Édition du
23 March 2017

Panique au DRS : La tentation du chaos.

En l’espace de quelques jours, coup sur coup, plusieurs articles paraissent dans la presse algérienne, et une vidéo sur Youtube, qui traitent, de façon inusitée, de sujets tabous, jusque là, et qui impliquent directement, ou par lourdes allusions, le DRS dans la manipulation du terrorisme, ou qui tentent, bien maladroitement, de le dédouaner. C’est la partie visible de la lutte qui fait rage.

Chamboulements…
Il y a du rififi dans l’air. Dans l’air vicié du régime. Dans son antre la plus sanctuarisée, le DRS.
Des informations persistantes, et recoupées, et des fuites organisées, font état de tiraillements, voire de conflits ouverts, entre le haut commandement de l’armée, massivement acquis au clan Bouteflika, et un groupe de généraux du DRS, eux-mêmes lâchés par leurs pairs de la même structure, et très vraisemblablement par leur propre patron, le tout puissant Général de Corps d’armée, le fameux Toufik.
Deux constats semblent se dessiner dès lors : Le premier est que la direction du DRS, si tant est qu’elle pèse encore, un tant soit peu, dans le cercle restreint des décideurs, est devenue polycéphale. Le second est que le conflit, jusque là larvé, qui sourdait entre ses principaux chefs, depuis la lutte pour le poste de DCE, libéré par le décès du général Smaïl Lamari, mais aussi depuis que le Président Bouteflika a entrepris une action de déstabilisation du Haut commandement de l’armée, pour se rallier les principaux généraux, de l’armée et du DRS, s’est étendu à l’ensemble du haut commandement militaire.
Cette mêlée au sein du DRS, et dans tout le sérail, qui avait commencé au lendemain de l’attentat de Batna, le 7 septembre 2007, contre le président Bouteflika, pour lui envoyer un message à un moment où il commençait à préparer son autre réélection, a visiblement tourné à l’avantage du Président, et achevé de semer la confusion au sein de cette organisation tentaculaire, que les Algériens appellent « dar el ghoul »(La maison de l’ogre), qui avait réussi à faire main basse sur les mécanismes exclusifs de la décision politique et économique de l’Etat.
Une presse arène…
Les articles en question ont été publiés dans la presse algérienne, dont le rôle, très ambigu au demeurant, a toujours été le conditionnement de l’opinion publique internationale, ce qu’elle tente elle-même de faire accroire, elle qui est surtout une espèce d’arène où se règlent les comptes entre clans. Ces articles ont traité, sous des angles qui en disent long, des affaires Malik MEDJNOUN, Abderazak le PARA, et Hassan HATTAB, et de la toute récente affaire, qualifiée très improprement de bavure, qui a eu lieu à Azazga, et qui, en fait, relève d’une énième tentative de se servir de la Kabylie pour brandir la menace du chaos.
Un autre article, qui se veut une analyse, commis par un ancien officier supérieur du DRS, qui passe, à tort ou à raison, pour être l’intellectuel organique de la maison, traite, entre autres points tout aussi sensibles, de l’influence directe et décisive du président Bouteflika dans une opération de neutralisation des chefs de l’armée, et d’une recomposition en profondeur des cercles de décision qui la contrôlaient. Une recomposition, en somme, du champ politique, que l’auteur nous présente sous son aspect le plus noble, dans un contexte hautement politique, là où se collètent des criminels de masse, et des affairistes voraces qui se nourrissent sur la bête.
Ce n’est pas tant le contenu de cet article qui est intéressant, mais le timing de sa publication, puisqu’il survient à ce moment précis où les uns et les autres entrent en campagne.
Echange d’amabilités…
La vidéo, qui circule sur Youtube à une vitesse rarement égalée, nous montre un jeune homme, kalachnikov en bandoulière, qui revendique son statut de terroriste aux ordres du DRS. Il fait des révélations, quelque peu décousues et primesautières, sur la situation en Kabyle, sur le rôle du DRS dans le terrorisme dans cette région martyrisée. Il donne des détails intéressants sur certaines opérations, notamment sur les kidnappings d’hommes d’affaires de la région, qui ont été enlevés sur ordre du même DRS. Cette vidéo ne fait que confirmer ce que tous les Algériens savaient depuis des lustres, mais c’est le fait qu’elle se soit engouffrée en ce moment précis qui fait son importance, et qui permet d’en faire une lecture appropriée.
Nous assistons, en fait, à un échange d’ « amabilités », entre propagandistes opposés. Cette vidéo est devenue d’autant plus intéressante qu’elle a été suivie, de très près, par un communiqué de l’AQMI, qui tente de se racheter une virginité, et de se désolidariser des groupes qui pratiquent le kidnapping. Last but not least. Le clan du DRS qui a créé, activé, armé, financé et coordonné AQMI est-il en train de perdre le contrôle sur la branche de Kabylie, après avoir perdu celui du Sahel ?

Il faut relever que cette véritable offensive médiatique a été déclenchée aussitôt qu’il a été décidé de « régulariser » les affaires dites de Abderazak le Para, de Hassan HATTAB et de Malik MEDJNOUN.
Trois affaires clés sur l’implication du DRS dans le terrorisme pédagogique, et qui toutes trois menaçaient de confirmer, si elles sont instruites sérieusement, que le fameux « qui tue qui » a toujours été une vraie question.
Les honorables invités du DRS…
Abderazak le Para et Hassan Hattab sont deux émirs du GSPC, rebaptisé AQMI. Ils sont considérés par plusieurs observateurs sérieux comme étant des agents retournés par le DRS, ou infiltrés par lui, au sein des GIA, puis du GSPC. Le premier un des piliers de la grosse contrebande aux frontières, et de trafics en tout genre dirigés par des généraux du DRS, des trafics particulièrement rentables, comme celui du kif, de la cocaïne, des cigarettes, est l’auteur de l’enlèvement et de la séquestration de 32 touristes étrangers au Sahara et au Sahel. Une des otages, une Autrichienne, avait décédé pendant la criminelle équipée, et le Para avait encaissé une rançon de plusieurs millions d’euros, pour relâcher les otages. Abderazak le para fut arrêté par le MDJT, un mouvement armé rebelle, basé dans le nord du Tchad.
Lorsque le MDJT entra en contact avec le gouvernement allemand, pour lui livrer Abderazak le para, le DRS engagea, auprès de M.Kadhafi, le dirigeant libyen, une action qui n’a pas encore livré ses secrets, pour court-circuiter les intentions du MDJT, et empêcher que le Para ne soit remis aux Allemands. Cela aurait eu des suites catastrophiques pour le DRS, si Abderazak avait été jugé par la justice allemande. Il aurait parlé, et le monde entier aurait su que les actions terroristes des terroristes algériens étaient commanditées par des généraux algériens. Les libyens intervinrent, et firent pression sur le MDJT qu’ils contrôlaient et qu’ils finançaient. Abderazak Le Para fut donc récupéré, et remis à ses sponsors algériens. Contrairement à ce qui aurait pu être effectué, par la suite, dans n’importe quelle république bananière, moyennement honorable, Le Para ne fut pas remis à la justice algérienne, qui le réclamait, mais gardé en villégiature, dans un endroit tenu secret, sous la coupe du DRS, très probablement dans une résidence spécialement aménagée pour les émirs du DRS, au sein de la caserne Antar, à Ben Aknoun.
Et le DRS refusa de remettre ce Monsieur à la justice, qui continuait de le considérer « en fuite », et de le condamner à plusieurs reprises par contumace, alors que n’importe qui, en Algérie, savait qu’il était hébergé par le DRS. Plus que cela, Hassan Hattab, émir en chef du premier, lui aussi recherché par la justice algérienne, qui le considérait en fuite aussi, bénéficia du même traitement surréaliste, et devint un honorable invité du DRS, au su et au vu de tout le monde, et il fut, lui aussi, condamné par contumace par la justice algérienne, y compris à la peine capitale.
En détention préventive depuis douze longues années…
Pour ces deux invités de marque, et d’autres encore, moins connus, le DRS opposait une fin de non recevoir à la justice qui n’osait même pas les lui réclamer directement, et qui se contentait d’envoyer des convocations au domicile des intéressés.
Ces émirs du DRS étaient devenus une sorte d’enjeu, entre le clan présidentiel et le dernier carré des irréductibles du DRS. Pour la simple raison que ces derniers étaient les plus exposés, en cas de révélations sur le rôle du DRS dans la manipulation du terrorisme dit pédagogique. Deux parmi ces généraux, qui avaient le grade de commandant, au moment des faits, étaient à un niveau « opérationnel » de haute intensité, au moment des actions entreprises par les « terroristes ». En plein terrorisme pédagogique. En clair, non seulement ils couvraient des actions terroristes, mais en plus, ils ne rechignaient pas à mettre la main à la pâte, lors d’exécutions extrajudiciaires, et de torture.

Ce fut le cas aussi pour l’affaire Malik Mdjnoun. Cet homme, dont l’affaire a été qualifiée de kafkaïenne par Me Aït-Habib, son avocat, est symptomatique de la vraie nature du régime algérien. Il est incarcéré, dans une prison, à titre détention PREVENTIVE, depuis DOUZE ANNEES. Depuis le début de l’année 1999. Sans procès. 12 ans ! C’est dire.
Il a été présenté à la justice 08 mois après son enlèvement par le DRS. Huit longs mois pendant lesquels il fut atrocement torturé, pour lui faire avouer un crime qu’il n’avait pas commis, celui du chanteur engagé Maatoub Lounès, une idole en Kabylie.
Qui contrôle la Kabylie contrôle le pays…
Cet odieux assassinat, en plus des motivations qui l’ont provoqué, a servi d’argument massue à ceux qui doutaient de leur détermination, et de leur capacité à contrôler la Kabylie. C’est comme s’ils disaient à tous les adversaires : « Admirez le brio ! Matoub Lounès est la personnalité la plus adulée de la jeunesse kabyle, et nous l’avons éliminé sans que personne ne bronche. La Kabylie, c’est comme on veut nous, et personne d’autre. Si on veut qu’elle bouge, elle bouge. Si on veut qu’elle ne bouge pas, alors elle ne bougera pas, dans n’importe quelle circonstance.»
L’un des officiers opérationnels du DRS qui ont concocté ou fait exécuté l’assassinat de Matoub Lounès, et qui aurait contribué personnellement à la « question » de Malik Medjnoun, pour le convaincre d’avouer, est aujourd’hui un des généraux qui se sentent menacés par d’éventuelles révélations. Ce général, lui-même Kabyle, impliqué autant dans des opérations de terrorisme pédagogique, que dans des affaires de très gros sous, appartient au clan du DRS qui a instrumenté la violence en Kabylie, et qui continue de la faire, pour des raisons qui font froid dans le dos.
Ces gens, dont certaines informations laissent penser qu’ils ne sont que des criminels brutaux, et non des stratèges machiavéliques, comme ils tentent de le faire croire, ont utilisé toute une région du pays, la plus peuplée, la Kabylie, pour la conditionner, et en faire une poudrière, qu’ils peuvent faire exploser au moment qu’ils auront choisi. Le tout était de la déstructurer, et de la maintenir dans un état permanent d’anxiété, et de terreur.
La Kabylie était le fer de lance de l’Algérie, en termes de potentiel contestataire, ils ont en fait le ventre mou du régime, pour pouvoir le garder sous leur dépendance. Ils y ont testé toutes sortes d’expériences. Ils y ont injecté des GIA particulièrement bien équipés, pour y greffer une sorte d’organisation de la peur, sur les populations, pour les neutraliser. Puis, pour couper cette région contestataire du reste du pays, et la désigner à la vindicte des Algériens des autres régions, ils y ont encouragé une opération d’évangélisation, aussi vaste qu’elle fut vaine, au moment même où ils faisaient répandre sur les Kabyles une propagande haïssable, de gens qui consomment ouvertement du porc, qui brûlent le Coran et l’emblème national, qui insultent le prophète de l’islam, oubliant de préciser que la Kabylie est la région du pays qui abrite le plus de mosquées. Mais cette propagande ne fut pas sans effets.
La terreur et la débauche débridée…
Puis, dans leur lancée, après avoir initié des sites internet islamophobes, ils ont lancé un discours séparatiste qui ne disait pas son nom, pour ne pas braquer les Kabyles. Lorsque le terrorisme a commencé à s’atténuer, à la suite de circonstances qu’il n’est pas utile d’évoquer ici, ils ont craint que la Kabylie, leur outil le plus décisif, ne leur échappe. Alors, ils ont mis sur pied une autre forme de terrorisme, celui de l’enlèvement des hommes d’affaires et de leurs parents.
Ils ont pu ainsi instaurer, et généraliser, à toute la Kabylie, un climat anxiogène d’une rare intensité. Ils ont mis en place, dans des villes stratégiques de la Kabylie, tout un dispositif de terreur et de déstabilisation qui neutralise et annihile toute velléité d’organisation de la société, en même temps qu’il la maintient en état de menace potentielle dont ils se servent pour renforcer leur influence.
Cela a engendré une sorte d’organisation très spécifique, mi-intégriste, mi mafieuse, qui collabore très activement avec le DRS, et qui reçoit en échange des brisées qu’elle peut exploiter à sa guise, et dans l’impunité. Jamais auparavant la Kabylie n’a été autant infestée par un nombre aussi grand de lieux de débauche en tout genre, en coopération avec ceux-là même qui prônent une république islamiste. Une vraie purée de poix, où se côtoient des prédateurs de tout accabit.
Ce qui se passe en ce moment, particulièrement en Kabylie, relève de tous ces cas que j’ai évoqués. Le clan du DRS qui cherche à garder, ou à reprendre des espaces de décision, et à prolonger un deal qui leur a toujours permis d’être les maîtres du pays, est aux abois. Il est acculé par unclan qui a le vent en poupe, et les smoyens de ses ambitions.
Qui attaque qui ?
Cette décision de diligenter le procès de M.Medjnoun, de remettre H.Hattab et A.le Para entre les mains de la justice, , dont il est permis de penser qu’elle a été initiée par le Président Bouteflika, et la quasi-totalité des chefs de l’armée, y compris celle du général Mediène, dit Toufik, est un évènement crucial. L’agitation qui s’est emparée de certains milieux, dont l’influence sur les médias est encore intacte, dénote d’une véritable panique. Ces milieux, dont le cœur battant se trouve au sein d’un carré d’irréductibles du DRS, mais qui sont connectés à des puissances d’argent, y compris internationales, tentent de réactiver leurs réseaux en Kabylie, pour la faire entrer dans une phase plus aigue d’incertitude. La « bavure » de Azazga découle de cette logique. En entrant dans une telle dynamique, ces milieux, passés maîtres en matière de subversion, tentent d’agiter le spectre du chaos. Ils disent, en clair, que si la machine de guerre qui s’est ébranlée contre eux les accule davantage, ils déclencheraient des évènements aux conséquences incalculables. Parce qu’ils savent que ceux qui veulent les réduire, vraisemblablement le Président Bouteflika et les chefs de l’armée qui l’ont rallié, sont épouvantés à l’idée que l’Algérie n’entre dans la déferlante révolutionnaire qui bouleverse toute la région. C’est leur dernière tranchée. Ils cherchent à faire passer un message clair: Nous ou le chaos !

Des questions lancinantes subsistent néanmoins. Qui est encore dans ce clan du chantage au chaos ? Qui au juste ? Pour quels objectifs inavouables le clan présidentiel a-t-il opté pour une éradication de ce clan ? Certainement pas pour moraliser le monde interlope de la politique à l’algérienne, ca se saurait sinon. Pourquoi alors ?

D.Benchenouf


Nombre de lectures : 5343
30 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • t.montana
    28 juin 2011 at 19 h 26 min - Reply

    A moins que les strateges machiavelique veulent essuyer le couteau sur un groupe d’entre eux des criminels brutaux car rien ne les auraient empecher de liquider El para et Hattab ou bien lui faire subir un lavage de cervau et le rendre inefficace comme notre justice d’ailleurs , wa Allahou a3lem .




    0
  • SID ALI
    28 juin 2011 at 19 h 54 min - Reply

    Le pouvoir est au « beau fixe », il ne faut pas se faire d’illusion. Il ne faut pas croire que les hyènes vont se manger entre eux. C’est pour moi une vue de l’esprit de croire que des clans vont s’entre déchirer.
    C’est mon avis.




    0
  • Alilou
    28 juin 2011 at 20 h 56 min - Reply

    Tout ca c’est de la poudre aux yeux, ils sont juste entrain de faire des consultations a leurs manieres afin de tout restructurer et tout refaire de nouveau avec les meme acteurs mais d’autres structures.

    Le reste CAD nous, sommes seulement les dindons farcis…

    Garcon une autre chicha pleine de thé a fumer…le cauchemard continu…hic…




    0
  • Sema
    28 juin 2011 at 21 h 39 min - Reply

    Salam alaykoum,

    Les patriotes de toutes l’ALgérie doivent s’unir maintenant autour du FCN.
    La plateforme « civile » doit envoyer un message fort à ces caïds irresponsables : « vous dégagez » !
    C’est une responsabilité de tous les Algériens de ne pas laisser la Kabylie plier. Toute la propagande véhiculée et les actions subversives réalisées par ces mafieux fera l’objet de compte précis, par la volonté de Dieu.




    0
  • kamel
    29 juin 2011 at 1 h 19 min - Reply

    c’est la politique d’obama qui a laché toute les dictatures d’afrique du nord.
    boutef entame son dernier mandat,et il ne peut reduire l’algerie en corée du nord;le monde bouge a grande vitesse,et la derniere visite d’alain juppé n’est pas fortuite car sarko est un adepte de l’atlantisme americain ,regarder comment la france c’est engagé chez nos voisin libyen.
    conclusion; Sous la pression americaine et bien entendu française ,boutef a le soutien de l’occident, et n’a pas le choix que de reformer le pays,en plus c’est une occassion pour lui de sortir par la grande porte et ainssi éviter le syndrome du vieux moubarek ,voir benali ou khdhafi.




    0
  • Sami
    29 juin 2011 at 3 h 38 min - Reply

    C’EST VRAIMENT TRES TRISTE !
    Ca me rend malade quand je lis comment un organe de l’etat agit comme un gang de maffia !!! Qu’est ce qu’a fait ce peuple généreux pour meriter tout ce genre de crimes. C’était juste parcequ’il a essayé d’élire ses représentantS légitimes !!!
    Ca m’etonne pas de lire cet article qui est tres authentique et tres proche de la realite des agissements criminels de cette maffia deguisée en des officiers de securite za3ma !! LA CHERA3 LA KANOUN comme on dit chez nous.
    Les algeriens doivent comprendre que sans dissoudre le DRS et nettoyer l’armée de tous les criminels, le changemant sera une illusion pure ! C’est une question d’etre ou ne pas etre pour nous !!!




    0
  • titiche
    29 juin 2011 at 10 h 14 min - Reply

    Ce qui se passe maintenant nous rappelle bien des choses (affaire le matin et consorts) et les regles restent les memes et aussi… les futures vainqueurs. Pauvre peuple nulle solution ne lui est envisageable.




    0
  • Eliot
    29 juin 2011 at 10 h 44 min - Reply

    Chaque pays se doit de disposer d’un sèrvice secret en mesure de lui assurer la sécurité en prévoyant toutes les possibilités d’atteinte à l’intégrité nationale, mais si ces sces ne fonctionnent pas dans le bon sens celà devient une véritable catastrophe pour les pays en quéstion et dans ces conditions il n’y a que le peuple qui pourrait s’y opposer comme en Egypte !




    0
  • guerriere de la lumière
    29 juin 2011 at 13 h 00 min - Reply

    wa7na khadra fouk a3cha !!!!?????

    Nast’halou ma ktar! Bouh 3lina, Bouh …..

    Qu’attendons nous pour agir?

    Leurs clans se composent, se décomposent et se recompose et nous on se repose………




    0
  • JALAL
    29 juin 2011 at 13 h 09 min - Reply

    Première réaction ça donne froid au dos , ensuite du vertige à la tête, aprés du dégôut et enfin de la lassitude.. Bon Dieu une grande révolution pour arriver à cette situation de déliquescence avancée de l’Etat. A qui profite cette politique criminelle? . Si ces informations sont même partiellement fondées , alors on peut affirmer que le régime qui nous gouverme a des similitudes avec celui de la Lybie mais sans chef charismatique, donc il connaitra la même fin.




    0
  • amaawajou
    29 juin 2011 at 14 h 37 min - Reply
  • AS
    29 juin 2011 at 16 h 10 min - Reply

    Salaam,

    video en berbere il donen des noms, tarjam min fadlik akhi, bi darija oula souri




    0
  • AS
    29 juin 2011 at 16 h 17 min - Reply

    kharroubi attafi dit kherfi, djebar, tartag, et soufifres posent probleme… comme certains lascars de l’OTAN en Tunise et certains de l’armee et en Egypte…. ce que je disais depuis 2 mois car vu par plusiers acteurs important maghrebins… voila les forces speciales egyptiennes ne repondent plus aux ordres, faudrait que les algeriens fassent de meme… pour bloquer l’otan en Libye et s’assurer dans le meme temps que les harkas de l’amee et des services partout en afrique du nord soient gentillement econduit… si ils restent… je crois savoir que ca va etre un massacre … qui ne sera pas televise mais dont les chancelleries occidentales auront bien du mal a cacher… je dis ca comme ca… je sais que plusieurs sites francophone sont la cible des mythos sionistes des deux cotes de la mediterannee…

    en bas de l’arme algerienne ca bouge bien en ce moment, au milieu aussi, maintenant, pareille pour la gendarmerie… faut juste le bon timing et un bon porte parole qui connait tout ce beau monde et qui ne fera le jeu d’aucun etranger… on y est presque…. bi idni Allah




    0
  • ca21dz
    29 juin 2011 at 16 h 33 min - Reply

    Mon dieu un peuple issu de BenMhidi et co n’arrive pas a dégager Boutef la malediction et le clan des généraux Dafiste, on merite tous les maux de la terre on est vraiment des incapables voila le constat, on merite ce qu’on a je ne suis pas defaitiste mais réaliste la QUESTION qu’est ce qu’il nous empeche a tirer dans le meme sens et s’unir pour une vie meilleure ?




    0
  • AS
    29 juin 2011 at 16 h 48 min - Reply

    par contr la ou je te suis pas du tout mais alors pas du tout, c’est e dire que c’est boutef el habli qui a reduit les troupes coloniales de la france-israel…c’est pas vrai du tout… boutef est la voie de la france… non ce sont les cercles a l’interieur et l’exterieur de l’Algerie qui reduisent le DRs car ils en ont recu l’ordre a washington et a paris…ces cercels sont les clefs de voutes de la vente du petrole, du gaz et de tout ce qui entre et sort en algerie… lies a l’rmee … leur calcul est simple… l’armee est grillee, on peut plus faire avec donc on les laisse tomber… on ne fait plus de contras avec eux… et leurs clans… ca les a affaiblis depuis 2002 mais ils se sont mis a marchander avec d’autres, moins exposes aux crimes de guerre … derriere ces fourniseurs import export, qui sont multi millairdaires pour certians avec nationalite ricaine ou europeense, il y a leur chikour de la france-israel… toujours pareil et les lascars du pentagone -otan… les genereaux de l’otan etant ceux dont tu parles qui ‘se seraient’ rallies a boutef el habli … voila… boutef il pese rien et n’a jamais pese 1 gramme ni li ni son frere… ils ont rempli leurs coffres, c’est tout




    0
  • NEDJMA
    29 juin 2011 at 17 h 35 min - Reply

    En fin de règne le DRS divisé est dangeureusement instable, le DRS terroriste, kidnapeur, trafiquant de drogue et contre-revolutionnaire peut encore semer la mort partout et à n’importe quel moment et contre quiconque (assassinat de Ali tounsi haut responsable de l’un des clans).

    L’HISTOIRE s’accèlere et mème surchauffe, hélas le DRS garde encore ouvertes les deux Options qu’il maîtrise au gré de ses intêrets mafieux le terrain kabyle et le marécage (islamiste) puisqu’il continue à manipuler sur ces thémes des ennemis interieurs.




    0
  • hakimM
    29 juin 2011 at 21 h 35 min - Reply

    Moi, je vous donne cent ans et vous resterai toujours a parler, a raconter l’histoire, a vous défouler par des blabla.
    Pendant que les libyens, Syriens et autres affrontent la rue et la mort, nous, on clavardage, on analyse, on attend le Mehdi.
    Pauvre élites et pauvres internautes et pauvres universitaires, devenus de simples instinctifs….




    0
    • Mohamed J.
      5 décembre 2013 at 17 h 45 min - Reply

      @Hakim M.
      Si tu arrives a faire publier ton post ci dessus sans censure aucune c’est que ça va, ça commence à voir le jour, non ?
      Il faut rester optimiste mon frère.




      0
  • chami
    29 juin 2011 at 21 h 38 min - Reply

    on a l’impression de vivre dans un film sans issue
    je dirai au peuple qu’il y a autre chose la vie tout court il y a aussi l’arme de dissuasion qui balaiera
    tous ces clans et bandes de criminels c’est la liberté de la presse (la vraie) la liberté des média (tv)comme cela c’est passé en turquie




    0
  • Ammisaid
    29 juin 2011 at 21 h 47 min - Reply

    A toi, 0h ! L’authentique fils et père de l’Algérie ! 

    Tu avais l’Algérie dans ton coeur
    Ils l’avaient dans leurs ventres
    Tu étais le frère des vrais martyres
    Ils étaient les assassins de ceux que n’avaient pas pu tuer le colonisateur

    Tu étais le père de cette jeunesse qui te pleure encore
    Ils étaient les instigateurs de toutes les guerres 
    Entre ceux que tu voulais voir vivre
    Comme des frères et des soeurs solidaires

    Tu étais parti pour ne pas attiser la fitna qu’ils voulaient nous servir
    Tu voyais de loin ton pays sombrer dans la misère 
    Tu ne disais rien pour ne pas aggraver notre malheur
    Tu les savais sans pitié ces producteurs de la mort

    Tu avais l’Algérie dans ton cœur
    Ils l’avaient dans leurs bas-ventres et leurs comptes bancaires
    Tu étais l’élément moteur des moudjahidines humbles et sincères
    Ils étaient les comploteurs qui préparaient une armée pour prendre le pouvoir
    Quand la victoire sera obtenue par nos authentiques révolutionnaires 

    Ils étaient venus te chercher comme un sauveur
    Un sauveur pas de l’Algérie à qui tu voulais rendre son honneur
    Mais un sauveur de leur système qui risquait de montrer tout son horreur 
    Fait de la corruption, de crimes, de lâchetés et de laideur

    Ils t’ont assassiné, les assassins de nos désirs et de nos espoirs
    Ils t’ont assassiné, les usurpateurs de notre identité et de notre histoire
    Ils t’ont assassiné ceux qui vont ton peuple et qui ont vendu avec leur territoire
    Mais, qu’ils sachent que tu ne seras jamais effacé de nos mémoires.




    0
  • t.montana
    29 juin 2011 at 22 h 22 min - Reply

    @ HakimM
    lorsque les syriens , libyens, egyptiens, tunisiens dormaient , nous on avait 200 milles morts, nous ,maintenant on recule pour avancer car prendre du recul c’est prendre de l’elan , on n’est pas de pauvre internautes , on gagnera bi idni Allah, comme a dit l’autre c’est une question de timing c’est tout




    0
  • meghress19
    30 juin 2011 at 3 h 48 min - Reply

    Merci Monsieur Benchenouf d’avoir eloquement decrit la situation qui se passe en Kabylie.
    Votre article doit etre lu et relu par tous les Algeriens. Oui , le pouvoir a tout fait pour demoniser cette region contestataire. Oui le pouvoir a reussi a embobiner une minorite qui est mise en lumiere pour discrediter le reste de la region. Un peu comme le probleme palestinien : le micro est toujours donne aux extremistes menacants. Malheureusement certains de nos compatriotes tombent dans le jeu et chaque fois que le mot « Kabylie » est mentionnee on a affaire a une levee de boucliers .
    Merci Djamel .
    Vive L’Algerie plurielle.
    Merci encore une fois




    0
  • S.H
    1 juillet 2011 at 1 h 41 min - Reply

    Bonsoir Monsieur Benchenouf!
    -Croyez-vous vraiment que Hattab et El para soient livrés à la justice? Cette dernière est-elle capable d’aller jusqu’au bout dans sa sentence?
    -Si le clan présidentiel est entrain de reprendre les choses en main, croyez-vous que l’espoir est permis?
    -Pour qui roule Ferhat Mehenni? Pour le clan des irréductibles ou pour le clan présidentiel?
    -Pourquoi Toufik a rallié le clan présidentiel?
    -Quelle est la position des Français et Américains dans cette nouvelle configuration?
    Merci et bravo pour votre analyse lucide.




    0
  • D B
    1 juillet 2011 at 14 h 47 min - Reply

    @S.H
    Personnellement, je ne crois pas en l’indépendance de la justice algérienne. Loin s’en faut. Cette institution est pourrie jusqu’à la moelle. Mais le fait que ces deux messieurs lui soient enfin remis a une portée psychologique, et stratégique, de grand importance, dans la recomposition du champ politique, même s’il ne faudra pas en attendre grand chose pour l’avancée de la démocratie. Le noyau dur du DRS, et ses affidés, politiques et financiers vont très mal le ressentir, parce qu’ils seront éxposés à l’impondérable, eux qui veulent tout contrôler. A fortiori que ces deux messieurs sont une source d’informations gravissimes qui pourrait être utilisée contre eux. Concernant Monsieur Mehenni, il ne roule certainement pas pour le clan présidentiel. Les choses ne sont pas simples, et on peut être membre d’un clan donné, sans être en phase avec certains de ses membres. Beaucoup d’informations, dont aucune n’est confirmée, font état d’une relation privilégiée entre Messieurs Toufik et Bouteflika, depuis pas mal de temps déjà. On n’en sait pas plus, sauf que Toufik n’est pas stupide, et qu’il avait compris qu’il ne pesait lourd que dans la mesure où tous les patrons du haut commandement lui étaient inféodés. Depuis qu’ils ont massivement rejoint le clan présidentiel, grâce notamment à des arguments en bon argent, il n’était plus possible ni d’entrer en guerre contre un adversaire devenu trop puissant, ni d’observer un statu quo qui ne pouvait que l’affaiblir, puisque le temps, et l’argent jouaient contre lui. C’est donc une alliance, à mon avis, aussi stratégique qu’inévitable. Il faut aussi prendre en considération l’état de santé de Monsieur Toufik, qui a influé sur la situation. On parle aussi d’une flambée de religiosité qui aurait transformé le personnage.
    Personnellement, je ne pense pas que le Président Bouteflika soit animé d’une quelconque aspiration à la moralisation, et à la démocratisation du régime. Sa posture mentale a été forgée depuis son plus jeune âge, est structurée sur des postulats, et des principes très politiciens, dans le sens le moins noble du terme, où tout repose sur la force, la ruse, la corruption et le mensonge érigé en pratique politique.
    Les Français n’ont pas d’état d’âme dans ce contexte. Ils ont une position tout à fait « normale » dans ce cas de figure. Pour eux, c’est uniquement une question d’intérêts économiques surtout, où la raison d’état prime. Ils avaient marché à fond avec le DRS quand celui-ci tenait le pays. Désormais, ils marcheront à fond avec Bouteflika, qui tient le même pays. Et je dirais même qu’ils vont lui apporter toute l’assistance qu’il souhaitera. Plus il récupérera des espaces de décision, et plus ils le soutiendront. Il ne faut pas oublier, non plus, qu’un argument de taille parle pour lui: une grosse enveloppe destiné à de très gros, et très nombreux contrats. C’est le même shéma pour les Américains, pour lesquels l’endiguement des Chinois sur le continent est une priorité. Ils se rangeront naturellement du côté du plus fort. Et de celui qui tient réellement les cordons de la bourse, et la capacité de commander réellement à tous les chefs de l’armée. Rappelons que Bouteflika a lui-même nommé un nombre effarant de généraux, sans compter les centaines de colonels, et encore plus d’officiers supérieurs. Et il s’est arrangé, par des méthodes subtiles, autant qu’elles sont imparables, de s’attacher leur fidélité. A la guerre comme à la guerre, doit-il penser.




    0
  • rak
    1 juillet 2011 at 22 h 47 min - Reply

    salam, azul, bsr les ami(e)s

    Mr Benchenouf ou plutot devrais-je dire:cher ami (depuis le temps que j’ecume votre site avec votre estimée bienveillance je me permets cette « familiarité ») j’ai toujours adoré vous lire ainsi que tous les habitués de ce site qui se reconnaitront meme si parfois sur tel ou tel detail on peut diverger avec respect.
    Toutefois (car entre galeriens il y’a toujours un toutefois n’est ce pas? sinon betelna lol )je suis decu que vous pensiez que bouteflika soit votre president, en ce qui me concerne je ne lui accorde pas ce titre( a lui, ceux qui l’ont fait, ces « larcins et ses larbins » histoire de reprendre un compatriote avec lequel j’ai bcp de « toutefois » mais qui luttent aussi a sa maniere) meme pour la faune et la flore de notre pays encore moins pour moi

    Cordialement
    DB: Merci pour la touchante sympathie que vous me témoignez. Je n’ai jamais dit que Bouteflika était mon Président. Personnellement, je n’ai jamais voté de ma vie, et je n’ai jamais été trompé par le « verdict » des urnes, puisque j’en connais parfaitement le fonctionnement honteux.




    0
  • S.H
    1 juillet 2011 at 23 h 50 min - Reply

    @Monsieur Benchenouf!
    Je vous remercie infiniment frère Benchenouf pour avoir donné la peine de répondre clairement à toutes mes questions sans aucune langue de bois. On constate toujours une certaine lucidité et clairvoyance dans vos propos, vous êtes un digne fils de Cirta, la capitale de Numidie de notre grand aïeul Massinissa. Je suis entièrement satisfait de vos réponses. « La liberté est au bout du fusils » comme disait Mao. Mon propos ne s’inscrit pas dans une démarche violente. Si j’ai repris cette citation, c’est pour dire qu’il faudra des sacrifices. La situation est très délicate, elle est même confuse. Le salut viendra par l’union de tous les Algériens. La marche vers la liberté dépendra de la volonté de nos frères et soeurs d’en découdre une fois pour toute avec cette junte militaire qui a confisqué notre pays.
    Mes remerciements également pour toute l’équipe du Quotidien d’Algérie et notre star Hchicha!
    Tanemmirt nwen, afud igarzen! a3ttakum ssaha!




    0
  • papousse
    2 juillet 2011 at 2 h 04 min - Reply

    Qui est Amar Saïfi alias Abderezak El-Para ???

    Amar Saïfi alias Abdrezak El-Para était effectivement un sous-officier des forces spéciales algériennes. Comme son pseudo l’indique il faisait parti des régiments de l’élite des para-commandos.

    Au départ, il a été affecté parmi quelques uns comme lui à la garde rapprochée des généraux du cabinet noir de l’époque. Et l’affectation « hasardeuse » le fait tomber sur le général Nezzar. Même la fille de celui-ci tomba amoureuse du nouveau garde du corps de papa. Un beau garçon aux yeux clairs pervers de corpulence athlétique et « timide » et « zen » comme un moine de Shaolin.

    Finalement, Nezzar se débarrasse de lui lorsque la nouvelle recrue a failli à sa mission. Et quelle faille ! Une mauvaise garde et couverture pendant un attentat raté de justesse contre le général à El-Biar sur la route de l’ancien stade.

    Par la suite, il fut récupéré par feu général Smain de la DCE et le fait rentré dans la clandestinité en le lâchant sur le terrain pour coordonner le premier groupe de « voyous islamistes » qui exécuteront dans un traquenard les premiers policiers tombés sous les balles de « terroristes » de la rue de la Lyre à Alger en Fév.1992. C’était le début de la descente aux enfers du pays, la fameuse décennie noire.

    El-Para avait évolué dans plusieurs « groupes » de terroristes et de mercenaires. Il a été aussi l’un des rares éléments du DRS à être recommandé par le général Toufik aux américains lors de son passage de ce dernier au pentagone le jour même des attentats de Sept.2001.

    En effet, El-Para fut envoyé quelques temps après pour une « formation spéciale » de deux ans à Fort-Bragg aux États-Unis à l’école des «Rambos». Il avait bénéficié de la même formation que les agents du SSB (Strategic Support Branch), la nouvelle section du soutien stratégique de la CIA, un nouveau corps d’élite d’actions clandestines et de renseignements humains, crée après les attentas de Ben Laden par Donald Rumsfeld en cachette du Congrès et du sénat américain.

    Après sa formation de Rambo, il retourne au pays et s’installe comme par hasard dans la région tampon Sahara-sahel, tout en recrutant auprès de lui d’anciens du GSPC et des recommandés de Belmokhtar, l’agent terroriste saharien du DRS.

    Toujours était-il qu’il avait bien compris l’essence de son stage américain en mettant en exergue médiatique la « théorie de la banane américaine du sahel » en kidnappant et séquestrant des touristes européens pendant plusieurs semaines dans le Sahara.
    Ils ont été relâchés après que le gouvernement allemand ait payé une rançon de plus de 5 millions d’euro. En réalité, c’était la facture à payer pour tout le personnel engagé dans cette opération machiavélique américano-algérienne.

    El-Para est un agent double de haut calibre, je doute fort qu’il soit jugé par les pantins de la justice algérienne. En plus, il s’est avéré que l’été passé, Amar Saïfi s’est marié en organisant les festivités au club des lapins sous l’œil vigilant du GIS, le bras armé du DRS. Qui dit mieux ?

    =========================
    Je crois que vous allez un peu loin avec vos élucubrations? Non?
    Salah-Eddine




    0
  • anonymous
    5 décembre 2013 at 12 h 18 min - Reply

    mois je suis un membre du drs le seul consielle que je vous donne et ne juger pas son voir avec vous propres yeus car dans la vie il ya toujour les bonne et les movie comme on la dans la drs une lute entre 3 clan .. les diabolique les medium les anges gardian de cette nation
    sa va changer
    =====================================
    Merci pour vos conseils, Mr des srabess.
    Salah-Eddine.




    0
    • Mohamed J.
      5 décembre 2013 at 18 h 09 min - Reply

      Non ce ne sont pas des conseils venant des USA, d’Angleterre, ou d’ailleurs, c’est l’affirmation que dans les srabess il y a des gens qui travaillent au bien être de l’Algérie, ce dont personne de sensé ne doute. Mais on ne demande qu’a voir, n’est ce pas ce à quoi tous nous aspirons ?
      Vite qu’on vote librement pour désigner nos représentants comme nous le souhaitons!




      0
  • Afif
    5 décembre 2013 at 20 h 42 min - Reply

    @ chami :

    Tu dis : »comme cela c’est passé en turquie ».

    En Turquie, le parti islamiste d’Erdogan n’est pas complexé vis-à-vis de l’Occident. Tout islamiste qu’il est, il demande l’intégration de la Turquie dans la Communauté européenne en grande majorité chrétienne.

    Avec cette demande qui oblige la Turquie à respecter les principes démocratiques, les droits de l’Homme et l’Etat de droit, le parti d’Erdogan a bloqué la main-mise de l’Armée sur le pouvoir en Turquie.

    Bref, entre l’Armée et l’Europe, Erdogan a choisi l’Europe. Pendant ce temps, nous, on passe notre temps à insulter la France et les occidentaux en général. Par conséquent, c’est tout à fait logique que ces derniers préfèrent soutenir les généraux qu’un peuple d’inconscients.




    0
  • Congrès du Changement Démocratique