Édition du
30 March 2017

عبد الحميد مهري يشارك في الحوار

الجزائر 1جوان 2011

الفاضل الأخ عبد القادر بن صالح المحترم

المكلف بالإشراف على المشاورات حول الإصلاحات السياسية

أخي الفاضل

تلقيت بكل اهتمام دعوتكم للمساهمة في « النقاش المتعلق بالإصلاحات السياسية المصيرية بالنسبة لمستقبل بلادنا »، بموجب التكليف الذي أعلن عنه في بيان رئاسة الجمهورية بتاريخ 15 ماي 2011

ومع تقديري للمهمة التي كلفتم بها، وتحفظاتي على بعض جوانبها، فإني أعتقد أن لقائي معكم ومع مساعديكم سيكون مناسبة للإسهام في هذا النقاش بتفصيل مضمون الرسالة المفتوحة التي كنت وجهتها لفخامة الأخ عبد العزيز بوتفليقة، رئيس الجمهورية، والمتعلقة بموضوع الإصلاحات وبمطلب التغيير الذي ينتظره الشعب الجزائري، كما اجتهدت في قراءته وفهمه، والذي أطمح أن تلتقي حوله جميع الإرادات الحسنة في كنف السلم والاطمئنان لمستقبل البلاد والعباد.

وفي انتظار تحديد موعد هذا اللقاء، تقبلوا أخي الفاضل،  مع خالص المودة، عبارات الاحترام والتقدير.

عبد الحميد مهري


Nombre de lectures : 2770
34 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • ferhat Ait Ali
    10 juin 2011 at 14 h 47 min - Reply

    Un jeune centraliste, fait toujours un vieux centraliste, sa devise tout sauf la revolution meme pacifique, tout le monde etant frère dans ce microcosme politico financier, on discute avec tout le monde sauf les rabaib du peuple d’en bas, vous pouvez discuter meme de la recette des m’hadjeb.




    0
  • hakimM
    10 juin 2011 at 15 h 50 min - Reply

    Si le peuple était comme les Yemenites dans les rues, Mehri n’aurait pas accepté l’offre.
    Fort d’aucun appuie, des personnalités tentent de vivre dans la rêverie ou dans le délire de pouvoir changer un pouvoir corrompu au sommet de la corruption, un pouvoir vendu et assassin.
    Mehri ne représente que lui et le FLN confisqué. Il joue avec le feu en acceptant cette offre discréditante.
    l’Algérie est le seul pays qui a offert autant d’allégeance au régime mafieux.




    0
  • samir
    10 juin 2011 at 16 h 25 min - Reply

    Comme quoi nous n’avons VRAIMENT RIEN à attendre de qui que se soit … le peuple d’en bas comme dit plus haut doit arracher sa dignité par ses propres moyens, ses propres ressources et sacrifices.

    La balle est dans le camps des jeunes et des pauvres citoyens humiliés par des dirigeants mafieux et heggarines et surtout des citoyens exclus de tout …




    0
  • Moh
    10 juin 2011 at 17 h 54 min - Reply

    On commence à comprendre pourquoi le clan d’Oujda à pris facilement le pouvoir en 62 , un peuple incapable de consolider sa victoire ‘ 7 s’nine barakat!) et des centralistes que je vous laisse le soin d qualifier.




    0
  • Malika
    10 juin 2011 at 21 h 22 min - Reply

    Tout est calculé!
    Comme d’habitude.La seule chose qui change, le pourcentage des crédules a nettement diminué.




    0
  • mheri
    10 juin 2011 at 21 h 35 min - Reply

    Qu’il participe ou pas c’est son problème, l algerie demain sera l’algérie des jeunes on n ‘aime ou on n’aime 2014 c’est la fin de ce régime
    la politique n’est pas tous




    0
  • Sami
    10 juin 2011 at 21 h 40 min - Reply

    Mr Mehri !
    Ils n’ont aucun legitimite, vous leur avez donné cette chance ,.. vous etiez toujours un opposant farouche, pourquoi cette sortie qui nous demoralise beaucoup en ces temps pareils , pourquoi ??!!!!




    0
  • SID ALI
    10 juin 2011 at 21 h 47 min - Reply

    Mehri chez Bensalah and Co. Le changement « par-dans-avec » le système se confirme chez ce politique qui a fait partie du système lui-même dans le passé. Certains disent même que la crédibilité de la triplette reprend du soufle. C’est dire ! Qu’est-ce qu’il va leur imposer ce Mehri ? Allah hououa el 3hlem !




    0
  • D B
    10 juin 2011 at 23 h 44 min - Reply

    Cher Si Abdelhamid
    J’ai pour vous le plus grand respect. Je vous l’ai dit lorsque nous nous sommes rencontrés à Genève. Mais il est des moments qu’il faut mettre à profit, pour dire ce qui peut sembler indicible, mais qui doit être dit.
    Je sais que vous êtes en paix avec votre conscience. Vous n’avez pas mis à profit les hautes fonctions que vous avez exercées, pour votre intérêt personnel. Vous vous respectez trop pour vous vautrer dans une telle fange. Vous êtes une personnalité marquante de la Révolution algérienne. Après avoir été dans les premiers cercles de la décision parmi les historiques de notre révolution, une fois l’indépendance acquise, vous vous êtes fondu dans le peuple, pour enseigner dans un Lycée. Puis, et alors que la Révolution ait été dévoyée, récupérée, et que l’indépendance chèrement acquise ait été confisquée, par une meute d’aventuriers aux dents logues, en ce moment crucial où il aurait fallu que vous vous démarquiez de ces crapules, vous les avez cautionné, en les rejoignant, en acceptant les charges et les « honneurs » qu’ils vous avaient octroyé.
    Je sais que vous pensiez placer les intérêts suprêmes de la nation avant toute considération, comme on dit dans le jargon FLN. Mais vous êtes trop intelligent, et trop intègre, pour croire que vous serviez la nation. Vous vous êtes étourdi vous même en vous convainquant du contraire. Vous ne pouvez pas ignorer que vous avez servi les ennemis du peuple que vous avez contribué à libérer. Je ne vous ferais pas l’injure de croire que vous étiez de bonne foi. Non! Vous vous êtes menti à vous même, cher Si Abdelamid, et nous sommes nombreux à nous en mortifier. Vous n’êtes pas le seul à avoir été berné, à s’être berné.
    Avec vous, de nombreux grands patriotes se sont laissés aller à cette malheureuse facilité. Votre démarche n’est pas seulement malencontreuse, elle a été déterminante dans le détournement de la révolution de tout un peuple. Je n’irais pas jusqu’à dire que vous avez trahi la cause du peuple algérien, ni que vous avez été un auteur de son malheur, mais vous en avez été l’un des figurants majeurs qui ont permis que des criminels, des voyous, et des apprentis sorciers en arrivent jusqu’à s’approprier la victoire chèrement acquise de tout un peuple, au profit exclusif de ceux qui vous ont utilisé, comme ils ont utilisé d’autres figures de la révolution, pour asseoir leur hégémonie sur notre destin. Sans vous, et sans le concours, actif ou passif, d’autres personnages historiques, nous n’en serions pas où nous sommes aujourd’hui.
    Votre implication dans le pouvoir, au coeur du régime odieux qui a accaparé le pouvoir, souvent par des méthodes extrêmes, où le sang des Algériens a été abondamment versé, où l’accaparement des richesses nationales est devenu une norme admise, est sujette à caution. Pour le moins qu’on puisse dire.
    J’ai tenté de comprendre votre démarche, et même de la justifier, en faisant appel à des considérations politiciennes. Mais tant va la cruche à l’eau. L’injustifiable ne peut être justifié. Il est vrai que vous avez été formé par le contexte révolutionnaire. Vous y avez été imprégné par des situations que nous ne soupçonnons pas. Parce que la Révolution algérienne n’a pas été aussi belle, ni aussi pure qu’on nous la dépeint. Vous avez été formé à rude école. Peut-être même y avez-vous été convaincu que la seule vérité est celle de celui qui tient le manche. Votre dernière lettre à Bouteflika, dans laquelle vous l’appelez à une relative réforme, montre bien que votre perception de la politique, et votre engagement politique, sont enfermés dans une logique politicienne, et même finement politicienne, qui ne tient compte que du contexte politique qui a cours. Il semble bien qu’à force de pratique dans un espace confiné, normalisé, et balisé de parois blindées, votre vision ne se soit définitivement étriquée.
    L’Algérie d’aujourd’hui, cher Si Abdelhamid, est un pays qui a été capté par une association de malfaiteurs. Est-ce que vous vous en rendez compte ?
    Il n’y a plus d’Etat. Et en vérité, il n’y en a jamais eu. Depuis que Boumediene a pris le contrôle de l’EMG. Bien avant l’indépendance. Vous le savez.
    Ne voyez-vous pas que tout notre peuple est pris en otage ? Que les Institutions sont squattées par une association de malfaiteurs ?
    Que les personnalités comme vous leur servent de caution honorable?
    Il n’est pas trop tard pour s’en rendre compte, et agir en conséquence.
    Je vous le dis comme je le pense, et Dieu sait en quelle estime je vous tiens. Si vous souhaitez vraiment le bonheur de ce peuple, vous avez encore la possibilité de voler à son secours, et de laisser votre nom à la postérité. Dénoncez ce régime de façon claire. Entrez dans l’arène des braves ! Livrez vos mémoires ! Appelez le peuple à la résistance !
    L’Algérie vous sera reconnaissante. Et votre nom se dissociera de ceux qui nous ont mené à l’indignité.




    0
  • nina
    11 juin 2011 at 0 h 37 min - Reply

    drôle de mouchawaret wamousalahet dans un pays où tout est permis. on ne voit que du copier coller aux yeux des siyadhoum comme quoi on est des démocrates , toujours les memes tetes qui depuis presque 50 ans ont le meme dialogue et ce peuple attend un changement radical des nouveaux visages des vrais democrates, une generation jeune qui prendra la relève de ces vieux,pour instaurer l’etat de droit en commençant par la phase de transition qui peut conduire aux vraies mouchawaretes et pas à vos archaiques moukhabarates.




    0
  • still
    11 juin 2011 at 2 h 47 min - Reply

    Bravo DB.
    Mr AEH Mehri que nous respectons-j’allais dire respections_tous ne fait que cautionner la bande de voleurs/criminels en acceptant de participer a ce carnaval de con consultation ( excusez-moi, je begaie parfois).En admettant que ses propositions s’elevent au niveau des aspirations de la jeunesse-ce dont je doute fort vu l’endoctrinement qu’il a lui-meme subit a l' »Ecole FLN »- croit-il vraiment qu’elles auront une chance d’etre prises en consideration?S’il y croit il a tord, car il sous-estime leur felonie et leur traitrise.S’il n’y croit pas mais veut juste remonter dans le train-je n’irai pas jusqu’a lui faire cet affront,il aura doublement tord, car non seulement ses propositions rejoigneront la poubelle mais sa propre credibilte risque de les y rejoindre.
    …Nous vivons a la fin des Temps ou les evenements s’accelerent.L’Histoire est ecrite au jour le jour et les acteurs sociaux subissent les consequences de leurs actes avant de dire ouf !
    Le cirque fait sa tournee ,les saltimbanques se relaient sur la scene et le publique juge les performances .Sa sanction sera sans merci quand il se prononcera.




    0
  • احمد شوشان
    11 juin 2011 at 3 h 20 min - Reply

    عندما علمت منذ اكثر من عام بأن محاولات السيد عبد الحميد مهري للتوسط لدى المسؤولين بما فيهم رئيس الجمهورية من اجل السماح للمجاهد عبد الحميد الابراهيمي بالعودة الى ارض الوطن قد باءت بالفشل اعتقدت بأن الرجل قد طلق النظام ثلاثا خاصة بعد بلوغه سن اليأس و لكن الظاهر أن هذا النظام المجرم لم يتمكن من الاستخفاف بالشباب الضائع فقط و إنما اطال استخفافه الشيوخ ايضا و إلا كيف يطمع سي عبد الحميد في اقناع هؤلاء المجرمين الخونة برد الاعتبار لشعب يحتقرونه و قد عجز في اقناعهم بمجرد رفع الظلم عن واحد من اشرف الرجال الذين ساهموا في تحرير الجزائر؟ إن السيد عبد الحميد مهري يعلم علم اليقين أنه يتعامل مع صعاليك حقيقيين و شواذ مفسدين و لذلك فإن مبالغته في التظاهر باحترامهم مهما كانت مبرراته الشكلية و العرفية فإن فيه مغالطة خطيرة لعموم الشعب الجزائري الذي يكن للسيد مهري كل الاحترام. فلا بوتفليقة و لا بن صالح و لا المجرمين الذين معه في عصابة المشاورات يستحقون ادنى احترام بعد اصرارهم على التآمر على مستقبل الشعب الجزائري. و ليعلم السيد مهري بأن مشاركته في هذه المشاورات لن تكون سوى دعما لمشروع التخريب الذي يستهدف الجزائر و تعميقا للالتباس الذي تعاني منه الاغلبيةالساحقة من الشعب. و اخشى ما اخشاه ان يكون السيد عبد الحميد مهري قداستدرج الى لعب دور محمد بوضياف سنة 1992 من حيث يدري او من حيث لا يدري الذي يهمنا في الموضوع هو الدور الذي ستلغبه مشاركة السيد مهري في التغطية على عملية اعدادالاجهزة التنفيذية الارهابية التي تزامنت مع الاعلان عن هذه المشاورات المشبوهة. سيكون لي كلام موجه للسيد عبد الحميد مهري مباشرة بعد أن يكتشف أن الذين أشاروا عليه بالمشاركة في هذه المشاورات قد خدعوه حتى و لو كانت تربطهم به علاقة نسب او صداقة و حتى و إن استمع اليه تواتي و بن صالح و وفى له توفيق و بوتفليقة بعهودهم من الناحية الشكلية فإن ذلك لن يغير من مآلات الامور شيئا لان الضحية المستهدفة هي جزائر الاجيال القادمة و ليست جزائر مهري و بوتفليقة.




    0
  • hakimM
    11 juin 2011 at 3 h 56 min - Reply

    Pauvre Ait-Ahmed qui croit qu’il y a possibilité d’amadouer quelques-uns du système.
    Pauvre peuple qui espère encore des choses de ces personnalités désuètes et sans pouvoir.
    Si Mehri trahit la confiance, alors ça va être une bonne leçon pour effacer tout ce qui est du FLN-RND-Oujda-DRS.
    Le pouvoir ayant vu que la commission a été vidée de sens, ayant vu que Bouteflika n’ayant même pas l’appuie des anciens du système ( Ghozali, Sifi, Hamrouch, Zeroual, etc.), ils cherchent a leurrer le peuple et surtout les USA. Ces derniers cherchent aussi a se mentir et a mentir au peuple, en disant regarder Bouteflika et ces 40 tueurs cherchent la démocratie, et nous on gagne les contrats de tout genre sans efforts …

    M. Dehbi, Ms les fondateurs du FCN, Mmes et Ms les lecteurs de LQA, compter sur vous mêmes et sur la frange authentique du peuple.

    Faites union avec les vrais opposants de la mafia, puis organisez une journée de révolte.

    N’oubliez pas que Bouteflika a accepté d’être président non élu, président vomit, il peut rester aux règnes même s’il obtient 0,00001% de votants. Il sait que c’est les sanguinaires de l’armée qui l’ont imposé, pas le peuple, Belkhadem et Ouyahia les pires ennemis du peuples attendent qu’ils soient imposés eux aussi par les assassins……..

    Réveillons nous, nous sommes en 1945, bientôt 1954.




    0
  • Mokdad
    11 juin 2011 at 6 h 39 min - Reply

    Bonjour à Tous ,
    JQuitte à dévier un peu le débat sur le sujet et En réponse aux pseudo Ferhat Ait Ali et Moh qui profitent de la position de Mehri pour exprimer leur mépris envers les centralistes et entretenir l’amalgame historique et le mensonge propagé par les messalistes et surtout après le pouvoir de Benbella et de Boukharouba depuis plus d’un demi-siècle. Je pense qu’une mise au point s’impose à ce sujet surtout pour les jeunes …
    Qui sont les centralistes ?
    Réponse d’un de leur chef de File feu Benyoucef BEN KHEDDA Rabi Yerahmou dans son livre Abbane BenMhidi et leur rôle dans la révolution :
    « On sait qu’à la suite de la scission entre Messali et le Comité central apparut le CRUA (Comité révolutionnaire pour l’unité et l’action), 3e force, à l’origine de la fameuse Assemblée des « 22 » composée uniquement des anciens de l’OS (Annexe 9). Malgré la rupture entre le Comité central et l’OS les contacts seront maintenus. On a essayé d’accréditer l’idée que les Centralistes étaient contre l’insurrection, que le Comité central avait fini par verser dans le « réformisme », voire même dans la collaboration avec l’ennemi.

    Ces attaques venues de Messali ont été reprises par certains éléments de l’OS et, aujourd’hui, elles sont encore plus ou moins exhibées non sans certains arrières pensés malveillantes.

    ….Enfin, je me dois de souligner que l’étiquette de Centraliste correspond à une certaine réalité du PPA-MTLD au moment de sa crise en 1953-1954. Par opposition au messalisme, elle exprime avec netteté la tendance démocra¬tique du Parti qui s’opposait au populisme outrancier de Messali, refusait avec véhémence le culte de la personnalité dont il était l’objet avec son propre assentiment, et repous¬sait sa prétention totalitaire à revendiquer la présidence à vie du Parti. Que je sache, ce n’est pas une tare que d’être taxé de Centraliste face à l’arrogance des messalistes pour lesquels certains font aujourd’hui du forcing afin de les dédouaner de leurs comportements anti-patriotiques et anti¬nationaux, et de la guerre sans merci qu’ils ont menée con¬tre les militants du FLN.

    Dans leur grande majorité, les Centralistes étaient des cadres moyens ou supérieurs du Parti. Après novembre 1954, on les retrouve, dès qu’ils en ont eu la possibilité, aux avant-postes et dans tous les rouages de la Révolution. Est-ce là une tare également ?…..

    Que reproche ont aux centralistes
    Toujours BEN KHEDDA
    « On a essayé de coller aux Centralistes je ne sais quelle étiquette infamante d’appartenance à la fameuse «troisième force» initiée par Soustelle. Et l’on s’est basé pour cela sur une entrevue que l’ancien Gouverneur général accorda, fin mars 1955, à une délégation de personnalités algériennes de différentes tendances. Composée de Kheï¬reddine (pour l’Association des Oulama), Francis (pour l’UDMA), Ouagouag (pour le MNA), cette délégation comprenait également Hadj Cherchalli présenté pour l’occasion comme porte-parole des «Centralistes». Or celui-ci avait déjà quitté le PPA-MTLD quatre ans plus tôt, en 1951, et de ce fait, il n’avait aucune qualité pour représenter le CC. A la date de l’entrevue avec Soustelle, c’est-à-dire le 28 mars 1955, les membres du Comité central étaient éparpillés géo¬graphiquement : les uns étaient détenus à la prison de Serkadji et les autres se trouvaient soit en France, soit au Caire, ou alors activaient déjà au sein de l’organisation FLN d’Alger.

    Je dois dire que les Centralistes, conscients du danger de la division et des manœuvres de l’administration co¬loniale ne se sont jamais prêtés au jeu de la manipulation. Ils ont toujours œuvré pour l’unité de la Révolution et de la Nation.

    Au début de la guerre, plus précisément en avril 1955, le FLN lui-même, dans un tract, enjoignit aux mili¬tants de « démasquer les messalistes qui continuent à semer le confusion, ainsi que les Centralistes qui, par lâcheté, as¬sistent en spectateurs à notre lutte, lorsqu’ils ne la dénigrent pas en privé ».

    L’opportunité m’est offerte ici de rappeler qu’au moment où Abane écrivit ces lignes, les Centralistes n’étaient en mesure d’être ni des «spectateurs» ni des «dénigreurs». Et, pour cause! Hocine Lahouel, ex-Secrétaire général du PPA-MTLD et M’hammed Yazid, ancien chef de la Fédération de France du Parti entre 1950 et 1953, qui se trouvaient au Caire, avaient rejoint le FLN dès le lende¬main de la lecture de la Proclamation du 1″ Novembre sur les ondes deSaout-EL Arab. Yazid ne tarda d’ailleurs pas à devenir assistant de Hocine Aït Ahmed qu’il accompagna à la Conférence de Bandoeng (avril 1955), et qu’il remplacera à la tête de la Représentation FLN à New-York après lacapture de ce dernier dans «l’avion des cinq » (octobre 1956).

    Le groupe de Centralistes le plus nombreux avait été arrêté, pour certains dès novembre 1954 (Ben Khedda, Kiouane, Dekhli…), pour le reste à la date du 22 décembre (Sid-Ali Abdelhamid, Ahmed Bouda, Mustapha Ferroukhi, Abdelhamid Mehri, Saâd Dahlab, Messaoudi Zitouni, Ab¬delhakim Bencheikh El Hocine, Larbi Demagh-el-Atrous, Koceïr Mustapha… ). Ces cadres et responsables ne seront élargis qu’à la mi-mai 1955. Tant que dura leur détention, ils étaient évidemment dans l’impossibilité matérielle de s’exprimer, et encore moins de «gêner» le FLN ou de lui porter tort de quelque façon que ce soit. Ben Khedda, Bouda, Kiouane, Louanchi et Mehri étaient les chefs de file de ce groupe. Se rendant compte de son erreur de jugement quand il dénonçait leur attentisme, Abane entre temps se ravisa à leur sujet. Il nouera contact avec eux à leur sortie de prison et les rencontrera, la plupart du temps individuellement, afin de sceller l’adhésion au Front de l’ensemble des anciens Centralistes.

    A la prison de Serkadji, Ben Khedda et Kiouane avaient reçu séparément, fin février 1955, la visite du Commandant Vincent Monteil, chef du cabinet militaire de Soustelle, venu les «sonder». Ils s’étaient bornés à lui si¬gnifier que les seules personnes qualifiées pour discuter avec les autorités françaises du statut futur de 1′ Algérie étaient les dirigeants du FLN. Ils lui avaient néanmoins suggéré que si la France était réellement désireuse de négo¬cier, elle devrait, en gage de bonne volonté, libérer la tota¬lité des Algériens arrêtés ou assignés à résidence consécuti¬vement aux évènements du Premier Novembre.

    S’il est probable que le Gouverneur général Soustelle ait caressé l’espoir d’embrigader les Centralistes dans une «troisième force» destinée à contrecarrer la représentativité du FLN, il en aura été pour ses frais à tous égards. Aucun d’entre eux ne s’est prêté à un tel stratagème ni à aucun marchandage. Nul parmi eux n’a esquissé le moindre geste qui eût fait douter de son patriotisme. Reste qu’en dénonçant les Centralistes dans son tract d’avril 1955,Abane s’était sans doute mépris sur la qualité de l’une des quatre personnalités auxquelles Soustelle avait accordé au¬dience. En l’occurrence, Hadj Mohammed Cherchalli dont la presse du moment s’empressa de clamer abusivement sa soi-disante qualité de Centraliste.

    Enfin, et quitte à contredire Abane une nouvelle fois, il ne serait pas superflu de relever que dès décembre1954 — janvier 1955, beaucoup de responsables catalogués Centralistes étaient déjà sur la brèche à Alger. Tels Ahmed Hassam, Hachemi Touati, Ahmed Akebane et Nadir Kessab, qui avaient rejoint le FLN à cette période par l’intermédiaire de Hadi Bachdjarrah, membre du 1z` No¬vembre. Ils constituèrent un réseau, le premier du FLN pour la région couvrant Kouba et une partie de Birmandreïset de Léveilley-Hussein-Dey. Tous les chefs de groupe ou de quartier étaient d’ex-Centralistes. Parmi eux : Mohammed Dab, Redjimi Badreddine, ‘ Abdesselam Rachid, Touati Hamdi, Tahar Kédouï ou Mahmoud Boud¬jatit, seront les pionniers qui enracineront l’Organisation dans ce secteur important de la partie est d’Alger. Pour la petite histoire, mentionnons que Nadir Kessab abrita dans sa villa à Kouba, quelques semaines avant le 1e` Novembre, une réunion à laquelle prirent part Krim, Ouamrane, Bou¬diaf et Ben Boulaïd. Elle dura deux matinées consécutives et porta, semble-t-il, sur les modalités d’entrée du repré¬sentant de la Kabylie au sein de la nouvelle direction de la Révolution.

    Toujours dans les tous débuts de l’année 1955, acti¬vait dans la Casbah, à Bab-el-Oued, Climat-de-France, Fontaine-Fraîche et Beau-Fraisier, un autre réseau animé par le tandem Hammada-Ahcène Laskri, eux aussi Centralistes. Leur réseau et celui de Hassam-Touati à Kouba étaient supervisés par Hachemi Hammoud, assisté de Bra¬him Chergui, Centralistes également. Le même Hachemi Hammoud assurait par ailleurs la coordination avec Musta¬pha Fettal et ses groupes armés, et travaillait en étroit contact avec Mohammed Ben Mokaddem, autre membre influent du FLN algérois.

    Pour mémoire, citons le cas de Souyah Lahaouari, cette fois à Oran : ex-Centraliste, il fut un des assistants de Hadj Ben Alla, adjoint de Ben M’hidi en charge de l’Organisation de la capitale de l’Ouest. Entre autres acti¬vités, il fut un maillon important dans les liaisons entre Al¬ger et l’Oranie.

    En ce qui me concerne personnellement, mes premières liaisons avec Abane furent établies par l’intermédiaire de Lakhdar Rebbah et Amara Rachid.

    Lakhdar Rebbah, militant PPA dès 1937, reçut mis¬sion de Krim d’avoir à s’occuper personnellement de Abane le temps que ce dernier se familiarise avec l’Organisation algéroise. Il l’hébergera longtemps dans son appartement de la cité Hélène Boucher, qui surplombe l’actuel stade du 20 août, en attendant de devenir un de ses bras droits dans la capitale. Il jouera à ses côtés un rôle important lors du ralliement des Centralistes au FLN, des mozabites, et de cer-taines personnalités de la bourgeoisie éclairée. II sera également présent dans toutes les péripéties qui ont abouti à la composition et à l’orchestration musicale de l’hymne national «Kassaman». Energique, plein d’entregent et d’initiatives, il comptera parmi les responsables qui auront le plus contribué à faire franchir au FLN d’ Alger le bond qualitatif qui débouchera sur la constitution de la ZAA. C’est aussi dans son atelier de montage radiophonique que sera assemblé et mis au point le premier poste émetteur de forte puissance d’où seront diffusées, dès le printemps 1956, à partir du maquis kabyle, les émissions, en arabe et en français, de «la voix de l’Algérie libre» : «Houna Saoûtou-al-Djazaïr toukhatiboukoum min qalbi al-Djazaïr».

    Quant à Amara Rachid, il a été certainement le pre¬mier étudiant algérien à avoir rejoint le FLN. Conseiller de Abane, il le représentait auprès des groupes armés de Mustapha Fettal et des réseaux FLN les plus importants de l’Organisation. Il était également chargé des contacts avec diverses personnalités politiques, en particulier Ferhat Abbas et le docteur Ahmed Francis de l’UDMA et moi-même. Arrêté fin 55, il montera au maquis, en wilaya IV, dès sa mise en liberté provisoire. Il sera tué en été 56, au douar Béni- Micera, dans la région de Hammam Mélouane près de Blida

    Mes rencontres avec Amara Rachid se faisaient chez Saïd Akli ; homme de confiance de Krim et Ouamrane, puisde Abane . Son restaurant du quartier Messonnier leur ser¬vait de boîte postale, et de plaque tournante pour leurs contacts. Excellent «public relation» du FLN, il s’investit aussi dans plusieurs opérations d’achat d’armes.

    Conclusion : Les ex-Centralistes n’ont pas été si «attentistes» qu’on l’a prétendu non sans complaisance. La plupart d’entre eux, pour peu qu’ils aient pu échapper aux arrestations de novembre et décembre 1954, ont pris promptement leurs responsabilités : moins de deux moisaprès le déclenchement insurrectionnel, ils ralliaient le FLN, et occupaient déjà en son sein des postes de responsabilité. Ils n’ont pas attendu leurs collègues de la prison pour rallier le FLN…… A suivre




    0
  • omar
    11 juin 2011 at 9 h 26 min - Reply

    OK DB

    Connaissant de près Mehri je m’interroge moi aussi

    alors que cette volonté de réforme n’est ni

    perceptible au sein des partis ou des associations

    ni dans la méthode du pouvoir.

    Cela me rappelle 1996 avant le fameux coup d’état

    scientifique MEHRI a été menacé par ses pairs etc

    Il a été écarté vu sa position pour le dialogue et

    la réconciliation. Ceux qui l’ont écarté ont sauté dans

    la barque de réconciliation du président…

    Aujourd’hui face aux pressions internes et surtout

    externes le pouvoir veut crédibiliser sa propre

    démarche vers des réformes auxquelles surtout le

    FLN n’y croit pas.

    A t on donné de l’importance au projet de réformes au cours

    de la derniére réunionite de comité central?

    Rien. Au contraire notre président étant toujours à

    son poste on se réjouit de la succession…

    Certains sont capables de se retourner rapidement

    contre lui si demain lAlgérie passerai par la case

    de la Tunisie et autres…

    Je ne défends pas MEHRI MAIS MON fére DB tes conseils doivent s’adresseraussi au President

    Bouteflika car un vrai moudjahid ne laissera pas ce pays dans cette situation…

    C’est pour cela que j’ ai beaucoup de doute sur ce

    message de MEHRI .Il envoie une réponse écrite

    au comité dont il attend peu de suite…Bizarre!

    (A noter que Bensalah était le secrétaire de MEHRI )

    Combien reste t il de chefs historiques tels que AIT AHMED

    ET MEHRI.

    En conclusion et par analagie simple Mehri a été

    l’artisan du processus de négociations avant les

    accords d’EVIAN . Il y aurat il après ce contact

    des résultats concrets avant que d’autre événements

    ne secouent le pays?




    0
  • nomade
    11 juin 2011 at 12 h 02 min - Reply

    mr. mehri s’égare .

    quelle deception !!!!




    0
  • rak
    11 juin 2011 at 12 h 20 min - Reply

    Salam, azul, bjr les ami(e)s

    Mr Mehri, avec tout le respect que l’on doit au valeureux combattant que vous futes durant la guerre de liberation, en cautionnant le « carnaval fi edechra » orchestré par le pouvoir maffieux a travers la commission BTB, vous plantez un couteau dans le dos de tout ceux d’entre nous qui luttons pour une Algerie libre et democratique debarrasé de ce pouvoir harki dont vous avez fait parti pendant longtemps il est vrai aussi.
    nous avons cru a votre « redemption » apres octobre 1988 et les evnements ayant suivi le coup d’etat de 1991, nous vous avons cru eu egard a votre passé historique et nous avons fait une place parmi nous, mais voilà qu’au crepescule de votre vie, pour je ne sais quels desseins abscurs,au moment ou l’on attendait de vous que non seulement vous ne cautionnez pas cette mascarade par votre participation, mais egalement en apportant votre soutien a tous ceux qui se battent quotidiennement sur le terrain pour denoncer ces criminels.
    Comme on dit, on a beau chasser la naturel il revient au galop, finalement tout n’etait que leurre de votre part et a travers votre participation a ce similacre de dialogue vous ne faites que regagner votre milieu naturel dans l’espoir vous aussi de faire « coup d’etat scientifique a l’envers » afin de prendre votre revanche et reprendre votre koursi comme tout les autres.
    Merci quand meme de nous avoir eclairer sur ce que vous etes reellement en ayant deja un pied dans l’au dela

    cordialement




    0
  • Abdelkader DEHBI
    11 juin 2011 at 19 h 00 min - Reply

    أخي المحترم الأستاذ عبد الحميد مهري،
    لا يختلف اثنـان في الجزائر أو خارج الجزائر، على نُبل أخلاقكم ومدى نضالكم وصدق وطنيتكم، قبل الثورة التحريرية وأثناءها وبعد الاستقلال إلى يومنا هذا. تُرى، فما ذا حدث اليوم، أيها الأخ الكريم، حتى تستجيب لدعوة – بل لاستدعاء – من طرف ثنائي بن صالح وتواتي، أحلاهما مرٌ كما يقولون ؛ صيٌما وأنت أدرى من غيرك بمساريهما : إذ الأوٌل نصٌبته ٌطغمة الجنرالات كرئيس لما سمٌوه « المجلس الوطني الانتقالي » غداة انقلابهم على إرادة الشعب، أمٌا الثاني، فهو غنيٌ عن التعريف به، طالما الأمر يتعلق ب « المخ » المدبٌر الذي له صلة سوداء ومباشرة مع سياسة الاستئصال وما ترتب عنها من جرائم جماعية وسفك دماء عشرات الآلاف من أبناء الجزائر، طوال العشرية السوداء.
    ما جدوى أن يتحدٌث مواطن من الشرفاء ذوي النخوة من أمثالك، إلى هاذين المجرمَين المتورٌطيْن في إحدى المآسي الأكثر دموية في تاريخ وطننا والتي سوف تحال، مهما طال الزمان، إلى المحاكم الجنائية، سواء أكان على الصٌعيد الوطني أو الدوٌلي ؟
    أناشدك باسم الأيمان بالله والنٌضال في صفوف الشرفاء والأحرار، أن تتراجع علنيٌا عن القيام بمناقشة أشخاص هم أحرى بمساءلة الشعب لهم حيال ما ارتكبوه من جرائم واختلاسات في حق الشعب الجزائري والأموال العامة. إنٌ مثولك غداً، أمام هاذين العميلين لنظام مطعون في شرعيته ونزاهته، بل في وطنيته، سيكون بمثابة ردٌة وطنية وإطفاء الشرعية على عملية خداع للشعب ومغالطة للرأي العام.
    اللهم أشهد، إنٌي قد بلغت




    0
  • NEDJMA
    11 juin 2011 at 20 h 58 min - Reply

    Il reste encore quelques principes à cette géneration?

    Les révoltés nombreux ne sont pas concernés par le ralliement d’un homme du serail;tout est chacun est SUJET du changement dés lors qu’il ne marche pas,et qu’il refuse




    0
  • fatima
    11 juin 2011 at 21 h 31 min - Reply

    Bonjour à tous,
    Merci à Mokdad pour ce texte magnifique de Si Benyoucef Rabi Yerahmou
    Je ne vois pas pourquoi la position de Mehri vous étonne. Il a été dans le système pendant des lustres.
    Chef du parti FLN vitrine des militaro trabendistes.
    par contre être membre du comité centrale du PPA/ MTLD est un Honneur et n’est pas du tout une injure Ceux qui reprennent bêtement la propagande de Benbella et de la »Famille Révolutionnaire » sur les centralistes s’inscrivent en porte à faux de l’Histoire
    « . AIssat idir, Abane, BENBOULAID, DAHLAB, BENKHEDDA, BOUDA, LAHOUEL, Radjef, HACHEMI HAMOUD et autres héros étaient membres du comité centrale. rien à voir avec les voyous qui ont ruiné l’Algérie après 62.. analysez comme il ce doit les positions des uns et des autres après l’indépendance. les positions de BENKHEDDA de LAHOUEL et autres centralistes alors que la « famille révolutionnaire était empêtrée dans les affaires….




    0
  • Moh
    11 juin 2011 at 21 h 41 min - Reply

    Les messalistes , les centralistes , Hadj Mokrani , Benelkadi , Boubaghla , les chiffres des archives françaises , et autres publications de ceux qui ont décidé FINALEMENT de parler.
    Si tout le monde défend sa FORTE participation à la Révolution de 1954 , personne ne nous a dit pourquoi elle a échoué(même le pouvoir le reconnaît) et comment le rêve de 3 générations a été tragiquement brisé .
    Si nous devons respect à des hommes et des femmes « historiques » , quand va-t-on savoir la vérité sur les RESPONSABLES DE L’ECHEC .Ou alors on veut volontairement provoquer une autre révolution qui ensevelira la première . A force de faire des concessions SUR LE DOS DU PAYS ET DE SES AMBITIONS au nom de la SAGESSE, l’Algérie finira par mourir guérie.




    0
  • hamza slimane
    12 juin 2011 at 11 h 02 min - Reply

    Est ce que on sortira un jour de ce passé de napoléon? ai moins napoléon a construit pour son pays, et laisser derrière lui une france forte, quant-à nous, ils ont faitkoi ces massalayé etc…..????!!




    0
  • guerriere de la lumière
    12 juin 2011 at 13 h 26 min - Reply

    In – El watan du 12 06 2011 – Par Madjid Makedhi

    Réformes politiques annoncées par le chef de l’état
    Aït Ahmed dénonce la démarche du pouvoir

    « Qualifiées de «peu crédibles», les réformes politiques annoncées par le président Bouteflika ne sont, pour le FFS et son président, Hocine Aït Ahmed, qu’une manœuvre du pouvoir ayant pour seul objectif de «gagner du temps».

    Pour sa première sortie médiatique depuis l’annonce desdites réformes, M. Aït Ahmed livre une analyse sans concession de la situation politique nationale et remet en cause le «remède» proposé à la crise multiforme qui couve dans le pays. «Dans notre pays, la crise nationale continue et les propositions de réformes proposées par le chef de l’Etat sont peu crédibles et peu susceptibles de remédier au tsunami politique, économique et social provoqué par la décennie de sang suivie d’une décennie de prédation de grande ampleur», écrit Hocine Aït Ahmed dans une note adressée au secrétariat national de son parti, dont le contenu a été rendu public hier lors d’un point de presse.

    La nature des consultations avec la classe politique confiées à l’instance que préside Abdelkader Bensalah est, estime le premier responsable du FFS, une preuve supplémentaire du peu de sérieux de ce processus. «Je m’interroge sur les fonctions véritables assignées à cette commission. Objectivement, on cherche à gagner du temps, mais surtout à faire diversion», lance-t-il. Poursuivant, M. Aït Ahmed met en garde contre les dangers de cette énième fuite en avant de la part des décideurs : «Après avoir déstructuré les rapports entre Etat et citoyens puis entre citoyens eux-mêmes, le problème de gouvernance du pays est en train de détruire les relations entre les institutions elles-mêmes. Ceci risque de faire muter la crise de gouvernance en crise d’Etat défaillant. Ce qui peut connecter l’Algérie de la manière la plus dangereuse qui soit à la crise globale.»

    «La sécurité et la souveraineté du pays en danger»

    Le leader du FFS critique également l’«opacité» qui caractérise les accords économiques conclus ces derniers jours avec des partenaires étrangers. Des accords qui, selon lui, vont mettre en péril la sécurité et la souveraineté nationale : «Comment peut-on choisir ce moment pour, dans l’opacité absolue, conclure un train d’accords commerciaux et financiers avec des partenaires étrangers ? C’est la sécurité nationale, voire même la souveraineté du pays qui peuvent être compromises. Ne profite-t-on pas du contexte national et régional pour dépecer le pays ?» Et d’enchaîner : «Hier, des décisions ont été prises dans la précipitation et l’opacité alors que c’était le destin de tout le pays qui se jouait. Pour nous, cette ère est révolue.» «Nous dirons la vérité, toute la vérité à l’opinion publique nationale et en temps voulu, nous proposerons les mesures nécessaires pour empêcher le bradage du pays», indique-t-il, sans préciser la nature de ces propositions.

    Evoquant la situation en Libye, M. Aït Ahmed charge aussi la diplomatie algérienne : «La position algérienne est difficile à lire (…). L’opinion publique, quant à elle, a condamné la position d’El Gueddafi et déploré le comportement officiel algérien. De même qu’elle condamne l’agression militaire contre la Libye.» Intervenant dans le même sens, le premier secrétaire du parti, Karim Tabbou, affirme que «ces réformes n’arrivent pas à convaincre les Algériens». «Les consultations ne peuvent pas être considérées comme un processus politique, mais juste comme une série de consultations qui, jusqu’à présent, n’ont pas marqué de manière extraordinaire le citoyen et l’opinion publique de manière générale», déclare-t-il. «Quelle crédibilité reste-t-il à un pouvoir qui a convié, il y a quelques jours, Mustapha Bouchachi (président de la LADDH) aux consultations et lui a interdit, hier, d’organiser une conférence à Alger ? C’est une preuve qu’il n’y a aucune volonté de changer la situation», précise-t-il. « 




    0
  • aquerado
    12 juin 2011 at 15 h 45 min - Reply

    Salam,
    Je pense aussi comme vous tous que cette commission n’aboutira sur rien de concret et que cette initiative qui emane du gouvernement n’est qu’un enieme coup d’epee dans l’eau et une maniere de gagner du temps. Ni mr Mehri ni Amar Bouzouar ne pourront changer la prise de conscience lente mais certaine du peuple Algerien, meme les Syriens se reveillent. On ne peut rien attendre de la commission bensalah-tutsi alors que le peuple se fait matraquer a tout bout de champ pour des revendications legitimes, que des milliers de prisonniers politiques remplissent toujours les prisons, alors que chakib khelil et consorts se promenent tranquillement apres avoir ponctionne des milliards de dollars sur le dos du peuple et avoir saccage la sonatrach. D’autre part une chape de plomb epouvantable ecrase les libertes fondamentales de la majorite des citoyens faisant de l’Algerie la dictature soft la plus atroce du monde, car bien vendue par les medias d’egout et a laquelle se resigne amerment l’ensemble de la population, du moins pour l’instant. Pour confirmer une fois de plus que ce pays est une prison a ciel ouvert, meme la liberte d’expression la plus simple soit elle est deniee par le refus de laisser emettre la nouvelle chaine satellitaire Al’Asr. Mr Benchenouf j’ai vraiment bien apprecie votre intervention, je lisais hier un livre du general a la retraite forcee mr Yahia Rahal « Histoire de pouvoir » que j’avais achete quelques annees auparavant lors d’un sejour en Algerie. Le hazard a fait que je tombe sur un passage concernant mr Mehri alors qu’il etait dans l’avion presidentiel avec chadli et mr Rahel etait temoin dont voici un extrait: » Or, voila que le president, s’adressant a Si Mehri, lui demande: »Alors, Si Abdelhamid, comment se presente ces elections? -Vous savez, monsieur le President, tous les indices, toutes les indications nous donnent vainqueurs dans au moins 75% des mairies. Je vous avoue que j’aimerais ne pas depasser les 60%. Ainsi personne ne pourra mettre en doute la regularite du scrutin. Le president surencherit: -Il serait bon aussi que tous ces nouveaux partis gagnent quelques mairies et aient ainsi la possibilite et l’occasion de s’exercer a la gestion municipale et a l’exercice du pouvoir. » C’etait tres beau cette hauteur de vue et tres emouvant cette grandeur d’ame. Seulement, voila qu’a la proclamation des resultats, il s’avere que c’etait le raz de maree FIS. » A l’instar de ses previsions des municipales de 1991, je pense que monsieur Mehri fait fausse route et se trompe totalement de cheval, car a priori rien de concret n’emane reellement de la societe. Le statut quo est toujours de mise, le changement temps attendu n’aura lieu qu’avec une dynamique profonde issue du peuple comme en 1954, le reste est du pipeau.




    0
  • Ammisaid
    12 juin 2011 at 15 h 49 min - Reply

    La légitimité va voir l’illègitimité pour la convaincre de devenir légitime alors que la légitimité sait qu’elle est impossible pour l’illègitimité de changer. Car, cette dernière est devenue criminelle au sens large du terme. Ils vont vous décevoir encore une fois Mr Mehri!




    0
  • Moh.
    12 juin 2011 at 17 h 19 min - Reply

    Les anciens , comme on dit était de 2 sortes :
    1. ceux , conscients d’avoir rempli leur mission à savoir libérer le pays , ont regagné la masse du peuple. Wa houm min el machkourine.
    2. ceux qui usurpèrent le pouvoir en complicité avec une majorité d’opportunistes , de planqués à l’étranger et de « zmaïlia » chromosomiques.
    Le pays a été dirigé par le terreur jusqu’à la mort de Boumediène et même après.

    Octobre a donné à la 2ème catégorie une occasion en or de se retirer sans grands dégâts. Les régressions fécondes auraient été la bonne solution n’en déplaisent à nos démokhrates et autres éradicateurs dont pas mal continuent de s’entêter.

    Bouteflika ayant tiré la leçon de la période de Boumediène ( gouverner par la terreur) et de celle de Chadli (terreur et quelques carottes pour les chefs) a vite compris qu’une paralysie totale de tout contre pouvoir ne peut être obtenue par la terreur ou par la corruption des chefs. Il faut que le maximum bouffe ILLEGALEMENT . Et ce fut fait.

    Maintenant que la terreur et la corruption « démocratisée » ne sont plus capables de contenir le torrent populaire qui suivra les orages qui se concentrent sur le pays , notre cher président a eu recours , grâce à ses nombreuses lectures orientales , à la méthode qu’a utilisé Haroun Errachid , la méthode Alf leila wa leila afin que le peuple rêvasse.
    La Shahrazad El Djazairya est là , M.Mehri en est un captivant épisode.




    0
  • omar bekhti
    12 juin 2011 at 18 h 24 min - Reply

    Bonjour,
    Je souhaite, une fois les consultations aient fini, les conclusions du président seront soumis au votations du peuples, avant qu’ils seraient confirmés par le parlement et le sénat, le peuple reste seul décideur de son destin, « ces conclusions bien évidement pourront être rejetés par le peuple n’ayant pas atteint la moyenne.
    fraternellement Omar




    0
  • Belaid Ait Mohand
    12 juin 2011 at 20 h 22 min - Reply

     » Il n’ y a que les hommes stupides qui ne changent pas  »
    M.Mehri en fait parti
    Je n’ai jamais cru en cet homme et je ne croirais jamais aux personnes qui ont goutées au pain sale du pouvoir .
    Mehri était ministre quand Mecili a été assassiné .
    Je serais déçu , si un jour Djamal Ben Chenouf ou Zineb Azouz , Le Dr Sidhoum et la liste est longue , changent de veste , oui à ce moment là , je serais plus déçu que vous mon cher frère Djamal .




    0
  • aquerado
    12 juin 2011 at 20 h 52 min - Reply

    Salam,
    Je viens de lire le commentaire poste par madame guerriere de la lumiere au sujet de la derniere intervention de mr Ait Ahmed qui confirme d’ailleurs la majorite de nos propos. On veut imposer le fait accompli a la societe Algerienne en prenant un train de mesures et d’accords economiques particulierement avec la France. Alors que la situation socio-economique Francaise est des plus instables et que 50 ans de relations post independantes n’ont donne rien de probant specialement du cote Algerien, on veut encore injecter des millards d’euro qui n’iront jamais dans l’amelioriation du niveau de vie des populations. La societe ne peut pas se permettre de dilapider autant d’argent alors que son president est mourant et que personne ne connait qui tire les ficelles dans les coulisses d’un cote et que la France se trouve dans une situation epouvantable avec egalement un president en fin de regne egalement honnit par son peuple de l’autre cote. Il est indispensable et meme vital d’attendre l’ instauration d’un etat de droit avec des acteurs legitimes avant d’engager des investissements substantiels inconsequents qui engageraient l’avenir du pays entre les mains des loups financiers internationaux, et augmenterait encore d’un cran la situation explosive. L’Algerie n’est ni un royaume ni un empire, c’est une republique a venir, dont les citoyens ont le droit de connaitre et de participer pleinement a son elaboration et je rejoins entierement les propos de monsieur Ait Ahmed disant:«Hier, des décisions ont été prises dans la précipitation et l’opacité alors que c’était le destin de tout le pays qui se jouait. Pour nous, cette ère est révolue.» kadafi, saddam, staline,hitler, benali, moubarak… ont pris des decisions sans l’avis ou la participation de leur peuple, les consequences en ont ete extrement desastreuses. Afin d’eviter ce piege il est indispensable que le peuple refuse en masse ce destin funeste auquel on le prepare, a bon entendeur salut.




    0
  • ahmed
    12 juin 2011 at 23 h 28 min - Reply

    La génération Mehri ressemble à un marteau qui a détruit la présence coloniale en Algérie .Cet instrument de destruction a fait ses preuves car en 7 ans de guerres et avec très peu de moyens,il a neutralisé une des plus grandes puissance coloniale . L’Algérie post- coloniale,n’a plus besoin de monsieur Mehri ni des hommes de sa génération car on ne construit pas avec un marteau!
    Les temps ont changé et les moyens de construction aussi,que monsieur Mehri et les hommes de sa génération se retirent et nous laissent faire car nous ne sommes pas moins intelligents que l’anglais Cameron,l’américain Obama ou l’espagnole Zapatero…




    0
  • omar
    13 juin 2011 at 12 h 29 min - Reply

    CD= Comité des discussions

    Mehri était obligé de se déplacer pour se faire entendre

    Le vieux pouvoir étant mal entendant

    Il faut mettre la voix et l’accent

    Prendre tout le monde comme témoin?

    Une tempete n’est pas loin ?

    Vu que cela gronde de partout

    UN HISTORIQUE SIGNAL AUX COLMATEURS DE TROUS…

    AH! Il parait que Domenech arrive

    Je crois que Raouraoua l’a inscrit sur la liste

    de Bensalah?!

    Il n’y aura que des algériens dans l’équipe:

    Naceri benzema Zidane…

    Non! il y aura ASSAD BELLOUMI MADJERetc

    On ne change pas une équipe qui gagne!
    on ne change pas unrégime qui gagne toutes les élections…

    Messieurs IL N’Y A PAS QUEle FOOOT!

    EST CE QUE TOUT EST FOUTU?

    A SUIVRE…




    0
  • guerriere de la lumière
    13 juin 2011 at 15 h 01 min - Reply

    @Omar Bekhti!

    Wach had etchoukchouka?
    Consultations? vote? Président? Parlement? Sénat?
    Les ingrédients sont pourris ya kho!

    Yerham babak win rak 3ayech?




    0
  • Malika
    13 juin 2011 at 18 h 18 min - Reply

    @ Ahmed

    Le marteau , oui le message est compris !
    Seulement , permettez moi de vous dire que s’hab marteau sont presque tous morts durant la guerre , les colonialistes ont laissé peu de chances à ceux qui leur ont fait mal. M.MEHRI c’est plutôt la plume.
    En 1962 le marteau a été confisqué pour casser la plume et nos pauvres têtes d’apaches abasourdis et inconscients.




    0
  • omar bekhti
    14 juin 2011 at 17 h 38 min - Reply

    Hello,
    @ guerrière de lumière, el chakchouka taâ el hrayare et croiyer moi et ca nourri, Contrairement a ce qu’on vous offrent dans les pizzeria Algérois, après 5mn on a de nouveau faim!
    Bon bref revenant au sujet, il me paru évident de s’intégrer à la démarche du président faute de le faire revenir, seul le peuple peut bloquer ses démarches, j’ai passé plus de 30ans a suivre les débats politiques, chercher dans les fonds de la politique politicienne à Suivre..
    fraternellement Omar




    0
  • Congrès du Changement Démocratique