Édition du
25 March 2017

l organise demain un meeting populaire à la salle Atlas Le FFS s’attend à une grande mobilisation citoyenne

El Watan, 3 mars 2011

Le Front des forces socialistes se prépare à tenir son premier grand rassemblement à Alger depuis 2004. Le meeting, qui va avoir lieu demain à la salle Atlas de Bab El Oued à partir de 14h30, se veut «un appel aux forces du changement, pour dire que l’Algérie n’est pas un pays à part, que les Algériens ne sont pas un peuple à part et qu’ils veulent exister dans le présent et dans l’avenir».

Depuis plusieurs années, la capitale n’a pas vu d’affiches de partis politiques en dehors des campagnes électorales. Une preuve encore de la fermeture de l’espace public aux formations politiques sous un état d’urgence ciselé comme une chaîne autour des libertés.

Des libertés qui, faut-il le souligner, sont toujours à arracher puisque la levée de l’état d’urgence n’a pas affranchi la libre expression. Donc, cet appel du FFS qui orne les murs de la capitale depuis quelques jours, lance un défi aux forces du changement pour construire «une Algérie libre et heureuse». «Nous nous attendons à une grande mobilisation», a souligné le premier secrétaire du Front des forces socialistes contacté hier par téléphone. Karim Tabbou se dit très satisfait de l’écho rencontré auprès des citoyens à Alger qui ont exprimé un grand respect envers le parti. «Nous sommes confiants et nous nous attendons à ce que la salle soit plus que pleine», dit-il.

Se refusant à donner plus de détails sur les invités attendus par le FFS ce vendredi, M. Tabbou s’est contenté de dire que le parti a fait appel à toutes les forces du changement qui se retrouvent dans la quête de «la liberté, la dignité, la justice, l’équité et la solidarité. Et ceux qui sont pour la construction d’une Algérie nouvelle». A noter que malgré l’instruction du Conseil des ministres pour ouvrir gracieusement les salles de la capitale aux partis politique, le FFS se trouve tenu de payer pas moins de 230 000 DA la salle Atlas. «Il se trouve qu’avant la décision du Conseil des ministres, nous avons été destinataires d’une facture de 800 000 DA soit 80 millions de centimes.

Puis à la suite de la décision du Conseil, nous avons vu la facture réduite de 75% sans qu’on nous dise le pourquoi de cette remise», explique Tabbou qui dit avoir écrit une lettre au wali au sujet de la décision de gratuité des salles pour les formations politiques et n’a reçu aucune réponse. Le meeting de demain se veut donc un lieu de rassemblement pour les forces du changement et sera le premier d’une série d’autres meetings à attendre dans différentes wilayas du pays notamment Sétif, Saïda et Mascara. Le choix des meetings comme moyen d’exprimer son refus de voir le régime se maintenir est perçu par le FFS comme l’approche à entreprendre en ces temps où le travail de la réhabilitation du politique se pose avec acuité.

«La responsabilité de toutes les composantes de la société est de trouver une expression politique et programmatique à ces aspirations», note le premier secrétaire du FFS dans une récente déclaration. Il estime qu’en ces temps où des tentatives de discréditer la pratique politique et les partis politiques se font jour, «il est urgent de rassembler tous ceux qui refusent tous les enfermements et ceux qui prônent une pratique citoyenne effective».
Nadjia Bouaricha



Nombre de lectures : 1284
28 Commentaires sur cet article
  • majid
    3 mars 2011 at 15 h 32 min -

    ce nest plus le temps des meeting dans les salles,les liberté s arrache dans les rue
    ils veulent nous faire reculer en arriéré de 20 ans avec les meeting dans les salles de cinéma
    regarder autour de vous tous les peuples sortent dans les rue pacifiquement et le ffs veux nous parquer dans les salles pour que la voix du peuple ne sois pas entendus




    0
  • kouka
    3 mars 2011 at 15 h 51 min -

    ces gens veulent étouffer la voix du peuple dans les salles de cinéma,les liberté s arrache dans la rue regarder autour de vous.




    0
  • el-amel
    3 mars 2011 at 17 h 25 min -

    Pourquoi pas à la salle Harcha?
    AÏt menguellat a chanté à la salle Atlas, il ne l’a pas encore fait à la salle Harcha!




    0
  • hakim
    3 mars 2011 at 17 h 40 min -

    Ceux qui sont contre les meeting, je vous propose deux choix.
    1) Sortez et demandez a vos voisins de sortir…
    2)Rentrez dans la salle de meeting du FFS, qui va se faire le vendredi après-midi, remplissez la salle a craquer, puis a la fin du meeting, sortez dans la rue massivement et occupez la rue en appelant par cel. vos amis.




    0
  • mamlam
    3 mars 2011 at 18 h 02 min -

    une grande mobilisation citoyenne dans une salle pour 400 personnes?!!
    on perd le sens des mots au FFS…




    0
  • SAID
    3 mars 2011 at 18 h 25 min -

    ces gens comme vous dites sont des Hommes et des Hommes respensables ils veulent juste ecouter et parler au peuple pour construire avec lui une alternative serieuse au regime en place.ils veulent aussi expliquer les enjeux de la situation actuelle sur le plan nationale et internationale.ils veulent sensibiliser et mobiliser le peuple pour un vrais changement.apres plus de 18 ans de depolitisation et de diabolisation de la politique,ils veulent repolitiser le peuple et ils vont le faire parceque le ffs et le seul parti credible qui n’ a pas trahi le peuple.vive l’algerie,vive le ffs et longue vie a HOCINE AIT-AHMED.




    0
  • Mahieddine Lachref
    3 mars 2011 at 19 h 29 min -

    Bonjour tout le monde,
    Personnellement, je suis en rupture avec le FFS depuis la fameuse affaire Fekhar. C’est que le FFS, toujours travaillé par les vieux reflexes hérités du mouvement national et qui consistent à voir partout des ennemis, soupçonner tous ceux qui ne partagent pas leur avis d’appartenance au réseaux de la Police politique, s’inscrivait dans une optique très dangereuse. Aujourd’hui, je suis toujours sceptique quant à l’avenir de ce parti et je n’ose presque plus l’imaginer comme par le passé, ce parti qui redonne à chaque fois espoir. Mais pour ce qui concerne sa stratégie d’action consistant à procéder par l’animation, au niveau national, de meeting, je trouve que c’est la voie la plus salutaire. Maintenant reste à savoir dans quelles logique et démarche politique globales le FFS va inscrire ses actions, quelles seraient ses partenaires parmi les acteurs politiques nationaux et quelle suite va-t-il donner, une fois qu’il aura fait le premier pas, à ce qui se veut  » la revendication du peuple », c’est-à-dire, ce qui aura été enclenché en dehors des cercles du parti.Je pense que cette fois-ci, l’espoir est relativement permis dans la mesure où le FFS a osé casser un de ses tabous en invitant au meeting de demain Said Khelil. Nous espèrons que le meeting va réussir.
    Fraternnellement
    Mahieddine Lachref




    0
  • Badia
    3 mars 2011 at 20 h 01 min -

    Malgré ma sympathie pour M.AIT AHMED , un personnage respectable et PATRIOTE, je pense que le FFS est dépassé malgré qu’il dispose de nombreux cadres compétents.En espérant ne pas me tromper , certains dirigeants actuels du FFS veulent négocier une sortie honorable des gens du système qui sont biologiquement finis.Le peuple algérien a toujours eu le dessus dans l’Histoire,sans jouer à Mme Soleil,le changement en Algérie se fera , ataviquement, sans les partis ( qui sont tous dysqualifiés constitutionnellement parlant) et au moment où on s’attend le moins.Z’MAN KACHAF.




    0
  • amrouche
    3 mars 2011 at 20 h 24 min -

    Faire des interviews et des meetings pour décocher des flèches empoisonnées à l’opposition, n’honore pas un vrai parti d’opposition et participe de la décrédibilisation de classe politique que vous dénoncez par ailleur.
    Je suis d’accord avec le FFS sur le diagnostic, mais je ne suis pas du tout d’accord avec ses méthodes de lutte que je trouve dépassées.




    0
  • Hamma
    3 mars 2011 at 20 h 36 min -

    Il faut arrêter avec ça! Avec tout le respect dû à Mr.Aït Ahmed ,je ne pense pas que le prestige politique d’antan de son parti puisse encore sauver les meubles. La révolution en marche aujourd’hui dans le monde arabe et même en Asie n’est pas négociable. Même l’Occident est au abois, d’autant que toute sa politique géostratégique et et sa géoéconomique dans cette partie du globe se trouve être remise en cause. Ce qui l’obligera à tout revoir. Le stade de la révolte est passé et comme dit un auteur Canadien: « Une révolte n’est pas une révolution : qui ne renverse pas le régime le renforce. »(Marc-André Poissant)

    Assez perdu de temps messieurs des partis politiques!




    0
  • Mohand Tahar MOHAMMEDI
    3 mars 2011 at 22 h 06 min -

    La démocratie c’est le choix du peuple dans sa majorité il ne faut pas non plus faire diversion ou détourné la démocratie de sa propre définition, Le FFS depuis son existence à agit contre ce régime en place qui est le résultat de la négation de la démocratie et essaye de donner un sens à la vie politique national et cela avec intelligence, lucidité et respecte dans les règles… de l’art le choix peuple et son corolaire ses principes démocratiques ,c’est le manque d’honnêteté intellectuelle et politique d’une certaine caste politique qui a compromis avec le terrorisme « REEL » et le génocide de la population en la considérant immature politiquement qui ont gangréné et polluer la situation politique pour ne pas aller vers le peuple par ce que beaucoup d’entre eux sont condamné historiquement.




    0
  • Ammisaid
    3 mars 2011 at 23 h 06 min -

    Le FFS n’a pas accepté le coup d’état de 1962, ni celui 1965, ni celui de 1988-1999, ni celui de 1999, ni celui de 2004, ni celui de 2010, ni le la sm. Ni la le Drs ( il a identifié l’ennemi dés ses débuts dans la destruction de l’Algérie….)…
    Il s’était allié avec toutes les volontés sincères pour se debarasser du régime….
    Il a formé des centaines de militants, si certains ont fini de l’autre côté il ne doit pas être tenu pour responsable, ils sont grands et ils doivent assumer leurs choix…
    Il n’a jamais voulu se substituer aux choix du peuple, ce n’est pas sa tasse de thé’: unité nationale, retour de l’armée dans les casernes, assemblée constituante, souveraineté populaire, droits de l’homme, liberté d’expersion, justice sociale… Sont les constantes irréversibles du parti…qui peut dire le contraire et qui ne sait pas, qu’il amené un combat non stop contre le systeme tout le systeme depuis sa création…
    Quand a-t-il essayé de susbtituer au peuple ou de lui dicter ses choix ?
    Il a fait des erreurs peut être ! Il est moins fringant ces derniers temps peut être ! Ses dirigeants actuels sont repliés sur eux, méfiants ou fiers…peut être ?
    Mais, il a le droit de faire des meetings et nous n’avons pas le droit de nier son parcours et sa participation à l’existence de notre pays…
    Ce n’est pas au FFS de provoquer une révolution, son devoir c’est de l’aider à la préparer, à être du côté du peuple le moment venu et j’espère de tout mon coeur le revoir s’approcher de toutes les volontés sincères: appel du 19 mars, rachat, personnalités politiques et intellectuels sincères, mouvance islamique apaisée, syndicats, associations, universitaires…!
    Fraternellement à toutes et à tous




    0
  • galili
    4 mars 2011 at 4 h 05 min -

    Je crois que vous ete embrouillez par ce regime ,toute initiative est critiquee ,vous devez savoir ce que vous vouliez en suite en discutera ,c’est un chois politique ,respectons l’autre quelle que soit sa couleur et sa lgne ,le plus important en ce moment de sensibiliser et de mobliser les citoyens qu’ils prennet conscience de la ravite de la situation .mis a part le grand respect au chef historique je n’ais jamais partage la ligne de conduite des (militants) du FFS dont je connais bcp.travaillant ensemble ,donnant une dimonsion ositive pour toute initiative est discutant sur le meilleurs moyens pour evicer cessanguinaires,en ce moment soyons solidaire.




    0
  • Alilou
    4 mars 2011 at 14 h 29 min -

    On critique car on est incapable de faire quoi que se soit, desqu’il ya quelqu’un qui prend l’innitiative de faire quelque chose en le descend en feu….

    Si ca continue comme ca, je crois que nous avons les gouvernants que nous merritons./

    Si le peuple prefere la situation actuelle et rester sous perfusion quasi-quotidienne alors restons ainsi…les derniers de la classe, un peuple sans gloire et surtout sans NIF…redjla felhadra ou laff3al walou….




    0
  • Afif
    4 mars 2011 at 16 h 00 min -

    بسم الله الرحمان الرحيم

    Le FFS est dans son droit absolu de parti politique de faire son meeting et personnellement je l’approuve. Les partis qui préfèrent les marches périodiques ont en le droit eux aussi par principe : un algérien a autant le droit qu’un français d’exprimer ses revendications politiques et sociales par une marche pacifique, c’est un problème de Nif, ce n’est pas un problème de nombre. L’algérien serait-il un sous-citoyen et trouve-t-on normal que ses droits de citoyen soient défendus et exigés par des puissances étrangères ?

    Si les marches sont autorisées, je serai alors contre les marches et je trouve préférable de recourir aux meetings, la raison essentielle étant que le peuple algérien est pourri, on l’a pourri, il faut du temps pour réhabiliter le politique dans notre pays.




    0
  • Mahieddine Lachref
    4 mars 2011 at 16 h 06 min -

    Bonjour tout le monde,
    Comme je l’ai dit dans le commentaire que j’ai posté hier, je soutiens dans le fond et dans la forme l’initiative du FFS qui consiste à animer des meetings au niveau national. Pour le meeting d’aujourd’hui, dont j’ai prévu la réussite hier en constatant que Said kHelil a été officiellement invité par les instances dirigeantes du FFS pour y assister, a effectivement réussi, et il a réussi d’autant plus que c’est la première fois depuis 2004, que le FFS arrive à réunir ses militants les plus en vue dans une même salle. En effet, amis du LQA, aujourd’hui étaient présent au meeting Said Khelil, Djamel Zennati, Ahmed Djeddai, Rachid Halit, Salima Ghezali(Certaines sources m’ont annoncé que Ait Ahmed serait en Algérie dans quelques jours)et bien d’autres que nous n’avons pas pu identifiés peut-être parce qu’ils avaient dû changer de traits après des années d’absence. Maintenant, ce qu’il est impératif de faire, c’est de continuer dans le même sens en élargissant la famille démocratique, notamment au profit de la nouvelle génération et aller, comme nous le désirions depuis des années, vers une assemblée constituante, préulde pour un véritable Etat de Droit en Algérie.
    Fraternellement
    Mahieddine Lachref




    0
  • aquerado
    4 mars 2011 at 19 h 26 min -

    Salam,
    Merci Ammisaid, vous avez presque tout dit en si peu de phrases, encore bravo!




    0
  • Liès
    4 mars 2011 at 20 h 09 min -

    Salutations à toutes et à tous.

    Ceux qui font des reproches au FFS sont semblables à ce juge inique qui, dans l’exercice de sa justice, occulte totalement la présomption d’innocence et force l’accusé (qui est une parfaite victime) à présenter les preuves de son innocence.

    Je n’arrive pas à comprendre cette aberration! Est-elle voulue et planifiée dans l’objectif de nuire et de détruire, ou bien exprime-t-elle une tare culturelle qui fait que nous avons perdu totalement notre aptitude à discerner le vrai du faux et qu’on est devenu prompte à critiquer aveuglement les autres et en particuliers les meilleurs.

    Nous sommes devenus insensibles et indifférents à la douleur des personnes, on ne croit pas à leur passion et a leur bonne foi, on raille leur manque de réussite et leur vulnérabilité sans tenir compte des adversités.
    Indifférents, sceptiques et railleurs : voilà ce que nous sommes devenus.

    Par contre on loue les mérites du méchant qui réussit par le vol, le meurtre et le mensonge, et on se met carrément sous son diktat pour le servir et lui assurer pérennité.

    Une vraie et effrayante aberration qui vient de faire irruption dans nos mœurs et dont on use dangereusement, allègrement et sans la moindre retenue.
    Même si elle n’est pas trop répandue, elle est cependant très agissante et d’une redoutable efficacité.

    Jadis, le colonialisme utilisait contre les indigènes algériens, la technique de la STIGMATISATION pour se donner les moyens, le droit et la CONSCIENCE de punir sans état d’âme, de réprimer, d’affamer, d’asservir, de déposséder, de violer et d’humilier.

    Le système depuis l’accès de notre pays à l’indépendance en 1962, est en train d’utiliser la même technique qui consiste à stigmatiser pour mieux laminer et détruire.

    Je n’ai même pas besoin de le dire, Le FFS est un grand parti NATIONAL, pionnier et leader incontesté de l’opposition à un pouvoir illégitime et prédateur qui gère la NATION comme on gère une propriété privée sans en avoir ni l’amour ni la compétence.

    Le FFS malgré ses divisions qui sont normales quand on est, un tant soit peu conscient et bien au fait du contexte très hostile dans lequel il a toujours évolué, est un authentique défenseur des meilleures et suffisantes valeurs universelles qu’il cherche à appliquer au bénéfice du peuple algérien.

    Le FFS a une vision de paix, de complémentarité et de solidarité, pour l’ensemble de la région et par extension au monde entier.

    Il faut savoir aussi que aucun parti, aucune force, aucun mouvement, aucune révolution au monde ne peut atteindre ses objectifs sans SOUTIEN et sans des aides à sa cause.

    Le FFS n’en a pas eu, il en est demeuré orphelin depuis sa création, jusqu’à ce jour.

    Les démocraties occidentales en particulier et même les organisations des droits humanitaires ne l’ont pas soutenu et encore moins aidé.

    Le monde occidental, il faut le dire, s’est plutôt accommodé des dictatures qu’il a lui-même imposé et soutenu.

    Ses intérêts mercantilistes ont guidés ses choix politiques et l’ont amené à renier ses propres valeurs de démocratie, de justice et de liberté.
    Le FFS ne convenait pas à ses choix.

    Aujourd’hui, la donne semble changer sous la poussée d’événements imprévisibles et contrariants.
    Les révoltes des populations et des jeunes en particulier, pour une nouvelle vie libre et digne, ont heurté les convictions arrêtées et réveillé les consciences assoupies.

    Un Destin nouveau, plus juste est en train de prendre forme.
    Les plus sages s’empressent de se l’approprier et de renforcer son cours, en ajustant leurs façons de voir et de faire, ce qui est réconfortant pour nous et honorable pour eux.

    D’autres continuent à ruser, à temporiser, et à faire confiance aux experts en malice et autres tours de magie qui trouvent malheureusement encore de nombreux adeptes, plutôt séduits par les artifices que convaincus par les faits.

    Mais notre vœu est et restera le changement vers une vie plus libre, plus digne et plus équitable.

    J’ai la prémonition, que ceux-la même qui étaient à l’origine des valeurs universelles, seront encore à l’origine de l’instauration des états de droit et de la véritable démocratie.

    Le FFS et son leader n’en seront que justement et légitimement réhabilités.

    Que tous ceux et celles qui s’inscrivent dans cette dynamique et ce désir du changement, s’investissent pour faire chacun sa part, en rassemblant et en réconciliant et en s’armant des bonnes prédispositions et non le contraire.

    Rien ne se perd, tout se transforme, et tout aura sa juste rétribution.

    Fraternellement à toutes et à tous.

    Liès Asfour.




    0
  • omelas
    4 mars 2011 at 20 h 20 min -

    @lies
    ne t’inquites pas mon frére , les baltadjias de la democratie algerienne ne feront pas long feu




    0
  • Belaid Ait Mohand
    4 mars 2011 at 20 h 45 min -

    Malheureusement , Ait Ahmed est un Kabyle , on prefère , les gens qui ont mangé à tous les rateliers que le chef de L’OS , chef de Ben Bella , chef de Boudiaf ( Lah irahmou )… ,Je ne cite que ces deux car , ils ont été à la tete de l’état , le premier en 1962 et le deusième en 19991 .
    En 1947 , in n’avait que 21 a




    0
  • Aït Lounès Arab
    4 mars 2011 at 21 h 47 min -

    @mahiedine lachref
    Bonsoir camarade,
    En tant que vieux militant du FFS, j’étais présent au meeting cet après-midi à l’Atlas. L’ambiance était chaleureuse. La salle était comble avec plus de 2500 personnes. Beaucoup de jeunes qui appelaient au changement. Mais je voudrais signaler, et Da Hocine nous a toujours appris à être honnête en politique, qu’il n’y avait ni Salima Ghezali, ni Djeddaï ni Zenati dans la salle. A moins que ma myopie m’ai trahi.
    salutations militantes




    0
  • hakim
    4 mars 2011 at 21 h 59 min -

    Si le FFS était parfait sur tous les points et s’il avait fait des révoltes populaires dans la rue, il y aura toujours des gens qui vont le critiquer au lieu de critiquer Boutef-DRS-FLN-RND, etc.
    Pourquoi? Parce que Ait Ahmed est kabyle. Le racisme envers les kabyles ne partira pas de si-tôt.
    On veut que le régime change, mais nous, on est toujours les régionalistes, tribalistes, zaimistes.
    Je comprends qu’on critique Ouyahia, je peux comprendre qu’on critique Sadi ( meme si c’est trop exagérées les critiques acerbes que ce petit parti a reçu), Mais je ne comprendrais jamais comment peut-on critiquer le FFS qui a donné des milliers de martyres, entre autres Ouelhadj, qui a signé le contrat de saint-Egidio avec Mehri et le FIS, qui a refusé d’être president après l’assassinat de Boudiaf.
    Tant que les gens ne comprennent pas que l’exemple du FFS est unique, alors point de salut pour nous.
    J’aimerais bien voir d’autres partis faire comme le FFS a fait, mis a part le FIS.




    0
  • Hamma
    4 mars 2011 at 22 h 14 min -

    @Belaïd Aït Mohand, tous les Algériens dignes de ce nom aiment et respectent grandement cette icône de la révolution. C’est les régimes successifs qu’il a toujours combattus qui voient en lui une menace permanente.

    Pourquoi utiliser ce terme « malheureusement »? Être kabyle n’est pas un crime ou une tare à ce que je saches.

    Fraternellement.




    0
  • Afif
    4 mars 2011 at 22 h 17 min -

    بسم الله الرحمان الرحيم

    @ Belaid Ait Mohand :

    Aït Ahmed n’a pas été chef de l’OS parce qu’il est kabyle, mais parce qu’il est algérien. C’était un militant du PPA qui était hébergé aussi bien à l’Est qu’à l’Ouest, ainsi que le regretté Amirouche, réfugié et pris en charge à l’Ouest du pays. Ils étaient accueillis comme des frères. Au PPA, le régionalisme n’était pas banni parce qu’on ne le connaissait pas. Vive le PPA et à bas le régionalisme.




    0
  • Farid
    4 mars 2011 at 22 h 25 min -

    Sur france 24 Tabbou a déclaré que le changement en Algérie ne doit pas venir par une révolution. C’est les politiques qui doivent conduire le pays vers la démocratie, selon ses dires. Alors ma question est de savoir si ce bonhomme se fiche des Algérien ou c’est cela la réalité du ffs.
    Dans les deux cas, il n’y a rien à attendre des partis politiques.
    Le peuple doit prendre les choses en main




    0
  • Ameziane
    4 mars 2011 at 23 h 52 min -

    Il nous faut perséverer à penser « unitaire », « national », « l’ensemble » dans le sillage des héros de Novembre 54 et de la Soummam. La division, c’est l’oeuvre des Généraux criminels, qui ont sappé tous les symboles, confisqué l’indépendance,pillé les richesses. Il nous faut nous employer sans relache pour contrer les manoeucres manipulatrices et provocatrices des Maitres du DRS. Car la division c’est à eux que ça profite. Pour asseoir leur pour voir, la formule est fin prète, un classique de tous les pouvoirs dictatoriaux: »diviser pour régner ». « L’unité nationale », c’est ce que les Généraux ont heurté le plus! Ils sont dans le sillage des colons, dans leurs pas, dans l’oeuvre coloniale qu’ils ont servi avec zèle. Bon nombre de Généraux étaient dans l’Armée française au plus fort de la guerre d’indépendance…

    Ici, nous avons de lire des contribution pertinetes, nous devons espérer trouver les formules adéquates et apprroppriés pour lancer la fronde révolution qui délogera la Junte mafieuse, ce Syndicat du crime …

    Nous ne devons pas rater ce grand rendez-vousd de l’histoire !




    0
  • Sakhra
    5 mars 2011 at 20 h 44 min -

    Azul,
    J’étais au meeting du FFS.La salle qui dispose de 3.000 places n’a pu contenir tous ceux, qui se sont déplacés.C’était très chaleureux, très instructif;Le FFS a raison: il faut d’abord, réapprendre à faire de la politique: que le peuple prenne conscience de sa force, et surtout, que nous ayons une idée claire sur : où nous voulons aller.Gesticuler, c’est bien, mais pour quel avenir?Pour quelle démocratie?Avec qui aller?
    LE meeting a été unitaire, les jeunes ont exposé leurs problèmes, les vieux ont donné leur avis, tous ont pu s’exprimer, sans pb.Dans notre pays, traumatisé par la violence des « généraux », par les massacres, il faut d’abord se parler tous, se « retrouver » pour agir dans un sens, qui ne nous ménera pas à une « démocratie » de façade…
    Et intégrer notre combat dans une perspective maghrébine, est essentiel, car c’est celà qui nous renforcera.Oui, il faut d’abord clarifier et clarifier encore.
    J’ai été heureuse d’assister à ce meeting, les jeunes étaient conscients et motivés.C’est quelque chose de très important.Oui, je pense comme le FFS, que le changement peut être radical et pacifique. N’oublions pas qu’en Algérie, il n’y a pas un Guedafi, mais plusieurs.Il ne faut pas leur donner le prétexte aujourd’hui de massacrer nos enfants encore.
    Je ne suis pas du FFS, et je suis de l’Ouest, mais je pense qu’aujourd’hui, le seul parti, qui peut rassembler toutes les potentialités pour agir, c’est le FFS.C’est mon avis, sans plus.
    Cordialement à toutes et à tous.




    0
  • Mahieddine Lachref
    5 mars 2011 at 22 h 17 min -

    Aït Lounès Arab ,
    Il est vrai que Salima Ghzzali et Zennati n’étaient pas présent comme je l’ai signalé auparavant, chose que j’aurais d’ailleurs rectifié même sans votre intervention moi-même étant m’étant trompé par je ne sais quoi, mais pour Djeddai, Khelil et Halit, ils étaient bel et bien bien présents. on les a vus en chair et en os. Mais est-ce le problème? Rassurez-vous, je ne fais pas dans la propagande.
    Fraternellement
    Mahieddine Lachref




    0
  • Congrès du Changement Démocratique