Édition du
26 March 2017

Urgent: Mouammar Kadhafi cherche une issue, l'Onu cherche une résolution


Alors que la communauté internationale tente de s’accorder sur une réponse face aux combats qui se poursuivent en Libye, Mouammar Kadhafi chercherait une issue « honorable » pour lui et ses proches dans cette crise qui aurait déjà fait un million de réfugiés.
Selon deux journaux en langue arabe et selon la chaîne de télévision Al Djazira, le dirigeant libyen aurait proposé aux insurgés une réunion du Congrès général du peuple, instance qui fait office de parlement, afin d’examiner les conditions de son départ assorties de garanties.

Al Djazira précise que cette main a été tendue en direction du Conseil national installé par l’opposition à Benghazi et qui représente la majorité des régions contrôlées par les rebelles dans l’Est.

Les quotidiens Achark Al Aousat, installé à Londres, et al Bayan, basé aux Emirats arabes unis, citent tous deux des sources anonymes à l’appui d’informations selon lesquelles Kadhafi tente de trouver un compromis.

Une source proche du Conseil national a précisé à Reuters avoir entendu parler d’une proposition suivant laquelle « Kadhafi remettrait le pouvoir au président du parlement et quitterait le pays avec une certaine somme d’argent garantie ».

Des sources proches du Conseil ont informé le correspondant de la chaîne Al Djazira à Benghazi que la demande du dirigeant libyen a été refusé par les insurgés car elle reviendrait à lui accorder une sortie « honorable » et serait perçue comme une offense aux victimes .

« Il m’a été dit que cette question de l’argent constituait un obstacle important du point de vue du Conseil », a précisé une source à Reuters.

Essam Gheriani, chef du service de presse du Conseil, a déclaré qu’à sa connaissance aucune offre n’avait été présentée au gouvernement parallèle .

L’ONU CRAINT UNE CRISE HUMANITAIRE

Cette tentative intervient au moment où les forces libyennes, engagées dans une contre-offensive dans le golfe de Syrte, ont mené des attaques aériennes contre le port pétrolier de Ras Lanouf.

Des populations civiles se trouvent encerclées par les troupes loyalistes dans les villes de Misrata et Zaouïah et les craintes d’une crise humanitaire grandissent tandis que les combats se poursuivent.

Valerie Amos, qui dirige le Bureau de coordination des Affaires humanitaires de l’Onu à Genève, estime que plus d’un million de personnes ont fui le pays ou ont besoin d’une assistance humanitaire d’urgence.

L’Onu a appelé à lever 160 millions de dollars pour financer une opération visant à fournir à ces populations des abris, des médicaments et des vivres au cours des trois prochains mois.

La France et la Grande-Bretagne ont annoncé qu’elles tentaient d’obtenir des Nations unies une zone d’exclusion aérienne sur le territoire libyen afin d’empêcher les bombardements menés par l’armée de l’Air contre les insurgés.

Le secrétaire au Foreign Office, William Hague, a indiqué que Londres travaillait en étroite collaboration avec ses partenaires sur les éléments d’une résolution instaurant une zone d’exclusion et impliquant un nécessaire soutien des pays de la région dans le respect du droit international.

Cette position a été confirmée par une source française tandis que les Etats du Golfe ont appelé à l’entrée en vigueur d’une telle mesure et à la tenue d’un sommet d’urgence de la Ligue arabe.

SURVEILLANCE DE L’OTAN

Anticipant l’adoption éventuelle d’une telle résolution, l’Otan a mobilisé des avions de reconnaissance Awacs pour surveiller la Libye 24 heures sur 24, a annoncé lundi Ivo Daalder, ambassadeur des Etats-Unis auprès de l’Alliance.

« Je ne peux pas imaginer que la communauté internationale et les Nations unies resteront les bras croisés si Kadhafi et son régime continuent de s’en prendre à leur peuple », a dit Anders Fogh Rasmussen, secrétaire général de l’Otan. « Nous avons demandé à nos militaires de prendre toutes les mesures nécessaires pour être prêts à intervenir rapidement », a-t-il ajouté.

Face à cette mobilisation, un fils de Kadhafi a de nouveau brandi des menaces, affirmant que son père n’avait pas encore jeté toute son armée dans la bataille et qu’un départ du dirigeant libyen déboucherait à coup sûr sur une guerre civile.

Les tribus se ligueraient les unes contre les autres et la Libye deviendrait une nouvelle Somalie, a affirmé Saadi Kadhafi dans un entretien accordé à la chaîne de télévision Al Arabia.

Sur le terrain, les insurgés ont repoussé ce week-end plusieurs assauts contre Zaouïah, à 50 km à l’ouest de Tripoli, où il n’est plus possible d’établir un contact direct. Un groupe d’opposants libyens en exil en Suisse, la Libya Human Rights Solidarity, a déclaré que les forces gouvernementales avaient de nouveau attaqué la ville lundi.

Sur le front Est, les forces pro-Kadhafi, après avoir reconquis dimanche la localité de Bin Djaouad, avancent vers Ras Lanouf, 60 km plus à l’est, selon plusieurs témoins.

Des habitants du port pétrolier, qui a interrompu ses activités selon des sources proches du transport maritime à Londres, ont commencé à quitter la ville et des insurgés ont dit transférer des armes dans le désert pour les mettre à l’abri.

Pierre Sérisier pour le service français


Nombre de lectures : 853
7 Commentaires sur cet article
  • Ait Mohand Ouwidir
    8 mars 2011 at 17 h 26 min -

    WALOU YA SI L’KADAFI !

    BERRA !!!

    L’opposition n’a absolument pas à discuter avec son dictateur qui n’a JAMAIS voulu discuter avec cette même opposition durant quarante deux ans!

    GET OUT OFF HERE ! YOU’VE JUST ONE THING TO DO : TO STEP DOWN !!! AND NOW…

    Tanmirth.




    0
  • mamlam
    8 mars 2011 at 18 h 06 min -

    bonjour à tous
    depuis plus de trois semaines maintenant que la libye s’embrase et son peuple connait de terribles atrocités.Pour autant l’opposition à choisi le mauvais chemin pour parvenir à renversé le régime en place. la lutte armée, à mon avis, n’est pas la solution adéquate, car la composante sociale libyeene est différentes de l’egypte ou de la tunisie et cela pourrait, grace à politique du pourrisement qu’exerce le guide, conduire à la guerre civil ou peut etre pire. Cela fera plus le jeux des occidentaux qui étudient en ce moment les moyens « légaux » leur permettant d’intervenir militairement en libye. Et l’administration américaine etait claire dès les premiers jours de la révolte où par le biais de la secrétaire d’Etat Hillary Clinton a proposé d’apporter des armes aux opposants.Dans un premier temps.Au départ, l’opposition organisée sous le Conseil National a refusé toute ingérence des puissances étrangères, car elle craignait de discréditer son mouvement. Mais aujourd’hui, certains opposants en appellent à une intervention armée.Si l’intervention militaire est choisie pour mettre fin au régime en place, la balcanisation de la libye et peut etre de toute la région nord africaine sera ineluctable.Il faut faire preuve d’une grande vigilange conernant les informations qui nous parviennent via les médias, Un jour, on parle de 2.000 morts et le lendemain, le bilan est revu à 300.On a aussi dit dès le début de la crise que Kadhafi avait bombardé son propre peuple, mais l’armée russe, qui surveille la situation par satellite, a officiellement démenti cette information.
    recourir à la lutte armée ne fera que le jeux des américains, les quels en vue la situation en Egypte et en tunisie leur a echapé.Intervenir en Libye permettrait donc à Washington de briser ce mouvement révolutionnaire et d’éviter qu’il ne s’étende au reste du monde arabe et à l’Afrique.
    on se demande aujourd’hui pourquoi ce mouvement d’opposition avait il rejetté la proposition de médiation de chavez, ne voudrait il pas d’une issue pacifique? y a t il d’autres forces obscure mis à part le peuple qui participe à cette révolution?
    de toute façon, le peuple libyen mérite mieux que ce mouvement d’opposition qui plonge le pays dans le chaos. Il lui faudrait un véritable mouvement démocratique pour remplacer le régime de Kadhafi et instaurer la justice sociale. En tout cas, les Libyens ne méritent pas une agression militaire. Les forces impérialistes en déroute semblent pourtant préparer une offensive contre-révolutionnaire dans le monde arabe. Attaquer la Libye est leur solution d’urgence.




    0
  • Hamma
    8 mars 2011 at 19 h 35 min -

    Mustapha Abdeldjalil président du conseil Libyen de transition, a annoncé à la chaîne « Alarabiya » que si El Kedhafi était disposé à quitter le pouvoir et le pays, le conseil examinerait l’opportunité de ne pas le poursuivre en justice.

    D’autres part, un avocat Libyen (opposition) installé à Londres, indique à la même chaîne que le conseil Libyen de transition est composé de membres influents et fidèles à Seïf El Islam Kadhafi.

    Que penser de toutes ces informations et qu’en pensent les combattants Libyens?




    0
  • omar54
    8 mars 2011 at 22 h 00 min -

    De quoi vont-ils exactement discuter?de la partition du pays?d’une sortie honorable du Bahloul de tripoli?de reconciliation?du partage des champs pétrolifères?Que reste-t-il à présent à vouloir y discuter,après des milliers de morts et autant de blessés?La Libye n’est pas un état au sens politique du terme,après 42 ans de régne,ce prétendu guide a fait reculer son pays de 60 ans en arrière.A travers les images qu’on voit à la télé,il n’y a que désolation et desert,avec quelques 5/6 millions d’habitants et des milliards et des milliards de dollars et d’euros ,ce détraqué n’a pas fait grand-chose ni pour son pays ,ni pour son peuple,à part bien sùr soigner son image et celle de sa smala.Avec sa politique tribale,il a divisé son peuple en mille morceaux,le mot nation n’existe pas,pas de parlement,pas de constitution,pas d’éléctions,meme frauduleuses pour fonder un semblant d’état,on se croirait au 17 ème siècle,sauf que des voitures rutilantes et des 4/4 dernier cri ont remplacé les chameaux,pour nous offrir un semblant de modernité.Je suis triste pour nos frères libyens,et ce fils de bahloul avait raison de dire que la Libye n’était ni la Tunisie ni l’Egypte,ils savent très bien ce qu’ils ont fait à ce peuple.Heureusement,que dans tout ça il y a DIEU.HOUSBANA ALLAH !




    0
  • D B
    9 mars 2011 at 1 h 44 min -
  • Morjana
    9 mars 2011 at 2 h 25 min -
  • Djamel Eddine U
    9 mars 2011 at 22 h 26 min -

    A mon avis, l’OTAN et les Nations Unis ne vont intervenir qu’après avoir garantie des marches lucratives de reconstruction des infrastructures pétrolières comme ils l’on fait au Kuwait en 1991. Rappelez-vous des opérations américaines secrètes mené derrière les lignes ennemie de Sadame pour détruire les infrastructures pétrolière et annoncent que Sadam l’a fait(selon des témoignages ultérieures de soldats américains ayant participé a ces missions). Ils s’en foutent pas mal des vies ou de la liberté pour ces arabes s’il n’y a pas de profits.




    0
  • Congrès du Changement Démocratique