Édition du
30 March 2017

SANTÉ : Les médecins résidents claquent la porte des commissions

Le Soir d’Algérie

07 avril 2011

Les médecins résidents passent la vitesse supérieure. Ils ont organisé hier un sit-in devant la présidence de la République. Ils ne comptent pas mettre fin à leur grève illimitée avant que des assurances ne leur soient donnés au sujet de la suppression du service civil.
Nawal Imès – Alger (Le Soir) – Entre les résidents et le ministère de la Santé, c’est le clash. Le collectif autonome des médecins résidents ne considère plus le département d’Ould Abbès comme un interlocuteur. Les événements se sont précipités après la réunion de lundi des commissions auxquelles avaient pris part les résidents mandatés. Les représentants des résidents y ont en effet appris que le ministère de la Santé n’avait nullement l’intention de trouver une solution à leur revendication principale, à savoir le service civil. C’est à ce moment que les résidents ont décidé de se retirer des trois commissions installées par le ministère de la santé. Une décision que commente le docteur Benhabib, un des porte-paroles du collectif. «Au niveau des commissions, on nous proposait tout juste une amélioration du service civil, or ce qu’on demandait c’est d’abord que soit fait le bilan de la mise en œuvre du service civil que nous considérons comme un échec», expliquet-il en ajoutant que l’expérience avait montré que l’instauration du service civil avait montré ses limites. Il en veut pour preuve la situation que vivent les résidents dans les zones reculées et qui se retrouvent souvent isolés et sans plateau technique. Il n’est pas rare qu’un cardiologue se retrouve sans matériel ou qu’un gynécologue soit affecté dans une structure dénuée de tous moyens. Les résidents estiment que la couverture à 100% du territoire national en médecins spécialistes est une utopie au regard de l’immensité du territoire. Les résidents ont proposé une évaluation de la mise en œuvre du service civil et se disent prêts à attendre le temps qu’il faudra aux autorités pour trouver la meilleure formule pour couvrir le territoire en spécialistes et ôter le caractère obligatoire du service civil. Pour se faire entendre, ils ont adressé une lettre ouverte au président de la République. Le sit-in organisé hier signait la fin d’un simulacre de dialogue avec le ministère de la Santé. Les résidents sont en attente d’un interlocuteur qui soit en mesure de répondre à leurs doléances. En attendant, ils restent mobilisés. La grève illimitée est toujours maintenue. Les résidents ne comptent pas baisser les bras.
N. I.


Nombre de lectures : 1142
7 Commentaires sur cet article
  • rak
    7 avril 2011 at 19 h 52 min -

    salam, azul, bsr les ami(e)s

    La grande zerda est lancée, chaque corporation veut sa miserable bouchée de la « waada » bouflikienne
    c’est a qui campera le plus devant son palais en attente d’un « os a ranger » pendant que le pays prends l’eau de toute part et que ses fossoyeurs se remplissent les poches encore et encore.
    heureux les martyrs qui n’ont rien vu

    cordialement




    0
  • docgyneco
    8 avril 2011 at 1 h 00 min -

    je tiens a féliciter l’ensemble des résidents qui résistent et continuent a revendiquer « non au service civil » pour moi c trop tard je l’ai fais la seule chose que j’ai gagné c’est une HTA
    de grâce Monsieur, le ministre évitez une pathologie chronique pour ces jeunes médecins ou orientez les au maximum à 100 km de chez eux
    je vous le jure que c’est une galère c’est vrai j’avais un logement de fonction, je paye la location, l’électricité et l’eau et j’avais pas de gaz; alors mettez vous a la place de vos enfants
    désolé pour ma franchise




    0
  • docgyneco
    8 avril 2011 at 1 h 26 min -

    La grève touche que 10 wilaya ou existe des CHU car pas de résidents dans les EPH et EPSP Monsieur, le ministre.
    Pouvez vous envoyer votre fille a Tindouf Monsieur, le ministre si vous n’êtes pas de la bas
    Pouvez-vous Monsieur, laisser votre enfant habiter dans une chambre d’hôpital
    Pouvez vous Monsieur, faire de la médecine en pensant à votre famille qui est des 100N de KM ……….
    Soyez franc et réaliste




    0
  • hamid
    8 avril 2011 at 12 h 56 min -

    nous,travailleurs et ingénieurs dans plusieurs disciplines exerçant jour et nuit dans les confins les plus éloignés du grand sud sans contact aucun avec qui que soit pendant de longs séjours éloignés de nos familles à 1000 km et plus, dans des zones désertiques des plus arides,en compagnie de travaillieurs de diverses nationalités anglo-saxons asiatiques etc, ne comprenons pas le comportement et les doléances enfantines de ces fonctionnaires de la santé .




    0
  • asma
    8 avril 2011 at 21 h 24 min -

    hamid,si vous partez au sud c’est pour travailler et etre bien payés;pas pour faire des lettres d’évacuation car vous disposez d’aucun moyen pour traiter les gens,et puis c’est votre CHOIX pas une obligation d’accord?????c la différence non négligeable;et puis on est musulmans ya adjaba comment accéptons nous qu’une femme mariée fasse 500 km en laissant mari et enfant,pour se retrouver à travailler dans un hopital 24/24,svp les donneurs de lecons abstenez vous avec votre EGOISME




    0
  • docgyneco
    9 avril 2011 at 0 h 59 min -

    Hamid, je suis vraiment désolé qu’ils aient des personnes qui réfléchissent comme vous
    Moi « a3oudou billah min kalimat ANA » j’ai terminé mon service civil avec une hypertension vu le stress
    vous, vous avez choisi de faire l’extrême sud ou sud pour de l’argent , la différence c’est que nous ils nous obligent a le faire
    vous c’est votre choix nous NON




    0
  • docgyneco
    9 avril 2011 at 1 h 58 min -

    PS:Merci Asma et bon courage




    0
  • Congrès du Changement Démocratique