Édition du
25 July 2017

URGENT : l’universitaire et membre de la coordination autonome des étudiants, Abdelkrim Hamzaoui, suspendu de ses fonctions !!

Des informations ont circulé cet après-midi concernant la suspension du jeune universitaire chercheur et doctorant, Hamzaoui Abdelkrim, de son poste d’enseignant à l’université pour une durée de 2 années par l’administration. Nous avons pris contact directement avec notre jeune compatriote qui nous a confirmé l’information, affirmant que cette décision arbitraire était en relation avec ses activités au sein de la coordination autonome des étudiants dont il est un membre très actif et l’un des principaux organisateurs de la grandiose marche des étudiants dans les rues d’Alger en avril dernier. Mr Hamzaoui nous a affirmé attendre la décision du ministère de tutelle avant d’entreprendre une action afin de défendre ses droits bafoués par une administration universitaire aux ordres. Il a également démenti l’information selon laquelle il aurait entamé aujourd’hui une grève de la faim.

La Rédaction LQA

 


Nombre de lectures : 2463
7 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Sami
    27 juin 2011 at 23 h 02 min - Reply

    Que Allah soit avec vous et tous vos compatriotes ! Vous avez fait une marche manifique et c.etait vraiment un coup dur dans la mur de peur construite par la junte et leurs allies !!!! Malheureusement il reste bcp a faire, mais j’ai confiance dans mon peuple malgre tout !!! la
    e peuple qui a fait fait sortir l’armée coloniale, peut faire libere le pays une autre fois !!
    Soyons solidaire avec tous qui sont incarcéré par ce régime




    0
  • Alilou
    28 juin 2011 at 0 h 36 min - Reply

    Courage mon ami, les vrais hommes ne courent pas les rues et ALLAH existe malgré tout.

    L’administration l’a suspendu et on va se plaindre a la mère de cette même administration qui ne peut rien faire sans l’aval de la mère…il y a quelque chose que je ne comprend pas…il faut que j’arrête de fumer ça me joue des tours…mic-mac chez les tontons makoutes…




    0
  • hakimM
    28 juin 2011 at 1 h 34 min - Reply

    J’espere que le peuple ne va pas lâcher ceux qui luttent pour la liberté de tous et qui défendent même ceux qui se cachent de peur… Si tout le monde s’unissait avec la CNAE le pouvoir ne va réprimer aucun car il sait que tout le monde défend tout le monde en émeute. C’est le cas de le dire, il faut se défendre en émeute comme dans une jungle. Un individu seul sera dévoré par les loups.




    0
  • OrO
    28 juin 2011 at 10 h 40 min - Reply

    Un jeune barbu doctorant en sociologie à la tête d’un mouvement de protestation estudiantin transpartisan,n’est-ce pas cela la nouvelle classe politique algérienne en formation?
    Cela nous change des dichotomie manichéennes hizb allah-hizb echaitane d’Ali Benhadj ou Démocrates-théocrates de Said Sadi qui ont fait tant de mal à l’Algérie.




    0
  • Elforkan
    28 juin 2011 at 15 h 39 min - Reply

    « la suspension du jeune universitaire chercheur et doctorant, Hamzaoui Abdelkrim, de son poste d’enseignant à l’université »

    Oui, il mériterait peut être d’être suspendu, mAIQ 0 L




    0
  • Elforkan
    28 juin 2011 at 17 h 30 min - Reply

    mon post est part tout seul !!
    Oui peut être qu’il mériterait d’être suspendu mais à condition que ceux qui devraient le suspendre aient été, préalablement, choisi librement et en toute transparence par le peuple à travers le sendouk (l’urne)!………on dirait que cette Algérie, est le bled de yamahoum !!!! qui les a mandaté, ses responsables ?? qui les a placés dans les hautes fonctions ?? wallahi c’est le MOSSAD et la CIA !!




    0
  • Rédaction LQA
    28 juin 2011 at 18 h 31 min - Reply

    Il est membre de la Coordination autonome des étudiants
    Hamzaoui Abdelkarim exclu de l’université Alger 2
    El Watan, 28 juin 2011

    Les sanctions commencent à tomber à l’encontre des étudiants qui ont mené le mouvement estudiantin de contestation ces derniers mois, couronné par l’organisation de deux marches, le 12 avril et le 2 mai, à Alger.

    L’étudiant en sixième année de doctorat en sociologie à l’université Alger 2, Hamzaoui Abdelkarim, a été exclu pour deux ans. Ce membre actif de la Coordination nationale autonome des étudiants (CNAE) a reçu, hier, le PV du conseil de discipline tenu le 19 juin dernier. Ce conseil, auquel l’étudiant n’a pas pris part, «a été tenu spécialement pour le radier», selon ses dires. «J’ai reçu ce PV sans comprendre vraiment ce qu’il valait. Lorsque je l’ai lu, j’ai été choqué d’apprendre que je suis exclu sans même avoir été présent à ce conseil de discipline», a déclaré Abdelkarim, abattu.

    Le PV du conseil de discipline, dont une copie est parvenue à notre rédaction, mentionne que l’étudiant est «radié pour une durée de deux ans. Il lui est interdit de se réinscrire en doctorat et est privé de tous ses droits en tant qu’étudiant durant toute cette période de sanction. Il ne pourra reprendre les études qu’avec un engagement écrit de respecter le règlement intérieur de l’université». Ce document, signé par le vice-recteur de l’université chargé de la post-graduation, Nacereddine Zebdi, reproche à l’étudiant radié, avec des propos à peine voilés, ses activités syndicales au sein de la CNAE : «Il a provoqué l’anarchie et la zizanie dans les rangs des étudiants. Il a créé beaucoup de problèmes au niveau de l’université.» La commission de discipline lui reproche également des «renvois répétitifs d’autres universités où il a exercé en tant qu’enseignant». Selon cet «avis de radiation», l’étudiant aurait reçu une convocation pour assister au conseil de discipline via un télégramme, une semaine avant sa tenue, ce que réfutent le concerné et plusieurs membres de la CNAE.

    Ces derniers ont exprimé leur «colère» et leur «désarroi» quant à cette «exclusion arbitraire» de leur camarade. «Ce conseil n’a pas respecté la législation en vigueur. Il n’a pas convoqué Abdelkarim qui a le droit d’organiser sa défense. La réglementation prévoit même qu’il a le droit de choisir un étudiant pour le défendre», explique un membre de la CNAE de Bouzaréah. Les membres de la coordination ont rencontré, dans l’après-midi, M. Zebdi, qui leur a assuré que «la décision me dépasse. Le conseil de discipline est souverain». «Nous n’allons pas rester passifs vis-à-vis de cette provocation et l’atteinte au droit syndical estudiantin. Nous resterons solidaires comme d’habitude. Nous allons organiser des actions pour soutenir et défendre notre camarade», ont rétorqué les étudiants.

    Samir Ghezlaoui




    0
  • Congrès du Changement Démocratique