Édition du
25 July 2017

Syrie, Jordanie, Algérie, les régimes se ressaisissent…


Répression féroce en Syrie, plus de 100 morts, recours aux baltaguias en Jordanie, un mort et une centaine de blessés.
Les régimes arabes, qui restent à balayer, semblent avoir compris que les révolutions de leurs peuples mèneront fatalement à leur éviction, s’ils ne réagissent pas en conséquence. Et comme ils sont décidés à ne pas subir le même sort que les Benali, Moubarak et Kadhafi, ils mettent les bouchées doubles, pour exorciser la peur qui les habite désormais.
Aussi se barricadent-ils, à leur manière, dans des logiques aussi criminelles qu’elles sont hâtives. Celle du meurtre et de la corruption de masse.
En Syrie, les agents des redoutables « moukhabarates » tirent sur la foule, à hauteur de tronc, et de tête, pour tuer. En même temps que la conseillère du Président El Assad annonce des augmentations immédiates de salaires des fonctionnaires. Diviser les populations pour les monter les une contre les autres.
En Jordanie, on lâche les molosses, ces fameux baltaguias, pondus sur un seul moule, dans tous nos pays. Des brutes qui frappent et tuent leurs propres compatriotes, en même temps qu’ils font de gros bécots aux photos de leurs despotes successifs.
En Algérie, même topo corrupteur que celui de la Syrie, multiplié par mille. Augmentation des salaires, laxisme outrancier face à tous les trafics, préparation de bataillons entiers de baltaguias.
Dans cette panique généralisée, de ceux qui ne reculeront devant rien pour ne pas perdre leurs honteux privilèges, et leur main-mise sur les richesses de leurs pays, seul le Maroc semble adopter une démarche un tant soit peu digne. En autorisant les manifestations politiques, en interdisant aux forces de sécurité de réprimer les manifestants, en s’engageant résolument vers des réformes courageuses, même si elles restent en deçà des attentes légitimes de la société marocaine.

En tout état de cause. Il ne fait plus de doute que la révolution de jasmin continue de se répandre. Al Jazeera et les réseaux sociaux en sont devenus de puissants amplificateurs. Les coeurs de nos peuples battent à l’unisson.

En Algérie, des prémices se font jour, qui expriment le désir du peuple à une vie plus digne, et à l’avènement d’un Etat de droit, même si ces aspirations restent encore diffuses. Même si de larges couches de la société ont été anesthésiées par une économie de bazar qu’elles pensent être une réussite économique, et un mieux être. Même si elles confondent laxisme et absence de l’Etat avec liberté d’entreprendre.

Mais tant va la cruche à l’eau…
Les dirigeants de nos pays croient avoir tiré des enseignements des grands bouleversements qui ont balayé les régimes de Tunisie, d’Egypte, de Libye et bientôt du Yemen. En fait, en guise de conclusions, ils ont confondu prévention et redressement avec fuite en avant. Mais le temps rattrape toujours les égarés de l’histoire. Rendez-vous à bientôt!

D.Benchenouf


Nombre de lectures : 1583
UN COMMENTAIRE
  • Ninie
    26 mars 2011 at 13 h 58 min -

    Salam alaykoum,

    « ces aspirations restent encore diffuses »…c’est là le noeud du problème.

    Tous les Algériens ressentent, par intuition, qu’ils se font escroquer matériellement (par les parasites) et flouer mentaement (par propagande médiatique : patriotisme, indépendance, pesudo-fierté…débilité).

    Que ne peut-on établir une liste qui traduit sur papier l’ensemble des arnaques de l’oligarchie en place ?

    Beaucoup ne savent même pas que l’accès à un système hospitalier de qualité est un droit pour le peuple et un devoir pour leurs représentant…ça doit faire ricaner certains…quelle arnaque ce bled immensément riche, dont beaucoup de chirurgiens finissent infirmier-vacataire dans un pauvre hopital de banlieue en France !!!

    Lister les problèmes, c’est conscientiser le peuple sur les escroqueries matérielle. On ne parle même pas des massacres, disparitions, exil…bref de tous les aspects moraux relelvant de la dignité des hommes.
    Non, juste d’un point de vue matérialiste, n’est-ce pas, il y aurait de quoi faire pour rassembler tout le monde puisqu’ils en sont tous les victimes ou dindons de la farce (ça dépend de quel coté on est).




    0
  • Congrès du Changement Démocratique