Édition du
26 July 2017

A la mémoire du Professeur Hocine BENKADRI


Un contact sur Facebook a attiré mon attention sur l’action admirable du Professeur Hocine Benkadri. J’ai essayé de me renseigner sur cet homme, aujourd’hui disparu, ravi à l’affection des siens, et à la gratittude de ses compatriotes. Le parcours de Hocine BENKADRI, jeune Professeur de Medecine, qui a illuminé le triste quotidien de Constantine, cette illustre capitale numide, ravalée au rang d’une grosse bourgade provinciale, par les effets conjugués de la médiocratie et de la médiocrité ambiante, m’a littérallement submergé, suffoqué. J’ai eu envie de chialer, comme on dit. J’ai éprouvé une sorte de honte, de malaise, de ce sentiment confus qui vous donne envie de vous zapper, d’aller ailleurs, d’oublier qui vous êtes. Un sentiment qui s’appelle « INGRATITUDE ».
Hocine BENKADRI est aujourd’hui un illustre inconnu pour la plupart d’entre nous. Ou du moins moins connu que le dernier des petites frappes qui hantent le Club des Lapins. J’ose à peine imaginer l’état d’esprit des siens, de sa famille, de ses amis, lorsqu’ils évoquent sa mémoire, lorsqu’ils tentent de réveiller son souvenir, lorsqu’ils découvrent que les Algériens ne le connaissent pas, ne le reconnaissent pas, ou ne le connaissent plus, et que ceux qui l’ont connu, qui l’ont vu, de leurs propres yeux, enfourcher le cheval de la dignité, pour voler au secours de son peuple, lui qui a bravé les puissants, lui qui aurait pu trôner parmi les puissants, et qui leur a fait ombrage de ses ailes déployées, lui qui est mort deux fois. Il a été trouvé sans vie dans son bureau, foudroyé par une crise cardiaque, puis tué une seconde fois, par ceux-là mêmes qu’il a ant tant aimé, qu’il a chéri, jusqu’à leur déclamer des poèmes emplis de larmes, mais aussi d’espoir et de cris de combat. N’a-til pas créé une association qui portait le nom évocateur de « CRI » ? Ceux-là l’ont voué à l’oubli, à l’ingratittude. Ils ont ensevelli sa mémoire. Ils ont voué jusqu’à son nom dans les oubliettes de l’amour et de la reconnaissance.
A tous ceux qui me lisent maintenant, à tous ceux qui refusent l’injustice, le reniement et le déni de justice, je lance un appel, un cri de détresse: Le Professeur Hocine BENKADRI est toujours vivant. Secouons les cendres de l’oubli qui recouvrent son nom! Rendons lui justice! Déployons son étendard!
Je propose à tous les Algériens, et à toutes les Algériennes, qui croient en l’homme, et qui savent reconnaitre les leurs, de créer un espace virtuel, où nous donnerons des noms de rue, d’avenue et de boulevard,à tous les nôtres qui se sont sacrifiés pour nous, puisque le régime odieux qui nous opprime fait tout pour que nous les oubliions. Et le jour où nous libèrerons l’Algérie, nous baptiserons nos rues, nos boulevards, et toutes nos institutions, en leurs noms chéris. Et nous le ferons, non pas en grand pompe, dans une débauche de symbales et de confettis, mais avec une émotion sincère, en les pleurant, en nous inclinant devant leur mémoire, et en portant leurs noms au pinacle de notre reconnaissance.
Professeur Hocine BENKADRI, Allah yerhmek. Allah yerham el bezoul elli radaak, wel ab elli rabbak.
DB


Nombre de lectures : 4900
9 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • zaftoualaft
    10 juin 2011 at 23 h 21 min - Reply

    Rabbi yarahmou.




    0
  • Sema
    11 juin 2011 at 0 h 26 min - Reply

    Salam alaykoum,

    très belle participation. Cette initiative prend du sens dans le cadre de l’Etablissement d’un véritable Etat de droit vigilant et en veil permanent.
    Les suiveurs (générations à venir) doivent garder en mémoire le combat des générations passées et ainsi de suite.
    La vigilence passe par le rappel.
    Quand on crit c’est qu’on a mal. Quand on crit c’est qu’on a besoin d’aide…il est mort tout seul et dans l’anonymat.
    Qu’Allah nous pardonne nos pêchés et nous accorde sa miséricorde.
    Rabbi yarahmou.




    0
  • Amel1
    11 juin 2011 at 17 h 59 min - Reply

    salam
    Allons mr DB! la meilleure manière d’honnorer nos illustres médecins aujourd’hui c’est de les tabasser!pour leur faire honte d’avoir ETUDIER ,LAHMIR qui nous gouvernent ne savent pas ce qu’est la GRATITUDE par contre la H’MARITUDE ils y excellent!
    Rabi yarham ga’ wled edzayer laaziza .
    Ah!!! quand sortirons-nous du virtuel?!!!




    0
    • loujine
      9 mai 2013 at 12 h 12 min - Reply

      oui ma chérie il nous manque terriblement ;il a bouleversé l’hôpital en 05 mios il l’a rendu sa dignité violé par les médiocre




      0
  • ahmed
    12 juin 2011 at 23 h 42 min - Reply

    Revenons sur terre,le professeur Benkadri est mort dans son bureau au CHU de constantine où il exerçait la fonction de PDG, d’un infarctus du myocarde au 21e siècle !
    Partout dans le monde,il existe un S.A.M.U cardiaque sauf en Algérie où on continue de mourir de pathologie que la médecine moderne a complétement maitrisée . Il est triste que l’ancien P.D.G du C.H.U de constantine n’est jamais pensé à moderniser les moyens médicaux d’intervention rapides pour sauver des vies humaines y compris la sienne .Le C.H.U de constantine comme celui des autres régions du pays,continue d’être mal géré et les malades continuent de mourir de négligence et d’incompétence




    0
    • loujine
      9 mai 2013 at 12 h 25 min - Reply

      on q’1e seule vie on perd rien si on di la vérité c t un homme de terain personne n pe ignorer ,mais la jalousies des gens par fois essaye de brouiller la verite de l’homme brave




      0
  • chouaib
    28 juillet 2011 at 0 h 19 min - Reply

    rabi yarhmoum mr benkadri hocine m’a enseigner autant qu’ORL il etais un veritable pere pou nous tous




    0
  • nadjib
    9 décembre 2012 at 21 h 56 min - Reply

    C’est en visualisant une vidéo téléchargée à partir de you tube que j’ai mesurais l’ampleur du magnifique et respectable parcours de feu l’illustre Pr Hocine BENKADRI Allah yarhamou .




    0
    • loujine
      9 mai 2013 at 12 h 22 min - Reply

      slm, svp vous pouvez me poster la video je cherche ts ses traces mrci




      0

    Congrès du Changement Démocratique