Édition du
20 July 2017

Lettre D’amour du pouvoir algérien au peuple

Nacera Kherbouche

Cher petit peuple!

Je suis déçu, je suis fâché, moi ton maître! Mais que t’arrive t’il, pourquoi cette insubordination soudaine! Tu veux faire comme la Tunisie et l’Égypte, mais voyons donc! Tu ne peux pas, l’Algérie n’est pas comme les autres pays, tu n’ignores pas que par notre situation géographique et notre pétrole, nous sommes la convoitise des super puissances! Puis, Ben Ali, était un seul homme au pouvoir, moi je porte plusieurs hommes en moi. Je suis une sorte de monstre à plusieurs têtes, ca te dit quelque chose?

Moi, je te protège du grand méchant loup et toi tu ne veux plus m’écouter! Qui t’a ramené l’indépendance? C’est moi! Tes enfants vont à l’université, non? Tu sais que la majorité des miens n’ont jamais eu la chance d’y mettre les pieds. Alors, ne viens surtout pas te plaindre de la qualité de la formation! Que veux-tu accomplir? Tu veux ta liberté? Eh, bien j’aurais bien aimé que tu sois un peuple libre mais tu n’es pas encore prêt et tu ne le sais pas. Je suis obligé de rester et continuer à vous surveiller, toi et tes enfants, vous ne vous entendez pas, et vous n’avez personne qui soit aussi capable que moi de faire le travail. De plus, ne l’oublies surtout pas, si jamais je pars qui va te protéger des terroristes? Si je pars, ces méchants vont revenir te massacrer, j’espère que tu n’as pas oublié!

En plus, tu viens soulever ton problème pendant que moi je vis une crise intestinale. Tu n’es pas sans savoir que mes clans se déchirent en ce moment. Je suis vraiment fâché contre toi, tu n’es pas reconnaissant. Mais je sais, cher petit peuple, ce n’est pas de ta faute, tu es entrain de te faire manipuler par des forces extérieures et tu ne le sais pas!  Toi, tu ne sais rien, moi je sais, et c’est pour cela que je réfléchis à ta place! Fais moi confiance, je serais toujours là pour te protéger. Seulement, il faut m’écouter et toujours sinon je te punis. Tu sais que je suis bon là dedans non?

D’accord, d’accord! Tu es en colère contre moi car certains de mes membres ont dilapidé et volé tes richesses, laisses moi m’en occuper, toi tu n’es pas capable. Je vais les punir, mais il faut que tu les comprennes un peu, ils sont stressés, tu as quand même 36 millions d’individus en ton sein, ils ne sont pas éduqués, ils demandent toujours plus, alors pour mes gens ce n’est pas évident. Regardes les autres peuples, ils sont compétents, travaillants et civilisés. Et moi j’ai eu la malchance d’hériter de toi et malgré tout j’accepte mon triste sort. D’ailleurs, tu as vu, je gère bien tes intérêts, j’en mets de temps en temps en taule! Là, je sais tu attends de moi un geste, je te promets que j’y pense, je vais sacrifier quelques têtes. Il faut juste que tu sois patient. Alors, que veux- tu de plus? Je te trouve ingrat, cher petit peuple!

Dernièrement, je t’ai acheté beaucoup de céréales car te connaissant, et voyant que certains de tes enfants ont commencé à s’immoler, je me suis dit que tu allais sûrement imiter ces maudits tunisiens jusqu’au bout! Et toi? Qu’est ce que tu fais? Au lieu de dire merci, tu commences à réfléchir! Je te l’ai dit, contentes toi de manger ce que l’on te donne et moi je réfléchis à ta place.

Tu vois, tu ne sais plus apprécier les récompenses. Au fait, si tu es fâché, parce que j’ai interdit la vente de jerrican d’essence, je peux les remettre en vente. Moi, c’était juste pour toi, pour que tes enfants ne jouent pas avec le feu. Tiens, à propos de jouer avec le feu, certains de tes enfants poussent l’indiscipline jusqu’à vouloir se réunir, moi je sais que c’est peine perdue. Ils ne vont jamais s’entendre, tu sais que cela fait plus de 30 ans que je travaille pour cela. Tu as dit que tu étouffais à cause de l’état d’urgence que j’ai pourtant instauré pour te protéger, j’ai dit d’accord je vais bientôt te laisser te promener, même avec tes enfants et  si les terroristes reviennent, ce sera bien fait pour toi, tu l’auras voulu!

J’ai même fait l’effort de décider que la télévision nationale allait dire moins de mensonges ou plus de vérité, c’est comme tu veux. Et malgré cela, tu ne reviens pas à la raison! Mais que t’arrive-t-il cher gentil petit peuple? Ce n’est pas ton comportement normal, cela fait si longtemps que tu ne dis rien, que tu obeis, et ce matin soudain, tu revendiques! Mais je sais, cher petit peuple, toi tu es gentil, c’est juste que tu es manipulé et toi tu ne le sais pas. Regardes, je t’ai donné la permission d’avoir accès à Internet et toi au lieu d’aller sur les petites annonces, ou jouer à la loterie,  tu utilises la technologie pour t’organiser contre moi! AH! Ce Face book, je n’aurais jamais dû l’autoriser! Tu vois, C’est à cause de toi que je vais le couper, et tu seras bien avancé, tiens!  Tu sais, cher petit peuple, cette élite qui est partie, qui t’a trahi, ne lui fais pas confiance. Car elle te manipule et toi tu ne le sais pas! Elle veut te remonter contre moi, mais n’oublies pas toi tu es là et c’est toi seul qui va subir ma colère. D’ailleurs, en ce moment, tu ne gères plus tes enfants, j’ai remarqué que même localement, tu as des brebis galeuses, trop de brebis galeuses parmi tes enfants, ils se réunissent, ils complotent contre moi, il  y en a même qui osent me diffamer auprès de chaînes télévisées étrangères et sur internet. Attention, si tu ne corriges pas le tir, ils risquent de contaminer ta masse et tu vas le payer cher! As-tu déjà oublié 1988? Ne m’oblige pas à remettre cela car au fond tant que tu es gentil et que tu ne me poses pas trop de questions je t’aime bien quand même!

Maintenant, tu veux organiser une marche pacifique avec beaucoup de tes enfants, pourquoi? Que veux-tu de plus? Tu vois, dès que je te donne un petit bout, tu en réclames plus! Ah! que j’ai envie de remettre un couvre feu, et à partir de 17h, ainsi tu verras ce qu’est la vraie vie avec moi!

J’ai même autorisé un wali à te prêter une salle pour le 12 février et tu refuses, je ne comprends pas pourquoi? Une petite salle à la wilaya peut bien suffire pour quelques milliers d’algériens, bien sûr vous serez un peu tassés, mais au moins vous pourrez vous réunir puisque paraît il, tes enfants éprouvent soudain le besoin de se parler.

Cher petit peuple, malgré toutes mes tentatives ouvertes et en coulisses de te dissuader de marcher le 12, tu persistes, eh, bien à tes risques et périls! Pauvre fou, n’as-tu pas vu tout ce que je prépare. N’as-tu pas vu, juste au niveau d’Alger mes 20 000 policiers qui t’attendent de gourdin ferme? Tu me fais rire, je ne sais même pas si tous tes enfants vont pouvoir rentrer sur Alger, j’ai quadrillé la ville. Tu devrais aussi prévenir tes enfants, que j’ai mis des caméras de surveillance! S’il te plaît ne m’oblige pas à être méchant!  Qu’aurais tu fait à ma place? Je suis bien installé, tranquille et toi tu viens secouer ma zone de confort!

De plus, à cause de toi, l’oncle Sam est fâché contre moi! As-tu vu Ben Ali? Après toutes ces années où j’ai sacrifié ma vie pour toi, tu voudrais m’envoyer à la Mecque une main derrière, une main devant! Quelle ingratitude!


Nombre de lectures : 1343
4 Commentaires sur cet article
  • Hmimid
    12 février 2011 at 13 h 42 min -

    Bien conté et bien résumé.
    J’ai beaucoup aimé le passage suivant  » Eh, bien j’aurais bien aimé que tu sois un peuple libre mais tu n’es pas encore prêt et tu ne le sais pas. Je suis obligé de rester et continuer à vous surveiller, toi et tes enfants, vous ne vous entendez pas »
    Je crois que le plus grand défi du peuple Algérien reste celui de déjouer les plans de pouvoir actuel pour maintenir une divergence et une opposition absolues au sein de son petit peuple.
    Soyons vigilants des « Baltadjia Algériens »




    0
  • zagat2011
    12 février 2011 at 14 h 37 min -

    Très bien, le décor est ainsi planté: d’un côté, un homme sage, intelligent, soucieux de l’intérêt général, à l’écoute de son monde; de l’autre des chenapans indisciplinés, querelleurs, exigeants, impatients qu’il faut rappeler à l’ordre lorsqu’ils sortent des chemins tracés. En somme un père de famille et ses enfants liés par un grand amour traversé de temps à autre par des petites crises sans grande importance. Malheureusement la réalité n’est pas une pièce de théâtre dans laquelle chaque acteur tient son rang et débite sa tirade sous les applaudissements des spectateurs. Chez nous, l’insulte tient lieu d’argument, la force soutient la répression le mensonge tient des discours et la vérité a honte et se voile la face. Il reste à espérer que le vent de liberté qui souffle en ce moment balaiera de ses rafales la hogra, l’injustice, le malheur né du désespoir et la pauvreté. A ce moment là, comme au théâtre, les traîtres seront démasqués, la justice sera rétablie et la fête couronnera le tout.




    0
  • Tweets that mention Le Quotidien d’Algérie » Lettre D’amour du pouvoir algérien au peuple — Topsy.com
    14 février 2011 at 14 h 43 min -

    […] This post was mentioned on Twitter by Karamelle and diego, fesalgerie. fesalgerie said: Lettre D’amour du pouvoir algérien au peuple http://bit.ly/hcwhmU […]




    0
  • Aksil
    14 février 2011 at 19 h 23 min -

    Par le pourissement et la desobeissance civile comme Gandhi l’a si bien fait en Inde!




    0
  • Congrès du Changement Démocratique