Édition du
28 March 2017

Le fils de Khadafi menace de couper la Lybie en deux


Nombre de lectures : 1572
19 Commentaires sur cet article
  • azzedine
    21 février 2011 at 13 h 48 min -

    Dans ce genre de circonstances , le silence est d’OR.Serait-ce une monarchie?c’est un petit dictateur .Tel pére ,tel fils ,si ce n’est pire.




    0
  • HAQIQALEAKS
    21 février 2011 at 14 h 03 min -

    Mais!, qu’est-ce qu’il a à la ramener ce « crâne d’oeuf » arrogant, sûr de lui et dominateur ?! Cette progéniture de rejeton du roi Ubu, s’y croit vraiment comme un Khadafi II !

    Mais quelle malédiction a donc frappé nos peuples d’être ainsi traités par les valets-gardes chiourmes de cet impérialisme gringo-siono-europoéen ?! On dit que « les baïonnettes servent à tout sauf à s’assoir dessus ». Pas avec cette engeance de criminels de bas-étage qui nous précipiteront tous dans un « cul de basse fosse » si on les laisse faire ! « IRHAL »! DEGAGES! GET-OUT! GAME-OVER! Khadafi,c’est fini!

    Que les gringos reprennent leurs créatures et sachent que la peur a changé de camp!

    INFO – Maroc : cinq morts à la ville de Hoceîma suite aux dernières manifs – AFP




    0
  • mohamed
    21 février 2011 at 14 h 55 min -

    regarder cette tété de criminel .tel père tel fils
    comme si la Libye est leurs properites privé
    le comble jai remarquer meme les journaux sois disons indépendant algérien nen parle pas?




    0
  • belka
    21 février 2011 at 14 h 57 min -

    a la bonheur.tu vas degager toi aussi avec ton pere.




    0
  • guerriere de la lumière
    21 février 2011 at 15 h 19 min -

    De quel droit prend-t-il la parole, pourtant la Libye n’est pas une monarchie?

    Aussi fou,pervers et génocidaire que son satané père!!! A vomir
    Quel cauchemare ces KADAFI………..




    0
  • amel
    21 février 2011 at 15 h 48 min -

    LE père dictateur ,fou et décérébré a reçu un doctorat
    honoris causa de l’université d’Alger en 2007




    0
  • khaled
    21 février 2011 at 16 h 05 min -

    Ce fils de halla prétends avoir étudié a LSE et obtenu un PHD.

    Il lui faut une fallaga que mon maître de l’école coranique m’a donnée.

    Chien maudit des terres
    L’or usurpé ne peut créer des fiers

    Esclave des temps perdus
    Notre soif de justice est éternelle, et point voulue

    Ceux dont richesse est mal-acquise,
    Vous ne verrez jamais les marquises.




    0
  • Mohamed YAHIAOUI
    21 février 2011 at 16 h 09 min -

    Assalamo Aleikoum

    QUADAFI est non seulement un dictateur ,criminel comme tous les autres dictateurs Arabes , mais il est également un traître qui na jamais tenu ses paroles , il a livré plusieurs opposants Arabes qui étaient réfugiés en Libye,dont des Marocains livrés à HASSAN II , et plusieurs centaines de sympathisants du FIS , qui après le coup d’Etat du 11 janvier 1992, se sont réfugiés en Libye , et ont été livrés au DRS , qui après les avoirs affreusement torturés ,ont été exécutés pour avoir tenté de fuir.
    Nous croyons en ALLAH TOUT PUISSANT ,tous ces criminels paierons plusieurs fois , en ce monde , le jour de l’interrogatoire de la tombe, et le jour du jugement dernier.
    Malgré les richesses , malgré les armes , malgré l’arrogance, malgré les complicités Américano-sionistes et l’appui de tous les Athées et autres Laics du monde , seule la justice Divine aura le dernier mot




    0
  • Général AB
    21 février 2011 at 16 h 41 min -

    Essalamou Oua Minhou Essalam!

    Afin d’alimenter le forum, j’ai gardé un excellent article en trois parties du chercheur M. Lakhdar Ydroudj, afin de contribuer à projeter notre peuple et notre opposition de salon vers la construction d’un avenir fort et éloigné de la décrépitude actuelle dans laquelle nous avons été mis.

    Que les tenants d’une démocratie ultralibérale (dirigée en fait par les multinationales)qui n’a rien de parlementaire ni n’est réellement participative, et les tenants d’un Islamisme satanique à la sauce d’un benhadj, d’un madani, d’un belkhadem, d’un nahnah et d’un soltani qui ont voulu importer la haine et l’exclusion à l’image de leurs frères à Peshawar formés par la CIA, se taisent, se retirent et s’occupent uniquement de leur nafs el khabitha et considèrent que le peuple a aujourd’hui compris !

    Basta! la pièce de théâtre est finie! Il y a d’autres alternatives! Et que ceux qui ont peur des idées, sont bien ceux auxquels ils faut barrer la route!!!!!

    Personne ne parlera plus indument au nom du peuple en jugeant et en excluant les autres qu’il ait lu karl marx ou ibn taymiyya et en justifiant les «exterminations sacrées » !

    «JAA ALHAKKOU WA ZAHAKA AL BATILOU INNAL BATILA KANA ZAHOUKA!» Sadaqua Allahou El-ADHIM!

    Vive l’Algérie digne et libre
    Général AB d’EL_AHRAR!

    ————————————————–
    La démocratie de la peur : la doctrine théologique de I’américanisme
    « Ne critiquez pas mes enfants sinon vous êtes mort ! » Barbara Bush, « Larry King Live », CNN, 20 octobre 2003
    La démocratie à l’américaine a énormément peur et fait beaucoup peur, car la guerre enclenchée par la puissance américaine n’a jamais cessé depuis les premiers débarquements sur la nouvelle terre en commençant par l’extermination des populations locales, leur culture et la transformation de leur mode de vie, car cette démocratie ne peut en aucun cas tolérer la réussite des autres, ni accepter de vivre en paix avec eux, ni l’existence de menaces potentielles dans n’importe quel coin de la planète.
    C’est une puissance qui cultive la tension partout dans le monde, car la stabilité et la paix ne stimulent pas la folie de la machine de guerre américaine. Serait-on en face d’un « fondamentalisme démocratique ? ». En effet, cette même démocratie est la cause directe de profonds déchirements politiques et conflits dans le monde. Sa responsabilité morale et juridique est engagée dans le massacre de milliers de civils dans le monde à commencer par la communauté indienne en passant par Grenade, Les Philippines, le Chili, Guatemala, le Mexique, et enfin l’Irak qui depuis plus d’une décennie subit les pires atrocités de cette machine inhumaine. C’est en s’appuyant sur des concepts de souveraineté, de liberté et de démocratie et surtout en utilisant les produits du développement technologique très avancés et une hyperpuissance militaire et industrielle que les Etats-Unis se sont engagés dans une perspective guerrière sans fin ni limites, à travers laquelle ils défient le monde et semblent déterminés à asseoir tous les projets expansionnistes et convaincre le monde de la portée de cette puissance barbare. La création de cet empire est consolidée par des institutions internationales créées sur leur propre initiative pour servir leurs propres dessins stratégiques. Cet empire s’appuie aussi sur un modèle de communication à sens unique. Essayer de comprendre la politique actuelle de la Maison-Blanche dans le monde, c’est revenir sur la théologie politique des Etats-Unis d’Amérique qui puise ses origines dans le discours religieux le plus fanatique digne des premiers régimes ecclésiastiques de l’Europe, où l’Eglise dominait la conscience collective de la société. La chose la plus importante à retenir dans le chaos causé par l’Administration américaine dans le monde est sans aucun doute le retour à la stratégie américaine de l’expansionnisme et à ses différents corollaires de guerre, de massacres contre les civils et surtout la construction d’un empire totalitaire et dictatorial qui aspire à dominer la terre tout entière, ses mers et son espace. Pour beaucoup de spécialistes, les événements de septembre 2001 sont considérés comme l’unique motif du tournant de la politique extérieure américaine, de la refonte de la notion de guerre pour la sauvegarde de la sécurité intérieure et extérieure de l’Etat fédéral américain et surtout de la notion de souveraineté pour se défendre contre l’ennemi qu’il soit réel ou imaginaire. Si nous réfutons ce point de vue, ce n’est pas par sentiment d’anti-américanisme mais c’est beaucoup plus à la lumière des événements historiques qui ont caractérisé la marche de cet Etat et sa naissance. On est tenté d’affirmer que les événements de septembre 2001 ont été une opportunité pour le marketing politique du redéploiement de la doctrine de la Destinée Manifeste prônée par les premiers colons des terres indigènes. Mais cette fois-ci reformulée sous une autre approche — certes différente de l’approche originale — entraînant les pires conséquences Pour l’humanité tout entière. Cette approche guerrière brutale et barbare a entraîné le monde dans une tension semblable celle qui a précédé le déclenchement des guerres mondiales. D’ailleurs, la guerre actuelle contre le « terrorisme mondial en est une selon les propos des théoriciens de la Maison-Blanche (1). Cependant, l’argument des attaques des deux tours jumelles utilisé pour combattre le terrorisme, justifier par conséquent le bombardement des civils en Afghanistan et en Irak, détruire la Syrie et anéantir le programme nucléaire iranien est dénué de tout fondement, si l’analyse objective de cette politique scrute les assises idéologiques et surtout celle relative à la théologie de la formation de cet Etat impérial depuis son essence à travers les pratiques et les intentions expansionnistes, les interventions et les ingérences dans les affaires des autres Etats.
    Les fondements de la démocratie américaine
    La philosophie politique américaine est imbue de la culture religieuse lointaine qui a été à l’origine de l’immigration d’un groupe d’individus de la vieille Europe vers la nouvelle terre. Ces hommes et femmes n’étaient pas des personnes ordinaires. C’étaient des pères pèlerins « pilgrim fathers » de confession protestante animés par une seule obsession : chercher une terre vierge. Pour créer le nouveau Jérusalem qui peut leur garantir la pratique religieuse libre sans persécution ni poursuite. Ainsi, commence l’histoire de la fondation des Etats-Unis d’Amérique, puisque ces immigrants à bord d’un voilier nommé le Mayflower ont établi les premières fondations théologiques de ce qui deviendra par la suite l’empire américain. On retiendra tout particulièrement pour le besoin de cette étude les points suivants :
    La destinée manifeste
    Ce qui nous semble très important à retenir concerne le fait que les Etats-Unis ont été au départ un groupe de personnes qui se sont installées de gré ou de force sur des terres qui ne leur appartiennent pas du tout depuis 1620 et qui ont accaparé les terres indigènes dans un cadre organisé de conquête de l’Ouest en cantonnant les populations locales dans des réserves ou en les exterminant construisant des forts de défense sur les territoires conquis par le feu et le sang. Doté de convictions religieuses, ce premier groupe de colons anglais a confectionné le dogme religieux autour duquel tous les présidents américains feront fonctionner l’appareil politico-idéologique des Etats-Unis d’Amérique et qui est connu sous « la destinée manifeste guidée par un courant religieux fondé sur la suprématie de la race blanche et son hégémonie civilisationnelle (2). Ce dogme s’est érige au fil des ans comme une feuille de route pour la fondation d’un Etat qui doit sa survie à la provocation des autres et son territoire à la colonisation des autres pays et à la conquête des espaces d’autrui. L’immensité de la superficie actuelle des Etats-Unis est principalement due à l’organisation de conquêtes vers le Sud et l’Ouest. A part ce qui a été acheté des puissances coloniales de l’époque, la quasi-totalité de cette superficie fut confisquée aux voisins. En examinant le discours politique des administrations américaines et en documentant le processus de la formation des Etats-Unis depuis les premières vagues des immigrants vers la nouvelle terre, force est de constater que la puissance de l’Etat fédéral a toujours été puisée dans un discours religieux fanatique et surtout arrogant. D’ailleurs, toutes les références consultées à ce sujet insistent sur le caractère et les aspects religieux de la fondation de ce pays formé par la conquête et l’expropriation des terres indigènes. Les références historiques font un constat clair sur la conquête des propriétés indigènes par la race blanche pour l’expansion des territoires résultant d’un massacre des populations locales. Cette mission conquérante est attribuée à la notion même de l’exode des premiers immigrants qui débarquèrent sur la nouvelle terre et qui est synonyme d’exode biblique. La « mission manifeste » ou la prédestination guidée par les injonctions divines à l’endroit des présidents américains dans toute entreprise politique extérieure est synonyme de combat contre le « mal » qui se trouve toujours à l’étranger. C’est d’ailleurs l’une des explications plausibles qui nous permet de situer le discours du président George Bush sur la croisade enclenchée au Moyen-Orient sous le couvert de la lutte contre le terrorisme. Dans un texte électronique intitulé (3) : Qu’est-ce que l’anti-américanisme ? Roger Garaudy avertit le lecteur sur les véritables visées impériales des Etats-Unis et la source du pouvoir et de la puissance américaine ainsi que la nécessité de reconnaître le fait que ce pays a été construit par le sang et le feu et que la « terre promise » devint dès lors une terre conquise. Cette pratique de spoliation et de massacres n’était pas en contradiction avec la conception religieuse, car l’enrichissement comme la victoire étaient pour eux le signe de la bénédiction divine. En paraphrasant le père fondateur de l’Etat fédéral en l’occurrence George Washington, Garaudy insiste sur les caractéristiques doctrinales du pouvoir aux Etats-Unis d’Amérique : « Aucun peuple, plus que celui des Etats-Unis, n’est tenu de remercier et d’adorer la main invisible qui conduit les affaires des hommes. Chaque pas qui les a fait avancer dans la voie de l’indépendance nationale semble porter la marque de l’intervention providentielle. » Dans le même ordre d’idées, en 1845 un dirigeant démocrate raisonnait en ces termes sur l’expansion de son pays : « Ce droit découle de notre destinée manifeste qui est de nous étendre et de posséder tout le continent lequel nous a été donné par la providence, afin de développer la grande expérience de liberté et de développement fédératif et d’auto-gouvernance qui est notre lot. Cela est juste comme l’aire occupée par un arbre et la terre propice à la pleine expansion, selon un principe de croissance nécessaire. » Considéré comme le rédacteur de la doctrine de la Manifest Destiny, le journaliste John O’Sullivan présente le 31 mai 1845 à New York, devant un parterre d’industriels et le président US, James Polk, sa thèse de la Manifest Destiny : « La nation américaine a reçu de la providence divine la destinée manifeste de s’emparer de tout le continent américain afin d’y nourrir et de développer la liberté et la démocratie. Elle doit ensuite porter la lumière du progrès au reste du monde et en assurer le leadership, étant donné qu’elle est l’unique nation libre sur terre (4). » Néanmoins, cette doctrine fut utilisée par les premiers Américains comme idéologie intangible pour amorcer le grand expansionnisme, notamment par la formulation de la doctrine Monroe exprimée de façon officielle le 2 décembre l823 (5). Dans le même sens, on peut s’attarder sur d’autres déclarations des présidents américains pour démontrer la véracité des fondements théologiques du pouvoir aux Etats-Unis d’Amérique. Sur ce point une très brève chronologie des faits démontre l’exceptionnisme des discours américains en se référant à cette doctrine sans oublier de souligner que cet éventail n’est pas exhaustif :
    Déclaration du président George Washington en 1796 : « Notre grande ligne de conduite (…), autant que nous avons formé des engagements, remplissons-les avec une parfaite foi. »
    Le troisième président des Etats-Unis, Jefferson 1801-1809, proclamera que son peuple est « le peuple élu de Dieu ». Les autres présidents ne dérogeront pas à cette règle doctrinale de l’extrémisme, où le religieux est imprimé sur le billet vert jusqu’à nos jours en implorant la protection de Dieu puisque l’américanisme signifie aussi une lecture biblique : In God We Trust (on croit en Dieu). « Novus Ordo Seculorum » imprimé sur une des faces du billet vert veut tout simplement dire : Le Nouvel Ordre des âges reformule le nouvel ordre mondial.
    Le Congressional Globe du 11 février 1847 : « Nous devons marcher d’un océan à l’autre (…) Nous devons progresser du Texas directement vers le Pacifique et ne nous arrêter que face à ses flots grondants (..) C’est la destinée de la race blanche, la destinée de la race anglosaxonne. »
    1899-1900 Le secrétaire d’Etat Hay énonce sa doctrine de la « porte ouverte » : marches libres et ouverts au lieu sphères d’influence protégées.
    1905 Corollaire de Theodore Roosevelt à la doctrine Monroe : les Etats-Unis s’attribuent le droit d’intervenir en Amérique centrale pour garantir la paix, l’ordre et les droits des investisseurs étrangers.
    1912, envahissant le Mexique, le président Taft déclarait : « Je dois protéger notre peuple et ses propriétés au Mexique jusqu’à ce que le gouvernement mexicain comprenne qu’il y a un Dieu en Israël et que c’est un devoir de lui obéir. »
    1912 Theodore Roosevelt lança une de ses campagnes de réélection à la présidence avec le slogan « Nous sommes à Armaggedon et nous combattons pour le seigneur », formule qui eut beaucoup de succès même si elle ne lui permit pas de reprendre la présidence. Wilson, le vainqueur invoquerait un peu plus tard l’impérieuse nécessité de lutter contre les forces du mal pour préserver celles du bien, celles de la démocratie.
    1947 Discours du président Truman devant le Congrès énonçant sa doctrine : les Etats-Unis « doivent soutenir les peuples libres qui entendent résister aux tentatives d’assujettissement de la part de minorités armées ou de pressions extérieures,
    1965 le président Johnson déclare, lors des débuts de l’engagement des Etats-Unis au Vietnam, « l’histoire et nos propres œuvres nous ont donné la responsabilité principale de protéger la liberté sur la terre ».
    1982 le président Ronald Reagan affirme : « Cette terre bénie a été placée à part, d’une façon particulière, qu’il y a un plan divin qui place ce grand continent entre deux océans pour être découvert par des peuples venus des quatre coins du monde avec une passion particulière pour la foi et la liberté. »
    1983, Ronald Reagan prononcera un discours dans lequel il qualifie l’ex-URSS d’« empire du mal » par opposition au bien. Connotation religieuse biblique selon les experts de l’analyse du contenu politique.
    1994 et 1996 le document Stratégie de sécurité nationale présenté par le conseil de sécurité nationale de l’Administration Clinton indique que la « stratégie de sécurité nationale est fondée sur l’objectif d’élargir la communauté des démocraties de marche tout en dissuadant et en limitant la gamme des menaces qui pèsent sur notre nation, nos alliés et nos intérêts. Plus la démocratie et la libéralisation politique et économique s’imposeront dans le monde, notamment dans les pays d’importance stratégique pour nous, plus notre nation sera en sécurité et plus notre peuple sera susceptible de prospérer »
    2002 Bush affirme avoir été instruit par Dieu pour combattre les terroristes en Afghanistan et en Irak. La première guerre du XIXe siècle a été déclarée comme croisade par Bush. (A suivre)
    Notes de renvoi :
    (1) James Woosley, directeur de la CIA sous le règne du président Clinton, admet sur les ondes de la célèbre CNN que les Etats-Unis d’Amérique sont engagés dans la quatrième guerre mondiale et qu’elle va certainement durer dans le temps et aura toute la planète comme espace. Woosley considère la guerre froide comme la troisième. Il définit les cibles successives à abattre : l’Irak, l’Iran et l’Arabie Saoudite.
    (2) Notons tout de suite que l’action de civiliser les indigènes est consacrée comme doctrine par toutes les puissances coloniales pour la conquête des terres des populations autochtones. C’est d’ailleurs le même prétexte qui allait être utilisé pour cantonner les indigènes partout dans le monde. La France a utilisé « sa » mission civilisatrice en Algérie car elle considérait les Algériens comme sous-développés par une politique de la terre brûlée pour déraciner les Algériens et installer les colons européens dans les terres arables. Résultat de la civilisation française : des milliers de morts, de veufs et d’orphelins avec une région Sud radioactive, conséquence de ses essais nucléaires. C’est ce qu’on appelle civiliser au sens occidental.
    (3) Garaudy (Roger) : Qu’est-ce que l’anti-américanisme ? Ce texte est disponible sur le site http:/www.philosophie.org/garaudyl.html. Consulté le 23 mars 2006.
    (4) Cf http://www.voltairenet.org/article14019.html. Consulté le 23 mars 2006. Le texte intégral de cette déclaration religieuse est disponible sur le site http://www.mtholyoke.edu/acad/intrel/osulliva.htm qui détaille notamment son origine, ses fondements et ses objectifs et qui fut par la suite utilisé par les différents présidents américains dans leurs entreprises colonialistes à travers le monde, notamment le président James Polk qui donna l’ordre aux écrits en 1845 : « C’est la destinée manifeste du peuple américain de se répandre sur le continent »… pour envahir le Mexique (peuple d’obscurantistes papistes).
    (5) Le président James Monroe (1817-1825) a explicitement parlé de l’exceptionnisme et de l’expansionnisme américain lors de la 7e session du congrès américain. http://odur.let.rug.nl/ usa/D/1825/jmdoc.htm. site consulté le 28 mars 2006.
    La démocratie de la peur
    La doctrine théologique de l’américanisme (2e partie)
    « Ne critiquez pas mes enfants sinon vous êtes mort ! » Barbara Bush, Larry King Live, CNN, 20 octobre 2003
    On observe ici un recyclage permanent des vocables utilisés par les présidents américains mais tout le vocabulaire utilise dans les discours est hissé à la hauteur du sacré religieux et politique pour construire l’empire des prédécesseurs et fondateurs de cet Etat. Il faut tout de même confirmer que ce genre de discours définit de façon limpide la porte du fanatisme idéologique et le fondamentalisme religieux de l’élite dirigeante américaine à travers les siècles. C’est d’ailleurs les principales caractéristiques du discours de l’actuel président de la Maison-Blanche comme le souligne Howard Zion qui note que le président a déclaré avant les élections américaines : « Je crois que Dieu veut que je sois président. » Plus loin, l’auteur cite une autre confession du président rapportée par un journal sioniste à propos de la guerre : « Dieu m’a dit de frapper Al Qaîda. Et je l’ai frappée. Puis, Il m’a ordonné de frapper Saddam, ce que j’ai fait. » (…) . Son Dieu lui ordonnera certainement de frapper en Iran et en Arabie Saoudite, mais jamais la Corée du Nord ni de protéger le peuple palestinien, ni de ne pas s’allier avec Ies plus grands tyrans du monde qui terrorisent les innocents.
    L’expansion des territoires
    Basée sur une trinité philosophique qui englobe la religion, le capital et la force, les Etats-Unis d’Amérique planifient les contours géographiques de leur continent tout en définissant les normes du genre de relation avec les autres. Cette structure philosohique a engendré une forme arrogante de l’interprétation du droit et des intérêts dans le discours politique états-unien. L’idée selon laquelle cette expansion américaine est commandée par Dieu est une constante dans le discours politique americain. Si cette injonction est un impératif divin pour les dirigents americains, elle permet actuellement de mettre en place l’architecture idéologique des continents et des pays selon la vision de Washington et ses normes stratégiques. C’est pourquoi la mission expansionniste de l’Amérique reflète l’environnement auquel tout président américain doit souscrire et se définir sous peine d’être déchu par les lobbys qui se construisent autour des médias et du pouvoir politique. Le deuxieme point de la feuille de route des administrations successives de l’Etat fédéral est la nécessité de l’expansion des territoires et la recherche de nouveaux horizons frontaliers économiques et financiers. C’est ainsi que plusieurs expédicions furent organisées afin de déraciner les populations indigènes et peupler les zones « dégagées » par une immigration de race blanche, et plusieurs Etats ont été encouragés à rejoindre l’union après la déclaration de l’indépendance sans se soucier de la souveraineté à laquelle ces Etats sont soumis. Le cas du Texas (Etat d’origine de l’actuel président et faisant partie de la ceinture biblique du Sud) a déclaré son indépendance du Mexique en 1836 pour être annexé à l’union en 1845. D’autres Etats ont été carrément achetés, des puissances coloniales de l’époque, comme la Louisiane et la Floride. Il faut dire que les Etats-Unis d’Amérique sont un pays qui a été fondé exclusivement sur la base d’une doctrine colonialiste religieuse, puisque le nombre des colons a doublé suite à la politique de l’ouverture des frontières pour les populations européennes tout en déportant ou en cantonnant les autres races qui étaient sur place dans des réserves et dans le pire des cas en le massacrant par des hordes meurtrières. Signalons la ressemblance avec la politique du sionisme depuis la création de l’Etat sioniste dans les territoires palestiniens, qui souffrent du racisme et de la xénophobie surtout après la construction du nouveau mur de séparation. Initialement, seuls treize Etats composaient les Etats-Unis après la déclaration de l’indépendance américaine en 1776, comment ce pays en compte actuellement le nombre de cinquante Etats et un district : c’est le résultat d’une conquête expansionniste planifiée et sanguinairement exécutée dans les différentes territoires indien, canadien, mexicain, etc.
    Le développement du capitalisme
    Les Etats-Unis ne peuvent pas tolérer l’existence de doctrines économiques qui ne favorisent pas la liberté d’entreprendre ni celles qui s’opposent à ses intérêts. Ils peuvent entreprendre des actions contre tout un peuple pour sauvegarder leurs intérêts dans n’importe quelle région du monde. Pour défendre les axes stratégiques de l’économie américaine, des élites militaires sont toujours en état d’alerte maximum pour intervenir si le lobby capitaliste y voit un danger de récession des revenus ou si l’administration de la Maison-Blanche y voit un quelconque danger. Toutefois, l’intervention se fait dans la majorité des cas sous des prétextes fallacieux de la liberté et de la sauvegarde des droits de l’homme. Intervenir pour l’armée américaine veut tout simplement dire y rester pour une période indéterminée et avoir un boulot à faire. Le nombre total des bases militaires américaines à travers le monde est estimé à 700 bases qui surveillent les intérêts américains et quadrillent la politique des pays dans lesquels elles sont implantées. (6) Les directives des missions de ces bases sont claires et sans ambiguïté : défendre le flux des finances des multinationales et assurer le transfert des énergies vitales à l’économie et à l’industrie y compris l’industrie militaire de l’oncle Sam. Combien de coups d’Etat contre des présidents de pays en voie de développement ont été fomentés et exécutés par les services intelligents de cet Etat « démocratique ». Il est peut être très important de signaler que les élections organisées en Palestine par l’autorité locale sous la surveillance d’observateurs internationaux démontre l’intensité de la peur de la démocratie du modèle américain, qui a engagé de sérieuses démarches économiques et financiers pour la punition collective d’un peuple pour le « mauvais choix » de leur élite dirigeante. C’est le scénario du coup d’Etat sanglant de Pinochet au Chili le 11 septembre 1973, et beaucoup d’autres pour créer des Etats clients. Les tentatives de renversement du président du Venezuela ont été vaines mais sans décourager l’ambition géostratégique de l’empire et sans effacer l’obsession de contrôler toute l’Amérique latine afin d’entreprendre une réorganisation de toute la région à la faveur des intérêts américains.
    Les interventions américaines dans le monde
    Le verbiage du va-t-en-guerre de l’Administration américaine a toujours une double signification : religieuse et capitaliste puisée dans le concept de la destinée manifeste où le spirituel justifie toutes les actions meurtrières engagées contre les civils partout dans le monde. Afin d’étayer cet argument, nous avons essayé de documenter chronologiquement les grands traits de ces discours qui ne font que raviver les fondements dogmatiques de la politique américaine et renseignent ,sur les intérêts du capital des multinationales tout en accélérant le processus de la domination des peuples. Les Etats-Unis d’Amérique n’ont pas cessé d’intervenir dans les différents pays depuis la proclamation de l’indépendance contre ses « voisins ». Les interventions américaines se sont intensifiées notamment depuis 1846, date de la guerre programmée contre le Mexique et qui a été le point culminant pour la doctrine de la destinée manifeste. C’est l’annexion pure et simple de la moitié des terres mexicaines connues aujourd’hui comme la Californie, le Nevada, l’Utah, l’Arizona, le Nouveau-Mexique, et une partie du Colorado. Pour orienter la curiosité du lecteur, on peut classer les grandes lignes des interventions américaines tendances suivantes : • La guerre contre le communisme ou les régimes opposés à la politique américaine. • Le soutien aux dictatures alliées à la politique américaine. Cette forme interventionniste peut parfois être synonyme de restauration des dictatures suite au soulèvement populaire. • La défense des droits de l’homme et l’instauration de pseudo-démocratie. • Soutien indéfectible au sionisme israélien. • Lutte contre les contrebandes de drogue et de stupéfiants. • La guerre contre le terrorisme international. • La guerre préventive contre les Etats « voyous ». • Le contrôle des régions à ressources énergétiques. • La réorganisation des zones géographiques, selon le principe des intérêts stratégiques américains tel que l’élargissement des marches. L’armée américaine a même entrepris des assauts contre la régence d’Alger en 1815 obligeant le dey Omar à signer un traité pour l’arrêt des attaques contre les navires américains dans la mer méditerranéenne. C’est toute la signification de la puissance et des ambitions américaines et ses projets le prétextent de défendre les intérêts des capitalistes dans la région. L’Administration américaine démontre des sentiments d’inquiétude dès la réduction de l’intensité des conflits et de la tension dans le monde et la stabilité des relations internationales, car le meilleur environnement qui lui permet de s’exprimer ne doit pas être politiquement stable. Elle investit dans le chaos et l’émeute pour bénéficier des dividendes de l’instabilité et des conflits entre les nations. Elle aussi prête à en créer jusqu’à la satisfaction de son besoin interventionnisme. Cela n’est pas nouveau, car la politique de la philosophie de la gâchette des différentes administrations américaines est une donne omniprésente dans toutes les stratégies, notamment celle de l’expansionnisme. Le président George Bush (père) a bien intensifié cette position en parlant du nouveau Siècle américain (7) rendant l’économie américaine tributaire de l’industrie de l’armement en tant que locomotive de la croissance et de la mise en place de cet ordre, car les plus proches collaborateurs sont issus de divers secteurs de l’arsenal militaro-industriel et les technologies y afférentes à la guerre (8). La notion essentielle de la guerre préventive — admise par tout le monde occidental — c’est-à-dire reconnaître aux USA le droit de se défendre là où elles veulent — n’est qu’une nouvelle mouture des grands-pères de George Bush puisqu’elle est non seulement le pilier de la doctrine expansionniste mais aussi et surtout l’alibi de droit à se défendre. De Keanan à Kristol en passant par les théoriciens contemporains américains, il faut noter que la paix ne peut pas être une conquête des Américains. Les programmes prospectifs de sécurité américaine font ressortir la confirmation de conflits et de guerre avec les autres. C’est la vision paranoïaque du monde (9).
    Les formes de la domination américaine
    En dépit des paradoxes et les profondes controverses des interventions américaines, les administrations successives de la Maison-Blanche tentent de moderniser la barbarie et humaniser la guerre par le truchement d’un nouveau langage médiatique. Il est dès lors très clair que les différents présidents américains s’attellent à mettre en œuvre la doctrine théologique sur un ton prohétique qui sied à la démarche des premiers colons et qui répond aux conditions politiques de l’heure, puisqu’ils sont dédiés à faire valoir la vérité biblique au sens fort de la destinée manifeste. Toutes les « exterminations sacrées » ont été justifiées par l’appel religieux de l’expansion des territoires blancs sans aucune morale, ni remords. Ils font référence dans bien des cas à la sauvegarde de principes tels que liberté, droits de l’homme ou démocratie. En effet, la notion de la démocratie à l’américaine a peur de faire face à des frontières politiques souveraines et économiques limitatives et fait peur aux autres dans la mesure où elle est brutale et sanguinaire, surtout expansionniste. Le comportement du leader libyen qui a démantelé son activité nucléaire, les pays qui ont donné leur pays pour les interventions américaines dans le monde et tout récemment les prisons fantoches en Europe, est une preuve irréfutable de la peur exercée par la puissance américaine sur le monde. Elle ne peut tolérer de vivre en paix ou d’avoir des relations bilatérales justes. Cette démocratie tient sa survie de la provocation des autres et des conflits qu’elle engage ou entretient dans les quatre coins de la planète. L’esprit de la domination est le seul courant d’alimentation qui l’abreuve en intérêts et en dividendes, la résolution des conflits signifie tout simplement pour elle le blocage de son expansion et son développement. Elle devient brutale, meurtrière, raciale, hostile et xénophobe à tout ce qui ne veut pas être américanisé, notamment la « vieille Europe ». (A suivre )
    Notes de renvoi :
    6) Cf Marounek (Roland) : Les bases US dans le monde : une menace pour la paix. Référence disponible sur le site http://www.ptb.be/international/article.phtml ?section=AIAAABBP&object id=292 62. Site consulté le 5 avril 2006.
    7)- Une boîte à idées a été créée en 1997 pour la mise en route du chantier du nouvel ordre mondial et la définition des étapes nécessaires à asseoir les grandes lignes. Son travail a commencé avec une lettre adressée au président pour renverser Saddam Hussein comme première cible, la suite, c’est déjà vu. cf : http://www.newamericancentury.org/index.html
    8)- Les enquêtes sur l’origine de la richesse de la famille Bush ont abouti à l’implication directe du grand-père de l’actuel Président dans le financement et l’armement d’Adolf Hitler avant son accession au pouvoir en Allemagne. Il a aidé les fabricants da canons à construire la machine de guerre nazie. Durant les premières années de guerre, la famille Bush a empoché les bénéfices du travail forcé dans les mines d’Auschwitz. Elle a aidé à développer la théorie de la « race pure ». Cf. Mertens (Peter) : Comment les financiers Thysen et Bush ont armé Hitler Disponible sur le site : http://www.ptb.be/international/article.phtml ?section=A1AAABBP&object id=156 96 Cf aussi l’excellente enquête du quotidien britannique The Guardian effectuée par Ben Aris et Duncan Campbell : How Bush’s grandfather helped Hitler’s rise to power : 25 septembre 2004. http://www.guardian.co.uk/usa/story/ 0,12271,1312540,00.html#article continue War is the biggest business in America (La guerre est le plus grand business en Amérique). Jim Garrison, procureur du District de la Nouvelle-Orléans qui était en charge du dossier de l’assassinat du président J. F. Kennedy.
    9)- Brzenski (Zbigniew) : Pour une nouvelle stratégie américaine de paix et de sécurité, disponible sur le site : http://www.ifri.org/files/politique etrangere/PE 3 4 2003 BRZEZINSKI.pdf.

    La démocratie de la peur
    La doctrine théologique de l’américanisme (3e partie et fin)
    « Ne critiquez pas mes enfants sinon vous êtes mort ! » Barbara Bush, Larry King Live, CNN, 20 octobre 2003
    Quels que que soient les motifs invoqués par les missionnaires de la destinée manifeste, il faut noter, sur ce point précis, que les formes de la domination américaine ne sont pas exclusivement militaires. Ses formes sont technologiques, industrielles, spatiales, alimentaires, économiques, financières, culturelles… En un mot, cette domination est globale. Sur ce point, il est important de dire que la domination américaine s’appuie sur des institutions internationales financées par le contribuable, y compris celui des pays dominés par la force américaine. Il est incontestable de reconnaître que cette mainmise sur les organisations gouvernementales et autres ONG est inspirée de la doctrine présidentielle américaine. Cette domination peut prendre la forme de la gestion indirecte des affaires des Etats pauvres par le biais des différentes aides apportées aux dictatures. Lorsque la secrétaire d’Etat américaine aux Affaires étrangères affirme que l’Amérique n’apporte plus son soutien aux Palestiniens après des élections libres et démocratiques, a-t-elle oublié la grande liste des dictateurs que son pays a hissés à la fonction suprême apportant soutiens financiers et militaires pour punir les peuples. On peut lui rappeler quelques-uns qui sont considérés comme de véritables tyrans des temps modernes. En effet, les noms qui vont suivre sont considérés comme des dictateurs amis « friendly dictators » par les USA. Marcos Ferdinand (Philippines), Franco, Francisco (Espagne), Manuel Noriega (Panama), Augusto Pinochet (Chili), Pahlevi Shah Reza (Iran), Martinez Hernandes (Salvador), Mobotu Seko (Zaïre), Robert Mugabe (Zimbabwe). Aussi, de 1945 jusqu’à 2003, les agences de sécurité et d’intelligence ont tenté de renverser 40 gouvernements étrangers et d’anéantir plus de 30 mouvements d’opposition aux dictatures locales qui s’activent contre les régimes totalitaires dans leurs pays respectifs. Dans le même processus de domination engagé par l’Etat de madame la secrétaire d’Etat, les forces américaines ont bombardé plus de 25 pays — parfois de façon répétitive le même pays comme ce fut le cas en Irak qui a avalé des millions de tonnes d’explosifs y compris les bombes intelligentes, autres que des bombes nucléaires (10). On se contentera de ces noms car la liste est très longue, mais notons que l’objectif le plus important qui anime ces interventions de l’Amérique se trouve dans cette déclaration officielle du prédécesseur de Rice : « L’un des objectifs majeurs de notre gouvernement est de s’assurer que les intérêts économiques des Etats-Unis pourront être étendus à l’échelle planétaire. »(11)
    La sainte alliance avec le sionisme
    Pour commencer l’analyse aussi succincte soit-elle de ce point, il est impératif de dire que les principes sur lesquels est basée la démocratie occidentale sont au départ biaisés, car le sentiment démocratique n’est jamais le même, y compris chez ceux qui sont censés être les premiers défenseurs de ces principes. Par quelle porte est sorti le dictateur du Chili lorsque la démocratie anglaise l’a autorisé à quitter le territoire, alors que des plaintes ont été enregistrées contre lui pour crimes contre l’humanité ? L’ex-ministre des Affaires étrangères de la couronne britannique, Jacques Straw, en connaît beaucoup de choses puisqu’il était à l’époque le premier responsable de l’intérieur. En contrepartie, Milosevic est mort dans sa cellule pendant son procès dans une prison pour le même motif ? Des équipes spécialisées des forces internationales, basées dans les Balkans, sont engagées pour l’arrêt des sbires de Slobodan Milosovic. Les jours du président irakien sont aussi comptés, ce n’est qu’une question de temps. Pourquoi Sharon est-il devenu homme de paix pour l’Administration américaine ? Pourquoi Bush a-t-il été proclamé président des Etats-Unis avec 500 000 voix en moins que le candidat Al Gore, après plusieurs opérations de décomptage des voix notamment en Floride (gouvernée par un autre Bush) ? Bush est rentré dans l’histoire des pays totalitaires pour avoir été désigné comme président suite à un coup d’Etat juridique orchestré par la Cour suprême des Etats-Unis. C’est à se demander si les Américains n’ont pas perdu à jamais leur droit constitutionnel à choisir librement leur président, car les groupes de pressions se sont infiltrés au sein de toutes les institutions. Ces groupes sont obsédés par le syndrome de dominer le monde sans se soucier de la véritable notion de la démocratie, car le sillage tracé par les staruassiens est bien gardé par la résurgence de ses disciples. La « Zionist connection » de la Maison-Blanche avec ces groupes influents sur le double plan économique et politique n’est plus à démontrer puisque les organisations qui détiennent la clé de passage aux positions suprêmes des Etats-Unis sont de véritables boîtes à penser au service du fondamentalisme politique et l’intégrisme sioniste (12). Cette alliance s’est effectuée avec un Etat sioniste créé par la force juridique et les armes. C’est une autre destinée manifestée au Moyen-Orient qui est interprétée sur le même schéma méthodologique des immigrants blancs en Amérique. Le processus de crimes ne s’arrêtera jamais tant qu’il y a un Palestinien arabe debout en Palestine. L’appui et le soutien inconditionnel de la Maison-Blanche à la horde sioniste s’érigent en alibi indéfectible pour le sionisme oriental. « Ces deux pays possèdent l’un et l’autre un sens très fort de leur identité nationale (…). Ni Israël ni les Etats-Unis n’ont abandonné la défense de leurs intérêts nationaux » (12). On ne peut pas spéculer sur les réponses à ces interrogations et beaucoup d’autres mais il est du devoir de cette étude de donner un aperçu sur quelques organisations sionistes qui travaillent en étroite collaboration avec le locataire du bureau oval de la Maison-Blanche. Le projet israélien (The Israel Project) http://theisraelproject.org qui est une organisation copiée en conformité avec Projet du nouveau centenaire américain (The Project for the New Century) la plus extrémiste des boîtes à idées pour la domiciliation du monde. Fondée et présidée par une certaine Mizrahi, celle-ci a travaillé avec les différentes équipes présidentielles américaines et est honorée par Bush et décorée par… The Baltimore Zionist District, un des remparts pour créer le grand Israël. Elle a aussi travaillé comme assistante juridique des affaires étrangères au Congrès. D’autres membres sont des têtes pensantes des Think Tanks américains. Le Comité des affaires israélo-américaines (The American Israel Affairs Committee) (AIPAC) fonde en 1950 une organisation qui a pignon sur la politique extérieure américaine, notamment au Moyen-Orient. La revue Fortune reconnaît à ce groupe une force et un pouvoir financier sans précédent aux USA. Une véritable paxa-Sionnista. Dans le préambule de l’agenda de cette organisation, l’un des objectifs principaux est de préparer des leaders pro-israéliens au pouvoir. On citera l’aveu de Condoleezza Rice au sujet du travail accompli par ce comité pendant une de ses réunions informelles : « Pendant un demi-siècle l’AIPAC a consolidé les relations religieuses, culturelles et politiques qui unissent nos deux grandes nations et je vous remercie pour cela. » (14 ) Le Comité juif américain (The American Jewish Committee) AJC est établi en 1906 pour constituer un groupe de pression politique et diplomatique sur la politique mondiale. Il vient de célébrer son premier centenaire avec la présence du Président américain la chancelière allemande et le secrétaire général des Nations unies. C’est le soutien inconditionnel du monde au génocide des Palestiniens (15). Le Centre européen des comités juifs (The European Council of Jewish Communities-ECJC) http://www.ecjc.org qui regroupe les associations juives et sionistes dans plus de 40 pays d’Europe. Après avoir conquis le cerveau des leaders et faiseurs d’opinions américains, ce réseau travaille en Europe pour ériger un leadship « immatériel » et rendre possible la domination sioniste sur le processus de la prise de décision en Europe. Les résultats commencent à être visibles en France. L’organisation sioniste de l’Amérique The Zionist Organization of America (ZOA) est fondée en 1897. Cette organisation affiche clairement ses objectifs dont le principal est la création d’un Etat puissant qui ne fera aucun compromis aux Arabes. Elle s’active pour des sanctions contre la Syrie et l’Arabie Saoudite. Son centre des études juridiques a même entrepris une action en justice contre l’Etats-unien pour imprimer sur les passeports des juifs américains « Jérusalem-Israël ». Dans le même ordre d’activités, ce centre a contribué à la fermeture de plusieurs sites électroniques et autres associations jugés proterroristes (il faut lire arabes). Cette organisation est très bien introduite au Congrès, elle contribue efficacement à la définition de la notion de terroriste et au classement des associations et des personnes sur la liste noire du terrorisme mondial. On ne peut pas présenter toutes les associations sionistes qui ont un activisme racial contre les Arabes, mais il est important de dire qu’on n’est pas partisan de la théorie du complot. Cette même théorie est une invention sioniste qui a fait son chemin dans les analyses afin de déculpabiliser le sionisme des crimes contre l’humanité. (Une étude sera consacrée à ce thème précis pour lever toute équivoque sur son interprétation). Ha’aretz, un quotidien sioniste, fait la part des choses en écrivant que Richard Perle, Douglas Feith, et leurs camarades stratèges « font l’équilibre entre leur loyauté vis-à-vis des gouvernements américains et les intérêts israéliens ». Suggérer leur double allégeance n’est pas « verboten » (yiddish pour interdit) dans la presse israélienne, comme c’est le cas dans la presse aux Etats-Unis (16). Ce qui nous intéresse, pour le moment, c’est d’éclairer le lecteur sur la confluence idéologique entre deux nations et la convergence de la domination. Les Etats-Unis sur le monde tout entier et Israël sur la région moyenne orientale. Cette doctrine est exposée dans le livre de Shimon Perès dans lequel il adapte les étapes de la création des USA à l’environnement arabe, en particulier, et international, en général. La réussite du travail idéologique des boîtes à idées pour la fabrication du mensonge ne doit en aucun cas occulté les crimes contre l’humanité et les forces colonialistes doivent reconnaître leurs atrocités co
    ntre les civils, la culture et surtout contre les civilisations des pays colonisés. Il est clair que la « guerre des civilisations » a bel et bien commencé lorsque les Blancs ont atterri sur la terre promise, et elle ne cessera que lorsque leur modèle sera adopté et les cultures anéanties. L’Amérique ne veut pas de citoyens, elle en crée des consommateurs. Rien ne sépare la version « busherie » démocratique du sionisme mondial, en quête de dominer le monde entier.
    Notes de renvoi :
    10)- Pour plus de détails sur les massacres de civils dans le monde, nous renvoyons le lecteur à un site américain qui retrace toutes les tragédies causées par cet Etat voyou. Cf. http://www.thirdworldtraveler.com/index.html.
    11)- Madeleine Albright, 21 janvier 1997.
    12)- Sur le thème du fondamentalisme religieux du Président américain actuel et de son père voir le dossier intitulé « Les évangéliques la secte qui veut conquérir le monde Nouvel Observateur n°2051, Cf. aussi « Bush and God », NewsWeek, 10 mars 2003.
    13)- Source http://www.jafi.org.il/agenda/french/index4-1-11.asp.
    14)- Citation empruntée et disponible à l’adresse : http: //www.aipac.org/documents/whoweare.html. Consulté le 25 mars 2006.
    15)- Extrait de la déclaration de Bush au centenaire de AJC du 4 mai 2006 « Mon administration partage un puissant engagement avec l’AJC pour garantir d’excellentes relations entre nos deux pays. Nous avons beaucoup en commun. Nous sommes tous les deux formés par l’immigration fuyant la persécution religieuse. (…) Nous sommes tous les deux fondés sur certaines croyances de base. Dieu nous regarde. » Le discours de Bush est disponible sur le site http:// http://www.ajc.org. Consulté le 6 mai 2006.
    16)- Cité par Sniegoski J. Stephen : La guerre d’Irak : Conçue en Israël ?, disponible sur : ://questionscritiques.free.fr/contact.htm. Consulté le 27 mars 2006.
    L’auteur est Chercheur
    Lakhdar Ydroudj




    0
  • zerdax
    21 février 2011 at 16 h 52 min -

    grossiere erreur il ne faut jamais menacer un peuple en colere
    il vient de precipiter la chute de son pere qui sera obligé de l’emmener dans ses bagages !!




    0
  • Abdul
    21 février 2011 at 16 h 57 min -

    Et dire qu’il y avait des Algériens qui admiraient ce malade.
    Le réveil des peuples arabes s’est fait attendre mais maintenant la roue de l’histoire s’est mise en branle et plus personne ne nous réprimera, ni ne nous soumettra plus jamais.Pour ce qui de l’Algérie, c’est une question de jours(de mois tout au plus).




    0
  • el-amel
    21 février 2011 at 17 h 30 min -

    La moitié pour lui et l’autre pour les occidentaux, l’Histoire condamnera le « soldat africain » au service de l’occident que fut son père!




    0
  • Abdellah
    21 février 2011 at 18 h 12 min -

    @Mohamed YAHIAOUI :
    Que viennent donc faire les athées et les laics dans ce merdier du monde arabe? qui vous a mandaté pour les culpabiliser stupidement?vous n’êtes ni Dieu ni un de ses messagers mais à mon humble avis une espèce en voie de disparition qui prône l’intolérance envers les 4/5 de l’humanité !
    Pour votre gouverne,je vous signale que je suis musulman pratiquant!




    0
  • Alilou
    21 février 2011 at 19 h 07 min -

    Rien a voir circulez, fils de dictateur = dictateur potentiel.
    Le pouvoir au peuple, c’est une facon masquee et deguisee de laisser le pouvoir a la progeniture,
    Question: a ce point il ya un manque flagrand de leader honnetes dans le monde arabe en general et en lybie en particulier ??? sans oublier ALGERIE….

    Y’AL KHAWA ON N’EN A MARRE….LIBEREZ L’ALGERIE….




    0
  • AS
    21 février 2011 at 19 h 45 min -

    mais nous on croyait que c’etait les islamobamboulas qui allaient le faire… donc seif el sharr est un ‘islamiste’ d’al qaeda qui n’existe pas ! ?

    Total et BP partent en esperant qu’ils se cassent d’algerie vite fait bien fait… on pourrait mesurer l’efficacite du gouvernement sarkozy dans sa croisade anti-arabo-berbero musulmane …




    0
  • Robert
    22 février 2011 at 15 h 50 min -

    Je suis passionné par ce qui ce passe dans le Magreb actuellement. Je précise que j’ai 73 ans, que je suis français, qu’à 20 ans j’ai dû faire mon service militaire en tant qu’appelé en Algérie et que grâce au ciel, je n’ai jamais eu à subir ou a imposer quoique ce soit d’infâme ou d’infâmment à un arabe ou de la part d’un arabe.
    Aujourd’hui, je suis enthousiaste de voir ce qui se passe dans vos pays, et mon souhait est que vous arriviez, grâce à votre jeunesse qui fait preuve d’une grande maturité et sagesse, d’imposer une véritable démocratie, en Algérie, mais aussi au Maroc, en Lybie, en Egypte, en Syrie, au Yémen, et j’en oublie. Bien sûr,pour chacun de ces pays, les contextes politiques sont différents, et force est de constater que depuis de trop longues décennies, les dictateurs de tout poil vous ont fait « marron ». Les victimes, c’est vous, peuple arabe. Je ne veux pas parler de religion, car je crois qu’avant tout, c’est de démocratie dont vous avez besoin. Je ne dis pas que celle de Sarkpsy soit la meilleure, loin s’en faut, mais c’est en tout cas bien meilleur que les dictatures que vous subissez depuis toujours.
    Réveillez-vous, arabes croyants musulmans ou non croyants, chassez les usurpateurs quelq qu’ils soient, car ils vous oppriment depuis toujours. Le seul reproche que je vous ferai : c’est de croire et d’affirmer que tout ce qui vous arrive est la faute du sionisme. Moi, je dirai que vous devriez vous poser la question de savoir si vous n’avez pas un peu trop cru facilement vos dirigeants qui vous disaient que c’était de la faute du sionisme. Ca ne les a paqs empêché d’entasser des milliards sur votre dos, sur votre sueur, sur votre misère, dispersés un peu partout dans le monde dans des paradis fiscaux et dans des comptes secrets numérotés en Suisse ou ailleurs.
    Merci à vous, arabes du Magreb, car vous êtes en train de donner la plus grande leçon de courage, de volonté au monde occidental




    0
  • Hamma
    22 février 2011 at 16 h 46 min -

    Nier que le sionisme, l’impérialisme et le colonialisme aient faient le terreau de ces dictateurs est une erreur inqualifiable. Il est tout à fait juste de dire que les peuples opprimés pour la plupart d’entre-eux l’aient été par leurs propres gouvernants pendant plus de 50 ans sous l’oeil bienveillant des pseudos démocraties dont les chefs de file sont les USA, l’Angleterre et la France.




    0
  • Mohamed YAHIAOUI
    22 février 2011 at 20 h 29 min -

    Assalamo Aleikoum

    réponse au mystérieux Général AB
    Sachez  » MON GENERAL  » que le Cheikh Ali BEN HADJ est fils de chahid , et que le FIS na rien à voir ni avec la fantomatique ALQAIDA , ni avec le GIA , ni avec AQMI et toutes ces organisations manipulées par le DRS
    Si vous êtes un vrai « Général  » certainement à la retraite ,écoutez les Officiers courageux et intègres , du MAOL , et sortez de votre « anonymat  » et rejoignez ce Mouvement Algérien des Officiers Libres,
    consultez leur site web ANP.ORG , et vous apprendrez beaucoup de choses.
    Quand à l’Islamisme politique il sera toujours présent , le FIS vas être réhabilité , et continuera à demander une commission d’enquête internationale, et continuera aussi à demander la constitution d’un Tribunal Penal International pour l’Algérie.
    Ali BENHADJ s’est dis prêt à aller témoigner aupres de ce tribunal.
    Le judaisme politique existe à travers le sionisme , le christianisme politique existe à travers le Parti Républicain Américain qui est soutenu par les Pasteurs Evangélistes pro-sionisme , alors l’Islamisme politique existera pour contre cette mondialisation Américano-sioniste, afin de protéger les pays Musulmans , prenez exemple sur le HEZBOLLAH au Liban qui a réussi à chasser l’occupant sioniste , lui infligeant de lourdes pertes , prenez exemple sur la résistance héroique du HAMAS , alors que Mahmoud ABBAS « le  » Laic  » collabore honteusement avec l’ennemi sioniste , allant jusqu’à livrer des combattants du HAMAS et du Jihad Islamique Palestinien , au MOSSAD et au SHIN BETH
    Ou sont les armées Arabes contre le colonialisme Israélien ?
    En Egypte les Frères Musulmans vont maintenant pouvoir aider les Palestiniens de Gaza, ainsi que tous les Islamistes du monde Arabe qui ont pour objectif la libération de JERUSALEM « AL QODS  » et toute la Palestine .
    « Mon GENERAL , ne restez pas seul sur ce site , rejoignez d’urgence le MAOL , ou alors le Colonel SAMRAOUI , et le valeureux Capitaine CHOUCHANE vont se poser, et nous poser des questions sur votre anonymat
    Courage Général AB, je suis moi-même un ancien militaire, volontaire de la 4 ème brigade d’infanterie portée au Moyen-Orient pendant la guerre d’usure qui a suivie la catastrophe du 5 juin 1967, j’ai servi sous les ordres du courageux Capitaine Abderezzak BOUHARA , que vous devez connaître si vous êtes réellement un vrai militaire.
    Lancez également un appel à tous les Officiers et Sous-Officiers d’active au sein de l’ANP afin qu’ils rejoignent le Peuple ,et qu’ils se préparent à arrêter les Généraux félons, dictateurs , criminels et assassins , et les faire juger par le tribunal militaire de Blida pour haute trahison .
    En avant mon Général , lancez un appel historique, nous serons avec vous … allez courage , l’histoire et le sang de nos martyrs nous jugerons, n’ayons pas peur de mourir , nous sommes quelques part des morts-vivants




    0
  • Général AB
    23 février 2011 at 17 h 04 min -

    Essalamou Oua Minhou Essalam!

    À mon frère Mohamed Yahiaoui

    Merci beaucoup pour toutes ces invitations et cette attention et je m’excuse du retard,; ma petite fille albanaise a mis du temps pour mettre mon courrier de réponse sur LQA.

    Je vous remercie pour cette édifiante lettre qui m’a confirmé de la façon la plus claire ce que j’avais déjà lu et relu, sur, dans et entre les lignes de vos textes en arabe et en français du site indiqué.

    Tout d’abord, permettez-moi de vous dire qu’étant à 1m50 de ma tombe, je ne suis pas incorporable, nulle part et encore moins au maol; en plus, je ne satisfait pas aux critères du grand projet de société que vous voulez édifiez en tant qu’ancien militaire en accointance avec le fis & co, projet des seigneurs de la guerre….et encore la guerre pour cette ALGÉRIE meurtrie.

    Pour reprendre votre lettre au début, vous êtes encore dans le commerce, car vous indiquez d’emblée que benhadj est un fils de Chahid! Cela est bien possible! Mais Ayez honte de me dire cela, car je vous rappelle que TOUT LE PEUPLE ALGÉRIEN EST CHAHID! QUE TOUT LE PEUPLE ALGÉRIEN EST MOUDJAHED! n’utilisez plus cet argument, il est dépassé et non fonctionnel!!!!!! C’est comme cela que l’on a classé et déclassé le peuple algérien, regarder le grand ministère budgétivore correspondant que nous avons…..arrêter de contribuer au faux!!!!

    Par ailleurs, vous le décorez comme beaucoup de ses suiveurs, de cheikh! je vous rappelle que votre connaissance sur la station d’un guide savant (CHEIKH) est très faible; Pour rappel , un guide de la sorte ne peut être cheikh car :
    – Il a soutenu les paroles de madani quand celui-ci disait au peuple algérien que nos enfants n’ont pas besoin d’aller à l’école, car avec l’argent du pétrole et de l’agriculture saharienne, nous achèterons la technologie et les avions et nous serons les meilleurs et les plus puissants de ce monde! Des milliers d’algériens en témoignent!
    – Il a soutenu la terreur de haut-parleurs dans les villes et l’obligation pour les habitants de les accrocher à leur bâtisse ou leur balcons jusque dans mon petit village….
    – Il a participé à la grande manipulation du laser au stade et à Kouba et a soutenu la parole de madani qualifiant cela d’Ikram!
    – Il a institué la mise en place des trottoirs pour hommes et pour femmes,
    – Il a participé aux discussions sur la mise en place de bus pour hommes et pour femmes
    – Il a cautionné sans dire un mot ni les contrer, les dispositifs sataniques de El-Hidjra oua Takfir!
    – Il a proféré lors de la salat El-Ouitr, c.a.d, en pleine communication en face d’Allah, des incantations qui portaient sur la demande de stérilité des femmes des tenants du pouvoir, sur la demande de rendre orphelins leurs enfants, sur la demande d’exiler leurs époux! Des milleirs de bonnes gens qui faisaient la prière derrière lui qui disaient AAAAAMMMIIIIIINE peuvent encore témoigner!

    Comment un cheikh peut faire cela, inimaginable! ce cheikh qui semble être un de vos maîtres (ESTAGHFIROUALLAH!) même si sa référence docte mais misérable est ibn Taymiyya, n’a même pas atteint la 1ère station de l’OUDHOU en ISLAM!

    AH! Connaissez-vous la station de l’OUDHOU? Pour celui qui la connaît, beaucoup de voiles s’enlèveront pour lui, il ne verra plus le monde de la même maniére, ni ne fera sa prière de la même manière; elle lui procurera PAIX avec lui-même, CRAINTE RÉVÉRENCIELLE et RESPECT POUR ALLAH, de l’HUMILITÉ et UN rejet du monde et des calculateurs et des commerçants religieux de ce monde !

    Alors, cher frère, comme vous utilisez des arguments bien connus, du genre de ceux que gaddafi utilise pour manipuler ses tribus et son Peuple, afin de justifier de façon très docte pourquoi l’islamisme politique doit exister, je vous invite sérieusement à lire la-dessus, comment cet islamisme qui n’a rien à voir avec l’ISLAM (HACHA!!!) a été monté par les tenants du pouvoir depuis longtemps dans la civilisation arabo-musulmane récente et aidé par les sataniques wahabis et pseudo-salafi sortis des grands labos des dominants actuels, pour encore OPPRIMER et OPPRIMER votre PEUPLE!!!!….

    Et .. dites-moi, pourquoi voulez-vous aussi inscrire par mimétisme ce projet satanique que les autres satans ont suivis? N’avez-vous rien d’autres à proposer?

    Oui, je sais que vous n’avez rien d’autre à proposer, car le pétrole va finir bientôt et la seule façon de gérer un peuple récalcitrant, c’est de l’emmener en guerre et d’acheter de l’armement et occuper sa vie ainsi! Pas belles vos perspectives !!!!!

    Par ailleurs, vous, comme étant un ancien militaire, je sais qu’il vous est très difficile de sortir de votre ombre, car c’est tout ce que vous avez appris. La science de la guerre, la science des conflits armés; Alors, je vous suggère de rentrer dans vos rangers et de rejoindre vos casernes et de fermer la porte, et laisser la politique aux civils, si vous êtes un vrai amant de l’ALGÉRIE et si vous aimez réellement votre PEUPLE et votre PAYS. Le jour où on aura besoin de vous pour défendre le territoire, on fera appel à vos compétences! OUI, tout le mal est là et vous semblez ne pas l’avoir compris!!!!!!!!

    dernière chose: J’ai fais mon devoir et j’ai fais mes appels aux multiples pouvoirs de mon pays pour arrêter la grande mascarade et leur ai dit qu’ils ne représentent plus le peuple!!!!!!!!

    «JAA ALHAKKOU WA ZAHAKA AL BATILOU INNAL BATILA KANA ZAHOUKA!» Sadaqua Allahou El-ADHIM!

    Vive l’Algérie digne et libre
    Général AB d’EL_AHRAR!




    0
  • Congrès du Changement Démocratique