Édition du
28 July 2017

Les Algériens veulent connaitre la vraie histoire, monsieur Ben Bella.

Par Ait Benali Boubekeur

Dans le numéro précédent du jeune Afrique(8 au 14 mai 2011), Ahmed Ben Bella a accordé une interview, pas sous sa forme formelle, à Renaud de Rochebrune, intitulée « Une soirée avec Ben Bella ». Bien que l’ex président ait affiché une forme physique éblouissante, selon le journaliste, il n’en reste pas moins que ce dernier avertit le lecteur que « Pour traduire certains de ses propos -ou un mot- qui ne lui venaient pas à l’esprit qu’en arabe quand la fatigue et quelquefois une mémoire défaillante ! « Cela se brouille dans ma tête », dit-il [Ben Bella] alors ! » Cela dit, quand il s’agit de tacler ses anciens camarades du principal parti nationaliste, le PPA-MTLD, il n’avait pas de mal à trouver les mots blessants voire haineux. Dans cette interview en prose, il s’attaque sans fard ni acrimonie aux figures de proue du mouvement national, à l’instar de Hocine Ait Ahmed, et ce bien qu’il le respecte, à Mohamed Boudiaf et Ramdane Abane. Avant de lancer les estocades, il s’attribue d’emblée le meilleur rôle dans toutes les phases de la révolution. Sa morgue le pousse jusqu’à déclarer au journaliste du Jeune Afrique : « Excusez-moi de parler ainsi, mais il est certain que nous avons fait énormément de conneries. Mais je suis peut être celui qui s’est le moins trompé ».

Cependant, afin que je  respecte l’ordre chronologique, [et là je m’intéresse qu’à la période coloniale], Ben Bella revient sur les événements dont il fut surement l’un des acteurs. Le propos ici n’est nullement de nier la participation de Ben Bella à la révolution. Cependant, dans cette rencontre, il revient d’emblée sur le huld-up de la poste d’Oran. Il rappelle que l’organisateur principale de l’attaque, et ce au moindre détail, c’était lui. Au passage, il s’en prend à Hocine Ait Ahmed l’accusant d’être plus Kabyle qu’Algérien. Mais être Kabyle c’est aussi être Algérien. C’est ce que les mathématiciens appelle une relation d’équivalence. Mais pour un étranger, il est difficile qu’il devienne entièrement Algérien, bien qu’il ait pu être le premier magistrat du pays. Cependant, sur le plan purement historique, la quasi-totalité des livres d’histoire attribuent à Hocine Ait Ahmed un rôle de responsable national. Il fut à ce titre celui qui avait dirigé le plus longtemps l’organisation spéciale, l’OS. Selon Amar Bentoumi : « Ait Ahmed prend le commandement de l’OS qu’il a dirigé pendant deux ans durant lesquels il a élaboré les manuels de formation des cadres…etc ». Ce même ancien avocat du PPA-MTLD, pour clore cette affaire de la poste d’Oran, explique que la participation de Ben Bella fut limitée : « Sa seule contribution consistait à présenter Bekhti Nemmiche, agent de la poste d’Oran, à Ait Ahmed qui ont étudié le plan des lieux ensemble». Quant à la liquidation de l’OS, Nacer Boudiaf apporte la preuve selon laquelle Ben Bella eut une part de responsabilité dans son démantèlement. Il cite, pour corroborer cette thèse, le témoignage de Ramdane Abane à Ferhat Abbas : « C’est Ben Bella qui dénonça en 1950 notre organisation spéciale l’OS ; du moment qu’il était arrêté, rien ne devait subsister après lui ». Par ailleurs, la seconde  cible de Ben Bella n’est autre que l’un des grand animateurs ayant donné naissance au FLN, Mohamed Boudiaf. D’ailleurs, pour l’histoire, il ne subsiste aucun doute. Boudiaf fut l’un des animateurs les plus actifs dans la préparation du 1er novembre 1954. Bien qu’il l’accuse de « zéro sur le plan militaire », les documents, de l’époque de l’OS déjà, prouvent le contraire. Voila ce qu’écrit Amar Bentoumi : « L’inspection qui eut lieu, pour établir le bilan avant la réunion du comité central élargi de Zeddine, fin décembre 1948, a révélé que les résultats obtenus par Boudiaf étaient nettement supérieurs à ceux, plutôt décevants, de Ben Bella ». Toutefois, la divergence principale entre Boudiaf et Ben Bella se situa vers la fin de la guerre. Bien que la lutte armée ait été inéluctable pour sortir du joug colonial, Boudiaf n’estima pas nécessaire d’imposer une solution militaire au peuple algérien une fois l’indépendance recouvrée. En effet, contacté en premier par Boumediene, le chef tout puissant de l’état-major général (EMG), Boudiaf refusa la proposition d’être porté au pouvoir par les armes. C’est après ce refus que le chef de l’EMG choisit Ben Bella. Cependant, le fantome qui continue d’hanter Ben Bella est celui de Ramdane Abane. Bien que les années et les décennies aient passé, Ben Bella garde une animosité à l’architecte de la révolution algérienne. Mais comment peut-on douter une seconde qu’Abane ne voulut pas la participation au congrès de Ben Bella, alors qu’il était le rassembleur de tous les partis algériens dits, à ce moment-là, modérés. En effet, de l’automne 1955 au printemps 1956, Abane réussit à convaincre les militants des partis (UDMA de Ferhat Abbas, les Ulémas, les Centralistes) de dissoudre leurs partis et d’adhérer individuellement au FLN. L’autre élément qui discrédite l’argument de Ben Bella est la présence de Ben Mhidi à la Soummam. Il faut rappeler que vers avril 1956, Ben Mhidi avait séjourné au Caire, dans la même capitale ou se trouvait Ben Bella depuis 1952. Et Ben Mhidi fut le président du congrès tenu à Ifri Ouzzelaguene.

Finalement, cette soirée avec Ben Bella n’aide aucunement les Algériens à connaitre leur véritable histoire. Dans une analyse complète, Amar Bentoumi parvient à rétablir la vérité sur plusieurs points. Heureusement, les archives sont là aussi. Sinon, chacun ferait l’histoire selon ses convenances. D’ailleurs, là où les allégations de Ben Bella sont exagérées c’est lorsqu’il affirme que « Le 1er novembre, c’est moi ». Or, ce dernier se trouvait au Caire au moment où les membres du CRUA (Comité Révolutionnaire pour l’Unité et l’Action) préparerent le passage à l’action armée. Le groupe des 22, auquel d’ailleurs n’appartinrent pas les membres de la délégation extérieure, décida l’action armée comme voie pouvant rassembler tous les militants. Ainsi, les rôles joués par Boudiaf, Ben Boulaid, Krim, Didouche, Bitat et Ben Mhidi (Le fameux groupe des six) furent primordiaux. Et surtout il n’eurent pas besoin d’un Ben Bella pour coordonner leur travail. En somme, Chaouis, Kabyles, Algérois, Oranais, Constantinois, etc, réussirent à engager le pays vers la voie de la liberté.

 


Nombre de lectures : 5920
32 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Elforkan
    19 mai 2011 at 19 h 22 min - Reply

    Les vrais moudjahiddines sont MORTS !!
    Parmi les rescapés, il faut faire le tri :il y a les handicapés….et parmi ces handicapés, il faut encore faire un tri, distinguer ceux qui ont explosés sous une bombe de ceux qui courant derrière un troupeau de moutons se sont fait arrachés un pied ou une main par un train, en traversant la voie ferrée !
    Parmi, les rescapés, sans aucune égratignure….pas la peine de faire le tri !!!!…..ils sont tous des moudjahiddines !!! il y a que cela étonnerait !
    Oui ! des moudjahiddines, n’ont-ils pas fait le Djihad contre leur peuple depuis 62??




    0
  • mouhoub
    19 mai 2011 at 19 h 48 min - Reply

    On sait que ce personnage a une haine viscérale du kabyle. Dans un de ces discoures il a dit que l´Algérie est arabe arabe arabe (trois fois)est çà juste pour emmerder ses algériens kabyle.




    0
  • SID ALI
    19 mai 2011 at 19 h 54 min - Reply

    Est-ce judicieux de parler de ce que pense Ben Bella de la révolution ? Grosse question !!!!




    0
  • ahmed
    19 mai 2011 at 20 h 01 min - Reply

    Pour comprendre la version de Benbella,il faut savoir que celui ci est un nasserien-baathiste convaincu . Il soupçonne,ait ahmed d’être plus kabyle qu’algérien . Le probléme est que les nasseriens-baathistes,se comportent comme une personne adulère,ils vivent en Algérie,profitent de ses richesses mais ils rêvent toujours du Caire et de Baghdad !
    L’idéologie nasserienne,fait que ces gens se croient arabes comme si la




    0
  • zaftoualaft
    19 mai 2011 at 20 h 12 min - Reply

    Le problème de ce personnage c’est d’avoir instaurer la socialisme à la Castro en Algérie. D’avoir été le premier à remettre en cause l’Assemblée constituante, élu démcratiquement, après avoir évincé le grand politicien Ferhat ABBES (Rahimahou Allah). Aujourd’hui il faut qu’il fasse son mea culpa et qu’il demande publiquement pardon au Peuple, Ben Khedda avant lui l’a fait.




    0
  • ahmed
    19 mai 2011 at 20 h 24 min - Reply

    Pour comprendre la version de benbella,il faut savoir que celui ci est un Nasserien-Baathiste convaincu . Il soupçonne,Ait Ahmed d’être plus Kabyle qu’algérien . Le problème est que les Nasseriens-Baathistes ,se comportent comme une personne adultère,ils vivent en Algérie,profitent de ses richesses,mais ils ont toujours le regard sur le Caire ou Baghdad !
    J’ai lu dernièrement les mémoires d’une autre personnalité Nasserienne, j’étais choqué par le fait que l’auteur en possession d’un passeport algérien,évoque le terme « nation arabe »,une bonne dizaine de fois,alors qu’il n’a à aucun moment évoqué la nation algérienne !
    Monsieur Benbella,devrait faire un bilan pour comprendre que Djamel Abdenasser avait des ambitions hégémoniques sur l’Algérie et que les services égyptiens ont utilisé les Nasseriens pour noyauter notre pays pendant des années .
    Djamel Abdennasser a dominé trois pays durant sa carrière : l’Egypte,le Soudan et l’Algérie . Sur l’ensemble des pays de la région,ces trois pays sont les plus instables politiquement . Ils ont tous les trois,l’économie la plus déstructurée . Il sont les trois pays où la vie politique est complètement dominée par les militaires .




    0
  • salay
    19 mai 2011 at 20 h 39 min - Reply

    M. Ben Bella est plutôt à plaindre qu’à blâmer. Vivre avec de tels ombres durant plus d’un demi-siècle en est un supplice. Sa sortie ne fait qu’anoblir ses victimes. Elles sont déjà immortelles, immenses et grandioses. Il est Algérien par le sol comme Bouteflika serait Marocain. Deux pays, un seul peuple par leur passé. Ses parents Chleuh étaient connus à lire un extrait de son entretien avec ses compagnons de l’OS, dans le livre « EKKR A MMIS OUMAZIGHécrit » par Idir Ait Amrane, premier président du HCA. « Je rencontrais Zeroual (Mohamed), vers 1982, chez Ahmed Ben Bella, à qui j’étais venu rendre visite de courtoisie, à Msila où il était assigné à résidence. Lorsque l’ex-président voulut faire les présentations, Zeroual lui coupa la parole et lui dit: « c’est plutôt à moi de te le présenter; je le connais depuis « Ekker a mmis oumazigh », il y a près de 40 ans. »!Une discussion suivit qui aborda le problème culturel. Si Ahmed nous apprit qu’il était d’origine marocaine et que sa famille s’appelait en réalité « Ait Bella ». Aussitôt, je ne sais plus lequel de nous deux lui fit remarquer: « Pourtant Si Ahmed, il y a vingt ans tu as déclaré, à l’aéroport de Tunis, à ton retour du Caire: »Nous sommes arabes »; et tu l’as répété à trois reprises ». Ben Bella ferma les yeux quelques secondes comme pour se concentrer, puis il répliqua: »Les conditions étaient différentes. J’avais fait cette déclaration afin de faire échec à la politique colonialiste française qui voulait nous séparait du monde arabe qui était notre allié naturel et auquel de nombreux liens historiques, religieux et culturels nous rattachent depuis plus de treize siècles. ».




    0
  • elforkan
    19 mai 2011 at 21 h 14 min - Reply

    «  »Cependant, dans cette rencontre, il revient d’emblée sur le huld-up de la poste d’Oran. Il rappelle que l’organisateur principale de l’attaque, et ce au moindre détail, c’était lui » » !!!!!!!!!!!!!!!!!!
    Il a organiser le coup….win rak ya BenLaden ! rien absolument rien devant le voleur de la postette !!

    C’est un grand (z)héros, il était l’auteur du hold up? et il était seul ? c’est à peine croyable ! ne me dites pas que c’est lui qui a fait le coup !
    c’est un grand coup ! la postette d’Oran ! c’est lui !
    un terrible coup porter au colonialisme, à l’impérialisme, au sionisme et au capitalisme mondial !!
    Voler la postette d’Oran c’est pas donné au premier venu , il faut être quelqu’un de terrible, quelqu’un qui ne joue pas !!!!!!!!!!!
    Si j’étais la France, dés le hold up, j’aurais plié bagages….!!!!!!!

    Une petite question : Dans la poste d’Oran à l’époque, combien y’avait-il d’agents ( postiers, biens sûr, sinon je ne crois pas qu’il oserait s’aventurer…!!) ? deux agents ! Un vieux et une vieille et on vient nous parler d’exploit !….à moins que la poste d’Oran se trouve à Chicago !
    heureusement qu’on n’est pas à une blague prés et que le ridicule ne tue pas !!!!
    Et pour terminer je dirait wadjh lakhrof maarof !!!!!
    ah!ah!ah!ah!ah!ah!!!!!!!!!!!!!
    Si on avait deux, seulement comme le voleur de la postette…………..à Dieu Obama ! à Dieu Natanyahu !!!!!!!à Dieu l’Amérique !!!




    0
  • afarhoune
    19 mai 2011 at 22 h 16 min - Reply

    L’islam qui nous unit combat ce genre de musulman (comme BEn BElla )qui divise les Algeriens par ces propos racistes! Les martyres kabyles qui sont morts pour notre nation sont les vrais amoureux de l’Algerie et monsieur Ben Bella ne pourra jamais etre à la place ou ils sont maintenant!( لا تحسبن الذين قتلوا في سبيل الله أمواتا بل أحياء عند ربهم يرزقون…..)
    qu’il sache que chaque famille Kabyle a pas moins de 2 à trois martyres qui se sont sacrifiés pour notre pays cher…




    0
  • adel
    19 mai 2011 at 22 h 20 min - Reply

    De tout les maux qu’a causer la governance de Ben Bella, notre cher Mouhoub ne pouvait se souvenir que de ces trois fois « Arabe » ,et on se demande pourquoi on est tant tier-mondistes dans notre approche a comprendre nos maux et nos problemes?




    0
  • abon
    19 mai 2011 at 22 h 54 min - Reply

    Bonsoir, l’histoire de l’Algérie est une histoire triste et tous les jours de plus en plus triste. Vous avez tous ce qui a été écrit ces dernier jours, et pour en savoir d’avantage, je vous recommande le livre de Lounis Aggoun  » La colonie Française en Algérie 200ans d’inavouable Rapines et Péculats  » ; je peu aussi vous donner ce lien qui est violent si vous voulez perdre définitivement le sommeille http://guerredalgerie.pagesperso-orange.fr/index.htm vous pouvez vous contenter de savoir que l’Algérie n’a jamais été indépendante.
    Allah-Yarham-Echouhadas.




    0
  • Cherifi
    20 mai 2011 at 0 h 30 min - Reply

    Salut, Il y a ceux que la mort évite comme des péstiférés et ceux qu’elle accueille,à bras ouvert, à la fleur de l’age.Ainsi est faite cette basse vie. Boumédienne durant son éxistence n’a fait qu’un seul et unique acte de grande valeur qui lui témoignera le jour du jugement,c’est mettre au cachot un falsificateur de documents , criminel,felon et assassin de l’Algerie libre. Chadli a commis un crime inqualifiable contre les Algeriens par le fait de libérer cet individu que la mort repousse sans cesse.Aujourd’hui,parler de cette peste en lui donnant toute cette importance c’est commettre un nouveau crime contre ABANE,FERHAT ABBAS,CHAABANI et bien d’autres Algeriens.Soutenons,sans aucune reserve,des Hommes à l’image de Mr Bentoumi,pour qu’ils disent et écrivent encore plus rien que pour démontrer aux futurs générations qui sont les traitres de la nation et qui l’ont honnetement servi. Ce péstiféré n’ a jamais été contre les kabyles mais contre tous les Algeriens honnetes et sincères et qui revent d’une Algerie,véritablement,indépendante et démocratique.Evitons de faire une lecture  » régionaliste » de l’entretien accordé par le traitre marocain,fils de traitre à sa nation et oublions un instant ce terme de kabyle qui est,toujours, prononcé dans un but régionaliste,ainsi que ce terme d’islamiste qu’utilise,à dessein,une certaine secte pour dire que la majorité des Algeriens sont des impies.Enfin,notre problème n’est pas ce sénile que la mort n’en veut pas,mais la situation pathétique dont la quelle nous sommes embourbées.




    0
  • fateh
    20 mai 2011 at 0 h 39 min - Reply

    UN tres proche ami vivant a londres depuis plus de 25 ans et ayant connu ben bella lui a repondu suite a la question concernant ses memoires:(( MOI JE N’ECRIS PAS L’HISTOIRE, JE L’A FAIS .))
    ANA NASNA3 ATTARIKH, MA NAKTABCH AT TARIKH




    0
  • Afif
    20 mai 2011 at 1 h 32 min - Reply

    @ elforkan :

    Ce n’est pas juste de dénigrer les moudjahiddines qui ont attaqué la poste d’Oran. Le commando qui a attaqué la poste comprenait des éléments des trois régions d’Algérie (Oran, Guelma,Mascara, Mostaganem, Kabylie), et même un marocain qui était le chef du commando, j’ai nommé Bouchaïb. L’oganisateur était kabyle et l’adjoint de Marnia. A cette époque, il n’y avait pas une seule once de régionalisme, nous étions tous unis.

    Maintenant, tu parles de postette : je t’informe solennellement que l’argent pris à cette « postette » a servi à acheter un lot important d’armes de guerre en Libye, lot qui a dû être stocké dans les Aurès du fait de la proximité de l’approvisionnement et que ce lot d’armes a permis aux auréssiens de tenir tête aux troupes françaises plusieurs mois après Novembre 1954, le temps que les armes égyptiennes fussent disponibles en grosses quantités.

    Je pense que « la postète » a droit plutôt à la reconnaissance qu’au dénigrement. En te lisant, je me suis rappelé les caïds qui nous narguaient en disant « comment allez-vous combattre la France ? Serait-ce avec vos lance-pierres ? »




    0
  • bert
    20 mai 2011 at 3 h 19 min - Reply

    Bonjour a toutes et a tous.
    A Mr Ait Benali Boubekeur. Vous savez que durant toute sa triste vie, il n’a fait que mentir, et vendre la révolution du peuple algerienne. Je ne vois pas comment demander a un menteur de cette envergure de nous raconter les faits de la révolution algerienne. La seule vérité qu’il a dit à ce jour, c’est qu’il est marocain. Pensez un peu, à ces jeunes qui n’auront que l’occasion de lire ses mensonges, pour eux, ça sera qu’une vérité, et qu’ils continueront à en parler. demandez sourtout a ces vrais maquisards qui se sont tus depuis toujours a remettre les pendules à l’heure.




    0
  • boussa
    20 mai 2011 at 9 h 28 min - Reply

    cest honteux pour vous de traiter comme ca les morts pour moi vous etes un traite qui voulez vendre lalgerie aus egyptiens vous netes pas un vrais algerien ya ben belle




    0
  • Boubekeur
    20 mai 2011 at 10 h 40 min - Reply

    A Monsieur Bert!
    Je suis entièrement d’accord avec vous. Il faut que l’histoire soit racontée par des gens honnetes. Ils ne doivent pas se soucier uniquement de leur ego ou de la place qu’ils occuperont dans cette histoire. En tout cas, à l’ère d’internet, la parole est plus libre. Et les falsificateurs sont vite dénoncés. Merci pour ton commentaire.




    0
  • Fodil
    20 mai 2011 at 12 h 43 min - Reply

    A nous de lancer Une pétition, une cotisation pour payer un Avocat, et l’HISTOIRE sera réhabilitée…
    Les argumentaires:
    Rajoutant cette autre pièce à conviction.

    « Un livre, publié par la maison d’éditions française, Publisud, en octobre dernier, traite le sujet avec rigueur et pédagogie, La France réinventée, les nouveaux binationaux franco-algériens. Son auteur est Séverine Labat, chercheuse au Cnrs/Cadis (Centre d’analyse et d’intervention sociologique).
    L’ouvrage décortique les relations entre les deux pays à travers les péripéties historiques des Algériens depuis le début de la colonisation jusqu’à nos jours. La sociologue française s’est penchée sur plusieurs types de binationalité en axant son étude essentiellement sur les “nouveaux”, ceux qui ont “fui” ou qu’on a obligé à fuir l’Algérie depuis 1988. D’ailleurs, tout au long des 271 pages, Séverine Labat évoque la colonisation et ses effets sur les “autochtones”. Selon cette publication, les crises identitaires dans lesquelles nagent les Algériens ne sont pas imputables uniquement à l’avant-62. Ainsi l’Indépendance “n’a pas été un achèvement” et que tout, ou presque, reste à faire pour “démystifier l’identité nationale”. La manière avec laquelle le pouvoir a été “pris” par le “groupe d’Oujda” a été décortiquée sans ambages en exposant les effets négatifs que le pays subit jusqu’à nos jours. L’autoritarisme “du lien national sur le lien non négociable de l’arabité et de l’islamité érigées comme des fondements exclusifs de l’identité nationale a été progressivement mais rapidement remis en cause”.
    Cependant, le 5 Octobre 1988 et la “guerre civile” des années 1990 sont venus ainsi étaler la fragilité avec laquelle l’état algérien a été voulu dès l’Indépendance. Le départ massif de nombreux Algériens enregistré durant cette période vers la France serait une des preuves tangibles de l’“échec”.
    La double filiation des Franco-Algériens suscite également d’autres “conséquences”. La globalisation mondiale actuelle chamboule, entre autres, la relation entre la nationalité et la territorialité. En France, les débats autour de cette question se font houleux. Par contre, en Algérie, la “tendance” n’est même pas au stade de gestation. Pourtant l’impact des Franco-Algériens sur tous les secteurs du pays est loin d’être négligeable. L’exemple de Louisa Ferhat est plus qu’illustratif.

    Absence de libertés, cadre de vie dégradé, mort violente, corruption…
    Les Algériens encore loin du bonheur
    Par : Liberté, Meziane Rabhi »




    0
  • ElForkan
    20 mai 2011 at 13 h 53 min - Reply

    @ Afif….merci quand même de votre remarque, mais jamais mon intention était de dénigrer les mudjahidines,loin de là, ils méritent tout notre respect et considération, seulement celui qui a fait des actes de djihad qu’il les taise, peut être que Dieu les accepterait, mais si à chaque occasion, l’auteur de ces actes vient nous les rappeler en se vantant de les avoir fait, il réduit à néant cette bonne action , Allah dit «  »O les croyants! N’annulez pas vos aumônes par un rappel ou un tort, comme celui qui dépense son bien par ostentation devant les gens sans croire en Allah et au Jour dernier. … » » »

    Un mudjahid, un vrai ne se vante pas,sachant qu’il n’a fait que son devoir, oui il peut raconter ses faits d’armes à ses fils et petits fils pour les inciter à suivre sa voie et le prendre en exemple….mais le raconter aux autres et à chaque bout de champ comme le fait BenbBella, ça devient un peu ridicule….




    0
  • Macizel
    20 mai 2011 at 14 h 19 min - Reply

    @ elforkan: En vous lisant, vous avez certes raison que la poste d’Oran n’était pas gardée comme une banque centrale mais un peu de respect au gens qui se sont sacrifiés pour que vous puissiez écrire ces quelques lignes en toute liberté. Si vous voulez toute la vérité sur Ben Bella, son dossier d’archives du SDECE (sécurité militaire française) se trouve à Montpellier lisez Maurice Faivre, il a donné pas mal de détails dans son livre « les archives inédites de la guerre d’Algérie » Général à la retraite.

    @Monsieur Affif: Juste une précision concernant cotre passage sur les armes égyptiennes, je suis désolé de vous contre dire sur votre passage :

     » Le temps que les armes égyptiennes fussent disponibles en grosses quantités ».

    De tous les livres, les sites que j’ai consultés, l’Egypte n’a jamais été le pourvoyeur des armes pour la guerre d’Algérie. Désolé les quelques tentatives des naceristes comme l’acheminement du bateau ATHOS, de la princesse d’Egypte à l’époque, utilisé par le FLN Egypte; à été intercepter au large du Maroc.

    Le gros des armes soit directement repris sur l’ennemi d’ou la méthode des MOUSABILINS, ou bien c’était la Yougoslavie, via l’Allemagne, les anciens dépôts de la deuxième guerre mondiale.

    Amicalement

    Macizel




    0
  • Alilou
    20 mai 2011 at 15 h 40 min - Reply

    On essaye encore de noyer le poisson en nous sortant chaque fois un lapin du fond du chapeau pour encore nous occuper dans notre passé, pendant ce temps la eux font avancer leur locomotive et leurs futur pions qui vont les servire encore des annees.

    Y’en a marre soit on fait quelque chose soit on ferme boutique, car a ce rythme on va creuver bientot de rage, je viens de finir de fumer 5 kg de thé en 1 semaine juste pour oublier….ces dino




    0
  • NEDJMA
    20 mai 2011 at 17 h 06 min - Reply

    Monsieur Ben bella

    vous n’êtes pas le propriétaire de notre histoire.
    Vous n’êtes pas le gardien de notre mémoire.
    votre manipulation de la mémoire historique est la justification du present.

    Monsieur Ben bella la jeunesse vous IGNORE.




    0
  • ahmed
    20 mai 2011 at 18 h 45 min - Reply

    Attention,nous nous occupons du passé,au moment où le DRS a entamé la contre révolution en Tunisie en commettant l’attentat qui a coûté la vie à deux militaires tunisiens dont un colonel . Pour éviter tout risque de contagion,le DRS a décidé de pousser la situation en Libye et en Tunisie vers le pourrissement ce qui discréditera l’idée de toute tentative de soulèvement en Algérie .




    0
  • Afif
    20 mai 2011 at 19 h 30 min - Reply

    @ ElForkan :

    D’accord avec ton dernier commentaire.

    @ Macizel :

    Les meilleurs témoins pour ce qui concerne les armes égyptiennes, ce sont les auréssiens et les nememchas qui ont été noyés par les armes égyptiennes en 1955/56, à telle enseigne que les wilayas de l’intérieur s’en sont plaints auprès de la Déléguation extérieure du FLN.

    Autre témoignage : c’est grâce à l’arrivage du Dhina sur les plages marocaines, bourré d’armes égyptiennes que les combattants de l’Oranie, dépourvus d’armes depuis le 1er Novembre qui a été certes déclenché mais sans armes suffisantes (deux combatttants armés, l’un d’un fusil Mauser, l’autre d’un pistolet, pour 35 commbattants dans la région de Témouchent et ce, à titre d’exemple) et qui a fait pschitt, qu’une vaste offensive de l’ALN a été déclenchée sur toutes les wilayas de l’Ouest au mois d’octobre 1955.

    S’il vous plait, ne soyons pas ingrats pour ce qui concerne la solidarité arabe et aussi pour le soutien décisif du camp socialiste : appelons un chat, un chat et ne cachons pas le soleil avec un tamis.




    0
  • Macizel
    20 mai 2011 at 23 h 46 min - Reply

    @Mass Affif: je ne suis pas socialiste et non plus arabiste, je suis algérien tout court. Je reconnais la solidarité arabe saoudienne pour l’argent verser à Ait Ahmed et Mhamed Yazid en Egypte ainsi que le million verser par le Roi Alsaoud a Ben Bella justement en Espagne, certes Le nacerisme n’ont fini pas de faire des émules., un agent double je me tairais les détails.

    Soyons concret Monsieur si on veut parler vérité sur la guerre d’Algérie. Ayant le courage de dire les choses telles qu’elles se sont déroulées. Je ne cherche pas à faire l’apologie du communise ni du socialiste islamique loin de là, j’ai la quarantaine je n’ai pas le complexe des anciennes générations. Puisque vous parlez des AURES, de nos frères Chaouias, d’ailleurs c’était grâce à eux que la révolution à eu lieu je parle de la toussaint rouge Le 1 Novembre 1954 mais miné par ce qu’on appel la guerre subversive menée par la France, Les dégâts causés par les tiraillements entre les Algériens est pire que la guerre en elle-même. Sans parler de Bachagha boualem, du MNA, Harkat Bou Alam, Melouza, Les Bleus de Chauffe, ….Les règlements de compte, les auxiliaires de Paris, les SAS, …..

    Si on veut écrire l’histoire sans parler du coté sombre de cette révolution c’est que on risque une autre fois de passer à coté.

    Je vous pose une question, En quelle année Ben Boulaid fut t’il arrêté par l’armée Française? Je vous donne la réponse c’était en Libye, il était parti chercher des armes justement parce qu’il ne voyait rien venir de l’est, mais dire que le FLN Egypte qui n’était que l’ombre de lui-même à déverser des milliers d’armes vers l’Algérie je n’ai pas eu connaissance. Sauf bien sur si vous avec des références à nous donner je suis volontiers de les lire.

    Et cette phrase ne vous dit rien : Ben Boulaid s’est engagé dans le CRUA pour obtenir les armes de Nasser, promises par Boudiaf ? À méditer Monsieur Affif.

    Amicalement
    Macizel




    0
  • Liès
    21 mai 2011 at 4 h 49 min - Reply

    Paru dans El-Watan du vendredi 20 Mai 2011.

    Le colonel Youcef El Khatib, commandant de la Wilaya IV historique, commente dans cet entretien, qu’il a bien voulu nous accorder, la récente polémique opposant Yacef Saâdi à Louisette Ighilahriz, ainsi que le tollé soulevé par les déclarations de l’ancien président, Ahmed Ben Bella, sur l’histoire de la Révolution.

    – Pouvons-nous avoir vos impressions à propos des récentes déclarations de Ben Bella sur son parcours personnel et l’histoire de la Révolution en général ?

    Si vous voulez m’entraîner dans un terrain miné par la politique, je ne vous répondrai pas. Maintenant pour l’intérêt de la Révolution, je vous affirme, à mon tour, que les seuls Algériens qui avaient conçu, préparé et déclenché la Révolution en 1954 sont des personnalités historiques déjà connues. Il s’agit de Ben Boulaïd, Didouche, Bitat, Ben M’hidi et Krim. Tous les cinq se sont mis d’accord pour installer Boudiaf au poste de coordinateur. Ali Mellah était à la tête du sud du pays qui n’était pas considéré comme étant une région lors du déclenchement de la Révolution. Je sais qu’il y avait un contact avec le trio du Caire (Egypte). Ben Bella, l’un des représentants du MTLD à l’étranger et faisant partie de ce trio, avait été informé. Mais je réitère que seuls les six hommes historiques sont les responsables du déclenchement de la guerre de Libération nationale.
    Je reviens à propos de ce que je disais, la Révolution et le déclenchement de la guerre de Libération nationale étaient une affaire de gestion collective, mais jamais une affaire d’un seul homme comme le prétend Ben Bella. A cette époque-là, je dois vous avouer que j’étais un jeune étudiant et n’étais pas adhérent à un parti politique. Ces six hommes historiques, qui avaient la charge de préparer et de déclencher la guerre de Libération nationale, avaient souffert du zaïmisme. Toutes les décisions du Congrès de la Soummam avaient d’ailleurs été prises à l’issue d’un débat franc, d’une manière démocratique, dans l’intérêt de l’Algérie et de son peuple. La gestion collective de la Révolution était le principe fondamental du Congrès de la Soummam, il n’y avait pas de zaïm. Personnellement, je crois fermement à ce principe fondamental jusqu’à aujourd’hui.

    – Au sujet de la polémique entre Louisette Ighilahriz et Yacef Saâdi, quel commentaire faites-vous ?

    Je dirais que ce n’est pas le moment d’étaler en public tous ces malentendus. Je trouve que Yacef Sâadi a eu tort de faire de telles déclarations. En ma qualité de commandant de la Wilaya IV historique, je pourrai dire qu’un tel homme, je ne le connais pas. Néanmoins, je m’informerai auprès des personnes qui avaient côtoyé cet homme durant la guerre de Libération nationale. Yacef Saâdi a commis une erreur, car il ignorait plein de choses qui se passaient sur son territoire. Il ne pouvait pas connaître personnellement toutes les personnes qui activaient. Donc, il n’avait qu’à demander des informations sur Mme Ighilahriz à ses proches compagnons, pour s’informer sur son passé. Elle a souffert des tortures infligées par les parachutistes.

    – L’ouverture des archives de la guerre détenues par la France devrait peut-être lever une grande partie des équivoques et des contrevérités ?

    Personnellement, j’ai hâte de découvrir les archives afin de connaître tous les détails de notre Révolution. Ces archives se trouvent à Vincennes (France). Nous avons demandé le rapatriement de ces archives relatives à l’histoire de notre pays aux présidents Mitterrand, Chirac et Sarkozy. En vain. Au nom de notre fondation, nous avons sollicité le président Sarkozy et l’ambassadeur de France en Algérie pour le même sujet, notamment dans ce qui est en rapport avec la Wilaya IV. Vous savez, pour accéder à ces archives, des dérogations sont exigées. En Algérie, des archives existent. Au temps du président Zeroual, j’avais pu moi-même en consulter certaines.

    – Ne craignez-vous pas que ces archives, une fois révélées, puissent donner à découvrir des vérités lourdes, dont les conséquences ne pourraient peut-être pas être assumées ?

    Pour ma part, je vous dirais que la France coloniale avait toujours traité, pendant la guerre, les moudjahidine qui activaient à tous les niveaux de responsabilité des centres de décision, depuis la base jusqu’à l’échelle suprême de la Wilaya IV historique, de bureaucrates. En effet, nous avons toujours rédigé nos rapports mensuels, en application des décisions du Congrès de la Soummam. Nous avions immortalisé des faits dans ces documents, afin que notre commandement puisse être informé de toutes nos actions à travers l’ensemble du territoire de la Wilaya IV. Hélas, beaucoup de documents ont été détruits dans des incendies et d’autres ont été accaparés par des soldats français qui les gardent à ce jour dans leurs archives. L’intérêt de notre fondation est de recueillir tous les témoignages des 8 régions qui composaient la Wilaya IV historique (Bouira, Boumerdès, Blida, Tipasa, Aïn Defla, Médéa, Tissemssilt, Chlef), mais surtout analyser et corriger tous les témoignages que nous avons pu recueillir et qui ont marqué l’histoire de la Révolution dans notre wilaya. C’est mon devoir de patriote.

    M’hamed Houaoura




    0
  • kaci
    21 mai 2011 at 11 h 32 min - Reply

    reponse à l’imposteur,

    il n’est un secret pour personne que ce malade qui tient une rancune profonde pour tous les symboles de la revolution, abane;ben m’hidi,boudiaf,ait ahmed,didouche,khider, ce bonhomme dit a tout ceux qui veulent l’entendre que je n’ai pas demandé à etre algerien , je suis marocain et j’ai été premier magistrat de votre pays , je profite de tous les avantages que l’algérie m’a offert sur un plateau
    sans oublier que j’etais décoré par degaule ,l’os a été demantelée durant sa presidence de cette organisation, il traite ait ahmed d’etre plus kabyle qu’algérien, il traite boudiaf de nullard sur toute la ligne, c’est lui le genie de la revolution, c’est lui le premier novembre,
    c’est lui qui a donné l’algérie à l’egypte de nacer
    el gazair takfina wa takfikoum, c’est lui qui a donné l’os sur un plateau,il n’est pas membre des 22, il n’a pas été au congrés de la soummame, qu’a t il fait des sommes d’argent et des tonnes d’or que nos naifs parents ont cru à ce voleur
    notre pays n’a pas de chance d’etre pris en otage par des personnes comme lui




    0
  • Krishnamurti
    22 mai 2011 at 16 h 26 min - Reply

    Ben Bella, un bon Président oui, mais un bon président pour un club de foot, pas pour un pays car c’est un homme sans envergure, avec un passé révolutionnaire d’une médiocrité affligeante. Comment croire qu’un homme aussi contesté en plein cœur de la guerre, qui a montré une telle assiduité à trahir les idéaux de la révolution et à contrecarrer les initiatives des maquis et des instances du FLN, puisse s’amender si près du but ? Mais qui dit que ce sont les meilleurs qui doivent gouverner en Algérie ? Un coup du « destin » aide souvent des étoiles éteintes à briller de tout leur éclat.
    De fait, la réputation de Ben Bella ne doit rien à ses talents. Membre de l’OS, il bénéficie de la « crise berbériste » pour prendre la place d’Aït Ahmed évincé pour « complot ». La seule contribution de Ben Bella à la tête de l’OS est de la conduire à sa perte. Arrêté, il livre l’organigramme entier. Il participe de façon très marginale au lancement de la révolution, pour se retrouver en exil au Caire, où le chef des services secrets égyptiens Fathi Dib le prend sous sa protection. Chargé d’approvisionner les maquis, les rares cargaisons d’armes qu’il a envoyées ont toutes eu le « malheur » de tomber entre les mains de l’armée française. Emprisonné à la suite du fameux arraisonnement d’avion le 22 octobre 1956, il passe la guerre dans le confort de divers châteaux. Il gagne ensuite une notoriété imméritée grâce à l’action conjuguée de la propagande française et de l’Egypte de Nasser. Tout le monde voit en lui la marionnette pour prolonger sa politique panarabe et contrecarrer la tentation démocratique berbère de l’Algérie pour les uns, et servir les desseins français dans une Algérie indépendante pour les autres. Qu’avait à gagner l’armée française à promouvoir ce personnage sans épaisseur ? Les autorités françaises « connaissent Ben Bella depuis l’OS, en 1950, écrit Yves Courrière. On peut affirmer que ce sont les autorités françaises qui feront la publicité de Ben Bella. Ce sont les Français qui baptisent Ben Bella chef de la Révolution ». La propagande qui l’impose comme tel se poursuit le jour où la presse titre : « Arraisonnement de l’avion de Ben Bella », désignant explicitement l’homme fort de demain, alors qu’il se trouve en compagnie de 4 autres de ses camarades dont 2 ont une aura autrement plus prestigieuse, Boudiaf et Aït Ahmed. L’ascension peut commencer. Elle ne se démentira plus qu’en 1965, date de son renversement.
    Lorsqu’en 1956, Abbane Ramdane et Ben M’hidi organisent le Congrès de la Soummam et posent les jalons d’une Algérie indépendante, civile, démocratique, républicaine, laïque, Ben Bella brille par son absence. Il ne leur pardonnera jamais de ne pas avoir tout fait pour assurer son transit vers la Kabylie, où se tenait le congrès, alors qu’il se trouvait à l’étranger. Depuis, Ben Bella n’intervient que par bribes inintelligibles dans les débats sur l’histoire de la guerre coloniale, pour distiller son fiel à l’encontre de celui qui a percé de façon précoce le secret de sa médiocrité, Abbane Ramdane. Il lui vouera une haine inextinguible d’avoir été un instant à la tête de la révolution. Encore plus d’avoir insinué qu’en se faisant arrêter par les services français alors qu’il était à la tête de l’OS, il avait livré toute l’organisation à l’ennemi, ce qui le rendait indigne du titre de révolutionnaire. De là à en faire un Président, il y avait un pas qui n’aurait jamais dû être franchi.
    En août 1957, Abbane Ramdane se confie à Ferhat Abbas : « C’est Ben Bella qui dénonça en 1950 notre organisation spéciale, l’OS ; du moment qu’il était arrêté, rien ne devait subsister après lui. C’est un ambitieux sans courage. Pour parvenir à ses fins, il passera sur le corps de ses amis. Il est sans scrupule. » Ferhat Abbas lui-même dira que l’ « on peut affirmer qu’après l’OAS, Ben Bella puis Boumediène, ont été les fléaux de l’Algérie »




    0
  • SID ALI
    22 mai 2011 at 16 h 46 min - Reply

    Je viens de lire un article sur une conférence donnée par Lakhdar Brahimi (diplomate) suite à une invitation de l’association des anciens élèves de Kérouani et Malika Gaid de Sétif.
    Et bien tenez-vous bien, cet homme du régime par tire à boulet rouge sur le régime libyen de Gadhafi, sur le régime Syrien de Assad, du régime Yéménite de Abdellah Saleh, mais PAS UN MOT SUR LE REGIME ALGERIEN DE BOUTEFLIKA.
    C’est bien sûr un signe de courage politique sans pareil et un signe d’honnêteté intellectuelle à toute épreuve chez ce …. diplomate.
    Ya el khaoua, il n’y pas que le problème des Ben Bella en Algérie, il y a aussi le problème des laudateurs infatigables. Il en pousse des milliers chaque jour dans le jardin Algérie.

    =======================
    Il « tire à boulets rouges » sur ces régimes criminels arabes mais in fine ….approuve l’attitude diplomatique du régime algérien concernant la Lybie !!! C’est ce qu’on appelle tenir la canne par son milieu.
    Salah-Eddine




    0
  • fouad
    22 mai 2011 at 20 h 48 min - Reply

    Quelques mots sur jeune afrique. une anectode m’a été raconté. Lors des elections presidentielles de 1999 et en plein campagne electorale ait ahmed s’est rendu dans une librairie de la capitale. En commencant à contempler les livres , il jette un coup d’oeil vers jeune afrique. Il prend un exemplaire et il s’adresse au vendeur.Il lui dit, Il faut plus le ramener, ces gens là ne nous aime pas. à chaque fois que je visite une librairie et je vois jeune afrique je me rappelle de cet episode. Une fois ben bella a été invité par la television algerienne pour une rencontre face aux journalistes , l’un d’eux portait une barbe il etait du journal d’el massa dont je ne me rapelle plus du nom.Mon pere m’a dit assis toi ecoute benbella tu vas voir dans 5 minute il va dire une betise. À une question genante il a commencé à degrader l’athmosphere de la discussion en qualifiant les journaliste de faire la chitta.C’etait plus pour fuir la question qu’autre chose.Mon pere me dit tu vois qu’est que je t’ai dit .Mon pere est comme ferhat abbas à chaque qu’il voit son visage à la television il commence à sourire il ne le prenait jamais au serieux.MON DIEU MON DIEU QUE DIRE DE BENBELLA. Ce qui me choque c’est les vagues d’indignations qui s’en ai suivi.Les gens sont vraiment surpris.Une question simple.Peut on etre un homme historique et proceder à la chute de l’organisation secrete et denoncer ses membres. Accepter d’etre un agent des services secrets egyptiens. De denoncer les cinq hisoriques avant leur capture.Se rejouir de l’assassinat de abane ramdane. Accepter de confisquer la liberté aux algeriens. Pendre chaabani, condamner ait ahmed à mort,envoyer boudiaf et ferhat abbas au sahara, tuer khider et khmisti.Accepter de l’argent de sadam hussein et kaddafi.S’afficher avec boutelika la main dans la main.Recevoir la visite de hollande ,pourquoi lui et pas d’autres.Non ben bella n’est pas historique il a été et j’en suis convaincu un infiltré du FLN.Ses yeux sont pointé vers rabat , la tete en egypte et le ceour en france. Il n’est pas algerien il le dit lui même en toute fausse franchise.Quand on ait un historique , on a un ideal on se bat pour cet ideal on ne dit pas que le 1 er novembre c’est moi surtout quand ce n’est pas vrai mais bien le contraire.Il dit du mal de tous les veritables revolutionnaires , mais….. il dit du bien d’une seule personne le general de gaule peut on en etre surpris, non bien sur.Francois geze avait dit sur LCI au journaliste edwy plenel que la france a aidé militairement ben bella et boumedienne pour prendre alger en 1962.La suite on la connait.Il serait aussi ineressant de connaitre combien les voyous de ben aknoun et de beni messous ont arrosé rahid ben yahmed pour non seulement faire cette interview mais pour toutes les brosses qui n’a pas fini de faire à l’égard du regime d’alger.Ben bella n’a pas compris qu’il est cuit depuis longtemps et toutes les qualification qu’il a utilisé sur SIADOU s’appliquent à lui reellement .Et cette interview entre dans le cadre que les voyous du regime utilise plusieurs proceder pour que l’impact du printemps arabe n’arrive en algerie et detourner l’attention des algeriens et les algeriennes.Oui effectivement ca peut etre une bonne technique, mais…comme l’histoire de la commission de touati et de bensalah on ne soigne pas un cancer par de l’alcool chirugical.Il qualifie de tunisiens de poules mouillé. Non ya si ahmed les tunisiens ont démontré qu’ ils étaient des HOMMES, ils l’ont démontré par les acte et ils ont fait fuir l’un des pions de l’oligarchie international.une preuve supplementaire que benbella est un contre revolutionnaire. L’un des but de la révolution algerienne etait de batir le grand maghreb dire de ca des tunisiens revele le dergés du Pseudo engagement de benbella dans la revolution algerienne.FAKOU BIK YA SI BENBELLA COMME DISAIT ATHMENE ARIOUETTE.




    0
  • HOUARI
    26 mai 2011 at 17 h 33 min - Reply

    Il est temps que ce peuple se reconcilie avec lui meme. Peu importe , ce que Ben Bella ou autre Algerien dise ou fasse. Ce qui est tres important a mes yeux est une realité amere, c’est que le peuple Algerien et plus particulierement nous autres la generation POST-INDEPENDANCE, nous ne connaissons rien de la realité de notre identité, de la revolution 54, de ces heros, de notre histoire et de celle de notre pays. La preuve on est comment avons nous connu feu Boudiaf, il nous est tombé du ciel, par contre on connait tres bien qui ?? et comment ils l’ont liquidé ??.
    Qui connait ce monsieur de la revolution Hadj Ben Allah ????????.
    Que connait-on de feu Boumedienne ?????????????? et comment a t-il pris le pouvoir ??????????????.
    Que connait-on du colonel Chaabane ?? et comment est-il mort ??????.
    Que connait-on de notre fameu president Boutef et de son histoire revolutionnaire ????????????????????.
    Allez y parler a nos etudiants sur l’identité Algerienne vous verrez le resultat et la deception qui en suit.
    D’un coté un Algerien qui se dit Arabe et de l’autre un qui se dit Amazigh alors qu’aucun des deux ne peut convaincre l’autre si ce n’est par haine. Ah histoire quand tu nous tiens……………………………..
    Sur le plan religieux c’est encore pire, tout le monde se pretend musulman mais personne (ILLA MEN RAHIMA RABBI) ne donne l’exemple, personne ne peut convaincre et ce par ignorance et maconnaissance.
    Alors comment peut-on consrtruire une nation avec un peuple qui ne connait rien de son identité, de ces descendants, de ces dirigeants et rien de son histoire. On ne construit pas un pays avec du faux, ou avec des mensonges et pas plus avec des menteurs.
    Pour construire tres haut il faut creuser tres profond pour avoir de bonnes fondations. Les haines sont si lomgues et si opinitrées, que le plus grand signe de mort dans un homme malade, c’est la reconciliation. Le secret de la reconciliation avec soi-meme reside bien dans le souvenir. Mais malheureusement la reconciliation avec des traitres n’est qu’un desir de rendre notre condition meilleure, une lassitude de la guerre, et une crainte de quelque mauvais evenement.
    En Algerie tout est faux, tout est a refaire, et il n’est jamais trop tard pour bien faire.
    Vive l’Algerie et vive les Algeriens.




    0
  • ventre – creux
    29 mai 2011 at 14 h 22 min - Reply

    quel fleau l´odieux racisme? je suis bien conscient que le melange des autres cultures est parfois difficile a gere mais l´odieux racisme est quelques choses d´intolerable et ne devait pas exister! nous devons tous nous battre ensemble au nom d´allah et au nom du peuple algerien? un peuple digne?. le racisme il est maudit!, toujours arabes-kabyles – kabyles-arabes.ce particularisme heritage des odieux criminels colonialistes.un homme raciste c´est un homme maudit!!!.(aoudoubillah) (la-ferqa mabine arabi aw ajami aw habachi ila bi-teqwa wa el-a3mel salha) SADAK ALLAH EL-ADIM. (ya rabi ba3d alina el onsoria kama ba3d echarq ala el-gharb.




    0
  • Congrès du Changement Démocratique