Édition du
27 July 2017

L’indispensable Assemblée Constituante

Mohand  Tahar Mohammedi

Une Constituante est une assemblée qui a pour but d’établir une constitution , son principe et de soumettre à la volonté populaire, alors confisquée, l’organisation de nouvelles élections et une désignation de nouveaux représentants au suffrage universel direct afin de rendre le pouvoir au peuple pour qu’il décide de ce que doit être le pouvoir et les contres pouvoirs , le système politique , le contrat social entre toutes les idéologies qui activent dans la société, et surtout d’étudier quels sont les enjeux stratégiques politiques , culturelles , sociaux et les choix économiques , écologique à faire face à l’internationalisation , à la Globalisation , à la Multinationalisation, à la Mondialisation , n’appartient donc à aucune personne, quelque soit son génie, à aucun clan si puissant soit-il, et à aucune famille ou à une portion particulière de la société d’imposer sa vision ou sa loi , mais par contre doivent toutes être représenter, ce mouvement donc est démocratique et rassembleur , il est défini à travers une Constituante elle aussi émane d’une Assemblée Constituante pour faire de nouveaux textes qui vont rendre effectif la séparation des pouvoirs, la restauration d’une véritable démocratie citoyenne et la souveraineté populaire.
Nous devons donc engager un processus politique pour créer une assemblée constituante qui est indispensable pour rendre le pouvoir au le peuple et qui saura dépassé les clivages et les appareils politiques dans le but de rétablir une république moderne, libre et démocratiques et rechercher ensuite système politique qui va garantir une vie publique harmonieuse, un équilibre dans les institutions , entre le gouvernant et le gouverné et étudier de la société ses véritables principes, ses propres valeurs et surtout Comment et Quelle Constitution est à écrire par la Constituante et par Quelle assemblée Constituante?
Il nous faut donc mettre en place cette assemblée constituante et commencer par définir tous ses aspects à travers :
Les postulants, déterminer leurs âges, leurs statuts social et qui sont-ils et comment doivent être choisi.
La formation de l’assemblée, cette étape va nous servir de connaitre précisément tous ce qui concerne le nombre de volontaire acceptés, le nombre de constituant participants, le mode de formations de cette assemblée.
Son fonctionnement qui va nous déterminer la durée du processus constituant, définir les modalités de réunion de l’Assemblée, définir l’organisation du travail de l’Assemblée, établir le cahier des charges à remplir par l’Assemblée.
Le contrôle des travaux de l’Assemblée par le peuple ; cette étape sert à élaborer les moyens de participation du peuple au projet constituant, le droit de veto du peuple sur l’avancement des travaux de l’Assemblée, les modalités de validation du projet de l’Assemblée par le peuple, la procédure en cas de rejet des travaux de l’Assemblée .
Nous devons donc réfléchir à répondre à ces quelques questions, en fonction de ce que nous croyons être le plus juste pour tous, indépendamment de notre condition personnelle. Ensuite il faudra agir, et choisir une méthodologie qui fait consensus. Une fois un nombre conséquent de citoyens prêts à s’engager dans la chose publique, il sera aisé de dégager un panel de volontaires suffisamment large pour qu’il puisse en ressortir une base militante et agissante assez solide pour mener à bien ce projet qui est celui de construire une véritable constitution qui émane réellement de la souveraineté populaire, qui nécessite bien sûr l’élection d’une Assemblée constituante à travers une organisation d’un vrai débat et de mettre en place des balises consensuelles permettant à toutes les tendances de s’exprimer et de se faire connaître de l’opinion publique, pour donner leur avis sur le processus devant conduire à la démocratie qui ne peut pas se faire sans le peuple.


Nombre de lectures : 1921
20 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • hakimM
    13 avril 2011 at 1 h 17 min - Reply

    S’il n’y a pas d’assemblée constituante sérieuse de composition démocrate et nationaliste et intègre dans les semaines qui viennent, alors j’imagine qu’on est loin des libertés et de la démocratie.
    Les partis qui refusent l’assemblée constituantes sont des partis que le peuple doit dissoudre ( FLN-RND).
    Pour cela il nous faut l’union des étudiants-médecins-ingénieurs-cadres des ministères-chômeurs-partis intègres-autres parties, plus des manifestations dans tout le territoire pendant des jours par millions, c-a-d que nous soyons sérieux, déterminés, courageux, unis, sans relâche.




    0
  • rachid quebec
    13 avril 2011 at 2 h 42 min - Reply

    informer la jeunesse ,les etudiants, de l indispensable assemblee constituante il ressort de leurs avenir et il faut mener le combat avant qu il ne soit trop tard informez les avec tout les moyens tracts, facebook, et autres




    0
  • Sami
    13 avril 2011 at 8 h 38 min - Reply

    Cher Compatriotes !
    Je suis d’accord qu’une assemblée ne nécessite pas un choix , mais …
    ELLE DOIT ETRE MENÉE SUR LE MODE DE GOUVERNANCE PAS SUR UN CHOIX D’IDÉOLOGIE QUI SERAIT PAR CONSÉQUENT FATALE ET UNE RÉPÉTITION DE L’ERREUR D’EXCLUSION QUI NOUS A MENÉ A CETTE SITUATION !!!
    L’idéologie et le mode de gouvernance sont deux choses différentes, en cas de mélange ce SERA L’ÉCHEC DE NOUVEAU (le choix de l’idéologie est personnel ou naturel, et le régime est un pacte social donc un choix d’un peuple avec une majorité très nette )
    SOYEZ VIGILANTS CHERS COMPATRIOTES !!
    JE PROPOSE AINSI UN RÉGIME OU UN MODE DE GOUVERNANCE PARLEMENTAIRE REPRÉSENTATIF !
    SANS PRÉCISION CLAIRE QUI TIRE LE TAPIS DES MANIPULATEURS, RIEN NE SERA ACCOMPLI ( LA PROCLAMATION DE 1ER NOVEMBRE EST PRIMORDIALE DANS CE SENS )

    Cordialement




    0
  • Mohand Tahar MOHAMMEDI
    13 avril 2011 at 9 h 25 min - Reply

    Si le régime à travers bouteflika ne s’exprime pas sur une éventuelle constituante dans quelques jours, je pense, le Front du changement national est dans le devoir d’engager un dialogue à travers un espace virtuelle avec toutes les composantes politiques de la société pour anticiper une constituante sur internet , ce formidable outils moderne qui échappe à toute tutelle politique va nous permettre justement de gagner du temps et surtout de mettre en œuvre des bases consensuelles autours d’une simulation d’une constituante qui est devenu indispensable dans ces temps modernes et complexes au même temps.

    ======================================
    Dans le cadre de la structuration du FCN, une commission juridique est prévue pour plancher sur la question de la Constituante et de la loi électorale à soumettre à discussion à nos compatriotes afin de les initier et les préparer à cette phase politique.
    Le bureau provisoire du FCN




    0
  • Militant pour la cotoyenneté
    13 avril 2011 at 12 h 19 min - Reply

    Je salue Maohand Tahar Mohammedi pour sa contribution sur la constituante et nous attendons avec impatience pour les prochains jours (le plutôt sera le mieux) les ébauches que le front du Changement National soumettra pour débat et enrichissement par le Peuple sur la constituante et la loi électorale, je salue au passage tous nos infatigables Militants pour la dignité,la citoyenneté et la démocratie et en particulier Dr Salah-edine SIDHOUM, Camarade Djamel ZENATI et Pr ADI LAOUARI.




    0
  • Byla
    13 avril 2011 at 13 h 23 min - Reply

    Salam alaykoum,

    L’assemblée constituante est une responsabilité, cruciale, pour la perennité du mouvement.

    Le régime déchu tentera de revenir, comme d’habitude caché, par les voies démocratiques qui seront ensuite dévoyées pour replonger ensuite dans l’obscurité de la spoliation financière doublée d’injustice (garante de leur stabilité).
    Ils disposerons pour cela, encore des moyens financiers usurpés au peuple (pour dévoyés les médias et des hommes politique fantôches) et des moyens de répression (le propre de ces voyous).

    L’assemblée constituante sera la garante de la poursuite saine du mouvement vers la démocratie et établiera une constitution garante des droits et libertés…l’éducation et la justice en éveil permanente, comme source de lumière aux générations à venir inchaAllah.




    0
  • Sami
    13 avril 2011 at 20 h 06 min - Reply

    Cher compatriotes!
    Juste pour corriger mon précédant commentaire, je voulais dire :
    Je suis d’accord qu’une assemblée constituante est une nécessité mais …
    ELLE DOIT ÊTRE MENÉE SUR LE MODE DE GOUVERNANCE PAS SUR UN CHOIX D’IDÉOLOGIE QUI SERAIT PAR CONSÉQUENT FATALE ET UNE RÉPÉTITION DE L’ERREUR D’EXCLUSION QUI NOUS A MENÉ A CETTE SITUATION !!!
    L’idéologie et le mode de gouvernance sont deux choses différentes, en cas de mélange ce SERA L’ÉCHEC DE NOUVEAU (le choix de l’idéologie est personnel ou naturel, et le régime est un pacte social donc un choix d’un peuple avec une majorité très nette )
    SOYEZ VIGILANTS CHERS COMPATRIOTES !!
    JE PROPOSE AINSI UN RÉGIME OU UN MODE DE GOUVERNANCE PARLEMENTAIRE REPRÉSENTATIF !
    SANS PRÉCISION CLAIRE QUI TIRE LE TAPIS DES MANIPULATEURS, RIEN NE SERA ACCOMPLI ( LA PROCLAMATION DE 1ER NOVEMBRE EST PRIMORDIALE DANS CE SENS )

    Cordialement




    0
  • M.J.
    13 avril 2011 at 21 h 39 min - Reply

    De quelques questions que je me pose sur l’assemblée constituante sur le substrat socio politique que nous avons.

    Ses membres doivent ils être élus au suffrage universel ou sa composition se fera de facto par des personnalités agissantes.

    Si elle est élue, doit elle une fois la constitution soumise à référendum se dissoudre de facto ou assumer des fonctions parlementaires.

    Si les membres de l’assemblée constituante doivent être élus, qui définira les circonscriptions electorales et le mode de scrutin ?

    Si les membres de la constituante ne sont pas élus sur quelle base seront ils désignés ?

    Lorsque l’assemblée sera constituée ou désignée, devra t elle fonctionner en commissions pour chaque aspect (libertés, pouvoirs, armée, etc…)ou en pleinière pour tous les aspects liés à la constitution ?

    Si elle doit travailler en commissions le texte de sa mise en place devra t il définir ces commissions ou la laisser le faire elle même ?




    0
  • W A H I D
    14 avril 2011 at 2 h 42 min - Reply

    J’ai beau cherché parmi les figures politiques de la génération de la révolution et même ceux qui sont en politique depuis les années 1970-2010, aucun n’est capable de sortir des vieux sentiers battues, un peu moins Louisa Hanoune, elle croit sincèrement a la nécessaire solution de la crise par la voie de l’assemblée constituante, et la promotion du bilinguisme comme diversité utile et de fact.

    Je pense en dehors d’une assemblée constituante, l’Algérie serait contrainte de tourner en rond, car cette constituante est une nouvelle dynamique politique, une nouvelle ère pour l’Algérie, en rupture avec le système politique actuel, cela ne va pas dire revenir a la case de départ de 1962, c’est une continuité d’un cheminement politique après avoir exploré une impasse, un changement ce n’est pas une fin d’un système vieux, usé, c’est un début d’une fin, c’est aussi un changement de la voie de celle qui a été imposée par le crime, la répression, le terrorisme, le complot et les armes, au lendemain de l’indépendance par un groupe fortement armé, politisé qui a toujours continuer a user de ces mêmes pratique mesquines, pour imposer un système au peuple de résistant. Ce system a travers un nombre de crise s’est transformé graduellement en un system corrompu, rétrograde, répressive, abusive, stérile, au point ou les enfants de se peuple de révolutionnaires, de courageux et de fières, se sont devisés, se sont entretués, se sont égarés et qui aujourd’hui hésite a faire l’ultime saut vers sa totale liberté.

    L’assemblée constituante doit signifier.

    Une nouvelle vie politique, une nouvelle élite politique, une nouvelle vision de l’Algérie.

    Une Algérie qui resterai fière de son histoire ancienne et celle révolutionnaire, en rupture avec les pratiques politiques qui ont mener le pays et le peuple vers l’illisible dessein et fiasco de la politique du parti unique des années 1962-1986, celle de la politique réformatrice, dévastatrice des années de la déroute des 1986-1992 et celle de la politique de l’éradication idéologique des années de braises de 1992-2002 et celle de la politique de la rente et de la corruption des années du ridicule de 2002-2010, il faut avoir le courage de faire le saut vers l’autre rive sans avoir peur de l’inconnue, il faut avoir les hommes brillants, courageux qui ont le bon sens du jugement et du discernement, il faut avoir la volonté de décider de son destin, c’est aussi décidé de la nature du changement, l’ampleur du changement, le rythme du changement, le timing du changement, et surtout ne pas commettre l’erreurs d’imposer au peuple son destin politique, sociale et économique, car sans le bon vouloir du peuple; les politiques, les politiciens, ne trouverons pas la synergie nécessaire pour faire aboutir le changement tant aspirée quelque soit la forme que prennent ces changements.

    W A H I D




    0
  • W A H I D
    14 avril 2011 at 2 h 44 min - Reply

    J’ai beau cherché parmi les figures politiques de la génération de la révolution et même ceux qui sont en politique depuis les années 1970-2010, aucun n’est capable de sortir des vieux sentiers battues, un peu moins Louisa Hanoune, elle croit sincèrement a la nécessaire solution de la crise par la voie de l’assemblée constituante, et la promotion du bilinguisme comme diversité utile et de fact.

    Je pense en dehors d’une assemblée constituante, l’Algérie serait contrainte de tourner en rond, car cette constituante est une nouvelle dynamique politique, une nouvelle ère pour l’Algérie, en rupture avec le système politique actuel, cela ne va pas dire revenir a la case de départ de 1962, c’est une continuité d’un cheminement politique après avoir exploré une impasse, un changement ce n’est pas une fin d’un système vieux, usé, c’est un début d’une fin, c’est aussi un changement de la voie de celle qui a été imposée par le crime, la répression, le terrorisme, le complot et les armes, au lendemain de l’indépendance par un groupe fortement armé, politisé qui a toujours continuer a user de ces mêmes pratique mesquines, pour imposer un système au peuple de résistant. Ce system a travers un nombre de crise s’est transformé graduellement en un system corrompu, rétrograde, répressive, abusive, stérile, au point ou les enfants de se peuple de révolutionnaires, de courageux et de fières, se sont devisés, se sont entretués, se sont égarés et qui aujourd’hui hésite a faire l’ultime saut vers sa totale liberté.

    L’assemblée constituante doit signifier.

    Une nouvelle vie politique, une nouvelle élite politique, une nouvelle vision de l’Algérie.

    Une Algérie qui resterait fière de son histoire ancienne et celle révolutionnaire, en rupture avec les pratiques politiques qui ont mené le pays et le peuple vers l’illisible dessein et fiasco de la politique du parti unique des années 1962-1986, celle de la politique réformatrice, dévastatrice des années de la déroute des 1986-1992 et celle de la politique de l’éradication idéologique des années de braises de 1992-2002 et celle de la politique de la rente et de la corruption des années du ridicule de 2002-2010, il faut avoir le courage de faire le saut vers l’autre rive sans avoir peur de l’inconnue, il faut avoir les hommes brillants, courageux qui ont le bon sens du jugement et du discernement, il faut avoir la volonté de décider de son destin, c’est aussi décidé de la nature du changement, l’ampleur du changement, le rythme du changement, le timing du changement, et surtout ne pas commettre l’erreurs d’imposer au peuple son destin politique, sociale et économique, car sans le bon vouloir du peuple; les politiques, les politiciens, ne trouverons pas la synergie nécessaire pour faire aboutir le changement tant aspirée quelque soit la forme que prennent ces changements.




    0
  • Salah Bouzid
    14 avril 2011 at 3 h 49 min - Reply

    Je crois que ce serait le bon moment de créer un site internet dédié à ce projet. Jetez un coup d’oeil à quelque chose que nos frères Tunisiens sont en train de faire sur leur site http://www.tunisie-constitution.org/




    0
  • W A H I D
    14 avril 2011 at 3 h 56 min - Reply

    J’ai lu les interviews des leaders de partis RND-FLN-MSP

    Le message du non pour une assemblée constituante, n’est autre que le mot d’ordre de celui qui été parmi les initiateur du coup d’état de l’été de 1962, qui ont par le crime, la ruse, le terrorisme, les armes, le complot, confisqué la totale liberté du peuple Algérien, nul autre que l’actuel président, il faut dire ce rusé n’a jamais quitter les rangs du FLN version post indépendance, la seule fois ou il a quitté le pays s’était pour rechaper a son procès pour corruption en 1986, ce même personnage qui nous a été présenté comme le ministre le plus corrompus des années de la présidence de Boumediene en 1978, les mêmes nous l’ont présenté comme l’homme élu des généraux qui en peu de temps adviendra le président de l’état le plus corrompus au Maghreb.

    Le pays des mille folies !!!!

    Lui pourtant a fait son choix, un destin similaire a Benali, Moubarek ou pire que Guaddafi.

    La douleur, la maladie, et il s’accroche comme un poux, quelle folie le pouvoir !

    W A H I D




    0
  • Rachid
    14 avril 2011 at 5 h 03 min - Reply

    Je suis d’accord avec la proposition de Sami. C’est a dire que l’assemblee constituante doit se limiter au choix du mode de gouvernenance seulement. (Etablir une constitution ou les 3 pouvoirs sont separe avec des droits fondamentaux pour la societe ainsi qu’a l’individu).
    Cependant, la question qui se pose, c’est comment choisir cette assemble constituante qui sera qu’on le veuille ou pas colore ideologiquement, donc sujette a des manipulations. Le choix/selection de l’assenblee constituante ne doit pas etre elitiste et eloigne (mepris) des aspirations fondamentales du peuple Algerien.

    Rachid




    0
  • MJ
    14 avril 2011 at 11 h 05 min - Reply

    Comme son nom l’indique, une assemblée constituante constitue la première pierre dans l’édification d’un Etat, c’est elle qui devra en asseoir les fondements essentiels, équilibre et rapports entre les pouvoirs, libertés et moyens de les protéger, droits et devoirs des citoyens, role de l’armée, des mosquées, de l’instruction (école…), des partis politiques… et la rigueur qui doit procéder à sa mise en place est de première importance, surtout dans notre pays ou la propension à user de manoeuvres est devenue un credo en boulitique.

    C’est pourquoi, la réflextion sur la constituante devrait à mon avis tendre vers la mise en lumière de tous les pièges possibles et qu’il faut éviter à tout prix, afin que toutes les tendances idéologiques soient représentées démocratiquement au sein de cette institution au prorata de leurs bases populaires, mais éviter aussi de tomber dans les revers de tendances d’exclusion et de suprématie dont nous avons trop souffert.
    Eviter aussi que l’assemblée constituante ait un autre rôle que de mettre en place une constitution afin d’empécher ses membres de s’en servir comme tremplin politique et éviter que des bouliticiens en fassent partie.

    @ Rachid.

    On ne peut empécher que ceux qui seront élus ou désignés dans la constituante n’aient de tendance idéologique, c’est dans la nature de l’homme politique d’avoir une idéologie qui le guide dans son parcours et de son absence jusqu’a présent que découle une partie de nos problèmes puisque certains de nos bouliticiens font des changements de cap abrupts qui dénotent l’absence d’idéologie réelle dans leur démarche boulitique. Pour l’homme politique c’est sur sa stabilité idéologique que la base electorale jugera de ses actes.




    0
  • Mohand Tahar MOHAMMEDI
    14 avril 2011 at 20 h 07 min - Reply

    Le système est verrouillé par ceux qui ont DEJA le pouvoir qui sécurise au maximum ses positions, Il est clair donc que nous somme dans la primauté du militaire sur le politique et le politique sur le droit donc c’est le règne de la négation de l’État de droit qui est privilégié et vu le niveau intellectuel et politique du personnel du régime , le régime va refuser d’aller vers une constituante, pour une simple raison qu’il ne reconnaitra pas la confiscation du pouvoir aux algériens , cela est une évidence politique et j’espère être en erreur de ce que je dit, car dans la réalité, l’état major de l’armée et le tribalisme sont au cœur du pouvoir politique depuis prés de cinq décennies en Algérie c’est-à-dire depuis la confiscation du pouvoir en 1962 et même avant, le discours et les pratiques militaires et tribalistes sont des stratégies politiciennes destinées à inscrire durablement dans l’inconscient collectif des Algériens, mais aussi étranger, que les autres ne sont que des empêcheurs de tourner en rond, ces stratégies ont été relayées dans chaque partie de notre pays par certains hommes et femmes « exécutables » qui, pour leur survie et leur avenir, ont intérêt à ce que le pouvoir de l’armée et le tribalisme politique prospère, ces « institutions » ne sont donc que des instruments publics au service de la gestion privative de cette « société privé qui se nomme Algérie» et actionne en permanence le levier du tribalisme et celui de l’armée pour mieux se protéger et c’est aussi l’expression de l’échec de ce régime qui pousse les politiques, démissionnaires de leurs responsabilités devant l’Histoire, à actionner en permanence ce levier du tribalisme , du sectarisme pour mieux se protéger .

    @ M.J.
    Je suis entièrement d’accord avec vous que pour mettre en place cette Assemblée Constituante, il convient avant tous de mettre en lumière tous les pièges possibles a commencer par définir :
    1. Le rôle des Constituants
    a. Quel est l’âge des postulants (16, 18, 20, 30 ans ?)
    b. Quels sont les postulants (n’importe qui ? seront choisi ou élus etc…)
    c. Comment vont se présenter les modalités d’élection (élus ou tirés au sort ?)
    d. Le statut social des postulants (rémunérés ou bénévoles ? Inéligibles par la suite ou pas ?)
    2. La formation de l’Assemblée Constituante
    o Le nombre de volontaires acceptés (1000, 10000 ou tous ?)
    o Le nombre de Constituants participants (10, 100 ou 1000 ?)
    o Le mode de formation de cette Assemblée ( à une date prévue ou une fois le nombre de candidats établi ?)
    3. Le fonctionnement de l’Assemblée Constituante
    Déterminer la durée du processus constituant (6 mois, 1 an ou 2 ?)
    o Définir les modalités de réunion de l’Assemblée (toutes les semaines ou tous les mois ? Sur internet ou en un lieu fixe ?)
    o Définir l’organisation du travail de l’Assemblée (des groupes travaillant par sujet, ou par département, ou par région ? A partir des doléances du peuple ou des propositions de l’Assemblée, ou les deux à la fois ?)
    o Établir le cahier des charges à remplir par l’Assemblée (reprendre le squelette de l’actuelle Constitution ou en créer un nouveau ? Se baser sur la déclaration des droits de l’homme ou en rédiger une autre ?)
    4. Le contrôle des travaux de l’Assemblée par le peuple
    Les moyens de participation du peuple au projet constituant (
    Par le biais d’un site internet,
    De référendums,
    De publications ?) Etc…
    Le droit de veto du peuple sur l’avancement des travaux de l’Assemblée (des votations à intervalles réguliers, des groupes de réflexion consultés, des spécialistes confrontés ?)
    Les modalités de validation du projet de l’Assemblée par le peuple (par référendum à la majorité plus une voix, ou aux deux tiers ?
    Proposé à l’adoption sujet par sujet ? à la fin du processus constituant, ou à plusieurs reprises durant le processus ?)

    La procédure en cas de rejet des travaux de l’Assemblée (faut-il tout recommencer, ou faire d’autres propositions ? Réélire de nouveaux Constituants, attendre de nouvelles doléances ?) etc…
    Autant de questions doivent avoir des réponses claires pour s’assurer du bon déroulement et du bon fonctionnement de la future assemblée constituante.




    0
  • hakimM
    14 avril 2011 at 20 h 24 min - Reply

    Mais ne révons pas, Bouteflika n’a pas été ramené pour dissoudre le parlement. Il a été ramené parce qu’il a les mains trompées dans la corruption pour que le peuple oublie la corruption des généraux et leurs assassinats de 200 000 algériens.
    Bouteflika est en train de gagner du temps et de faire diluer les exigences du peuple : du départ pur et simple de Boutef-Ouyahia-Generaux, on passe à une constituante, et puis maintenant, on parle de petites réformes qui va laisser un corrompu entouré de corrompus entourés d’assassins gouverner jusqu’en 2014.
    Lorsque nous allons décider d’etre fort, le regime sera faible.
    Pourtant, c’est le meilleur moment de se révolter en millions pour profiter du passage de Obama et des révoltes arabes.




    0
  • W A H I D
    14 avril 2011 at 23 h 20 min - Reply

    L’assemblée constituante serait le chois des Algériens pour la deuxième fois en Algérie après 50 ans de détournement par ces bandits venus des frontière Est et Ouest, il savait faire deux chose, le crimes sous toute ces formes et la politique démagogique et politicienne.

    Nul parmi ces oiseaux de malheurs ne va céder le KOURSI, comme ils ont utilisé la ruse, la violence, le terrorisme, les armes, les complots, la manipulation pour confisquer l’indépendance au peuple Algérien, massacrer a huit clos la population civile a Remka, Bentalha, Rais, les 200 000 morts et les 20 000 disparus, les 2 000 000 d’exilés, les 5 000 000 de déplacés de la salle guerre, 800 assassinés froidement en 1988, les 200 assassinés en 2001 il est de droit le plus légitimes pour le peuple d’user de tout les moyens pour les faire ces oiseaux de malheur de l’environnement public.

    Il n’échapperont point de leur destin tragique, l’Algérie et les Algériens qui le veulent ou pas vont les vomir, en continuant la négation des revendications politiques, le refus de l’établissement de la souveraineté populaire, l’arrogance des leaders FLN, RND, MSP et le mépris des Militaires et du Président aurait des conséquences graves et fatales sur l’issue de la résolution de la tension qui plane sur l’Algérie.

    C’est une question de temps.

    Fatalité veut que ces oiseaux de malheurs ne sauront échapper a leur destin tragique.

    W A H I D




    0
  • HOUARI
    15 avril 2011 at 17 h 07 min - Reply

    Pourquoi faut-il a tout prix que l’assemblée constituante soit composée uniquement de democrates et de nationalistes, c’est quoi cette democratie a l’envers ????????????????????????????????.
    Dans la democratie tout court, une assemblée constituante doit etre representatif du peuple .
    Et le peuple veut dire toutes les tendances confondues.
    Si nous voulons encore revenir en arriere, repetons les memes erreurs du passé. Autrement dis l’exclusion et la division.
    Cette exclusion et cette divison nous ont couté tres chere.
    SVP, UN PEU DE BON SRNS.




    0
  • M.J.
    15 avril 2011 at 17 h 33 min - Reply

    @Monsieur Mohand Tahar Mohammedi.

    Mon propos, à travers mes posts précédents, est de relancer le débat sur ce topic que vous avez initié par votre article suffisamment étayé , je vous en remercie, et qui semble ne pas susciter tout l’intérêt qu’il mérite.

    Dans la conjoncture régionale actuelle nous pourrions être confrontés du jour au lendemain à ce problème, celui de la mise en place d’une constitution et donc préalablement d’une assemblée chargée de la préparer afin qu’elle soit soumise à référendum et nous pourrions nous retrouver devant la nécessité d’y faire face sans préparation.

    En effet, les aspects politiques dans notre pays ne sont ni vulgarisés ni sérieusement étudiés dans nos universités ou au sein les partis politiques et de façon générale notre culture politique est en régression depuis l’indépendance.

    D’où l’intérêt que suscite votre article et la nécessité d’en débattre, ne serait ce que pour cerner tous les aspects de cette question que je considère comme importante à plusieurs égards.

    Je vous salue et vous remercie encore une fois.




    0
  • djamal
    16 avril 2011 at 3 h 30 min - Reply

    Chèrs compatriottes ! pas de philosophie constitutionnelle. Redonnons la souvereneté au peuple pour élire ses représentants (election propre avec une dynamique populaire) qui auront pour mission de mettre en place les outils pour une première république. Allons y doucement et par étape. Après 50 ans de gouffre, il faudrait aussi 50 ans pour y sortir. Le temps passe vite et commençons par nous mettre sur les rails…




    0
  • Congrès du Changement Démocratique