Édition du
27 July 2017

"Gisement d'or de Tamanrasset : une gigantesque escroquerie?

Adila Kaoues

Jusqu’à présent, j’ai été très discret en ce qui concerne l’implication de responsables de la Banque Extérieur d’Algérie dans l’octroi de crédit sans garantie et le moins qu’on puisse dire c’est qu’il est complètement hors la loi. Ce crédit a été accordé à Enor, l’entreprise étrangère d’exploitation des mines d’or en Algérie.

Après avoir fait une déclaration à l’agence internationale Reuters, aussi fausse qu’elle était frauduleuse, Mr Douglas Perkins ex Président Directeur Général de Enor, que son entreprise a fait la découverte du plus grand gisement d’or à ciel ouvert d’Afrique après le gisement du Congo, et que celui-ci va produire plus de 3500 kg d’or par ans. D’après lui, le gisement à été découvert dans la région de Amesmassa dans la wilaya de Tamanrasset.

Après une attente de plusieurs mois, et par l’intermédiaire de son directeur général Benzergua Mustapha, un dossier de demande de crédit est déposé au niveau de la banque extérieure d’Algérie et cela pour un montant de plusieurs dizaines de millions de dollars. Et sur cela une délégation de deux personnes « une personne d’un bureau d’expertise privé dont le bureau se trouvait à Alger et un autre agent de la BEA agence d’El-Harache » a été dépêchée sur Tamanrasset et Tirek/Amesmassa, justement pour voir ce gigantesque gisement d’or découvert par Douglas Perkins et compagnie.

Là, j’ai moi-même ex directeur régional de Enor à Tamanrasset informé cette délégation, qu’il n’y aucune découverte de gisement d’or ni à Amesmassa, ni ailleurs, et toute l’opération n’est qu’une sale affaire d’arnaque et une gigantesque escroquerie.

Après cela, tous les responsables ont été informés sur cette affaire d’arnaque et d’escroquerie de l’ex ministre de l’énergie et des mines jusqu’à la direction générale de la Sonatrach.

Le crédit a été accordé et sans garantie, les millions de dollars sont partis dans les comptes de Gma resources et dans les poches de certains responsables algériens qui ont contribués à la conclusion de ce détournement de plus de 100 millions de dollars.

Après quatre années, Enor est toujours incapable de rembourser ses créances envers la BEA, et elle vient de faire une demande officielle à son créancier pour un « rééchelonnement » de sa dette. Donc, elle est en cessation de paiement.

Moi, je dirai qu’elle est en banqueroute. Et cette fois croyez-moi. Si elle est dans cette situation, ce n’est nullement qu’elle est incapable de faire de bons résultats, et de dégager des bénéfices, tout simplement, elle est entre les mains d’hommes et de femmes incapables, arnaqueurs, voleurs et traitres.

Je demande aux pouvoirs publics et le collectif des travailleurs d’agir en urgence et de sauver l’entreprise d’entre les mains de responsables sans scrupule, et de la, vous aurez au moins sauver plus de 600 postes de travail.


Nombre de lectures : 6740
25 Commentaires sur cet article
  • W A H I D
    12 mars 2011 at 16 h 23 min -

    Je tiens a publier témoignage qui m’a été rapporté par une vielle femme.

    Un directeur de la BEA situe sur le Boulevard Amirouche au coins du Boulevard Khemisti, a dérobé les bijoux de famille d’une vielle Femme age de 75 ans qui avait un coffre dans cette banque et qui un jour a oublié sa clef dans la serrure du coffre ( le coffre a deux serrures differentes, une serrure du client avec une clef, et l’autre serrures du directeur avec une clef) une plainte a ete déposé par l’avocat Maitre Mustapha Bouchouchi, et une lettre au PRESIDENT bouteflika après 5 ans de procédure.

    C’est un pays qui est géré par des voyous, des incompétents, des corrumpus, des délinquants criminels, ils devraient etre dans des centres de redressements.

    La revolution pour instaurer un état de droit est la seule issue pour sortir l’Algerie de la bêtise, alors imaginer ce que peut faire un général, un attaché militaire, un ambassadeur, un ministre, depuis l’indépendance et ces parvenus ont ruiné les hommes, les femmes, piller les richesses, eu ils volent et leur complices en occident recèlent les biens des algériens.

    W A H I D




    0
  • Mohamed Nassim
    12 mars 2011 at 21 h 09 min -

    !…2…3 Viva mazra3et Khali Mouh edi wa rouh.




    0
  • abd el allah el muslim
    12 mars 2011 at 21 h 27 min -

    une parmis tant d’autres!!!!!




    1
  • msili
    12 mars 2011 at 22 h 24 min -

    Bonjour parlez nous d autres rihesses que notre pays possede et qu elles sont exploiter et ou va l argent de ces richesses non connu a part le petrole et le gaz avous les experts de faire reveiller le peuple dans son profond sommeil




    0
  • nina
    12 mars 2011 at 23 h 45 min -

    @msili
    le peuple algerien est en hibernation depuis 62; son réveil se fera à partir d’un tsunami provoqué. l’algerie c dar moh koul ou rouh




    0
  • amel
    13 mars 2011 at 8 h 33 min -

    Je confirme les informations contenues dans l’article ,tout cela m’a été rapportée par une amie targuia habitant Tam
    Ce qui est grave ,c’est que toutes ces arnaques sont connues de tout le monde et moult rapports ont été transmis aussi bien aux services concernés qu’à la présidence ,mais Chakib Khelil vaque toujours à ses occupations dans le pays de sa nationalité et de celles de ses enfants …….les Etats-Unis : Bravo au gouvernement algérien,chacun vole comme il veut et ce qu’il veut




    0
  • baghdouche
    13 mars 2011 at 10 h 06 min -

    Nous avons les voleurs qu’on merite!




    0
  • Adila Kaoues
    16 mars 2011 at 10 h 17 min -

    Une simple et vague idée est train de se concrétiser en un véritable projet. Effectivement, un groupe d’ex cadres de Enor, l’entreprise étrangère d’exploitation des mines d’or en Algérie, ont créé « SAEMIA » la société algérienne d’exploitation des mines et de l’industrie aurifère. Cette société sera à 100 % algérienne, avec des capitaux algériens et des cadres algériens et à tous les niveaux : Technique, administratif, financier, et logistique.

    Cette audacieuse action entre dans le cadre de l’indispensable et important programme de Mr Abdelaziz Bouteflika président de la république, et dans les nouvelles et urgentes mesures prises par l’Etat algériens, dans sa lutte implacable contre le chômage, et la création de l’emploi, et des richesses.

    La société SAEMIA sera entre la production d’or artisanale et semi automatique, et sera d’une petite envergure. Et afin de déterminer les besoins financiers pour la création de cette difficile expérience, des contacts sont déjà entrepris avec des fabricants de matériel minier, au Canada, en Afrique de Sud, et en Chine, et des bureaux d’études et de conseil en Algérie.

    Afin de préparer les différents budgets : de création, d’investissement, de recrutement, de dépense, et du capital de la société ; des plans prévisionnels sont en cours d’élaboration, par les membres du bureau de création.

    Par cette action, les initiateurs veulent démontrer « à ceux qui ont un jour doutés, de leurs capacités techniques, intellectuelles et morales » ; que le cadre algérien est en mesure d’être à la hauteur de ceux d’outre mer, si non plus que meilleur, et qu’il est bien capable de maitriser toute technologie aussi pointue soit-elle, que nouvelle.

    Les entrepreneurs de cette opération, sont certains de trouver chez les autorités compétentes et particulièrement, auprès de : Mr Le président de la république, et selon ses directives, les initiateurs de ce projet souhaitent le plus grand concours du gouvernement, et spécialement Mr le chef du gouvernement, et Mr le ministre de l’énergie et des mines, et de l’ONPMA, Et Mr le Wali de Tamanrasset, une aide significative et une assistance particulière et à la hauteur des besoins et des ces ambitions, pour la concrétisation des objectifs aussi courageux qu’importants de cette équipe de d’hommes et de femmes, algériens qui veulent par la création de SAEMIA contribués à l’édification d’une Algérie nouvelle.

    E.Mail : saemia.gold@yahoo.fr




    0
  • abdeliw
    24 mars 2011 at 19 h 35 min -

    SVP arrêtez de vilipender tous les Algériens ont fait la chaine a l’Ansej et l’Angem et l’anem …..ils sont tous occupés personne n’écoute personne au fait ou est sidi said on l’entend plus depuis longtemps




    0
  • Djamila
    29 mars 2011 at 11 h 43 min -

    DEMANDEZ AUX AUTORITES HELVETIQUES DE RENDRE A L’ALGERIE CE QUI APPARTIENT AUX ALGERIENS. COMBIEN DE TONNES D’OR ONT ETE PLACEES DANS LEURS BANQUES SANS LE SAVOIR NI L’ACCORD DE LA POPULATION PAR LES GENERAUX GENEREUX SANGUINAIRES AMIS D’ISRAEL, AMIS DES TUEURS A GAGE ANGLAIS DONT CERTAINS SONT NOS VOISINS TORTIONNAIRES ATTIRES PAR L’ODEUR DE L’ARGENT SALE, LEURS BRAS DROITS EN EUROPE ET COMPANIES DE MERCENAIRES QUI INSULTENT NOS COMMUNAUTES ET LES POURSUIVENT, LES HARCELENT, REMPLISSENT LEURS SALES PRISONS AVEC NOS EMIGRES, LES TUENT ET LES MASSACRENT DANS LEURS COMMISSARIATS, LES HUMILIENT DANS LES GHETTOS OU BANLIEUES, LES PRIVENT DE TRAVAIL ET DE LIBERTE, S’ACHARNENT SUR EUX ET LAISSENT LEUR POLICE LES TUER QUAND ILS ONT ENVIE. IL FAUT DEMANDER A TOUS LEURS COMPLICES COMBIEN DE DIAMANTS ONT ETE DEPOSES DANS LEURS BANQUES, LES NOMS DES VOLEURS DANS LE GOUVERNEMENT ALGERIEN ET LES HAUTS DIRIGEANTS HARKIS DE L’ARMEE QUI S’ATTAQUENT A NOTRE PEUPLE AU LIEU DE LE DEFENDRE. IL FAUT DEMANDER LES NUMEROS DE COMPTES DES SADIQUES, COMBIEN DE CENTAINES DE MILLIARS SONT BLANCHIS ET INVESTIS DANS DES COMMERCES EN ANGLETERRE ET EN FRANCE, DANS LES PAYS DU GOLF, DEPOSES DANS DES BANQUES ETRANGERES OU TAX HEAVENS, CHEZ CEUX QUI NOUS FONT LA CHASSE A LONGUEUR DE JOURNEE, NOUS ASSOMMENT QUOTIDIENNEMENT, PILLENT ET SABOTENT TOUTES LES MAISONS DANS LESQUELLES NOUS AVONS HABITEES. IL FAUT 36 MILLIONS DE SIGNATURES POUR TOUT RECOUVRER, TOUT RECUPERE, REFUSER DE FAIRE LA GREVE DE LA FAIM, NE PAS LES LAISSER GAGNER ET VOUS VOIR SOUFFRIR ET MOURIR, NE PAS S’IMMOLER CAR CES PSYCHO N’AIMENT QUE CECI ET NE SONT INTERESSES QUE PAR LES PETRO-DOLLARS ET LA BELLE VIE QUE NOTRE PAYS LEUR A RAPPORTE DEPUIS 5 DECENNIES SANS AVOIR A LEVER LE PETIT DOIGT.




    0
  • amin
    31 mars 2011 at 2 h 54 min -

    Moi ce qui m’ecoeure c’est plutot le double langage des occidenteaux, l;a ou les tortionnaires et dictaureus ont leur compte garnis d’argent sale et ces meme democraties le savent, ils se cassent pa la tete , ils font des affaires , tirent le maximum du systheme et apre bien apre que ce meme systheme qui dorait leur train de vie exhuberant, viennent nous dire voila un Moubarek avaiit 70 milliars lui et sa famille, un certain Ben Ali et son clan avait 50 milliards , Kedhafi il avait lui et ses fils 60 milliards…. s’il vous plait aretez vos salades et dites nous maintenant de qui il en est , je vouderai savoir maintenant combien le genral towfik a dde comptes et combien d’argent, les genreaux aussi combien et quoi , nos politiciens aussi; Si apre que le regime est tombe garde vos infos on les desirent plus.
    ayez le culot …. de nous le dire maintenant pa apre.
    Mes Amitie




    0
  • Liès
    6 avril 2011 at 3 h 47 min -

    Salutations à toutes et à tous.

    À nos amis internautes.

    Je vous soumets à toutes fins, cette liste des milliardaires les plus riches du monde qui vient tout récemment d’être publiée.

    Je souligne seulement que ces entrepreneurs ont travaillé dur pour atteindre ces sommets de la richesse.

    Que leur fortune se traduit en termes d’actifs à vocation économique destinés à la création de la richesse par le biais de la création de l’emploi qui enrichie les ménages et leur permet de consommer.

    Ce qui permet à ces entreprises de réaliser des profits dont une bonne partie est réinvestie pour créer de nouveaux emplois et de ce fait augmenter la croissance économique, dans leurs pays respectifs et à travers le monde.

    Qu’en est-il de nos milliardaires?

    Tout d’abord, il n’ont rien entrepris pour réaliser cette fortune qui est un produit exclusif du vol et des détournements. C’est un argent à 100% sale.

    Il est utilisé à l’achat en pays étrangers de somptueuses villas et autres appartements cossus, à l’entretien très coûteux de maîtresses de différentes nationalités, d’achats d’hôtels et de restaurants et autres lieux de divertissements.

    Une bonne partie de cet argent sale qui n’est pas encore blanchi dans des activités improductives, spéculatives et parasitaires, dorment dans des banques et servent à payer les coûts d’entretiens du patrimoine, les taxes foncières, et les frais financiers des banques.

    Une fortune qui fond comme neige au soleil avec le temps, qui aurait dû profiter à l’économie du pays en créant de l’emploi pour les jeunes et en produisant des biens et des services répondant aux besoins de la population.

    Voilà toute la différence entre ces milliardaires ENTREPRENEURS qui se comportent humblement dans la vie de tous les jours avec les gens qui les croisent et qui les entourent, dont je vous donne ci-dessous l’échantillon le mieux représentatif, et nos milliardaires VOLEURS qui ne cessent de nous complexer et de nous agresser avec leur arrogance et leur mépris mortels.

    Hacha les milliardaires honnêtes qui sont une bénéfique exception à la règle.

    Lisez et comparez.

    Le nouveau classement des 20 milliardaires les plus riches du monde établi par le magazine américain Forbes.

    Ce classement Forbes 2011 est marqué par un double record : celui du nombre de milliardaires (1 210) et celui du cumul de leur fortune (4 500 milliards de dollars). 
    La liste des hommes les plus riches de la planète établie chaque année par Forbes a donc une nouvelle fois été chamboulée en 2011.

    1er : Carlos Slim Helu, 74 milliards de dollars
    Carlos Slim Helu, Mexicain d’origine libanaise, est l’homme le plus riche du monde. Un titre qu’il occupe d’après Forbes pour la deuxième année consécutive. Entre 2010 et 2011, sa fortune a augmenté de 20, 5 milliards de dollars en un an.  
    Origines de sa fortune
    Carlos Slim Helu, ingénieur de formation, rachète Telmex, une société de téléphonie fixe, lors de sa privatisation en 1990. Il profite depuis d’une situation de quasi-monopole, détenant près de 90 % du marché. Il détient également des parts dans la très rentable America Movil ou encore dans la société Impulsora del Desarollo Economico de America Latina. Collectionneur d’art, Carlos Slim Helu a fondé le musée Soumaya de la ville de Mexico. Il y expose notamment de sculptures de Rodin.
    Fortune : 74 milliards de dollars
    Age : 71 ans
    Nationalité : mexicaine.

    2e : Bill Gates, 56 milliards de dollars
    En 2011, Bill Gates n’a pas réussi à retrouver son titre d’homme le plus riche du monde perdu en 2010. La faute a sa trop grande générosité explique le magazine américain. Il a malgré tout enregistré un gain de 1 milliard de dollars en un an grâce notamment au bond de 50% des actions Microsoft.
    Origines de sa fortune
    Né en 1955 à Seattle, Bill Gates entre à l’université de Harvard en 1973, où il rencontre Steve Ballmer, actuel PDG de Microsoft, et Paul Allen, avec qui il propose le premier langage de programmation développé pour l’ordinateur personnel, l’Altair Basic. En 1986, le titre Microsoft entre en bourse et, le jour même, Bill Gates devient milliardaire. En 2008, il prend du recul par rapport aux affaires et consacre désormais une partie de sa fortune à la fondation humanitaire qui porte son nom.
    Fortune : 56 milliards de dollars
    Age : 55 ans
    Nationalité : américaine.

    3e : Warren Buffett, 50 milliards de dollars
    Warren Buffett reste à la 3e place du classement de l’homme le plus riche du monde, mais enregistre toutefois une fortune en hausse de 3 milliards de dollars. 
    Origines de sa fortune
    Warren Buffet est né en 1930 à Omaha, dans le Nebraska. Il a bâti sa fortune sur des investissements intuitifs dans des entreprises comme Berkshire Hathaway pour le textile, devenue par la suite un fonds d’investissement pour les assurances, ou encore Coca-Cola et Gillette. Réputé économe, Warren Buffet vit toujours dans la maison d’Omaha qu’il a achetée en 1957. En juin 2006, il a annoncé qu’il léguerait plus de 80 % de sa fortune à la Fondation Bill & Melinda Gates.
    Fortune : 50 milliards de dollars
    Age : 80 ans
    Nationalité : américaine.

    4e : Bernard Arnault, 41 milliards de dollars
    Bernard Arnault, le célèbre et discret patron de LVMH, reste le plus riche milliardaire de France et se paye même le luxe d’intégrer le top 5 mondial.  Avec une fortune calculée à 41 milliards de dollars par Forbes,  Bernard Arnault s’est enrichi de 13,5 milliards de dollars en un an.
     Origines de sa fortune
    A sa sortie de Polytechnique en 1969, Bernard Arnault intègre l’entreprise Ferret-Savinel. Il la préside de 1978 à 1984, avant de devenir le PDG de Financière Agache S.A. et de Christian Dior S.A. Il entreprend alors de réorganiser le groupe dans le cadre d’une stratégie de développement fondée sur les marques de prestige. En 1987, il crée le premier groupe mondial du luxe, LVMH Moët Hennessy – Louis Vuitton.
    Fortune : 41 milliards de dollars
    Age : 62 ans
    Nationalité : française.

    5e : Lawrence Ellison, 39,5 milliards de dollars
    Lawrence Ellison, le patron d’Oracle, dispose de la seconde fortune la plus importante du secteur des nouvelles technologies après Bill Gates. Il gagne une place au classement avec un gain de 11,5 milliards de dollars.

    Origines de sa fortune
    Issu d’un quartier populaire de Chicago, Larry Ellison crée son entreprise en 1977, à l’âge de 33 ans. Trente ans plus tard, Oracle est le numéro 2 mondial du logiciel, derrière Microsoft grâce à son système de gestion de base de données. Mais la société s’est aussi diversifiée, grâce à une politique offensive de rachats. Larry Ellison est aussi connu pour financer le défi américain BMW Oracle Racing qui participe à la Coupe de l’America.
    Fortune : 39,5 milliards de dollars
    Age : 65 ans
    Nationalité : américaine.

    6e : Lakshmi Mittal, 31,1 milliards de dollars
    Cette année, Lakshmi Mittal passe devant son compatriote Mukesh Ambani. Celui qui a racheté Arcelor et marié sa fille au Château de Versailles a gagné un peu moins de 3 milliards de dollars en 2010.
    Origines de sa fortune
    Mittal Steel Company, dont Lakshmi Mittal est président, a réussi le coup de force de racheter, en 2006, l’européen Arcelor, pour 24,5 milliards d’euros. Aujourd’hui, ArcelorMittal est le premier producteur mondial d’acier, présent dans plus de 60 pays et employant plus de 300 000 personnes. Une vraie réussite pour celui qui avait débuté en Inde dans une entreprise fondée par son père dans les années 1950. Puis en Indonésie, vingt ans plus tard, où son père l’envoie créer une usine d’acier. A partir de 1989, il s’étend en rachetant d’anciennes aciéries en faillite en Europe de l’Est.
    Fortune : 31,1 milliards de dollars
    Age : 60 ans
    Nationalité : indienne.

    7e : Amancio Ortega, 31 milliards de dollars
    Amancio Ortega dispose de la plus grande fortune espagnole. Malgré la crise qui frappe durement son pays, il a gagné 6,7 milliards de dollars et une place au classement.
    Origines de sa fortune
    Armancio Ortega a ouvert la première boutique Zara en 1975 à la Corogne, en Galice. Ses boutiques de prêt-à-porter ne tardent pas à se multiplier. A coté de Zara, le groupe Inditex développe d’autres enseignes comme Pull and Bear ou Massimo Dutti. Aujourd’hui, le groupe présidé par Amancio Ortega, compte plus de 4 000 magasins dans 73 pays.
    Fortune : 31 milliards de dollars
    Age : 74 ans
    Nationalité : espagnole.

    8e : Eike Batista, 30 milliards de dollars
    Le brésilien Eike Batista dont la fortune a augmenté de 3 milliards de dollars en 2010 conserve sa 8e place des hommes les plus riches du monde.
    Origine de la fortune
    Fils d’un ministre brésilien des mines devenu par la suite patron de Vale, la deuxième entreprise minière mondiale, Eike Batista a trouvé dans cette filiation des idées pour s’enrichir. D’abord courtier en diamant, il achète des mines brésilienne qu’il revend à une entreprise contre 11% de son capital. La valeur de ses parts triple dans les années. Et en 2001, il a gagné son premier milliard de dollars. Il acquiert alors des entreprises dans des secteurs divers (mines, eau, acier, énergie) qu’il rebaptise EBX, TVX, MPX… Un X symbole pour Batista de « multiplication »… de richesse.
    Fortune : 30 milliards de dollars
    Age : 54 ans
    Nationalité : brésilienne

    9e : Mukesh Ambani, 27 milliards de dollars
    Avec 2 milliards de dollars perdus en 2010, l’homme d’affaires Mukesh Ambani perd 5 places dans ce classement. en 2011. 

    Origines de sa fortune
    Mukesh Ambani est né en 1957 en Inde. Marié, trois enfants, diplômé en génie chimique à Stanford, il a créé l’un des géants asiatiques de la pétrochimie. Le groupe Reliance Industry dispose d’une des plus grosses capitalisations boursières indiennes. Son père est le célèbre industriel Dhirubhai Ambani. Son frère, Ani, a lui aussi fait fortune.
    Fortune : 27 milliards de dollars
    Age : 53 ans
    Nationalité : indienne

    10e : Christy Walton, 26,5 milliards de dollars
    Christy Walton reste cette année encore la femme la plus riche du monde. Sa fortune a gonflé de 4 milliards de dollars en 2010 et lui permet de gagner deux places. Il faut dire que Wal-mart, l’entreprise dont provient sa richesse, demeure plus que solide.
    Origine de sa fortune
    Comme l’ensemble des Walton, la fortune de Christy provient de Wal-Mart, l’empire de la grande distribution créé par Sam Walton. Cependant, à la différence d’Alice, Rob et Jim, Christy n’est pas la fille de Sam et d’Helen Walton mais la veuve du cinquième enfant, John, décédé en 2005 lors d’un accident d’avion.
    Fortune : 26,5 milliards de dollars
    Age : 56 ans
    Nationalité : américaine

    11e : Li Ka-Shing, 26 milliards de dollars
    Age : 82 ans
    Nationalité : chinoise (Hong Kong)

    12e : Karl Albrecht, 25,5 milliards de dollars
    Age : 91 ans
    Nationalité : allemande.

    3e : Stefan Persson, 24,5 milliards de dollars
    Age : 63 ans
    Nationalité : suédoise

    14e : Vladimir Lissine, 24 milliards de dollars
    Age : 54 ans
    Nationalité : russe

    15e : Liliane Bettencourt, 23,5 milliards de dollars
    Age : 88 ans
    Nationalité : française.

    16e : Sheldon Adelson, 23,3 milliards de dollars
    Age : 77 ans
    Nationalité : américaine.

    17e : David Thomson, 23 milliards de dollars
    Age : 53
    Nationalité : canadienne.

    18e ex aequo : Charles Koch, 22 milliards de dollars
    Age : 75
    Nationalité : américaine.

    18 ex-aequo : David Koch, 22 milliards de dollars
    Age : 70 ans
    Nationalité : américaine.

    20e : Jim Walton, 21,3 milliards de dollars
    Age : 63 ans
    Nationalité : américain

    Fraternellement à toutes et à tous.

    Liès Asfour.




    0
  • adila Kaoues
    12 avril 2011 at 12 h 22 min -

    Si la situation sociale des travailleurs de l’entreprise d’exploitation des mines d’or en Algérie est critique et pour preuve le préavis de grève pour le 14 avril est deja déposé, revendiquant, les salaires, les moyens de transport, les conditions de vie en base, le manque de pièce de rechange, et le mauvais état des moyens de production, la production d’or pour le premier trimestre 2011 est plus que critique, et cela d’aprés les informations très discrètes déjà fournis par des travailleurs.

    Déja, nous sommes le 11 avril 2011 et aucun commentaire n’a été fournis sur la production d’or des mois de janvier, février et mars de l’année en cours, cause qui s’explique par une production catastrophique. Ne dépassant les 30 kg par mois.

    Les prévisions faite par l’ex Pdg Mr Douglas Perkins prévoyait produire plus de 275 kg d’or par mois, et cela suite à la demande de crédit faite par l’actuel directeur général Benzergua Mustapha, justement pour mettre en activité la mine de Amesmassa, que les dirigeants de l’époque 2007, ont qualifié comme « la découverte du plus grand gisement d’or l’Afrique aprés le Congo ».

    Les autorités algériennes croyant en ces responsables, ont débloqués des sommes colossales en dollars et en dinars, et au bout de trois années, ils ont compris que c’était une simple arnaque, qui a couté a l’Algérie plus de 100 millions de dollars.

    Même, l’année passé où la production était aussi catastrophique que le premier trimestre 2011, l’actuel directeur général a fait la promesse que la production de 2011 sera nettement meilleure que l’année 2010, mais les résultats contre dis ces déclarations.

    Un bras de fer est engagé entre la Sonatrach et Gma resources qui veut se débarassé de Benzergua Mustapha devenu très encombrant, étant donné qu’il est le dernier maillon impliqué dans l’affaire-arnaque du plus grand gisement d’Afrique aprés le Congo.

    A signaler que les differants services de sécurités algériens enquêtent depuis plus d’une année sur cette entreprise que le moins qu’en puisse dire, en ce moment, c’est qu’elle est complètement énygmatique.




    0
  • Adila
    28 avril 2011 at 9 h 14 min -
  • adila
    3 mai 2011 at 9 h 22 min -

    Le village de Amesmassa ne sera jamais comment avant. Le village, pas loin de la mine d’or du même nom, est là depuis la nuit des temps. Dans les années 70 du siècle dernier, les Russes y découvrent de l’or. Ici, le béton n’a jamais remplacé les matériaux locaux, les alentours abritent toujours des centaines d’espèces de plantes rares, et des animaux en voie de disparition. L’économie du village était, jusqu’il y a peu, encore limitée. Des troupeaux de chèvres, et de chameaux à surveiller, des grappes de touristes à recevoir de temps à autre ou des tournages documentaires sur l’homme bleu et ces ancêtres rythmaient la vie de ce patelin typiquement Targui. .

    Colonnes de camions jour et nuit. Désormais, en pénétrant dansa la région de Amesmassa et de Tirek, les villageois sont frappé par une intense activité. Assourdi par le moteur des machines, et les explosion à la dynamite, ils assistent à un va-et-vient incessant de colonnes de camions. Même lorsque la nuit tombe. Depuis une décennie la mine de Enor /Gma resources a en effet investi les lieux. Elle y extrait de l’or et de l’argent sur plusieurs kilomètres carrés. Pour cette exploitation à ciel ouvert, le village a été durement traumatisé . Au terme du contrat, la mine laissera, sur place, plusieurs cratères de plus de100 m de profondeur sur 1 km de diamètre. En contrepartie, la société minière offre 600 emplois.

    Selon l’entreprise Gma resources, la production annuelle de Minera de Amesmassa atteindra approximativement 1000 kg d’or. Pour la mine en activité de la mine de Amesmassa, Enor/Gma Resources a estimé son investissement à plus de 65 millions de dollars et qualifie elle-même cette mine de « low cost gold producer » (« production d’or à bas coût »). Le traitement à ciel ouvert réduit en effet énormément les coûts de production en simplifiant les opérations. Mais l’environnement paye, lui, le prix fort. Jusqu’à présent, les mines à ciel ouvert n’avaient pas fait couler beaucoup d’encre en Afrique et particulièrement en Algérie. La raison en est simple : la plupart se nichent au cœur de lieux isolés et faiblement habités, et jouisse d’une grande complicité de la part d’élus locaux et de cadres hautement installés dans la hiérarchie administrative et politique.

    Mais la mine de Amesmassa se trouve, elle, à seulement à quelues kilomètres du village Tandoureit, et à 200 km de Tinzouaitine, et de 600 km de Tamanrasset chef lieu de Wilaya. Or, dans cette région désertique, son unique source d’approvisionnement en eau est un forage aquifère souterrain, déjà surexploité. Il abreuve 40 % de la population de la région, mais est également indispensable à l’exploitation minière. Chaque jour, la mine de Amesmassa utilise des dizaines de tonnes d’explosifs pour faire exploser des milliers de tonnes de roches.

    Environ 40 % de ce matériel est ensuite traité dans une solution de plusieurs tonnes de cyanure de sodium, mélangé à des millions de litres d’eau, selon les chiffres de l’étude d’impact qui m’ont été communiqués par des responsables de l’entreprise elle-même. Dans le milieu naturel, le phénomène qui en résulte s’appelle le « drainage minier acide » (DMA). « Le DMA a des effets dévastateurs sur l’environnement car il est dissous dans l’eau, puis transporté par les eaux de ruissellement. Il entraîne l’acidification des lacs et des rivières et contamine des cours d’eau éloignés de la source originelle, et dans le cas de Amesmassa, c’est la nappe phréatique qui est directement mis en danger. Le DMA peut persister dans l’environnement durant des décennies, voire des siècles jusqu’à l’épuisement des minéraux sulfurés. Lorsque le processus est amorcé, il devient presque impossible de l’arrêter »,

    En fin de vie, la mine de Amesmpassa laissera donc près de 200 millions de tonnes de roches saturées de cyanure, exposées à tous les vents et intempéries. D’où « une contamination atmosphérique avec les tonnes de poussière mélangées au nitrate d’ammoniac, poussées par l’action des vents dominants vers la direction des zonez habitées ». A cela s’ajoute « l’évaporation quotidienne de près de 10 millions de litres du mélange cyanure et eau ».

    Les études confirment que, pour l’eau, les impacts seront « sévères et permanents » et les infiltrations de cyanure sont « possibles » tant dans le sous-sol que dans les eaux de surface. Placée devant le fait accompli. Les algériens « s’imaginent encore la mine souterraine avec les galeries, le mineur qui cherche l’or au marteau, etc. Mais là, nous sommes face à une dévastation écologique pure et simple ».

    « Malheureusement, nous devons bien vivre de quelque chose. On ne pense pas aux dégâts que la mine va provoquer, on pense à nos familles. On ne doit pas parler de cyanure, même pas dans notre famille. » dira un travailleur de Enor/Gma resources. C’est inacceptable et vraiment scandaleux.
    « Des centaines de milliers de tonnes de produits chimiques très toxiques, comme l’arsenic et le cyanure, se trouvent dans les sites de mines abandonnées un peu partout à travers la planète, et principalement en Afrique et en Amérique latine. L’assainissement et la fermeture de ces sites coûteront aux différents gouvernements des milliards de dollars. Aussi, il faudra gérer ces sites sur le long terme, car il est impossible de les assainir définitivement », signale les experts de l’Environnement. L’exemple encombrant parmi d’autres : la mine Amesmassa qui, pour extraire de l’or, « va produit au moins 300 000 tonnes de poudre de toxique, soit suffisamment pour remplir 7 immeubles de 11 étages ».




    0
  • aquerado
    3 mai 2011 at 17 h 01 min -

    Salam,
    @Adila, Quelle catastrophe! Comment peut on laisser des gens pareils au pouvoir, capable de detruire l’habitat et l’environement des humains, de la faune et de la flore cohabitants depuis des millenaires. Rien que pour quelques pepites d’or, ou une energie potentiellement destructrice comme le nucleaire, une bande de financiers vereux sont capables d’annihiler la vie sur terre. » أَلۡهَكُمُ ٱلتَّكَاثُرُ (١) حَتَّىٰ زُرۡتُمُ ٱلۡمَقَابِرَ « . Le pire dans tout cela, est que nous sommes en face d’une arnaque d’un pdg etranger le sir douglas perkins travaillant avec l’argent du contribuable Algerien avec la complicite des pouvoirs publics qui pour certains s’en mettent pleins les poches au passage en accentuant la dette publique. Tres belle arnaque apres la conquete post colonialiste ou comment ruiner et detruire une nation par un clan de beniouiouis au service de l’etranger. Bande de losers! vous ne l’emporterez pas au paradis.




    0
  • nomade
    3 mai 2011 at 21 h 58 min -

    l’entreprise enor n’est pas la pionnière dans l’utilisation de l’argent des algériens pour financer leur projets, naguib sawiris utilisa le réseau bancaire algérien pour financer son entreprise de téléphonie djezzy, l’achat des deux cimenteries algériennes qu’il a revendu à lafarge cimentier français avec un bénéfice de deux milliards de dollars sur le dos des algériens , l’usine de mercure dans l’oranie,les cartes de djezzy sont fabriquées à montreal chez un sioniste.

    Les 150 milliards qui font rouler wall street et l’economie americano-sioniste.

    Les 500 MILLIONS FF que les envahisseurs français ont vole du trésor d’Alger en 1830 , cet argent a finance la première sidérurgie française , creusot, d’ou est sorti la première locomotive française.

    les cinq milliards que le gros lamari a octroyer à la france de mitterand pour les radars.

    Les cinq milliards que boutef a donne à raffarin .

    l’argent algerien fait rouler toutes les économies
    Sauf le pouvoir d’achat des algériens.
    L’argent des algériens faits vivre la planète entière.
    avec 50% de chômage au pays , 6 millions d’algériens a l’extérieur jouent a la boniche malgré leur diplômes , on voit bien que les crapules ont sauvé leur république.

    Avec tous les bienfaits que nous leur rendons , ils n’arrêtent pas de casser de l’Arabe et du musulman.

    Plus mercenaires et imposteurs que les barons du régime algérien tu crèves.

    algerie = vache a lait , pour les autres ….pas pour les siens.




    0
  • zizette
    5 mai 2011 at 22 h 40 min -

    Effectivement Mr Nomade, Habart confirme que Debourmont s’est accaparé du trésor colossal de la Casbah estimé alors à 500 millions de francs, le jour même que ses sales pieds foulent notre sol. Un pillage qui reprend pendant l’indépendance, que quelqu’un m’explique ce qui est entrain de se passer dans ce bled, sommes nous des locataires? Que faire pour stopper ce néo-colonialisme, kmt mettre fin à ces sangsues qui dans un pasé présent crevaient de fin, Quand Jacques, Jean, franàois et autres cessent de nous sucer la dernière goutte de notre sang. Il est temps d’agir et cessons d’étaler des vérités douloureuses sans pour autant réagir.




    0
  • Adila
    1 juin 2011 at 10 h 51 min -

    Depuis plus de deux semaines l’usine de production d’or de l’entreprise d’exploitation des mines d’or à Tamanrasset est à l’arret pour manque de soud acoustique et chaux. Alors que la production de minerai ne tourne qu’à 10 % de sa capacité.

    Dans cet état de figure, le directeur général Benzergua Mustapha qui est en ce moment à Tamanrasset et d’aprés certaines indiscrétion projete un congé téchnique pour plusieurs mois. Alors, que le collectif des travailleurs crient aux complot et sabotage.

    A noté qu’enfin, les autorités algériennes ont pris en consideration les dangerrs que represente l’utilisation de cyanure et une autre dizaine de produits dangerueux et tres toxiques, particulièrement si elle est sans controle des services concernés. Un haut responsable a été auditionné par le tibunal de Tamanrasset justement sur l’utilisation de cyanure sans autorisation.

    Et l’importante et éternelle question qui se pose : où sont passés les plus de 100 millions de dollars, mis à la disposition de Benzergua et complices. Et cela pour faire gagner à l’Algérie plus de 3500 kg d’or.




    0
  • Adila Koaues
    3 juin 2011 at 11 h 55 min -

    l’Or de la Honte.

    Les gigantesques contaminations et de pollution au cyanure, nous conduit à demander à la Commission parlementaire charger de l’environnement et la protection de la nature d’interdire totalement l’utilisation des technologies à base de cyanure dans l’industrie minière avant fin 2011.

    Entre 2008 et 2010, des tonnes et des tonnes de cyanure ont contaminées des millions de mètres cube d’eau, une eau polluée au cyanure qui s’échappent de la mine d’or de Amesmassa dans la wilaya de Tamanrasset. Polluant le sol et le sous sol. Donc, le la nappe phréatique. L’eau potable est durablement empoisonnée dans cette région, jusqu’à preuve du contraire. Aux quatre coins du monde, ce type de procéder est totalement interdit. Car, des accidents s’y produisent régulièrement.

    L’utilisation du cyanure dans les mines d’or constitue la technique d’extraction la plus efficace et la moins couteuse aujourd’hui. Elle est déjà interdite dans certains pays à travers la planète, alors, pourquoi pas chez nous, les députés doivent faire en sorte que l’interdiction s’applique, aussi en Algérie. L’industrie algérienne d’extraction d’or est tellement insignifiante qu’il vaut mieux s’abstenir totalement de produire de l’or, si le prix à payer est « mettre la vie des algériens en danger de mort ».

    Les députés doivent demandés à l’APN d’interdire totalement l’utilisation des technologies à base de cyanure dans l’industrie minière avant fin 2011 et obligent les entreprises déjà en activité soient tenues de souscrire une assurance pour réparer les dommages causés. Et de payer les frais de remise à l’état des lieux complètement dévastés par les engins, la dynamite, le cyanure et une dizaine de produit aussi dangereux les uns que les autres.




    0
  • Hamid
    7 juin 2011 at 12 h 50 min -

    Depuis plus de deux semaines l’usine de production d’or de l’entreprise d’exploitation des mines d’or à Tamanrasset est à l’arret pour manque de soud acoustique et chaux. Alors que la production de minerai ne tourne qu’à 10 % de sa capacité.

    Dans cet état de figure, le directeur général Benzergua Mustapha qui est en ce moment à Tamanrasset et d’aprés certaines indiscrétion projete un congé téchnique pour plusieurs mois. Alors, que le collectif des travailleurs crient aux complot et sabotage.

    A noté qu’enfin, les autorités algériennes ont pris en consideration les dangerrs que represente l’utilisation de cyanure et une autre dizaine de produits dangerueux et tres toxiques, particulièrement si elle est sans controle des services concernés. Un haut responsable a été auditionné par le tibunal de Tamanrasset justement sur l’utilisation de cyanure sans autorisation.

    Et l’importante et éternelle question qui se pose : où sont passés les plus de 100 millions de dollars, mis à la disposition de Benzergua et complices. Et cela pour faire gagner à l’Algérie plus de 3500 kg d’or.




    0
  • adila kaoues
    15 juin 2011 at 15 h 11 min -

    La perte de Enor, l’entreprise d’exploitation des mines d’or en Algérie a subit une perte colossale pour l’exercice 2010, alors qu’elle devait inondée le marché algérien en lingot d’or, et cela selon les déclarations de l’ex ministre de l’énergie et des mines, l’ex PDG de Gma resources, et de l’actuel directeur général de l’entreprise Benzergua Mustapha.

    Enor, qui avait fait l’étonnante découverte du plus grand gisement d’or à ciel ouvert en Afrique aprés celui du Congo, et que celui-ci va produite la quantité de plus de 3,5 tonnes, voir même 4,5 tonnes par année et cela au bout de trois années. Mais, pour cela l’entreprise avait besoin de plus de 100 millions de dollars pour la mise en service de la mine de Amesmassa.

    Après une prospection au niveau du marché de l’or international, pour trouver des investisseurs pour la mine de Amesmassa, dans la wilaya de Tamanrasset en Algérie, mais en vains. Alors, les dirigeants de l’entreprise et de GMA resources se sont orientés vers les banques algériennes, et particulièrement la banque extérieure d’Algérie. Celle-ci, avait dépêchée une commission pour évaluer la véracité de cette découverte et l’existence même de cette mine. Et sur place, certains responsables de la direction régionale de Enor à Tamanrasset, et particulièrement l’ex directeur régional, que cette découverte n’est qu’une lamentable escroquerie, une gigantesque arnaque. Mais en vain.

    Des sommes colossales ont été mis à la disposition de cette bande de voleurs, d’escrocs, et d’arnaqueurs, et à leur tête MM Douglas Perkins, Ken Norris, et l’actuel directeur général de l’entreprise d’exploitation des mines d’or en Algérie. Plus de 100 millions de dollars ont été détournés, d’une manière ou une autre dans les caisses de Gma Resources, dilapidés, par l’incapable directeur général de cette entreprise et consommés inutilement pour un gisement complètement fantôme. Un gisement qui n’existe que dans l’esprit maléfique de l’instigateur de cette arnaque de dimension internationale.

    Après plus de 4 années, voila les dirigeants de Gma resources et de l’entreprise d’exploitation des mines d’or en Algérie, nous font savoir, que le minerai et complètement pauvre en or, que le matériel acheté par des dizaines de millions de dollars, mis à leur disposition par les pouvoirs publics algériens n’existe pas, et qu’ils doivent faire recours à la location, et que l’entreprise a enregistré la plus grande perte depuis sa création. Une perte de plusieurs millions de dollars uniquement pour l’année 2010. C’est une grande catastrophe économique, pour l’Algérie, et qu’elle ne devait pas passer sans que la justice algérienne ne fasse la lumière sur ce scandale d’une ampleur mondiale.

    « L’incertitude significative liée à la capacité du Groupe à identifier de nouveaux gisements économiquement viables et obtenir un financement adéquat nécessaire pour être en mesure d’exploiter les réserves une fois identifiés lors de l’entretien courant des titres de créance à leur échéance. »

    Ce paragraphe relevé sur le rapport annuel de Gma resources, le partenaire de Sonatrach dans l’entreprise Enor, et très significatif, et qu’il annonce de très mauvaises nouvelles pour les algériens et particulièrement pour les travailleurs de Amesmassa. Voir même un avertissement pour les autorités algériennes qui veut dire, Voila où sommes nous, vous nous oubliez le remboursement des crédits alloués par les banques algériennes et la Sonatrach, et que vous devez encore octroyer des crédits sans fin et sans garantie où la mine de Amesmassa devait fermer. C’est une situation absolument inacceptable pour les autorités algérienne, et que le comptes stricts et sévères doivent être demandé pour tous et à tous les niveaux. Et particulièrement à Benzergua Mustapha, l’inconscient directeur général.




    0
  • Adila Kaoues
    16 juin 2011 at 14 h 11 min -

    La wilaya de Tamanrasset redoute les effets sur l’environnement et sur la santé publique d’une mine à ciel ouvert du la société Enor, l’entreprise d’exploitation des mines d’or en Algérie qui extrait l’or primaire par broyage du minerai et cyanuration. La concession accordée par l’Etat algérien une grande partiedu Parc naturel dans l’Ahaggar. Elle jouxte une zone d’importance internationale ainsi qu’une réserve où vivent plusieurs espèces d’animaux et de plantes en voix de disparition. Le télescopage annoncé entre ce projet aurifère et la présence d’un Parc national, est contraire à une politique déclarée de l’Algérie en ce qui concerne la protection de l’environnement.
    «Ce n’est pas le meilleur endroit pour une mine», admet tous les spécialistes dans le domaine. Mais «Est-ce une raison pour ne pas la faire ? Il y a de l’or», et beaucoup, rectifient-t-ils aussitôt. Au total, il y aurait en effet des tonnes d’or en réserve dans le gisement aurifère selon l’entreprise Gma resources, l’associer (52 %) de Sonatrach .dans ENOR.
    La concession se trouve à Tirek-Amesmassa-Zita, à 450 kilomètres du chef lieu de Wilaya, Et cette mine représente le danger majeur pour la faune et la flore.
    Seul les dirigeants de Gma resources et certains responsables algériens sont d’accord
    Est-ce des enquêtes publiques ont accompagné les différentes requêtes de l’industriel et conformité avec les lois de la république : ouverture de travaux miniers, demande d’exploiter des installations classées pour la protection de l’environnement et permis de construire, autorisations d’utilisation de cyanure et autres produits aussi toxiques que dangereux les uns que les autres. Tout au long de ces consultations, seul les responsables de Gma resources et quelques responsables irresponsables semble apporté leurs soutiens..
    A plus de 16 400 euros le kilo d’or au cours actuel, le montant de la taxe reste faibles voir inexistantes, tel que la taxe de douane..
    Les sénateurs, les députés, les élus locaux de la région concernée, ont-ils donnés leur feux vert pour une telle, ont-ils étaient favorables à l’ouverture de cette mine à ciel ouvert, et particulièrement l’utilisation de produits très dangereux pour l’hommes, la faune et la flore pour l’extraction de l’or.
    Risque de pollution au cyanure
    Personne ne peut pas prendre la responsabilité et faire en sorte que les rejets de l’usine finissent dans la nappe phréatique de Tanezrouft , ni qu’une pollution au cyanure atteigne d’autres régions par évaporation et transport par le vent ne contamine toute la région et particulièrement le village de Tandouraità quelques kilomètres de la mine de Amesmassa.
    K.Adila le 16 juin 2011




    0
  • Adila Kaoues
    18 juin 2011 at 22 h 20 min -

    Ces cinq hommes : Douglas Perkins, Ken Norris, David Netherway, Ken Krichton, et l’algérien Benzergua Mustapha, sont des véritables arnaqueurs, ils ont détournés et d’une manière diaboliquement légale, l’extraordinaire somme d’argent de plus de 100 millions de dollars, grossièrement mis à leur disposition par les généreux pouvoirs publics algériens, via l’acolyte banque extérieure d’Algérie et la pauvre-riche compagnie algérienne des hydrocarbures, la Sonatrach. Le comble dans ceci, c’est que personne et à tous les niveaux n’a pu faire quelque chose pour sauver le minimum. A moins qu’il y a complicité à tous les niveaux.

    L’histoire remonte a un certain mois de janvier 2007, et précisément le 26, l’ex Président Directeur général de Gma resources, l’associer à 52 % dans Enor, l’entreprise d’exploitation des mines d’or en Algérie, dans la région de Amesmassa, wilaya de Tamanrasset, Mr Douglas Perkins a fait une fracassante déclaration à l’agence internationale Reuters, dans le sens où sa société a fait la merveilleuse et fabuleuse découverte du plus grand gisement d’or à ciel ouvert d’Afrique, après le Congo, et cela dans la région de Amesmasa, et que ce formidable gisement va produire entre 3.5 et 4.5 tonnes par année. Tout en précisant, que pour mettre en exploitation ce riche et grand réservoir d’or, qui va inonder l’Algérie en lingot d’or, il faut investir plus de 67 millions de dollars, que justement Gma Resources ne possède pas.

    Malgré, les sonnettes d’alarme tirées par plusieurs cadres de l’entreprise, qu’il y a arnaque, la raison du plus fort a été la meilleure. Non seulement, ils n’ont pas été écouté, mais, Ils ont tous étés écartés, remerciés, ou carrément poursuivie en justice pour diffamation. Mais, la justice de dieu, et celle des hommes, ont fait justice.

    Donc, les ingénus pouvoirs publics algériens, par l’intermédiaire de l’ex ministre de l’énergie et des mines, Mr Chakib Khalil, et l’inintelligente Sonatrach par l’intermédiaire de Mr Meziane, son ex PDG sous contrôle judiciaire et Mr Faghouli l’ex responsable Aval, déjà en prison ; pris par la fièvre du métal jaune, mettent la mains dans les coffres de l’Etat, pour évidemment, financer ce grand et riche projet-arnaque. Sans oublier la participation très active, et sans elle cette arnaque n’aura jamais réussi, Benserga Mustapha, l’actuel incompétent directeur général d’Enor, qui a en 2010 enregistré plus de 8 millions de dollars de perte sèche. D’une manière ou une autre, plus de 100 millions de dollars sont partis dans les caisses de Gma resources, soit sous forme d’outrancier salaire pour des étrangers, soit sous forme de faux dossiers d’importation, soit sous forme de faux dossiers de sous-traitance, et autres moyens plus astucieux les uns que les autres.

    Au moment où les irresponsables, responsables algériens attendent le fruit de leur grand investissement, et que l’entreprise d’exploitation des mines d’or en Algérie réalise des bénéfices comme promis, la surprise déjà attendu fut de taille : Il n’y a pas d’or à Amesmassa, et qu’il faut aller le chercher ailleurs. Pourquoi pas à Zita ?

    Comme en 2007, Gma resources ne dispose pas de quoi financer une telle entreprise, donc, le trésor public et encore une fois lui, il doit faire en sorte que l’argent soit mis à la disposition de cette bande de voleurs, justement pour que ENOR fait face à ses grands et nombreux problèmes financiers. Car, cette entreprise qui est entre les mains d’un homme d’aucune valeur, souffre d’une gestion anarchique, archaïque, donc, complètement désordonnée où l’incompétence est reine, et le bricolage est roi. Les impôts, les agios, les crédits ne sont pas payés depuis belle lurette, d’où une situation financière, le moins qu’on puisse dire, c’est qu’elle est dramatiquement, insoutenable.

    Le dernier bilan de Gma Resources publié sur internet montre et démontre l’ampleur des dégâts matériels, la hauteur du préjudice financier, et les dommages économiques subits courant l’année 2010, donc, l’entreprise d’exploitation des mines d’or en Algérie, qui n’a pas eu le courage de Gma Resources pour publier ses hallucinants chiffres du bilan 2010, et son effroyable compte résultat d’exploitation, son sort est certainement incertain. Car, malgré l’investissement de plus de 100 millions de dollars pour mettre les moyens adéquats à la disposition de cette mine fantôme, et toujours d’après le rapport de Gma Resources, il s’avère que 90 % du matériel exploité à Amesmassa est de location. Donc, la question qui se pose : A quoi à servi l’argent mis à la disposition de Benzergua and Co ?

    Cette meute d’escamoteurs sans scrupule, ne se sont pas interdit de mettre la vie de centaines d’habitant de la région de Amesmassa en danger de mort pour utilisation de Cyanure en quantité industrielle, (des millions de tonnes d’eau contaminée), dans un mépris total des textes et des lois de la république, en ce qui concerne la gestion de produits toxiques, tel que le cyanure, l’oxyde de plomb, le mercure et l’acide. Justement, Gma Resources, et dans son dernier rapport, du mois de juin 2011, atteste qu’elle va se mettre en diapason avec les lois internationales sur la gestion du cyanure. Mais, depuis 2007, était-elle en conformité avec les lois algériennes ?

    Comme toujours, prenant les algériens pour des imbéciles, Gma Resources veut nous faire croire qu’elle va s’orienter et en plus de l’exploitation des mines d’or, vers l’exploration et autres activités, plus ou moins, ridicules, car pour le moment pour les dirigeants de ce groupe, gagné du temps, et encore plus d’argent sont leurs seuls soucis et préoccupations. Allons jusqu’à dire que l’arriver de Mr Ken Krichton, le représentant des égyptiens « La citadelle Capital » est un exploit de management et une réussite de gestion pour l’année 2010. Du n’importe quoi. . Alors que les algériens somnolent encore.

    Depuis plus d’une année tous les services de sécurité, civils et militaires, voir même la justice algérienne s’intéressent aux dossiers de cette énigme et ce mystère qui s’appelle Enor, mais, toujours pas de suite concrètement tangible, et l’opinion public est très attentif et en alerte totale à toutes informations et événements concernant ce grand, épineux et dangereux dossier. Même tous les journaux ou presque ont abordés ce phénomène économique, sans pour autant trouver une réponse logique à cette interrogation, allant jusqu’à ce poser la question : Qui est derrière Enor et Gma resources ?




    0
  • Adila Kaoues
    23 juin 2011 at 9 h 31 min -

    Encore une fois et ce n’est certainement pas la dernière, Gma resources, nous sort un ridicule communiqué de presse à dormir debout, et à donner l’envi de vomir. Et encore une fois les responsables de Gma resources prennent les algériens pour des imbéciles, et là, je ne parle pas des responsables et particulièrement ceux les plus hauts placés.

    Après la consommation de plus de 100 millions de dollars, justement pour mettre la mine de Amesmassa en activité et remplir les coffre de l’Etat algériens par des lingot d’or, que Mr Bouglas Perkins, et Ken Norris, et Ken Krichton et aussi le plus intelligent de tous Bensergua Mustapha, l’actuel directeur général de Enor, l’entreprise d’exploitation des mines d’or en Algérie.

    A la fin de l’année 2007, tout le monde coté algérien était confiant, voir même sûr de réaliser des exploits en produisant des tonnes de métal jaune, alors, que les dirigeants de Gma resources et particulièrement l’ex Pdg Mr Douglas Perkins ont quittés la navire qui prenait déjà de l’eau.

    Malgré que les rapports de Mr Ken Norris qui était chargé d’acheter le matériel pour la bonne marche de la mine de Amesmassa, et la somme de plus de 100 millions de dollars a été mis à sa disposition, Gma resources revient et encore une fois, et c’est certainement pas la dernière, demander de l’argent et encore plus d’argent,

    « ENOR a pris les mesures suivantes pour aider à améliorer la production:
    • ENOR a embauché quatre pelles embaucher et 4 camions supplémentaires pour augmenter la production des mines que l’option la moins coûteuse pour augmenter la production.
    • Un appel d’offres pour embaucher un concasseur locales pour aider à la capacité de trituration n’a pas cédé une unité de broyage disponibles pour commencer l’écrasement dans le court terme-tout ENOR offre nécessaire d’attendre que les soumissionnaires pourraient s’approvisionner en dehors d’un concasseur de l’Algérie.
    • Une partie essentielle de rechange pour le broyeur à boulets qui fabriquent spécialiste requis a été retardée en raison de l’arriéré existant du fournisseur de travail.
    • ENOR a maintenant passé des commandes pour de nouveaux concasseurs primaires et secondaires après qu’il a été identifié que les unités existantes nécessitent la remise à neuf et aucune solution à court terme était disponible; ces unités arriveront Septembre. Le financement de ces unités a été fourni par la banque ENOR dans le cadre d’une facilité de crédit existante.
    • Le concasseur Amesmessa va subir de maintenance en Juin pour 7-10 jours, et cela aura un impact de la production. »

    Encore une fois et ce n’est pas la dernière, je dirai, c’est complètement ridicule.

    La banque de Enor (?) a encore une fois et certainement pas la dernière fois, a mis à la disposition de ces voleurs, et incapables, de l’argent du peuple algérien.

    Tout cela est vrai, et cela n’arrive qu’en Algérie, Les voleurs disent que cette mine est complètement incertaine et que tout travaux et investissement est à haut risque. Les pouvoirs publics algériens continu et d’une manière irresponsable à mettre l’argent du contribuable entre les mains d’une horde d’arnaqueurs.

    « À ce jour le forage des zones larges d’altération métasomatique n’a pas identifié de largeurs économique de l’exploitation minière des teneurs en or suffisante.
    En résumé, M. Fillis confirmé que même si il reste une certaine probabilité qu’une ressource aurifère substantielles pourraient être présents à Tirek – Amesmessa, la probabilité de délimiter une telle ressource n’est pas évidente, ni indiqué par l’exploration des résultats générés à ce jour. Poursuite de l’exploration dans le Tirek – Amesmessa ceinture pour une ressource d’or de grand tonnage de plus de 10 millions de tonnes. il conclu doit être considérée comme une entreprise à haut risque ».

    Même, les ingénieux responsables de Gma resources et probablement ceux de Enor, et particulièrement et encore lui Benzergua mustapja, ils projette une location sur toute la ligne, et voir ils propose d’importer la location du broyeur à bille, que les cadres algériens ont éxigés sa venu depuis plus de quatre années, alors qu’il est acheter et payé par l’argent de Enor.

    Ils parlent de rénovation de materiel, complètement absurde, de parler de renover du materiel acheté et mis en service pour moins de trois années, et pour un résultat moins que nul.




    0
  • Congrès du Changement Démocratique