Édition du
26 March 2017

Affaire MEDJNOUN : L’irresponsabilité à tous les niveaux de la fonction judiciaire

Par Me B. Aït Habib
Vous serez étonné de comprendre l’insoutenable désarroi de nos magistrat fonctionnels devant la décision à prendre sur tout sujet portant sur affaire mettant en cause les procédures en matière de traitement des affaires judiciaires.Ne cherchez pas à comprendre les interruptions de séances pour des raisons diverses.Ne vous étonnez pas de voir pendant ces trêves le Président et le responsable du parquet rôder autour du bureau du Procureur Général.Ne pensez pas magistrat debout , Magistrat assis mais Magistrat couché Tout le long.Pendant la précédente session criminelle ,Nous avons demandé à consulter le dossier de notre mandant à M Le Procureur Général près la cour de Tizi-Ouzou.Après avoir attendu vainement voici un sympathique adjoint qui me demanda gentiment de venir voir le concerné pour régler cette erreur de notre part de vouloir nous adresser à la mauvaise porte en lieu et place de réclamer cette copie du dossier au Magistrat ayant ordonné le supplétif d’information.Après plusieurs plusieurs tentatives je réussi à faire ma demande à cette autorité qui nous reçoit galamment en me renvoyant sur le greffier responsable des dossiers .Une semaine plus tard cet agent me dit avoir reçu l’ordre de discuter avec le Procureur Général sur l’opportunité de nous remettre les documents demandés.Le lendemain il nous confirma qu’exceptionnellement nous pourrions voir ce dossier après compilation et mise en ordre mais que ce travail lui prendrait du temps au vu de l’ampleur de la tâche.A ce jour nous n’avons pas pu récupérer le dossier . Comment peut on interpréter ce laxisme du fait que MEDJNOUN vient de purger près de douze longues années de détention provisoire . La programmation du procès reste hypothétique malgré les assurances qui ont été données à l’accusé ,à la défense en présence de M Le Bâtonnier dans le bureau de M Le Procureur Général.Une première liste a été établie sans l’affaire MEDJNOUN-CHENOUI.Nous insistons sur le la dénomination d’affaire judiciaire qui sont intitulées selon les noms des accusés et non sur celui de la victime même si l’objet est l’assassinat du Grand Chanteur Kabyle .Notre mandant se tient prêt à renouveler une autre grêve de la faim car son incarcération au delà des normes est inacceptable.Aucune détention de cette durée n’a été enregistrée dans le monde y compris en Birmanie chine et encore moins dans les pays africains!une honte pour ceux qui croient en l’équité des procès en Algérie


Nombre de lectures : 1292
2 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • aravinslam
    16 mai 2011 at 1 h 05 min - Reply

    Je viens de lire vos cri d’alarme sur le danger que nous courons avec ces dérives de la justice ça me donne froid dans le dos.Dans le journal El khabar j’ai été choqué par la réponse donnée par Me Ksentini sur le rapport d’Amnesty qui a essayé de défendre l’indéfendable en traitant tous les informateurs de cette ONG de menteurs et de délateurs.Il est le président d’une certaine commission désignée par le pouvoir exécutif de contrôler le pouvoir exécutif.Cet avocat et président du contrôle du pouvoir nommé par le pouvoir ne trouve rien d’autres à dire que votre client est un cas de normalité.Ces propos de la part d’un professionnel du droit n’augure rien de bon pour l’avenir des libertés en Algérie.Je me suis alors rappelé FAUST celui qui a vendu son âme au diable!Pour avoir suivi le calvaire de tous ces Algériens en quête d’une justice de qualité je ne peux pas me permettre de mettre votre parole en doute au risque de vous attirer des ennuis.J’admire votre pugnacité à défendre ce jeune que je ne connais que par le combat qu’il mène pour se faire juger dans un procès équitable.Est-ce trop demandé? Oui c’est un luxe que le pouvoir hésite à payer.De deux choses l’une soit il sera condamné pour une période couvrant sa détention ce qui permettra à Me Ksentini et son mandant le système véreux à redorer son blason, soit il est acquitté alors là, il faut chercher d’abord les coupables de cette bavure puis reprendre à Zéro les investigations afin de lever le voile sur un scénario qui désignera les coupables éventuellement morts qui porteront le chapeau.Quelque soit l’issue de cette affaire il faudra répondre à lma question; Comment concevoir le procès de MEDJNOUN-CHENOUI présumés coupable sans parler de Monsieur Hassene HATTAB qui a revendiqué l’assassinat et qui bénéficie de toutes les attentions du pouvoir jusqu’à la déclaration de Belaiz sur la libération de cet assassin qui avoue l’ignominie dont MATOUB a été la victime.




    0
  • Fatiha Ath-Aissa Mezoued
    4 juin 2011 at 9 h 07 min - Reply

    La justice est amputée de son droit d’exister, c’est pourquoi, elle est contrainte d’exercer son droit de retrait, et ce depuis l’annonce de la mort-née de l’indépendance de la démocratie jusqu’à nouvel dés-ordre, c’est le permanent,unique et dernier flash des retombées diplo-pratiques en Algérie.




    0
  • Congrès du Changement Démocratique