Édition du
23 March 2017

URGENT : Violents affrontements entre jeunes chômeurs et policiers à Laghouat.

Un compatriote de la ville de Laghouat vient de nous informer que de violents affrontements ont lieu actuellement devant le siège de la wilaya où se sont rassemblés les jeunes sans emploi, pour dénoncer leurs conditions de vie déplorables et leur exclusion. D’importants renforts des brigades anti-émeutes occupent les lieux. Très vive tension dans la ville.

Laghouat 11h 30


Nombre de lectures : 1839
3 Commentaires sur cet article
  • Rédaction LQA
    8 mars 2011 at 17 h 26 min -

    El Watan le 08.03.11 | 11h51

    Les forces de l’ordre ont dispersé, Mardi matin, par la force plus de 300 chômeurs et demandeurs de logements sociaux qui se sont rassemblés devant le siège de la wilaya de Laghouat. Selon des sources locales, au moins quatre femmes ont été blessées après avoir reçu des coups de bâtons de la part des policiers.

    Présent sur les lieux, Mohamed Kallaghi, militant des droits de l’homme à la section de Laghouat de la Ligue Algérienne des défenses des droits de l’homme (LADDH) a confirmé à elwatan.com qu’au moins une femme a été transférée à l’hôpital après avoir été brutalisée par des policiers anti-émeutes.

    « Vers 8 H 30, ces citoyens se sont rassemblés pacifiquement en réclamant leur droit de rencontrer le wali. Ce dernier a fait de nombreuses promesses pour fournir des emplois et des logements à la population. Mais, aujourd’hui, il a refusé de les rencontrer. Du coup, les policiers ont intervenu, vers 10 H 30, pour les disperser et les réprimer. Et, malheureusement, ils n’ont pas hésité à tabasser et à frapper des femmes et des personnes âgées », dénonce notre interlocuteur joint par téléphone.

    « En dépit de la répression, ces citoyens ont refusé de quitter les lieux. Ils continuent à occuper la route principale qui mène vers le centre-ville de Laghouat. Après les affrontements, un commissaire principal s’est vite déplacé sur les lieux pour calmer ses éléments et permettre aux protestataires de tenir leur rassemblement. Quaunt aux femmes blessées, elles ont été prises en charge. L’une d’entre-elles a été transférée à l’hôpital », ajoute encore Mohamed.

    Les citoyens protestaires ont également réussi à imposer aux forces de l’ordre leur droit de pénétrer à la wilaya pour rencontrer ses responsables, a appris elwatan.com. Une délégation représentative a été composée pour rencontrer le wali. Cette délégation ne manquera pas de dénoncer auprès du wali ces nouveaux actes de violences perpétrées par les forces de l’ordre à l’encontre de citoyens innoncents et pacifiques, explique-t-on.
    Abderrahmane Semmar




    0
  • Rédaction LQA
    8 mars 2011 at 17 h 28 min -

    Laghouat : La Police bastonne des mères de famille pour avoir osé demander à rencontrer le wali !

    El Watan le 08.03.11 | 15h00

    A Laghouat, Fadhila Benbrahim, mère de deux enfants, a vécu un 8 mars particulier qu’elle n’oubliera jamais. Mardi matin, elle a été durement brutalisée par les forces de sécurité qui ont réprimé un rassemblement de chômeurs et de mères de familles lesquels n’avaient qu’une seule demande : rencontrer le wali. Plusieurs blessés ont été déplorés et une femme se trouve admise dans le services des urgences, souligne à elwatan.com des sources locales.

    Laghouat, cette ville située à peine à 80 km de la prospère Hassi R’mel vit ces derniers jours au rythme de la contestation et des rassemblements. Chômage, pauvreté, manque de logements, les problèmes sont nombreux tant cette région accuse un déficit de développement.

    Mais ce mardi 8 mars, Fadhila, une mère de famille divorcée qui habite dans un logement précaire, espèrait que le wali de Laghouat allait lui accorder une grâce. « Je suis parti avec dix autres femmes qui souffrent tout comme moi de la promiscuité et de la précairté de leur habitation. On nous a promis à la Daïra qu’on allait bientôt bénéficier d’un logement social. Mais dans la liste publiée récemment, mon nom ne figurait pas aux côtés des autres bénéficiaires. J’étais sous le choc », confie, sur un ton désespéré, au téléphone cette dame meurtrie dans l’âme.

    Cette meurtrissure va encore s’aggraver lorsqu’elle sera bastonnée par les policiers mobilisés en nombre ce mardi matin pour empêcher les citoyens de s’approcher de la wilaya. « Ils n’ont pas épargné les femmes. Et pourtant, nous n’avons rien fait de mal. J’ai reçu plusieurs coups sur l’épaule et le dos. Comment peut-on traiter une femme et une mère de cette manière ? Je ne voulais que rencontrer le wali et lui, il nous envoie des policiers pour nous tabasser », confie encore avec émotion Fadhila.

    « C’est comme ça qu’on traite les femmes en Algérie. Des qu’on demande notre droit, on nous frappe. Ai-je comis un crime en voulant rencontrer le wali. J’étais privée injustement de mon droit de bénéficier d’un logement social. A la Daïra, on m’a bien expliqué que mon dossier est valable », affirme Fadhila sur un ton larmoyant.

    A Laghouat, les femmes comme Fadhila sont loin d’être minoritaires. Bien au contraire, elles sont de plus en plus nombreuses à participer aux rassemblements organisés régulièremnt devant le siège de la Wilaya. Corruption au bueau de main d’oeuvre, détournements de logements sociaux, népotisme et main mise sur plusieurs secteurs de la part des responsables de la wilaya, les citoyens de Laghouat tiennent à dénoncer de nombreux fléaux.

    Pour cela, des jeunes chômeurs et des familles ont décidé de tenir chaque jour un rassemblement. N’en déplaise aux forces de sécurité, ces citoyens ont décidé de ne plus laisser faire l’injustice…

    Signalons enfin que nous avons tenté de joindre les responsables de la wilaya de Laghouat pour obtenir leur réaction sur les violences commises à l’encontre des citoyens. Malheureusement, aucun responsable n’a souhaité répondre à nos sollicitations.

    Abderrahmane Semmar




    0
  • ahmed
    8 mars 2011 at 19 h 25 min -

    Bouteflika qui dit sur une declaration de son ministre Medelci qu il va rester jusqua la fin de son mandat c ad au 8 avril 2014 c est a dire 37 mois encore. et il ne parle d’aucune concession politique pour donner plus de liberté au peuple etc.
    Et s il ne veut plus se representer apres 2014 donc il n a rien a faire avec le pactole de 150 Millliards de dollars c’est pour ca qu il est en train d acheter tous le monde qui conteste sauf les manifs politiques..
    Il va vider les caisses de l etat et laisser une situation explosif a son successeur avec des depenses nettes qui content des milliards de dollard pour des gens qui ne produisent rien de concret sauf des postes fictifs..ou une economie de bazar. et comme ca on voit comment Bouteflika et paranoiaque et il le plus grand egoiste des presidents algeriens.




    0
  • Congrès du Changement Démocratique