Édition du
22 July 2017

Scandale de l’affaire liée à l’autoroute est-ouest Une affaire d’Etat qui s’achemine vers un acte isolé

El Watan, 17 février 2011

Le dossier juridique de l’affaire de l’autoroute Est-Ouest va de rebondissement en rebondissement, impliquant certains et mettant en liberté d’autres. Se rejetant la balle, les belligérants se confondent en déclarations et accusations, niant à chaque fois leur implication dans cette affaire.

Le dossier de l’autoroute Est-Ouest ne cesse d’étonner. D’abord par la mise en liberté provisoire de Adou Sid Ahmed, celui qui avait impliqué Salim Hamdan, directeur de la planification au ministère des Transports (en détention), mais aussi par les déclarations de Ammar Ghoul, ainsi que des patrons des entreprises chinoise Citic-CRCC et japonaise Coojal. Ils tirent leur épingle du jeu et enfoncent l’ex-directeur des nouveaux projets de l’Agence nationale des autoroutes (ANA), Mohamed Khelladi. Celui qui a fait éclater l’affaire et impliqué Amar Ghoul.

Auditionné par écrit en tant que témoin, le ministre des Travaux publics, Amar Ghoul, a décliné toute responsabilité dans le scandale qui a éclaboussé son département en qualifiant les propos de celui qui l’a incriminé, à savoir Mohamed Khelladi, ex-directeur de l’ANA, de
«rumeurs et propos mensongers» visant à «nuire» à sa «réputation». Il l’a carrément enfoncé en affirmant qu’il prenait des décisions sans l’en informer. En fait, les déclarations de Ghoul et celles des patrons de la chinoise Citic-CRCC et de la japonaise Coojal se rejoignent pour orienter l’affaire vers Mohamed Khelladi en tant que représentant de l’Etat. D’ailleurs, la seule plainte qui existe dans le dossier est celle déposée par le ministre contre lui en tant que directeur de l’ANA. Elle a été déposée plus de six mois après l’éclatement du scandale (juste après les accusations de Khelladi portées à son encontre) dans le but de discréditer ses révélations fracassantes sur le scandale. Cette nouvelle tournure vise en réalité à  extirper du dossier les noms de personnalités et ministres cités lors des auditions de l’enquête préliminaire et de la première étape de l’instruction.

Et la récente mise en liberté de Addou Sid Ahmed, après 13 mois de détention, ne peut qu’obéir à  cette logique, surtout lorsqu’on sait que la mesure a été décidée par le juge sans qu’une demande en ce sens n’ait été introduite par sa défense. Ce qui est extrêmement rare chez les magistrats algériens. Addou, faut-il le rappeler, avait fait des révélations très graves à propos du rôle d’intermédiaire qu’il aurait joué entre des sociétés françaises (Egis-route) et M. Ghoul pour l’obtention de marchés de réalisation de l’autoroute. Il aurait révélé devant les officiers du DRS et le juge d’instruction avoir été chargé par M. Ghoul d’aller en France pour  prendre attache avec le  responsable de Egis-route à Paris, du nom de Kiza, pour lui signifier qu’il devait payer les commissions. Ce dernier, toujours selon Addou, lui aurait révélé que celles-ci avaient déjà été remises à un certain Tayeb Kouidri, richissime homme d’affaires algérien qui a des liens de parenté par alliance avec un militaire haut gradé.

L’énigmatique disparition d’un élément-clé du dossier

L’homme en question est une véritable énigme. Il a quitté précipitamment le pays, quarante-huit heures après l’arrestation de Mejdoub Chani, en septembre 2009. Il vit actuellement entre Paris et Genève où il a des résidences. Les commissions rogatoires transmises aux officiers de police judiciaire du Département du renseignement et de la sécurité (DRS), dépendant du ministère de la Défense, pour sa convocation, sont revenues sans résultat. Sa villa, située à Hydra (Alger) est fermée depuis septembre 2009. Pourtant, il est cité comme expert auprès de Chakib Khelil, du défunt Ali Tounsi, de Tayeb Belaïz et de nombreuses institutions du pays.
Selon Addou Tadj Eddine (oncle paternel de Sid Ahmed), actuellement en détention, les commissions que Kouidri aurait remises à M. Ghoul auraient permis à Egis de décrocher le marché de maîtrise d’œuvre d’un montant de 60 millions d’euros.

Ce que le ministre a démenti dans sa déposition écrite au juge d’instruction. Il a même récusé les déclarations de Khelladi selon lesquelles l’Algérie a payé 8 millions de dollars le kilomètre d’autoroute sans équipement, alors qu’ailleurs la même distance équipée ne dépasse pas le montant de 6 millions de dollars.
C’est ce même Addou, libéré par le juge, qui va donner des informations sur les commissions qu’il aurait obtenues auprès de sociétés étrangères en contrepartie des marchés dans le secteur des transports, et ce, grâce à l’aide présumée de Hamdane Salim Rachid, directeur de la planification et de la coordination (actuellement en détention) gendre de l’ex-ambassadeur Ghrieb, nommé récemment dans l’organe de lutte contre la corruption. Deux jeunes femmes ont été entendues comme témoins dans cette affaire du fait que leurs noms ont été cités. Selon le dossier judiciaire, leurs comptes à l’étranger auraient reçu les virements de commissions versées au mari de l’une d’elles, à savoir Salim Hamdan.

Dans la foulée, Addou aurait aussi révélé que dans le contrat de suivi et de contrôle du tronçon Est de l’autoroute, il est intervenu au profit de la société italienne Inco, grâce au chef de cabinet du ministre des Travaux publics, Ferrache Belkacem (inculpé) auquel il dit avoir remis une somme de 500 000 DA, les frais de ses vacances en Turquie, et ce, en attendant le versement du reste de sa commission, devant être défalqué du montant de 300 000 dollars qu’il aurait perçu. Il a reconnu avoir été sollicité pour arbitrer un conflit opposant le Groupement mixte des travaux publics (GMTP) composé de l’italienne Pizarotti et de deux autres entreprises, à l’ANA, relatif à la demande du groupe d’augmenter les honoraires estimés entre 10 et 12 millions d’euros. Une mission qu’il va accomplir avec l’aide de Aït Kaci Boudjemâa, un conseiller proche d’un certain Khata, membre du conseil d’administration de la Société de gestion des ports. En contrepartie de ce service, une commission de 5% du montant du marché aurait été remise aux concernés, soit 500 000 euros, dont 30% versés à Addou et le reste partagé entre Khata et Aït Kaci.

Un dossier et plusieurs scandales

En outre, c’est toujours Addou qui a révélé que dans le cadre de la réalisation du tramway des villes de Constantine et d’Oran, il s’est rapproché du PDG de la société française Alstom, par l’intermédiaire d’un homme d’affaires, Hallab Khaier, en lui promettant une commission de 15% de celle qui lui sera versée. Mais en dépit du fait qu’Alstom ait obtenu le marché, Addou dit ne pas avoir reçu sa part à  cause d’un contentieux opposant Khaier à Alstom. Celle-ci s’est opposée à l’association de Khaier au projet.  Mieux, Addou Sid Ahmed a affirmé avoir rencontré le patron de l’italienne Astaldi, en 2007, à la même période où il a fait connaissance avec Hamdan. Ce dernier lui aurait fait état de projets non encore rendus publics dans le domaine des transports, notamment ceux du tramway, du chemin de fer ainsi que ceux de l’Entreprise de navigation aérienne (ENA) et de la ligne ferroviaire rapide (LGV 123). Une mine d’informations qu’il a monnayées auprès de nombreuses entreprises, notamment italiennes. Dans le but de mieux négocier la commission avec Alstom, il lui aurait remis la liste des sociétés italiennes intéressées par la réalisation du tramway de Constantine d’un montant de 34 milliards de dinars et transmise par leur ambassade à Alger au ministère des Transports à la demande de ce dernier.

Quelque temps plus tard, Alstom et Pizarotti se présentent comme un groupe, à côté de Impreglio, et obtiennent le marché avec respectivement 35 milliards de dinars pour les deux premières et 34,5 milliards de dinars pour la troisième. Addou a déclaré avoir reçu, en mars 2009, 115 000 euros versés par Pizarotti sur le compte de son épouse à BNP Paribas. Il a révélé que Hamdan n’a pu obtenir sa commission, qui devait être transférée en novembre 2009. Selon lui, il aurait obtenu en 2007 la liste des sociétés espagnoles intéressées par la réalisation du tramway d’Oran, d’un montant de 38 milliards de dinars, grâce à Hamdan qu’il l’avait demandée à leur ambassade à Alger. Avec cette liste, Addou a négocié la commission d’obtention du marché (arrêtée à 1%) avec Alstom Isolux Corsan en faisant jouer ses connaissances au sein de Alstom. En février 2009, le groupe obtient le marché. Addou reconnaît avoir remis à Hamdan 12 millions de dinars, mais ce dernier affirme que les sommes perçues par Addou de Alstom Isolux Corsan et du groupe Alstom-Pizarotti représentent la moitié de ce qui a été conclu. Alstom a exigé un moyen plus légal pour transférer les commissions du fait que l’entreprise était en examen en Suisse.

Même scénario pour le marché de téléphérique de Oued Koreich. Addou a affirmé avoir reçu des informations sur le projet de Hamdan, qu’il a mis à la disposition d’une société suisse en contrepartie de 240 000 euros. La part revenue à Hamdan aurait été de 11 millions de dinars. Il va parler de nombreuses autres sociétés auprès desquelles il a négocié d’importantes commissions en contrepartie de l’obtention de marchés, entre autres IPF Planege (société portugaise), Razel (française), CMC et Pizarotti (italiennes). C’est dire que les aveux de Addou sont très graves même si, quelque part, il y a une volonté avérée de les vider de toute leur substance.

Salima Tlemçani

Citic-CRCC, un groupe public qui réalise un chiffre d’affaires de 80 milliards de dollars
Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 17.02.11 | 01h00 Réagissez

Le PDG de Citic-CRCC a fait état de nombreuses informations sur son groupe.

Composé de deux grandes sociétés appartenant au gouvernement chinois, agissant dans les domaines du bâtiment, des travaux publics, de la finance, des banques, des hydrocarbures, de l’énergie, de la construction d’engins de travaux publics et dans les télécommunications, le groupe est classé parmi les cinq plus importantes entreprises au monde avec un capital de 80 milliards de dollars et un chiffre d’affaires du même montant. Il emploie 300 000 travailleurs et a des marchés dans de nombreux pays, ce qui a nécessité le recrutement de nombreux experts de différentes nationalités. Le marché de l’autoroute Est-Ouest est suivi directement par la société mère de Pékin. Sa réalisation a coûté la vie à 30 Chinois.
Salima Tlemçani

Le PDG de Coojal : «Un million de dollars pour les travaux supplémentaires»
Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 17.02.11 | 01h00 Réagissez

Le directeur général du groupe Coojal rappelle que sa société a obtenu la réalisation du tronçon Est de l’autoroute sur 399 km, de Bordj Bou Arréridj jusqu’à la frontière tunisienne, pour un montant de 341 milliards de dinars, c’est-à-dire près de 4 milliards de dollars.

Il reconnaît que Coojal a mis à la disposition de la direction de nouveaux projets dépendant de l’Agence nationale des autoroutes (ANA) que dirigeait Mohamed Khelladi (actuellement en détention), 50 lignes et des téléphones mobiles et 10 à 15 voitures et bus, précisant avoir loué 5 à 6 logements à Alger et 4 autres à Constantine au profit de la même direction, qui a bénéficié de la construction d’un bâtiment avec un logement de fonction. Il précise que cette structure était prévue par le contrat qui le lie à l’ANA et que les téléphones ont été demandés par un écrit de l’ex-directeur des nouveaux projets, qui tantôt l’expliquait comme faisant partie d’une clause liée aux travaux supplémentaires, tantôt à une autre, relative aux mesures d’accompagnement, sachant que ces clauses obligent le maître d’œuvre à prendre en charge ces équipements ou ces services. Mieux, le patron de Coojal va jusqu’à affirmer que parfois, l’ex- directeur des nouveaux projets le sollicitait verbalement, sans aucun écrit, mais que «toutes ses demandes de mise à disposition ont été accompagnées de bordereaux d’envoi».

Pour ce qui est de la location de logements, il a affirmé que Coojal signait le contrat avec le propriétaire, en lieu et place de la direction qui en bénéficiait, précisant toutefois que les frais de loyer, de communications et l’achat de véhicules ainsi que du gasoil étaient inscrits au chapitre des travaux supplémentaires. Ils étaient censés être honorés par la direction des nouveaux projets, mais celle-ci a toujours accusé des retards, a noté le DG de Coojal. Celui-ci souligne qu’à la demande de Khelladi, le groupe japonais a offert près de 50 PC portables à la direction qu’il chapeaute, destinés, selon sa correspondance, aux cadres nouvellement recrutés, et a meublé à ses frais les logements loués. A la question de savoir si toutes ces dépenses, qui ont atteint près d’un million de dollars, ont été honorées par la direction des nouveaux projets, le patron de Coojal est catégorique : aucune facture n’a été payée.
Salima Tlemçani

Le PDG de Citic-CRCC : «Nous n’avons jamais désigné de représentant algérien à Alger»
Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 17.02.11 | 01h00 Réagissez

Le PDG du groupe Citic-CRCC (constitué de deux sociétés publiques) affirme avoir obtenu la réalisation des tronçons du Centre jusqu’à la frontière marocaine, sur 528 km, pour un montant de 5,620 milliards de dollars, à la suite d’un avis d’appel d’offres international lancé par le gouvernement algérien.

Il souligne l’importance du projet réalisé, d’après lui selon les normes internationales, en dépit des nombreux problèmes auxquels la société a été confrontée tels que les aléas techniques, le climat, la géologie et aussi le manque de financement. Pour ce dernier point, le PDG explique qu’il a fallu faire un prêt de 1 milliard de dollars auprès de la société mère, à Pékin, pour payer les travailleurs et résoudre la crise. Une aide obtenue grâce au gouvernement chinois du fait que ce dernier accordait beaucoup d’importance au projet qui a fait travailler 30 000 Algériens. Il surprend en parlant de Mejdoub Chani, celui par qui le scandale est arrivé.

Cet homme d’affaires algérien, actuellement en détention, agissait en tant que représentant de Citic-CRCC en Algérie. Pourtant, le patron de ce groupe dément tout contrat de représentation ou de conseil avec qui que ce soit, en Chine ou en Algérie. Il révèle cependant que Chani a été recruté par Citic-CRCC Internationale de Pékin en tant qu’expert parmi tant d’autres. Il n’a donc aucune relation avec Citic-CRCC Algérie et à aucun moment, la société n’a été instruite pour lui virer des fonds, que ce soit en Algérie ou à l’étranger.
Le PDG de Citic-CRCC déclare, à propos de la somme de 11 millions de dinars que l’homme d’affaires affirme avoir reçue de la part l’ancien PDG, qu’il n’a jamais entendu parler de ce virement, précisant qu’aucun document en possession du groupe ne le prouve. Les mêmes propos sont tenus au sujet du montant de 30 millions de dollars que Chani a reconnu avoir perçu dans le cadre du marché de l’autoroute. Le PDG rappelle que l’homme d’affaires a rejoint le groupe dans le cadre du recrutement d’experts à travers le monde. Il était chargé des projets en Angola, au Gabon, aux Emirats arabes unis et à Shanghai. «Il n’a aucune relation avec l’autoroute Est-Ouest en Algérie et n’a jamais été désigné pour intercéder auprès des autorités au profit de la Citic.» Tout comme d’ailleurs pour Pierre Falcon, qui avait la mainmise sur «le marché des affaires» en Algérie grâce à ses connaissances parmi les hautes personnalités de l’Etat, surtout les ministres.

Il a déclaré que la société qu’il dirige n’a aucun contrat avec Pierre Falcon ni avec Bousaïd Nasreddine, connu sous le pseudonyme de Sacha, un Franco-Algérien interdit d’entrée en Algérie et qui jouait lui aussi le rôle d’intermédiaire dans les affaires en contrepartie de fortes commissions. Le nom de ce dernier avait été cité par Chani, affirmant qu’il l’avait rencontré à Paris sur recommandation de l’ancien ministre des Finances, Abdelatif Benachenhou, pour solliciter son aide pour l’ouverture d’une banque d’investissement avec des capitaux étrangers. Trois semaines après cette prise de contact, Chani affirme que le ministre lui a demandé de le rejoindre à Paris où il lui a conseillé de couper tout contact avec Sacha et d’oublier le projet. A cette occasion, il l’informe qu’un conseil interministériel consacré au projet de l’autoroute Est-Ouest devant réunir les ministres des Affaires étrangères Ahmed Bejaoui, des Travaux publics Amar Ghoul, de l’Energie Chakib Khelil et lui-même en tant que ministre des Finances, va avoir lieu, précisant que les Chinois, Pierre Falcon et Sacha y ont été conviés. La réunion aurait eu lieu en absence de Chakib Khelil et de Benachenhou, qui voyaient mal la présence d’étrangers à un conseil interministériel.
Amar Ghoul dément ces affirmations, les qualifiant de mensonges, et a précisé que les conseils interministériels sont tous présidés par le chef du gouvernement.

Le PDG de Citic reconnaît avoir pris en charge le loyer du siège de la direction des nouveaux projets de l’ANA ainsi que son équipement en mobilier de bureau et en moyens de télécommunication et la location de logements au profit des cadres du même service, dans le cadre du contrat programme, après demande écrite de Khelladi. Il en est de même pour l’achat de véhicules et l’acquisition de téléphones mobiles. Au sujet du choix des sociétés de sous-traitance,  le PDG nie toute injonction d’une quelconque autorité et souligne qu’il est assujetti à l’accord de la direction des nouveaux projets, c’est-à-dire Mohamed Khelladi, auquel le groupe a assuré une prise en charge en Chine pour des soins, pour lui et sa famille, «dans un cadre humanitaire».
Salima Tlemçani


Nombre de lectures : 5066
7 Commentaires sur cet article
  • Meskine
    17 février 2011 at 13 h 16 min -
  • mohamed
    17 février 2011 at 17 h 46 min -

    se regime est en train de se foutre de la gueule des algeriens ils sont tous impliqués dans la corruption et du vol de biens des algeriens ils se croient tous aux dessus des lois reveillez-vous mes chers compatriotes et reclamez vos droits et que justice soit faite regime degage drs degage vive l algerie.




    0
  • winath
    17 février 2011 at 19 h 33 min -

    Azul Salam,
    Un jour des années 80 je lui avait demandé de m’aider a avoir un logement ,celui ci me repondait  »je ne suis pas la wilaya » j ai dit tu es plus que la wilaya » mais en vain ni logement ni aide, mon logement je l’ai trouvé a l’étranger a la seule condition de s,immigrer .
    J’ai trouvé cette information sur TSA qui a publier cette revelation ,que j’aimerais partager, y a aussi un lien pour vérifier la source de l’information concernant la richesse de l’homme qui a pris mon logement et ceux des milliers d’algériens.

    http://lesbiensdetournesdelalgerie.blogspot.com/

    http://lesbiensdetournesdelalgerie.blogspot.com/

    J’espere que la vague du typhon pour les libertés qui a touché l’Égypte et la tunisie ,balayera nos oppresseurs suceurs de sang.
    Inchalah leur fin est proche et vont rembourser tous les logements qui ont pris
    Koulou amin




    0
  • kourzem
    17 février 2011 at 20 h 44 min -

    salamoualikoum,
    Grave,c’est pire que la mafia, vraiment c’a ma fait mal au coeur, il faut que c’a change, eh peuple, réveillez vous, et rentrer dans l’histoire, pour changer le calendrier, qui à durée 180 ans de mépris.




    0
  • Djamel Eddine U
    17 février 2011 at 20 h 53 min -

    Zide ya Bouzid !




    0
  • Ammisaid
    18 février 2011 at 8 h 57 min -

    Lala Salima doit posséder une boule de cristal où elle voit toutes les grandes magouilles du système. Elle écrit, elle écrit, elle écrit et on aurait dit: qu’elle avait assisté et suivi de très prêt comment se déroulait les transactions et les corruptions. Seulement, elle ne dit pas, clairement, qui fait quoi, qui est qui…il faut deviner ou il faut posséder une autre boule de cristal pour dire avec certitude que le clan de sa fakhamatouhou sont tous des voleurs et que le clan du Drs le sait avec 3ayen al yakin.
    Lala à quand une affaire qui aboutisse et qui cesse de raconter ceci et cela ?




    0
  • nadir
    21 février 2011 at 20 h 00 min -

    C est digne d’un roman policier cousu de fil blanc




    0
  • Congrès du Changement Démocratique