Édition du
21 July 2017

Les « experts » occidentaux… et la leçon arabe

par Daniel Vanhove

Mondialisation.ca, Le 3 mars 2011

Le constat est sans appel : malgré des chancelleries bien implantées, malgré des services secrets aussi nombreux qu’obscurs, malgré des milliers d’agents du renseignement, malgré des bases militaires aux quatre coins de la planète, malgré des officines de l’ombre, malgré des milliards dépensés dans leur technologie de la surveillance, malgré des pratiques infâmes de la torture pour arracher quelques aveux improbables, … les « experts » occidentaux – et jusqu’à ceux de Tel-Aviv pour ceux qui ne manquent jamais d’associer l’enclave sioniste dans l’espace occidental – n’ont rien vu venir de l’insurrection arabe. L’élémentaire question que chacun est donc en droit de se poser est : pourquoi ?

La réponse, loin d’être complexe comme aiment à le présenter ces « experts » qui de la sorte tentent d’excuser leurs bévues et leur impéritie, est au contraire d’une simplicité confondante : s’ils n’ont rien vu venir c’est parce que fondamentalement l’Occident est d’une arrogance absolue qui le rend aveugle. Et il ne faut surtout pas croire que les choses changent parce qu’au détour de tel discours ou de telle intervention médiatisée, il est dit – pour la forme – que nous devrions mieux écouter nos « partenaires ». Dans la réalité, il n’en est rien. Nous ne les écoutons pas. Nous ne les avons jamais écoutés. Nous n’écoutons rien d’autre que nos propres intérêts, que nos « partenaires » sont priés de garantir par l’entremise d’une diplomatie servile qui nous les soumet.

L’Occident est et reste profondément arrogant parce que depuis des siècles ses conquêtes guerrières lui ont permis d’asservir des pays entiers quand ce n’est pas des continents, comme l’Afrique ou les Amériques, qu’il a dépecés. Fort de ses victoires militaires, fort de ses pratiques coloniales, fort des matières premières et des richesses qu’il a pillées impunément, et fort de ses diktats auxquels il a contraint les peuples ainsi dominés – et qui continuent de l’être à travers les institutions occidentales, telles le FMI, la BM, l’OMC,… – il en a définitivement conclu à sa supériorité intellectuelle, morale, culturelle et, ne l’oublions pas, religieuse. Et ce n’est pas un hasard qu’à travers cette impression de toute-puissance, l’Occident ait produit de nouvelles théories comme celle de la « race » et ses dérives épouvantables qui en ont découlé. Il fallait un éclairage pseudo-scientifique pour expliquer voire légitimer doctement nos prouesses. Les faits ont ainsi conforté l’Occident qu’il était le plus fort partout où il posait le pied et il faut bien reconnaître qu’aujourd’hui encore, cette mentalité suffisante d’invincibilité prévaut à presque tous niveaux ! La différence avec le passé n’est qu’apparente. Les comportements restent profondément arrogants. Il serait fastidieux d’établir une liste d’exemples tant ils sont nombreux, voire quotidiens comme l’ont encore illustrés les derniers réflexes d’une piètre diplomatie française, à l’image de son président. Et le discours dominant reste celui de la « civilisation » face à la « barbarie » qui nous guette et nous menace.

Certains me rétorqueront que l’Orient non plus, n’a rien vu venir. Peut-être. Mais l’on ne change pas de culture comme de chemise, en se déclarant simplement « citoyen du monde ». Je n’y cède pas, ayant trop de respect pour les cultures qui ne sont pas la mienne et méritent une approche tellement plus subtile que l’adoption de quelque mode vestimentaire, culinaire, philosophique ou religieuse. Non qu’il ne faille tendre à cette citoyenneté du monde, mais pour y parvenir cela requiert bien plus qu’une déclaration. Et d’abord, cela requiert un travail de remise à plat de nos certitudes, de nos convictions, de nos approches, de nos relations à l’Autre et ses différences. A ceux-là mêmes qui chez nous, adoptent la philosophie bouddhiste via son Dalaï Lama, celui-ci disait à peu près : qu’avant de vouloir embrasser une autre culture il fallait en priorité explorer la sienne et s’y reconnaître. Etant Occidental, j’essaie donc de m’assumer en tant que tel – ce qui n’est pas toujours aisé – puis de comprendre ce qui se passe de ce côté du monde, ce qui n’est pas rien non plus.

Ensuite, la différence avec l’Orient tient aussi du fait que c’est l’Occident très chrétien qui depuis des siècles domine le monde et lui imprime ses directives et ses lois. C’est aussi l’Occident qui n’a de cesse de donner des leçons à l’ensemble de la planète, s’estimant au-dessus des autres, par la puissance de sa technologie, tant scientifique que guerrière, l’amenant au fil de ses conquêtes à la puissance économique et financière que nous connaissons aujourd’hui. Puissance et arrogance sont souvent jumelles, de même qu’il est dit – et avéré – que le pouvoir corrompt…

Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme

Mais certaines choses changent. Et malgré les apparences dans lesquelles l’Occident se drape, les équilibres qu’il impose dans un monde globalisé restent fragiles, provisoires et sont de plus en plus bousculés, pour ne pas dire contestés. L’Histoire ne s’arrête pas. Jamais. Pas plus aujourd’hui que demain. L’avoir cru et l’avoir adopté comme principe atteste de l’aveuglement arrogant de l’Occident, qui devrait donc veiller à ne plus se croire définitivement protégé par sa toute puissance. Et peut-être devrait-il commencer à écouter et prendre réellement en compte les intérêts de ses pairs, dans un nouvel équilibre.

Aujourd’hui, la menace qui plane sur l’Occident est de ce type : ne pas voir, ne pas entendre, ne pas comprendre, ne pas admettre que sa suprématie se fissure, se lézarde et n’est plus incontestable. Maître absolu du monde, il doit apprendre à partager ce qu’il dérobait sans vergogne auparavant. Exercice difficile pour une culture dominante qui depuis des siècles a imprimé de son sceau tout ce qu’il touchait en considérant les autres comme inférieurs. Les récents exemples de nos différentes chancelleries viennent encore de le démontrer : personnel incompétent, hautain, menteur, suffisant et dès lors incapable de prendre la mesure des bouleversements actuels. Raison pour laquelle aucun d’entre nos « experts » occidentaux n’a rien vu venir, arcboutés sur l’obsession relayée en boucle depuis les attentats du 11 septembre 2001, d’une déferlante islamiste doublée d’un terrorisme qui renverseraient nos sociétés, avec en horreur absolue, la disparition de l’entité sioniste ayant englouti des dépenses incalculables dans l’effort qu’il a fallu déployer pour la maintenir debout. Politique absurde, à courte vue, sans voir que rien ne perdure sur des fondements injustes.

Par ailleurs, quelle crédibilité l’Occident pense-t-il encore avoir, à travers des discours contradictoires sur les dictatures arabes courtisées hier, condamnées aujourd’hui pour usage excessif de la force, quand dans le même temps ses exactions en Irak, en Afghanistan, en Palestine ou ailleurs continuent à massacrer des civils chaque jour !? Arrogant, absurde, et intenable à terme…

Quelle leçon à tirer des évènements actuels, et en faveur de qui ?

Depuis plusieurs années, les citoyens occidentaux aussi dénoncent et réclament d’autres mesures que celles qui leur sont imposées par divers Directives et Traités qu’ils ne veulent pas, tant ils sont antisociaux : leurs gouvernements s’en moquent ! Et les écarts entre une poignée de toujours plus riches et les précarisés de plus en plus nombreux, se creusent. Ainsi la colère gonfle, les ressentiments s’accumulent, et le ras-le-bol enfle, avant une probable tempête. Mais les autorités n’entendent ni ne voient rien, trop affairées à satisfaire l’oligarchie qui les emploie. Comment penser dès lors qu’elles auraient la capacité de comprendre ce qui se passe à quelques milliers de kilomètres de leurs salons feutrés ?

Dans une culture qu’ils n’appréhendent qu’à travers des clichés réducteurs et éculés, et que déjà sous leurs balcons ils ne comprennent rien de ce qui s’y passe, demander ne fut-ce que d’entendre l’Autre est impossible, impensable à ces incultes. Comme lors du récent remaniement ministériel, où dans une obsession proche de la névrose, le président Sarközy de Nagy Bocsa n’a pu s’empêcher un couplet sur le risque terroriste lié à l’immigration massive de réfugiés passant désormais à travers les mailles d’une Libye n’assurant plus son rôle de flic pour lequel l’UE soutenait son dictateur. Ainsi, après le « savoir faire français » en matière de répression policière, voici les réfugiés réduits d’un coup de plume à une potentielle et énième menace terroriste. C’est tout simplement affligeant !

A tout citoyen lambda, ces choses paraissent évidentes. A ceux qui se pensent en « élites », ces évidences échappent. Elles sont incapables de comprendre la leçon que leur donne la rue arabe qui loin d’en appeler à un déferlement islamiste, ne fait que réclamer plus de liberté, plus de justice et une redistribution équitable des richesses détenues par une poignée, leur renvoyant ainsi à la figure leur propre modèle socio-économique aboutissant à une impasse. Mais cela paraît tellement lointain à ces oligarques tout affairés à se demander dans des raisonnements caducs et inadaptés, comment protéger leurs intérêts à travers ces soulèvements, qu’ils ne comprennent pas que demain cette leçon pourrait bien nous servir et surgir sous leurs fenêtres…

Ces derniers jours, l’on a pu lire et entendre de la part de ces arrogants combien les dictateurs arabes récoltent ce qu’ils ont semé tant ils sont déconnectés des réalités de leur population. N’allez surtout pas croire que nos dirigeants et tous ceux qui reniflent autour du pouvoir, le sont moins…

Daniel Vanhove –

Observateur civil

Auteur

02.03.11

Daniel Vanhove –Observateur civil, Auteur de La Démocratie Mensonge – 2008 – Ed. Marco Pietteur – coll. Oser Dire.


Nombre de lectures : 1952
14 Commentaires sur cet article
  • aquerado
    17 mars 2011 at 1 h 55 min -

    Salam,
    Tres bon article, je pense que l’une des lecons principales a retenir de mr Vanhove est « S’ils n’ont rien vu venir c’est parce que fondamentalement l’occident est d’une arrogance absolue qui le rend aveugle ». Alors que notre prophete prieres et paix sur lui nous dit dans un hadith en gros, quiconque a un atome d’orgueil dans le coeur ne goutera jamais aux joies du paradis. Cette dichotomie de la pensee entre l’occident et l’orient nous a conduit a cette siuation catastrophique. Ce combat entre l’arrogance ou l’orgueil qui a banni iblis du paradis et la sagesse orientale nous montre de jour en jour les succes du diable. A moins d’un sursaut salvateur, l’humanite court a sa perte a breve echeance, le tsunami japonais est la pour nous le rappeler.




    0
  • amel1
    17 mars 2011 at 10 h 07 min -

    salam,
    Dieu dit dans le Coran dans sourate EL BAKARA: « KHATAMA ALLAHOU ALA KOULOUBIHIM WA ALA SAM’IHIM WA ALA ABSARIHIM GHICHAWATOUN WA LAHOUM ADABOUN ADHIM » et Dieu dit également » SOMOUN,BOUKMOUN O’YOUN FAHOUM LA YOUBSIROUN « toujours dans la même sourate! soubhan Allah! ceci s’applique à ce que décrit D.Vanhove sur les occidentaux et également nos bourreaux!vivement la libération!




    0
  • Aghiles(ElKseur)
    17 mars 2011 at 12 h 04 min -

    Cette nouvelle religion qu’est la démocratie que l’occident veut nous faire croire que c’est la panacée pour nous ,lui même n’y croit pas puisqu’il(l’occident) massacre depuis plus de 250 ans aux quatre coin de la planètes des peuples pour piller leurs richesses et les soumettre à leurs volonté!!!
    La présence des terroristes yankees dans tous les continents est une véritable illustration!
    Il faut que tous les peuples prennent conscience du combat à mener pour éloigner la bête immonde Usioniste!




    0
  • ANTI-IMPERIALISME
    17 mars 2011 at 13 h 03 min -

    PISTE DE REFLEXION / LA PAX OCCIDENTALIS

    VIDEO:La Réalité Du Terrorisme International. (VOSTFR) Par James CORBETT
    http://www.youtube.com/watch?v=GHcV4o6Gk6A

    EXTRAITS :

    Pour Kissinger et les autres adeptes de l’idéologie mondialiste, « terrorisme » est simplement un mot désignant tout acte, personne ou mouvement en travers de leur programme.

    Dans cette vision tordue du monde,

    •sont terroristes ceux qui croient que l’autonomie nationale est plus importante que les besoins du capital financier international.

    •Sont terroristes ceux qui sont opposés aux accords de libre-échange qui ont délocalisé à l’étranger le socle manufacturier du monde industrialisé et confiné les pays en développement dans la misère.

    •Sont terroristes ceux qui défendent le principe que les gens sont arbitres de leur propre vie et que ces vies ne devraient pas dépendre de l’humeur des multinationales.
    « terrorisme » désigne tout ce qui s’oppose aux intérêts du capital international.

    Dans chacun des cas, les grands «complots terroristes» légendaires sont toujours liés au complexe du renseignement anglo-zuno-israélien et à ses tentacules partout dans le monde.
    Non, le « terrorisme » n’a qu’un rapport indirect avec ces Musulmans radicaux, et seulement dans la mesure où ils sont financés, formés et habilités par leurs maîtres terroristes dans les couloirs de Langley en Virginie.

    Grâce à l’usage du mot-massue « terroriste, » l’ensemble du processus politique de diabolisation des opposants a sombré dans une forme des plus absurdes de farce politique,

    Toute cette hystérie de terreur dont le public a été gavé de force tout au long de la dernière décennie serait incompréhensible si nous comprenions « terroriste » au sens que vous, moi et le simple quidam croyons que cela signifie. Mais ce n’est pas le cas.

    Vous savez, dans notre monde moderne, le « terrorisme » n’est pas le terrorisme. Ça ne désigne pas une tactique, il ne s’agit pas de violence et de carnage, d’attentat suicide ni d’Allahu Akhbar. Ce n’est pas un mot, c’est une ARME ; une ARME visant ceux qui sont contre les objectifs de Heinz Kissinger et de toute son espèce au Bilderberg, au CFR, à la Trilaterale, ceux qui souhaitent la suprématie d’une petite élite riche de financiers et de voyous capitalistes des monopoles/multinationaux .

    Terrorisme n’est pas un mot, pas un concept. C’est une ARME contre vous et moi. Et, dans l’équation finale, cela nous offre des perspectives. Nous pouvons remarquer que terrorisme est un mot, et qu’il décrit les agissements de l’élite sanguinaire qui tue et mutile des innocents, qui déclenche les guerres ou renverse les gouvernements, qui incite à la violence pour réaliser ses objectifs.

    Et par l’acte élémentaire de récupérer le mot « terrorisme » pour l’associer étroitement aux gros bonnets mondialistes qui, génération après génération, fabriquent des marionnettes politiques internationales, nous pouvons désarmer Kissinger et tout autre entremetteur de l’hystérie de la guerre contre le terrorisme.




    0
  • Amar
    17 mars 2011 at 13 h 19 min -

    @Aghiles:va droit au but ,sans détours inutiles:dis nous ce que tu proposes à la place de la démocratie et on pourra y débattre.
    Quant aux Yankees ,ils seront peut-être là,demain,pour vous sauver des massacres à la Kadhafi.Ils ont plusieurs siècles d’avance sur les arabo-brobros et il faut leur tirer chapeau.
    A moins que tu ne préfères les Russes ou le Chinois qui encouragent l’extinction du peuple libyen avec leur véto hypocrite.




    0
  • Ait Mohand Ouwidir
    17 mars 2011 at 13 h 48 min -

    Juste une question simple à Mr. Daniel VANHOVE.

    Quelle est cette PUISSANCE (occulte) qui domine le monde occidental depuis des siècles à préswent et qui manipule les supers puissances de ce monde occidental ?

    Quel est le rôle des NEOCONS aux states et QUI sont-ils ?

    Qui a intérêt au « clash » dit des civilisations ?

    QUI EST EN TRAIN D’AFFAIBLIR ET DETRUIRE LA SUPER PUISSANCE DES ETATS-UNIS AUJOURD’HUI POUR LE SEUL PROFIT DES PUISSANCES EMERGENTES ? Dont la CHINE principalement…

    Qui est en train de faire le balancement historique au seul profit de la CHINE et donc de créer la SUPREMATIE de l’Orient sur l’Occident ?

    Qui est en train de préparer la TOMBE de l’Occident au seul profit de l’Orient et de l’Extrême Orient plus précisément ?

    Quel cet ENNEMI INTIME qui mine l’Occident de l’intérieur ?

    CE N’EST SUREMENT PAS LE MONDE MUSULMAN NI ENCORE MOINS LE MONDE ARABO-MUSULMAN !

    C’est QUI alors ?

    C’est l’Eglise sans Chapelle comme dirait l’autre…

    Le monde Occidental, Mr. Daniel VANHOVE, sait pertinemment QUI est derrière TOUT cela !!! Mais il ne fait absolument rien pour y remédier… Et s’il ne veut pas prendre conscience immédiatement, il sera alors trop tard pour lui lorsqu’il se réveillera : IL SERA DEJA ENTERRE DANS SA TOMBE PAR CETTE EGLISE SANS CHAPELLE…

    Salutations.




    0
  • ANTI-IMPERIALISME
    17 mars 2011 at 13 h 52 min -

    PISTES DE REFLEXION / LA PAX OCCIDENTALIS

    ** 1 / « Nous avons accaparé une part tout à fait disproportionnée de la richesse et des échanges du monde. Territorialement, nous avons tout ce que nous voulons, et notre prétention à jouir sans encombre de nos immenses et splendides possessions, acquises essentiellement par la violence, consenties par la force, parait souvent moins raisonnable aux autres qu’à nous-mêmes. »
    Churchill

    ** 2 / La réalité du franc CFA et de la zone franc, c’est aussi et peut-être surtout, le nazisme monétaire.

    Le franc CFA, ou franc des Colonies Françaises d’Afrique, est créé le 25 décembre 1945 par un décret signé par trois Français (Charles de Gaulle, président du gouvernement provisoire ; René Pleven, ministre des finances ; Jacques Soustelle, ministre des colonies) qui ont en commun un double caractère : ils sont imbus de la suprématie blanche ; ils sont de fervents acteurs de l’agression coloniale contre l’Afrique. http://www.dailymotion.com/video/xbshr2_le-nazisme-monetaire-francais-en-af_news

    ** 3 / Les terribles aveux de Chirac . « Il faut dire seulement une chose, c’est qu’une grande partie de l’argent qui est dans notre porte-monnaie vient précisément de l’exploitation depuis des siècles de l’Afrique, pas uniquement …….. » http://www.youtube.com/watch?v=FDX8Xibvkbk**

    4 / Pillage et Complot de la France . Conférence de François-Xavier Verschave . La domination politique, économique et militaire incontestée de la France sur l’Afrique. http://www.youtube.com/watch?v=rsuSSgRzHu

    ** 5 / « La vie d’un Palestinien arabe en Occident, en particulier en Amérique, est décourageante. Le filet de racisme, de stéréotypes culturels, d’impérialisme politique, d’idéologie déshumanisante qui entoure l’Arabe ou le musulman est réellement très solide. » Edward W. Saïd, intellectuel palestinien . L’outsider http://peripheries.net/article204.html

    6 / « En définitive, l’Empire anglo-saxon reste arrimé aux principes qu’il a fixé en 1945 : il est favorable aux démocraties qui font « le bon choix » (celui de la servilité), il est est opposé aux peuples qui font « le mauvais » (celui de l’indépendance). Par conséquent, s’ils le jugent nécessaire, Washington et Londres soutiendront sans état d’âme un bain de sang en Egypte ( ou ailleurs !, C2moi ) , pourvu que le militaire qui l’emporte sur les autres s’engage à pérenniser le statu quo international. ». Thierry Meyssan




    0
  • ANTI-IMPERIALISME
    17 mars 2011 at 16 h 34 min -

    « Printemps arabe ». Pourquoi l’occident n’a rien vu venir ? Regard des occidentaux sur cet orient« vassalisé ». Un savoir né de la force.

    A LIRE – Edward W. Saïd, intellectuel/palestinien. . L’outsider . Par Mona Chollet.
    Né en 1936 à Jérusalem, exilé adolescent en Égypte puis aux États-Unis, Edward W. Saïd est professeur à la Columbia University de New York. Dans L’Orientalisme, publié en 1978, il analysait le système de représentation dans lequel l’Occident a enfermé l’Orient – et même, l’a créé. Le livre, récemment réédité, est plus que jamais d’actualité, parce qu’il retrace l’histoire des préjugés populaires anti-arabes et anti-islamiques, et révèle plus généralement la manière dont l’Occident, au cours de l’histoire, a appréhendé « l’autre ». Aujourd’hui, Edward Saïd se bat contre la diabolisation de l’islam et pour la dignité de son peuple. Ancien membre du Conseil national palestinien, il fut un négociateur de l’ombre. Il est opposé aux accords d’Oslo et au pouvoir de Yasser Arafat, qui a fait interdire ses livres dans les territoires autonomes. Il défend une conception exigeante et courageuse du rôle de l’intellectuel, auquel il redonne une vraie noblesse. Sa marginalité l’a placé à la croisée des grands enjeux de notre temps : il perçoit avec acuité la réalité du brassage des cultures, affirme que les oppositions entre les civilisations sont des constructions humaines, et l’identité, le fruit d’une volonté. Voyage dans une œuvre cohérente, engagée, véhémente et attachante EXTRAITS CHOISIS :

    **—- Les habitants des contrées étudiées sont réduits à des « ombres muettes », à des « types ». Jamais la parole ne leur est donnée. En exergue, Edward Saïd a placé ces mots de Karl Marx :

    « Ils ne peuvent se représenter eux-mêmes ; ils doivent être représentés. »

    Sans oublier la non-réciprocité de l’orientalisme : personne n’imagine qu’il puisse y avoir en Orient une école « occidentaliste »…

    **—- « Le savoir sur l’Orient, parce qu’il est né de la force, crée en un sens l’Orient, l’Oriental et son monde. ». Ce qu’Edward Saïd étudie, c’est « un nœud de savoir et de pouvoir qui crée “l’Oriental” et en un sens l’oblitère comme être humain ».

    **—- Les Orientaux sont perçus comme des masses grouillantes, dont nulle individualité, nulle caractéristique personnelle ne se détache. Tous les phénomènes observés au sein de leurs sociétés sont expliqués par le fait qu’ils sont des « Orientaux ».

    « Si un Arabe est joyeux, ou s’il ressent de la tristesse à la mort de son enfant ou de son père, s’il ressent les injustices ou la tyrannie politique, ces sentiments sont nécessairement subordonnés au simple fait, nu et persistant, qu’il est un Arabe. »

    Ou mieux, au « retour de l’islam », sésame explicatif universel : « L’histoire, la politique, l’économie ne comptent pas. » Saïd évoque les travaux de Gibb, un orientaliste anglo-américain du vingtième siècle, et remarque qu’il paraît à Gibb « hors du sujet d’indiquer si les gouvernements “islamiques” dont il parle sont républicains, féodaux ou monarchiques ».

    « LEUR ENSEIGNER LA LIBERTE.

    **–C’est sous la plume de Chateaubriand que Saïd trouve la première mention d’une idée totalement fausse, mais promise à une grande carrière,celle de l’Europe qui enseigne à l’Orient ce qu’est la liberté :
    « La liberté, ils l’ignorent ; les propriétés, ils n’en ont point ; la force est leur Dieu. Quand ils sont longtemps sans voir paraître ces conquérants exécuteurs des hautes justices du ciel, ils ont l’air de soldats sans chef, de citoyens sans législateurs, et d’une famille sans père. »

    Les conclusions en sont vite tirées :

    « Au dix-neuvième et au vingtième siècle, en Occident, on est parti de l’hypothèse que l’Orient avec tout ce qu’il contient, s’il n’était pas évidemment inférieur à l’Occident, avait néanmoins besoin d’être étudié et rectifié par lui. »

    **–Saïd met là le doigt sur un véritable enjeu de civilisation. Il s’agit, dit il, de « désapprendre l’esprit spontané de domination », c’est-à-dire d’inventer une attitude à peu près inédite :

    « Les cultures les plus avancées ont rarement proposé à l’individu autre chose que l’impérialisme, le racisme et l’ethnocentrisme pour ses rapports avec des cultures autres. »

    **– Splendeur orientale, sensualité orientale, cruauté orientale : autant d’exemples des traces laissées par l’orientalisme dans l’imaginaire et le vocabulaire courants.

    « Quand un écrivain utilisait le mot “oriental”, il donnait au lecteur la référence qui suffisait à identifier un corps spécifique d’informations sur l’Orient. »

    Aujourd’hui encore, le terme « oriental », et tous ceux qui lui sont attachés – mille et une nuits, sérail, hammam, bazar, harem… – conservent une efficacité pavlovienne.




    0
  • Ait Mohand Ouwidir
    17 mars 2011 at 17 h 49 min -

    Il faudrait apprendre à voir qui est derrière Mr. CHURCHILL, CHIRAC et autres dirigeants du monde occidental… ou en d’autres termes QUI TIRE LES FICELLES ?

    Les E.U. sont utilisés par l’EMPIRE DU MAL, le pouvoir de l’argent et donc de la haute finance mondiale, pour l’affaiblir et le détruire afin de le remplacer par la Chine et les autres puissances émergeantes…

    Quand LINCOLN a voulu se soustraire aux puissances de l’argent, il a été assassiné !

    Quand KENNEDY J.F. a voulu également se soustraire à ces mêmes puissances de l’argent, il a été lui aussi assassiné !

    De guerres en guerres les E.U. sont menés à leur propre ruine et à LEUR PROPRE DESTRUCTION par ce même Empire du mal (celui de la haute finance mondiale) ce que, personnellement, JE NE SOUHAITE PAS !

    Les E.U. et le MONDE OCCIDENTAL doivent se ressaisirent et réagir contre cet ENNEMI INTIME qui vit en eux, dans leur propre corpus comme un véritable cancer…

    Tanmirth.




    0
  • Mascarade
    17 mars 2011 at 17 h 55 min -

    Salam Alaykoum,

    Je ne partage pas complètement l’analyse de cet article.

    S’il est vrai qu’il ne faut pas être naïf sur l’implication des chanceleries étrangères (réseaux obscur qui sévissent même en occident), je ne suis pas d’accord pour dire que c’est le noeud du problème.

    Ces parasites sont tributaire de l’obscurantisme, du matérialisme, de la cupidité de nos « élites » et surtout du profond état de coma du peuple.
    Notre peuple est anesthésié par la misère (économique, logement, éducation, culture…)

    C’est ça le vrai problème. Car un peuple en éveil et lucide ne se fait pas manipuler ni par les « usurpateurs » ni pas « les résaux obscurs »!

    Le peuple doit d’abord changé pour que le sort de sa nation évolue.

    Dire le contraire (accusé les autres…) c’est éviter de se remettre en question.
    Ne pas se remettre en question c’est ne pas changer. Et par voie de conséquence stagner dans un statut quo au plus grand bénéfice de nos parasites.

    Attention au piège.




    0
  • Ait Mohand Ouwidir
    17 mars 2011 at 20 h 35 min -

    Oui, mais ce que beaucoup d’entre nous ignorent ou feignent d’ignorer par oubli peut-être… c’est que la présente civilisation occidentale est largement tributaire de la civilisation qui l’avait tout juste précédée :

    LA CIVILISATION ARABO-MUSULMANE (ANDALOUSE) dont les vestiges demeurent toujours présents comme d’ineffables témoins en Espagne… En ces temps là, l’Europe entière venait apprendre les sciences exactes, la médecine, la philosophie, les lettres etc… auprés de LEURS MAITRES MUSULMANS !!! Et c’est pour cela, par la suite, que nous avons été détruits depuis la chute de Grenade en 1452, jusqu’à ce jour, par ce même occident trés oublieux de TOUT ce que nous lui avons enseigné depuis des SIECLES durant…

    Malraux disait que la civilisation occidentale est l’héritière de la civilisation Gréco-romaine…

    Mais les esprits chagrins qui sèment, aujourd’hui, la haine et la vindicte contre les Musulmans prétendent faussement en allant à l’encontre de ces deux thèses que la civilisation occidentale est le produit « fini » de la civilisation judéo-chrétienne…(!?). Mensonge quand tu nous tiens !

    Tanmirth.




    0
  • ANTI-IMPERIALISME
    17 mars 2011 at 20 h 39 min -

    « Printemps arabe ». Pourquoi l’occident n’a rien vu venir ? Regard des occidentaux sur cet orient « vassalisé ». Un savoir né de la force.

    A LIRE – Edward W. Saïd, intellectuel palestinien. L’outsider. Par Mona Chollet.
    SUITE ET FIN.

    **—- L’ ISLAM « TRAUMATISME DURABLE « POUR L’EUROPE
    L’islam, religion que l’Occident a, selon Saïd, fondamentalement mal représentée, constituait pour les orientalistes,étant donné sa relation particulière à la fois au christianisme et au judaïsme, »l’effronterie culturelle originelle »

    L’islam, dit-il, a été pour l’Europe, historiquement, « un traumatisme durable », et il est devenu, après le démantèlement de l’empire soviétique, « un nouvel empire du mal », sur lequel chercheurs et journalistes – américains, dans un premier temps – se sont précipités : « L’un des aspects du monde de l’électronique “postmoderne” est le renforcement des stéréotypes qui décrivent l’Orient. »

    Le monde islamique est présenté comme menaçant, « furieux, violent, et congénitalement antidémocratique ». Saïd dénonce le fantasme complaisamment entretenu d’une menace islamiste, alors que l’intégrisme musulman est, selon lui, inoffensif au niveau mondial. « Le résultat en est l’intolérance et la peur au lieu de la connaissance et de la coexistence », écrit-il.

    **– LES MUSULMANS, OBJETS D’UNE ATTENTION « THERAPEUTIQUE ET PUNITIVE ».

    Il a notamment croisé le fer en 1996 par presse interposée avec la journaliste américaine Judith Miller, qui a fait du péril islamiste son fonds de commerce et se présente comme une spécialiste du Proche-Orient, sans toutefois ne maîtriser aucune des langues de la région.

    « On démonisé et on déshumanise une culture entière, de façon à transformer les musulmans en objets d’une attention thérapeutique et punitive »,

    s’enflammait-il dans The Nation. Il reprochait à Judith Miller d’évoquer Mahomet sans citer une seule source musulmane :

    « Imaginez seulement un livre publié aux Etats-Unis sur Jésus ou Moïse qui ne ferait appel à aucune autorité chrétienne ou juive. »

    De ce point de vue, la phrase de Marx, « ils ne peuvent se représenter eux-mêmes ; ils doivent être représentés », est toujours et plus que jamais valable.

    « L’Occident est l’agent, l’Orient est un patient. L’Occident est le spectateur, le juge et le jury de toutes les facettes du comportement oriental. »

    Le fait de considérer plus ou moins consciemment que les Orientaux ne sont pas de véritables êtres humains permet de justifier la mainmise de l’Occident sur l’essentiel des ressources mondiales, estime Saïd.

    FIN




    0
  • Ait Mohand Ouwidir
    17 mars 2011 at 21 h 50 min -

    L’Islam, bien au contraire, n’a JAMAIS été HISTORIQUEMENT « un traumatisme historique » !

    Ceci étant la thèse développée, mal intentionnellement, à l’endroit de l’Islam pour dévaloriser toutes les richesse SUR TOUS LES PLANS qu’il a apporté au monde occidental qui en bénéficie encore aujourd’hui !

    Et je n’en veux pour preuve que la Mouqadima d’IBN KHALDOUN le père fondateur de la sociologie !!! Ce brillant et savant illustre était en avance de QUATRE SIECLES !!! Sur tous ses penseurs contemporains du monde occidental…

    TOUS les penseurs occidentaux, jusqu’à nos jours, travaillent dans les sciences humaines, et beaucoup plus en sociologie, selon les CANONS propres inventés et créés par cet homme illustre que fût IBN KHALDOUN !!!

    Personne ne pourra venir nous complexer sur ce point là…

    Et si IBN KHALDOUN ne suffit pas, alors nous pourrons encore citer AL KHAWARIZMI, AL DJABER, IBN SINA et la liste est bien longue !

    Comme personne ne pourra soulever entre elles la religion CHRETIENNE contre la religion MUSULMANE !!!

    Quant aux « orientalistes » nous savons que tous ont depuis la nuit des temps essayé de déformer l’Image VERITABLE des orientaux et de leur religion l’islam. Poussés en cela par qui l’ont sait… ceux qui appartiennent à l’église sans chapelle !

    Tout le reste n’est que bonniment.

    Juste une question :

    QUI A LE PLUS INTERET A DEFORMER L’IMAGE DE L’ISLAM ET DES MUSULMANS AUX YEUX DU MONDE ENTIER ?

    Ou en d’autres termes :

    A QUI PROFITE LE CRIME ???

    Tanmirth.




    0
  • réda
    22 mars 2011 at 11 h 04 min -
  • Congrès du Changement Démocratique