Édition du
29 July 2017

La Coordination Nationale pour le Changement Démocratique divisée

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

El Watan le 22.02.11 | 17h15 

La coordination nationale pour le changement et la démocratie (CNCD) a éclaté. La réunion de mardi 22 février vers 16 h par la création de deux entités distinctes.

Après des débats très houleux qui ont duré plus de trois heures, les membres de la CNCD ont décidé de se scinder en deux groupes.

La Ligue algérienne de défense des droits de l’homme (LADDH), le SNAPAP, le CLA, le SATEF, le CNES, Algérie Pacifique ont décidé de créer la coordination de la société civile.

Les partis politiques, le RCD, le MDS, le PLD, quelques organisations estudiantines et Me Ali Yahia Abdenour, ont décidé de maintenir leurs actions en appelant à une marche pour chaque samedi, de la place des Martyrs à celle du 1er Mai.

Rabah Beldjenna

Nombre de lectures : 1319
36 Commentaires sur cet article
  • Si Salah
    22 février 2011 at 21 h 52 min -

    « Les partis politiques, le RCD, le MDS, le PLD… ».

    Hacha M. Abdenour, je vois que les zeros sont entrain de s’additionner…a vos calculettes, ca donne quoi?

    Si Salah




    0
  • Samir
    22 février 2011 at 21 h 54 min -

    Je pense que notre sort se joue ailleurs que dans cette coordination …




    0
  • Fodil
    22 février 2011 at 22 h 07 min -

    « ..Les membres de la CNCD ont décidé de se scinder en deux groupes. »…Scinder, et non éclatée..!
    Le changement Radical de ce système pour une 2ème République dans une Algérie Démocratique et sociale, n’est pas un rêve.., Qu’importe les forme de cette Révolution, et qu’importe les calculs.., le Peuple Algériens a compris..
    Vive l
    Fodil




    0
  • Fatiha Ouslima
    22 février 2011 at 22 h 09 min -

    Expliquez-moi un peu la politique à l’algérienne car je ne comprends plus rien. Comment se fait-il qu’Ali Yahia saborde sa ligue pour rejoindre le RCD et le PAGS qui ne représentent rien en Algérie?
    Incapables de s’entendre entre eux, ils veulent rassembler le peuple ! de la comédie.




    0
  • fateh04
    22 février 2011 at 22 h 16 min -

    Je préfère et de loin Bouteflika au RCD et au MDS!




    0
  • Alilou
    22 février 2011 at 22 h 17 min -

    Je vois d’ici le pokemon et d’elmouradia et le gnome du DRS se marrer, a la lecture de ce post….
    Ils ont encore de beaux jours devant eux…

    J’ai encore du thé pour ceux qui en veulent…




    0
  • boudi
    22 février 2011 at 22 h 48 min -

    les pagsites activaient quand la securite militaire fesait ravage dans le milieu estudiantin . pour ces syndicats(satef snapap.cla) ils ne sont pas capable de mobiliser 100 personnes et jesais ce que j avance




    0
  • echecs et maths
    22 février 2011 at 23 h 36 min -

    comme dit le proverbe chez nous MAYABKA FEL OUED GHIR HDJAROU . CETTE TENTATIVE DE RECUPERATION DE L OPPOSITION A ECHOUE C EST DEJA BIEN SAADI EST CHARGE MAINTENANT D AUTRES FONCTION IL VAS RALLIE LE MAK POUR MAINTENIR LA PRESSION DU QUAI D ORSAY SUR LES ALGERIENS .les choses serieuses peuvent commencer l armee avec hamrouche . le clan presidentiel .le ffs et ex fis . le peuple sur les gradins applaudira les vainqueurs .




    0
  • Nouffel
    22 février 2011 at 23 h 44 min -

    Mise à part de notre valeureux homme(A.yahia abdnour) les autres partis RCD ;MDS et autres ont une conception de la démocratie à géométrie variable.et que peut être avant d’envisager,le changement voulu, ne fallait -il pas commencer par une démarche citoyenne de sensibilisation envers l’appropriation des lieux publiques,la rue ,le politique. car le régime qui sévit depuis 1962 a casse l’amitié qui devrait exister entre le peuple en instaurant la méfiance et  » le moi et le déluge après »




    0
  • blue waves
    22 février 2011 at 23 h 51 min -

    alhamdulilah! inchallah les 2 micro-organisations vont a leur tour, comme la division cellulaire, s’eclater a 4, 8.. « organisations »..

    alhamdulillah aussi que l’aura artificielle de yahya abdel nour s’est eclatee aussi… je nai jamais fait confiance a cet homme, je ne lai jamais considere comme un representant du peuple Algerien.. il ne peut meme pas parler la langue du peuple..
    et il osait de se moquer de cheikh Abdel Rahman Chibane (un kayble, en passant).




    0
  • Aghilas
    23 février 2011 at 0 h 17 min -

    d´un côté je trouve que c´est formidable que le RCD et co se sont retrouvé, d´un autre côté c´est triste et incomprehenssible que cheikh 3ami Ali Yahia Abdenour soit de leur côté?!
    si ca arrange quelqu´un c´est bien  » CE SYSTÈME  » que je dois amèrrement féliciter d´avoir déjouer et détourner le sens et le but de cette inititive. mais RABBI OUKILKOUM. le BON DIEU lui vous ne pourrez jamais le déjouer. YA N´HARKOUM ya les généreaux, DRS, Boutef…. et N´HARKOUM DJAY DJAY TÔT ou TARD, mais INCHAALLAH YA RABBI TRÈS TÔT. AMINE




    0
  • Amin
    23 février 2011 at 0 h 45 min -

    ça s’eclaircit de plus en plus, le RCD veut tirer au loin et mettre l’algerie dans les mains de la france , je crois que les uns et les autres comprennent maintenant ce Said Saadi, qui étais le premier à demander à l’armée d’annuler les résultats des elections en 91 et aujourd’hui veut nous faire comprendre qu’il veut vraiment la démocratie !!
    tu es le dernier en Algérie à vouloir la démocratie et la vérité car aucun Algerien ne veut de toi agent de la DST francaise !!!




    0
  • hakim
    23 février 2011 at 4 h 25 min -

    Supposant que la CNCD disparaisse, supposons que le RCD disparaisse et tous les partis politique de la DRS-Regime disparaissent.
    Beaucoup de gens vont se réjouir.
    Après la réjouissance, qu’allons nous faire?
    Ces gens ont décidé de faire des actions peu importe leurs intentions.
    Mais, nous et tous les autres qui critiquons, nous n’avons rien fait, absolument rien fait de concret qui fasse mal au régime.
    Sommes nous si lâches et jaloux, si faibles et théoriques, si égocentriques et si peu valeureux.
    Les partis de salon , les partis du régime sont plus admirés que Maitre Ali Yahia.
    Desolee, mais les messages sur LQA me rendent très sceptiques. Je doute profondément de notre capacité.




    0
  • Le cynisme
    23 février 2011 at 5 h 30 min -

    je pense que le dernier mot va revenir a la rue , on ne peut pas convoquer le peuple pour faire la révolution ,
    je pense que si on veut tomber ce régime il faut le déborder comme en Foot si tu veux éliminer ton adversaire il faut une feinte , un acte inattendu , donc seul un débordement populaire peut gommer ces dinosaures de leur Jurassic Parc , loin de remettre en cause la bonne foi des uns et des autres , comme au temps colonial un seul héros le peuple , quand , ou , comment That’s the question.




    0
  • Abdelkrim BADJADJA
    23 février 2011 at 6 h 45 min -

    La sécurité militaire et le PAGS visaient le même objectif: asservir le peuple algérien. Il leur arrive de faire des alliances implicites sur le dos des honnêtes citoyens, et partant sur le dos du peuple.
    C’est ce qui m’est arrivé lors de mon arrestation et de ma déportation au Sahara du 22 novembre 1986 au 25 mars 1987. Je sais de quoi je parle aussi: lire mon témoignage, « Assigné à résidence ».

    ======================
    Pouvez-vous nous adresser votre témoignage en vue de sa publication sur LQA? Ce travail de mémoire est fondamental pour que notre jeunesse puisse connaitre la véritable histoire et les compromissions des uns et des autres qui aujourd’hui, s’autoproclament « démocrates » et « progressistes ».
    Avec nos remerciements.
    La Rédaction LQA




    0
  • Sami
    23 février 2011 at 9 h 34 min -

    Ca a ete prévisible, malheureusement des le debut !! Des gens honetes ne puevent pas travailler avec des gens qui aiment agir et travailler dans l’obscurité et le brouillard !!!




    0
  • Kamel Daoud
    23 février 2011 at 10 h 26 min -

    OUF !On y est. L’état d’urgence est levé. Maintenant nous sommes en droit d’exiger l’application sans réserves, sans restrictions, de la Constitution. Il y a maintenant des textes qui protègent le citoyen contre les abus de l’Administration et du Ministère de l’Intérieur.
    Cette abrogation est la victoire de la LADDH qui n’a jamais lâché cette revendication depuis plusieurs années, accompagnée par les organisations de la société civile et certains partis politiques, malgré l’avis défavorable du FLN et du RND.
    Mais il ne faut pas se leurrer, le combat ne fait que commencer. L’Administration a encore plus d’une entrave à son arc pour bloquer les libertés. Maintenant les organisations démocratiques civiles et politiques vont prouver qu’elles peuvent mobiliser la population autour de leurs slogans : liberté d’opinion et d’expression avec des journalistes autonomes, des élections libres et transparentes, le respect du pluralisme politique, une ouverture de l’espace audio visuel médias, avec tous les médias, presse, radios, télévisions, la défense des droits des femmes, des droits civils, des droits économiques sociaux et culturels. Les associations vont être libres de déclencher des campagnes de sensibilisation, elles auront le droit d’afficher, de distribuer des tracts, d’organiser sans entraves des conférences des séminaires des meetings publics, voire des rassemblements pacifiques sur la place publique, de descendre sur le terrain. Bref les citoyens auront le droit de parler aux citoyens. Sans risquer d’aller en prison. Ils vont avoir la possibilité de s’organiser en associations et en partis politiques sans des entraves arbitraires de l’Administration.
    L’abrogation de l’état d’urgence n’est pas une aumône du Chef de l’Etat. Elle est un droit légitime dont les Algériens ont été spoliés depuis 1992 et arrachée à un pouvoir qui n’a cessé de les écraser. La détermination des militants algériens des droits de l’homme a fini par aboutir
    C’est à nous maintenant de prouver que nous sommes aptes à engager sans entraves le combat pour la défense des droits de l’homme et pour la démocratie.
    Au boulot les militants ! Nous n’avons plus d’excuses à l’inertie et à l’indifférence. C’est sur le terrain des luttes que nous nous retrouverons solidaires pour le triomphe des libertés démocratiques.
    Kamel DAOUD




    0
  • Rédaction LQA
    23 février 2011 at 10 h 35 min -

    A cause de divergences sur le rôle des partis au sein de l’organisation
    La CNCD divisée en deux structures
    El Watan, 23 février 2011

    La Coordination nationale pour le changement et la démocratie (CNCD) est divisée. Les profondes divergences de vues entre ses membres ont fini par pulvériser le peu de cohésion qui existait au sein de cette organisation hétérogène créée le 21 janvier dernier pour encadrer la société et donner un caractère pacifique à la révolte populaire.

    Après deux actions réussies – marches du 12 et du 19 février derniers – le différend sur le rôle des partis dans cette organisation a posé problème. Tout a commencé à la veille de la marche du 19 février, empêchée par un impressionnant dispositif de sécurité.
    Le collectif de jeunes «Algérie pacifique» avait exigé le retrait des partis politiques. Et les tractations ont commencé au lendemain de la marche. Les résultats sont tombés hier.

    A l’issue d’une longue et houleuse réunion, les membres de la Coordination ont étalé leurs divergences au grand jour et ont décidé de se séparer. La CNCD est désormais scindée en deux structures. La première regroupe la Ligue algérienne pour la défense des droits de l’homme (LADDH), les syndicats autonomes (Snapap, CLA, Satef et CNES), le Collectif des jeunes chômeurs, l’organisation Algérie pacifique et SOS Disparus. Selon Rachid Malaoui, président du Snapap, elle sera appelée «Coordination de la société civile».

    Marche chaque samedi à Alger

    Pour leur part, les partis politiques (RCD, MDS, PLD), le Collectif des étudiants, le réseau Wassila, le mouvement des archs, l’Association nationale des familles des disparus, l’Association de défense des droits des enfants, le Collectif national pour la liberté de la presse (CNLP), le président d’honneur de la LADDH, Ali Yahia Abdennour et Fodil Boumala décident de rester dans la CNCD. Ils votent pour l’organisation de marches hebdomadaires (chaque samedi) à Alger. «La Coordination a décidé d’organiser une marche chaque samedi à partir de la place des Martyrs vers la place du 1er Mai. C’est la majorité qui a pris cette décision et, en démocratie, la minorité suit la majorité», a précisé Ali Yahia Abdennour lors d’un bref point de presse animé à l’issue de cette réunion. Et d’ajouter : «Les organisations sont également libres d’organiser des marches dans les wilayas de l’intérieur du pays.»

    En parallèle, Rachid Malaoui a animé, lui aussi, un point de presse pour expliquer les motivations de la décision de créer une nouvelle coordination : «Nous avons dit que les partis politiques ne devraient pas diriger la Coordination. Les partis devraient soutenir l’action de la société civile.», justifie-t-il. Dans un communiqué rendu public en fin d’après-midi, les membres de cette nouvelle structure expliquent davantage les raisons qui les ont amenés à sortir de la CNCD : «Devant le refus de la clarification des objectifs de la CNCD et la tentative de la caporalisation de la coordination, il a été décidé de refuser cette tentative d’enfermer la coordination dans un carcan partisan étroit et assumons cette rupture.» «Nous avons décidé de continuer le combat pour aboutir au changement réel du système avec la participation de la société civile et des forces sociales autour d’une charte qui aura pour but d’identifier clairement la composition et les objectifs de la coordination», ajoutent-ils.

    Madjid Makedhi




    0
  • Si Mahmoud
    23 février 2011 at 10 h 37 min -

    Des le debut je ne comprené rien aux objectifs de LA dite CNCD encore moins aujourd’hui les seules organisations, association qui apporteront du changement a mon humble avis vienderont des jeunes et je sais qe quoi je parle, l’exemple je l ai vecu en 1992.

    Ali Abdenour avec le respect que je lui doit il a 90 ans




    0
  • Mohamed yahiaoui
    23 février 2011 at 10 h 41 min -

    Assalamo Aleikoum

    Allez sur le web et rechercher la plate-forme de SAN EGIDIO, signée à Rome par plusieurs partis politique et la Ligue Algérienne de Défense des Droits de l’Homme.
    Lisez le contenu ,c’est le seul moyen d’arriver à la Démocratie , le pluralisme politique et l’alternance du pouvoir .
    Bonne lecture




    0
  • ola oncors…..
    23 février 2011 at 10 h 58 min -

    tout les peuples s’unifies, pour un seul objectif,sauf les algeriens, encors quelle mascarade.




    0
  • el-amel
    23 février 2011 at 14 h 36 min -

    Me Ali Yahia Abdenour a 90 ans et son combat est d’actualité!




    0
  • amaawajou
    23 février 2011 at 15 h 12 min -

    À mon avis , il n’y a aucun parti politique valable en algérie , je dis bien aucun y compris le FFS.
    Le changement ne viendra surement pas de ces partis qui ne représentent rien dans la société. Je pense que le changement sera beaucoup plus difficile à réaliser dans notre pays que dans d’autres pays nord africains. Les algeriens sont bons pour soutenir leurs fréres palestiniens, libanais que de defendre leurs intérêts. Le peuple algerien est divisé et il veut rien savoir, l’algerien ne veut pas voir il aime et se réjouit de voir son frére ou soeur souffrir.C’est un peuple qui a toujours vécu dans le tribalisme et la france a bien joué son rôle , ensuite le pouvoir n’a fait qu’accentué les divisions.
    Les algeriens n’ont pas tous un niveau d’instruction pour accéder à l’information juste et comprendre c’est quoi la democratie. Pour beaucoup d’algeriens l’idée de «democratie kofr» est gravé dans la memmoire, elle s’enlévera pas du jour au lendemain. Il faut peut être utiliser le mot« democratie dans le cadre de l’islam» ou bien «islamo-democratie».
    À vraie dire, la democratie ne doit pas être le mot d’odre des organisateurs des marches, il y’a bien d’autres solgans beaucoup plus important et necessaire, abat la hogra, justice sociale, abat la dictature…
    C’est mon opinion
    Merci de publier




    0
  • guerriere de la lumière
    23 février 2011 at 15 h 56 min -

    Algérie: l’opposition se divise en deux
    AFP 23/02/2011
    L’opposion algérienne réunie au sein de la Coordination nationale pour la démocratie et le changement (CNCD) et qui a fait deux tentatives de marche à Alger pour demander un « changement de système » s’est divisée en deux tendances, selon un communiqué publié aujourd’hui.

    Créée dans la foulée des émeutes du début de l’année qui ont fait cinq morts et plus de 800 blessés, la CNCD est une coalition de syndicats, d’associations, de personnalités et de partis politiques dont le plus important est le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) du dirigeant laïc Said Sadi.

    Cette Coordination a éclaté lors d’une réunion houleuse hier à Alger où un collectif au nom d’Algérie Pacifique a exigé le retrait des partis politiques. Outre le RCD, deux petites formations siègent au sein de la CNCD: le Mouvement démocratique et social (MDS), héritier de l’ancien Parti communiste, et le Parti pour la laïcité et le développement.

    Face au refus de ces derniers d’obtempérer, la réunion a abouti à la création d’une seconde structure, la Coordination de la société civile, avec comme principales composantes la Ligue algérienne pour la défense des droits de l’homme, le Syndicat des agents de l’administration publique et le collectif SOS disparus. « Devant la tentative de caporalisation de la CNCD, il a été décidé de refuser cette tentative d’enfermer la Coordination dans un carcan partisan étroit et (nous) assumons cette rupture », ont expliqué ces organisations.

    La CNCD a maintenu sa décision d’organiser des marches tous les samedis à Alger malgré leur interdiction.




    0
  • Hamma
    23 février 2011 at 16 h 09 min -

    Il n’y a pas le feu dans la maison et pas de quoi baisser les bras et la voix. Que le CNDC se soit scindé ou pas ne changera pas la donne. Il faudra juste partir du principe que c’est à la rue (peuple)de soutenir l’opposition et non le contraire (exemples de la Tunisie, de l’Egypte et maintenant de la Lybie. La locomotive c’est le peuple.




    0
  • Djaber
    23 février 2011 at 17 h 43 min -

    LES PIGEONS DU DRS
    ============
    Les uns après les autres, ils tombent dans le piège tendu par le DRS : FFS, RAJ, partis islamistes toutes tendances, Appel du 19 mars, personnalités de l’opposition, PT et enfin la majorité du peuple et de sa jeunesse.

    Dès la chute de Benali en Tunisie, le DRS a conçu un plan de sauvetage du Pouvoir qu’il a mis en œuvre après la fin du régime de Moubarak. Imaginez la scène suivante : un champ de blé, une nuée d’oiseaux affamés et inquiets, deux épouvantails, et enfin, le gardien du champ caché, à l’affût. C’est bien là le plan conçu par le DRS qui a prouvé sa justesse : les oiseaux représentent le peuple et l’opposition, les épouvantails le RCD et le MDS (ex-PAGS), le gardien la police pour chasser les oiseaux téméraires, le champ de blé l’Algérie, ses richesses et ses espaces publics (chasse gardée du Pouvoir).

    Il était évident qu’après les soulèvements populaires de Tunisie et d’Egypte, viendrait le tour de l’Algérie. Autant pour le Pouvoir de se préparer à cette éventualité et faire en sorte de casser l’ampleur éventuelle et attendue de la contestation. Décrédibiliser le mouvement attendu était le moyen idoine dont disposait le Pouvoir. C’est ainsi que le RCD et le MDS, les partis les plus contestés du pays, l’un pour son berbérisme, le deuxième pour son soutien à la dictature « mama mia », furent placés aux avant-postes de la protesta.

    Le piège était facile à éventer et pourtant, un parti aussi aguerri que le FFS y a plongé la tête en premier. A qui profite le crime : il est évident que c’est le Pouvoir qui est sorti le grand gagnant de cette désunion, désunion qu’il a toujours encouragée et suscitée par le passé et qui fait sa force. Encore une fois, sa tentative de division a été une réussite, il faut bien en convenir : quel que soit notre appréciation sur la prétendue opposition du RCD et du MDS (ce parti, en particulier, est partie prenante du plan concocté car adversaire résolu du changement et des élections), il n’en demeure pas moins que le peuple, objet de cette opération de division, a été neutralisé. La perspective d’union de l’opposition souhaitée depuis plusieurs années et rendue possible par l’initiative de la LADDH, est presque avortée. Je dis bien presque, car, heureusement, elle n’a pas totalement échoué comme nous allons le voir.

    En effet, le Pouvoir, malgré la réussite évidente de son plan, est inquiet : il y a un caillou dans la chaussure, selon un proverbe bien de chez nous. C’est l’obstination du grand frère Yahia Abdennour, l’un des rares braves de sa génération, qui a réussi à faire adopter le principe de la révolte cyclique tous les samedis, rappelant ainsi un exemple historique récent qui a été la célébration du quarantième jour des martyrs de la Révolution iranienne, qui se sont suivis sans discontinuer jusqu’à la chute du Shah. Car, ces samedis de la révolte constitueront indubitablement un abcès de fixation qui, avec le temps, pourrait entraîner l’adhésion du peuple et fédérer toutes les énergies, y compris les hésitants et les floués. Le parallèle avec la Révolution de Novembre 1954 est très frappant si les samedis de la révolte restent maintenus : en effet, aussitôt après le déclenchement de la Révolution le 1er Novembre dans toutes les régions, les combats ont partout cessé sauf dans le massif des Aurès qui devint un abcès de fixation jusqu’au 20 août 1955, date de l’offensive de l’ALN dans le nord-constantinois et l’extension de la lutte à travers tout le territoire national, avec le ralliement de toutes les forces hésitantes.

    Contre cette sombre perspective pour le Pouvoir, celui-ci multiplie les initiatives (la sortie du VP de la LADDH Kamel Daoud entre dans ce cadre) pour que les manifs du samedi soient abandonnées, aidé en cela par l’opposition elle-même qui multiplie aussi ses propres initiatives d’où sont exclus le RCD et le MDS, initiatives dont le Pouvoir ne peut que s’en féliciter.

    Pour notre part, nous tenons à saluer la vista de notre grand frère Yahia Abdennour et à faire en sorte que les samedis de la révolte soient un moyen de la reconquête de la souveraineté populaire, serment des Martyrs de la Révolution. Le 12 février 2011 sera In Cha Allah le deuxième 1er Novembre du peuple algérien.

    Ahmed Djaber




    0
  • Omar Guetlatou
    23 février 2011 at 18 h 10 min -

    C’est au peuple Algérien et au peuple seulement de décider quand il faudra en finir avec cette racaille (un ramassis de psychopates, kléptocrates et sadiques). Une chose est sure par ailleurs. Meme si notre peuple restera les bras croisés, dès que le pétrole sera fini – dans 40 à 50 ans – personne ne voudra plus du pouvoir et la on sera libre. Il faut se mobiliser et tout revoir afin de préparer le grand nettoyage de cette saleté qui nous rend la vie difficile.




    0
  • AS
    23 février 2011 at 18 h 29 min -

    Avec tout le respect pour le frere Ali Yahia Abdenour, il n’y a pas de partis politiques dignes de ce nom en algerie et ils ne serviront a rien pour d’eventuelles futurs negocaition sinon voler a leur tour et taper dans les caisses comme leurs maitres les y ont enseigner…

    le rassemblement de tous et pour tous sans coulers politiques car il n’a y pas d’opposition reelle en Algerie… le peuple peut combler le vacuum et lui seul…

    levee de l’etat d’urgence est insuffisante, il y a eut un demi millions de morts… justice !




    0
  • Afif
    23 février 2011 at 19 h 59 min -

    بسم الله الرحمان الرحيم

    @ Hakim :

    Le problème de la CNCD, c’est que chacun de ses membres a ses propres mots d’ordre allant du droit de manifester au changement radical du régime. La CNCD a elle-même pris la décision d’avoir des mots d’ordre communs, tout en laissant la liberté à chaque membre d’avancer ses propres mots d’ordre.

    Ceci étant précisé, la position de M° Ali Yahia Abdennour dans sa défense du droit de manifester est, à mon avis, tout à fait logique et cadre avec le programme de son organisation, la LADDH, contrairement aux autres membres de cette ligue et des autres ligues des droits de l’homme. A la limite, M° Ali Yahia Abdennour peut manifester seul tous les samedis jusqu’à ce que le droit de manifester ne sera plus interdit. Qu’il y ait des milliers de manifestants avec lui ou non ne change rien à sa position de principe.

    Par ailleurs, je ne comprends le soi-disant Nif de l’algérien qui trouve normal que nos amis français et européens usent et abusent du droit de manifester et qu’en même temps, il trouve normal que ce droit soit interdit à l’algérien.

    Les gens se focalisent sur les participants et oublient l’essentiel : leurs avis rappellent le sectarisme de certains bien connus qui n’aimeraient pas que Ali Belhadj se joignent à eux le 26 de ce mois.




    0
  • ahmed.22
    23 février 2011 at 21 h 32 min -

    TOUT ÇA POUR ÇA….SI ça se trouve les Algériens pour la plupart ne sont pas au courant de ces embrouilles boulitiques sauf ceux qui sont sur lqa,pas de chance la majorité d’entre nous ne sont pas en Algérie!




    0
  • Mourad2
    24 février 2011 at 2 h 07 min -

    CNDC ne represente que lui meme, et il en est de meme pour la majorite des partis, ainsi que la majorite des deputes qui parlent et qui mentent dans le parlement de la honte! Je vois un lancement d’un grand ouf de ceux qui aspirent respirer l’air libre et pouvoir s’exprimer a tout vent…Du vent, du blabla voila ce que c’est! Deux decennies avant l’etat d’urgence il n’etait pas permis aux Algeriens de s’exprimer ou de penser! Alors ce changement est de la poudre aux yeux pour berner les sourds et les muets: gagner du temps et diviser encore le peuple desuni.. Pour revenir au discours du 24, il va y avoir beaucoup de concessions, beaucoup meme, neanmoins les jeunes ne beneficieront pas et le dinar symbolique pour les milliers d’hectares a distribuer seront encore une fois distribues aux gens du pouvoir et leurs chiyatines ou chayatines. Tant que ce systeme demeurera, l’Algerien ne sera jamais libre et independent. L’Algerie est toujours sous domination ce n’est pas la France qui sevit, ceux sont ses fideles agents qui menent le peuple comme ils le desirent. Le peuple est certes fatigue apres les annees noires orchestrees par quelques generaux qui meme en retraites continuent a mener la barque vers le tourbillon qui sera cense « peut etre » reveiller le peuple qui reagira peut etre s’il ne sera pas trop tard. Nous ne sommes pas de la famille de Noe pour attendre 40 ou 50 ans pour que l’or noire seche. Pourquoi attendre que la poule aux oeufs d’or pondent des diamants? Nous n’avons pas besoin d’or pour etre heureux, mais nous demandons a vivre comme des etres humains a part entiere. Je ne comprends pas qu’un homme accepterait d’etre 1/3 President.
    Quelques Kabyles veulent l’autonomie alors que les Nordistes se contentent de faire le marche tous les matins, lire les journaux: tous les journaux, quant aux jeunes, ils continuent a revailler reveilles ou a moitie eveilles. Nos pauvres jeunes: quelques uns hittistes professionnels, d’autres observent la mer pour preparer leur fuite sur des radeaux vers les horizons de l’incertitude.. En fin d’annee quelques peres se pressent de rechercher la buche, les incertains eux s’inquietent et trebuchent, les vrais hommes, eux finissent sur le bucher.. Ouf l’etat d’urgence est leve…Vous avez tort car la liberte ne s’offre pas elle s’arrache de la meme facon qu’elle nous fut volee. Nous avons besoin d’hommes sinceres de nouvelles tetes, des gens qui aiment le peuple et le pays, nous sommes fatigues de voire les memes ministres: Rahmani, Benbouzid, Zerhouni…L’Algerie merite mieux Wallah l’Algerie merite mieux. Je suis degoute par la majorite silencieuse qui ne participe pas et attendent que le plat soit servi sur le dos d’honnetes gens. 50 ans BARAKAT!




    0
  • hakim
    24 février 2011 at 2 h 16 min -

    @Affif
    Et si je vous demandez a vous et a certaines personnes de LQA de penser a un rassemblement entre nous puis avec des personnalités comme Ali Yahia et d’autres pour former le plus grand bloc possible.
    On va chercher le maximum de gens de nos connaissances dans le FFS, chez les islamistes intègres, dans d’autres partis et des personnes indépendantes.
    Pouvez-vous proposer une formule, une entente, une proposition applicable pratico-pratique déjà entre nous personnes de LQA qui sommes disons le enragés contre la mafia. Une union entre nous avec un slogan, pour l’élargir a d’autres sphères et créer un bloc uni , fort et décidé a faire tomber le régime vendu.
    J’attends vos propositions, peut être vous, vous allez me répondre.
    Dieu ne change ce qui se passe dans un groupe que si eux changent ce qui est en eux.




    0
  • W A H I D
    24 février 2011 at 4 h 41 min -

    Un point de vue:

    La CNCD évolue dans un sens très positif, c’est une bonne initiative, les leaders ont une large expérience dans la défense des droits de l’homme, la lutte, l’activisme, et connaissent bien la nature du système politique algérien et le régime qui gouverne l’Algérie. L’action de la CNCD doit nécessairement s’inscrire dans la construction d’un corps de solidarité nationale, aussi large que possible, sur la base de solides fondements à savoir le droit et libertés des algériens sans exclusion ni penchant idéologique.

    La construction de ce corps de solidarité est fondamentale dans le rapport de force entre le gouverneur et le gouverné, et dans le processus de démocratisation de al société algérienne, l’élargir loin des organisations politique lui accorde l’attraction de drainer l’ensemble des organisations civiles, lui confer un statut d’indépendance, et une liberté d’action dans ce rapport avec les force du pouvoir, une légitimité de représentation des différents groupes sociaux et une légitimité d’expression et de décision.

    Les leaders sauront manœuvrer leurs actions, et seront plus efficace dans leur lutte pour la sauvegarde des droits et des libertés de l’ensemble de la société civile et par conséquent du peuple.

    Cela n’empêche pas la CNCD de prendre des positions politiques pour l’intérêt de la société civile et par conséquent du peuple.

    Les organisations politiques ont largement le champ de lutte pour faire valoir leur revendication selon leur penchant ou orientation idéologique, la levée de l’état de siège affecte en priorité les droits de l’homme avent ceux du droit de faire la politique, car ceux qui ont souffert de l’état de siège c’est le peuple sans droit et son défense.

    W A H I D




    0
  • Rédaction LQA
    24 février 2011 at 10 h 10 min -

    LA COORDINATION NATIONALE POUR LE CHANGEMENT ET LA DÉMOCRATIE
    Mises au point et clarifications
    Le Soir d’Algérie, 24 février 2011
    La Coordination nationale pour le changement et la démocratie (CNCD) a émis, hier, en fin de journée un communiqué dans lequel elle jette la lumière sur ce qui s’est produit lors de sa réunion de mardi dernier, outre la tentative de fractionnement opérée par quelques organisations membres.

    Farid S. – Alger (Le Soir) – Les organisations membres de la CNCD, signataires du communiqué, ont rappelé de prime abord que «la Coordination nationale pour le changement et la démocratie a été créée le 21 janvier 2011 par des organisations socioprofessionnelles, des associations de la société civile et des partis politiques autour du consensus de la mise en place d’une phase de transition en faveur d’un changement de système». Le rappel valait d’être fait puisque, mardi, à la surprise de l’assemblée générale réunie à la Maison des syndicats, certaines organisations ont tenté vainement de remettre en cause cet engagement premier. Majoritaires, les membres de la CNCD signataires du communiqué ont relevé que «depuis la publication d’un texte par un notable du FLN appuyé par un opposant en exil, des organisations socioprofessionnelles, initialement intégrées dans la Coordination, ont tenté une opération de division et de réorientation stratégique. Les organisations ci-dessous (voir encadré) sont solidaires du compte-rendu fait par le président d’honneur de la Laddh, Me Ali Yahia Abdenour, à l’issue de la réunion de la CNCD du 22 février 2011». Dans son communiqué, la Coordination condamne et déplore le report, sans concertation, des réunions d’évaluation des marches qui se faisaient chaque dimanche. Elle condamne et déplore aussi le «refus du principe de vote à la majorité dans la CNCD quand le consensus n’est pas obtenu » ainsi que l’obstruction des débats de la Coordination en vue de remettre en cause le principe de la marche hebdomadaire retenu dès le départ». La Coordination s’élève aussi avec force contre «les attaques lancées contre un de ses membres dans les médias dans le but d’attenter à sa cohésion et sa solidarité au moment où en Algérie et dans la région le rassemblement est, plus que jamais, le leitmotiv de tous les patriotes». La Coordination ne reste pas par ailleurs sans insister pour dire qu’elle s’est constituée pour rassembler tous les Algériens «qui se mobilisent pour un changement du système politique qui ne saurait se confondre avec un changement de régime». Pour la CNCD, ceux qui ont travaillé à saborder la dynamique politique se sont marginalisés d’eux-mêmes. La Coordination a appelé à maintenir et amplifier la dynamique pour le changement.
    F. S.

    Les signataires du communiqué
    Ali Yahia Abdenour, président d’honneur de la LADDH ; PLD ; RCD ; Comité national pour la liberté de la presse (CNLP) ; Réseau Wassila ; Coordination des étudiants du centre ; Mouvement des archs ; Collectif des familles des harraga disparus en mer (Annaba) ; Association nationale des familles des disparus ; Association des victimes de Khalifa ; Collectif des étudiants démocrates de Chlef ; Congrès mondial amazigh ; Association comités de quartiers de Chlef ; Association culturelle Kateb Yacine ; Association environnement de Chlef ; Sinistrés du 10 octobre 1980, sites préfabriqués de Chlef ; Association nationale pour la promotion de la laïcité ; Association algérienne pour la protection de la santé de l’enfance ; Collectif estudiantin pour la sauvegarde de la citoyenneté ; Comité intercommunal Aïn Benian Staouéli ; Comité de quartier de Dar El Beïda ; Facebookistes (Khawa Khawa) ; Association culturelle Wartilas ; Coordination des associations amazighs ; Association Psychotroma Chlef ; Observatoire des violences faites aux femmes.




    0
  • Afif
    24 février 2011 at 15 h 32 min -

    بسم الله الرحمان الرحيم

    @ Hakim :

    Je suis disponible à une réunion de la famille LQA. Quant aux modalités, le frère Sidhoum est le plus habilité à les déterminer.

    Votre formule suivante « déjà entre nous personnes de LQA qui sommes disons-le enragés contre la mafia » est, à mon avis, inopportune, elle peut prêter à des incompréhensions. Je vais vous étonner, peut-être, mais j’ai des amis dans tous les partis : FLN, RND, Hamas, PT, FFS, RCD, ISLAH, NAHDA. Ces amis respectent mes positions et partagent avec moi à titre individuel beaucoup de mes objectifs, à l’opposé de la Direction de leur parti.

    Cela dit, il est juste et opportun de dire que, par exemple, Khadafi est un chien enragé, mais nous, nous ne le sommes pas, même pour la bonne cause. A ce sujet, je te livre ci-après ainsi qu’à nos amis de LQA un point de vue que je partage du journaliste Kamel Daoud, paru aujourd’hui, dans le Quotidien d’Oran, rubrique Raina Raïkoum :

    « Deux histoires. Celle d’un jeune Algérien du village natal du chroniqueur, connu par ses deux gros cartables de documents qu’il promène depuis 03 ans pour créer une petite entreprise laitière et un élevage de vaches. Le jeune homme avait tout fait, essayé et entrepris : photocopies, légalisations, documents, factures, actes, etc. Son parcours dure depuis o3 ans et jusqu’au dernier moment, face à un cadre des services de l’agriculture qui lui répondra : «Je ne peux pas croire qu’un jeune avec ta coiffure (une queue de cheval) puisse élever des vaches». Trois ans à parcourir la distance entre ce que dit Bouteflika et ce qui se passe dans la terre nationale. La seconde, vue à la télé : une mère de Sidi Bouzid, le village tunisien qui renversa Benali. Elle raconte comment elle avait été reçue par le dictateur après l’assassinat de son fils. Le dictateur qui lui montra qu’elle ne pouvait pas se plaindre de la misère puisqu’elle possédait, selon les rapports, 15 vaches. La vieille femme ne possédant, en vérité, que 05 poules pondeuses, mais l’effet boule de neige ascendant du mensonge, de maire au commissaire au wali, l’avait présentée comme une riche rentière.

    Ces deux histoires montrent au moins une chose : la démocratie n’est pas un luxe, une revendication de troublions ou une «menace». C’est le seul moyen de surveiller la dépense publique, de mettre fin à l’excès et de faire coïncider la responsabilité avec le Pouvoir. Avant-hier, Bouteflika et son système ont annoncé d’importantes mesures pour les jeunes. Logements, emplois, crédits, etc. Il faut saluer le geste mais sourire de son avenir. Bouteflika voudra bien faire, par nécessité ou par conviction, il ne le peut plus. La gouvernance algérienne n’a plus de ressources humaines suffisantes et honnêtes pour accomplir la révolution douce. »

    Par conséquent, notre problème ne se résume pas à une opposition stérile et à des gesticulations d' »enragés », mais à la quête d’un état de droit où la responsabilité est sanctionnée : pour cela, la démocratie n’est un luxe, mais une nécessité. C’est ma conviction qui est par ailleurs conforme à ma sensibilité politique PPA/MTLD (Mouvement pour le Triomphe des Libertés Démocratiques).




    0
  • Gone
    24 février 2011 at 21 h 01 min -

    C’est quoi ce manège. Voilà le genre de jeux qui font dans la manipulation et les niaiseries..Faut pas se laisser faire. Le RCD, Pags on connait, Mr A. Y.Abdennour, que Dieu lui vienne en aide doit subir une pression grave. Mais les jeunes qui veulent le changement, n’ont rien à craindre. Ils doivent avoir le souffle pour mener une action de longue haleine sereine et bien ciblée. Alors courage!




    0
  • Congrès du Changement Démocratique