Édition du
28 March 2017

Hassi Messaoud : Les gendarmes répriment violemment une manifestation de chômeurs !

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

El Watan le 17.03.11 | 13h21 

Les forces de la Gendarmerie Nationale ont violemment réprimé dans la nuit de mercredi à jeudi des dizaines de chômeurs qui ont manifesté à l’entrée de Hassi Messaoud pour protester contre la corruption qui ronge les services du bureau de main-d’oeuvre de leur daïra, a appris jeudi elwatan.com de la part de Tahar Belabes, porte-parole du Comité national de la défense des droits des chômeurs.

« Une quinzaine de jeunes chômeurs ont été grièvement blessés et au moins deux autres demeurent en état d’arrestation. Les forces anti-émeutes de la Gendarmerie ont roué de coups de nombreux chômeurs qui ont manifesté pacifiquement », s’indigne notre interlocuteur.

Joint par téléphone, Sid Ahmed Daha, l’un des représentants des chômeurs de Hassi Messaoud, a confirmé jeudi à elwatan.com que de nombreux jeunes chômeurs ont subi un violent passage à tabac vers les coups de minuit. « Mercredi matin, nous avons fermé la route qui mène à l’entrée de Hassi Messaoud pour demander à rencontrer le chef de daïra afin de lui faire part de notre ras-le-bol contre le clientélisme et le népotisme du bureau de main-d’oeuvre de la ville la plus riche d’Algérie. Nous avons pacifiquement manifesté et à aucun moment nous n’avons cherché à provoquer les forces de l’ordre », explique Sid Ahmed.

Notre interlocuteur assure que les 500 chômeurs qui ont fermé la route n’ont nullement utilisé des pneux brûlés ou des armes dangereuses. « Nous avons uniquement érigé des barricades en plaçant des pierres sur la route », confie encore Sid Ahmed selon lequel les chômeurs sont restés mobilisés durant toute la journée à l’entrée de la ville de Hassi Messaoud.

Et quand la nuit est tombée, le chef de daïra s’est déplacé finalement pour rencontrer les chômeurs en colère avec la promesse de prendre en charge leurs revendications. « Nous avons calmement discuté avec lui. Nous avons dialogué autour de nos problèmes notamment le chômage qui frappe de plein fouet tous les jeunes de Hassi Messaoud. Le Chef de daïra s’est montré compréhensif et nous a promis des solutions. Nous avons décidé, des lors, de suspendre notre protestation », raconte Sid Ahmed Daha.

Toutefois, à minuit, lorsque la route est débloquée et une grande partie des chômeurs sont rentrés chez-eux, un groupe d’une cinquantaine de manifestants a été encerclé par une centaine d’éléments des forces anti-émeutes de la Gendarmerie Nationale.

« Ils nous ont empêchés de regagner nos quartiers. Et pourtant, on leur a dit que tout est réglé puisque nous avons conclu un accord avec le Chef de Daïra. Mais les gendarmes n’ont rien voulu comprendre. Ils nous ont dit : à cause de vous, nous avons été mobilisés jusqu’au bout de la nuit ! Alors, ils se sont vengés contre nous », s’écrie Sid Ahmed qui n’arrive toujours pas à se relever du choc psychologique que lui a causé ce traitement musclé.

« Ils nous ont battus de tous les côtés. Les coups pleuvaient sur nos coprs. Beaucoup d’entre-nous se sont retrouvés avec une jambe ou un bras cassés. D’autres ont été blessés à la tête », témoigne, d’une voix émue, le jeune chômeur âgé de 33 ans. « Nous avons, poursuit-il, pris la fuite par le désert en pleine nuit. Ils nous ont pourchassés pendant quelques minutes avant de nous laisser partir avec les visages en sang ».

 

Abderrahmane Semmar

Nombre de lectures : 3234
4 Commentaires sur cet article
  • medjeri
    17 mars 2011 at 20 h 52 min -

    quelle honte tabasser des jeunes chomeurs qui manifestaient pacifiquement cette sinistre gendarmerie a deja assassine de sang froid 160 jeunes kabyles et devrait tot ou tard rendre des comptes




    0
  • Ammisaid
    17 mars 2011 at 23 h 05 min -

    « Il ne faut réveiller un gendarme qui dort si on n’est pas capable de courir au moins aussi que Usain bolt dans un pays où tout est interdit ». Abouh almoumnins !




    0
  • Hassi Messaoud : Les gendarmes répriment violemment une manifestation de chômeurs ! midipress
    18 mars 2011 at 4 h 09 min -

    […] minutes avant de nous laisser partir avec les visages en sang ».Abderrahmane SemmarLectures: ici pour lire l’article depuis sa source. Cette entrée a été publiée dans algerie. Vous […]




    0
  • adel
    28 mars 2011 at 8 h 38 min -

    les gendarmes se trompent de cible, au lieu d’essayer de faire la lumière de ce qui se passe vraiment dans les bureaux de main d’œuvre et certaines entreprises en matière de recrutements, ils s’acharnent contre ces jeunes qui refusent de payer « une rançon  » pour pouvoir travailler.pourtant, tout hassi messaoud en parle , c’est un secret de polichinelle aussi bien gardé que tout un chacun sait que pour décrocher un travail au sein des entreprises tel que ENTP, ENAFOR, ENSP etc, il suffit de payer une rachwa! et la filière est connue par tous, sauf les gendarmes qui apparemment font semblant de connaitre cette affaire qui fonctionne depuis des années..




    0
  • Congrès du Changement Démocratique