Édition du
26 March 2017

LES BERGERS ET LE TROUPEAU

Djahida
Quand on dénie au peuple la capacité de se diriger lui même, on lui dénie la qualité de l’humain, espèce que Dieu a doté du bienfait de l’organe le plus extraordinaire de la Création , le cerveau, la communauté de citoyens devient troupeaux sous la responsabilité de BERGERS.
Y-a-t-il eu un berger qui a accepté que ses veaux, ses moutons , ses chèvres ou ses poules puissent dialoguer avec lui ? Evidemment non.
Y-a-t-il eu , une seule fois, dans l’esprit du berger , la possibilité qu’un bouc ,une chèvre ou une brebis ou même un taureau puisse prendre SON POSTE ?Evidemment non.
N’a-t-on pas toujours soutenu que le peuple(le troupeau) ne veut rien , rien ; que du foin ou du son (entendez sucre et huile)?
Quand le chef des la « chambre des représentants » du PEUPLE exclut toute possibilité de pouvoir au peuple , il reconnaît qu’il ne représente RIEN lui-même et qu’il est NOMMé à son poste dans la signification suivante du mot poste :
n. masc.
Lieu assigné à un soldat ou à un petit détachement; il ne peut être quitté que sur ordre ou à l’heure prévue où doit être accomplie une mission précise. Poste de garde. Être à son poste.

Tout s’explique , ne peut accéder au POSTE que celui qui a autant de compassion avec le peuple quecelle que peut avoir un berger pour ses moutons .Le berger A LA CERTITUDE que le peuple est immature et donc a encore besoin de tutelle au moins jusqu’à 2030 ou 2040 selon la vision lointaine de chaque berger, avec son jawaq.
Le problème c’est de déterminer la légitimité de la tutelle c’est-à-dire le propriétaire et les gestionnaires du troupeau.
Pour le berger en POSTE, il n’a de compte à rendre qu’ au « mawal» ou « moul essar3oufa » ou , à défaut , aux gestionnaires , jamais au troupeau. Le troupeau n’a qu’à bouffer sa pitance et regarder le train passer , quand il y en a un qui passe .
Le peuple algérien ayant toujours été dirigé par le sabre ou au nom de Dieu ou les deux à la fois. Maintenant que le sabre semble insuffisant , y-a-t-il intention de s’adjoindre, par la grâce du soliloque (en terme officiel dialogue) quelques bergers « théocrates » pour légitimer la tutelle.
Tout dialogue entre bergers ne peut faire déplacer leurs kheimate des verts pâturages dégradés de l’Algérie
Reste le peuple. Est-il capable de DEMONTRER qu’il est mature et capable d’envoyer les bergers et leurs kheimate paître ailleurs ? L’Histoire proche nous le dira , sûrement.


Nombre de lectures : 1685
12 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • abd el allah el muslim
    21 mai 2011 at 17 h 14 min - Reply

    NO COMMENT.




    0
  • ElForkan
    21 mai 2011 at 19 h 23 min - Reply

    «  »Le peuple algérien ayant toujours été dirigé par le sabre ou au nom de Dieu » »!!!!!!!!!!!!!!!!!

    Depuis quand l’Algerie était dirigée au nom de Dieu ????
    Depuis 1962, on n’a vu que des communistes,socialistes, des laïcs, des voleurs et des escrocs.

    Non, SVP, n’endossant pas nos malheurs à notre religion, alors que ceux qui nous ont gouverné n’ont rien à avoir avec l’Islam….
    Notre malheur est justement causé par notre déviation des principes authentiques de l’Islam, et faites ce que vous avez envie de faire, notre pays ne connaitra point de bonheur, de tranquillité, de sécurité et de prospérité et c’est pas moi qui le dit, c’est notre créateur «  » Celui qui s’écarte de mon rappel (l’Islam) aura une vie pleine de difficultés «  »

    Les maffieux, sans foi, ni loi volent et dilapident et on endosse tout ça à l’Islam !!! ce n’est pas juste et c’est inacceptable !!




    0
  • Liès
    21 mai 2011 at 20 h 21 min - Reply

    Salutations à toutes et à tous.

    @ Djahida. Bonjour chère compatriote.

    Je lis toujours vos commentaires que je trouve dignes d’intérêt, voire instructifs, avec un réel plaisir.

    Je suis d’accord avec vous et je pense avoir compris le sens parabolé de votre message.

    Si j’interviens c’est juste pour apporter un petit complément, sur la notion de berger, qui à mon sens est très importante.

    À ce sujet je dis que : Il y a le bon berger.
    Et il y a, malheureusement à profusion les mauvais bergers qui n’ont pas cette légitimité et cette aptitude à protéger le troupeau et à le faire paître dans la sérénité.

    On peut assimiler ces bergers indignes à des mercenaires.

    Car il faut comprendre aussi que, le troupeau débarrassé de ses peurs, de ses pérégrinations, des dangers de toutes sortes qui le déciment et qui empêchent sa sereine et naturelle multiplication, donne en retour le lait suffisant, la laine suffisante, la viande suffisante et aussi le matériau nécessaire à la fabrication de tout ce qui dérive du cuir et de la laine.

    En plus en broutant l’herbe, il permet à celle-ci un sain renouvellement, et en fertilisant la terre avec ses déchets, il participe au maintien de l’équilibre de l’écosystème.

    Nous ramassons aussi leurs crottes que nous utilisons comme combustible, pour faire du feu, afin de cuire notre nourriture, nous réchauffer durant le froid ou juste nous aider la nuit à garder à distance les animaux dangereux et suspects.

    Car de la même façon qu’on fait tout avec l’eau, on fait également énormément de choses utiles avec le feu.

    La purification par exemple se fait par l’eau et le feu.

    On purifie l’Or de ses scories par le feu du fondeur.

    Et on purifie nos corps, nos vêtements et nos ustencils etc par l’eau.

    L’eau et le feu ont aussi l’autre signification, non moins importante, spirituelle celle-là.

    Mais ne nous éloignons pas trop de notre sujet et restons dans ce sens que nous essayons de donner au nom de berger et comprendre un peu mieux sa mission.

    Le bon berger est celui qui conduit, protège, soigne, et mène son troupeau vers les verts pâturages et les eaux tranquilles.

    Le bon berger est celui qui connaît ses brebis par leurs noms (disons brebis pour désigner toutes les composantes du troupeau), il marche devant elles et les brebis le suivent parce qu’elles connaissent sa voix.

    Le bon berger et celui qui donne sa vie pour ses brebis, quand les circonstances l’exigent.

    Le bon berger prend les agneaux dans ses bras et conduit doucement les brebis qui allaitent.

    Le bon berger rentre et sort par la porte de la bergerie, il ne saute pas par-dessus la clôture.

    Le bon berger veille à ce qu’aucune brebis ne se perde, et quand il arrive à l’une d’elles de s’égarer, il part à sa recherche et il la ramène.

    Le berger MERCENAIRE est celui qui se sauve quand le loup vient disperser et déchirer.

    Le berger mercenaire n’aime pas le troupeau. Il n’entre pas par la porte, il saute par dessus la clôture.

    Conclusion :

    Être berger est une immense responsabilité.

    L’homme ou la femme qui n’a pas la légitimité et l’aptitude de conduire salutairement le peuple dont il sera responsable, ne doit pas accepter ou ambitionner ou aller jusqu’à compétitionner frauduleusement, pour cette lourde charge.

    Pour assurer la lourde et sensible charge de gouverner un peuple, (à tous les niveaux de responsabilité, devrais-je préciser) il faut :

    Être connu et reconnu pour sa bonté et sa fidélité par le peuple lui-même.

    Aimer sincèrement le peuple, sans quoi on ne peut prétendre prendre bien soin de lui.

    Avoir les aptitudes (les compétences et la moralité).

    Craindre Dieu le Berger suprême devant qui tous et toutes nous allons rendre compte de nos vains et ridicules pouvoirs, et de ce que nous avons fait de l’exercice de la responsabilité.

    Pour adapter à la réalité ce commentaire qui est imagé, il suffit juste de remplacer :

    La porte de la bergerie, par les élections libres, transparentes et honnêtes.
    Le bon berger, par le bon président, le bon wali, le bon maire etc., le troupeau par le peuple, le loup par l’ennemi, et ainsi de suite…
    Les verts pâturages et les eaux tranquilles par une constitution et des lois fondamentales et des règlements qui assurent l’épanouissement, la paix, une vie sereine et pérenne, etc.

    Merci encore madame pour vos précieuses contributions.

    Fraternellement à toutes et à tous.

    Liès Asfour.




    0
  • Aghiles(El-Kseur)
    21 mai 2011 at 22 h 51 min - Reply

    Depuis « l’independance » jusqu’à aujourd’hui les rênes du pouvoir algérien a été accaparé par les Marxistes-Léninistes c’est à dire les laico-fascistes nouvelle religion de l’ultra minorité qui veut l’imposer à l’écrasante du peuple algérien!
    Quand on voit l’éradicateur Redha Malek qui proposait qu’on supprime l’appel à la prière à la télé on a tendance à faire un rapprochement avec Kamel Ataturk!
    Je crois il est temps que notre peuple constitue un seul front pour chasser cet Etat-DRS criminel qui a spolié nos richesses et notre liberté.




    0
  • YIWAN
    22 mai 2011 at 3 h 20 min - Reply

    ESSALAM ÂALIKOUM,
    Je voudrai dire à Aghiles que le peuple Algérien a besoin d’un ATATURK incorruptible et nationaliste au sens propre du terme pour le sortir de la misère aussi bien morale que matériel dans les quelles l’ont plongé de sinistres personnages qui pensent comme vous, car notre problème ne se résume pas au retrait ou non de l’Adhan à la télévision. Nous sommes tous jaloux de notre religion mais pas celle qui est pensée avec un esprit borné et rétrograde.
    L’islam est saint, mais hélas la majorité de ceux qui se disent musulmans ne font rien pour se hisser à la hauteur de cette magnifique religion que nous voulons universselle.




    0
  • Ammisaid
    22 mai 2011 at 9 h 55 min - Reply

    Ah ! Le berger qui torture ses moutons!
    Ah! Le berger qui offre ses moutons aux loups, aux renards, aux hyènes, aux serpents…affamés !
    Ah ! Le berger qui boit le sang et qui charcutent la chair de ses moutons les plus doux, les plus tendres, les plus innocents….!
    Ah ! Le berger qui fait paître ses moutons là sécheresse sévit au lieu de les emmener dans une prairie !
    Ah ! Le berger qui haït, qui humilie, qui affame…ses moutons !…
    Ah ! Si les moutons étaient sous la responsabilité d’un berger sincère, doux, vigilant, aimant, protecteur….les moutons auraient pu devenir des lions !




    0
  • Jeune DZ
    22 mai 2011 at 16 h 49 min - Reply

    Au petit matin, après une nuit très agitée à la bergerie

    le Berger: héee, les Kbeches vous voyez ce loup?
    les Kbeches: oui.
    le berger: si vous ne rester pas tranquille je lâche la bête comme l’autre foi, vous vous ont souvenez?
    les Kbeches: oui.
    le berger: Alor, baissez la tète au ras du sol, broutez ce que vous pouvez, faite caca ou vous voulez, et y’aura pas de loup.




    0
  • hakimM
    22 mai 2011 at 17 h 20 min - Reply

    Comme vous voyez Madame Djahida, le peuple , pardon le mouton se fait facilement berner par les harkis qui lui chante la marseillaise de kassaman.

    Le peuple se fait facilement berner avec son idiotie cruelle par des affamés de pouvoir déguisés avec des barbes qui ne croient ni en dieu ni en Mohamed.

    Chadli s’est allie aux islamistes pour garder le pouvoir,
    Bouteflika après s’être allie a des partis islamistes et les a lâchés, après s’être allié a la DRS et les a lâchés, maintenant, il libère 7000 islamistes, non pas pour la paix, mais juste pour gagner des voix qui le garderait au pouvoir.

    Certains partis islamistes, les generaux assassins, le clan d’Oujda et les harkis de la France font le même jeu : Pouvoir, argent, mépris du peuple, mépris de la vraie religion, mépris des nationalistes, assassinat, corruption, torture, division.

    Le mouton n’a pas compris qu’il doit se débarrasser de son idiotie, de sa lâcheté, de ses berges assassins et faire une révolution bien préparée pour commencer a vivre enfin heureux.

    Malheureusement, il suffit d’une personne portant une barbe ou chantant Kassaman pour que le peuple devienne aveugle.




    0
  • Moh
    22 mai 2011 at 23 h 16 min - Reply

    Réponse virtuelle des bergers:
    Nous bergers, souvent de père en fils , berger dans le sens où l’entend Mme Djahida, Ce n’est pas pour justifier quoi que ce soit mais pourquoi voulez vous qu’on refuse ce privilège ?
    • quand on a de grosses frustations à combler . el ma7gour ne peut guérir de sa douleur qu’en devenant 7aggar et le métier de berger donne de belles occasions pour ça
    • quand le troupeau accepte bien son sort et beaucoup d’éléments du cheptel font du zèle pour nous encourager dans notre sale , pardon, beau métier
    • quand le métier de berger est tous bénéfices , on a tout à l’œil et on ne dépense rien
    • c’est un métier au passé peu honorable, certes mais c’est le présent qui compte, pour l’avenir on sait rebondir (en 62 , il y avait 10 fois plus de harkis que de moudjahidine :aujourd’hui el hamdou lillah c’est l’inverse et le troupeau applaudit toujours plus fort)
    • les affaires du berger marchent bien , il soigne outre mer lui et tous ses proches
    • le berger peut se recycler plusieurs fois , le mouton , son avenir c’est l’Aïd el Kebir avec un peu de chance l’Achoura
    • et enfin la preuve que le berger est aimé du troupeau ; même à son enterrement , le troupeau se déplace en masse pour l’accompagner à sa dernière demeure.
    Longue vie aux bergers et Allah i sabbar le troupeau.
    PS Le grand malheur du berger c’est quand le maquignon l’informe par voie télévisée qu’il est appelé à d’autres fonctions , là , certes nous paniquons. La plus grande douleur c’est quand le téléphone ne sonne plus , aucun coup de fil , aucune visite ,même pas du troupeau !




    0
  • HAMMANA
    23 mai 2011 at 13 h 25 min - Reply

    A DJAHIDA

    La comparaison que vous faites entre le peuple et le troupeau est juste mais nuance doit etre faite en ce sens que pour ce qui est du troupeau,c’est Dieu le tout puissant qui lui a oté l’esprit pour le remplacer par l’instinct.Sinon,un cheval ne nous aurait jamais permis de monter sur son dos s’il était doté de la faculté de réflexion et de la capacité du dialogue.La question n’est pas de savoir comment ils se comportent avec nous car il est claire que nous soyons ainsi afin d’etre corvéable à merci mais de se demander pourquoi avons nous accepté cette condition inhumaine?
    S’il est vrai que nos bergers(et c’est vraiment l’appellation qu’ils méritent) ont fait de nous leur troupeau,c’est avec notre tacite consentement en acceptant d’etre gouvernés par eux.
    Donc,la différence est importante et mérite qu’on y réfléchisse longuement afin de comprendre pourquoi sommes-nous arrivés là.Et c’est de la lecture que nous devons faire de cette nuance que dépend notre aptitude à aspirer au changement.




    0
  • HAMMANA
    23 mai 2011 at 13 h 37 min - Reply

    Complément de commentaire:

    Donc,continuer à philosopher sur l’impression qu’ils ont de nous ne sert à rien et c’est comme on reproche à un voleur de s’etre introduit dans la maison alors que c’est au propriétaire de s’en prendre d’avoir laissé sa porte d’entrée ouverte durant la nuit.
    Il faut apprendre à assumer nos responsabilités en reconnaissant d’abord nos erreurs avant d’en rendre les autres responsables.Le peuple doit en conséquence se prendre en charge sans se soucier de ses bourreaux afin de changer son destin et de ne compter sur personne pour ce faire que sur Dieu.




    0
  • zaftoualaft
    31 mai 2011 at 23 h 56 min - Reply

    Dieu nous créés différemment suivant des degrés. Il y a le troupeau et le berger, qui est plus intelligent que nous. Je vous défie de trouver un Peuple s’étant libéré sans l’apport de guides éclairés. C’est ce qui fait défaut en Algérie. Les seuls intellectuels qui sont demeurés au pays ont composé avec le Pouvoir. Le reste a pris la poudre d’escampette fuyant la répression. Non le Peuple tout seul ne peut se se libérer spontanément (voyez en Tunisie ou Egypte comment il était encadré par l’intelligentsia). Le Peuple ne croit plus en Algérie sauf si vous lui montrez le chemin en vous plaçons sur la première ligne mais sans violence. Rabbi yahdina oua iffaradj âalina.




    0
  • Congrès du Changement Démocratique