Édition du
30 March 2017

La punition

Saïd Radjef

Bouteflika trois fois mal élu, peut se frotter les mains aujourd’hui. Ces adversaires qui viennent pour la deuxième fois consécutive d’appeler les algériennes et les algériens à une mobilisation générale pour renverser un régime qui estime être investi par un pouvoir divin, à a peine drainé 1000 personnes, ce matin à Alger. Le peuple qui n’ignore rien des méthodes frauduleuses du régime ainsi que du fiasco et du simulacre d’élection de Bouteflika par les généraux du DRS, a refusé de répondre favorablement à l’appel de l’opposition. C’est une punition que vient d’infliger le peuple à la classe politique. Tout le monde s’accorde a dire que ce régime qui dispose à sa guise des richesses du pays est illégitime, qu’il a été incapable de faire doter le pays d’un projet de société et qu’il a bâti toute sa politique sur le triptyque répression, corruption et mensonge. Mais tout le monde s’accorde à dire également que l’opposition ne s’est jamais acquittée honorablement de ses devoirs moraux vis-à-vis du peuple. Face au processus totalitaire engagé par le MALG (DRS) après avoir vidé le Congrès de la Soummam de son contenu politique en 1957, les élites algériennes ont joué sur le tableau du conformisme et du compromis avec la junte, en reconduisant le plus souvent les querelles et les archaïsmes du mouvement nationaliste. Aujourd’hui encore, alors que la fièvre du changement fait tomber l’un après l’autre les  tyrans des régimes arabes, l’opposition algérienne n’arrive pas à se placer au cœur des attentes légitimes du peuple pour la restauration d’un Etat de droit et encore moins a anticiper sur le cours des événements. Le verdict, loin d’être une caution au régime militaire, est sans appel, contre une opposition qui a cru se décharger de ses responsabilités historiques, en renvoyant la balle dans le camp du peuple.

Il reste maintenant à savoir si l’opposition saura se défaire de ses complaisances et de ses faux semblants et tirer toutes les leçons du passé pour se reconstruire une légitimité et reconquérir à nouveau la confiance du peuple.
Le peuple n´est ni dupe ni amnésique. Comment voulez vous qu´il manifeste à l´initiative des bourreaux qui le méprisent, qui ont appelé à l´interruption du processus démocratique, qui ont soutenu la répression et qui déclaraient toute honte bue qu´ils se sont trompés de société?
On a dit que la marche du 19 sera un échec comme celle qui l´a précédée une semaine plus tôt. En fait, on s’est trompé, ce n´est pas un échec mais un fiasco!
On a également dit il y a quelques jours que le changement en Algérie connaîtra un processus beaucoup plus long par rapport à celui de l´Egypte ou de la Tunisie, à cause du traumatisme de la décennie sanglante, à cause de la perte de confiance même vis à vis de l´opposition et surtout à cause du travail de sape du DRS. Les gens qui pensent que les généraux vont lâcher le pouvoir facilement se trompent. Ils ne l´ont pas lâché dans les années 1990 lorsque les prix du baril avoisinaient 10$ et comment voulons nous qu´ils vont le faire aujourd´hui avec une rente multipliée par 10 et une cagnotte de plus de 150 Milliards de $? N´ont ils pas été capables de massacrer des centaines de milliers d´algériens pour se maintenir au pouvoir?
Il ne faut pas se leurrer, le seul langage que ces généraux  voyous connaissent est la violence, et seules les émeutes ou un soulèvement populaire est en mesure de les faire vaciller, mais jamais au grand jamais une marche de la CNCD infiltrée et dont les promoteurs ne sont même pas convaincus du bien fondé de leur démarche.
En Algérie il n´y a pas d´opposition crédible et nous ne devons pas nous cacher la face. L´opposition “officielle” s´est discréditée en choisissant la compromission, le gît au club des pins, un salaire à 40 millions pour leurs représentants, les divers privilèges,… Quant à l´opposition que qu’on qualifierait un tant soit peu de “sincère” (FFS, Rachad,…),  pêche par un manque de maturité flagrant. Son incapacité à s´unir en dit long sur le travail fractionnel opéré par les laboratoires de la police politique. Une opposition qui est incapable d´opter pour des choix stratégiques, divisée artificiellement, et oeuvrant dans un ostracisme idéologique, n´a absolument aucune chance de déloger les délinquants politiques qui nous gouvernent.
C’est  pourquoi certaines personnalités à l’instar de Ait Ahmed, Hadjres, Hidouci, Samraoui… refusent de se prêter à cette mascarade et de lancer quelque appel que ce soit,  préférant opter pour un travail discret et de fond, loin des projecteurs et des gesticulations inutiles. Le jour où il y aura la tenue des assises de l´opposition,  un grand pas vers la libération aura été accompli. Il n´y a pas de place à l´ego si on veut chasser les imposteurs et restituer la souveraineté au peuple.
Je suis en partie d´accord avec la thématique qui fait de l´Iran un objectif de cette “fièvre démocratique” qui secoue les pays arabes. Mon amie,   Zineb Azouz, dans un post sur LQA a bien résumé la situation. Ne perdons pas de vue la déclaration de Georges Bush qui faisait de l´Iran le pire ennemi des USA, et que ce pays sera la prochaine cible de la démocratie chrétienne une fois qu’elle aura fini avec l´Irak et l´Afghanistan. On dit en partie seulement, car chaque pays possède sa propre spécificité, sa propre histoire et ses propres mythes.
Les puissances occidentales cherchent à préserver leurs intérêts, accroître leur domination et piller à moindre frais les richesses des pays du sud, c´est pourquoi elles encouragent les dictatures, la corruption, et tout ce qui pourrait s´opposer à leur hégémonie. La présence d´Israël dans la région et le soutien indéfectible apporté à l´état hébreux ne sont pas fortuit.
Mais encore une fois, le sort des algériens est entre leurs mains. La jeunesse finira par triompher, le DRS le sait ; il ne pourra rien si la rue s´enflamme et si leurs policiers qui agissent en véritables mercenaires sont débordés. Ce n´est pas pour rien qu´ils ont mobilisé plus de 30.000 policiers et payé des centaines de “contre-manifestants pour empêcher une marche qu´ils ont largement infiltrée et noyautée.

La junte au pouvoir ne sera renversée que le jour où tous les algériens, toutes tendances confondues, se dresseront comme un seul homme, pour rejeter le mépris, l´injustice, la spoliation et le pillage des « Indus » occupants qui prennent l´Algérie en otage depuis plus d´un demi siècle. Le jour où ils seront prêts au sacrifice, alors il n´y aura aucun doute que les jours des criminels seront comptés. On reste  tout de même persuadés qu´en dépit des déchirements de l´opposition, l´année 2011 sera celle du changement, pour peu que les gens soient conscients que le DRS a atteint ses limites, mais nous devions rester vigilants et ne pas permettre un changement cosmétique…


Nombre de lectures : 1134
37 Commentaires sur cet article
  • Ensemble
    20 février 2011 at 19 h 49 min -

    Lors de l’appel de monsieur Ladi Houari sur LQA , j’ai posté ces quelques lignes pour dire mon pessimisme.

    Ensemble dit :
    29 janvier 2011 à 23 h 38 min

    L’Algérie n’est pas la Tunisie pour plusieurs raisons:
    – La société tunisienne est homogene contrairement à chez nous en Algérie.
    – L’armée tunisienne était écartée par Ben Ali en 87 en instaurant un état policier ce qui n’est le cas en Algérie.
    – Aujourd’hui l’armée tunisienne est pour le changement ce qui n’est pas le cas en Algérie.
    – L’opposition en Algérie est factice ce qui n’est pas le cas de la Tunisie.
    – Le syndicat tunisien UGTT a joué un role central dans les événements en Tunisie , ce qui n’est le cas de l’UGTA qui reste au sérvice du pouvoir en Algérie.
    – La société civille tunisienne aussi a joué un role important alors qu’on Algérie la société civile est atomisée.
    – Les USA ont laché Ben Ali mais ils ne le feront pas en Algerie car ils ont beaucoup d’interets ( pétrole-gaz).

    Amicalement.




    0
  • Ammisaid
    20 février 2011 at 20 h 22 min -

    Frère Saïd, nous revivons chaque seconde qui passe les premiers jours de notre indépendance. C’est clair et net. Les loups continuent à manger la chair et à boire le sang des innocents sous le regard hagard et naïf de ceux et de celles qui savent qu’ils sont nés loups, qu’ils vivent tels des loups et qu’ils seront obligés de mourir comme des loups. 

    le peuple ne veut pas se soulever à la demande de celui-la ou de celui-ci ou de tel ou tel autre groupe. Il est méfiant et il connait la nature du régime et la faiblesse de l’opposition. 

    En réalité, le seul opposant crédible à ces tyrans sanguinaires était et sera toujours le peuple. L’opposition continue à faire de la politique comme si elle avait en face d’elle des saints habillés de burnous et tenant en leurs mains des gourdins. 

    Ce n’est pas normal pour ne pas dire autre chose de tuer 250000 être humains innocents et sans aucune protection, de faire disparaitre des milliers d’autres, s’irradier des centaines de milliers d’autres et de détruire moralement, socialement et psychologiquement des centaines de millier de familles. 

    Il faut être fou au sens le plus abject du terme pour détruire et continuer à détruire pour, uniquement, pour le plaisir de détruire des millions de personnes pour lesquels on est sensé travailler et sacrifier son temps et sa vie de famille. 

    Ils sont Illégitimes, ils ont pris le pouvoir d’une façon illégitime et ils vont essayer de le garder d’une façon illégitime et avec tout les moyens pervers et violent dont ils disposent.

    Ils sont allés loin dans l’horreur et la sauvagerie. Ils ont saccagé tout ce qui faisait que nous étions un peuple et un pays.
    Ils ont volé des milliards de dollars et ils ne les ont pas dépensé, ils ne peuvent les dépenser, il y a trop. Ils peuvent acheter avec la France.

    Trahison sur trahison, crime sur crime, massacre sur massacre, mensonge sur mensonge, viole sur viole, torture sur torture…rien ne semble les arrêter. Ils continuent comme si de rien n’était, ils ne sont responsables de rien et les opposants les traitent comme s’ils étaient des légalistes, des patriotes et des vrais Algériens.

    Le peuple se soulèvera et quand il  le fera rien ne l’arrêtera. Cette fois sera la bonne. Ensuite, il aura le temps et le plaisir de trancher entre les uns et les autres. En attendant, chacun a le droit de l’appeler et c’est lui qui décidera de répondre ou d’attendre. Même dans la misère, la terreur et  la censure totale le peuple demeure souverain et demeurera souverain.
    Fraternellement à toutes et à tous 




    0
  • Farid.B
    20 février 2011 at 21 h 22 min -

    Tu es à côté de la plaque mon ami, l’opposition Na pas pris part à cette marche ni à cette démarche.
    – L’opposition réelle existe dans notre pays il lui faut juste un peu temps pour qu’elle s’organise.
    – L’opposition réelle est avec le peuple et ne fera rien son le bon vouloir du peuple.




    0
  • echecs et maths
    20 février 2011 at 21 h 34 min -

    LE JOUR OU LE PEUPLE COMPRENDRA QUE LES MILITAIRES QUI SONT SENCES LE PROTEGE SONT LA POUR LE PUNIR PARCE QU IL AS OSE ET REUSSIT A PRENDRE SON INDEPENDANCE .CE JOUR LA Y AURA LA VRAI RUPTURE . MAIS PERSONNE N OSE A PARLER DE CETTE MANIERE SURTOUT PAS LES POLITIQUES TOUTES TENDANCE CONFONDUE.
    PERSONNELEMENT JE NE CROIT PAS A L INDEPENDANCE EFFECTIVE DE L ALGERIE CELCI A ETE CONFISQUE ET CE N EST PAS LES MARCHES PACIFIQUES ET LES COMPROMIS A L INTERIEUR DU SYSTHEME QUI REGLERONT LE PROBLEME CEST UN VERITABLE CHANGEMENT INTERVIENDRA LORSQUE LE PEUPLE PRENDRA CONSCIENCE QUE TOUT CEUX QUI INCARNE LE POUVOIR DOIVENT ETRE CONSIDERES COMME DES ENNEMIS DE LA NATIONS TOUT COMME L AS ETE LA FRANCE COLONIALE.




    0
  • Elmoubarek
    20 février 2011 at 22 h 02 min -

    La leve du bouclier des gouvernements europeens contres les musulmans et leurs cultures; cela prouve une fois encors leurs mepris pour la liberte et la democracie des peuples musulmants.




    0
  • Brahim
    21 février 2011 at 0 h 33 min -

    @Farid B
    De quelle opposition tu parles? Louisa h,Saadi,soltani,djaballah ou des lievres qui etaient
    Candidats au dernier carnaval fi dechra ?
    Un seul mot resume toute la situation dans notre pays rajef said le dit tres bien le regime criminel et corrompu ne comprendra qu’une seule langue celle du peuple qui est la violance!
    Est ce qu’il aujourd’hui en algerie un parti ou une opposition reelle capable de faire sortir des




    0
  • tacili
    21 février 2011 at 0 h 47 min -

    @ M.Rajef Said :

    Je suis sincère dans ce que vais te dire :

    Pourquoi ne lances-tu pas un parti politique qui sera le fer de lance d’une action contre ce pouvoir et qui pourra fédérer surtout les jeunes ?

    L’opposition traditionnelle est morte, n’essaye pas d’insuffler une vie dans un cadavre.

    Avec tous mes respects.




    0
  • Brahim
    21 février 2011 at 0 h 49 min -

    Est ce qu’il ya aujourd’hui une reelle opposition capable d’organiser une marche contre le regime comme le faisait le FIS en 90?les marches du FIS regroupaient jusqu’a 800000 adherants! En 90 l’ecomie etait a genoux , il n y avait pas d’argent pour acheter le peuple mais les criminels au pouvoir n’ont pas lacher et nous savons tous ce qu’ls ont fait pour rester au pouvoir.
    Les places publiques etaient occupees par les militants du FIS lors de la desobeissance civile pendant 2 semaines et pourtant les criminels au pouvoir se sont maintenus au pouvoir
    Alors pensez vous aujourd’hui en sensibilisant les gens sur Facebook et twitter qu’on va faire tomber ce regime criminelle? Ils ne partiront qu’avec la force et la violence si vous n’y croyez pas alors attended que la Palestine soit liberer en negociant avec les sionistes!




    0
  • Le Cynisme
    21 février 2011 at 2 h 35 min -

    La seule opposition qui existait en Algérie est le FFS d’Ait-Ahmed , et le FIS , le reste c’est des Sanafirs , l’UGTA est disloqué , l’université Algerienne n’est pas en diapason , donc seul la Rue avec toutes ses latitudes qui va en découdre avec ce régime , quand ? ou ? comment ? la est la question.




    0
  • Liès
    21 février 2011 at 6 h 46 min -

    Fraternellement à toutes et à tous.

    @ Radjef, bonjour.

    Je fais un petit rappel des vérités, communes à tous, avant de commenter votre article.

    Il n’ y a pas de pays au monde qui peut se traguer de se garantir la pérennité et la stabilité, s’il n’est pas convenablement gouverné, administré ou géré. On s’entend là-dessus.

    Or la bonne gouvernance s’appuie sur deux socles complémentaires et d’égale importance qui sont la TRANSPARENCE et la COMPÉTENCE.

    Il est évident aussi, que pour accéder aux exigences de la transparence et de la compétence qui la sous-tend, il faudra passer inéluctablement par une vraie vie démocratique.

    Il va sans dire que cette démocratie que je nomme dans mes écrits de démocratie efficace ne se limite pas seulement aux urnes, bien que les urnes sont essentielles et constituent le fondement même de la démocratie.

    Mais que pour être efficace, la démocratie doit s’étendre à d’autres aspects tout aussi importants comme la liberté d’expression et une liberté totale d’opinion, des parts politiques totalement libres qui exercent dans le cadre d’une constitution qui encourage leur expansion et qui balise leur dérapage.

    Pour ne citer que ces trois aspects essentiels de la démocratie (élections propres, presse libre, partis libres de tout influence du pouvoir) qui a pour rôle de permettre aux citoyens électeurs de sanctionner les gouvernants qui ne répondent pas à leurs attentes et de garantir de ce fait l’alternance au pouvoir qui est une bonne source de vitalité et de cohésion sociale en plus d’un gage de stabilité.

    Chez nous, il n’y a rien de tout ça; le constat est effarant.

    La question qui coule de source est : Pourquoi la bonne gouvernance n’a jamais existé chez nous, idem pour la démocratie et l’autre question qui lui est associée ou similaire : pourquoi nos compétences sont-elles ou marginalisées, ou exilées ?

    A mon avis il y a deux causes essentielles à cela :

    1- L’illégitimité du pouvoir depuis l’accès de notre pays à l’indépendance en 1962. Cette indépendance fut tout bonnement confisquée et il n’est pas besoin ici d’en dire les raisons historiques qui sont connus de la plupart des algériens.

    2- Les intérêts étrangers encouragent cette situation d’illégitimité du pouvoir et donc de statu quo, pour piller allègrement et sans se casser la tête, les richesses de notre pays.
    Ils semblent se dire ’’pourquoi faire compliquer quand on peut faire simple?’’ ou bien ‘’pourquoi changer l’adversaire contre qui on est toujours sur de gagner?’’.

    Il est clair que la démocratie dans nos contrées ne les intéresse pas car ils savent pertinemment que la démocratie implique l’État de droit et l’État de droit implique la bonne gouvernance, et cette dernière comme une bonne poule prend bien soin de ses petits, ou bien comme le bon berger qui prend bien soin de ses brebis, ou bien comme le bon père qui prend bien soin de ses enfants, et qui ne permettra à personne de prendre leur pâturage ou voler leur héritage.

    Tout l’enjeu est là et toute la question est la.

    Ceci étant dit je reviens vers notre ami @ Radjef pour m’inquiéter de ce qu’il tape beaucoup trop sur l’opposition et parfois sur l’élite intellectuelle, lesquelles, vivant dans le même environnement que je viens de décrire, font face à ces contraintes implacables.
    Il est normal que devant ce combat à armes inégales qui tourne toujours à l’avantage du pouvoir, certains opposants ont abandonné la lutte, et d’autres même usés et très affaiblis continuent à lutter mais sans efficacité apparente. Et d’autres, même après avoir flirté avec le pouvoir en tant que commis de l’État veulent aujourd’hui participer au changement. Est-ce un pêché?

    Comment monsieur @ Radjef qui connait bien le pays et les forces en présence, et qui est d’une culture politique à faire des envieux et qui brassent des informations de qualité à chaque jour que Dieu fait, puisse-t-il occulter cela?

    N’a-t-il pas connaissance de l’itinéraire militant éloquent et douloureux du père de l’opposition algérienne, monsieur Ait-Ahmed? Rien que pour lui, nous devons éviter de conjuguer l’opposition aux modes imparfaits.

    Ou bien dans ce cas, il faut appeler un chat un chat et être précis en citant des noms.

    On ne peut parler des choses dans l’absolu quand tout est relatif.
    Car on bascule vite et on fait basculer d’autres dans l’amalgame. Ce qui n’aide pas la cause du changement que nous voulons.

    Quand on est bon en exploitation et en analyse des données politiques, il faut en faire un bon usage.

    Autre chose. Il nous faudra faire des propositions concrètes au lieu de nous éterniser dans les diagnostics et la critique des gens (pouvoir, opposition, élite intellectuelle) et ce pauvre peuple dont tout le monde parle à la place, tantôt en le glorifiant tantôt en le rabaissant, pourquoi ne pas le laisser tranquille pour un temps et faire chacun notre part de travail, en vue de nous unir, nous organiser et développer une force pour aller arracher nos droits au changement là ou ils se trouvent, chez le pouvoir et ailleurs.

    (Qu’il soit dit en passant, que je ne doute pas que les initiateurs de l’appel du 19 mars, sont en train de chercher dans cette présente conjoncture, la formule idoine pour forcer le changement avec charte et feuille de route qui vont avec).

    Quant nous aurons fait notre travail, nous appelleront le peuple qui sait apprécier ce qui est sérieux et porteur et il s’engagera en conseéquence.

    Enfin, je ne comprends pas pourquoi de très belles propositions comme celle, récente, de monsieur @ Djamel Zenati, que je cite à titre d’exemple, entre autres, ne sont pas suffisamment commentées.

    De toute façon, le meilleur allié des peuples c’est le temps.
    Et le meilleur allié de la vérité et de la justice c’est également le temps.

    J’ai la prémonition que le changement se fera, imminent et de la belle manière.

    Qu’il sera pleinement réussi, nettement mieux qu’en Tunisie et en Égypte.

    Parce que moi, malgré mon extrême vulnérabilité, je suis de nature très optimiste et je crois fiévreusement au miracle.

    Car c’est quoi un miracle si ce n’est la transformation de nos handicaps en atouts et la transformation de nos faiblesses en force?

    Certes, nous sommes une société disloquée par rapport à nos voisins, avec une élite éparse et désunis, un pouvoir puissant et impitoyable, un peuple laminé, un environnement hostile à notre libération et à notre épanouissement, et c’est justement cela qui me permet d’espérer, voire de croire au miracle d’une réelle rédemption.

    Une rédemption ou les opportunistes qui jubilent déjà, en s’adonnant à de spectaculaires retournements de vestes et à des reniements déroutants, n’auront point de part.

    Car pour avoir une part dans cette nouvelle République, qui approche inexorablement, et avoir le privilège de servir ses concitoyens, il faut avoir fait preuve d’humilité, de sincérité et de bonne foi.

    A bon entendeur.

    NB : Je constate aussi que mon ami @ Radjef qui a pris ces derniers jours l’habitude de parler prolixement de l’Iran, chose qui selon moi, nous distrait de nos préoccupations internes, vient d’ouvrir un autre chantier qu’il appelle ‘’la démocratie chrétienne’’ et qu’il présente comme une sérieuse menace pour je ne sais quoi d’ailleurs, en prenant le soin calculé de lui associer Bush pour que ça fasse tilt.

    Il m’est arrivé de le dire que Bush est beaucoup plus proche des fondamentalistes qu’on trouve dans toutes les religions, que du chrétien digne de ce nom.

    Rappelez-vous ce qu’a fait Antoine Dupuch l’ancien évêque d’Alger pour l’émir Abdelkader pendant sa captivité en France. Une amitié solide liait les deux hommes malgré le fait qu’ils étaient de culture et de confession différentes.
    Il a tout simplement, contribué à lui sauver la vie et préserver son honneur et sa pleine liberté.

    J’invite les internautes à aller regarder sur Wikipedia ce que c’est que la démocratie chrétienne afin de s’y faire une idée. Tout y est, sauf la manipulation.

    Et nous qui pensions aller vers un État de droit qui ne laisse personne sur le bord de la route.

    Voici je vous la ramène par un copié/collé:

    Tendances politiques de la démocratie chrétienne.
    Même si le mouvement démocrate-chrétien est très hétérogène, il s’accorde tout de même sur certains thèmes.
    – la préoccupation sociale telle qu’elle avait été exprimée dans l’encyclique Rerum Novarum ;
    – l’idée selon laquelle la source du droit provient, non de l’État, mais de la personnalité humaine, et qu’il faut donc reconnaître un droit fondamental et une représentation à tous les corps sociaux dans lesquels cette personne humaine s’exprime (famille, profession, commune, province, État, Église, etc.) ;
    – la liberté de l’enseignement ;
    – une décentralisation administrative assez poussée ;
    – la participation des travailleurs à la gestion et aux bénéfices de leurs entreprises ;
    – l’idée selon laquelle la solidarité doit être mise en œuvre, pas nécessairement par l’État, mais par des corps intermédiaires tels que la famille, l’Église, les mutuelles et autres coopératives.
    D’une manière générale, la conception de l’État est différente de celle des libéraux : il doit être décentralisé, constitué de différents organes, mais avoir un pouvoir certain.
    Les démocrates-chrétiens voient l’économie comme étant au service des hommes et ne remettent pas en cause le capitalisme.
    La dimension caritative de l’État est ainsi d’une grande importance pour la démocratie chrétienne.

    Cordialement frère @ Radjef.

    Fraternellement à toutes et à tous.

    Liès Asfour.




    0
  • Liès
    21 février 2011 at 7 h 08 min -

    DES PORTES S’OUVRENT ou s’étaient heurtés jusque là,
    les exclus et les pauvres,
    les sans voix, les sans abri et les sans droits.

    Liès A.




    0
  • sami
    21 février 2011 at 12 h 08 min -

    Well-said Mr Radjef…

    I think the situation is even worse than what it seems.
    These so called opponents who were involved in governance gave the worse of examples to the rest of the people by their acts. They forgot or ignored why they were in the opposition in the fist place and they could not resist the temptation of perks and benefits the regime has to offer to them. That over the years killed any trust people had in those opponents but worse it destroyed any regard for collective and communal interests. In any situation everybody looks only to what is in it for him/herself without any consideration for others or any moral limits.
    With that attitude the majority of people don’t even trust the march organizers and their agenda.
    That also explain why the youth protest in January was so violent and rigged with theft and destruction…people were only looking to what to get out of it.
    The worst part of this collective attitude is yet to come…once the people revolt again…it will destroy anything in its way without any consideration for right or wrong. And it will be hard to channel that revolt for anything good.




    0
  • Alilou
    21 février 2011 at 12 h 47 min -

    Bonjour,

    Que devons nous faire ???
    Si tous ces plans sont foireux, et l’opposition est quaduc, et les leaders, discredités et l’opposition en exile est sans effet, et le peuple est soudoyé ou amorphe et sans mae ???alors QUOI FAIRE????

    Que proposez vous afin de reveiller le peuple de faire bouger l’opposition et crediter les leader et de passer au plan B ???

    moi je ne lis que la parlote ecrite…action zero juste de quoi vous donner du desespoire plein la coupe…

    Le peuple Libyen qui est sous la jougue d’un criminel, dont notre Pokemon parait un enfant d’ange, est sorti dehors au peril de sa vie…et nous qui sommes en face de policier arms de matraque avons les jettons, la trouille, la peure, le traque…
    Soit on est des HOMMES soit on est des HOMMElettes…

    Je fume en attendant le plan B….




    0
  • FaridB
    21 février 2011 at 14 h 45 min -

    @ Brahim
    La véritable opposition mon ami Brahim c’est celle que tu ne cite pas.
    – Celle Qui fait de la résistance permanente à ce régime.
    – Ce sont toutes les petites gens avec des moyens dérisoires qui résistent à la tentation et la corruption pour vivre dans la dignité.




    0
  • Ammisaid
    21 février 2011 at 14 h 56 min -

    Tout le monde doit comprendre une chose et une seule et unique chose de ce qui se passe en ce moment dans le monde arabe: Il faut respecter son peuple. C’est le peuple qui subit les tyrannies et c’est le peuple qui est seule capable de se libérer de ces tyrannies.
    L’agitation boulitique peut servir les intérêts de certains mais toujours pour un certain temps. Le peuple est souverain comme le réel l’est, sauf Dieu est au dessus d’eux.

    Il est peut être temps pour que ceux et celles qui soutiennent ce pouvoir se démarquent 
    publiquement et sincèrement de ceux qui sucent notre sang, qui mangent notre chair et 
    qui dilapident honteusement les richesses des générations actuelles et futures. 

    Tout le monde doit comprendre aussi que notre unité du présent sera le garant de notre unité future. Les opposants sincères structurés ou à titre individuels doivent se rapprocher les uns des autres et doivent absolument s’unir. Nos querelles n’ont plus lieu d’être! Tout est devenu clair et net, il faut maintenant cesser de dire et de redire ce que nos frères tunisiens, égyptiens, libyens…disent librement tous les jours. Ils disent tous la même chose. Ils savent ce qu’ils ont subi et ils savent qu’ils ne doivent plus le subir: c’est la dignité humaine. 

    Aucun peuple arabe n’était libre. Nous avons été trahi et massacré par ceux qui ont pris le pouvoir par la force, la tricherie, le mensonge et la violence quotidienne dans le but uniquement de se servir et de servir les économies des pays étrangers. Nous savons que ce derniers achètent nos richesses et ensuite elles gardent notre argent: soit dans les banques, soit par l’intermédiaire d’investissement dans leurs économies respectifs, soit en nous vendant des babioles et des produits souvent toxiques pour notre santé physique et morale.

    Un à un, ils tomberont
    Un à un, ils partiront
    Un à un, ils arhaliront
    Un à un, ils payeront

    C’est une question d’heures ou de jours ou de quelques semaines, c’est Dieu qui décidera.
    Le vent de liberté, de la vérité et de la dignité possède un rythme, il suivera son rythme et il ira jusqu’au bout. Rien ne l’arrêtera, personne ne l’arrêtera et il enlèvera toutes les impuretés qui trônent sur nos vies, ils emportera toutes les saletés qui nous gouvernent et il ressuscitera toutes nos valeurs passées. Celles qui nous ont aidé à ne pas sombrer totalement. Celles qui nous ont permis de survivre. Nous n’avons, jamais, vécu. 

    Les peuples arabes s’étaient débarrassés des colonisateurs maintenant ils doivent se débarrasser des néo-colonisateurs qui ne sont que nos propres frères et nos propres soeurs.

    L’Algérie a déjà payé une très lourde facture en perte humaine, matérielle, spirituelle, morale…cela n’a rien avoir avec nos pays frères, il faut le dire et il faut en être fier. Elle a payé très chère son indépendance et elle a payé très chère sa contestation et son refus du pouvoir usurpateur et criminel qui est encore en place. Il ne faut pas avoir la mémoire courte et il ne faut pas continuer à dire du mal de notre peuple. Ça suffit cette tendance à l’autoflagellation! Ça suffit ce fantasme de tout suite ici, sinon rien. Laissons notre peuple agir selon ses désirs et laissons prendre le temps dont il a besoin pour réagir et prendre en main en son destin.

    Il ira, il n’a plus le choix. Mais, il ira vers l’ultime victoire pas vers la fausse victoire avec des faux dirigeants. Il connait tout ça. Il a le droit de se méfier. Il a même le droit d’avoir sa paranoïa. Que de trahisons dont il a été victime, que de pertes, que de souffrances!… Il est libre de décider. Il est libre d’agir maintenant ou plus tard. Il est souverain même dans la douleur et la frustration.
    Et, il sera libre demain car il a trop gouté la censure sous toutes ses formes.

    Vive le peuple Algérien et vive tout ceux et toutes celles qui seront à ses côtés le moment venu.

    Fraternellement à toutes et à tous




    0
  • Adel
    21 février 2011 at 15 h 39 min -

    @Saïd Radjef

    Bonjour,

    Vous dîtes d’abord:

    « Aujourd’hui encore, alors que la fièvre du changement fait tomber l’un après l’autre les tyrans des régimes arabes, l’opposition algérienne n’arrive pas à se placer au cœur des attentes légitimes du peuple pour la restauration d’un État de droit et encore moins a anticiper sur le cours des événements. »

    ensuite:

    « Je suis en partie d´accord avec la thématique qui fait de l´Iran un objectif de cette “fièvre démocratique” qui secoue les pays arabes. »

    Je crois qu’il faut choisir : ou bien ce que vous appelez « fièvre démocratique », et que je préfère personnellement appeler soulèvement populaire contre la tyrannie et pour la liberté et la dignité, est un mouvement authentique qui va débarrasser les peuples des pays arabes de leurs tyrans d’un autre âge et leur permettre d’accomplir un saut qualitatif dans la bonne direction, ou bien c’est un complot ourdi par les impérialistes afin de resserrer l’étau sur l’Iran – devenu subitement un pays qui pèse plus lourd que tous les pays arabes réunis!

    Rester à cheval entre deux hypothèses n’est pas la meilleure formule, car cela sème le trouble et la confusion et contribue à démobiliser tous les esprits sincères qui veulent œuvrer pour la démocratie et l’État de droit – et j’en suis.

    Je crois que la jeunesse et les autres couches qui manifestent dans les rues, bravant la répression, ont donné suffisamment de preuves de l’authenticité de ce soulèvement. Au Yémen, au Bahreïn et aujourd’hui en Libye, tous ne veulent qu’une chose : la chute des tyrans.

    Les dirigeants iraniens eux-mêmes ont salué ce soulèvement. Alors pourquoi serions-nous plus soupçonneux qu’eux au sujet de leurs intérêts? De plus, avec tout le respect que je dois à ce pays et à son peuple, je ne vois pas en quoi il peut constituer une menace pour l’Occident. Saddam Hussein avait lui aussi donné l’illusion de tenir tête aux USA et Israël, mais nous savons tous ce qu’il est advenu de sa puissance quand l’heure de vérité sonna. Ce n’est pas en agitant la menace nucléaire que les pays musulmans deviendront plus puissants. Nous voyons clairement aujourd’hui que les armées arabes ne servent qu’à une seule chose : le contrôle et la répression de la population. Seuls le peuple peut défendre son pays. Et seuls la démocratie et l’État de droit peuvent éduquer le peuple et faire des hommes et des femmes des individus conscients, responsables et créatifs, capable de relever tous les défis.

    Ce qui différencie aujourd’hui, dans notre pays, les patriotes sincères des salauds, ce n’est ni leur attitude face à l’Iran, ni leur soutien à la Palestine, car Ouyahia, Soltani et Belkhadem, sont eux aussi avec l’Iran et la Palestine. Ce qui les différencie et permet de reconnaître les salauds, c’est l’adhésion ou non au mot d’ordre : « echaab yourîd isqât ennidhâm! » Est-ce que Ouyahia, Belkhadem et Soltani veulent la chute de boutef-toufeq et du système mafieux pourri qu’ils dirigent? A vous de répondre.

    Laissons donc de côté toute considération qui ne soit pas en rapport direct avec ce mot d’ordre et avançons résolument en direction du peuple en lui disant : « Nous sommes mobilisés à tes côtés jusqu’à la chute du régime mafieux pourri. » Ce que font les pays occidentaux ne nous intéresse pas, car il n’y a là rien de nouveau. Qu’ils essaient de contenir le soulèvement et de le détourner ne doit pas non plus nous étonner. La chute des tyrans n’est que le premier pas, cependant, car le combat pour la démocratie et l’État de droit est long et demande de la persévérance afin que la victoire du peuple ne soit pas volée par les charognards de tout bord.

    Faisons le premier pas et soyons optimistes, car le vent de l’Histoire nous porte. Ne soyons pas comme les militants communistes de l’époque coloniale qui, attachés à leur vision internationaliste et leur conception théorique de la révolution prolétarienne à venir, ne virent pas que le combat pour l’indépendance et la construction de l’État national était celui qui était à l’ordre du jour. Aujourd’hui c’est le combat pour la démocratie et l’État de droit, pour la liberté et la dignité des peuples, qui l’est. Ne détournons pas le regard, sous prétexte que l’Iran est en danger.

    Les régimes tyranniques odieux d’un autre âge, que nous avons à juste titre comparé sur LQA au triste règne des janissaires, doivent disparaître, car ils nous font honte. Et tant pis si l’Iran doit en souffrir et l’Amérique en bénéficier – ce dont je doute. Ces régimes mafieux sont en train de tomber l’un après l’autre, sous la pression d’une vague de colère sans précédent qui se propage d’un pays à un autre et en suivant le même scénario, car ils sont tous faits dans le même moule et on peut les détruire en utilisant le même procédé. Ces tyrans n’ont-ils pas tous régné pendant plusieurs décennies en s’appuyant sur l’Armée et la police politique, faisant le vide autour d’eux? N’ont-ils pas tous envisagé de laisser le pouvoir à leur progéniture ou frère, revenant ainsi au pouvoir dynastique? N’ont-ils pas tous permis un développement sans bornes de la prédation et de la corruption? N’ont-ils pas tous promis le chaos à leur peuple si celui-ci s’avisait de les chasser? Pourquoi dès lors s’étonner qu’ils soient tous balayés de la même façon par le vent de colère que l’Ange de la Liberté souffle sur le Monde Arabe?

    Cessons de tergiverser et avançons résolument dans la bonne direction.

    Cordialement




    0
  • Boreal
    21 février 2011 at 16 h 20 min -

    @ Radjef Saïd

    Vous dites : » le DRS a atteint ses limites », pouvez-vous être plus explicite et qu’est-ce qui vous fait dire cela ?




    0
  • yes we can
    21 février 2011 at 17 h 07 min -

    Essalamou âlaîkoum,
    Concernant le point soulevé par liés sur la démocratie chrétienne,je ne visiterais pas wikipédia pour avoir une idée, pour la simple raison que je l’ai déjà dit.A titre de rappel ce sont les occidentaux eux mêmes qui disent: »On dit que la démocratie va permettre d’ouvrir un robinet d’eau fraîche,et en fait on se branche sur les égouts »…passons ce détail.Je voulais surtout intervenir pour dire que nous sommes arrivés à un point tel que:les marchands à la sauvette de la place du 1er mai accusent (selon l’interview d’une journaliste présente )les manifestants de fauteurs de troubles et qu’ils les dérangeaient avec leur marche et qu’ils devraient leur demander leur autorisation. (une autre race de baltaguia)..Ceci prouve d’une part l’indifférence ou l’inconscience de certains,et d’autre part, ces vendeurs cherchant le gain, soulèvent un point important.Ils crient haut et fort: »on ne croit plus à l’opposition opportuniste et « khobziste ».D’autre part, M.Saïd Radjef dit: »Il ne faut pas se leurrer,le seul langage que ces généraux
    voyous connaissent est la violence, et seules les émeutes ou un soulèvement populaire est en mesure de les faire vaciller, mais jamais au grand jamais une marche de la CNCD infiltrée et dont les promoteurs ne
    sont même pas convaincus du bien fondé de leur démarche. »… là,il n y a rien à dire.C’est une vision juste.Une révolte générale dans les 4 coins
    du pays,comme celle d’octobre 88 sans donner le temps ou l’itinéraire aux CRS pour leur permettre de se préparer et d’encercler le peuple.Une révolte multidimensionnelle réduirait à néant les forces gouvernementales appelées à intervenir sur tous les fronts.C’est la méthode la plus sûre si on veut que ces machiavels plient bagages. Mais dire qu’il ne faut pas marcher parce que il n’y pas d’opposition, c’est faire le jeu,et préparer le lit de cette
    opposition qui veut justement éviter les marches et le changement pour conserver les avantages acquis dans lesquels elle s’enorgueillit .La révolte doit être dirigée aussi contre cette fausse opposition et pour cela, il faudrait constituer un parti du peuple » sous la dénomination « PP »,où tous les dirigeants des autres partis ne seraient pas acceptés;Ils seront punis,bannis et interdits d’exercer dans un autre parti.La question qui se pose maintenant est de savoir:qui va diriger le parti du peuple?
    Salam.




    0
  • Mahieddine Lachref
    21 février 2011 at 17 h 08 min -

    Bonjour tout le monde.
    Frère Said, parfaitement d’accord avec toi au sujet de l’exixtence ou non de l’opposition en Algérie. En effet, lorsque un partie se disant opposant se replie sur lui-meêm, fermant les yeux sur les supplices quetidiens que subit le peuple, cultivant au passage la suspicion, le mensonge, la ruse et le nombrilisme et reproduisant, dans les rares occasions où il sort au grand jour, les mêmes comportements politiques dignes d’une vivace schizophrénie qu’il dénoncent chez ses présumés adversaires, ne faut-il pas appeler à la dissolution de tous les partis politiques? Naturellement, il existe dans la scène politique algérienne une chose qui ne risque d’exister nulle part ailmleurs dans le monde: la politique est le métier de ceux qui n’ont en pas. C’est dire le manque de vision, d’intelligence, de stratégie chez ceux qui prétendent faire de la politique chez nous. Arrêtons donc, de grâce, de chanter les qualité d’une chose qui n’existe pas. L’opposition est à inventer et son invention dépend exclusivement de la bonne volonté de certains vrais militants soucieux non pas de savoir les noms des candidats à être chefs, c’est-à-dire à remplacer les chefs actuels dans leurs postes, mais d’une seule et unique chose: l’avenir de l’Algérie. Merci Said.
    Fraternellement
    Mahieddine Lachref




    0
  • Liès
    21 février 2011 at 17 h 25 min -

    @ Adel, qu’il me soit permis par nos amis de la Rédaction qui nous offrent généreusement l’hospitalité de ce bel espace d’expression et que je remercie à l’avance, de vous offrir en guise de BRAVO pour votre pragmatisme et votre bon sens, cette belle chanson d’un genre musical ancien presque tout à fait oublié, le Bédoui, qui va nous transporter à la manière du thé à fumer jamaico-tibétain de notre sympathique ami @ Alilou, dans un passé fruste et sobre mais ô combien beau.

    Un passé ou se mêle dans une parfaite harmonie : mélodie, nostalgie et ‘’chimie’’.

    Ne dit-on pas à juste titre, que ‘’Erroudjou’e Li’asl Fadhila’’?
    L’avenir est assurément un long passé; on ne peut faire le grand saut sans reculer pour prendre son élan et réussir son envol.

    Je dédie à travers vous, cette chanson à tous nos amis internautes, femmes et hommes, et à notre respecté frère @ Salah Eddine et à ses amis de l’appel du 19 mars.

    Je la dédie enfin à un vieil ami que je n’ai pas revu, il y a de cela 35 ans environ : l’écrivain Mohamed Magani et à tous nos amis de toutes les régions d’Algérie.

    Je vous demande seulement de zapper la partie du début de la vidéo que se consacre le présentateur, et de vous délecter de cette belle et rare œuvre.

    Je souhaite à tous une bonne écoute.

    http://www.youtube.com/watch?v=TS5yg-HDKqs&playnext=1&list=PL1B71F67B6E6FA79C

    Merci aussi èa @ FaridB pour sa perspicacité.

    Liès Asfour.




    0
  • Zineb Azouz
    21 février 2011 at 17 h 44 min -

    Cher compatriote @Lies,

    C’est toujours un plaisir de te lire et un honneur de te répondre.

    Je ne me permets pas de parler pour mon ami Saïd Rajef, mais relativement à l’Iran je me sens particulièrement interpellée :

    Comment changer un peu pour ne rien changer à l’essentiel ? M.collon

    Que Bush & Co soit intégriste de la même trempe que ses amis les enturbannés ou les chrétiens sionistes, qu’il soit démocrate chrétien, démocrate laïque ou le porte voix de l’axe du bien ne change rien au constat, aux crimes commis, aux carnages occultés et à surtout la notion borgne et sélective des droits de l’homme et des droits des peuples.

    Et ce n’est certainement pas s’égarer NI PERDRE SON TEMPS que de garder bien en vue que la seule révolte qui serve réellement et en urgence les intérêts des occidentaux c’est celle qui déstabiliserait l’IRAN.

    Comment ne pas lier les événements quand chaque jour que dieu fait nous avons la preuve que ce n’est ni l’islamité de la république d’Iran ni le droit des peuples bafoués qui gênent les démocraties occidentales, mais les intérêts de la haute finance qui n’épargne même pas les propres citoyens de l’occident.
    Il faut le répéter sans cesse, l’IRAN dérange car il n’emprunte pas la posture de la servilité, tient à dire son mot dans la région, refuse de reconnaître le dernier pays colonisateur de la planète (Israël), remet en cause l’hégémonie du Dollar et reste malgré toutes les insuffisances et les drames qu’il charrie, un pays souverain doté d’un pouvoir NATIONAL et non pas d’un cabinet de proconsuls chargé de mater et de racketter son peuple pour les intérêts des prédateurs étrangers.

    NON ! Ce n’est pas perdre son temps que de bien saisir les nuances pour identifier les pactes du diable faits sur le dos de nos misères.

    Je refuse personnellement de succomber aux bons points et aux « canons de la beauté » que distribue l’occident aux nations et aux états.
    Comme je le dis toujours, je ne signe de chèque en blanc à aucun « clergé », mais ayons au moins de courage et le probité intellectuelle de reconnaître que le clergé qui a le plus massacré, affamé et spolié est justement celui des donneurs de leçons.

    L’occident dont les capitoles les plus représentatifs sont le FMI, le Banque Mondiale, l’OTAN continue de polluer les luttes des peuples par les prêches sournoises et lâches de l’ONU soumise au droit de cuissage des vendeurs d’armes et au VETO de leurs protecteurs.

    OUI, NOS REVOLTES ET NOS CRIS N’INTERESSENT PERSONNE, SEULES EN CE MOMENT CELLES DES IRANIENS SONT ESPEREES !

    Le voyou de Khadafi est en train de massacrer son peuple à une heure de vol des démocraties, fort des marchés et des pétro dollars qu’il assure à l’axe du bien d’en face, ces derniers n’on pas levé le petit doigt ne serait ce que symboliquement pour porter secours à une population livrée aux armes lourdes et aux balles explosives.
    Cela n’est pas bien sûr sans nous rappeler notre 5 Octobre et ce qui attends encore notre peuple s’il venait à se soulever.

    De ce point de vue nos pays sont tous devenus des Ghaza où chaque coin de rue est un peloton d’exécution et chaque citoyen arabe est un suspect qu’il vaut mieux abattre.

    Si l’Iran avait ainsi tiré sur ses manifestants, le monde se serait ébranlé ! Alors qu’on ne me dise pas de ne pas faire le lien.

    Il faut le dire et le savoir, il faut briser les barrières des luttes et internationaliser les espérances des peuples par autre chose que la culture de la consommation et le leurre du « chocs des civilisations »

    Je pense que non seulement il faut parler de l’IRAN, du BRESIL, de L’IINDE, de la COREE, de l’AFRIQUE et de la PALESTINE, mais aussi et surtout dénoncer haut et fort le concept du choc des civilisations inventé pour nous occuper, diviser et justifier la prochaine GUERRE.

    Ce qui unit les peuples aujourd’hui et leur est même salutaire, qu’ils soient latino, arabes ou chiites ou autre c’est de mesurer l’ultime nécessite de se libérer d’un empire qui ne survit que grâce aux guerres et à la haine, un empire qui ne peut subsister sans se créer des « des ennemis », tantôt rouges tantôt verts et qui n’épargne personne comme nous le rappellent si bien les « vuelos de la muerte »(les vols de la mort) en argentine et au chili qui n’ont épargné ni les militants ni même les nonnes, et ce n’est pas H. Kissinger qui va parler de ces crimes, encore moins G. Bush ou Sarkozy.

    Je finirai par cette phrase de Raphaël Draï invité sur la très respectable ARTE pour parler de ce qui se passe et de ce qui ne passe pas au Maghreb (avec Stora, Sfeir,….)

    « Une révolte de la rue à Téhéran nous fera l’ECONOMIE d’une Guerre ».

    La messe est dite cher @lies !

    Cordialement,
    ZA




    0
  • mamlam
    21 février 2011 at 18 h 50 min -

    a monsieur Radjef.
    vous criez haut et fort la dévision, monsieur!
    vous critiquez la CNDC en accusant le RCD comme le bras manipulateur du DRS. bravo, pour votre lucidité, monsieur. Mais que je sache,la CNDC n’est pas que le RCD, sa composante est variée… et maitre ali yahia abdenour? c’est un manipulateur lui aussi?.vous dites vous même : »La junte au pouvoir ne sera renversée que le jour où tous les algériens, toutes tendances confondues, se dresseront comme un seul homme… »
    qui sont ces  » toutes tendances confondues » si ce n’est tous les partis politiques et toutes les associations qui agissent aujourd’hui sur le terrain.Si le RCD a commis des erreurs par le passé, l’histoire le jugera, pourquoi ne pas retenir de cette initiative le fait au moins que le mur de la peur se fissure et peut etre demain il tombra grace notament à l’union de l’opposition.
    Vous avez qualifié le bilan des deux marches de fiasco… parceque selon vous le peuple n’a pas adhéré… non et non monsieur detrompez vous… si vous, vous n’adhérez pas à la marche,le peuple,lui, a été empéché de marcher, c’est ce que je retiens! car même si je ne patage pas les idées du RCD et tant d’autres, aujourd’hui ca ne fait pas d’eux mes ennemis. Mon seul ennemi aujourd’hui est le pouvoir actuel.
    recadrez votre tir monsieur!




    0
  • Liès
    21 février 2011 at 18 h 52 min -

    @ Zineb Azouz, un chaleureux bonjour de Montréal.

    Madame Azouz, je ne défends ni l’Occident, ni le clergé de Rome et encore moins les évangéliques et les templiers.
    Et tu le sais pertinemment pour avoir longtemps échangé ensemble toi et moi sur ces sujets.

    Je défends seulement le message chrétien authentique, celui de Sidna El-Massih, que partout dans le monde arabe on annonce avec pureté et vérité.

    En Palestine, au Liban, en Syrie, en Irak, en Égypte et même en Iran ou le nombre des chrétiens avoisine les 250 000.

    Dans ces pays, les musulmans vivent en parfaite harmonie en se partageant la considération et le respect avec les chrétiens, qui sont à tous égards de leur culture, de leur race et de leur sang, et ils répondent à ceux qui s’étonnent de leur vie commune harmonieuse : ‘’ Koul Wahed A’la Dinou, Rabbi Y’inou’’.

    Le prophète ne nous instruit-il pas en nous commandant : ‘’La Ikraha fi Eddine’’ chère et respectée madame?

    Pour tout le reste, je ne me sens pas concerné. Parce que vous répétez à quelques nuances près je que j’ai toujours dit.

    Quant au système oligarchique militaro-financier mondial qui maintient toute la planète sous son diktat, ça n’est pas une trouvaille de @ Radjef ou de quelqu’un autre.

    Des historiens, des politologues, des chercheurs, de beaucoup de pays, notamment libanais, en parlent depuis une trentaine d’années si ce n’est plus.

    Commençons d’abord par nous défaire de ce diktat par une réelle prise de conscience, en nous unissant et en nous respectant dans nos différences, et ensuite on verra que les difficultés s’aplaniront et l’impossible deviendra par miracle possible.

    Chez nous, on n’ouvre la bouche que pour descendre en flamme l’autre. Ou allons-nous avec cette mentalité?

    On n’a pas même plus de respect pour nos ainés et on verse facilement dans l’insulte sans se donner le temps de réfléchir et de voir ce qui doit être dit de ce qui ne doit pas l’être.

    La bienséance et la droiture morale doit guider nos propos, sinon nous serons nous-mêmes nos propres ennemis.

    Qu’est ce que j’en ai à faire de l’Iran, quand chez nous la maison Algérie brule, par la faute du pouvoir certes et des intérêts étrangers, mais aussi et surtout par la faute de ces pseudo-intellectuels dont la seule fonction est de nous divertir de l’essentiel?

    Cordialement chez compatriote @ Zineb, vous savez que vous jouissez de mon grand respect et que j’ai pour vous une réelle admiration.

    Liès Asfour.




    0
  • radjef said
    21 février 2011 at 21 h 50 min -

    Bonsoir tout le monde. @malman, bonsoir. A quel moment j’ai, parlé du RCD dans mon article ?
    @amis internautes, d’ici et d’ailleurs bonsoir. Des contraintes familiales m’ont empêché de répondre a vos questions qui, je l’avoue, m’ont honoré. Demain, je répondrai à toutes vos interrogations.




    0
  • Zineb Azouz
    22 février 2011 at 0 h 43 min -

    Cher compatriote @Lies,

    Que je sache je n’ai jamais parlé des chrétiens dans mon commentaire, encore moins du clergé de Rome, qui au passage a fait plus que décourager les saintes églises de l’Amérique latine dans leurs luttes anti-impérialistes pour la paix et la justice.

    Désolée mais tu me fais dire ce que je n’ai pas dis, et je ne vois pas pourquoi on se retrouve à parler de Sidna El Massih et de convictions religieuses, la liberté confessionnelle est un droit auquel je crois et je n’ai, à ce sujet de leçons à recevoir de personne.

    J’ai tenu à rappeler que les pires clergés sont peut être ceux qui n’en n’ont pas l’air et que je fais le lien avec l’IRAN au même titre que n’importe quel pays qui ne plait pas et qui est stigmatisé juste à cause de sa posture anti-américaine.

    Qu’on le veuille ou non les luttes pour les véritables changements, auront lieu au delà des caricatures et des raccourcis des donneurs de leçons.

    Par contre lorsque tu dis :
     » Chez nous, on n’ouvre la bouche que pour descendre en flamme l’autre. Ou allons-nous avec cette mentalité? »

    je ne te suis pas très bien, qui à part moi vient de te répondre ?
    désolée mais il me semble que tu te sens inutilement persécuté !

    Le centre du monde est ailleurs et jamais plus il ne sera du côté des clergés, toute religion confondue.

    Cordialement,

    ZA




    0
  • radjef said
    22 février 2011 at 11 h 22 min -

    Bonjour tout le monde. Dans cette histoire du changement, le DRS n’est pas le seul adversaire du peuple. Le DRS qui nous a oppressé durant plus d’un demi siècle, sert d’appât entre les mains des multinationales, de la haute finance et de la grosse industrie militaire…
    Sans le concours et le désir de l’Occident de s’accaparer de toutes les richesses et d’imposer au reste du monde son ordre, l’Algérie et les pays arabes d’une façon générale n’auraient jamais connu les régimes totalitaires qui les ont spolié de leur souveraineté et bafoué dans leur dignité durant plus d’un demi siècle. Et c’est la voracité de ces mêmes multinationales qui a dépouillé l’Eglise de ses valeurs culturelles et humanistes. La question aujourd’hui est la suivante : la démocratie chrétienne veut-elle réellement se repentir en aidant les peuples arabes a disposer pleinement de leur souveraineté, ou bien encourage t-elle le changement juste pour empêcher certains pays confucéen et musulman a ne pas accéder à la technologie de pointe et aux ADM ? Le changement, cher ami Adel, est inéluctable. Mais quel changement voulons nous au juste, celui qui fera de nous un alibi pour casser des pays que la démocratie chrétienne juge comme une menace permanente à la sécurité d’Israël, ou celui qui fera de nous des citoyens affranchis et des partenaires égaux de l’Occident, conscients des enjeux de notre époque et capables de relever les défis qui vont se poser à l’avenir ? Donc, comme vous pouvez le constater, le DRS n’est pas notre seul adversaire. Il existe d’autres adversaires autrement subtiles que les généraux voyous qui nous gouvernent depuis plus d’un demi siècle et que l’Occident à couvert du manteau de la démocratie et de la lutte anti terroriste.




    0
  • Mahiedine Lachref
    22 février 2011 at 16 h 18 min -

    Bonjour tout le monde.
    Soeur Zineb, merci pour vos commentaires que je trouve d’une lucidité exceptionnelle. En effet, pour etouffer l’Iran et le baillonner hermetiquement dans la région, l’Occident a d’abord essayé de pacifier la Palestine en engagenat ce que l’on a appelé « le processus de paix en Palestine », la raison étant que les puissances occidentytale ne peuvent pas dresser l’opnion public arabe, particulièrement sunnite, contre la république islamique d’Iran alors que les Iraniens sont les princicaux alliés de la résistance palestienne et sont les seules à oser qualifier officiellement la colonisation sioniste de terroriste. Echec. Mais très vite, l’Occident va mettre en oeuvre la deuxième stratégie qui semble, jusque là, donner des fruit inespérés: occuper l’espace vital de l’Iran pour empêcher l’exportation de sa révolution, ou en terme de géopolitique, empêcher sonn extension.La meilleure solution pour mettre une oeuvre cette stratégie, c’est d’aider les pays arabes, tous des pays objectivement dictatoriaux, à se « démocratiser », à se déocratiser d’une façon tellement partiulière que l’on a l’impression que le mot démocratie est devenu, depuis quelques temps, un sésame qu’il suffit, à condition d’être musulman- de préférence sunnite- de prononcer pour que tous les maux ressentis jusque là disparaissent… s’ajoute biensûr à cet objectif consistant à casser l’Iran, la volonté de l’Occident d’accélérer le processus de mondialisation du capital.
    Fraternellement
    Mahieddine Lachref




    0
  • mamlam
    22 février 2011 at 16 h 59 min -

    a monsieur radjef c’est dans le paragraphe qui suit que vous faites allusion au RCD, monsieur.
    « Le peuple n´est ni dupe ni amnésique. Comment voulez vous qu´il manifeste à l´initiative des bourreaux qui le méprisent, qui ont appelé à l´interruption du processus démocratique, qui ont soutenu la répression et qui déclaraient toute honte bue qu´ils se sont trompés de société? »
    je m’éxcuse à l’avance, si mon interprétation est fausse.
    Avec mes fraternelles salutations.




    0
  • Djaffar B
    22 février 2011 at 17 h 37 min -

    Amis internautes bonsoir. C’est au moment ou les figures fortes de l’opposition dans lesquelles le peuple algérien se reconnaît pleinement, à l’instar de Mehri et d’Ait Ahmed, décident de s’associer à la revendication du changement du régime militaire, que l’AQMI a réactivé ses structures en Kabylie au cours de ces dernières quarante huit heures. Certainement pour voler au secours des généraux employeurs du DRS et empêcher la Kabylie, considérée à juste titre comme étant le poumon de la contestation citoyenne et démocratique en Algérie. Selon de nombreux témoignages, plusieurs villages ont été investis par les desperados de l’AQMI dans les villages relevant des wilaya de Tizi, Boumerdes et Bejaia, au cours de ces deux derniers jours. Sans s’adresser aux populations locales, les terroristes ont tenu à se faire remarquer…




    0
  • radjef said
    22 février 2011 at 17 h 48 min -

    Bonsoir tout le monde.mamlam, bonsoir. Et pourquoi associer vous ce passage au RCD ?




    0
  • Djaber
    22 février 2011 at 18 h 19 min -

    LES PIGEONS DU DRS
    ============
    Les uns après les autres, ils tombent dans le piège tendu par le DRS : FFS, RAJ, partis islamistes toutes tendances, Appel du 19 mars, personnalités de l’opposition, PT et enfin la majorité du peuple et de sa jeunesse.

    Dès la chute de Benali en Tunisie, le DRS a conçu un plan de sauvetage du Pouvoir qu’il a mis en œuvre après la fin du régime de Moubarak. Imaginez la scène suivante : un champ de blé, une nuée d’oiseaux affamés et inquiets, deux épouvantails, et enfin, le gardien du champ caché, à l’affût. C’est bien là le plan conçu par le DRS qui a prouvé sa justesse : les oiseaux représentent le peuple et l’opposition, les épouvantails le RCD et le MDS (ex-PAGS), le gardien la police pour chasser les oiseaux téméraires, le champ de blé l’Algérie, ses richesses et ses espaces publics (chasse gardée du Pouvoir).

    Il était évident qu’après les soulèvements populaires de Tunisie et d’Egypte, viendrait le tour de l’Algérie. Autant pour le Pouvoir de se préparer à cette éventualité et faire en sorte de casser l’ampleur éventuelle et attendue de la contestation. Décrédibiliser le mouvement attendu était le moyen idoine dont disposait le Pouvoir. C’est ainsi que le RCD et le MDS, les partis les plus contestés du pays, l’un pour son berbérisme, le deuxième pour son soutien à la dictature « mama mia », furent placés aux avant-postes de la protesta.

    Le piège était facile à éventer et pourtant, un parti aussi aguerri que le FFS y a plongé la tête en premier. A qui profite le crime : il est évident que c’est le Pouvoir qui est sorti le grand gagnant de cette désunion, désunion qu’il a toujours encouragée et suscitée par le passé et qui fait sa force. Encore une fois, sa tentative de division a été une réussite, il faut bien en convenir : quel que soit notre appréciation sur la prétendue opposition du RCD et du MDS (ce parti, en particulier, est partie prenante du plan concocté car adversaire résolu du changement et des élections), il n’en demeure pas moins que le peuple, objet de cette opération de division, a été neutralisé. La perspective d’union de l’opposition souhaitée depuis plusieurs années et rendue possible par l’initiative de la LADDH, est presque avortée. Je dis bien presque, car, heureusement, elle n’a pas totalement échoué comme nous allons le voir.

    En effet, le Pouvoir, malgré la réussite évidente de son plan, est inquiet : il y a un caillou dans la chaussure, selon un proverbe bien de chez nous. C’est l’obstination du grand frère Yahia Abdennour, l’un des rares braves de sa génération, qui a réussi à faire adopter le principe de la révolte cyclique tous les samedis, rappelant ainsi un exemple historique récent qui a été la célébration du quarantième jour des martyrs de la Révolution iranienne, qui se sont suivis sans discontinuer jusqu’à la chute du Shah. Car, ces samedis de la révolte constitueront indubitablement un abcès de fixation qui, avec le temps, pourrait entraîner l’adhésion du peuple et fédérer toutes les énergies, y compris les hésitants et les floués. Le parallèle avec la Révolution de Novembre 1954 est très frappant si les samedis de la révolte restent maintenus : en effet, aussitôt après le déclenchement de la Révolution le 1er Novembre dans toutes les régions, les combats ont partout cessé sauf dans le massif des Aurès qui devint un abcès de fixation jusqu’au 20 août 1955, date de l’offensive de l’ALN dans le nord-constantinois et l’extension de la lutte à travers tout le territoire national, avec le ralliement de toutes les forces hésitantes.

    Contre cette sombre perspective pour le Pouvoir, celui-ci multiplie les initiatives (la sortie du VP de la LADDH Kamel Daoud entre dans ce cadre) pour que les manifs du samedi soient abandonnées, aidé en cela par l’opposition elle-même qui multiplie aussi ses propres initiatives d’où sont exclus le RCD et le MDS, initiatives dont le Pouvoir ne peut que s’en féliciter.

    Pour notre part, nous tenons à saluer la vista de notre grand frère Yahia Abdennour et à faire en sorte que les samedis de la révolte soient un moyen de la reconquête de la souveraineté populaire, serment des Martyrs de la Révolution. Le 12 février 2011 sera In Cha Allah le deuxième 1er Novembre du peuple algérien.

    Ahmed Djaber




    0
  • Adel
    22 février 2011 at 22 h 15 min -

    @Mahiedine Lachref

    Bonjour,

    Cela fait un presque un an et demi que je fréquente LQA et j’ai lu beaucoup de textes qui s’attristaient du fait que le peuple algérien ne réagissait pas et était plongé dans le coma.

    Aujourd’hui, j’ai l’impression qu’on lui demande de patienter, car le Capital est en train de manipuler les pays arabes afin d’empêcher l’Iran d’exporter sa révolution!

    Je l’ai toujours dit : je ne suis qu’un algérien ordinaire, un homme de la rue qui n’a aucune prétention, sauf celle de donner son avis et participer au travail d’éveil et de sensibilisation qui débouchera sur la mobilisation du peuple en vue du changement radical et pacifique de régime dans notre pays et pour l’établissement d’un État de droit.

    Je ne connais rien à la géostratégie et la géopolitique. Je ne connais pas grand-chose à l’Iran non plus. Par contre, je connais mon pays, l’Algérie, auquel tant de liens me rattachent depuis ma naissance. Je sais que le peuple algérien souffre en silence et subit l’humiliation et je souhaite de tout cœur qu’il puisse un jour se libérer de l’emprise de l’association de malfaiteurs qui l’a pris en otage. C’est la seule chose qui m’intéresse pour le moment.

    Alors pour que les choses soient claires, je pose la question clairement : la chute du régime mafieux est-elle la priorité des priorités pour les Algériens, oui ou non?

    Clairement




    0
  • batni
    23 février 2011 at 3 h 43 min -

    A mr @Mahiedine Lachref,
    Votre idée de défendre le régime des mollahs en Iran et être pour la démocratie en Algérie m’echappe totalement. Faut-il sacrifier les droits du peuple iranien et accepter les atteintes aux droits de l’homme de ce régime pour des considérations de géopolitique et des chiméres.
    Q




    0
  • Mahieddine Lachref
    23 février 2011 at 19 h 52 min -

    Bonjour tout le monde.
    M.M.Adel et Batni,
    En donnant mon analyse de la situation qui prévaut actuellement dans l’emsemble des pays arabes, situation pour le moins douteuse étant donné que les événement prennent promtement des proportions qui ruisque, dans quelques mesures d’échapper à la lecture lucide, je ne cherche nullement à démoboiliser les gens, ni non plus à défendre, comme laisse l’entendre M. Batni, la république des mollah au détriment de l’Algérie. Tout au contraire, j’ai de toujours été militant politique et mon veux le plus têtu, à l’heure actuelle, c’est de voir l’Algérie en marche vers une révolution qui en soit réellement une.Ce qu’il faudra retenir de ma modeste analyse, qui peut bien sûr s’avérer fausse, c’est, par conséquent, qu’il ne faut pas se laisser entrainer aveuglèment dans des aventure dont les tenants et les aboutissants nous échappent. Je veux dire qu’il faut réfléchir deux fois avant d’agir et pour agir, il faut définir clairement, sans équivoque, ses objectifs, se rassurer qu’ils sont conformes aux attentes immédiates et futures des Algériens en s’approchant d’eux et en les écoutant profondément. Dans le contexte actuel, plusieurs personnes n’hésitent à prendre ce qui se passe en Tunisie et en Egypte comme modèle, alors que, la révolution, la vraie, ce n’est pas celle qui se fait en temps record, ni non plus celle qui se voudrait la plus spectaculaire, mais celle dont les étapes auront té dessiné préalabalement et dont la réalisantion, suivant un processus graduel, touche tout les segment de lma société et agit sur tous les domaines de la vie humaine, en somme, celle qui donne naissance à un nouvel homme. Pour conclure, permettez-moi de vous dire que je suis parfaitemment d’accord avec vous vous- j’aurais moi-même revendiqué des propos apelant à une révolution en Algérie, mais, au nom de tous ceux qui sont morts vainement, au nom de mon père qui a subbi les affres de la colonisation, qui a ordonné aux groupe de choc dont il était responsable en France, de frapper Cherif Messadia parce qu’il ne cotisait pas pour la révolution et qui, des année plus tard, s’est trouvé berger et Messadia ministre, je refuse d’être un épigone, un « éternel jugurtha », un bouc émissaire. A ceux qui dise « seule la lutte paye », je dis « seules la lutte et la raison payent. »
    Fraternellement
    Mahieddine Lachref




    0
  • radjef said
    23 février 2011 at 21 h 28 min -

    Bonsoir tout le monde. @Djaber, bonsoir. Comment donc un général qui n’a jamais tenu le moindre ouvrage entre ses mains puisse manipuler avec autant d’aisance toute la classe politique algérienne et l’orienter dans le sens qu’il désire? Pourquoi un jeune de 23 ans, fraîchement diplômé de l’université, préfère au péril de sa vie la « harga » que de se structurer dans l’opposition ? Il n’y a pas longtemps, à l’occasion de l’élection présidentielle, les partis hostiles au candidat de la junte, en l’occurrence Bouteflika, ont éprouvé toutes les peines a mobiliser un chat et demi dans leur périmètre actif. Pourquoi la Kabylie, considérée à juste titre comme étant le poumon de la revendication citoyenne et démocratique ne reconnaît plus l’opposition ?
    Nous connaissons aujourd’hui le sentiment de résignation qu’ont produit le mensonge, la complaisance, les faux semblants, la précipitation, l’improvisation, la vanité et la cupidité pour arriver le premier au pouvoir, au sein de notre jeunesse. Quand les chefs de l’opposition sacrifient consciemment sur l’autel du mensonge un militant aux capacités avérées et font d’un corbeau du DRS un symbole vivant et un martyr de la démocratie, peut –on espérer le changement dans cette société ?
    La proportion de jeunes qui se déclarent pas du tout intéressés par la vie politique est tout simplement ahurissante. Dépolitisée par une école sinistrée et dégoûtée par le comportement imbécile d’une classe politique anachronique, qui passe le plus grand de son temps à s’auto sublimer et a faire de la masturbation mnémonique, la jeunesse ne sait plus comment se réapproprier son destin pour accomplir sa mission historique et affronter la junte au pouvoir. Dans mon cas, le pouvoir militaire me fait souffrir, mais j’ai honte de l’imbecilité de notre opposition…




    0
  • Boreal
    24 février 2011 at 13 h 17 min -

    @Mahieddine Lachref

    En vertu de quoi devrions-nous traîner, tout au long de notre vie, l’histoire marquée au fer rouge des échecs de nos aînés ?

    Croyez-vous, cher compatriote, que les théories doivent précéder l’action ? Non, je ne le pense pas; pour ma part, la théorie se forge dans l’action et se construit chemin faisant !
    Quel plan, quelle feuille de route, quelle théorie si aboutie soit-elle peut déterminer la réussite ou l’échec d’un processus révolutionnaire ? Les plus belles pages de l’histoire ont été écrites par des groupes d’individus mus par des convictions inébranlables et animés d’une détermination que rien ni personne n’a pu arrêter.
    C’est probablement l’une des rares occasions où l’Algérie a rendez-vous avec l’Histoire, devrions-nous laisser passer cela ?
    Ce qui est infiniment plus dangereux et plus redoutable, en ce moment pour l’avenir de notre pays, ce sont la peur, la résignation et le renoncement…

    Les expériences récentes des Tunisiens, des Egyptiens montrent que ce sont les peuples eux-mêmes qui ont conduits et menés les soulèvements, la classe politique n’a fait qu’emboîter le pas aux mouvements. Le peuple algérien est capable de se soulever et, à l’instar de nos voisins, d’aller jusqu’au bout une fois le processus enclenché.
    Les personnalités sincères et intègres peuvent nous être d’un apport utile et nous aider dans ce processus.
    Il faut créer l’action, parce que l’action crée le mouvement, et que le mouvement entraîne les individus.
    Nous ne sommes pas tenus d’attendre un quelconque signal du départ pour nous mettre en mouvement.

    Il est des moments dans la vie où l’on a plus de choix si l’on veut véritablement retrouver sa dignité d’homme et le respect…

    Amicalement

    Un citoyen lambda




    0
  • Mahieddine Lachref
    24 février 2011 at 20 h 37 min -

    Bonsoir M. Boreal,
    Je vous rassure: je ne suis nullement contre l’action. Je vous conseille de lire les différents postes que j’ai écrit pour avoir une idée claire de ce que je pense réellement de la situation. Une pensée n’en est pas une si elle saisit chaque domaine ou chaque point séparèment. Et pour régler les problèmes de la vie, autrement dit changer le cours de l’Histoire, ce n’est pas seulement d’un discours mobilisateur que l’on a besoin. Tout au contraire, on a besoin d’une pensée, une pensée qui soit authentique, profonde, c’est-à-dire capable de souffler une nouvelle âme à notre au peuple pris en bloc et aux individus, chacun pris séparèment. Ceci étant dit, je vous assure que je ne prétend nullement détenir la bonne recette. Je donne mon avis que j’estime fondé… kountoum oumattan wassatta, disait Dieu dans le Coran. Le juste milieu, c’est de se situer entre l’action et la reflexion, non pas en réflechissant aprés avoir agi, non pas non plus en agissant aprés avoir réfléchi, mais en réfléchissant le pied sur le terrain.
    Fraternellement
    Mahieddine Lachref




    0
  • Congrès du Changement Démocratique