Édition du
27 March 2017

Très vive tension à Hassi Messaoud : 500 jeunes chômeurs se rassemblent devant la daïra

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

El Watan le 17.02.11 | 12h08 

La tension est remontée d’un cran jeudi matin à Hassi Messaoud. Vers 11 H, pas moins de 500 jeunes chômeurs sont revenus à la Daïra pour se rassembler et exiger des postes de travail. Les jeunes chômeurs de Hassi Messaoud ne relâchent donc pas la pression et maintiennent leur protestation en dépit de la forte mobilisation des forces de l’ordre.

Un vent de révolte souffle sur Hassi Messaoud. Les chômeurs de la commune la plus riche d’Algérie continuent de se mobiliser pour exiger de meilleures conditions de vie et une réelle prise en charge de leurs préoccupations. Ainsi, mercredi, après avoir occupé de force les bureaux de la daïra de Hassi Messaoud, les chômeurs regroupés en un comité local, n’ont cédé ce bâtiment administratif que vers les coups de 3 h du matin.

Pour les déloger, des centaines de policiers et de gendarmes ont été mobilisés et de nombreuses promesses leur ont été faites. Mais après une nuit agitée, Hassi Messaoud a renoué jeudi matin avec la contestation. Les chômeurs, qui n’ont pas fermé l’oeil la nuit, sont  revenus manifester, jeudi matin, devant la daïra et réclament plus que jamais l’intervention du wali.

« Les gendarmes m’ont demandé de calmer les manifestants et de leur demander de rentrer chez-eux. Mais, moi, je leur ai répondu qu’il est de notre droit de manifester notre exaspération. La misère et la pauvreté vont nous affamer. Nos familles n’ont même pas de quoi manger. Comment alors ne pas protester et manifester ? », indique Mahmoud Zegoune, porte-parole du comité des chômeurs de Hassi Messaoud.

Notre interlocuteur précise également que la situation risque de dégénérer à n’importe quel moment. Les chômeurs sont déterminés à procéder à la ferméture de la daïra et n’éprouvent aucune crainte à affronter les forces de l’ordre.

La passivité et l’immobilisme du wali de Ouargla, qui ne s’est toujours pas déplacé à Hassi Messaoud pour calmer les esprits et répondre aux sollicitations des chômeurs, risque de provoquer encore davantage la furie des jeunes de Hassi Messaoud.

Abderrahmane Semmar

Nombre de lectures : 2449
4 Commentaires sur cet article
  • Rédaction LQA
    17 février 2011 at 15 h 07 min -

    Les chômeurs de Hassi Messaoud menacent de recourir à l’émeute

    El Watan le 17.02.11 | 09h36

    Dans la nuit de mercredi à jeudi, les chômeurs de Hassi Messaoud ont squatté la daïra de leur localité jusqu’à 3 h du matin. Ils étaient près de 80 jeunes en colère qui ont occupé de force les locaux de la daïra en attendant que la wali de Ouargla se déplace pour écouter leurs revendications. A l’extérieur des mures d’enceintes, ils étaient plus de 400 chômeurs qui ont assiégé durant toute la nuit les bureaux du chef de daïra.

    Il aura fallu la mobilisation d’une centaine de policiers et de gendarmes pour disperser ces chômeurs qui ont promis de revenir à la charge la semaine prochaine en déclenchant une émeute. « Nous avons occupé les bureaux de la daïra de Hassi Messaoud jusqu’à 3 H du matin. Nous n’avons à aucun moment cédé à la pression des forces de l’ordre. Nous tenions à ce que notre rage soit entendue », explique à elwatan.com, Mahmoud Zegoune, porte-parole du comité des chômeurs de Hassi Messaoud.

    « Les autorités ont mobilisé des imams, des présidents de comités de quartiers et des notables pour nous persuader de lever le siège de la daïra. Or, nous avions attendu à ce qu’ils inscrivent les noms de tous les chômeurs sur des listes pour se disperser. Ils nous ont promis des postes de travail pour la semaine prochaine. Si cette promesse n’est pas tenue, Hassi Messaoud va bruler cette fois-ci », menace notre interlocuteur lequel insiste sur la colère profonde qui anime désormais les chômeurs de cette ville pétrolière et riche du sud du pays.

    « Trop de hogra, trop de misère », scandent en choeur d’autres chômeurs que nous avons joint par téléphone. Sur leurs lèvres, une seule complainte revient sans cesse : « donnez-nous notre part des richesses de notre région » !
    Abderrahmane Semmar




    0
  • Rédaction LQA
    17 février 2011 at 17 h 04 min -

    Algérie : Une centaine de jeunes chômeurs manifestant à Touggourt

    El Watan le 17.02.11 | 14h05

    Le mouvement de contestation initié par les chômeurs de Hassi Messaoud vient de gagner la ville de Touggourt, dans la wilaya de Ouargla. Jeudi après-midi, une centaine de jeunes en colère ont manifesté devant l’antenne locale de l’Agence nationale de l’emploi (ANEM). Si pour l’heure un clame précaire caractérise cette manifestation, les chômeurs de Touggourt n’écartent pas le recours à la violence pour se faire entendre.

    « Les chômeurs de Touggourt veulent en finir avec la corruption, le népotisme et le clanisme qui infectent l’administrations locale, le bureau de main d’oeuvre et l’ANEM. Nous avons pendant longtemps observé des dépassements dangereux sans agir. Mais cette fois-ci, nous n’allons plus nous taire. Qu’on arrête de nous racketter avant de nous proposer du boulot », s’écrie ainsi Gherbi Kadour, représentant du comité national de défense des droits des chômeurs à Touggourt.

    Notre interlocuteur qui a essayé de ramener le clame dans sa ville en tentant d’organiser et canaliser le mouvement de contestation des chômeurs ne cache pas sa crainte de voir la situation dégénérer en une violente émeute. « Le volcan de colère, confie-t-il à elwatan.com, s’apprête à exploser. Les jeunes veulent du travail pour vivre dignement. L’extrème dénuement qui les accable dans cette région va finir par les faire basculer dans la violence », avertit-il.

    Conscientes de ce danger, les autorités de la wilaya d’Ouargla ont dépêché jeudi un représentant pour promettre de nombreux postes de travail. Ceci dit, les chômeurs de Touggourt ne cherchent plus à se contenter des annonces sans lendemain. Il exige une réunion ave les responsables de la wilaya pour leur faire signer des engangements concrets.

    « Sans cela, les manifestations et les rassemblements vont continuer durant toute cette semaine. Et c’est aux autorités d’assumer la responsabilité d’un quelconque dérapage. On ne peut pas laisser comme ça sur le carreau toute la jeunesse de Touggourt », relève en dernier lieu Gherbi Kadour.
    Abderrahmane Semmar




    0
  • Très vive tension à Hassi Messaoud : 500 jeunes chômeurs se rassemblent devant la daïra midipress
    17 février 2011 at 19 h 20 min -

    […] de provoquer encore davantage la furie des jeunes de Hassi Messaoud.Abderrahmane SemmarLectures: 1 ici pour lire l’article depuis sa source. Cette entrée a été publiée dans algerie. Vous […]




    0
  • betrolier
    17 février 2011 at 23 h 53 min -

    Les jeunes du sud ont raison de se revolter pour l’emploi, car les postes de travail au sein du secteur pétrolier et particulierement à sonatrach, sont distribués par affiliation parentale, amicale et syndicale, il y a des directeurs qui ont recrutés tout les gens de leur village




    0
  • Congrès du Changement Démocratique