nourris.
    [center][flash(425,335)]http://www.dailymotion.com/swf/x30emy_mossad-in-iraq_news[/flash] [flash(425,335)]http://www.dailymotion.com/swf/x32x5l_ahmadinejad-u-s-should-leave-iraq_news[/flash]

    [flash(425,335)]http://www.dailymotion.com/swf/x31wi4_israel-s-nuclear-weapons_news[/flash]

    [flash(425,335)]http://www.dailymotion.com/swf/x31wvc_if-americans-knew-what-israel-is-do_news[/flash][/center]

    Pillage et massacre des étrangers considérés comme des êtres impurs, seul Israël constitue une race élue :

    La Bible nous présente un Dieu qui ne se préoccupe que de la race élue d’Israël, a l’exclusion des autres nations et des étrangers qui sont toujours l’objet de mépris, de persécutions, d’esclavage et de massacres.

    « Ils s’avancèrent contre Madian, selon l’ordre que l’Eternel avait donné à Moïse ; et ils tuèrent tous les mâles(…) Les enfants d’Israël furent prisonnières les femmes des Madianites avec leurs petits enfants, et ils pillèrent tout leur bétail, tous leurs troupeaux et toutes leurs richesses. Ils incendièrent toutes les villes qu’ils habitaient et tous leurs enclos… » Nb 31. 7-11

    « Josué dit au peuple : Poussez des cris, car l’Eternel vous a livré la ville ! La ville sera vouée à l’Eternel par interdit, elle et tout ce qui s’y trouve ; mais on laissera la vie à Rahab la prostituée et à tous ceux qui seront avec elle dans la maison, parce qu’elle a caché les messagers que nous avons envoyés(…) Le peuple monta dans la ville. Ils s’emparèrent de la ville, et ils dévouèrent par interdit, au fil de l’épée, tout ce qui était dans la ville, hommes et femmes, enfants et vieillards, jusqu’aux bœufs, aux brebis et aux ânes (…) Ils brûlèrent la ville et tout ce qui s’y trouvait. » Jos 6.16-24 Quel est ce Dieu qui ordonne de semer la mort et la désolation ?

    Est-ce vraiment Dieu qui commande d’exterminer les femmes et les enfants ? « Mais dans les villes de ces peuples dont l’Éternel, ton Dieu, te donne le pays pour héritage, tu ne laisseras la vie à rien de ce qui respire. » Dt 20.16

    « Lorsqu’Israël eut achevé de tuer tous les habitants d’Aï dans la campagne, dans le désert, où ils l’avaient poursuivi, et que tous furent entièrement passés au fil de l’épée, tout Israël revint vers Aï et la frappa du tranchant de l’épée. Il y eut au total douze mille personnes tuées ce jour-là, hommes et femmes, tous gens d’Aï. » Jos 8.24,25

    « Vous frapperez toutes les villes fortes et toutes les villes d’élite, vous abattrez tous les bons arbres, vous boucherez toutes les sources d’eau, et vous ruinerez avec des pierres tous les meilleurs champs. » 2R 3.19 Est-ce Dieu qui ordonne d’abattre les arbres, de boucher les sources d’eau et de détruire les champs ?

    « Aucun étranger ne mangera des choses saintes ; celui qui demeure chez le sacrificateur et le mercenaire ne mangeront point des choses saintes… » Lv 22.10 ; Ex 12.43 « …afin qu’aucun étranger à la race d’Aaron ne s’approche pour offrir du parfum devant l’Eternel. » Nb 16.40 « Je les purifiai de tout étranger… » Ne 13.30 « Vous, au contraire, vous êtes une race élue, un sacerdoce royal, une nation sainte… » 1P 2.9

    « Est-il sur la terre une seule nation qui soit comme ton peuple, comme Israël, que Dieu est venu racheter pour en former son peuple…Tu as affermi ton peuple d’Israël, pour qu’il fût ton peuple à toujours ; et toi, Eternel, tu es devenu son Dieu (…) Et que l’on dise : l’Eternel des armées est le Dieu d’Israël. » 2S 7. 23-27 ; 1Ch 17.21 Alors que la même Bible enseigne que Dieu ordonne l’amour du prochain et interdit d’opprimer l’étranger : « Tu ne maltraiteras point l’étranger, et tu ne l’opprimeras point. » Ex 22.21 « Tu n’opprimeras point l’étranger » Ex 23.9 « Vous aimerez l’étranger, car vous avez été étrangers dans le pays d’Egypte. » Dt 10.19




    0
  • Ait Mohand Ouwidir
    10 février 2011 at 15 h 36 min -

    Là, c’est quand BHL s’est fait entarté par un jeune français avant son intervention dans une réunion à laquelle il devait participer !

    Il ne manque plus que le quatrième « mousquetaire » le bien nommé GLUKSMAN….. et le tableau sera ainsi parfaitement complété !

    Ah ! J’oublie aussi… WOLFOWITZ et PEARCE ! Au fait, que sont devenus ces deux lascars ? Les deux têtes pensantes des NEO….. CONS ! (Hachakoum !). Ils se sont mis complétement en total immersion en prévision d’un prochain coup….. comme celui qu’ils ont fait contre Sadam où Ils ont entraîné le monde entier en guerre contre un pays et un peuple, l’IRAK ! Mais pourtant, ils n’ont jamais fait l’objet d’un quelconque procés à leur encontre pour haut fait génocidaire….. WHY THAT ???

    Tanmirth.




    0
  • Abdel Madjid AIT SAADI
    10 février 2011 at 15 h 41 min -

    Leçons d’intoxication et de géométrie variable, chez ceux qui n’entendent voir la démocratie que chez les « peuples » non musulmans, évidemment, le « peuple élu », lui, n’en a que faire, car D..ieu Elohim, lui a donné la « terre », dont les « goyims » européens l’ont « délestés ».

    Aussi reviennent-ils se venger des Irakiens, des Iraniens, et en dessert de tous les arabes…

    Les bombes nucléaires israéliennes ?

    Non, ce n’est pas pour tuer, mais juste pour participer à la recherche scientifique et trouver de nouvelles méthodes de génocide plus rapides et surtout, moins traumatisantes pour les soldats de Tezzhal.

    En effet, Elohim, l’Eternel, a prescrit « tu ne tueras point » !
    Donc, il ne faut plus le faire avec les épées ou les fusils, mais avec des bombes « chirurgicales » …. et INTELLIGENTES.

    http://www.dailymotion.com/swf/x30emy_mossad-in-iraq_news

    http://www.dailymotion.com/swf/x32x5l_ahmadinejad-u-s-should-leave-iraq_news

    http://www.dailymotion.com/swf/x31wi4_israel-s-nuclear-weapons_news

    http://www.dailymotion.com/swf/x31wvc_if-americans-knew-what-israel-is-do_news




    0
  • Mohamed YAHIAOUI
    10 février 2011 at 16 h 33 min -

    Assalamo Aleikoum

    N’oublions pas que les 3 porte parole du sionisme Bernard HENRY LEVY, Alain FINKELKRAUT , Alexandre ADLER ( le GOEBELS) de la presse Française , sans oublier Andre GLUSKMAN ,impose leur  » vues philosophiques à tous les Français, non seulement sur l’Islamisme, mais sur tout Nationalisme qui s’opposerait à l’entité sioniste.
    En Palestine Mahmoud ABBAS et son organisation « laique  » ont capitulé devant l’occupation sioniste de la Palestine, et s’addonent non seulement aux délices de la corruption , mais egalement dans la collaboration la plus honteuse.
    La seule résistance qui a releve l’honneur du Peuple Palestinien c’est le HAMA qui a sut organiser non seulement une vraie résistance heroique ,mais inflige également des pertes à l’occupant sioniste.
    Au LIBAN le HEZBOLLAH a redonné la fierté que tous les Arabes avaient perdus , à chaque guerre Israel , detruisait presque entièrements des Armées Arabes complètements corrompues, incapables de se battre ,si ce n’est contre leur propre population.
    Le HEZBOLLAH a non seulement chassé les troupes sionistes du LIBAN , mais a détruit pres de 120 Chars et autres vehicules blindés, et tuant plusieurs centaines de soldats sionistes qui ont été complètement déstabilisés par cette forme de guerilla , élaborée par le dirigeant integre Hassan NASRALLAH , qui a lui seul vaut tous les Généraux du Monde Arabe.
    Alors vive l’Islamisme du HAMAS et du HEZBOLLAH, et a mort AL QAIDA et tous les groupuscules Wahabites pilotés par le MOSSAD, la CIA , le MI-6 , et les services secrets Egyptiens et Saoudiens.
    Ayant rencontré personnellement des membres du HAMAS et du HEZBOLLAH , l’un sunnite et l’autre Chi’ite, je me suis apperçut d’une grande fraternité de combat entre eux, et tous deux on combattus et chassés du LIBAN , et de GHAZA , ces membres suspects classifiés AL QAIDA.
    Tous les Peuples Musulmans resistent ouvertement à toutes les oppressions des dictatures Arabes, et le terrorisme aveugle
    contre des civils innocents au Moyen-Orient contre des touristes ou ailleurs en Europe est condamnable, criminel et ne sert que les intérêts Americano-Sionistes.
    Quand à l’IRAN ,il faut admettre que c’est le seul pays Musulman qui refuse le diktat Americain , et c’est le seul pays qui sera en mesure de resister à toute tentative d’invasion et d’occupation, sachant que ce pays est un tres gros producteur de petrole, et qu’il maitrise le nucleaire civil, ainsi que les technologies balistiques pour les missiles et les sattelites .
    l’IRAN est debout et nos pays Arabes sont à genoux devant le sionisme mondial .
    Qu’on me prouve le contraire




    0
  • Sadek
    10 février 2011 at 17 h 46 min -

    Le titre de philosophe un bien gros qualificatif pour cet essayiste qu’est BHL. Devant les grands philosophes de notre époque, cet intello bas de gamme n’a même pas le droit de citer.




    0
  • Général AB
    10 février 2011 at 21 h 34 min -

    Essalamou Oua Minhou Essalam!
    Je ne suis pas d’accord qu’on les appelle des intellectuels. Quel intellect? Un cœur haineux et crasseux! Une cervelle volubile, coincée comme un hamster dans sa roue dans des paradigmes tissés dans leur imaginaire colonial et mixés dans une interprétation erronée et manipulée de l’histoire humaine. Pôvres et misérables intellectuels sclérosés et entartrés!
    Mais leur mascarade et leur fourberie est en voie de prendre fin! Ils s’agitent et frétillent actuellement avec les faiseurs d’opinion qui les écoutent…Ils ont la frousse de leur vie, car tout se dévoilent à partir de maintenant, jour après jour…
    «JAA ALHAKKOU WA ZAHAKA AL BATILOU INNAL BATILA KANA ZAHOUKA!» Sadaqua Allahou El-ADHIM!
    Vive l’Algérie digne et libre
    Général AB d’EL_AHRAR!




    0
  • Zineb Azouz
    11 février 2011 at 0 h 27 min -

    Extrait de l’article :
    Les révolutions arabes et nous : tremblez brave gens !
    de Grégoire Lalieu.

    Dans son dernier débat sur France 2, l’animateur Yves Calvi s’inquiétait de la montée possible de l’islamisme en Egypte et Tunisie. Nous allons voir pourtant que si nous laissons de côté les passions médiatiques pour analyser de manière rationnelle les contradictions entre l’Occident et le monde arabe, ces révolutions ne constituent pas une menace mais un exemple à suivre pour nous, Occidentaux. Nous avons la possibilité de construire un monde plus juste. Pourquoi en avoir peur ?

    – Tiens chérie, tu regardes un film d’épouvante ? Ca a l’air effrayant !
    – Mais non mon amour, c’est Yves Calvi qui parle des révolutions arabes dans Mots croisés.

    Etonnant ! Ce lundi 07 février, l’émission Mots croisés, animée par Yves Calvi sur France 2, traitait des « révolutions arabes et nous ». Si personne n’a osé contester la légitimité des mouvements populaires qui embrasent la Tunisie, l’Egypte et d’autres pays de la région, l’animateur et certains de ses invités ont tout de même agité l’épouvantail islamiste, histoire de faire frissonner les téléspectateurs. On a ainsi évoqué la « crainte d’un scénario à l’iranienne », un « enthousiasme pour la liberté mais aussi des inquiétudes » ou bien encore « un soutien pas inconditionnel mais prudent ». Yves Calvi s’est également demandé avec beaucoup de style si la démocratie faisait « le jeu des barbus ». Mention spéciale enfin à Alain Finkielkraut qui, toujours égal à lui-même, a réussi à nous glisser « quelque chose qui irait plus dans le sens du choc des civilisations que dans le sens de l’instauration d’une démocratie visant à assurer à son peuple une vie digne et décente ».




    0
  • zarathoustra
    11 février 2011 at 1 h 10 min -

    il faut appeler un chat un chat,évitez svp de les appeler des intellos.
    ils sont tous sauf « intellos »,cela ne convient pas aux détracteurs de génocides et de meurtres.
    ils n’ont ni foi ni loi.
    BHL et glucksman alias staliniens,alias amis des boureaux de BENTALHA et RAIS,alias provocateurs de repression des dictateurs contre les populations.
    ils ne méritent pas qu’on parle d’eux sur ce site.
    merci




    0
  • Zineb Azouz
    11 février 2011 at 10 h 53 min -

    Chers compatriotes,

    J’ai comme vous la nausée quand en plus je constate que ce BHL auto-proclamé philosophe continue de distiller son venin et d’exprimer les seules craintes d’Israel de voir « ces arabes » méchants, avec burkas et babouches venir parler de liberté.

    Mais ce qui fait mal c’est de se rendre compte avec quelle assurance, le message évident qui consiste à dire « ils ne sont pas prêts » pour la démocratie est aussi relayé par nos éclairés de chercheurs et de démocrates.

    Pourtant cette fois-ci tous leurs arguments sont tombés à l’eau, ils sont allés chercher les armes de destruction massive en Irak, et quand ils n’ont rien trouvé ils ont décidé de leur apprendre la démocratie, on a vu le résultat !

    Ils ont soutenu nos généraux et nos démocratico-tortionnaires pour sauver la république, on a vu le résultat !

    Ils ont juré qu’en Tunisie et en Egypte, ce qui se passe c’est juste le débit d’une république islamique, pourtant il en est une, république islamique qui ne dérange personne, où les partis politiques sont interdits d’activité, où les femmes sont en Burka, où l’alcool est interdit (pas dans les avions ni à Riadh), où il est les « femelles » ont le droit et l’obligation de faire marcher à coup de milliards les affaires des bijoutiers- place Vendôme qui sont d’ailleurs reçus dans les harems (essayage oblige), mais pas de toucher au volant d’une voiture, bref un pays où tous les épouvantails chers à BHL sont décrits !

    Qu’on m’explique enfin, car pas très loin un autre pays est présenté comme la plus grande menace pour la terre et les libertés individuelles, alors que son président est élu, que les femmes sortent manifester dans la rue, que certaines sont pilotes de chasse et qu’il ne dispose d’aucune colonie; je ne dis pas que c’est le paradis des libertés, mais enfin qu’on m’explique, dans ce pays les citoyens de confession israélite sont représentés au parlement et pratiquent librement leur religion, contrairement à l’autre Turban-land » sus cité où seul le rite du roi est toléré.

    J’ai toujours été moyenne en philo, mais là je ne comprends plus rien, qu’est ce qui est hypothèse, qu’est ce qui est postulat, où est lé vérité ?

    Cordialement,
    ZA




    0
  • Afif
    11 février 2011 at 12 h 55 min -

    بسم الله الرحمان الرحيم

    @ Mohamed YAHIAOUI :

    A mon avis, il y a une grande différence entre d’une part, le HizbAllah libanais et d’autre part, le Hamas palestinien et l’Iran. Ces deux derniers devraient suivre l’exemple du premier pour être convaincants : le HizbAllah pratique un Islam ouvert, convaincant et frarternel et n’opprime pas son opposition.

    La meilleure réponse aux rats d’égoûts qu’on qualifie d’intellectuels est magistralement donnée par la politique révolutionnaire du HizbAllah libanais, allié des chrétiens et des sunnites. Et aussi par Midan Et Tahrir où on a vu la croix et le croissant côte à côte contre la dictature des voleurs.

    Contrairement aux rats d’égoûts sus-cités, tous les mouvements de gauche du monde entier, les écologistes, les altermondialistes et même beaucoup de mouvements de droite anti-capital financer applaudissent les révolutions tunisienne et égyptienne, qui sont en passe de servir d’exemple aux peuples du monde entier pour mette fin au diktat du capital financier international destructeur de l’économie réelle.




    0
  • Ait Mohand Ouwidir
    11 février 2011 at 13 h 04 min -

    bonjour @ tous.

    C’est juste qu’il faille leur opposer des gens généreux et justes comme :

    Joseph HESSEL où dans son petit oppuscule « Indignez-vous ! » vendu à plus d’un million d’exemplaires ou bien dans son discours « Il n’y a pas de choque des Civilisations » qui s’indigne justement contre ces gens là, à juste raison. Et pourtant Monsieur HESSEL est un Juif français mais Résistant de la première heure contre la bête nazie, évadé de Buchenwald, rédacteur de la première déclaration universelle des droits de l’Homme et de bien d’autres choses qui pourfandent « l’Etat » d’Israel ainsi que sa juste position pour les Palestiniens et ses céclarations contre les bombardements de Ghaza pour Israel et la liste est bien longue…..

    Ou bien l’avocate Madame Giselle HALIMI qui a été parmi les premières et rares personnes à avoir défendu les révolutionnaires du FLN. Une position qui honnore grandement cette femme Israilite née en Tunisie et donc une Nord Africaine comme nous autres. Je ne parle pas de sa petite nièce journaliste à Alger qui s’est attaquée à notre footbaleur Rafiq SAIFI.

    Mais à tous ces « philosophes » du dimanche, je leur oppose un gentleman qui est en train de combattre cet establishement de « penseurs » juifs français qui sément la HAINE, la PEUR, le DOUTE et la CONFUSION dans l’esprit des gens et qui lui est un VRAI français !!! Pas comme eux devenus français aux forcepces par le fameux decret Crémieux…..
    Soral est en train de démonter tout leur faux échafaudage diabolique et leurs mensonges….. et ne peuvent soutenir la comparaison face à ce monsieur qui s’est fait même agressé lâchement, et en France même, par les commandos du bétar !!!
    Monsieur Soral va publier cette semaine un ouvrage qui va faire des dégâts dans les rangs de ces sionistes crypto machin quoi ! Cet ouvrage porte le titre de « COMPRENDRE L’EMPIRE » que j’ai déjà commandé et que je vous recommande vivement d’acheter.

    Mais c’est fini pour eux !!! Le monde Occidental commence à comprendre et à éventer leurs plans diaboliques….. et c’est de celà que ces « philosophes » à la noix ont le plus peur : QUE L’OCCIDENT LES LACHE ET LES ABANDONNE…..

    Tanmirth.




    0
  • Ait Mohand Ouwidir
    11 février 2011 at 13 h 19 min -

    Juste une chose que j’ai oublié et qui démontre bien que ces « philosophes » et « penseurs » du dimanche à la sauvette ne sont plus acceptés par les occidentaux…… c’est ZEMOUR l’inénarable zémour qui s’est fait entarter HIER par des français ! Qui l’ont poursuivi jusque devant le pied de l’immeuble où il travaille…. enfin, où il déverse sa haine contre les arabes et les noirs. Alors que lui-même est originaire d’Algérie de Zemoura (Sétif) et qui a osé dire à une jeune Africaine que lui était de race blanche, avec la gueule et la tronche qu’il se tappe : le nez, les lèvres, la face qui font tout de lui un arabo-juivo-sémite !!! C’est-y pas malheureux quand même….. Pauvre zémour ! Il y va jusqu’à son propre nom qui signifie en Tamazight : OLIVE !!!

    Zemour un français ? Pauvre de lui !

    Zemour un blanc ? Pauvre complexé !

    Mais comme l’écrivait l’auteur Allemand NIESCHTZ dans son ouvrage « AINSI PARLAIT ZARATOUSTHRA » :

    O JUIFS, VOUS AVEZ LE DON DE METTRE LA FANGE EN EBULITION !

    Et il a parfaitement raison.

    Tanmirth.




    0
  • W A H I D
    11 février 2011 at 14 h 41 min -
  • mamlam
    12 février 2011 at 16 h 11 min -

    Bernard Henri Lévy et Alain Finkielkraut n’ont pas travaillé ensemble ailleurs que dans la création de l’Institut d’études lévinassiennes de Jérusalem, mais leurs interventions ou leur travaux concordent bien souvent.
    Les deux auteurs se sont tous deux illustrés dans la défense de l’occupation israélienne des territoires palestiniens. Il s’agit d’un thème récurrent chez Alain Finkielkraut qui a toujours légitimé les actions de Tsahal contre les populations palestiniennes . Comme souvent, Bernard Henri Lévy s’est montré bien plus subtil que son collègue, mais l’optique défendue est à peu près la même. Il est parvenu à s’immiscer dans les célébrations qui ont entouré la signature de l’Initiative de Genève entre Yossi Beilin et Yasser Abed Rabbo pour en donner la lecture la plus favorable possible à Israël, prétendant que les Palestiniens avaient formellement reconnu leur renoncement au droit au retour alors que cette question est exposé de façon complexe et ménageant tout le monde sur huit pages dans l’accord signé.
    Concernant la guerre d’Irak, Alain Finkielkraut s’est prononcé fortement en faveur de cette guerre, brocardant « l’impuissance européenne » face au « dictateur Saddam Hussein ». Bernard Henri Lévy eut, là encore, une position plus ambiguë, se contredisant de Bloc-Note en Bloc-Note sur son soutien ou non au conflit pour finir par se déclarer opposé à cette guerre pour des raisons tactiques tout en minimisant le crime qu’elle représentait. Le 16 août 2002, Bernard Henri Lévy ne faisait pas dans la nuance : « Attaquer Saddam Hussein ? Oui, bien sûr. Ce n’est pas ici que l’on défendra ce massacreur de Kurdes et de chiites, ce terroriste, ce mégalomane suicidaire, ce fou, ce Néron actionniste dont, en 1998 déjà, Massoud me confiait qu’il était en possession d’armes chimiques et bactériologiques massives auxquelles il ne manquait que des vecteurs fiables. Reste que cette attaque sera une tragique erreur si elle n’est précédée par deux opérations décisives. Une opération diplomatique, d’abord, assurant les États-Unis, comme avant la guerre du Golfe, de la neutralité, voire du soutien logistique et tactique, d’un ou plusieurs États arabes modérés. Une action proprement politique ensuite, renforçant, comme en Afghanistan, les opposants intérieurs à Saddam, la relève possible, l’alternative, bref l’équivalent irakien de cette Alliance du Nord sans qui l’ordre taliban régnerait toujours sur Kaboul. » . Aucun mot n’était trop fort pour dénoncer l’Irak. Pourtant, cet appel à la guerre avait disparu deux mois plus tard : « Je maintiens que l’Irak est un leurre. Je maintiens qu’en faisant la guerre à l’Irak l’Amérique se tromperait de cible. » , affirmer « je maintiens » dans ces conditions ne manque pas de piquant. Par la suite, l’auteur désigna la Guerre d’Irak comme une guerre « moralement juste », mais étant une « erreur politique » et sa principale inquiétude sera la montée de l’antiaméricanisme que suscite cette guerre .
    En ce qui concerne les futurs aventures coloniales de l’administration Bush, notons qu’Alain Finkielkraut est membre du comité de soutien aux étudiants iraniens et qu’il est signataire, avec Bernard Henri Lévy, d’un appel en faveur de la « Révolution du Cèdre » au Liban . Les deux hommes avaient, auparavant, défendu la « révolution » orange en Ukraine
    Cependant les deux auteurs s’illustrent surtout dans la vulgarisation du « Choc des civilisations » pour la société française.
    Dans son livre Qui a tué Daniel Pearl ?, « romanquête » mêlant pseudo-enquête de terrain, commentaires « philosophiques » personnels et invention littéraire (il n’hésite pas à expliquer ce qui est passé par la tête de Daniel Pearl avant sa décapitation, faisant ainsi parler un mort), Bernard Henri Lévy livre une lecture essentialiste de l’islam. Il oppose un islam moderne et occidentalisé à un islam fondamentaliste menaçant, accréditant ainsi la thèse de la conspiration islamiste mondiale. Il affirme dans cette « enquête » que le journaliste du Wall Street Journal Daniel Pearl, assassiné en 2002 à Karachi, a été tué par les services secrets pakistanais car il aurait enquêté sur les liens entre l’ISI et Al Qaïda et une possible vente d’armes nucléaires du Pakistan à l’organisation de Ben Laden. Cette version des faits a été démentie par la rédaction du journal de Daniel Pearl et par le père du journaliste. En outre, bien des éléments factuels de l’enquête apparaissent au mieux comme douteux à la lecture de la contre-enquête que fit William Dalrymple dans la New York Review of Book . Cela n’empêcha pas l’immense majorité de la presse française de rendre hommage à l’ouvrage et de le présenter comme une œuvre incontournable.
    Ce livre n’est pas une œuvre isolée, tout au long d’articles et d’éditoriaux, BHL s’efforce de présenter une opinion arabe regroupant des fanatiques et qu’il convient de vaincre militairement . Plus grave encore, ce point de vue fut développé dans un rapport officiel commandé par le président de la République française Jacques Chirac et le Premier ministre de l’époque Lionel Jospin à l’intellectuel médiatique en février 2002. Selon un membre anonyme du cabinet d’Hubert Védrine, ministre français des Affaires étrangères à l’époque, cité par Jade Lindgaard et Xavier de la Porte, ce rapport avait été demandé à l’auteur pour qu’il cesse de fustiger l’action de la France en Afghanistan. L’ex-membre du Quai d’Orsay confiait aux auteurs : « Il faut être en lien avec ce petit monde qui a un pouvoir de nuisance et d’agitation. Il faut faire attention, parce qu’il y a un penchant naturel de la presse pour ces discours. On est obligé de composer avec eux ». Ainsi, grâce à ses réseaux, M. Lévy se voyait confier la rédaction d’un document officiel et voyait conférer une légitimité supplémentaire à ses opinions.
    Par la suite, il s’illustrera dans les attaques contre l’intellectuel musulman Tariq Ramadan. Ce dernier sera taxé d’antisémitisme, de double langage voire de liens avec le financement d’Al Qaïda.
    De son côté, Alain Finkielkraut a été consulté par la commission des Affaires culturelles, familiales et sociales de l’Assemblée nationale lors de la table ronde sur la laïcité à l’école, organisée le 22 mai 2003. Partisan résolu de l’interdiction du voile dans les écoles, il prendra régulièrement position contre les Français d’origine arabe en France. Il déclarera ainsi que la France n’a pas participé à la Guerre d’Irak de l’administration Bush pour calmer cette frange de la population. Ce sont ces mêmes Français d’origine arabe qui se verront présenté comme la cause d’un « nouvel antisémitisme » en France voire d’un « racisme anti-blanc » , une expression autrefois réservé au seul Front national.
    Illustration parfaite de cette optique défendue par les deux auteurs, l’hebdomadaire Le Point dans son numéro du (12 mai 2005) propose dans ses pages un débat dans lequel Alain Finkielkraut dénonce à nouveau le « nouvel antisémitisme » et le « racisme anti-blanc » des populations arabes françaises tandis que Bernard Henri Lévy dans son Bloc-Note dénonce la collusion du Pakistan et d’Al Qaïda .
    Jadis, la France se flattait de produire de grands intellectuels qui apportaient au monde de nouveaux éléments de réflexion. Aujourd’hui, elle est sous la coupe de prescripteurs d’opinions, qui se donnent la réplique pour mieux imposer un prêt-à-penser, donc pour empêcher toute pensée critique. Parmi eux, Alain Finkielkraut et Bernard Henri Levy, deux figures hautes en couleur qui s’efforcent de monopoliser la parole publique pour promouvoir sans contradicteur la politique de MM. Bush et Sharon.
    Dans son chapitre consacré à l’avenir « progressiste » de l’antisémitisme (« Le néo-antisémitisme sera progressiste ou ne sera pas »), BHL traite celui-ci comme une sorte de démon qui rode à travers l’histoire sous des déguisements variables. C’est « ce long cri de haine qui, depuis des siècles et des siècles, poursuit le Peuple de la Parole ». Il ne faut pas demander « pourquoi ? ». Il faut seulement demander « comment ? »
    À cette question-là, BHL fournit une réponse. L’antisémitisme fera sa prochaine apparition inévitable par la voie de la gauche. Sur ce sujet, qui lui tient à cœur, il lui arrive de faire quelques observations justes. Il reconnaît implicitement une réalité que beaucoup d’autres refusent de voir, c’est-à-dire qu’en Europe, aujourd’hui, l’authentique religion, celle dont le sens du sacré fonctionne encore, c’est la Shoah, l’Holocauste. Ou, comme il le dit, « la religion de l’époque » est « de plus en plus clairement fondée sur ces trois solides piliers que sont le culte de la victime, le goût de la mémoire et la réprobation des méchants (l’antifascisme triomphant, l’amour de la victime et le devoir de mémoire) ». Cela étant, il s’inquiète de voir qu’une certaine compétition entre victimes alimente du ressentiment envers les juifs, accusés d’avoir « mis main basse sur le capital victimaire. Shoah business… »
    « Que reste-t-il pour le génocide des Indiens d’Amérique, me demanda, un jour, le chef indien antisémite Russell Means ? Rien ; les juifs américains ont tout pris ; ils se sont approprié jusqu’à l’idée de génocide. » Là-dessus, BHL fait même une rare mention des Palestiniens, dont le pire ennemi serait « ce vacarme qui se fait autour de la souffrance du peuple juif et qui couvre leur voix à eux » .
    La réponse de BHL n’est autre que d’insister encore que la Shoah est bien unique dans l’histoire, en ajoutant que les musulmans étaient du côté d’Hitler et ne peuvent donc pas être considérés comme des victimes innocentes du sionisme. Et que de telles plaintes ne sont que des manifestations de la nouvelle vague d’antisémitisme. Tout cela suit de l’a priori selon lequel il ne peut y avoir d’explication pour l’antisémitisme autre que la nature éternelle de l’antisémitisme lui-même. Et il ne peut surtout pas y avoir de cause pour laquelle certains juifs eux-mêmes, dans le cas présent, l’État d’Israël, pourraient porter une part de responsabilité.
    Au lieu d’analyser, BHL prophétise. Il prévoit la prochaine vague d’antisémitisme dans « l’unité du négationnisme, de l’antisionisme et de la compétition victimaire ». Et que faire devant ce péril ? Encore de l’exhortation, et un nouvel ennemi « fasciste » à combattre : « l’islamofascisme » ou, comme il préfère le nommer, le « fascislamisme ».
    BHL s’adresse à la gauche qu’il espère inspirer avec ses prophéties.
    Exhortation numéro un : arrêtez de parler d’Israël et de la Palestine ! Il faut limiter « la référence obsessionnelle à Israël. » Parlez plutôt du Darfour, de la Tchétchénie…
    Deuxième exhortation : remplacer le concept de tolérance par la laïcité. Bref, pas de tolérance envers le « fascislamisme », qu’il arrive à discerner même dans les positions relativement modérées d’un Tariq Ramadan, par exemple, sans parler des femmes voilées et des Musulmans qui se fâchent contre les caricatures du Prophète représenté comme terroriste.
    Troisième exhortation : reconnaître dans l’islamisme une forme de fascisme.
    Ce zombie programmé est finalement tout ce que BHL offre à la gauche ou aux juifs.
    Avec quel résultat possible ?
    Le silence des comptes rendus en ce qui concerne le judéocentrisme flagrant de son livre suggère qu’une certaine forme d’intimidation fonctionne efficacement. On peut néanmoins se demander si le fait de ne pas oser mettre en question une quelconque affirmation faite « au nom des juifs » (sans demander leur avis !) est vraiment « bon pour les juifs » ? BHL lui-même, en parlant de la « compétition victimaire », exprime des doutes. Mais il persiste.
    Il est évident qu’il vaudrait mieux pour la gauche, pour les juifs, pour tout le monde, surmonter ces inhibitions religieuses et regarder en face la réalité du monde, y compris Israël, l’Irak —invisible dans ce livre— la Palestine, l’Iran, et, oui, les États-unis et son complexe militaro-industriel déchaîné qui trouve des prétextes pour l’utilisation de sa puissance militaire dans l’hystérie néo-conservatrice au sujet de « l’islamofascisme ». Le mode prophétique affectionné par Bernard-Henri Lévy n’est autre qu’une irrationalité émotive, tout comme l’antisémitisme, divers délires religieux et même le « fascisme ». Il s’agit d’une posture idéologique, sans rapport aucun avec un concept sensé de politique progressiste.




    0
  • yazid
    14 février 2011 at 1 h 48 min -

    je me souviens après que Bouteflika à changer la constitution pour lui permettre d’avoir un mandat à vie monsieur Adler qualifie ce viole de la constitution algérien comme un exemple de démocratie .
    on a pas de leçon à recevoir de ce genre de personne qui veulent que les nations musulmanes ne se développe pas pour qu’il aura pas de menace sur l’état d’Israël




    0
  • azzeddine
    14 février 2011 at 14 h 06 min -
  • Congrès du Changement Démocratique