Édition du
24 July 2017

Les enseignants des Universités de Bab Ezzouar et de Blida dénoncent la sauvage répression policière contre les étudiants

DECLARATION DES ENSEIGNANTES  ET ENSEIGNANTS  DE L’USTHB

Nous, enseignantes et enseignants de l’USTHB, regroupés aujourd’hui mercredi 23 février 2011 avec les étudiants au « piquet de grève » ; puis réunis   à la salle polyvalente en présence des délégués étudiants de toutes les facultés de l’USTHB,  après un large débat sur la situation qui prévaut dans l’université algérienne :

Dénonçons la répression brutale à l’encontre des étudiants en  sit in pacifique devant le MESRS,

-Dénonçons le refus du MESRS  de négocier avec les représentants légitimes et mandatés par les étudiants en grève,

– Se félicitons de l’abrogation du décret n° 10-315 du 13 décembre 2010 arrachée grâce à la  mobilisation forte et  opiniâtre des étudiantes et étudiants,

-Sommes solidaires avec les étudiantes et étudiants mobilisés pour la prise en charge de leurs problèmes,

– Demandons à l’administration de l’USTHB de mettre à la disposition des étudiantes et étudiantes étudiants  la salle polyvalente pour la tenue d’une assemblée générale,

– Sommes mobilisés pour la défense d’une université démocratique, performante et au service du bien-être  pour tous,

– Appelons l’ensemble des collègues à une assemblée générale à la salle polyvalente le mercredi 2 mars 2011 à 10h, en présence des délégués des étudiants.

USTHB, le 23 février 2011

 

======================================================

DECLARATION

Nous enseignants de l’Université SAAD DAHLAB Blida

Dénonçons la répression féroce dont ont été victimes les étudiants les 20 et 21 février, alors qu’ils remettaient en cause le décret 10-315 en  observant un sit in devant leur ministère de tutelle.

Condamnons le recours systématique aux forces de l’ordre pour mater toute action revendicative.

Réitérons notre solidarité et assurons les étudiants de notre soutien pour la satisfaction de leurs revendications justes et légitimes

Blida le 22 /11/ 2011

 


Nombre de lectures : 4462
UN COMMENTAIRE
  • Hamma
    24 février 2011 at 23 h 18 min -

    Mis à par le fait de mater toute action revendicative, nos forces de l’ordre ne savent faire rien d’autre. Par exemple, se mettre au service du citoyen. « Echourta fi khidmet el mouwatane ». Ce beau serment est devenu « Echourta fitnete el mouwatane ». Alors dites-moi, pourquoi dès que l’on voit un flic, une seule pensée nous traverse l’esprit. On a une sacrée envie de taper dessus.




    0
  • Congrès du Changement Démocratique