Édition du
30 March 2017

LE SYSTEME DEFINITIVEMENT INOPERANT

Djazia B.

Quand le gouvernement reconnaît lui-même qu’il est inefficace , qu’il patauge dans la gadoue, même avec des chiffres arrangés, édulcorés , des rapports maquillés , parfois travestis, il veut , en même temps, faire glisser, de manière implicite , un petit message d’optimisme à savoir que le système est capable de faire son autocritique et qu’il a une réelle volonté de s’amender .Or , ce n’est aucunement le cas .Le système est fini ,terminé.
Observons d’un œil perspicace et serein des dysfonctionnements évidents parmi des centaines qui sont la faute exclusive du système , en se référant exclusivement aux journaux nationaux et surtout ceux qui sont tendres pour ne pas dire complaisants avec le système :
1. la facture alimentaire augmente à des proportions fantastiques
2. l’investissement productif est pratiquement à l’arrêt et à l’horizon ,RIEN DE NOUVEAU
3. les appétits étrangers s’aiguisent pour la belle cagnotte algérienne surtout pour la vente de leurs camelotes avec toutes les conséquences multiformes possibles .L’Algérie a le devoir d’attirer des abeilles mais certainement pas de mouches et surtout pas de….guêpes
4. l’administration a le plus faible rendement depuis 1962 , il n’ y a qu’à jeter un œil derrière les guichets. Ça DOOOOOORT !
5. la santé est quasiment sinistrée
6. la contrebande et la toxicomanie ont atteint des records jamais égalés et même la gent féminine s’y met fortement de la partie. Discrimination positive oblige. Un manière de donner à la femme « 7ouqouqaha »
7. les médias publics sont tétanisés et ont perdu toute audience même chez leur classique clientèle. « El yatima » malgré son lifting à la Jeanne MOREAU ( chapeau bas pour l’actrice) n’attire plus grand’monde , le peuple regarde vers l’Orient (tous goûts confondus)Pour les papelards , on arrive a en lire un entrefilet , au mois de Ramdane , entre 2 « huilantes » zlabiate
8. le corps social est en permanente effervescence dans tous les coins du pays.Un journal sérieux parle de milliers d’émeutes mensuelles
9. le parlement est en chômage technique
10. les ministres ne gèrent plus , ils liquident les affaires courantes, parfois, même pas . Des ministres usés , blasés et « tant va la cruche à l’eau »

Ceci dans un contexte plus sensible ;
Une population , à majorité jeune , moins bridée ,moins naïve, plus agressive . Affranchie par les révolutions arabes , elle ne veut plus rien concéder

Toutes les catégories sociales VEULENT SE METTRE A NIVEAU en matière de pouvoir d’achat. Ceci est une bonne chose quand le pays dispose d’une économie solide ne serait ce que sur le moyen terme ,mais dans un pays où il n’existe pas d’économie au sens propre du mot (du Grec oikos , maison une bonne gestion de la maison) on va direct à la catastrophe avec une accélération frénétique de la spirale inflationniste avec à la clé une exclusion rapide de catégories entières de la population avec toutes les conséquences que cela engendrera.

Un « jusqu’au boutiste » du système va nous rétorquer avec une assurance olympienne ; « mais tout cela existait avant , et ça a toujours marché , on n’en a vu d’autres !»
Malheureusement pour notre interlocuteur, aujourd’hui , les données ont complètement changé .
Ce qui sonne le glas du système, à l’instar d’un être humain à l’article de la mort , c’est quand les fonctions vitales sont obsolètes même avec des traitements sophistiquées et drastiques.
Prenons 2 exemples significatifs :
1. le dispositif ANSEJ en direction des jeunes qui est hautement inflationniste et nuisible à la disponibilité de la main d’œuvre a aggravé le mécontentement des jeunes , réalisant exactement l’inverse de ses objectifs.
Ce dispositif ressemble à ces gaadate rechgate indoues où le maharadjah jette en l’air des milliers de roupies et c’est toujours les plus proches du prince qui ramassent le plus. L’orchestre , entre autres , a ses propres ramasseurs bien entendu.
2. le logement social .Il n’ y a pas un endroit où la liste des bénéficiaires n’ait été affiché sans qu’il y ait des troubles parfois graves. Ceci veut dire que même si la liste est d’une équité absolue , chose impossible , la partie non bénéficiaire se considère exclue injustement et le fait savoir violemment .

C’est là 2 exemples parmi des milliers de l’obsolescence, de la péremption et et de l’ « inopérabilité » du système.

Si on concède au système l’intention sincère de s’amender , la vérité , c’ est qu’il ne peut ABSOLUMENT pas le faire.
Pour convaincre , par exemple, le jeune candidat malheureux de l’ANSEJ ou le prétendant non satisfait du logement social que la décision de leur exclusion est juste et conforme aux lois et règlements , il faut qu’il existe une société civile CREDIBLE , compétente et digne de confiance de la jeunesse. Pour qu’on puisse permettre à une société civile de cette nature de fonctionner , il faut l’existence d’un véritable ETAT DE DROIT. Or le système est dans l’incapacité culturelle et technique de l’instaurer .
On ne peut demander à quelqu’un qui a travaillé toute sa vie durant dans l’obscurité à activer en plein jour ,EN TOUTE TRANSPARENCE.


Nombre de lectures : 3039
5 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Hamma
    28 juin 2011 at 2 h 19 min - Reply

    Normal qu’il soit inopérant avec des gus au CV plus que douteux. Mais là où il n’y a aucun doute c’est que l’autre CV qu’ils nous ont présentés à ce jour est plus que parfait. Je voulais parler de leur Cupidité et de leur Vanité.




    0
  • Salah Bouzid
    28 juin 2011 at 17 h 18 min - Reply

    Quelles solutions y-a-t-il aux 2 plus grands problèmes cités pour example dans l’article, le chomage et le logement? Soyons honnêtes! Je n’ai pas vu beaucoup de gens proposer des choses concrètes pour résorber les déficits d’emplois et de logements. On parle de démocratie, de changement, de transition, de constitution, etc, etc…, mais il faut dorénavant faire l’ébauche de solutions économiques palpables. Le pouvoir pourrait tomber plus facilement qu’on ne le croit et beaucoup de gens vont s’apercevoir qu’il est plus difficile de gouverner que de faire de l’opposition.
    L’erreur qu’est en train de commettre l’opposition en Algérie, c’est son refus de faire de la politique.
    Il y a un calendrier tout tracé par le régime: élections législatives et locales 2012, élections présidentielles 2014.
    L’opposition doit faire mieux que ce qu’avait réussi le FIS: faire tomber la façade civile du régime militaire. Il faut donc vaincre cette alliance FLN-RND-MSP dans l’APN et dans les APC, et poursuivre cette approche pour les présidentielles de 2014.
    Si nous sommes d’accord que ce régime ne peut pas être réformé de l’intérieur, nous ne devons exclure d’utiliser les institutions existantes pour aller vers un changement radical et pacifique. C’est celà même le meilleur chemin tout indiqué par le régime lui même qui mènera le pays dans une dynamique de changement où l’ANP pourrait réellement prouver son charactère républicain et l’administration sa neutralité. Bouteflika tiendra-t-il sa promesse qu’il n’y aura plus jamais de bourrage des urnes? Le monde entier est maintenant témoin.
    Il reste à faire qu’une opposition se rassemble autour d’un programme économique et social cohérent qui puisse attirer une majorité du peuple avec confiance vers les urnes.
    Le but ce n’est pas de cautionner le régime en participant à des élections, mais d’utiliser le système électoral existant pour démarrer le changement.




    0
  • Sema
    28 juin 2011 at 20 h 03 min - Reply

    Salam alaykoum,

    « Si on concède au système l’intention sincère de s’amender , la vérité , c’ est qu’il ne peut ABSOLUMENT pas le faire. »

    Je pense que le système est bien plus sinueux. Ces incompétents ne sont le fruit que d’une stratégie, établi à échelon supérieur, et qui converge vers un but : Destruction de l’Algérie en tant qu’Etat Nation ! Les faits convergent et les initiés le savent. On est bien loin de l’incompétence naïve…

    Les patriotes sincères qui ont des valeurs morales supérieures (transmis par notre prophète saw) doivent s’unir pour rétablir l’Etat de droit en Algérie et permettre aux créatures de ce pays de s’épanouir pleinement.

    Vive les martyrs de la révolution.




    0
  • Moh
    28 juin 2011 at 21 h 38 min - Reply

    @Salah Bouzid

    Cher monsieur ,
    Même si l’opposition propose de bonnes solutions , elles seront mal appliquées sur le terrain ou pas appliquées du tout. C’est ça mouchkel système !
    Exemples :
    1. pour résorber le chômage , la meilleure solution est de mettre en place les conditions favorables à l’investissement productif. On importe annuellement, à titre indicatif , pour 7 milliards de quincaillerie. Est-ce l’algérien taré à ce point pour être incapable de fabriquer un marteau , un tournevis ou une brouette ?

    2. pour le logement , si le logement social était géré de manière plus intelligente , le problème aura été quasiment résolu. Le logement, de manière générale et malgré les sommes colossales engagées est très mal géré sur tous les plans ( urbanistique , environnemental , qualité et coût de construction , matériaux de construction ,distributions, gestion post livraison etc..)

    L’Algérie n’ a jamais été stérile. Le jour où le système changera , vous verrez ce que l’Algérienne a enfanté.




    0
  • Moh
    28 juin 2011 at 21 h 40 min - Reply

    Prière préciser 7 milliards de dollars.Merci




    0
  • Congrès du Changement Démocratique