Édition du
22 July 2017

Crime contre un symbole de notre mémoire collective !

Aux patriotes de notre chère Algérie,
La famille de notre héros Larbi Ben M’hidi, glorieux martyr de la Révolution nationale, et plusieurs patriotes, après avoir épuisé tous les recours qui étaient en leur pouvoir, nous adresse un ultime appel au secours : elle prie les vrais Algériens, jaloux et fiers de la mémoire de notre glorieuse Lutte de Libération Nationale, de relayer ce cri face un crime contre l’Histoire de notre chère patrie, qui est en train d’être commis et d’agir afin de l’empêcher : la démolition de la modeste maison, située à Biskra, où avait vécu Larbi BENM’HIDI, et où étaient passés tant de  Grands Hommes. La famille l’a appris  par l’article mis en ligne par le journal « Dernières nouvelles d’Algérie » (DNA), du Jeudi 17 mars dernier.
La 1ère réaction d’une des nièces du Chahid a été de poster un message de protestation contre ce crime perpétré  contre notre Histoire au journal qui a publié l’information. DNA ne l’a même pas mis en ligne.
Son neveu Larbi, architecte, a, lui, immédiatement fait le déplacement à Biskra, pour essayer d’arrêter le massacre, mais il n’a pu que constater l’irrémédiable.  Il a ensuite rédigé un texte de regrets et de protestations au nom des deux sœurs encore en vie du Chahid, qu’il a transmis aux « grands journaux ». Aucun ne l’a fait paraître à ce jour! Les quelques moudjahidine (hélas, ils sont bien mous) qu’il a pu contacter l’ont, comme on s’en doute, assuré de leur soutien, mais sans rien faire, jusqu’à ce jour. En effet, ils n’ont rien à gagner dans cette affaire, et l’action militante au nom des PRINCIPES et de L’HONNEUR, ça ne rapporte rien.
Dans cette situation, la famille Ben M’hidi, dans le désarroi le plus total, ainsi que les patriotes désintéressés,  ne peuvent compter que sur d’autres patriotes sincères de ce pays, dont la liberté a été si chèrement acquise.
Alors, si nous pouvions faire parler de cette affaire par tous les moyens, la dénoncer et arrêter le massacre, nos glorieux Chouhada ne pourraient que nous en être reconnaissants, ainsi que nos enfants qu’on veut formater. Défendons un symbole de notre Mémoire collective, qu’on veut effacer à tout prix.
Mme M. DHALAA
P.S. : Prière aux sœurs et frères de bonne volonté de relayer le message en langues nationales. Merci

Nombre de lectures : 1854
24 Commentaires sur cet article
  • Nourredine BELMOUHOUB
    21 mars 2011 at 22 h 15 min -

    Ou est donc la famille révolutionnaire, celle qui ne cesse de nous gargariser de lecons de patriotismes et de cours de nationalisme. ou est-elle donc cette fammille à l’instant ou une autre famille, celle de la trahison et de la félonie est entrain de terminer le crime crapuleux de l’ignominieux aussaresse.
    In Chaallah LA VRAIE demeure du Chahid Larbi BEN M’HIDI est au Paradis. Quant à ceux qui ont décidé de s’attaquer à ce symbole, ils ne reussiront jamais à effacer de nos mémoires les noms des hommes réellement hommes.




    0
  • Arezki Nait Amar
    21 mars 2011 at 22 h 25 min -

    Les imposteurs qui nous gouvernent,qui se situent dans la droite lignée de l’administration coloniale française,veulent,par ce geste ignoble,effacer à jamais les vestiges de notre glorieuse révolution.




    0
  • DNA
    21 mars 2011 at 22 h 25 min -

    Bonsoir.
    Nous sommes surpris de lire dans cette contribution une accusation faisant étant d’une prétendue censure par DNA d’un message qu’aurait posté sur notre site une des nièces de Larbi Ben M’hidi et qui n’a « même pas été mis en ligne »
    Je tiens à vous assurer que nous n’avons reçu aucun message de la part de cette personne.
    Par ailleurs, si cette personne ou d’autres membres de la famille de Ben M’hidi souhaitent apporter leur contributions, notre site les publiera volontiers.
    Cordialement
    Farid Alilat
    directeur de DNA




    0
  • jila
    21 mars 2011 at 22 h 27 min -

    montrez moi comment je peux vous envoyer la photo de la maison je le fais tout de suite

    =============================
    Merci de l’envoyer à l’adresse du site : esperal2003@yahoo.fr




    0
  • Morjana
    21 mars 2011 at 23 h 53 min -

    Gloire et Eternité à nos martyrs! Alors que dans une Algérie dirigée par ses vrais enfants, cette maison aurait été jalousement préservée, protégée, restaurée et serait devenue un lieu de recueillement et de pèlerinage sacré et vénéré, dont la charge historique et émotionnelle aurait envahi chaque visiteur, ainsi qu’un endroit où les enseignants, les parents et les éducateurs auraient emmené les enfants pour leur montrer que notre pays a eu de grands hommes à qui nous devions notre liberté, dans l’Algérie des nouveaux colons, on achève l’œuvre de démolition des colons et des tortionnaires français, dont les mains et la mémoire resteront à jamais maculés du sang de tous nos immortels martyrs. Larbi Ben M’hidi, même si sa modeste maison est démolie, éclairera toujours de son souvenir lumineux nos mémoires et l’Histoire de notre chère patrie. Quant à ceux qui ont trahi et meurtri cette nation, ils finiront, malgré leurs palaces, leurs châteaux et tous les biens spoliés au peuple, dans de sombres oubliettes ou dans les décharges nauséabondes de l’histoire humaine.




    0
  • Mebarki aziz
    22 mars 2011 at 0 h 34 min -

    Moi même j’ai appeler tout les journaux, et c’est moi même qui a pris en photos que j’ai mis a la disposition de tout les journaux, seul DNA a répondue présent a mon appel, même pas le quotidien!!




    0
  • abon
    22 mars 2011 at 0 h 46 min -

    Excusez moi je suis sans voix, et ce genre de scénario est de plus en plus fréquent. ! Hélas c’est là le produit de l’école Algérienne qui se spécialise dans le gommage de tout notre passé car celui de certains gouvernants n’est guerre brillant; et le pire reste avenir.
    Allah Yarham El-Chouhadas.




    0
  • Boudiaf
    22 mars 2011 at 1 h 32 min -

    Ça comme ça quand un peuple accepte d’être gouverner par des traîtres.




    0
  • aquerado
    22 mars 2011 at 2 h 18 min -

    Salam,
    Malheuresement cette maison a ete detruite(voir casbah aussi). Le probleme n’est pas dans la maison en elle meme, mais dans la deconstruction de cette symbolique de la resistance Algerienne depuis 1962, et meme avant si on prend le cas de l’assassinat de Abane Ramdane. La veritable famille revolutionaire n’a les moyens de rien faire vue qu’on l’a depossede de tout, et toute initiative est cassee des le depart par les sbires et les relais(medias d’egouts) au service des traitres a la nation. Si cette situation perdure et que les Algeriens ne prennent pas conscience de ce phenomene, dans 50ans on aura la meme situation qu’en Palestine ou les sionistes se sont accapares sans scrupule maison par maison de toutes ou presque les demeures des Palestiniens. Ajoute a cela que financierement rien ne pourra les arreter. Un Martyr disait « si on venait a mourir defendez nos memoires » Ce grand homme d’une lucidite incomparable est mort a la fleur de l’age pour que vive une Algerie libre et heureuse. Ayant tres bien compri se qui allait advenir ulterieurement, il voulait dire defendez nos familles (sang), notre honneur, nos enfants. Helas la confusion instauree par ce pouvoir cynique conditionnant le peuple a penser qu’a son ventre ou a toutes sortes de futilites a defailli dans la protection de cette AMANA. Les martyrs sont vivants comme dit dans le coran. Je peux meme vous garantir que rien ne se fera de grand en Algerie sans avoir pri au serieux cette AMANA, a toi donc de choisir Peuple.




    0
  • Hamma
    22 mars 2011 at 2 h 31 min -

    Même mort il dérange!

    C’est complétement absurde! D’une part on tente de détruire sa maison et d’une autre, on veut lui rendre hommage à travers un film sur son parcours .

    Ironiquement, le journal du 16.03.2011 qui donne l’information sur cette production cinématographique titre: « Il faut sauver Ben M’Hidi »

    http://www.liberte-algerie.com/index.php (page 20)




    0
  • Hamma
    22 mars 2011 at 2 h 51 min -
  • guerriere de la lumière
    22 mars 2011 at 12 h 12 min -

    Cette mafia a détruit des vies humaines sans aucune pitié, comment voulez-vous qu’elle soit sensible à ce genre de trésor et de symbole?

    Au contraire ca leur rappel de très mauvais souvenirs, alors autant tous rasé!

    Frère LARBI BEN M’HIDI est un martyre et il est heureux dans sa dernière demeure comme tant d’autres martyres!

    Quand à nos Tsunamis qui veulent nous dévaster jusqu’au dernier de nous (vrais algériens) , ne vous en faites pas chère Madame…Toutes les horloges sonnent le glas ….leur dernière heure est venue et point de regrets!

    Patiences Patiences Patiences…. si seulement ils savaient ce que Le Tout Puissant leur réserve…ici bas avant l’au-dela.




    0
  • Merhoum-Slougui faouzia
    22 mars 2011 at 12 h 34 min -

    Démolir la maison où a vécu le chahid Larbi BEN M’HIDI, c’est effacer tout un pan de notre l’Histoire, car cette modeste demeure a vu passer de nombreux militants de la première heure. Cette maison représente un patrimoine inestimable pour la mémoire collective. Sa disparition est un crime contre la nation algérienne qui ne doit pas rester impuni. Quant à la défense de la mémoire du chahid BEN M’HIDI, avant d’être l’affaire de ses proches, elle incombe avant tout aux autorités du pays censées défendre l’intégrité morale de nos Grands Hommes, ce héros n’appartient pas à sa famille, il appartient à la nation pour laquelle il s’est sacrifié à la fleur de l’âge. Dans ce cas précis, l’Etat devait exercer son droit de préemption pour acquérir ce bien et en faire un musée ou un jardin de la Mémoire. Il n’est cependant pas trop tard pour se racheter et accomplir un geste digne en sauvegardant ce patrimoine national pour les générations futures.
    Nièce du chahid larbi BEN M’HIDI




    0
  • kaddour
    22 mars 2011 at 22 h 23 min -

    Bonsoir,

    Si cette maison est en passe d’être démolie, c’est qu’elle est inoccupée et donc abandonnée par la propre famille du martyr L. BEN M’HIDI.

    De toute façon, même la maison  »Algérie » n’a pas échappée au tsunami des fossoyeurs au pouvoir.




    0
  • Bob DINAR
    22 mars 2011 at 23 h 44 min -

    Cette regrettable affaire est la preuve de la transformation de l’administration locale en un rouage froid , mécanique sans pouvoir réel de décision.Tout est piloté par les nababs d’Alger qui ont du signifier par un non dit aux autorités locales « dabar rassak » sans le chapitre financier y afférent.Wine l’ONEC Win Wine Bounedjma Wine ,Wine el ayla thawria wine.

    L’argent déborde mais le gâteau se rétrécit.Les morts dussent-ils être illustres ,personne n’y pensent vraiment.C’est à décourager d’être CHAHID.
    EFHAM YA EL FAHEM.




    0
  • ELBESKRI
    23 mars 2011 at 11 h 20 min -

    Bonjour
    Grace à DNA nous avons appris la triste nouvelle de la demolition de lhumble logis d’une de nos plus grande figure historique.Il est malheureux de rappeler que Biskra n’a jamais accordé l importance devolue à un tel Homme et en mars hormis un tournois de football rien n’est organisé par les autorites locales ou les associations qui se penchent sur l histoire de la ville.Un buste negligemment réalisé par un artiste local est là ou la placette porte le nom du Chahid sans plus.Alors qu’ailleurs on ne cesse d’écrire et de parler de ce vaillant fils de l’Algerie.Il est vrai qu’aujourd hui les affaires obnubilent certains mais l interet pour Si Larbi ne doit jamais etre occulté.




    0
  • Ameziane
    24 mars 2011 at 11 h 55 min -

    « La hantise de l’illégitimité historique », c’est bien ça la « maladie sénile » des Généraux criminels. Abbane, Haoues, Amirouche, Mellah,Lotfi, Krim , Boudiaf, Chabani,Khémisti, Khider, et autres « historiques », vaillants et glorieux combattants contre le colonialisme, liquidés par les sbires du Régime, et d’autres héros, Ben M’Hidi, Zabana, Aissat, assassinés par les Généraux français, c’est « le lien dialectique et historique » entre le colonialisme français et le « colonialisme intérieur » qui avait pris le relai. Après les Généraux français, viennent les Colonels algériens, Boussof, Boumediène et Cie. « Le Coup de force permanent » commence au plus fort de la guerre de libération. Rappelons-nous: c’est presque à la meme période(1957)que les Criminels Aussaresses, Bigeard & Cie assassinent Ben M’Hidi, et le Clan d’Oujda(MALG)liquide Abbane, les militaires français n’étaient nullement tracassés par la naissance du MALG, car ils avaient tout de suite compris que ce « monstre » était né pour surveiller et régenter la société algérienne, et non pour lutter contre le colonialisme….Bref.

    Les Généraux veulent liquider tout ce qui symbolise le « combat libérateur ». Faut-il rappeler que la plupart d’entre eux était de l’ »autre coté », du coté de l’ennemi, dans l’Armée française, pudiquement auto-proclamés « DAF »(hum!). Ils sont entrain de poursuire « l’oeuvre coloniale » de destruction (et bientot Nobel-isés), ils sont dans les pas des colons, dans leur peau, ils assument la »vengeance posthume du colonialisme : ils achèvent au présent ce qui n’a pas été détruit par le passé !

    Mais les symboles , l’histoire et la mémoire sont là. De loin plus forts que ces Généraux. Avec leurs chars, leurs milliards, mais ils ne vallent rien devant ces héros, ces combattants inscrits pour l’éternité dans les Annalles de l’histoire, alors que ces gallonés auto-gradés Généraux n’on aucune légitimité populaire, historique, révolutionnaire, ou nationale, rien! D’où leur « mauvaise conscience »!
    Opprobre suprème, ils sont allés jusqu’à cacher les ossement des Colonels Amirouche et Haouès, donc tués par deux fois: d’abord par les français, par la suite par Boumèdiene, taleb dans une Madersa, devuenu Sergent, et directement Colonel, sans gravir les échelons! Il ne pouvait supporter de voir ces héros enterrés à El Alia, pas loin d’El Mouradia! Ni voir Krim, Khider, Ait Ahmed, Boudiaf… C’était insupportable pour lui et sa clique illégitime!

    La démolition de la maison de Ben M’Hidi, figure de proue du mouvement national, est acte criminel qu’il ne faut cesser de dénoncer…et mettre le drapeau en berne! C’est hautement grave !




    0
  • koudiri
    25 mars 2011 at 13 h 28 min -

    Ca ne me surprend vraiment pas ce genre de nouvelles ,rappeler vous la maison du penseur MALEK IBN-NABI, elle est devenu abondonnee puis un coin pour tout faire.




    0
  • kader. el dzir
    27 mars 2011 at 8 h 14 min -

    Est-que vous aviez pensé qui font ces sales besognes et pourquoi?La réponse et claire sans aucune ambiguité ce sont les francophiles de la promotion Lacoste surnomé Hezb França qui ont saccagé ,détruit et anéantit l’Algerie depuis qu’ils ont les renes de commande du pouvoir plus particulièrement quand ils stopper le processus démocratique en 1992 sous la fameuse farce lutte contre le terrorisme et sauver la république.




    0
  • faouzia Merhoum-Slougui
    28 mars 2011 at 11 h 03 min -

    @Misérable: Dans cette petite maison où a vécu Larbi Ben M’hidi, a vécu également son frère cadet, le chahid Mohamed Tahar Ben M’hidi, jeune et brillant universitaire tombé lui aussi au champ d’honneur, les armes à la mains. Par ailleurs, la famille de Larbi Ben M’hidi comptait aussi trois sœurs : l’ainée, Mme Azzouz Nafissa décédée à Biskra début 2008, Mme Vve Merhoum F.Z et Mme Vve Hassani D. vivant toutes les deux à Alger.
    Mais s’il y a une chose à retenir, c’est que Larbi BEN M’HIDI n’appartient pas à une coterie, un parti, ni même à sa famille. Il appartient à tous les Algériens qui doivent se mobiliser pour défendre sa mémoire comme celle de tous nos Grands Hommes.




    0
  • HAMMANA
    2 avril 2011 at 21 h 12 min -

    La maison du chahid BENMHIDI constitue pour la junte militaire au pouvoir un désaveu à tous les égards et rappelle au DAF de Hizb frança leur passé de traitres à la nation qu’il essaient d’effacer de la mémoire algérienne afin que rien ne subsiste qui puisse les exaspérer comme si cette demeure aux dimensions historiques du héros les pointait d’un doigt accusateur.
    Ceux qui n’ont pas hésité à se livrer à une campagne insensée de liquidation de toutes les grandes figures de la révolution ne sauraient tolérer qu’une demeure de cette importance continue à exister par ce que elle représente pour eux une tare morale dont il fallait s’en débarrasser,oubliant dans la foulée que détruire un toit et quatre murs n’équivaudra jamais à effacer le parcours du combattant qu’il était de la mémoire collective algérienne dont laquelle il restera ancré pour l’éternité.La grandeur d’un homme ne se réduit pas à une batisse mais à l’amour qu’il a imposé aux algériens en vertu de son dévouement à la cause nationale qu’il a servi avec abnégation.Les algériens savent faire la différence entre les morts-vivants et les vivants-morts qui viennent de donner par ce geste ignoble toute l’étendue de leur bassesse.
    ALLAH YARHAMOU WA YARHAM JAMIE ECHOUHADA.AMIN




    0
  • Merzak OUABED
    9 avril 2011 at 9 h 27 min -

    La loi de mauvais aloi

    Hier seulement, en rougissant
    J’ai su que nous les Algériens
    Sommes pas du tout reconnaissants
    Vils et ingrats, ne valant rien

    Car il parait qu’on a omis
    De remercier comme il se doit
    Nos bienfaiteurs, ces chers amis
    Qui prétendaient qu’on est gaulois

    Puis désormais, faut plus fêter
    Le cinq juillet, l’indépendance
    Se mettre en deuil et regretter
    Les gros colons, partis en France

    Selon des gens à histoires
    Parait que le colonialisme
    Est un droit et un devoir
    Créé au nom de l’humanisme

    C’est ce qu’affirment des députés
    Des nostalgiques du temps passé
    Des cocardiers fort réputés
    Siégeant au parlement français

    Car en effet, selon la loi
    Qu’on a voté, sans crier gare
    On était tous des hors-la-loi
    Ne méritant aucun égard

    C’est même honteux, que j’ai appris
    Que nos aïeux, ont mal reçu
    Les braves Français, ces incompris
    Qui débarquèrent à leur insu

    Ils sont venus, hissant bannières
    Nombreux, pour nous coloniser
    Et nous apprendre les bonnes manières
    Des gens comme eux, civilisés

    Car il paraît, qu’on savait rien
    Et qu’on n’était pas cultivé
    Juste bons à faire les galériens
    Pour leurs colons qui arrivaient

    Parait de même que notre culture
    Se résumait à un couscous
    Une gandoura de basse couture,
    Une chéchia et un burnous

    Parait encore que nos aïeux
    Etaient méchants et même sauvages
    D’affreux pirates, fous et furieux
    Qui écumaient loin des rivages

    Alors au nom du grand amour
    Et du respect qu’elle nous vouait
    La France envoie à notre secours
    Duc de Bourmont, Dieu soit loué !

    Mais ce Bourmont civilisé
    Avec sa flotte de voiliers
    Etait venu coloniser
    A coups de canon, et cavaliers

    Nos bienfaiteurs ont massacré
    Ont profané et torturé
    Ont occupé les lieux sacrés
    Puis, s’installèrent pour la durée

    Avec mépris et arrogance
    Ils firent main basse sur les palais
    Et le trésor de la Régence
    Qu’ils détournèrent comme il fallait

    Puis nous apprirent à saluer
    Courbant l’échine à leur passage
    A trimer dur et à suer
    Comme durant l’ère de l’esclavage

    Civiliser à la Française
    Ce n’était pas la rigolade
    C’était l’enfer et sa fournaise
    Les tueries et enfumades

    Mais comme depuis la nuit des temps
    Notre Algérie a enfanté
    Des hommes libres et résistants
    La grande révolte a éclaté

    Puis en dépit de l’OAS
    Rien ne pouvait plus arrêter
    Notre ALN et ses prouesses
    Pour recouvrir la liberté

    C’est grâce alors aux sacrifices
    De tout un peuple fier et altier
    Que sonne le glas de l’injustice
    Sous les Hourra ! du monde entier

    Que cherche-t-on à suggérer
    Par cet édit non innocent
    A falsifier et à leurrer
    Sur un passé encore récent

    C’est scandaleux de glorifier
    La barbare colonisation
    Que rien ne peut plus justifier
    Encore moins . . . la civilisation

    Merzak OUABED
    ( un hors la loi, en particulier cette loi et celles dont elle s’inspire )
    Alger, le 4 août 2006

    Ecrit pour dénoncer satiriquement, la ridicule et scélérate loi du 23 février 2005, votée et adoptée par l’Assemblée Nationale Française glorifiant le colonialisme.
    Alors à quand une loi glorifiant l’esclavage ?




    0
  • HAMMANA
    11 avril 2011 at 13 h 28 min -

    A MR MERZAK Ouabed

    Pourquoi attendre une loi sur l’esclavage,on est esclaves depuis 1958.Vous ne trouvez pas que nos lois conviennent parfaitement à ce statut?




    0
  • aquerado
    13 avril 2011 at 2 h 15 min -

    Salam,
    Tres beau poeme en forme de quatrains, mr Ouabed, si vous en avez d’autres, je suis prenneur.




    0
  • Congrès du Changement Démocratique