Édition du
28 March 2017

UNE INVITATION AU SERIEUX

par K. Selim, Le Quotidien d’Oran, 15 juin 2011
Qu’est-ce qui fait de Abdelhamid Mehri un homme politique exceptionnel ? Sa longue expérience

politique, bien entendu, et cette capacité, plutôt rare en Algérie, de rester attaché à des fondamentaux, tout en soumettant à l’analyse clinique les fonctionnements sociaux et les pratiques politiques.

Accepter l’invitation de la commission Bensalah-Touati-Boughazi comportait le risque – réel – d’être instrumentalisé dans une manœuvre politicienne. Même ses plus proches amis politiques s’inquiétaient de voir sa participation récupérée parce qu’ils la considèrent comme un dérivatif au changement réel créé par le régime dans un contexte particulier. L’appréhension, au vu de l’expérience des «dialogues» initiés par le régime, ne relève pas de la pure paranoïa.

A l’évidence, Abdelhamid Mehri a estimé qu’il s’agissait d’un risque à prendre car l’homme croit en la vertu de la pédagogie politique. L’exercice n’était pas simple mais le résultat est remarquable. En allant rendre visite aux membres de la commission Bensalah, l’ancien ministre de l’Information du GPRA n’a pas donné la moindre légitimité à cet organe et a clairement évité de se laisser embarquer dans une manœuvre de diversion. Son message, d’une clarté de clinicien, ruine, avec une courtoisie toujours exemplaire, la mission même de cette commission.

Il a expliqué que les changements dans les textes de loi et dans la Constitution ne peuvent constituer une réponse à la crise que traverse le pays. Car, et c’est sa première mise au point, le pays est toujours en crise. La dépolitisation de la société n’est pas un gage de stabilité. Bien au contraire, la dépolitisation crée un terrain favorable aux dérives démagogiques. Et avec un Occident belliciste et prédateur qui a choisi l’ingérence au nom du soutien aux aspirations des peuples à la liberté, cette crise se double d’une menace d’intrusion brutale.

La commission BTB est un quasi-non-événement depuis qu’elle a commencé son travail. Il y a eu, bien entendu, des idées qui ont été exprimées, certaines assez voisines de celles de M. Mehri. Mais, il faut bien l’admettre, sans atteindre la clarté de vue et la précision méthodologique du discours de l’ancien secrétaire général du FLN.

Mehri vient, si bien entendu les vannes des médias publics conjoncturellement ouvertes ne se referment pas, de recentrer le débat sur l’essentiel. Le personnel politique officiel – médiatique également – a pendant longtemps considéré comme allant de soi d’entériner la dualité entre les lois qui régissent le fonctionnement de l’Etat et les pratiques réelles. Un fonctionnement où mêmes les présidents de la République – dotés constitutionnellement de pratiquement tous les pouvoirs – en arrivent parfois à exprimer publiquement le sentiment qu’ils ont les mains liées ou qu’ils n’ont pas de prise sur les événements.

Le débat politique risque de tourner en rond si l’on continue de tenir pour acquis que le pouvoir puisse demeurer, même partiellement, dans l’ombre et échapper ainsi à la responsabilité et à la reddition des comptes. Les idées de M. Mehri sont connues et il les a toujours défendues, malgré les attaques qui ont atteint, à certaines périodes, des niveaux délirants.

Ce que l’on retiendra dans cette rencontre avec la commission, c’est surtout une invitation à la rigueur. Car reconstruire la «maison commune» ne peut se faire par la ruse ou les manœuvres dilatoires. Seule une approche cohérente, rigoureuse et intégratrice peut garantir le succès de ce périlleux défi.




Nombre de lectures : 947
5 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • hakimM
    15 juin 2011 at 20 h 43 min - Reply

    Le peuple ne comprend pas toujours les messages de Monsieur Mehri, mais il comprend une action.
    le peuple voit Mehri visiter cette commission anti-révolution, c’est ce geste qu’il voit et que le régime commandé par Boutef et generaux vont instrumentaliser pour dire au monde : regarder Mehri était présent, peu importe ces convictions…
    Mais même si personne n’assiste aux commissions et si aucun parti n’y assiste sauf le FLN-RND, le régime va rester dans son entêtement, parce que ce régime est pire que Kadafi, ce régime ne va pas se mettre contre l’otan, il va vendre 50% du pays et de la nation a l’OTAN, et garder le reste et o% pour le peuple.

    C’est pour dire que sans révolution dans les rues, tout le reste est nul et non-avenue.

    Les commissions et les diversions et les mensonges sont pour satisfaire l’UE et les états-Unis, sauf que si le peuple sort massivement, l’UE et les états-unis vont devoir changer de camp.
    Mais en attendant, l’UE profite des largesses en centaines de milliards de dollars en contre parti d’une satisfaction verbale hypocrite, les USA aussi et le pays est vendu aux enchères.
    Actuellement, il y a union fragile entre l’UE-Boutef et la DRS, parce que le peuple ne bouge pas concrètement.




    0
  • Moh
    15 juin 2011 at 23 h 40 min - Reply

    Notre Algérie bien aimée s’achemine doucement et sûrement vers le syndrôme pré-colonial. Les pauvres deys qui étaient plus courageux que le « deys » contemporains ont « prêté » beaucoup d’argent aux français que l’Algérie n’a jamais revu. L’appétit vient en mangeant .Pour s’éclater la panse , les débiteurs d’outre méditerranée (les familles n’ont pas beaucoup changé….ni les habitudes depuis Louis XIV) vont chercher un Devall et mettre en place le coup de chasse mouches que les historiens coloniaux ont transformé en éventail pour féminiser le dey.
    Ne passez pas aux alentours des cimetières de chouhada , ça doit bouger en ce moment.




    0
  • rachid quebec
    16 juin 2011 at 3 h 31 min - Reply

    des fois j ai le doute mr hakim allah ya rham babak hada peuple chacun tire son morceau de pain de son cote sans penser a leurs enfants, ni aux generations futurs, ni au pays tous les institutions sont pourri c est un pays de scandales et le peuple hani tout va bien ce n est pas avec la corruption, et le vol qu on va construire un pays la ou chaque citoyen a sa place et vivra dans la dignite la ou il ya le devoir et le droit. en ce qui concerne l U. E . et L USA c est normale ils cherchent leurs interets c est au peuple de choisir leurs mode de vie eux ils vont suivre on jette pas toujours la pierre sur eux c est a nous et nous seule d en decider de notre sort.




    0
  • omar
    16 juin 2011 at 15 h 18 min - Reply

    CREDIBILITE

    Allons y pour le panier de propositions sur les futures

    incertaines réformes…

    Mais l’essentiel n’est pas mis en avant!

    A savoir la conduite des réformes ou les mécanismes

    pour une crédibilité et surtout des garanties.

    Si les tenants du Maxi pouvoir discutent avec le mini

    pouvoir c’est là le déboire…

    Le pouvoir n’a bougé que suite aux interventions des

    puissants il faut se référer aux déclarations du sg du

    FLN(ce ne sont pas des revendications politiques!)

    Il ignore la sociopolitique bien sur…

    Par contre le premier ministre a qqe part une volonté

    due à sa formation et à sa culture mais des

    hésitations…

    L’enfermement dans cette bulle ou coquille est

    difficile à casser…

    Il faut une force externe ou un mouvement externe au

    pouvoir pour amorcer et tracer la voie..

    Mehri essaie de le faire et d’autres…

    Il faut non pas opérer une mue mais à partir de

    l’espèce sortir un hybride ou unsystéme amélioré.

    EN effet un serpent qui mue donne un serpent.

    Personnellement je vois 2 voies :

    Soit un consensus pour l’installation d’une commission indépendante de conduite des réformes

    ou d’accompagnement…

    Soit c’est le passage par la case Tunisie Egypte

    et ce sera encouragé par les puissants( leurs intérets qqe soit le partenaire:

    Maintenant ils ont choisi les peuples.)

    LA COMMISSION NATIONALE SERAIT COMPOSEE D’ UN COMITE DE PERSONNALITES NATIONALES ET D’AUTRES MEMBRES.

    Cecomité serait élu par le peuple sur simple ou double liste.

    Au comité de compléter la commission par des membres

    soit élus ou sélectionnes selon criteres solides.

    Les partis et associations proposeraient leurs representants.

    Je ne détaillerai pas ma proposition à vous de l’enrichir.

    Je sais que la majorité des jeunes sont pour la radicalité et le changement radical.

    Si le pouvoir refuse conférence ou commission indépendante c »est qu’il n’y a pas volonté…

    Dans ce cas toutes les surprises sont à prévoir.

    J’entends dire que le mossad ou la cia ont manipulé en Tunisie.

    Est ce que BOUAZIZI a accepté moyennant qqe avantage

    de s’immoler?

    Personne n’a prévu l’éclatement .

    Connaissant parfaitement le peuple algérien dont j’ai la fiéreté d’appartenir . Ce peuple n’est pas profondément avec le pouvoir c’est une vérité…

    C’est une parole libre vu que le président a décidé de liberer la parole pour le cnes…

    C’est une reconnaissance de confiscation

    MAIS EST CE QUE CETTE PAROLE SERA TENUE?

    POUR vaincre le terrorisme et assurer une paix durable au bled il faut un etat de droit

    Vous vaincrez le terrorisme vous aurez une position forte au sein des nations si vous avez éliminé la corruption, le mépris , l’ injustice, la bureacratie…

    S’il y a la liberté de presse de créér des partis des associations etcetcetcetcetc

    Dans ce cas vous avez un rempart avec vous qui est le peuple

    ET RESTEREZ AU POUVOIR ETERNELLEMENT…

    CE N’EST PAS LE CAS…

    PRENEZ EXEMPLE SUR LA TURQUIE QUI N’ A PAS DE MATIERES PREMIERES

    MAIS A PRIVILIGIE SA MATIERE GRISE…A SUIVRE…….

    OMAR EXPERT INTERNATIONAL

    .

    PAR LE PE




    0
  • lkouja
    16 juin 2011 at 18 h 46 min - Reply

    Oui mais bon! M.Mehri Vous êtes un des négociateurs des accords d’évian?! Vous vous rendez compte dans quel état se trouvent les algériens? je vous le dis, on fait que manger des pommes de terres de mascara, et sauter sur les dodanes avec nos bagnole bonne continuation….




    0
  • Congrès du Changement Démocratique