Édition du
29 March 2017

Monde arabe:la misère des peuples et la malédiction du pétrole.

par M. Hammana

Nul peuple ne pouvait imaginer un seul instant que le pétrole qui aurait du servir le développement national ,améliorer le quotidien du citoyen et promouvoir son mode de vie allait accentuer sa misère et être au service exclusif des multinationales et des puissances étrangères dont la stratégie repose sur l’accélération du processus de détérioration de la situation au sein des pays producteurs et qui reste la corrélation de leurs convoitises de s’accaparer leurs richesses aux prix des croisades dont elles se sont adjugées le droit d’en décider en dehors du cadre juridique onusien dont les deux cas les plus spectaculaires sont l’Irak et la lybie au profit d’une démocratie dévoyée acculant ainsi les peuples à la révolte et qui se trouvent ,une fois le divorce entre leur gouvernant consommé,à la merci de ses bons offices qui lui permettent d’exploiter à leurs profits les contradictions des deux parties inaugurant ainsi une autre forme d’ingérence , n’engendrant que les crises et les guerres que des systèmes constitutionnellement illégitimes à la solde de l’occident et dont les intérets son concordants livrent à leurs propres peuples . Et à des degrés moindres aux cadres des entreprises des secteurs concernés qui estiment avoir eux aussi droit à leurs parts du gâteaux considérant que ce secteur n’appartient pas aux peuples comme secteur d’Etat mais fait partie du système des privilèges que les tenants des pouvoirs se sont arrogés et qu’ils distribuent aux gré de leurs convenances à leurs satellites et en fonction de l’allégeance à tel ou tel baron du pouvoir. Ou encore mieux, alimenter les caisses noires institués au niveau des présidences des républiques ou des sommes faramineuses y sont déposées échappant ainsi à tous contrôles et servant des objectifs extranationaux comme le financement des campagnes électorales de partis politiques dans des pays qui dans le passé étaient considérés comme ennemis. Ou l’achats d’arsenaux d’armes destinées à combattre je ne sais quel ennemi si ce n’est pour mater les soulèvements populaires, en sus que c’est une autre façon de dilapider les deniers publics et servir d’alibi face aux revendications syndicales en prétextant l’insuffisance des ressources de l’Etat à les satisfaire. Alors que le gouvernement se prévalait de la chute du prix du brut pour fuir ses engagements et ses obligations vis-à-vis de la société dans des pays ou les réserves de change s’élèvent à plusieurs centaines de milliards de dollars et ou le citoyen est réduit à un tel état de dénuement qu’il est contraint de prospecter dans les décharges publiques à la recherche de son pain quotidien, des familles périssent chaque jour pour ne pas avoir trouvé de quoi manger dans l’indifférence totale d’un pouvoir qui semble se délecter des souffrances de ses sujets en s’abstenant à décider des mesures pour remédier à cette situation pour le moins inhumaine. Ou destinées au fonctionnement des chancelleries à l’étranger transformées en lieux de villégiature par et pour une caste de généraux ,qui tirent profits de la rente pétrolière en fonction de la masse de celle-ci ,aux services de leurs enfants à l’occasion de leurs déplacements à l’étranger. Force est de constater que les crédits engagés au titre des programmes nationaux de développement qui servent de justificatif à la fuite des capitaux sont nettement en deçà des prélèvements opérés sur le trésor public et dénote l’ampleur des dégats subis par l’économie nationale saignée à blanc par une bourgeoisie compradore dont l’enrichissement illicite n’a pas de limites. Pendant que la mégalomanie du pouvoir est perceptible à l’image de la réalisation de projets fastueux(tel makam echahid,le métro d’alger,l’engagement de dépenses inhérentes aux transports des supporters de l’équipe nationale de football à l’occasion des matchs avec l’Egypte qui fut une croisade organisée à l’insu des deux peuples algérien et Egyptien frères dans laquelle ils ont servi de pions aux profits des deux gouvernements qui voyaient dans cet évènement purement sportif mais dont l’instrumentalisation à des fins partisanes voulut qu’il soit médiatisé à outrance , une aubaine pour une issue- fusse t-elle éphémère -à la série de crises auxquelles ils font face,des centaines d’habitats de fortunes se dressent à quelques dizaines de mètres des champs pétrolifères et qui reflètent la misère d’un peuple tenu à l’écart des décisions et qui ne récupère son statut de partenaire que lorsque les aléas politiques dictent son implication non comme tel mais pour le plébiscite auquel il est d’habitude généreusement convié. Les loisirs sont devenus pour eux un moyen de gouvernance vu qu’ils focalisent l’attention d’une jeunesse en déperdition et livrée à elle-même et qui est de ce fait facile à embrigader en l’absence de programmes de développement appropriés.

Lorsque le pétrole fut découvert pour la première fois et que les premiers gisements furent opérationnels ,un sentiment de soulagement s’empara de nous et nous crûmes que cette ressource allait mettre fin aux souffrances et à la misère qui ont marqué indélébilement la vie dans les anciennes métropoles stigmatisée par plusieurs décennies d’occupation et d’oppression. Mais l’approche faite par les officiels de ce volet fit que nos rêves se sont vite transformés en cauchemars car on allait être destinés à une vie encore plus âpre, plus misérable et parfois même avilissante conséquemment aux évènements qui allaient se produire et qui dénotèrent que nos espoirs quoique légitimes ne sont que chimères et une démonstration de notre incapacité d’appréhender la question avec le pragmatisme voulu et surtout que les aléas politiques préconisent pour se trouver acculés vers cet étrange paradoxe qui fait que les prix des denrées de première nécessité montent en flèche chaque fois que la conjoncture internationale impose l’augmentation du prix du baril .A tel point que beaucoup regrettent d’être citoyens de pays riches alors que leurs voisins dans les pays dépourvus de ressources vivent dans une relative prospérité économique ,compte tenu de leurs potentialités ,et ou la sécurité alimentaire est assurée par leurs dirigeants qui ont su faire une gestion adéquate et appropriée des moyens en leurs possessions

L’usage irrationnel ,sur fond de corruption et de clientélisme, qui est fait des ressources naturelles n’obéit à aucune logique si ce n’est celle des anciens colonisateurs qui tentent à travers l’imposition du monopole de production et de commercialisation à perpétuer leur hégémonie et nous maintenir dans un état de dépendance économique compromettant ainsi nos chances de développement. Force est de constater que même les mesures de nationalisations n’ont pas eu l’effet escompté au regard des pourcentages qui reviennent aux multinationales et qui dépassent dans la plupart des cas ceux des états producteurs qui ne tirent pratiquement aucuns profits compte tenu des charges assez élevées engendrées par l’extraction et la gestion de ces ressources
Un rapport adressé aux nations unis dans le cadre des atteintes aux droits de l’homme fait état de coopérations entre les gouvernements des pays producteurs de pétrole et les services de renseignement de beaucoup de pays(tel le Mossad, la Cia la Dst etc…)pour l’engagement de leurs agents évoluant sous le couvert d’experts en énergie-et là aussi le pétrole se trouve au service de la « lutte anti-terroriste » pour initier nos bourreaux aux techniques de la torture moyennant rétributions prélevées sur le budget de l’Etat alimenté par la rente pétrolière dont une grande partie atterrie évidemment dans les banques de pays étrangers dont les gouvernements s’en servent comme moyens de pression contre tel ou tel leader au cas ou il viendrait à faire face,comme c’est le cas de la lybie aujourd’hui,à la contestation populaire pour lui faire faire certaines concessions souvent aux détriments de la souveraineté nationale,sous peine de voir leurs dépots juridiquement illégaux par ce que issus de malversations ,s’exposer à la confiscation et ce, dans le délaissement total des programmes de développement qui évoluent à un rythme très lent pour ceux ayant eu la chance d’être lancés. Une réalité qui laisse perplexe et qui trouve sans fondement dans la crise de légitimité qui caractérise les pouvoirs en place en constantes gesticulations pour se maintenir en naviguant à contre-courant des aspirations des peuples non seulement révoqués de leurs droits sur leurs propres richesses mais dont ils subissent-comble de l’ironie- les effets de leurs gestions mafieuses.

Auteur:HAMMANA Mahmoud
Retraité
Guémar(Algérie)


Nombre de lectures : 1530
17 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Monde arabe:la misère des peuples et la malédiction du pétrole. midipress
    8 avril 2011 at 11 h 12 min - Reply

    […] les effets de leurs gestions mafieuses.Auteur:HAMMANA MahmoudRetraitéGuémar(Algérie)Lectures: ici pour lire l’article depuis sa source. Cette entrée a été publiée dans algerie. Vous […]




    0
  • Misère et humiliation israélienne
    8 avril 2011 at 11 h 35 min - Reply

    En plus de cette misère et néocolonisation du monde arabe, accentués et menés par le lobby sioniste, la Palestine et lieux saints musulmans et chrétiens sont profanés, un déshonneur et une humiliation de tous les Arabes et de tous les Musulmans de notre planète.




    0
  • Alilou
    8 avril 2011 at 14 h 56 min - Reply

    Avec tout le respect que je vous dois, le PETROL n’est pas une malediction, RIKOUN MIN INDI ALLAH, alors avoir des enfants et qu’ils soient tous des delinquants alors est consideré comme une malediction, gagner un salire et le depenser a s’acheter de la drogue ou de l’alcool est une malediction,

    La malediction c’est nous meme qui n’arrivons pas a nous changer en personnes bonnes, raison pour laquelle on a les HOUKAMES QUE NOUS MERRITONS.

    Pour les complots sionistes etc… est un viel argument, usé jusqu’a l’os…..

    NOUS SOMMES L’ENNEMI DE NOUS MEME, NOUS SOMMES RESPONSABLES DE NOS PROPRES MALHEURS.

    FUMONS DU THE ET RESTONS ZENNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNN




    0
  • dahmane
    8 avril 2011 at 18 h 58 min - Reply

    Bonjour
    Depuis toujours on m’a reconté l’hitoire de l’âne à qui ont a présenté une rose, bien évidemment il l’a mangée au lieu de la sentir.
    Il y a du pétrole en Algérie en Lybie, en Arabie Saoudite….. et aussi en Norvège, comparons…
    Il est dit aussi qu’il ne faut jamais donner le baton pour se faire battre.
    L’Amérique et les multinationales interviennent en Irak, lybie… pour instaurer « la démocratie » pas mais Norvège.
    Alors dire que c’est une malédiction, ça me fait sourire.
    Le colonialisme et l’interventionisme ne cesseront que s’il y a une vraie démoctatie dans nos pays ou si le pétrole est épuisé. A nous de choisir.




    0
  • Hamma
    8 avril 2011 at 19 h 02 min - Reply

    @Hammana, il est utile d’ajouter à votre excellente contribution le fait que nous n’avons même pas été foutus de faire comme ces pays émergeants c’est-à-dire retrousser nos manches et soigner notre agriculture, notre culture, notre enseignement… jusqu’à notre civisme même. Ces énergies fossiles se tariront un jour comme se tariront ces maudits gouvernants et que feront nous de nos deux mains et de nos dix doigts à ce moment là ?

    Tout laisse à désirer, tout est à faire et à refaire alors que tout devient difficile tant le fossé s’est énormément creusé entre des sociétés pragmatiques et plus que jamais tournées vers le futur et celles accrochées contre vents et marées à l’utopie de nations en plein essor.

    En 50 ans de « souveraineté nationale » (dixit le régime)qu’avons-nous fait? Qu’est devenu le peuple algérien?

    @Alilou, j’ai mis le lien suivant sur la rubrique appropriée à l’affaire Mécili, mais je pense que tu dois le consulter et l’écouter pour rester vraiment Zen.

    http://www.tsa-algerie.com/culture-et-media/le-combat-d-ali-mecili-n-a-pas-ete-oublie-par-le-peuple-algerien_15123.html

    Fraternellement à tous.




    0
  • Aboulanouar
    8 avril 2011 at 19 h 28 min - Reply

    bonjour, salam allah aleikoum.
    Alilou, vous êtes en colére contre le peuple algerien et les peuples arabes en général et contre vous même d’ailleurs. je vous signale que vous n’êtes pas loin de la vérité, ce que vous touchiez est très important à mon sens, mais est ce que vous allez rester là, je pense que non, par votre colère vous démontrez une intelligence et une chaleur dans votre cœur.
    je vous informe que l’arabe et le musulman, parlons bien évidemment du tiers monde de tandjer à jakarta,est malade dans son esprit: il est vaincu partout, même par une petite misérable sourie et ce,dans sa formation psychique et morale,et par naissance, il est déjà abattu. c’est pourquoi, je maintien mon avis qui consiste à faire un travail de changement introspectif en profondeur du peuple, afin de pallier à l’opération du changement en extérieur (c’est à dire l’équation: temps+espace+mouvement).
    le pétrole n’est pas lui seul responsable de nos malheurs,je vous renvoie d’ailleurs à un important livre écrit à ce sujet par M.W.DJOUNBULAT,le Zaim druze libanais. c’est l’occident incarnant la force de la civilisation contemporaine (théorie d’osmose)et plus spécialement la France concernant l’Algérie, qui est derrière nos malheurs, il n’y a eu jamais d’indépendance de l’Algérie. Depuis que TOCHVILLE, imminent sociologue et politicien français,en 1834, s’était chargé du dossier ALGERIE. jusqu’à présent nous dépendons du Ministère de l’intérieur de la France, c’est ce qu’a affirmé Mme.ALLIOT MARIE récemment. et la France en ce moment même continue intelligemment à saboter, briser et empêcher tout réveil ou renaissance du peuple.
    alors, cher alilou, imaginez: une incapacité intérieur considérable qui dure depuis 1492, et un accaparement extérieur (culturel, linguistique, économique…etc) de tout ce qui existe en nous.un peuple aux mains ligotés. Donc, vous savez maintenant qu’est ce qu’il faut faire.
    cordialement.




    0
  • HAMMANA
    9 avril 2011 at 8 h 38 min - Reply

    A MR HAMMA

    Ne vous en faites pas,la dictature militaire disparaitra une fois que ces énergies fossiles auront taries.Car que fera t-elle d’un pays semblable à la Somalie ou il n’y aura plus rien à glaner.A ce moment là on aura la démocratie sans avoir à faire de révolution.Et voir certains commentaires s’indigner que le pétrole puisse etre une malédiction!RIZK MIN IND ALLAH dit l’un deux.




    0
  • Ammisaid
    9 avril 2011 at 9 h 32 min - Reply

    Mr HAMMANA,
    Quand la malédiction frappe un coeur, il ne sert rien d’avoir les poches pleines, la force d’Hercule et le cerveau d’Einstein. Allah yahdi man yacha3 !
    Fraternellement et respectueusement à toi




    0
  • Afif
    9 avril 2011 at 17 h 39 min - Reply

    @ Hammana :

    Vous dites : « la dictature militaire disparaitra une fois que ces énergies fossiles auront taries.Car que fera t-elle d’un pays semblable à la Somalie. »

    Non, cher ami, le système qu’on a connu depuis l’indépendance n’a pu diriger le pays que grâce au pétrole. Sans cette richesse facile à extraire du sous-sol, seuls des hommes courageux, compétents et proches de leur peuple et élus par lui, auraient pu diriger le
    pays. Sans le pétrole, l’Algérie aurait imposé l’actuel « printemps arabe » depuis très longtemps et bien en avance sur les autres peuples arabes.

    @ Alilou :

    Imagines qu’aujourd’hui le pétrole n’ait plus de valeur, comment va-t-on gérer cette situation explosive ?




    0
  • HAMMANA
    9 avril 2011 at 19 h 42 min - Reply

    A Mr AFIF

    Donc,vous convenez que pour le peuple,le pétrole est une malédiction et c’est là ou je veux en venir.




    0
  • HAMZA
    9 avril 2011 at 19 h 51 min - Reply

    ** Le degré de la radicalisation du mouvement de jeunes en Algérie : un signe avant-coureur du futur des luttes sociales et de classe

    16 janvier par Omar Kitani

    Extraits :

    En effet, après l’échec du capitalisme d’Etat algérien de l’après-Indépendance, caractérisé par une période d’accumulation primitive du capital ayant duré plus de 20 ans, l’Etat a opté pour l’économie de marché comme solution au problème de la dette des années 1980 et pour, bien évidemment, permettre à la bourgeoisie algérienne de s’insérer dans l’économie capitaliste mondiale. Le désengagement financier de l’Etat des secteurs dits « non productifs », le bradage et la privatisation de l’industrie algérienne ainsi que la levée des barrières douanières ont mis à plat tous les secteurs économiques, sans exception. Résultat des courses de ladite  » ouverture économique  » : l’Algérie est transformée en un grand marché de consommation, caractérisé par un secteur informel considérable. A part les hydrocarbures et quelques secteurs insignifiants, elle est aujourd’hui entièrement dépendante du marché mondial.

    Le rouleau compresseur néolibéral a tout dévasté

    Le rouleau compresseur néolibéral a tout dévasté, et n’a épargné aucun secteur : des milliers d’usines sont fermées et offertes aux multinationales pour faire d’elles le dépôt de leurs marchandises produites dans des pays asiatiques, mettant ainsi des millions de travailleurs-euses au chômage. Ce rouleau compresseur est, en plus, conjugué à une politique de répression de tous les mouvements sociaux. Manipulation politicienne, assassinats de manifestants, emprisonnement de militants qui s’opposent à cette politique dévastatrice, étaient en général l’unique réponse des classes dominantes. L’état d’urgence est mis en place depuis le début des politiques d’austérité, en interdisant toute marche et manifestation politiques… sauf les manifestations folkloriques pour acclamer les sorties officielles des dirigeants de l’Etat. Seuls les partis et les organisations qui soutiennent l’orientation néolibérale ont le droit de s’exprimer d ans les médias publics.
    Tous les acquis du mouvement de l’indépendance et du mouvement ouvrier sont remis en cause. La gratuité de l’enseignement et de la santé est aujourd’hui dans le collimateur néolibéral.

    Par Omar Kitani, militant du Parti socialiste des travailleurs d’Algérie et sympathisant du CADTM.

    A lire en entier sur :
    http://www.cadtm.org/Le-degre-de-la-radicalisation-du




    0
  • Hamma
    9 avril 2011 at 21 h 44 min - Reply
  • Alilou
    10 avril 2011 at 15 h 14 min - Reply

    @HAMMANA,

    Je persiste et signe que le pétrole n’est pas une malédiction, la malédiction est en nous, nous sommes les cowards, nous sommes des bras cassés, incapable d’aller au bout de nos réalisations et incapable de gagner sans tricher, on se contente du peu, on est capable de faire travailler un autre peuple et nous contenter de dépenser nos sous a rien foutre…
    Il faut se rendre a l’évidence si on ne change pas ce qui est en nous, rien ne changera autour de nous…

    Si mes paroles t’ont vexé j’en suis navré…

    @Abouelanouar,

    Oui tu as raison je suis en colère, car un pays aussi beau et aussi riche que l’Algérie, ne mérite pas d’être entre les mains d’un peuple aussi lâche…




    0
  • HAMMANA
    10 avril 2011 at 18 h 59 min - Reply

    A MR Alilou

    Ce que vous dites est exactement ce j’ai toujours dis et vous ne faites que copier mes idées.
    Quelque soit votre réaction,il n’y a pas lieu d’en etre vexé (d’autant plus que ce n’est pas le cas à moins que vous anticipez sur ma pensée)car il n’y a pas 36 façons de dire la vérité aussi blessante soit-elle pourvu que le respect soit tout simplement la régle car il n’est pas demandé aux autres d’etre d’accord avec nous sous peine de les prendre à partie comme c’est l’apanage malheureusement de beaucoup d’algériens.Autrement,ou est l’utilité du débat si au départ on se partage les avis?
    Il y a aussi une qualification qui n’a pas plu à beaucoup qui est celle de « la lacheté du peuple »et qui m’a valut une certaine animosité de leur part.Je me réjouis donc du fait que je ne suis pas le seul à etre de cet avis.Je meurs d’envie de savoir quelle sera leurs réactions à votre égard.
    Ceci étant,c’est justement cette « lacheté  » qui m’a autorisé à tirer la conclusion que le pétrole est pour nous une malédiction en raison des fins pour lesquelles il est engagé non en tant que ressource et richesse nationale qui aurait du contribuer à notre bonheur comme il est dit dans mon article que je vous invite à relire.
    Amicalement




    0
  • Afif
    10 avril 2011 at 23 h 30 min - Reply

    @ Hammana :

    Nous sommes d’accord que le pétrole est une malédiction quoiqu’en pensent certains (j’explique la malédiction dans le paragraphe suivant).

    Par contre, je suis en total désaccord sur la soi-disant « lâcheté » du peuple. Et c’est là où je reviens sur votre affirmation  » Car que fera t-elle d’un pays semblable à la Somalie. » Vous voulez dire qu’un pays pauvre n’aurait pas interessé le pouvoir algérien, alors que moi je vous dis : sans le pétrole, l’Algérie serait ingouvernable, sauf par des gens dévoués corps et âmes à leur peuple et qui sont adoptés et élus démocratiquement par lui. Une Algérie qui serait semblable à la Somalie ne serait pas intéressante non pas par sa pauvreté, mais parce que ce serait une bombe entre les mains de ceux qui voudraient la gouverner contre sa volonté.




    0
  • HAMMANA
    11 avril 2011 at 19 h 45 min - Reply

    A MR AFIF

    Pour ce qui est de la lacheté du peuple,j’ai déjà répondu à la question en donnant certains exemples qui sont autant d’aspect de cette lacheté et ce,en réponse aux commentaires de mon article intitulé: »avant de s’en prendre au pouvoir,il faut s’en prendre à nous-memes » que je vous invite à lire.D’ailleurs,j’ai hésiter avant d’utiliser un tel qualificatif avant que d’autres internautes le fasse et qui démontre que je ne suis pas le seul à etre de cet avis.
    Pour ce qui est de »la malédiction du pétrole »en effet,s’en est une car c’est la raison pour laquelle les généraux tiennent tant à rester au pouvoir qu’ils n e quitteront pas(à moins qu’ils y soient forcés)car je ne sais pour quelle raison le général TOUFIK continuera à servir dans l’armée lorsqu’il n’y aura plus rien à mettre sous la dent.Demandez à n’importe qui et vous verrez qu’elle sera sa réponse.
    Aussi,vous parlez de bombe,pourquoi celle-ci n’explose pas maintenant?Pourquoi attendre à ce que le pire se produise pour réagir et si vous vous sentez courageux,allez-y donnez-nous l’exemple en descendant dans la rue et je suis disposé à vous suivre.
    Merci




    0
  • MUSTAPHA
    17 avril 2011 at 23 h 52 min - Reply

    De MUSTAPHA

    Comment faire pour appeler tous les peuples du monde à manifester leur désapprobation à ces bombardements criminels de l’OTAN contre notre Afrique ? Notre continent qui, dans un passé pas si lointain, a subi une spoliation de ses biens, une soumission humiliante et contre la dignité humaine, des massacres, voire-même des exterminations entières de petits villages. Notre Afrique qui depuis essaie de se reconstruire, malgré le pillage de ses richesses par les puissances dominatrices.
    Attend-t-on que Juppé trouve un CNT (Conseil National de Transition) à Annaba (que dis-je, Bône) ou Chlef (que dis-je, Orléansville) ?
    Suite à la réunion au sommet de la BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et South Africa) du jeudi 14 avril 2011, le président russe, dans sa conférence de presse, a indiqué que la résolution 1973 de l’ONU a été dévoyée. Que les bombardements sur la Libye par l’OTAN constituent un dépassement du mandat donné par le Conseil de Sécurité de l’Organisation des Nations Unies.
    Les média occidentaux ne relayent pas, comme il se doit, cette déclaration ? Pourtant, ces cinq pays, à eux seuls, représentent presque la moitié de l’Humanité. L’objectif est de tromper leurs opinions publiques pour que leurs gouvernants continuent le massacre sous couvert d’action « humanitaire ». Ainsi, pendant qu’ils bombardent un pays africain, ils détournent leurs opinions publiques de leurs impuissances à mener des politiques internes économiquement et socialement fructueuses. Quelle diversion ! Elle a pour prix la destruction de matériels et des édifices durement acquis d’un pays d’Afrique.
    L’ONU n’est malheureusement que l’instrument des puissances hégémoniques de ce monde. Les pseudo-résolutions forment des alibis de ces puissances.




    0
  • Congrès du Changement Démocratique