Édition du
30 March 2017

Ni Bouteflika, ni DRS : il faut tout changer !

Yahia Bounouar
http://www.kalimadz.com

Alors que le pays dérive dangereusement, il n’est même plus possible de
lister les mouvements de protestations à travers le territoire national,
le régime algérien continue de s’enfoncer dans une fuite en avant presque
irréelle.
Face aux manifestants qui envahissent les rues, aux citoyens qui bloquent
les routes et occupent les institutions, le pouvoir, n’a plus d’autre
solution que de céder sur tout et à tous. A peine un mouvement de
revendication s’organise t-il et se montre t-il sur la place publique, que
le régime accède immédiatement aux revendications.

Cette démarche, a eu pour effet, de multiplier les revendications. Se
rendant compte de la faiblesse du régime, les citoyens, partout à travers
le territoire national, les corporations, les catégories sociales, les
chômeurs, les étudiants, les corps d’Etat, affichent leurs revendications
et exigent leur satisfaction immédiate. Apeuré, le régime se contente de
signer des chèques, jour après jour, en puisant dans les caisses de
l’Etat, de manière totalement chaotique et irréfléchie. Il le fait, le
plus souvent, dans la précipitation, sans même ouvrir de négociations.
Cette situation est, de toute évidence, intenable.

Face à cette situation hautement préjudiciable pour l’Algérie, de
nombreuses voix tentent de proposer des scénarios et des plans pour sortir
le pays de ce blocage et entamer une démocratisation réelle. Certains,
notamment l’ancien secrétaire général du FLN, Abdelhamid Mehri, appuyé par
le FFS de Hocine Ait Ahmed, préconisent une « solution négociée » avec le
régime en n’exigeant pas, comme cela s’est fait en Tunisie et en Egypte le
départ du chef de l’Etat, symbole du régime.

Il est vrai, comme l’a indiqué Mehri, que le départ de Bouteflika ne
règlera pas tout. Si ceux qui l’ont choisi et imposé au peuple, préservent
ce « pouvoir », il leur sera facile d’en ramener un autre, plus obéissant
et éventuellement de le « sacrifier » à nouveau, s’il lui prenait l’envie
de s’émanciper. C’est ce « pouvoir », qui appartient au peuple, qu’il faut
récupérer.

S’il n’est pas la totalité du régime, Bouteflika en est l’incarnation
publique. De plus, c’est lui qui a verrouillé la vie politique dans le
pays. C’est sous son règne que les médias, qui avaient gagné en
indépendance après octobre 1988, y compris les médias publics, ont été en
quasi-totalité repris en main. C’est également sous son règne, ceci
restera dans l’histoire, que la corruption a atteint un niveau jamais vu
dans notre pays. Enfin, c’est Bouteflika qui a trituré la constitution
pour, s’offrir la possibilité d’une présidence à vie, ramenant l’Algérie (
qui était le seul pays de la région à limiter les mandats présidentiels à
deux) au même niveau que toutes les autres dictatures arabe. Cela lui a
permis, au passage, d’élargir ses attributions, jusqu’à devenir l’unique
détenteur des pouvoirs exécutifs, sans avoir à rendre de compte à
personne. Pour toutes ces raisons et bien d’autres qu’on ne peut énumérer
ici, Bouteflika doit partir.

Ceci dit, Bouteflika n’a pas fait, tout cela, tout seul. Il s’est appuyé
sur ce que « El Watan » a judicieusement qualifié d « armature » du
régime, c’est à dire, la police politique, plus connue sous l’appellation
DRS. Il faut d’abord savoir que le DRS ( département de la sécurité et du
renseignement) exécute des missions diverses. C’est l’un des services de
renseignements les plus centralisés au monde, d’où sa puissance. Aux cotés
de missions légales, que tout Etat est en droit d’avoir, pour assurer la
sécurité du pays, comme l’espionnage, le contre-espionnage et la sécurité
militaire, le DRS exécute aussi, des « missions » de police politique, non
pas cette fois-ci, pour protéger le pays mais pour contrôler la société,
et au bout du compte, protéger le pouvoir de la colère de la population.
Que les services de renseignements écoutent ou surveillent des personnes
suspectées de porter atteinte à la sécurité du pays, d’intelligence avec
une puissance étrangère ou encore dans des affaires de terrorisme, relève
de l’une de leurs missions classiques. Encore faudrait-il, que cela se
fasse sous le contrôle du pouvoir exécutif, et sous le contrôle, à
postériori du parlement, élu par le peuple. Mais que ces services
surveillent, écoutent et infiltrent, par exemple, des militants politiques
ou des militants des droits de l’homme, des journalistes et des
syndicalistes ou tout autre citoyen algérien en raison de sa participation
à la vie publique dans son propre pays, relève d’une pratique illégitime
et de toute façon anticonstitutionnelle. Dans son article 36, la
constitution indique clairement que « la liberté de conscience et la
liberté d’opinion sont inviolables ». L’article 41, reconnaît, tout aussi
clairement, que « les libertés d’expression, d’association et de réunion
sont garanties au citoyen ». Les articles 42 et 43 garantissent
respectivement «  le droit de créer des partis politiques » et « le droit
de créer des associations ». L’article 33 enfin, va même plus loin et
stipule nettement que les citoyens ont le droit de défendre de manière «
individuelle ou associative » leurs libertés individuelles ou collectives
».
C’est donc, en recourant à l’illégalité que le régime, dans ses
composantes militaires et civiles, se  maintient et étouffe la société.

C’est dans le pur style de manipulations occultes, que des rumeurs,
savamment distillées dans certains médias, annoncent des discussions au
sommet de l’Etat au cours de « réunions secrètes ». Autrement dit, les
mêmes qui sont au pouvoir, qui ont lamentablement échoué à tous les
niveaux, seraient en train de concocter des plans et des scénarios pour
l’avenir.
Comment négocier avec un régime dont le fonctionnement intrinsèque
consiste en permanence à empêcher les citoyens d’exercer leurs droits.
Comment négocier avec les dirigeants d’un régime, une issue démocratique,
alors qu’ils considèrent le concept « de démocratie et de liberté » comme
une menace. La seule négociation éventuelle à avoir, pour que les choses
se passent pacifiquement, concernerait les modalités de départ de ce
régime.
Dès lors, il faut dire clairement les choses, même le vocabulaire doit
changer. Le peuple algérien a le droit et le devoir de renverser ce régime
illégitime qui s’impose à lui, dilapide ses richesses et  maltraite son
peuple.

Yahia Bounouar


Nombre de lectures : 1611
16 Commentaires sur cet article
  • ahmed
    19 mars 2011 at 10 h 56 min -

    Bouteflika est le fondateur de ce système ambivalent à deux têtes,l’une apparente représentée par le président de la république qui n’a aucun effet sur la vie politique . La deuxième est cachée,elle est le pouvoir réel ou tout simplement le DRS . Cette situation,bloque le pays depuis des années et ne doit pas durer sinon c’est l’état algérien qui risque d’être menacé dans son existence .




    0
  • Mhamed
    19 mars 2011 at 11 h 01 min -

    Mais tout cela est une évidence et vous n’êtes pas en train de découvrir la formule de l’eau chaude!Assez de paroles, d’analyses et de on va faire, de l’action SVP les intellectuels!




    0
  • Alilou
    19 mars 2011 at 13 h 21 min -

    Whaouuuuuuuuuuuu tout ca a ete publié dans ElWatan ???

    Ca sent le roussi….il ya quelque chose dans l’air qui me dit que la roue a tourné…ou bien on essaye de re-inventer la ….. ROUE




    0
  • Hamma
    19 mars 2011 at 14 h 19 min -

    @au frère Yahia Bounouar,

    « Si l’homme est créé libre, il doit se gouverner ; Si l’homme a des tyrans, il doit les détrôner ».(Voltaire)

    C’est aussi simple que ça!

    Fraternellement.




    0
  • hakimM
    19 mars 2011 at 16 h 52 min -

    Depuis des mois, voire des années, j’écris pour dire que le peuple peureux, divisé et surtout une élite régionaliste, raciste, peureuse s’attaquent aux mauvaises cibles : Les kabyles, Said Saadi, Mediene, DRS, et maintenant même ait-Ahmed n’échappe pas…
    C’est Bouteflika l’opportuniste de 1999 qui a instauré la première république de corruption de matraquage du peuple. Le terrorisme et la DRS ne sont que des alibis pour se maintenir au pouvoir et de le déléguer a son frère, pourquoi a son frère, parce qu’il sait qu’il a détruit un peuple et qu’il a corrompu tout le monde…
    Ait-Ahmed, plus blanc que lui n’existe pas en Algerie, a compris qu’il ne pouvait pas compter sur le peuple éventré, affamé, ruiné, il fait ce qu’il peut avec ce qu’il a . S’il arrive comme premier stade a une solution négociée, c’est déjà beaucoup.
    Au lieu de s’attaquer aux opposons de Boutef, adhérons tous au bureau du FCN et changeons nous mêmes les choses. Si nous serons 10 000 adhérants du FCN, vous me montrez que vous êtes courageux, si nous sommes que 200, fermons le dossier de l’Algérie.




    0
  • Mansour
    19 mars 2011 at 17 h 01 min -

    Bouteflika est un malhonnete. Il a vide la caisse avant de s’exiler chez les Arabes (ou dictateurs) du Moyen Orient. Il a ete ramene par le DRS pour l’interet de ce dernier. Il faut s’en debarasser de Bouteflika et du DRS.Il faut que le peuple Algerien, sans l’interference des opportunistes, reagit d’une maniere unie. C’est un governement corrompu et tueur.




    0
  • Sami
    19 mars 2011 at 19 h 05 min -

    @ HakimM
    Quand j’etais au Lycee , a l’epoque c’etait l’ouverture democratique des annees 90s , on parlait bcp de la politique au moment ou on avait rien a faire en classe .., On avait un prof tres intelligent , quand on aborda ca avec lui parlant de chadli ou du gouvernement a l’epoque , il nous dit :CE QUI GOUVERNE EN ALGERIE , ON LE LE VOIT PAS A LA TELEVISION !!! J’espere que tu m’a compris




    0
  • Ameziane
    19 mars 2011 at 19 h 49 min -

    Il faut attaquer le pouvoir dictatorial jusqu’à ses racines, ses tentacules , ses ramifications et ses prolongements. A partir du sommet : ex-MALG/SM (Boutef-Zerhouni-Kedjouti & Cie) et néo-MALG/DRS (Mediene-Djebbar-Tartag & Cie), face apparente (Présidence-Gouvernement) et face cachée (Police politique-Clans mafieux), les partis liés à l’ex-MALG (SM) et au néo-MALG(DRS), ses journaux de propagande et de désinformation, les BSP dans les usines , les Lycées et Facs, licenciement de tous ces DG et PDG, Recteurs, Proviseurs, Ambassadeurs et Consuls, etc qui sont affiliés au DRS ( alors qu’il n’ont pas les capacités pour les postes qu’ils occupent), dissoudre l’Assemblée nationale, déchéance des grades de tous les Officiers supérieurs impliqués dans les massacres, assassinats, attentats, et autres crimes de la Guerre civile, dissolution les formations crées dans les Laboratoires de la Police politique (RND, RCD, MAK, UDR, FFD, MSP, PSD, etc, etc). faut tout changer !




    0
  • Youssef
    19 mars 2011 at 19 h 54 min -

    Le Régime dictatorial militaro-mafieux repose sur le trépied suivant : la police politique, l’armée de régime, les clans rivaux .
    La police politique, en l’occurence le DRS, l’ex-SM, issue du MALG est »l’enclave autoritaire principale » , le Sommet de la Pyramide du Pouvoir, le coeur et le cerveau du Régime , son bras séculier, sa main de fer, sa colonne vertébrale, son épine dorsale, la Cheville ouvière des Coups d’Etat, l’Instigatrice de la Guerre civile, est chargée de la répression politique et de la surveillance de la population,
    la propagande du Régime (journaux, radios, télévisions), les manipulations et les provocations….L’Armée est une armée de régime, pour le régime,…et étroitement surveillée par le DRS, plusieurs Officiers et Soldats ont été lachement liquidés … Les Clans rivaux, se font et se défont selon les contextes, les circonstances, les humeurs, les interéts; ils se déchirent entre eux pour le partage des rentes, mais sont unis contre la population civile. Et n’ont aucun plan , ni projet ou stratégie pour le pays ! Le Clan le plus puissant est le clan le plus fortement amarré/arrimé/accroché à la police politique, le néo-MALG ou/et l’ex-MALG, compléméntaires et rivaux. C’est l’ex-MALG qui a adoubé Boutef avec l’assentiment du néo-MALG(DRS). Les anciens Réseaux Boussof’s Boys « travaillent » en faveur du régime à l’extérieur, en Europe, en Amérique et au Proche-Orient, trés introduits dans les Affaires de haute volée, avec les Lobbies, les Rois, les Princes et les Magnats de la finance, etc….. C’est tout ça qu’il faut dégager ! Lacheront-ils facilement ? Difficile d’y croire ! Surtout qu’ils sont allés trés loin dans les Crimes contre l’humanité (massacres, assassinats, attentats, etc) et la délapidation des richesses du pays….




    0
  • Mohtabou
    19 mars 2011 at 23 h 27 min -

    Le dernier discours du président qui était TRES ATTENDU ,lu par son conseiller ,à Mostaganem ,vient de confirmer que le statu quo a encore de beaux jours devant lui ,roh ya si MEHRI roh roh ya Da L’HOCINE ROH.
    Il a dit en substance »L’Algérie n’est à comparer à aucun pays ;la démocratie existe chez nous à travers son parlement , sa presse , ses APC APW » C’est clair on ne ressemble à aucun pays:
    Prenez un peuple , mettez le dans un enclos bien gardé ,faites toutes expériences de labo que vous voulez ensuite quand le chef de l’enclos meurt achetez lui des jouets ,du chocolat suisse et de l’emmenthal ,s’il commence à bouger, encouragez le à sortir dans la rue pendant quelque temps ensuite lâchez sur lui les terros jusqu’à ce qu’il se calme ensuite ramènez lui un cuisinier malien dit l’ancien dit aussi l’avionneur,qui récite quelques incantations du gri gri ensuite le jette dans une grosse bassine de dinars de préférence sales laissez macérer quelque temps , ensuite servez el machroubate, jus de banane (de la bananière) , saveur cubaine un peu corsée ,au fond du récipient se dépose un produit qui s’appelle el kanoun elmetfi qui est de la nitroglycérine enrichie.Après avoir fait la bamboula avec feux d’artifices à balles réelles, tout le monde revient à l’enclos et vous pouvez répéter le recette autant de fois jusqu’à la fin de la Terre car on a déjà essayé la romaine , la vandale,la byzantine,la turque , la française , l’arabe a foiré parce que les gardiens du premier collège ont sympathisé avec le collège de l’enclos.




    0
  • brahim
    20 mars 2011 at 0 h 22 min -

    vous semblez messieurs les commentateurs tous perdre d’esprit que bouteflika et son frere ont fait en sorte depuis 1999 de remplacer progressivement le DRS par une nouvelle DGSN
    en d’autres termes la nouvelle police politique est l’actuelle DGSN du general hamel.
    la direction des flics n’est pas sous la coupe du DRS c’est plutot un autre DRS au service de bouteflika.
    direction super equipee (ecoute ,renseignements ,fichiers central ,service informatique etc…)
    180 000 fortement corrompus et omnipresents !
    si vraiment le peuple algerien decide de marcher et manifester pourrait-il vraiment le faire devant la repression inegalable de la police algerienne ?




    0
  • Ni Bouteflika, ni DRS : il faut tout changer ! midipress
    20 mars 2011 at 11 h 11 min -

    […] s’impose à lui, dilapide ses richesses et maltraite sonpeuple.Yahia Bounouar–Lectures: ici pour lire l’article depuis sa source. Cette entrée a été publiée dans algerie. Vous […]




    0
  • Kaci
    20 mars 2011 at 23 h 17 min -

    @ brahim

    Effectivement, la DGSN dispose d’un département de surveillance et de répression politique. La Gendarmerie aussi. Et ce, depuis longtemps déjà. Bon nombre de campagnes de répression ont été menées par la DGSN et par La Gendarmerie. Les deux Corps de répression étaient engagés amplement pendant la Guerre civile et avaient fait énormément de victimes.
    Il faut aussi noter qu’entre la SM-DRS et la GENDARMERIE, il y’a des rivalités qui remontent au temps de Boumedienne et Benchérif (…)Ceci dit, le DRS détient la primauté en matière de répression… et de bilan! Donc les trois corps assurent la mission de sureveillance et répression.




    0
  • Amad Malik
    21 mars 2011 at 13 h 47 min -

    « NI BOUTEF NI DRS, IL FAUT TOUT CHANGER! »
    Bien dit Mr. Bounouar, ou plutot « tout raser et tout reconstruire » dans un pays ruine et delabre par le pouvoir criminel algerien gouverne par la junte militaire « des Caporaux-Generaux » et leurs valets.
    Le FLN et ses tentacules a gouverne le pays depuis plus de 47 longues annees, plus que « leur ami et complice » le criminel Muammar Gaddhaffi qui massacre en ce moment son peuple courageux. Le FLN detient le plus grand record de longivite dans les domaines d´incompetence,de corruption,de perversite et de crimes contre l´elite algerienne.
    Apres avoir trahit en 1962 le sermon fait aux chouhaddas, le pouvoir dirige par la junte militaire des generaux-caporaux, les hommes du FLN et leurs complices du DRS commencent par assassiner l´elite algerienne qui se chiffre en milliers d´hommes integres. Ils ont ensuite « moule, faconne et fige » la population, la jeunesse pour en faire « un Ghaachis docile » et maneable a souhaits.
    Les richesses du pays sont dilapidees et versees dans des comptes occultes et anonymes a l´etranger. La ruine du pays etait programmee pour longtemps…
    Mais Allah est grand et l´heure des despotes criminels a sonnee…
    Dans un dicours, « Si Daggua » Boutef et le « Somalien » Belkhadem viennent de proclamer que le « cas » de l´Algerie n´est pas comme les autres! « Pour sur les « cadavres » du FLN,votre sort sera terrible au vu des evenements actuels », diront-nous a ces assoiffes de pouvoir et d´argent sale.
    Par la voix du MAE, le pouvoir criminel algerien ami et complice de Muammar Ghaddafi, lance comme un defi: »Nous prenons acte de la Resolution 1973 du Conseil de securite de l´Onu pour instaurer un Fly Zone en Lybie… ».
    Ceci apres avoir etre le seul pays avec « leur second ami » le despote syrien Assad a voter au niveau de la Ligue Arabe contre la dite Resolution, et permettre ainsi a « leur cher copain » de massacrer tranquillement le peuple lybien qui se bat courageusement pour le chasser du pouvoir qu´il detient depuis 40 ans.
    Les « sytemes » archaiques Syriens, Lybiens et Algeriens sont identiques a touts points de vue: Apparer le plus de richesses, preserver ces acquis et rester au pouvoir pour TOUJOURS. Quel folies pour ces « cadavres immondes » imbus d´un pouvoir ephemere.
    En Algerie le pouvoir criminel provoque le peuple en usant des memes complots, subterfuges pour « dominer » le peuple qui ose les narguer en demandant une ALLOCATION DE CHOMAGE a hauteur du SMIG, la creation d´emploi ect.
    Le pouvoir incompetent fait appel a des milliers de policiers, baltaguias, milices, DRS, toxicomanes et filles de rues pour decourager, reprimer des etudiants et des manifestants pacifiques a Alger. Quelle honte d´un pouvoir manipulateur et persers a outrance.
    Le siege de la SNAPAP du syndicats autonomes des personnels admninst. de la fonction publique est caillasse par des « voyous » payes par le pouvoir avec des « promesses » d´octroi de logements pour leurs familles. HONTE, milles fois honte sur ce pouvoir machiavelique, mais jusqu´a quand?
    LE MOMENT EST VENU, la liberte ne se donne pas, il faut la prendre de force comme les tunisiens, egyptiens, yemenites,lybiens et bientot syriens, bahreinis, marocains et enfin nous par Allah le GRand.
    Nous les etudiants, chomeurs, peuple algerien, nous ne voulons pas seulement le depart des marionnettes « Daggua Boutef », la « taupe » Ouyahia, le « Somalien » Belkhadem et consorts, mais le depart des vrais gouvernants du pays les « Caporaux-Generaux », le DRS, et surtout d´effacer pour toujours le FLN, RND et « leurs clones » du paysage algerien et les envoyer en enfer pour toujours comme l´ont faient les Tunisiens et les Egyptiens.
    En ces instants critiques et merveilleux, les GRANDS PEUPLES du Yemen, du Bahrein, de Syrie et du Maroc sont en pleine action contre leurs despotes pour les faire tomber dans les jours qui viennent. LE vent de la liberte souffle sur nous et le glas a sonne…
    La jeunesse algerienne est immense, forte de 25 millions de jeunes, elle est capable de faire mieux que les autres dans les jours qui s´annocent…
    Je demande a tous les etudiants de se preparer le jour « J », de rester unis et vigilants contre les complots et manipulations du pouvoir criminel algerien et de certains partis occultes et pervers.
    C´EST LE MOMENT OU JAMAIS! Car le pouvoir panique et ne sait plus improviser pour briser nos forces. Nous sommes les plus forts sur le terrain ET RIEN NE PEUT NOUS ARRETER contre les « CADAVRES, CHAROGNARDS » du FLN, RND qui s´affolent et ne dorment plus.
    Vive la JEUNESSE algerienne, vive la LIBERTE, vive la DEMOCRATIE… NIDHAL, NIDHAL, HATHA YASGOUT ENIDHAM EL KHABITH.
    Malik




    0
  • Kada
    21 mars 2011 at 17 h 07 min -

    Je pense qu’il est temps que j’ma3ate lafalène , randou ,les faux islamistes , les faux démocrates, les ch’karistes etc..etc..wa mèn wara ihim passent la main ,les choses se compliquent sérieusement chez nous et chez nos voisins tous azimuts, les occidentaux s’impatientent et les haines grossissent de façon extrêmement dangereuse surtout contre ceux qui ont trahi le peuple JAHAREN NAHAREN.
    Rabi yahdikoum comme dit le tunisien « BARKA YEZZI »Sinon nous allons encore perdre du temps et le reliquat de l’élite qui nous reste.
    Les mêmes causes entrainent les mêmes effets.C’EST UNE LOI DE LA NATURE QUI NE SOUFFRE AUCUNE EXCEPTION.




    0
  • Amar
    21 mars 2011 at 17 h 50 min -

    Ni ex-MALG/SM , ni néo-MALG/DRS, tous dégagez !

    J’aurai intitulé ainsi. Car c’est une erreur de « personnaliser » le Pouvoir. Boutef n’est pas tout le pouvoir. Il est dans le Pouvoir en général, et dans son Clan en particulier. De meme pour Mediène et Nezzar. Il y’a les représentants pour chaque Clan, mais pas de Chef de Junte. Le Pouvoir ( un tout indissociable) n’a pas de Chef, en raison de la pluralité et la rivalité des Cercles ou Clans qui le constituent (structure clanique. Aucun Général, aucun Ministre, meme pas le Président, ou le Premier Ministre ne peut représenter le Pouvoir (en général). D’où une difficulté supplémentaire pour une éventuelle négociation pour une sortie de crise. Le Pouvoir militaire est aussi divisé que l’Opposition caractérisée par le « clonage » ou le « façonage artificiel » étant donné que la majeure partie des partis crés à partir de 1989, date de l’ « ouverture controlée » sont instigués dans les Laboratoires du DRS, ce sont des succursales, des officines ou agences de la dite Police secrète d’Etat, la Gestapo algérienne…

    L’ ex-MALGF/SM, c’est le Clan Boutef-Zerhouni-Koudjetti & Cie , issu du Clan d’Oujda, appelé aussi les Boussof’s Boys…

    Le néo-MALG/DRS, c’est le Clan Mèdiene-Djebbar-Tartag & Cie, qui dirigent »l’enclave autoritaire principale », le Sommet de la Pyramide….

    Présentement, ce sont sont les deux Clans les plus puissants, dut fait de leur « arrimage » à la Police secrète (ex-MALG & néo-MALG)…Il y’a aussi le Clan BTS- « Bec de canard » autour de Nezzar, et naguère représenté par le Colonel Hadj Lakhdar…

    Aucun changement possible tant qu’ils sont là, eux, leurs partis, leur Ugta, leurs journaux, radios et télés…

    Sans « pression intérieure accru » conjuguée à « une pression extérieure accrue » , il ne lacheront pas !
    Car il ont fait des milliers de victimes et délapidé énormément de richesses…




    0
  • Congrès du Changement Démocratique