Édition du
27 July 2017

La grève des médecins résidents fortement suivie

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

El Watan le 15.03.11 | 16h35 

Les médecins résidents ont entamé mardi une grève  nationale de deux jours, « largement suivie », pour revendiquer l’amélioration  de leur situation socioprofessionnelle et pédagogique, a-t-on constaté.

« Le taux de suivi a dépassé les 90% au niveau national en ce premier  jour de grève », a affirmé à l’APS le Dr Amine Benhabib, membre du « Collectif  autonome des médecins résidents algériens ».

Un service minimum est cependant « assuré pour les urgences et les gardes  médicales dans les différents centres et établissements hospitalo-universitaires »,  a encore affirmé Dr Benhabib.

Il a signalé par ailleurs que les grévistes n’avaient reçu, pour l’instant,  « aucune réponse » de la part des ministères de tutelle (Santé et Enseignement  supérieur) concernant les revendications « légitimes » des médecins résidents.

Au CHU Mustapha Pacha à Alger, Dr Yelles Taoufik a indiqué à l’APS   que les médecins résidents étaient « déterminés à poursuivre leur mouvement de  protestation jusqu’au à ce que leurs revendications soient satisfaites, en premier  lieu l’abrogation du service civil ».

Selon lui aussi, le débrayage de ce mardi a été suivi par la « quasi  totalité » des médecins résidents. Le même constat peut être fait au CHU Mohamed-Lamine-Debaghine (Bab  El Oued) où un rassemblement a été organisé par les médecins protestataires,  qui ont fait part de leur détermination à poursuivre leur mouvement pour défendre  des revendications qu’ils considèrent là aussi « légitimes ».

Les médecins résidents des hôpitaux Salim-Zmirli (El Harrach), Drid-Hocine  (Kouba), et Issad-Hassani (Beni Messous) étaient de leur côté rassemblés  en assez grand nombre sur leurs lieux de travail respectifs pour exprimer leur  adhésion au mouvement de grève.

Cette grève survient après deux sit-in observés par le collectif des  médecins résidents, la semaine dernière, au CHU Mustapha Pacha d’Alger.

Leurs canevas de revendications englobe notamment l’abrogation du  service civil, la révision de l’actuel statut, un relèvement des salaires et  la validation des formations spécialisées nationales et internationales effectuées  par les résidents au cours de leurs cursus.


Nombre de lectures : 1142
UN COMMENTAIRE
  • Sami
    15 mars 2011 at 22 h 41 min -

    Ce sont de bons signes qui donnent de l’espoir dans notre societe qui a subit bcp !! CHAQUE JOUR DE CETTE ANNEE BENIE , LE PEUPLE DONNE SIGNE DE SURVIE ET QU’IL VA S’EN OCCUPER DE SES AFFAIRES SUR LA ROUTE DE REPRENDRE SA SOUVERAINETE SUR SON PAYS ET RECONSTRUIRE SON ETAT OU IL EST LE SEUL MAITRE !! La democratie et la citoyennete est une garantie que le peuple est le seul a designer ses representants !!




    0
  • Congrès du Changement Démocratique