Édition du
23 July 2017

Syrie: Les manifestations se multiplient.

Le vent de jasmin aura porté les germes de la révolution bien plus loin que nous l’aurions seulement imaginé. C’est réellement le printemps des peuples arabes.
Après l’Egypte, la Lybie, la Jordanie, le Yemen, voici venu le moment pour le peuple syrien d’entrer dans le cercle de lumière qui émane du foyer ardent. Un feu de joie, mais aussi de larmes et de sang, qui gronde et flamboie, pour illuminer le destin de peuples qui ont pendant si longtemps, supporté l’indicible despotisme de leurs dirigeants respectifs.
Qui aurait cru qu’un jour, le peuple syrien, tenu d’une main de fer par une régime policier implacable, aurait pu s’exprimer dans la rue, et réclamer son droit à la dignité et à la démocratie ? Inimaginable, dans ce pays dirigé par tout un clan tribal, où la moindre allusion à la démocratie peut coûter la vie, ou dans le meilleur des cas un emprisonnement sans procès, dans des geôles infâmes, pour un temps indéterminé.
C’est pourtant ce qui vient de se produire. Depuis trois jours, vendredi 18 mars, des milliers de jeunes syriens, dans plusieurs villes du pays, ont investis les places publiques. Le mouvement avait commencé le 15 mars, à la suite d’un appel de jeunes facebokkers, mais la manifestation n’avait réuni qu’une centaine de jeunes, vite dispersés par les forces de l' »ordre ».
Mais il semble bien que le mur de la peur est tombé. Les manifestants se comptent désormais en dizaines de milliers. Le pouvoir, qui cherche à éviter qu’une situation insurrectionnelle s’installe dans le pays, a donné des instructions pour ne pas tirer sur la foule. Mais malgré cela, les manifestants déploreraient déjà cinq morts, et plusieurs blessés.

Une chose est sûre: A Damas aussi, et dans toutes les villes syriennes, le train de la révlution vient de s’ébranler. Il ne s’arrêtera qu’en gare. Celle de la Liberté!

D.Benchenouf


Nombre de lectures : 1093
3 Commentaires sur cet article
  • Hamma
    21 mars 2011 at 15 h 29 min -

    Depuis la Tunisie, Bouteflika dors mal ou pas du tout. Chaque nuit qu’il passe est un calvaire car il doit repenser à la fuite de Ben Ali, à la destitution de Moubarak et au bourbier dans lequel se trouve Kadhafi. Maintenant il doit ajouter à ça Mohamed VI, Ali Salah et Bachar El Assad sans s’empêcher de se poser toujours cette cruciale question: « Moi, c’est pour quand? »




    0
  • omar54
    21 mars 2011 at 15 h 52 min -

    AH! voilà un autre bastion de la dictature et de l’infamie,il parait que l’état d’urgence,chez eux,dure depuis ……1963 (à vérifier)à cause des innombrables coups-d’état qui ont eu lieu depuis les années 40/50 jusqu’à ce dernier « président »biberon.A l’époque il n’avait pas l’âge pour « diriger »,alors les vrais tenants du pouvoir lui ont concocté une dérogation en…………24 heures et rouli ya trolley !




    0
  • nina
    21 mars 2011 at 23 h 34 min -

    salam
    @hamma la prochaine revolution c’est pour le départ de boutef il est entrain de preparer son trousseau pour faire son pèlerinage et peut etre qu’il va rester prés de Zino




    0
  • Congrès du Changement Démocratique