Édition du
24 March 2017

Taisez vous Madame DRIF, vous dérangez nos martyrs

Par Jeff (Enfant de la Casbah)

«Tout ce qui s’est fait de grand dans le monde s’est fait au cri du devoir ; tout ce qui s’y est fait de misérable s’est fait au nom de l’intérêt». H. Lacordaire

Après avoir gardé un silence assourdissant quasi un demi siècle durant, Madame DRIF épouse BITAT sort soudainement de sa sérénité sénatoriale pour fustiger le système qu’elle a contribué à sa consolidation. Il existe quelqu’un de pire qu’un bourreau, son valet. C’est en acceptant ce statut vous acquiescez votre rôle de domestique auprès d’un système qui n’avait cure de votre personne ; que le souci d’utiliser votre nom comme label commercial. La sincérité comme la vérité n’y sont plus celle de la révolutionnaire que l’Algérie ait connue. Coupée des réalités sociales, le système vous a emprisonné dans sa citadelle en prenant soins de vous offrir avantages et privilèges. C’est de cette forteresse sénatoriale que vous interpelliez un premier ministre de façade, un exécutant surtout des sales besognes, sur la manière lamentable de gestion des richesses du pays. Il n’est pire aveugle que celui qui ne veut pas voir.

Les algériens crient leur douleur, pleurent leur malheur, mais point d’oreilles aux doléances. Les responsables du pays, feutrés dans leur univers microcosmique, ont perdu les sens de la vision et de l’écoute mais apprécient les bons goûts des plaisirs de la vie. « Il n y a point de soleil pour les aveugles ni de tonnerre pour les sourds, s’ils ne veulent pas en croire aux autres » nous enseigne l’adage populaire. Avez-vous oublié ce que vous étiez ? Une fille du peuple pour devenir une femme du système, illégitime de surcroît. Quel était le sacrifice de tout un peuple face aux privilèges d’une bande de prévaricateur ?

C’est un enfant de la Casbah qui s’adresse à vous en toute humilité. Quand l’esprit perd ses repaires dans les méandres de la vie, il doit retrouver sa source du départ afin de marquer ses pas. De même les fleuves retournent à la mer, les dons de l’être reviennent à lui. Il est temps de revenir vers soi, vers ce qu’on était réellement. Autant l’algérien apprécie, et reconnaît, le sacrifice consenti durant la lutte de libération, autant il dénigre l’attitude de ceux qui ont spolié sa dignité dans un monde libéré. « La révolution et les révolutionnaires, il faut les examiner de très près et les juger de très loin » disait Simon bolivar

La source de notre mémoire, Madame DRIF, une date et un lieu : 8 octobre 1957 ; 5 rue des Abderames à la Casbah. Une rue perpendiculaire à la Rue porte neuve. Cinq algériens préféraient mourir pour la patrie que de se rendre à l’ennemi et courir le risque de dénoncer leurs frères sous la torture du commandant Aussaresse alias « commandant O » et du lieutenant Schmitt. Pour rappel, ce dernier est devenu chef des forces armées Françaises et rendra visite officielle à Alger en 1995 pour être reçu avec honneur par le Général LAMARI «  alias sergent Garcia » chef d’état major de l’armée algérienne mais aussi ancien sergent de l’armée française et qui a reconnu avoir participé à la bataille d’Alger dans l’hebdomadaire le Point. En réalité, il n’a fait qu’accueillir son ancien supérieur hiérarchique comme au beau vieux temps. Parfois, la vie nous réserve de saugrenues circonstances.

Certes, votre destin et celui du sergent Garcia part d’un point de départ opposé mais se rencontre dans le monde de l’aisance et des privilèges de l’Algérie indépendante ; l’Algérie utile. Mon intervention s’adresse à vous Madame Zohra, fille d’une famille aisée et instruite mais qui a préféré sacrifier son avenir pour sa patrie. Tout était à votre honneur. On est en 1956 quand vous vous êtes fait recruter par le réseau Algérois de Taleb Abderrahmane dans le milieu estudiantin. Les Paras de Bigeard se sont empressés de recomposer votre journal écrit par vos soins sur un cahier déchiré en petit morceau juste avant votre arrestation dans votre cache au 3 rue Caton à la casbah. Son contenu, collé, y figure jusqu’à nos jours dans les archives de l’armée française.

Cinq algériens hantent vos nuits pour ne pas avoir le courage, voire le même destin ; mourir comme eux en Martyr. Amara Ali « alias Ali Lapointe » mais aussi le petit Omar, Omar Yacef n’avait même pas atteint la puberté il faisait déjà son devoir de coursier entre les différents groupes actifs à la Casbah et notamment entre BENMHIDI et Yacef. Ensuite, Hassiba Benbouali à la fleur de sa jeunesse refusa de sortir de la cache avec le jeune Mahmoud Bouhamid qui venait juste de se marier. L’appel au sacrifice était plus fort que celui de la capitulation. Habités par la peur du démantèlement de l’ensemble des groupes actifs restant, les cinq martyrs se sacrifièrent pour que la flamme de la lutte pour l’indépendance continue jusqu’à son terme. Plus qu’un engagement, nos cinq martyrs se sont fait serment authentique tel prescrit par notre religion de mourir pour la patrie. Mesurez vous aujourd’hui leur sacrifice ? Avez-vous tenu le serment de vos frères et sœurs Martyrs, qu’une fois l’Algérie recouvre son indépendance, les algériens vivront librement mais aussi dans la dignité ? Faites la comparaison, Madame Drif, entre les sacrifices du peuple et ses acquis actuels ? Il serait impossible de comparer l’incomparable. La balance s’inclinerait forcement du côté de la logique de l’histoire car son poids est réel. Et vous, vous situerez dans l’autre versant de la balance qui n’a pas du poids dans cette histoire factice qu’on doit désormais réécrire.

Qu’avez-vous fait une fois l’indépendance acquise ? Avez-vous continué le combat des libertés, toutes les libertés pour le peuple algérien ? Vous vous êtes inséré dans un système quasi identique à celui que vous avez combattu. Vos anciens ennemis vous ont légué les structures, mais aussi la manière de faire, et la mentalité qui y sied. Ayez le courage de dire aux algériens à qui appartenait, durant la colonisation, la maison que vous avez toujours occupé avec votre mari monsieur Bitat. Vous vous êtes rendus au système de prédation de l’Algérie indépendante comme vous vous êtes rendus aux Paras de MASSU au 3, rue Caton, sans tirer un coup, les mains en l’air alors que vous étiez armés. Comble de l’ironie, votre arrestation fut filmée et archivée à l’INA. Les Paras de MASSU n’ont pas eu le privilège de filmer les martyrs de la rue des Abderrames. En contraire, pour se faire une conviction de la mort d’Ali La pointe, ils se sont empressés de ramener son frère Mohammed d’une prison pour la reconnaissance des corps. Il a reconnu son frère par le tatouage de son pied droit ramassé parmi les débris.

Quand on n’a pas le courage de marquer l’histoire on ne doit pas s’ériger en donneur de leçon. Notre histoire, vous l’avez réellement perverti, vous et votre ami Yacef Saadi coproducteur du film la bataille d’Alger, en présentant Ali Lapointe comme ancien proxénète. Ce qui a donné l’occasion à l’écrivain tunisien, Toufik Benbrik, d’insulter notre Martyre en le traitant de personnage d’un Roman : un proxénète qui devient chahid ? Ensuite, dans le livre mémoire de votre ancien codétenu et actuel sénateur, comme vous du tiers présidentiel du régime illégitime, d’accabler Omar Chergui comme le délateur de votre cache à la casbah. Souvent, comme on dit : les absents sont assassinés à coups de langue. L’histoire parlera tôt ou tard et le rôle des uns et des autres serait défini pour les générations futures. Vous et Yacef Saadi, n’ayant jamais été torturés à la suite à votre arrestation, comme le mentionnait le criminel Aussaresses dans son ouvrage, donc épargnez-nous l’argument victimaire. Mais, il faut le reconnaître, vous avez amplement profité des largesses de votre indépendance. Car, il s’agit uniquement de la vôtre. La notre fut une formalité administrative avec moins de liberté et plus de marginalisation et d’exclusion dans votre Algérie utile. La vôtre uniquement. La nôtre reste à venir, le futur nous appartiendra.

Il y a une grande similitude entre vos pratiques et celles du colonisateur. Vous avez, en tout état de cause, remplacé les anciens colonisateurs comme le décrit savamment Maître Verges dans son ouvrage « à mes amis algériens devenus tortionnaires». Il dit la phrase suivante : « la maladie des âmes se transmet par les fesses. C’est en s’asseyant sur les chaises des colons que vous avez remplacé, que vous avez acquis leur mode de pensée, leurs attitudes, leur manière de gouverner ». Hélas cette pathologie des âmes n’a pas de remède Madame Drif. Elle devient chronique pour ceux qui ont perdu leur dignité. Votre système de valeur n’est plus immunisé pour s’ériger en donneur de leçon, n’en parlant pas de l’histoire qui vous a exclu.

Savez-vous que le frère d’Ali LAPOINTE vit dans la misère et n’arrive même pas à se soigner à Miliana ? Sa sœur n’a pas une situation réjouissante à Bouzaréah. Vous avez renié ce que vous étiez : une fille du peuple pour devenir une femme du système. On ne peut pas prétendre défendre des principes après les avoir enterrés quasi un demi-siècle durant. Les remords viennent souvent après les reniements. Ce n’est pas le poids de l’âge, ni la mort qui s’approche à grands pas, qui vous procure la force de critiquer le système dont vous avez bénéficié à satiété de ses largesses. Mais le souvenir de vos compagnons de lutte qui vous habite, car eux n’ont pas survécu pour voir leur pays mourir à petit feu.  Sachez que le souvenir est le seul paradis dont nous ne puissions être expulsés.

Le sacrifice de nos martyrs vous taraude en fin de vie. Nos martyrs demeureront immortels, pour l’éternité. Vous l’avez connu, Ali La pointe portait des tatouages sur son corps : sur le téton gauche, donc coté cœur, “Marche ou crève” et sur le dessous de son pied droit : “Tais-toi”. Donc : taisez vous madame DRIF une fois pour toutes, vos vociférations dérangent nos morts.


Nombre de lectures : 6694
28 Commentaires sur cet article
  • Samir
    18 février 2011 at 15 h 49 min -

    Salam Alikoum,

    J’espère que vous avez reçu quelque part des documents de la DST qui atteste que si Yacef et Drif ont vendu leurs frères Ali lapointe et les autre sans être torturés par l’armé française et si vous n’avez pas encore vu ces documents je peux vous les transmettre par mail.

    vous pouvez me contacter au exam1982@hotmail.com
    salam




    0
  • Alilou
    18 février 2011 at 15 h 57 min -

    Hacha ceux qui n’ont pas mit la main dans le sac, le reste des vrais-faux moudjahidines, leur devoir encien est parti en fumee le jour ou ils ont accepté de laisser tomber les promesses faites au peuple et a leur camarades tombés aux champs d’honneur, le reste vivent encore dans le champs du deshoneur…c’est a nous de nous taire de ne plus prononcer le nom des comme cette DRIF and co qui ont cautionné les crimes de leurs anciens ennemis les DAFFISTES….EUX QUI ONT TRAHI LA PAROLES DONNé A CEUX QUI SONT TOMBéS DE TENIR L’ETANDARE HAUT…
    Nous viveront dans le deshonneur si nous ne recouvrons pas notre dignité et lavé notre honneur et celui de nos glorieux martyres, soullé par les DAFFISTES et les traitres a la nation en costumes cravattes, qui sans honte bue, ont acceuillis les bras ouvert leur anciens, nouveauX et toujours maitres sur le sol ou 1.5 millions de martyres ont varsé plus 6.5 millions d’hectolitres de sang de braves BRAVES…

    Laissons les dans les oubliettes, meprisons les, mais de graces ne les citons plus ca va etres CEUX DONT LES NOMS NE SE CITENT PLUS…

    ALI LA POINT…JE FUME ET JE RESTE ZEN…A LA MEMOIRE DE NOS GLORIEUX BRAVES…




    0
  • Général AB
    18 février 2011 at 16 h 19 min -

    Essalamou Oua Illa MinHou Essalam!

    Je vous avais dit que ce ne sont pas seulement les présidents d’APC qui sont faux, mais les sénateurs aussi!

    Leur compromission avec satan est innommable !!!!!

    Ce ne sont plus que des morts vivants, même leur chef malade mental «le faux dieu de l’Algérie» n’est q’une carcasse habité depuis longtemps!

    Des morts vivants, des morts vivants, partout où ils sont et où ils dirigent cela sent la mort et ça pue de tout bord, avec ou sans barbe, avec ou sans jupon!

    Leur cervelle est morte, leur cœur est mort depuis longtemps et on ne comprenait pas pourquoi ils ne voyait pas et n’entendaient pas nos douleurs……

    Je pleure….. et pour nous donner du courage je vous invite à répéter ensemble :

    «JAA ALHAKKOU WA ZAHAKA AL BATILOU INNAL BATILA KANA ZAHOUKA!» Sadaqua Allahou El-ADHIM!

    et sortons pour respirer notre air, de Aïn Guezzam à Alger et de Timimoun à Annaba!

    Vive l’Algérie digne et libre
    Général AB d’EL_AHRAR!




    0
  • tamarisio
    18 février 2011 at 16 h 40 min -

    Bravo pour l’article en attendant que la vérite se sache un jour sur le role joué par les pseudo-moudjahidines et les renonciations des promesses faites aux héros de notre glorieuse revolution et gloire encore une fois aux deux djamila (Boupacha et bouhired )




    0
  • kaddour
    18 février 2011 at 17 h 46 min -

    Dis moi qui tu fréquentes je te dirai qui tu es.

    Mme BITAT, après une participation héroïque à la lutte de libération du pays, a fini par se fourvoyer et se confondre avec les mercenaires d’Oujda, colonisateurs des temps modernes. Je me suis tjrs demandé les raisons de retournements de veste et même de  »pantalons » de tous ceux, parmi les anciens moudjahidines, qui, après l’indépendance ont vendu leur âme au diable. Est-ce à dire que cette fameuse révolution tant glorifiée est beaucoup plus un échec qu’une réussite? la question mérite d’être posée.

    Il est évident que le groupe de mercenaires et de criminels d’Oujda, n’a pas mis main basse sur le pays sans la bénédiction et le soutien de certains ex-authentiques révolutionnaires, à l’image des YACEF Saadi et DRIF Zohra. Seulement, ces derniers ont perdu d’une main ce qu’ils ont obtenu d’une autre, ils ont fait le choix de la traitrise et du reniement, ils ont choisi le confort bassement matériel au confort moral.
    La révolution c’est comme un fleuve en débordement qui charrie un peu de tout sur son passage. Autant le dire, la révolution de Novembre 54 était l’œuvre d’idéologues visionnaires, d’hommes de grandes valeurs humaines et intellectuelles autant qu’elle était aussi celle d’autres hommes de moindre envergure, des repris de justice de droit commun, des truands récupérés en la circonstance pour servir leurs pays et qui, au fil du temps, ont fini par monter en grade et pris la place qui n’était pas la leur. C’est, entre autres, à cause de ses gens là qu’il en est advenu de notre pays ce qu’il est aujourd’hui.
    Combien j’étais écœuré et indigné de voir, par exemple Yacef Saadi, qui pour moi était un grand héros, s’affichait fièrement et avec un grand sourire devant les caméras T.V avec Bouteflika, j’estime humblement que celui-ci ne mérite pas cet égard.

    Mme Bitat, vous aviez choisi votre camp, assumez-le et, pour reprendre notre cher concitoyen Jeff, taisez-vous une bonne fois pour toute s’il vous reste encore un peu de dignité.

    Salutations à tous les véritables patriotes.

    Avec tous mes respects à Mr JEFF.




    0
  • ahmed 22
    18 février 2011 at 17 h 57 min -

    Cette drif est d’une arrogance insultante!Merci pour ces lumières d’un passé glorieux,on en a grand besoin par les temps qui courent.




    0
  • abon
    18 février 2011 at 18 h 29 min -

    Merci. La suite, les historiens l’écrirons tôt ou tard car la vérité est têtue.




    0
  • Taisez vous Madame DRIF, vous dérangez nos martyrs midipress
    18 février 2011 at 19 h 12 min -

    […] Donc : taisez vous madame DRIF une fois pour toutes, vos vociférations dérangent nos morts. ici pour lire l’article depuis sa source. Cette entrée a été publiée dans algerie. Vous […]




    0
  • KANARY
    18 février 2011 at 19 h 39 min -

    j’essuie mes larmes. Merci jeff




    0
  • Hamma
    18 février 2011 at 20 h 40 min -

    C’est fini la famille révolutionnaire!
    C’est fini les moudjahidines de salon!
    C’est fini hizb frança!

    Vous avez comptés sans cette génération qui se fout de vos histoires dites « glorieuses » et qui ne voit que votre mirobolant train de vie et celui de vos progénitures.

    L’histoire vous rattrape au crépuscule de vos vies.




    0
  • abdeliw
    18 février 2011 at 21 h 32 min -

    Merci jeff pour la révélation. la plus grande repentance de cette dame sera d’écrire au président de la république une lettre avec un langage pacifique et laconique pour lui dire de remettre le destin des algériens entre leurs mains loin des revanchards qui ont condamné ce pays au purgatoire………votre pieds est déjà dans une tombe .




    0
  • boukh-ha@hotmail.fr
    19 février 2011 at 0 h 04 min -

    merci jeff pour ce cri de vérité mais j’aurais aimé lire le vrai nom de l’auteur de cette article ça aurait été beaucoup plus véridique et poignant à la dimension du même article dommage que vous vous cachiez derrière un pseudo…!




    0
  • kamel
    19 février 2011 at 7 h 09 min -

    Bonjour
    Un grand merci pour cet article .
    Tu nous a mis de la glace dans le coeur somme on dit en algerien
    Rien a ajouter tu as tout dit
    J’ai eu les larmes aux yeux et la chaire de poule lorsque je lisais ce que tu disais sur ali lapointe
    Un exile au canada




    0
  • persifleur
    19 février 2011 at 10 h 00 min -

    Madame Drif a raté une occasion de se taire et ainsi faire oublier ses accointances coupables avec un régime criminel qui lui a permis de devenir une apparatchik BCBG.

    Un pouvoir qui est concentré entre les mains d’une poignée de personnes, qui ont superbement tout cloisonné. Protégés par un arsenal sécuritaire qui veillent jalousement à leur sécurité et à la pérennité de leur système mafieux.

    Parallèlement on a permis à une frange de la société d’être les exécutants zélés de la lourde machine propagandiste, une forme de harka en costumes cravates qui occupent tous les postes clés pour mieux verrouiller -le plus souvent très brutalement- toutes velléités de changement.

    Les colons français avaient leur quartiers, plages et cercles privés attitrés où le misérable autochtone ne pouvait en aucun cas pénétrer. De nos jours des zones sécuritaires hautement huppées se sont créées pour permettre aux puissants et à leurs hommes de mains de vivre à l’ombre de la manne financière à la fois généreuse et dispendieuse et surtout loin des dangers que peuvent leur causer les millions de sinistrés de la vie sociale.

    Des hommes (ministres, walis, députés, sénateurs, hauts dignitaires de l’armée, super directeurs, hommes d’affaires du sérail …)et leurs familles un peu partout dans le pays, se sont érigés en réels occupants, appliquant sans complexe et en toute impunité la domination arbitraire de leurs sujets tout en bénéficiant de l’exploitation économique des richesses nationales pour leur seul compte.




    0
  • aquerado
    19 février 2011 at 11 h 15 min -

    Salam,
    Merci mille fois mr jeff pour cette revelation qui a fait tressaillir mon corps de fond en comble sur l’histoire cachee d’Ali la Pointe. Apres madame Bitat, mr Yacef Saadi qui brasse une bonne fortune entre Alger et la Suisse, une question legitime me taraude l’esprit: Est ce que la France de de Gaulle a achetee la compromission, le silence et la lachete de ceux ci vue qu’ils n’ont pas ete soumis a la question, ceci etant systematique a l’epoque en echange d’un avenir radieux? Une autre question s’impose: Est ce que cette technique contre revolutionaire des services secrets Francais n’a pas permis de mettre le peuple Algerien sous la coupe reglee de l’etat Francais en imposant ses daf, ses harki et tutti quanti?




    0
  • liberté
    19 février 2011 at 18 h 27 min -

    Merci pour ce rappel de l’histoire. Notre histoire contemporaine tourmentée est le reflet de notre lâcheté et de notre reniement volontaire ou forcé face aux sacrifices des martyrs. La terre d’Algérie est gorgée de sang pour la lutte pour la liberté. Comme on dit « djabouha el sbou3a oua etmat3ou el zbou3a » : ce sont les lions qui se sont sacrifiés mais les chacals en ont profité…Mais je reste optimiste pour le peuple algérien, il lui suffit de retrouver la boussole, son identité réelle après tous ces errements.




    0
  • abd el allah el muslim
    19 février 2011 at 20 h 24 min -

    tres cher enfant de la casbah cet article est tout a
    votre honneur mais, les laches non cures des regrets
    ils sassiets sur tout ce qui leurs rapelles le courrage, la digniter,et surtout l’honneur bien a vous
    mon cher frere .




    0
  • yes we can
    19 février 2011 at 20 h 38 min -

    les martyres ne seront jamais dérangés.Ils sont protégés par Dieu.Et si madame Drif ne connait pas l’endroit des cercueils de tous les martyres,voici 2 adresses:1°Baqara/154
    « Et ne dites pas de ceux qui sont tués dans le sentier d’Allah qu’ils sont morts. Au contraire ils sont vivants, mais vous en êtes inconscients.
    2°:169/173 Al Imran
    Ne pense pas que ceux qui ont été tués dans le sentier d’Allah, soient morts. Au contraire, ils sont vivants, auprès de leur Seigneur, bien pourvus et joyeux de la faveur qu’Allah leur a accordée, et avis que ceux qui sont restés derrière eux et ne les ont pas encore rejoints, ne connaîtront aucune crainte et ne seront point affligés.Ils sont ravis d’un bienfait d’Allah et d’une faveur, et du fait qu’Allah ne laisse pas perdre la récompense des croyants.Ceux qui, quoiqu’atteints de blessure,répondirent à l’appel d’Allah et du Messager, il y aura une énorme
    récompense pour ceux d’entre eux qui ont agi en bien et pratiqué la piété.Certes ceux auxquels l’on disait: « Les gens se sont rassemblés contre vous; craignez-les » – cela accrut leur foi – et ils dirent: « Allah nous suffit; Il est notre meilleur garant ».




    0
  • rodatdur
    20 février 2011 at 2 h 04 min -

    Commenter un chef d’oeuvre… jamais! Tout est dit, il n’ y a qu’à s’incliner. Merci à l’auteur.




    0
  • rachid
    20 février 2011 at 2 h 14 min -

    tout ceux, qui ne respectent pas les moudjahidines qui ont sacrifie leur jeunesse et leurs vie pour le pays ,sont des ingrats et ne meritent aucun respect.
    si vous detruisez vos reperes vous serez déracines et reconquis




    0
  • MOHAMED
    20 février 2011 at 12 h 04 min -

    S.V.P LAISSEZ MOI EMBRASSER VOTRE FRONT POUR VOTRE COURAGE, VRAIMENT JE VOUS TIRE CHAPEAU,EN FIN DE COMPTE L’ALGERIE EST PLEINE DE SERGENT GARCIA




    0
  • aquerado
    20 février 2011 at 12 h 34 min -

    Salam,
    J’aimerai que l’on medite sur un texte de Ali que DIEU soit satisfait de lui, empreinte du recueil de la voix de l’eloquence et qui pour moi est l’exemple parfait de notre situation et la ressemblence exacte avec notre etat. Desole du fait que se soit long mais cela en vaut son pesantd’or.
    LA PASSION DES RICHESSES 1)Quand aux riches jouisseurs de parmi les nations, ils sont attaches fortement aux sources qui leur conferent les biens. 2)Ils ont dit : « Nous disposons de plus de biens et d’enfants et ne nous serons donc pas tourmentes ». 3) S’il est absolument necessaire qu’il y ait un esprit de parti, que cela soit pour les oeuvres nobles, et les esprits chevaleresques des meilleures tribus et des chefs de clans arabes par leurs moeurs exemplaires, par leurs esprits puissants, par leurs opinions sagaces et leurs exemples dignes d’eloges. 4) Passionnez-vous pour les sentiments genereux tels: les rapports de bon voisinage, le respect de la parole donnee, l’ exercice du bien, le dedain de l’orgueil, la pratique de la bonte, le rejet de la tyrannnie. Abhorrez le meurtre, accordez l’equite aux gens, maitrisez votre colere et ne semez pas la corruption sur la terre, tirez la lecon des malheurs qui ont frappe les nations qui vous ont precedes, a cause de leurs mauvais comportements et de leurs actions blamables. 5) Meditez sur leur destin, que vous soyez dans la prosperite ou dans le malheur et prenez garde de ne pas leur ressembler. 6) Or, si vous meditez sur les changements survenus dans leur histoire, ne retenez que les comportements qui ont contribue a leur grandeur, qui ont fait ecarter d’elles leurs ennemis, leur ont assure la paix et la securite, leur ont attire la prosperite, et leur ont sauvegarde leur dignite par le fait que ces nations ont resserre leur union et ont evite la desunion; elles ont pratique et cultive l’ amitie et ont rejete tout ce qui pouvait les dissocier et affaiblir leur puissance, comme la rancune, l’inimitie, le fait de s’ignorer mutuellement et le relachement des liens de solidarite. 7)Meditez l’exemple des croyants qui vous ont precedes et leurs reactions face aux epreuves et aux malheurs. N’ont-ils pas ete les plus accables parmi les creatures, les plus frappes de peines et les plus angoisses en ce monde? les Pharaons en ont fait des esclaves, leur ont inflige les pires des traitements et leur ont fait boire la coupe de l’amertume. 8) Il sont restes ainsi plonges dans le mepris et les peines reserves au vaincu, sans un moyen de s’en sortir ni une voie pour s’en defendre, jusqu’au jour ou DIEU considera a quel point etaient leur abnegation face au malheur par amour pour lui et leur capacite de supporter les desagrements assuyes par crainte de lui. 9) Alors DIEU fit de leur peine leur propre salut; Il changea leur situation d’avilis en situation de puissants, et remplaca la peur par la paix et la securite. Il devinrent des rois, des gouvernants et des sages eminents. DIEU a ete genereux envers eux bien au dela-de ce qu’ils esperaient. 10) Voyez comment ils etaient lorsque leur elite etait unie, leur sentiments concordants, leurs coeurs equilibres, et quand ils se donnaient mutuellement la main et que leurs sabres se soutenaient, leurs regards etaient clairvoyants et leurs decisions communes; n’ont-ils pas ete alors maitres du monde et rois dominant les nations! 11) Remarquez apres ce qu’ils devinrent plus tard quand ils furent dans la discorde, que l’amitie disparut, que les paroles et les coeurs se trouvaient en contradiction, qu’ils devinrent divers peuples et se separerent en clans ennemis. C’ est alors que DIEU leur ota la parure de la dignite et les priva de sa generosite. Il ne reste plus que leur histoire pour servir d’exemple a ceux qui veulent bien mediter. Merci de votre patience. ***




    0
  • rachio
    20 février 2011 at 16 h 25 min -

    à 61 ans (fils de chahid)orphelin de père depuis l’age de dix ans,je perçois une retraite 11250 da,mais je suis fière de mon défunt père.allah yarham chouhadas




    0
  • medjahed
    20 février 2011 at 19 h 56 min -

    Dommage,je l’aimais bien….mais « je vous ai compris »




    0
  • Reda
    20 février 2011 at 22 h 19 min -

    Les éléments mentionnés autour de Zohra Drif(sergent Garcia,Armée des frontières, clan D’oujda) sont intéressants,mais les attaques contre Zohra Drif, une héroine de la bataille d’Alger sont vraiment stupides et idiots.Même ceux à l’encontre de Yacef Saadi, le grand héros de la bataille d’Alger.Mr.au lieu d’utiliser votre plume,talentueuse par ailleurs, comme vous le faites ,à savoir,la destruction de l’histoire héroique des Algérois, de certains des héros de la Bataille d’Alger, comme Zohra Drif et Yacef Saadi, ou plutôt Bataille d’algérie selon le livre de Mohamed Lebjaoui, membre du CNRA et présent à la Casbah, lors de cette bataille, avec Abane Ramdane,hébergés par la zonne autonome d’Alger, donc au lieu d’utiliser votre plume comme vous le faites, je vous suggère de vous pencher sur le complot du groupe d’oujda qui, après avoir occupé,Alger et l’Algérois essaye d’effacer l’histoire de la population algéroise, présente dans cet espace avant 1962.Salutations d’un Kasbadji qui attend 2012,année de la prescription des archives de l’armée française,pour essayer de savoir ou le corps de son père,chef de zone d’un secteur algérois,disparu en 1957, suite à la grève des sept jours(1er.fév.1957)a été jeté avec celui de 3000 autres algérois.




    0
  • Nasser Halli
    21 février 2011 at 21 h 00 min -

    grand merci Jeff de la Casbah! personne ne peut taire la vérité et il était grand temps que ressortent tous ces dossiers…et la vérité sur la traitrise qu’a subi le peuple Algérien par la confiscation de son indépendance, insupportable pour la france coloniale, qui a su mettre en place la prise de pouvoir par des cul-terreux en assassinant les révolutionnaires qui ont osé se battre pour la dignité de leur peuple




    0
  • Jeff
    21 février 2011 at 23 h 43 min -

    Mon message @ Réda
    Mais surtout à l’attention de l’ensemble des lecteurs du LQA, il n y a point de secret que le temps ne révèle. Certes, je suis algérois de la Casbah comme vous mais je me définis avant tout comme algérien. Il s’agit de l’histoire d’une nation et d’un peuple pas d’une algarade verbale régionaliste. C’est un réductionnisme intellectuel que d’évoquer les algérois uniquement dans l’histoire de la bataille d’ alger. Pour rappel les chefs de la Zone Autonome n’était pas algérois : Benmhidi en l’occurrence et Abdelmalek Temmam. Mais les Algérois ont accueilli à bras ouverts les membres du CEE (Comité de coordination et d’exécution) : Abane Ramdane, Larbi Ben M’hidi, Krim Belkacem, Saad Dahlab et Benyoucef Benkhedda, aucun d’eux n’était algérois, véritables dirigeants de la révolution. Ils étaient nouvellement élus par le « congrès de la Soummam ». Sur la base de confiance, ils avaient décidé de siéger dans la Casbah d’Alger où ils pensaient avoir une plus grande emprise sur les militants du FLN, de meilleures liaisons et surtout parce qu’ils étaient persuadés que la capitale était propice à la clandestinité totale, avec ses « planques », ses « caches » multiples, ses nombreux agents de liaison perdus dans la masse et les protections de toute sorte dont ils pourraient bénéficier.
    S’agissant de l’article qui a suscité votre ire, je vous invite à visionner cette courte vidéo (archive de l’ina) pour se mettre à la place des martyrs. Tapez sur le lien suivant :http://www.ina.fr/histoire-et-conflits/decolonisation/video/CAF94073079/explosion-a-la-casbah-d-alger.fr.html
    Puis visionner la vidéo suivante pour savoir comment la félonie s’opère : http://www.youtube.com/watch?v=g2_bL6lCG9I
    Par contre vous avez bien fait d’évoquer le complot du groupe d’Oujda et Ghardimaou avec son groupe Tlemcen qui est rentrés en force à Alger. Pour rappel, les algérois ont accueilli en liesse le GPRA de Benkhedda et sont sortis en force aux cris « sept ans ça suffit » pour le groupe de Tlemcen. Là également, je prends à témoin les lecteurs de LQA de visionner le discours historique de Benkhedda à Alger contre les gens d’Oujda au lien suivant : http://www.youtube.com/watch?v=L_A7vln7cyw
    Comme j’invite aussi les lecteurs de visionner la vidéo ou Yacef Saâdi en personne reconnaît s’être rallié au clan d’Oujda en mettant 1830 militants armés et 2000 civils pour protéger leur entrée à Alger. Taper sur le lien suivant : http://www.youtube.com/watch?v=SWy_ivKPVHU&NR=1




    0
  • Sami BOUMENDJEL
    11 mars 2011 at 17 h 03 min -

    Merci à JEFF…
    Il nous transmet  » le waâchee ent’taâ el’bled… », grand merci JEFF.
    Mais JEFF nous interpelle sur le vrai sens de notre histoire… sommes nous mûrs et matures pour la recevoir… cette « vraie histoire de l’algérie » quand ce sont les felonies diverses qui on écrit « l’histoire officielle de l’algérie »… chacun y cherche son chahid, ou sa chahida…. mais au fond c’est se désir de retrouver une identité digne qui nous inspire réaction « charnelle par atavisme culturel »…
    C’est vrai que des illusions seront perdus sur des prétendus héros… dites – moi seulelment si on doit faire la distinction…. pour que jaillisse la « vraie histoire de l’algérie » du rôle de chacun dans cette vraie vie.. puisquelle leur a servi parés à monnayer leur turpitude…. oui il est un devoir musulman… ne faites pas descendre la corruption dans votre cité elle vous envahira et vous submergera jusqu’à la noyade….de vous et de votre descendance.
    Je rêve qu’enfin sorte la vérité on pourra comprendre pleins de choses qui expliquerai aujourd’hui et le rôle maléfique des différents régîmes français bâtis sur le colonialisme et le néo-colonialisme…
    On est bien chez nous en France…!!!
    Fraternité,
    Sami BOUMENDJEL




    0
  • Congrès du Changement Démocratique