Édition du
27 July 2017

Algérie : 70 policiers et une centaine d'étudiants blessés à Alger

Les étudiants matraqués à Alger mardi 12 avril…

16 h 00 : Selon une source policière, au moins 70 policiers ont été blessés dans les affrontements avec les étudiants. De leur côté, des délégués d’étudiants ont confié que plus de 100 étudiants ont été blessés suite à l’assaut donné par la police au niveau d’El-Mouradia.

A la Grande Poste, les délégues de la Coordination nationale autonome des étudiants ont pris la parole pour inviter leurs camarades à se disperser dans le calme. Ils ont promis d’autres actions de protestation dans les jours à venir.

15 H 45 : Des milliers d’étudiants ont réussi à se rassembler à nouveau devant la Grande Poste. « Le peuple veut la chute du régime », « Pouvoir Assassin ! », crient-ils en choeur pour démontrer aux forces de sécurité que leur pratiques de répression n’ont pas eu raison de leur courage et de leur détermination à poursuivre leur marche à Alger.

15 H 30 H : Repoussés à coups de matraques, les étudiants se replient sur l’avenue Mohamed V. Ils ont décidé de revenir à la Grande Poste pour y tenir un grand rassemblement.

15 H 15 : La marche des étudiants est en d’être réprimée violemment. Une cinquantaine d’étudiants ont été blessés et plusieurs autres ont été arrêtés, a constaté sur place un journaliste d’elwatan.com. Les forces de sécurité ont usé de la matraque jusqu’à mettre en danger la vie de plusieurs étudiants qui se sont retrouvés avec de graves blessures à la tête. Les secouristes de la Protection Civile tentent de soigner les blessés sur les trottoirs de l’Avenue Pékin à défaut de pouvoir les évacuer vers les hôpitaux.

14 H 30 : Des dizaines d’étudiants ont été grièvement blessés suite à l’intervention des forces anti-émeutes qui ont reçu l’ordre de disperser par la force les manifestants. Des affrontements très intenses ont opposé étudiants et policiers. Ces derniers n’ont pas hésité à recourir à la répression pour déloger les milliers d’étudiants réunis pacifiquement à El-Mouradia.

14 H 00 : A El-Mouradia, les forces de l’ordre, encouragées par les nouveaux renforts dépêchés à partir de plusieurs commissariats, ont lancé un assaut musclé contre les étudiants qui ont tenté de marcher jusqu’à la Présidence. Les forces de sécurité n’ont pas hésité à tabasser des dizaines d’étudiants et étudiantes.

13h 30 : Les affrontements entre policiers et étudiants ont redoublé d’intensité. Le bilan s’est alourdi, on déplore une trentaine de blessés. Au moins cinq policiers ont été également blessés, a constaté un journaliste d’El watan.com.

Les étudiants qui sont actuellement à l’avenue Pékin, continuent d’avancer vers la Présidence de la République en dépit d’un dispositif sécuritaire renforcé. Les forces de l’ordre résistent vainement, ils n’ont pas réussi à faire reculer les étudiants qui tentent d’avancer vers la Présidence en scandant des slogans anti Pouvoir. Ils crient à tue-tête « le peuple veut la chute du système » et « Pouvoir Assassin ! »

12 h 30 : Les étudiants ont réussi leur marche vers la Présidence de la république. Il sont actuellement au niveau de l’Avenue Pékin, à quelques mètres du Palais d’El Mouradia et tentent de presser encore en enlevant les barrières métaliques de la police. Mais, les policiers, présents en nombre important, resistent et empêchent les étudiants de progresser vers la Présidence de la république.

12 h 15: La marche des étudiants vers la Présidence de la république à tourné à l’affrontement au niveau de l’avenue Pékin, non loin de la Présidence de la république. Les policiers tentent de bloquer la progression des étudiants dont le nombre dépasse les 10.000, selon des délégués. Notre journaliste qui se trouve sur place, parle de dizaines de blessés parmi les manifestants.

11 h 30, les étudiants sont bloqués par un impressionnant cordon de sécurité au niveau du Boulevard Souidani Boudjemâa. Ils tentent de progresser vers le Palais d’El-Mouradia en scandant notamment « Oulach Smah Oulach » (pas de pardon, ndlr) et « Haraoubia bara (Haraoubia dehors, ndlr) ».

11 h 00 : Des milliers d’étudiants ont foncé sur des barrières métalliques, érigées par la police au niveau de la Grande poste, et entament leur marche vers la Présidence de la République, à El Mouradia, sur les hauteurs d’Alger.

EL WATAN
Dans leur action, ils n’ont rencontré au début aucune résistance, selon un journaliste d’El watan.com qui se trouve sur place.

Près de 2000 étudiants se sont rassemblés au début de la matinée à la Grande Poste, à Alger. Ils sont cernés par un impressionnant cordon de sécurité, a constaté sur place un journaliste d’El watan.com.

Ils sont venus des différentes universités du pays pour tenter une marche vers la Présidence de la République. Les policiers, qui n’arrivent pas à les contenir, selon un journaliste d’elwatan.com présent sur les lieux, ont fait usage de la force pour stopper l’avancée des étudiants. Des échauffourées ont même éclaté vers 11 h.

Abderrahmane Semmar et Rabah Beldjenna


Nombre de lectures : 3263
4 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Algérie : 70 policiers et une centaine d’étudiants blessés à Alger midipress
    13 avril 2011 at 11 h 12 min - Reply

    […] Des échauffourées ont même éclaté vers 11 h.Abderrahmane Semmar et Rabah Beldjenna ici pour lire l’article depuis sa source. Cette entrée a été publiée dans algerie. Vous […]




    0
  • M.J.
    14 avril 2011 at 13 h 33 min - Reply

    Qui dit qu’il y a 70 policiers blessés ? Pourquoi le titre ne le dit il pas et se borne à citer un chiffre dont la source n’est au moins pas crédible ? Je verrais beaucoup mieux le titre ainsi: De sources policières ce ne sont pas uniquement les étudiants qui ont été tabassés, mais les policiers aussi bien que extrèmement nombreux, armés, bien entrainés, agissant en groupes et de façon coordonnée et bien payés (on peut l’ajouter pour dire qu’ils sont motivés à défendre ce pouvoir)… Evidemment un titre ainsi conçu pourrait priver El Watan de la manne publicitaire, source de son existence et des revenus de sa direction.




    0
  • Nourredine BELMOUHOUB
    18 avril 2011 at 0 h 01 min - Reply

    De quelle marche s’agit-il ? Si c’est celle du 12 avril, personnellement j’ai vu exactement le contraire, la féroce bastonnade dont furent victime étudiants et corps médical, releve de la plus pire des bestialité, alors basta.




    0
  • La «contre-révolution» algérienne a commencé | itsgoodtobeback
    13 juillet 2011 at 18 h 11 min - Reply

    […] mouvement sera durement réprimé par les polices, et les leaders commencent déjà à être visés directement par la police […]




    0
  • Congrès du Changement Démocratique