Édition du
28 March 2017

Très vive tension à Ouargla : Des routes bloquées par des manifestants dans plusieurs quartiers

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

El Watan le 16.05.11 | 11h38

L’agitation et la protestation populaire ont regagné de nouveau la ville d’Ouargla, située à 800 Km d’Alger. Dimanche soir, des centaines d’habitants de la Cité Bahmed ont barré la route principale de la ville pour protester contre la spoliation d’un terrain privé par la mairie d’Ouargla. Les manifestants ont accusé l’APC de leur ville de détourner une assiette foncière au profit d’un entrepreneur. Les habitants ont exprimé leur colère jusqu’à 1 H du matin, heure à laquelle une délégation a été dépêchée par les autorités locales afin de dénouer cette crise et éviter un affrontement avec les forces de sécurité.

Lundi matin, en dépit des promesses faites par les autorités locales, les habitants de la Cité Bahmed sont redescendus dans les rues pour protester, a appris elwatan.com. Selon Tahar Belabes, coordinateur national au Comité national de la défense des droits des chômeurs, et habitant de la ville d’Ouargla, une « atmosphère très tendue » se fait ressentir dans plusieurs quartiers à Ouargla.

« Après la manifestation de dimanche soir, des jeunes chômeurs ont décidé de descendre dans la rue pour clamer leur colère contre les responsables de la wilaya. Durant plusieurs jours, les bureaux de main d’oeuvre de la région sont fermés aux jeunes qui ne trouvent devant eux que des agents de l’ordre. Cette situation a fini par les exaspérer », confie à elwatan.com Tahar Belabes.

Selon notre interlocuteur, il n’y a pas que la Cité Bahmed qui est touchée par la protesta populaire. « Dans d’autres quartiers, des habitants ont procédé à la fermeture de routes. Dans le quartier de Chet, situé  à 5 Km du centre ville d’Ouargla, des jeunes chômeurs protestent dans la rue. La situation est également explosive au quartier Rouisset où des jeunes habitants ont barré la route », témoigne encore Tahar Belabes.

Il est à signaler que pour l’heure, aucun affrontement avec les forces de sécurité n’a été encore signalé.

Abderrahmane Semmar

Nombre de lectures : 945
UN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Malika
    17 mai 2011 at 0 h 23 min - Reply

    Ce qui devait être le Dallas algérien est devenu une immense favella où grouillent une faune d’escrocs, de fripons , de scélérats …. et d’un lumpen prolétariat , composé des laissés pour comptes
    nationaux et internationaux
    Il faut un miracle divin pour sauver Ouargla !




    0
  • Congrès du Changement Démocratique