Édition du
30 March 2017

Pourquoi je démissionne de la Coordination Nationale pour le Changement et la Démocratie ?

Par Fodil BOUMALA

 

En ma simple qualité de citoyen engagé et profondément inquiet pour l’avenir et le devenir de l’Algérie, deux principes avaient marqué ma décision d’être un des membres fondateurs de la structure initiale de la Coordination Nationale pour le Changement et la Démocratie (CNCD):

1-      Rencontrer et se réunir avec d’autres Algériennes et Algériens, toutes tendances confondues, dans l’esprit de l’écoute, de l’échange, du dépassement des clivages et préjugés.

2-      Se définir clairement un objectif commun et s’unir pour l’atteindre ; Celui d’une rupture définitive avec le Régime politique militaro-civile et toutes ses formes de réincarnation permanente à travers un pouvoir devenu un danger  réel contre la société, l’Etat, le développement socio-économique du pays et l’avenir de l’unité nationale.

 

J’étais honoré de rencontrer, de réfléchir et d’agir avec d’autres compatriotes qu’ils soient autonomes, syndicalistes, associatifs ou partisans. J’ai beaucoup appris de tout un chacun malgré les différences idéologiques ou des modes d’action.

 

Par honnêteté intellectuelle et par devoir d’information afin de dissiper toute lecture étriquée ou manipulation délibérée, je me dois de préciser les points suivants :

 

1-      Lors de sa création, la Coordination Nationale pour le Changement et la Démocratie, était conçue comme un cadre opératoire pluriel et citoyen. Son point de départ était le peuple et sa finalité était un changement radical du régime politique en Algérie.

2-      Au fur et à mesure de son évolution, la CNCD s’est vue tiraillée dans le contenu comme dans l’action, de l’extérieur comme de l’intérieur, par deux courants majoritaires et un troisième minoritaire :

a)      Celui apolitique dans le sens d’affiliation,  se disant de la société civile et refusant toute marque partisane.

b)      Celui dit de militants aussi bien associatifs que partisans.

c)      Celui défendant le corps de la Coordination loin des subjectivismes et qui se dit fédérateur et appelant à un élargissement de la CNCD.

 

Les divergences et un peu plus tard la division  s’entendaient et se lisaient dans les médias et les prises de position  se voyaient sur le terrain de l’action. Des débats, souvent passionnés, ont essayé de dissiper les différends et maintenir l’union mais la force de l’endoctrinement des uns et « les préjugés », « manque de confiance » et la volonté de  « démarcation » des autres ont fait échouer les tentatives de la troisième voie fédératrice que j’ai modestement défendue avec quelques autres membres.

 

A la rencontre d’évaluation-Actions du mardi 22 février 2011 et après cinq heures de débat, les deux courants campaient toujours sur leurs positions. Le prétexte était l’organisation ou non de la marche de samedi 26 mais la raison profonde était de nature politique liée à la présence et au rôle des partis dans cette Coordination ainsi qu’aux logiques et sensibilités des autres composantes.

 

La conclusion, comme annoncée franchement et publiquement à la presse nationale, était la division de la structure-mère en deux coordinations. Un travail collectif de cette ampleur impliquait l’attachement à l’idéal partagé et imposait l’ouverture, la tolérance et la concession quant aux idées et décisions collectives. D’où la nécessité d’une réinvention du politique et de l’action citoyenne.

 

Considérant la gravité de la situation du pays et respectant les volontés de l’ensemble des membres des deux Coordinations, je les invite fraternellement à faire de cette « scission » une plus-value de diversité qui sera actionnée dans le seul sens du changement et de la démocratie et non un renforcement du pouvoir par l’éclatement et l’éloignement de notre but commun.

 

Mes convictions et positions explicites et affichées depuis longtemps m’interdisent de cautionner la division entre compatriotes quelques soient les raisons évoquées. Par conséquent, je me refuse toute lutte fratricide, exclusive, régionaliste, sectaire, partisane, culturelle, religieuse et/ou d’intérêts.

 

Pour ces motifs, je démissionne officiellement de la Coordination Nationale pour le Changement et la Démocratie, les deux courants confondus, et continue à lutter politiquement et intellectuellement pour un changement radical dans mon pays. J’agis et soutiens, par ailleurs et sans réticence aucune, toute idée, initiative ou action s’inscrivant clairement dans cette perspective.

 

Tout sens commun, toute action politique citoyenne et toute volonté de puissance visant un changement démocratique radical doivent naître et évoluer dans les entrailles de forces nouvelles au sein du peuple. Car les crises cruciales que vit l’Algérie sont dues, de mon point de vue, aussi bien à la nature du régime archaïque et de son pouvoir despotique et corrompu qu’à nos structures mentales et psychologiques. Ce qui nous oblige, en réalité, à réussir une double révolution  structurelle : La mise en place d’un Etat institutionnalisé moderne, la formation d’une société plurielle et tolérante et d’une deuxième République Algérienne et citoyenne.

 

Fodil Boumala

 


Nombre de lectures : 1309
30 Commentaires sur cet article
  • Si Salah
    25 février 2011 at 20 h 57 min -

    Ya si Fodil, il ne fallait pas accepter d’opposants Taiwan parmi vous. Vous l’avez fait, donc vous avez une revolution Taiwan de 11h à midi.

    La revolution se fera cependant, mais avec les elements sains du pays, en particulier sa jeunesse.

    Si Salah




    0
  • Ait Mohand Ouwidir
    25 février 2011 at 21 h 04 min -

    Cher Monsieur,

    Vous êtes vraiment gonflé !!! Quand on sait vraiment qui vous êtes et pour QUI vous travaillez réellement…

    Mais bon… bref ! N’allons pas plus loin.

    Je constate cependant que vous avez trés bien accompli votre mission de sabordage as usual de cet embryon démocratique qui a été mis en place par des gens sincères et qui commençait à germer mais hélas ! Des gens sous terrains et tous terrains comme vous et qui étaient avec vous dans cette nouvelle institution l’ont mise à bas. So, well done !!!

    Tanmirth.




    0
  • Andalousya
    25 février 2011 at 21 h 21 min -

    L’éveil de la population Algérienne au combat est nécessaire, combat politique pour lancer une Algérie nouvelle. Sans conscience politique rien ne se fera, les intellectuels Algériens ont un rôle à jouer celui d' »éveilleur de conscience ». Une coordination, (d’intellectuels ,politique syndicaliste ou autre )ne sert à rien si le peuple n’est pas un acteur prépondérant. Une poignée de jeunes meneurs une population consciente des enjeux ce sera cela la recette magique.




    0
  • Ammisaid
    25 février 2011 at 22 h 11 min -

    En tant qu’imminent journaliste, tu devrais savoir avec tu t’es associé pour faire une révolution sans le peuple. Une révolution qui ne ressemble à aucune autre !
    Les vieilles méthodes ne marchent plus. Je n’ai peur de personne, j’ai l’autorisation de…, je fonce, je prends la tête, j’allume le feu, je jure de ne pas s’arrêter jusqu’à la victoire, je fais des meetings, je crie, je bombe mon torse, je cours sur toutes les radio et les télés du monde, je critique mon employeur, je draine derrière moi la foule…et à la fin je m’éclipse sans rien dire jusqu’à la prochaine occasion.




    0
  • SADEK2011
    25 février 2011 at 22 h 18 min -

    Depuis le debut vous étiez une fausse note dans ce mouvement , vous avez fait fausse route . Sincérement. si vous voulez réussir votre démarche ne changez pas votre nature. Restez fidèle à vos méthodes intelectuelles. Vos capacités et votre sens d’analyse de la situation vous permettent de faire mieux ;de mieux diagnostiquer la situation de l’Algerie dans toutes ses composantes…….Alors est ce vraiment le moment? ….serieusement est ce la seule solution ? ….




    0
  • tamarisio
    25 février 2011 at 22 h 24 min -

    Si fodil,la partie etait perdue d’avance en ce sens qu’elle a été instrumentalisée par le RCD pour se refaire une virginité apres avoir affirmé qu’il s’etait trompé de peuple et applaudi a l’arret du processus electoral dommage pour vous et d’autes personnes biens intentionnées a l’image du respectable ali yahia abdenour.vous vous etes fait roulés dans la farine mais l’éspoir reste grand de vous voir participer avec les veritables democrates au renouveau de l’algerie tres prochainement in chalah.




    0
  • Lasli Samira
    25 février 2011 at 22 h 52 min -

    Merci à la coordination de l’appel du 19 mars à travers son porte-parole, Dr Sidhoum, d’avoir tiré la sonnette d’alarme dès janvier dernier sur les magouilles qui se tramaient sur le dos de la jeunesse révoltée par des opportunistes qui voulaient récupérer cette révolte. Vous avez vu juste. Bravo.




    0
  • bert
    25 février 2011 at 22 h 57 min -

    Cher Monsieur, tout ce que vous avez rapporté là, se trouve dans la chanson « ETTES ETTES MAZEL EL HAL » du chantre de la chanson kabyle en l’occurence le grand Lounis AIT MENGUELLET.




    0
  • slimane
    25 février 2011 at 23 h 40 min -

    Il faudrait attendre que d’autres aient le courage d’aller affronter ce pouvoir dans la rue, mais ta patience risque d’être mise à rude épreuve.




    0
  • walid M
    25 février 2011 at 23 h 56 min -

    la libye est entrain de se libérer de son cancer, la tunisie s,est débarassé de son cancer, le maroc est en voie pour un changement radical…donc tous les pays nord africain se sont révoltés contre la hoggra, la mal vie, le chomage, l,injustice, la corruption, maintenant avec des pas sure il vont voire leur avenir en toute beauté inchallah, leur avenir plus joyeux, leur pays suivre le chemin des pays dévellopé, il vont vivre l,emanticipation en pleine démocratie, justice, droit civil…
    QUANT AUX ALGÉRIENS…VONT CONTINUER À PRENDRE LEUR TENSIONS ARTERIEL, É COMPTER LE NOMRE DE HARRAGUA, DE SUICIDE, A COTOYER LES BENLADEN, HATTAB, ABOU MASAAB, ETRE DES TERRORISTES DE LABORATOIRE, A VOIRE LEUR PETRODOLLARDS DILAPIDER MILLIARDS APRES MILLIARDS, A VOIRE , MANGER ET RESPIRER LA HOGGRA, LA CORRUPTION , L’INJUSTICE, A ACCEPTER LE NUL OUYAHIA A LA TV , LES BENSALAH, ET BOUTESRIKA, A VOIRE ET ENTENDRE UN AUTRE ROMI PARLER AU NOM DE LEURS HARKAS ALG.RIENS QUI GOUVERBNE A VUE…L,ALGERIE CONTINUERA A S,ENLISSER DANS LES ABYSSE…ADIEU ALGERIE…ADIEU ALGERIE…ADIEU PEUPLE ALGERIEN…QUI ÉTÉ LA FIERTÉE DES PEUPLE .




    0
  • Gone
    26 février 2011 at 1 h 07 min -

    Voyez la démagogie bon train, ils nous la ressortent l’Algérie des  » entrailles »…Je n’ai rien contre le Monsieur, il est bien là ou il est…Mais ce qu’il faut c’est un changement du système progressivement et sûrement.
    Merci Walid M et les autres qui ont bien répondu.
    C’est vrai que c’est un système qui nous a pourri la vie comme un « truc qui rentre entre la chair et l’ongle ».Et c’est prouvé chaque jour.




    0
  • Mourad2
    26 février 2011 at 1 h 58 min -

    Pire que cela Si Walid. Vous n’avez qu’a ecouter les dernieres informations. Je n’arrivas pas a le croire que des mercenaires algeriens se trouvent en Libye pour defendre Kadafi…Y a-t-il pire encore? J’ai bien peur que oui…Des avions militaires algeriens ont ete apercus aussi a Tripoli.. Je ne sais pas ce qu’ils contiennent mais surement pas des bonbons. J’ai honte vraiment honte. Les chouhadas meritent mieux. Ils ont combattu la France pour que des harkis en beneficient! Meritons nous cela? Je commence a douter! La politique de salon ne resoudra jamais la crise algerienne qui dure depuis 50 ans.




    0
  • hakim
    26 février 2011 at 1 h 59 min -

    SVP, peut-on enterrer le CNCD et parler d’autres unions nationales, regroupement intègres, rassemblement pour le changement radical, etc.
    Ce qui est fait est fait, la plus part des gens du CNCD était sincères et courageux.
    Les franges islamistes, le FFS, quelques personnalités du FLN, du MSP, et d’autres, tout cela qu’attendent-ils pour faire une union contre les corrompus-assassins?
    On ne peut pas rester 6 mois a faire des constats, 6 mois c’est trop.
    Passons a une autre union saine, claire avec revendication radicales : iskat elnidham.




    0
  • abd el allah el muslim
    26 février 2011 at 2 h 04 min -

    ET PENDANT CE TEMP???




    0
  • Hamma
    26 février 2011 at 3 h 34 min -

    « mais la raison profonde était de nature politique liée à la présence et au rôle des partis dans cette Coordination ».

    Mais Mr.Boumala, c’est aussi la raison profonde et de nature boulitique liée à la présence et au rôle des partis qui ont permis au pouvoir d’assoire son autorité et surtout de mépriser le peuple.

    Un volcan qui gronde n’a pas besoin d’être activé.




    0
  • W A H I D
    26 février 2011 at 5 h 18 min -

    @LQA

    25 février 2011

    Demain c’est une journée importante pour la CNCD., à la fois pour sonder la capacité de mobilisation du peuple et surtout de tester l’efficacité de la nouvelle stratégie qui est celle d’être l’expression du peuple sans exception aucune loin des manipulations et de la récupération par les partis.

    Demain officiellement il n’a plus d’état d’urgence, donc les manifestants n’auront plus besoin d’autorisation de manifester, et la présence des services de sécurité et police anti émeute ne doivent pas empêcher le peuple d’exprimer ces revendications de se regrouper dans les espaces publics pacifiquement.

    Je souhaite une réussite de la manifestation

    W A H I D




    0
  • Amar
    26 février 2011 at 6 h 57 min -

    Incroyable…le menu fretin s’explique dans la perspective de se donner le sentiment d’appartenance à une opposition dans l’opposition organique. Comme, hélas les intellectuels organiques d’il fut un temps.
    Incroyable… cette manipulation indescente du peuple algérien en décrétant le début et la fin d’une révolution. C’est la meilleure manière de l’empécher. Alors que le contexte est favorable à son éclosion.




    0
  • slam
    26 février 2011 at 10 h 57 min -

    Après avoir dans les cercles du régime, Monsieur BOUMALA que je respecte pour son savoir, vient se mêler à une révolte populaire sans peuple! Vous ne croyez pas qu’il est trop tard pour vous de vous associer à ce genre de manifestations âpres avoir servi le régime pendant de très longues années.Tout le monde se souvient que vous avez servi la communication au sein des structures de l’information gouvernementale.Votre célébré animation de l’émission El Djaliss en est la preuve de vos anciennes accointances avec les idées du régime.
    Alors ,aujourd’hui vous vous complaisez à énumérer les raisons qui vous ont poussé à quitter la CNDC et vous mettre au service de ceux qui veulent défendre leurs idées novatrices.On se demande comment allez-vous faire pour nous ramener du nouveau dans l’intérêt des citoyens algériens ! Dites-nous comment,Monsieur BOUMALA, nous aimerions savoir comment on peut changer aussi facilement après avoir fait partie du sérail qui nous a gouverné parfois avec cruauté pendant de longues années et qui continue à nous mépriser sans limite!
    On peut effectivement changer mais….pour aller où ?




    0
  • Mhamed
    26 février 2011 at 12 h 20 min -

    Hélas, Si Boumela,vous avez mis le doigt sur le mal profond qui stérilise complètement notre société et empêche toute perspective de voir s’ériger un front uni et fédéré pour un changement radical en Algérie toutes sensibilités confondues.Je vous cite:les crises cruciales que vit l’Algérie sont dues, de mon point de vue, aussi bien à la nature du régime archaïque et de son pouvoir despotique et corrompu qu’à nos structures mentales et psychologiques. C’est exactement cela et vous avez vu juste! Toute agitation politique chez nous fini dans la cacophonie ridicule et minable. Pour faire de la révolution, il faut d’abord des hommes unis par un seul objectif clair et sans aucune ambiguïté!




    0
  • Alilou
    26 février 2011 at 13 h 01 min -

    Le 12 Fevrier ils etaient 3000
    Le 19 Fevrier ils etaient 300
    Le 26 Fevrier ils seront 30
    Le 05 Mars ils vont etre 3
    Le 12 Mars enfin il y aura 1 SAID SAIDI elu a l’unanimité

    il font le tris….




    0
  • Hmimi
    26 février 2011 at 13 h 03 min -

    Bonjour à tous,
    Ce qui me choque dans l’explication donnée par Mr Boumala c’est quand il dit, je le cite « nécessité de réinventer le politique et l’action citoyenne ». Mais, cher Monsieur jusqu’à quand vous allez prendre le peuple pour du bétail? vous qui êtes éclairé, vous qui êtes à même, par vos réflexions, capable d’apporter une contribution pour une nouvelle perception politique à condition que restiez sincère et objectif. Mais en lisant cette phrase, je pense que vous en êtes loin. Très loin même. Sinon comment comment osez-vous avancer une telle phrase qui s’apparente plus à du révisionnisme. Car, si on suit votre raisonnement il n y a pas d’action citoyenne par ce qu’il y a l’état d’urgence!!, mais avez -vous la mémoire courte à ce point Monsieur Bouamal? Où vous étiez en 2001 quand le régime politique (Boutef) et militaire (DRS) ont tiré sur la population en Kabylie? Vous pouvez, néanmoins, vous rappeler de cet épisode, hélas triste de notre histoire récente: plus de 126 morts par arme de guerre, plus de 3000 blessés, la cible de tir était soit la tête ou le cœur. Où vous étiez le 14 juin 2001? Cette grandiose manifestation bloquée et réprimée dans le sang aux portes d’Alger n’est-elle pas une action citoyenne? Pourquoi alors attendre l’embrasement de la Tunisie, de l’Égypte ou encore celle de Libye pour se « coordonner » et « demander un changement »: une action citoyenne ne se « coordonne » pas monsieur Boumala, elle est spontanée. Le changement ne se « demande pas » monsieur Boumala, il s’arrache comme s’arrache la liberté. Les signaux envoyé depuis, 1926 avec Imache, 1949 lors de la crise anti-berbériste, 1976 avec les Medjber, 1980 avec le mouvement culturel berbère, 1985 avec les militants de la première ligue de défense des droits de l’homme, et enfin 2001 avec la boucherie de Zerhouni et compagnie, n’ont pas suffit au peuple algérien de s’inventer une action citoyenne? Chercher à monter un soulèvement car d’autres pays se soulèvent ne me semble pas faisable chez nous en algérie pour une raison simple: le peuple se sait souverain même si son indépendance est confisquée depuis 1962 et il se soulève de façon spontanée sans qu’on ne le convoque. La CNDC, son action et son objectif sont en tout cas pour moi sincères, dictés et c’est vrai par le désir de changement car je connais personnellement des animateurs honnêtes et dévoués aux droits de la personne humaine, même si quelques spécimens militaro-militaristes s y sont greffés, l’histoire retiendra qu’ils ont toujours été dans le reniement. Le reniement de soi d’abord. Mais ce n’est pas cela mon problème avec la CNDC, c’est plutôt cette façon de faire: on tourne la page sans la lire et on se bat pour le changement. La page du massacre de 2001 na pas été lue dans son intégralité, les enseignements ne sont, hélas, pas encore tiré. Donc, la question de la Kabylie doit être débattue sans complexe, car elle occupe une place centrale dans le mouvement ou les tentatives, devrai-je dire, de démocratisation de l’algérie. C’est un préalable à tout consensus. Le choix des slogans doit être discuté, c’est aussi un préalable pour tout consensus. Mais si la CNDC nous remet la soupe de l’amnistie à la boutef à propos du massacre de Kabylie, sachez que les kabyles ne viendraient pas marcher sur alger comme ils avaient l’habitude de la faire. Alors oui pour le changement, oui pour que l’algérie se débarrasse de ses tyrans politiques comme militaire mais pas n’importe comment. Une charte où toute les questions seront mises à plat est plus que nécessaire. Si ça doit prendre des années ça prendra le temps qu’il faut, ce n’est pas par ce que ça bouge ailleurs qu’on est tenu de le fait ici et maintenant. Il faut commencer d’abord par se parler sans complexes et parler de tout.

    ==================================
    Je crois que votre indignation est très sélective et très régionaliste. Vous avez oublié de parler de la terrible répression dans les années 63-66 où plus de 400 militants du FFS avaient été tués et plus d’un millier de citoyens torturés. En 1982, la terrible répression contre le courant islamiste suite au sit-in de la fac centrale. En 1986, la vaste répression avec des centaines de militants du MDA (Benbellistes) arrêtés, torturés et condamnés. En octobre 88, quand des dizaines de communistes avaient été arrêtés et torturés. Depuis 92 les dizaines de milliers d’algériens déportés au sud, les dizaines de citoyens torturés chaque soir dans les commissariats, brigades et CTRI, les milliers de citoyens enlevés à leurs domiciles et disparus à ce jour, les milliers de citoyens exécutés sommairement, jetés dans les rues ou entérrés sous « X-Algériens », les massacres des prisons de Berrouaghia (94) et de Serkadji (95), les massacres de Sidi Youcef, Bentalha, Raïs, Ramka entre autres………
    Salah-Eddine




    0
  • persifleur
    26 février 2011 at 14 h 28 min -

    Après la démission de l’ambassadeur libyen en Somalie, un énorme bombe, c’est au tour Boumala qui décide de claquer la porte du CNCD, un tsunami… le monde après cette démission ne va s’en remettre !




    0
  • Hmimi
    26 février 2011 at 16 h 17 min -

    Cher Salah-Eddine,
    merci pour le complément d’information, j y souscris sans aucune ambiguïté. Je n’ai pas fait, à travers ma réaction, un relevé exhaustif de la situation politique de l’algérie indépendante, notamment les massacres des années 92-2000, l’épisode du FFS de 63-64, les assassinats politiques (Krim, mécili, Matoub…..) et j’en passe, je laisse ce relevé macabre aux historiens algériens de la faire, il sauront le faire dans les règles de l’art. J’ai seulement répondu par rapport à la phrase de notre ami Boumala à savoir inventer une citoyenneté. Il ne s’agit pas d’une indignation sélective car je me refuse en tant que militant d’une algérie libre et démocrate la politique des deux poids deux mesures. Si demain, il arrivera à l’algérie de devenir libre et débarrassées de ses criminels, le monument aux morts, pour la patrie, sera un monument géant. En d’autres termes, de pat cette réaction, je voulais seulement signaler que les algériens avaient l’occasion de se soulever le 14 juin 2001, une occasion encore une fois et malheureusement ratée, et j’ai l’impression que maintenant en 2011 on est dans l’imitation. C’est pour cette raison que les manifs ne rassemblent pas. La manif à laquelle j’ai participé le 2 janvier 1992 en tant qu’organisateur ne semble pas me démentir. Ce jour là, il y avait plus de deux millions de personnes à alger contre le pouvoir (politique et policier) et contre l’islamisme politique, c’était pour une algérie libre et démocratique; ce jour là les gens était citoyens et avaient une conscience politique. Je déplore que mon intervention soit qualifiée de régionaliste, il s’agit d’une réalité d’il y a à peine 10 ans et que cette dernière ne peut souffrir d’aucune polémique à savoir la l’histoire de « qui tue qui »: en 2001, la police politique, le DRS et Bouteflika ont assassiné des citoyens, qui eux aussi voulaient un changement. J’ai beaucoup de respect pour vous, car vous êtes quelqu’un de mesurer et d’averti, je ne pense pas que mon propos se prête une telle lecture ,mais si parler de cette région et du traitement particulier qui lui est réservé depuis 1962 fait de moi un « sélectif et un régionaliste » alors je le serai encore d’avantage. J’espère que vous ne m’avez pas à la lecture de mon article collé l’étiquette d’un quelconque mouvement séparatiste, ce genre de chose, mon cher S. E ne vous ressemble pas, normalement. Merci et sans rancune. Bon vent !!!

    =======================
    Hacha, mon cher frère. Ce n’est pas de mes habitudes de coller des étiquettes à mes compatriotes même si certains nous en collent à tout bout de champ. Je n’ai fait qu’un constat à la lecture de votre commentaire, en voyant que vous n’avez énuméré que les événements de notre Kabylie. Loin de moi de vous traiter de régionaliste. C’est votre description des faits qui se cantonne (inconsciemment peut-être) à une région qui m’a fait dire que votre indignation était sélective et se limitait à une région (qui est aussi ma région natale et de mes ancêtres).
    Sans rancune, cher frère.
    Salah-Eddine




    0
  • Alilou
    26 février 2011 at 16 h 58 min -

    @Mr SIDHOUME

    J’ai apprecié la rectification apportée au commentaire de Mr HMIMI, car il ne faut exclure aucunes victime algerienne ou autres et assassinats sans punitions.

    Maintenant je vous pose une question directe avec le respect le plus total que j’ai envers vous et envers tous les algeriens qui se respectent.

    QUE DOIT_ON FAIRE?
    QUE NOUS PROPOSEZ_VOUS COMME ALTERNATIVE A CES COMMITES DE PACOTILLES? ou comme vous le dites si bien a ce grenouillage Boulitique du dimanche apres-midi????

    PROPOSEZ_NOUS UN PLAN VOUS LES GENS DE L’APPEL DU 19 MARS on va etre tres nombreux a vous suivre et vous le savez.

    Salutations amicales et respectueuses a vous et a Mr HMIMI

    ===================
    Merci pour votre franchise. Je crois que dans notre dernier article avec mon frère Djameleddine, nous avons tracé les voies politiques possibles en vue d’un véritable changement. Relisez à tête reposé le texte, sans abuser de votre….thé et vous verrez plus clair
    Fraternellement.
    Salah-Eddine




    0
  • rabah
    26 février 2011 at 17 h 07 min -

    Monsieur Fodil « gorge profonde » Boumala veut jouer au leader démocrate tiens tiens!! Les algériens se souviennent d’un certain feuilleton d’été scénarisé par la drs (hachakoum) où il tenait un des rôles principaux aux côtés de Boukrouh et de Betchine et dont l’action se situait dans la principauté du club des pins?
    C’est quoi toutes ces amnésies? Nous prenez vous pour des imbéciles? Toutes les ‘stars’ de la cndc (en minuscule svp, j’y tiens) sont partie intégrante du régime corrompu d’Alger. Ils ont tous leurs quartiers du côté de la principauté. Ils côtoient chaque jours les tenants du pouvoir auxquels ils prêtent allégeance, tantôt d’un côté (boutef) tantôt de l’autre (drs et armée).
    Si on veut se révolter pour le peuple, on doit l’associer et surtout l’intégrer comme acteur principal. Malheureusement, les algériens ne veulent pas se révolter. Il suffit de leur flatter la panse et le tour est joué. Et quand on a des centaines de milliards de dollars pour ça, la tâche est relativement aisé.
    Alors attendons la prochaine crise économique comme dans les années 80. Pour l’instant, laissons les algériens continuer à ronfler. Bon dodo.




    0
  • andalousya
    26 février 2011 at 20 h 27 min -

    Tant que certains continuent à attendre « des journées importantes avec le CNCD » le peuple Algérien n’est pas sorti de l’auberge !
    Qu’Allah donne du courage pour un soulèvement populaire libre et libéré de toute coordination politico-syndicalo-droit-de-l’hommiste !




    0
  • SAAD
    27 février 2011 at 10 h 00 min -

    Vous intellectuel!vous vous souvenez des leçons de démocratie que vous donnez au peuple a la TV?
    lorsque vous faisiez des pieds et des mains pour faire dire a votre invité GHASSAN BENDJEDOU,du mal des islamistes? malheureusement pour vous M.GHASSAN ne mange pas de cette sauce.
    C’est aux généraux du pouvoir qu’il fallait donner ces leçons de démocratie.




    0
  • Nourredine BELMOUHOUB
    27 février 2011 at 11 h 55 min -

    A Monsieur Fodil BOUMALA
    Il fallait que comme les colonialistes, les néo colonialistes jouissent d’une vie de luxe pour s’étonner que les gens ne se révoltent pas avec eux pour un peu plus de Dignité et de Liberté. Les gens que la « néo colonie », c’est à dire l’attelage fait de gens qui ont toujours eu la tète plongée dans la mangeoire, de boys scouts à la tète de partis-éprouvettes, nés dans les laboratoires du crime et de la haute trahison, d’assoiffés de pouvoirs, de positions de conforts et de postes non conçus pour hypocrites de tous bords et autres assimilés à la politique des béni oui oui, et enfin de pauvres rigolos, trabendistes du droit l’ensemble ayant longtemps maintenu à ses portes ce qu’ils ont tout le temps considéré « Ghachi » ignorant que ce Ghachi à la longue, a fini par entrer dans leur cœur, et en réponse à leur despotisme et à leur hogra, ils y ont mis le feu en leur répondant par le silence et en les ignorant.

    Moralité : En voulant trop faire le coq, on finit dans un pot au feu. Dicton Nourredine BELMOUHOUB




    0
  • dadi
    27 février 2011 at 13 h 03 min -

    fin de mission
    révolte bien canalisée, avec ton frère saadi, vers bien sûr le néant
    à quand un véritable leader pour une refonte?




    0
  • dadi
    27 février 2011 at 13 h 11 min -

    en faite j’ai oublier de rajouter une chose
    le changement avec ou sans vous et vos djounouds (saadi….)se fera , le printemps et pour bientôt.
    Tous les soulèvements en Algérie se font au delà de l’hiver. effet soleil




    0
  • Congrès du Changement Démocratique