Édition du
27 July 2017

N'oublions pas le peuple de Bahrein

Pendant l’enfumage, les massacres continuent.

In Le Grand Soir 23 avril 2011

La répression est particulièrement féroce, des centaines de citoyens sont portés disparus. La torture est pratiquée jusqu’à la mort. Les militaires ont investi les hôpitaux. Des chirurgiens, pédiatres, obstétriciens, des infirmiers, ont été arrêtées et détenus. Des interrogatoires auraient eu lieu en salle d’opération.

Appuyés depuis février par plus de 80 % de la population, les insurgés réclament une réforme constitutionnelle.

Par malheur, on trouve dans ce pays un port, qui abrite la cinquième flotte US, plusieurs bases et le centre de commandement des armées US au Moyen Orient.

C’est pourquoi il n’y aura pas de « printemps arabe » au Bahreïn : seulement des massacres et une invasion armée par l’Arabie saoudite à la demande des USA pour mater le peuple.

Nicolas Sarkozy n’y enverra pas nos troupes pour sauver des vies civiles et installer la Démocratie.

Nos compatriotes continueront à ignorer ce qui s’y passe et même le nom du roi et de la Capitale de ce petit pays.

Théophraste R. (démocrate ici, démocrate partout).

PS : Le roi s’appelle Hamad ibn Isa Al Khalifa et la Capitale Manama. Il faut tout faire, ici, pendant que nos médias nous enfument avec la Libye et autres pays pas conformes.


Nombre de lectures : 1549
6 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • D B
    14 mai 2011 at 19 h 45 min - Reply

    Ce silence de la presse mondiale, et des « intellectuels » arabes sur le massacre es populations civiles au Bahrein est significatif de la manipulation éhontée qui est faite de ces évènements, et du deux poids deux mesures dans le traitement de l’information. Les martyrs bahreïnis ont le tort d’être des musulmans chiites, dans un monde ou l’argent sunnite des wahabites et de leurs laquais coule à flots. Voulez-vous vous en convaincre ?Observez seulement comment Al Jazeera couvre les évènements, selon qu’ils se déroulent ici ou là. Quelle honte! Et quelle lâcheté généralisée !




    0
  • SID ALI
    14 mai 2011 at 20 h 05 min - Reply

    Et vis à vis du peuple Syrien aussi !




    0
  • karim
    14 mai 2011 at 22 h 59 min - Reply

    Au debut il y avait effectivement des revendications constitutionelles de la part de la majorité chiites, qui ne refletaient pas un besoin de liberté, mais une prise en charge du poids demographique des chiites dans sa legislation que ceux ci trouvaient trop liberale à leur gout, curieusement celui ci a été soutenu par ses salafistes qui prefèrent voir un bar qu’une mosquée chiite
    à la fin il a fait appel à ses alliés du golf quand l’iran qui soit dit en passant considère le Bahrein comme sien, a mis tout son poids dans cette affaire en decarant que cela relevait de sa securité nationale,et là on quitte le cadre de la revolution pour rejoindre celui de la guerre de religion, vous pouvez voir sur youtube un mollah à l’accent persan entouré de milliers de manifestants chauffés à Blanc, et reclamant d’etre dirigé par la walii e fakih, et comme cette doctrine n’en admet qu’un seul pour tous les chiites, qui est en ce moment khamenei,c’est une annexion pure et simple du Bahrein qui a été programmée dans le sillage des autres revolutions,maintenant ceux qui trouvent que la dispartion d’un etat et d’une nation au profit d’une autre qui n’a rien de democratique, est une revolution democratique, ils peuvent avec les moyens existants comme internet essyer de convaincre les gens




    0
  • hakimM
    15 mai 2011 at 0 h 09 min - Reply

    @Karim
    Il vaut mieux annexer le Bahrein a l’Iran que de l’annexer a Israël et ses complices du golf qui ont des milliards dans les banques suisses a majorité juives, alors que des dizaines de millions de musulmans meurent de faim.
    D’extrême est a l’extrême Ouest, les sanguinaires corrompus arabes tuent leur peuple et s’allient aux non musulmans. Le peuple Bahreini ne peut rien contre les assassins au pouvoir sans l’aide des peuples musulmans qu’ils soient chiites ou sunnites.




    0
  • Aboulanouar
    15 mai 2011 at 10 h 38 min - Reply

    Bonjour tout le monde, merci Monsieur DB, comme çà je vous suit, c’est clair et net. quant aux profanes et les autres wahabites crédules on attend rien de leur parts. comme on a fait confiance aux tunisiens, égyptiens et libyens..etc, il faut faire confiance en le peuple du Bahreïn, rien ne nous permet de croire qu’ils sont annexé à l’iran ou à M.KHAMANEI. les bahrénis jus qu’à présent s’en sortent très bien par rapport à nous les gueulards.




    0
  • Abdel Madjid AIT SAADI
    15 mai 2011 at 20 h 10 min - Reply

    La révolution à Bahreïn vise deux injustices, aussi scélérates l’une que l’autre.
    Primo, celle d’une dynastie instituée par la couronne britannique, avec pour mission la protection des intérêts de la couronne britannique avant tout, et depuis le choix de Bahreïn, comme base de la cinquième flotte US, la protection des champs pétroliers US, gérés par les potentats arabes, au bénéfice exclusif des états impérialistes.

    Ensuite la mainmise d’une famille sur les richesses du pays, et sa tentative de changement de majorité de rite, par l’importation « massive » d’étrangers auxquels on accorde la « nationalité » dans le seul but de rétablir un équilibre de rite impossible et rajouter à l’oppression physique, une autre oppression, celle-ci, plus grave, le génocide de l’école chiite, dans l’un de ses foyers historiques, au risque de déclencher une « nouvelle guerre de religion », voire rendre vaines toutes les tentatives de rapprochement des écoles de pensées islamiques autour de valeurs communes, plutôt que de pérenniser les guerres fratricides qui n’ont fait que constituer un des poids morts dont se nourrissent tous les intégrismes et les intolérances les plus outrancières.

    Un petit rappel puisé d’Internet, pour situer le débat à défaut de pouvoir mettre une carte, car en effet, Ce royaume du Golfe comprend une population à majorité chiite (75%), écartée du pouvoir par une minorité liée aux intérêts américano-sionistes. Alors que l’exploitation du pétrole tend à s’épuiser, le Royaume de Bahreïn est devenu principalement une place financière, touchée elle aussi par la crise mondiale. Les causes les plus apparentes de la révolte des habitants sont la misère, le chômage, ainsi que les frustrations quotidiennes pour une majorité d’entre eux. Mais une autre raison motive également les manifestants bahreïnis : le vent de liberté et de dignité qui souffle actuellement dans le monde arabe…

    La place qu’occupe le Bahreïn parmi les pays du Golfe, ainsi que la composante majoritairement chiite de sa population, expliquent sans doute la brutalité de la répression. Par ailleurs, situé face à l’Iran, le Bahreïn abrite une importante base navale nord-américaine, rattachée à la Cinquième flotte US, et actuellement en travaux en vue de son agrandissement.

    Une fois de plus, on remarquera des points communs à tous ces pays du monde arabe où la révolte éclate et s’intensifie. Ce sont d’une part tous des régimes impopulaires et coupés de leur peuple. Et d’autre part, ils représentent tous un intérêt militaire et stratégique pour l’USraël, qui tient à garder le contrôle de la région. C’est aussi pour cela que les morts de Bahreïn ne soulèvent aucune indignation dans les grands médias sionisés d’Occident, et en particulier de France. Pour tous ces donneurs de leçons « démocratiques », le sang arabe versé ne compte pas. Seule compte la réponse à cette question : « Est-ce bon pour Israël ? », comme l’a ainsi reconnu ouvertement l’ancien président du CRIF, Roger Cukierman :

    A ceux qui comme les nigauds, qui toute honte bue déversent leur fiel, pour tenter de légitimer l’agression séoudienne, contre le peuple de BahreÏn, soit-disant pour « mettre un terme aux prétentions de la République islamique sur cet état », je les invite à prendre acte du déni US, selon WIKILEAKS.
    —-
    News
    World news
    Bahrain

    The US embassy cables
    WikiLeaks cables show no evidence of Iran’s hand in Bahrain unrest

    US sources dismissive of Bahraini allegation, and as early as 2008 noted tensions between its Shia majority and Sunni rulers

    Share3200
    Reddit
    Buzz up

    Ian Black, Middle East editor
    guardian.co.uk, Tuesday 15 February 2011 14.45 GMT
    Article history

    Bahraini protesters chant and wave flags in Egypt-style rebellion in the capital Manama
    WikiLeaks cables show US diplomats’ awareness of simmering unrest between Shia majority underclass and Sunni minority rulers in Bahrain, and predicted ‘it takes only one mistake to provoke a potentially disastrous escalation’. Photograph: Hasan Jamali/AP

    The United States has repeatedly dismissed claims by the Bahraini government that Shia Muslim unrest in the Gulf island state is backed by Iran.

    US diplomatic cables released by WikiLeaks show that the accusation made by the Manama government – which is facing street protests demanding political reforms from an opposition inspired by the Egyptian and Tunisian uprisings – is not backed by hard evidence.

    « Each time this claim is raised, we ask the GOB (government of Bahrain) to share its evidence, » the US embassy reported in a secret dispatch in August 2008. « To date, we have seen no convincing evidence of Iranian weapons or government money here since at least the mid-1990s … If the GOB had convincing evidence of more recent Iranian subversion, it would quickly share it with us. »

    http://sos-crise.over-blog.com/ext/http://atlasalternatif.over-blog.com/ext/http://www.guardian.co.uk/world/2011/feb/15/wikileaks-no-evidence-iran-bahrain
    —–
    Mais ceux qui ont une telle phobie de tout ce qui est rationnel, et combattent le racisme, peuvent-ils s’amender ?
    J’en doute fort.
    ——
    C’est au tour du Bahreïn, ce petit royaume insulaire – situé dans l’ouest du Golfe persique, de moins de 1,5 millions/hab. – de manifester sa colère pour plus de démocratie et de liberté et surtout moins d’injustices et de discriminations. Sa population est composée à 80% de nationaux arabes musulmans dont 70% sont chiites que gouverne une dynastie sunnite qui garde tous les leviers de pouvoir. Ce pays riche en pétrole est dirigé depuis 1999 par Hamad ben Issa al-Khalifa, 12ème souverain de la famille royale Al-Khalifa qui règne depuis le XVIII siècle sous la protection du Royaume-Uni, son tuteur, en vertu d’un traité signé en 1820. Le Bahreïn ne devient indépendant, en intégrant l’alliance des Émirats arabes unis, qu’après le désengagement de la G.B. en 1971. L’économie du Bahreïn dépend essentiellement du pétrole qui procure 70% des revenus. Ses réserves limitées l’on contraint à se diversifier. Ce pays s’est bien équipé en raffineries, en installations touristiques et en Banques. Il a également un secteur du bâtiment et des infrastructures de communications et de transports bien développés. Bahreïn abrite la Vèmeflotte américaine et la France dispose de centres d’écoutes.

    Néanmoins, cette richesse et ce semblant d’équilibre cachent une fragilité d’un régime bâti sur des iniquités et des discriminations particulièrement sensibles et explosives.

    A la faveur des révoltes tunisiennes et égyptiennes, l’onde de choc n’a pas manqué de réveiller aussi les bahreïnis pour leur rappeler leur situation sociale qu’ils ont dénoncé déjà en 1990. Les manifestants exigent des réformes politiques et sociales, dénoncent la pauvreté et le chômage mais aussi la discrimination dont-ils font l’objet en tant que chiites par rapport aux sunnites minoritaires (dans l’accès au travail dans la fonction publique, l’accès à la propriété foncière, l’octroi de la citoyenneté aux étrangers, l’acquisition de logements). Par ces motifs, ils revendiquent carrément la démission du PM, le cheikh Khalifa ben Salman al Khalifa, qui gouverne le pays depuis 40 ans et la mise en place d’une démocratie civile avec une nouvelle constitution selon le modèle britannique. Celle adoptée en 2002 suivie d’élections législatives, qui avaient contribué à ramener le calme, est jugée maintenant par l’opposition insuffisante même avec l’entrée de 17 chiites à la 2ème chambre du Parlement. A l’exemple des égyptiens sur la place ‘Tahrir’, les manifestants bahreïnis ont occupé la grande place, dite de la « Perle» située au centre de Manama, en y érigeant un campement de fortune que le ministère de l’Intérieur déclare « illégal ». C’est l’affrontement avec la police anti-émeutes ayant entrainé des morts et des blessés. Selon les dernières informations les affrontements ont causés 6 morts et une centaine de blessés. Selon des témoignages, les forces antiémeutes ont attaqué les protestataires, soudainement, la nuit sur la Place en faisant usage de gaz lacrymogènes et de balles en caoutchouc et réelles selon l’opposition. Le ministère de l’Intérieur a affirmé, par la voix du général Tarek al-Hassan que «les forces de sécurité ont évacué la place de la Perle» en justifiant l’intervention par l’épuisement de «toutes les chances de dialogue…[avec ceux qui] ont refusé de se soumettre à la loi».

    La méfiance du régime vis-à-vis de la majorité autochtone chiite est telle que les forces de sécurité se composent de sunnites même s’ils sont étrangers en leur accordant une faveur rarissime qui est la nationalité mais que les chiites bahreïnis considèrent visant à inverser la courbe démographique.

    Comme pour les autres révoltes, surtout de pays musulmans, l’Occident y voit comme toujours d’abord la main de l’intégrisme islamiste, puis celle de l’Iran – dans le cadre de la protection et de la domination d’Israël – et non des révoltes de peuples face à des régimes injustes qu’il a façonné et piloté. L’alibi ‘islamiste’ et ‘iranien’ dont usent et abusent l’Occident pour renforcer ses intérêts et ces régimes pour se maintenir ne tient désormais plus devant les nouvelles générations instruites dites de l’internet et du Facebook.

    Que l’on ne vienne pas me dire, que prendre fait et cause, pour la REVOLUTION bahreïnie, qui risque comme celle du 14 juillet 1958, en Irak voisin, de mettre en danger la pérennité des MONARCHIES arabes, et c’est bien là, ce que craignent les Al Seoud, et leurs vassaux du Golfe, pour ne pas dire, leurs  » collègues et amis vassaux » des US-Sionistes….

    Pour avérer mon propos, jetez un rapide coup d’oeil à ces quelques clichés, et comme l’adage dit bien : « Dis-moi qui tu fréquentes, je te dirais qui tu es », les intellectuels probes, et soucieux des intérêts du monde arabe et islamique, pour ne pas dire des peuples opprimés, tireront les conséquences les plus logiques, et ce n’est guère de l’anti judaïsme que de dénoncer celle qui a organisé les réunions avec l’AIPAC de triste et sinistre réputation.

    http://www.dubaiaufeminin.com/Le-Bahrein-nomme-Mme-Nounou-une.html

    et pour ceux qui sont friands de preuves:

    http://www.collive.com/pics/nf_5882_102963.JPG
    http://www.collive.com/pics/nf_3737_74979.JPG
    http://www.collive.com/pics/nf_7753_76243.JPG

    Rouh ya oumata el-islam rouh….
    Pendant qu’on assassine ses frères et concitoyens, qui pourtant prient le même Allah, croient en la prophétie du même prophète, Mouhamad, aswaws, prient en direction de la même Qibla, croient dans le même Coran, les roitelets du Golfe, se goinfrent avec ceux qui ne leur veulent aucun bien sinon ne souhaitent que les annexer au nom d’un « Israël » du Nil à L’Euphrate, la guerre contre l’Irak, n’en ayant été qu’un des chapitres, pour les PEARL, les WOLFKOWITZ, et autres théoriciens de la suprématie d’une race, celle du « peuple élu »…




    0
  • Congrès du Changement Démocratique