Édition du
26 March 2017

MALGRÉ UN IMPOSANT DISPOSITIF POLICIER Les avocats réussissent leur marche

Le Soir d’Algérie 30 juin 2011

Pari gagné pour les robes noires. Hier, ils étaient des centaines d’avocats, voire plus d’un millier, à manifester devant l’Assemblée nationale contre le nouveau projet de loi portant organisation de la profession d’avocat. Devant un dispositif policier impressionnant, les avocats ont porté haut et fort leur revendication.
Abder Bettache – Alger (Le Soir) – Le cortège des avocats a réussi à marcher au centre de la capitale, soit près de 200 mètres, distance séparant le tribunal de Sidi-M’hamed sis à la rue Abane-Ramdane de l’Assemblée nationale située au boulevard Zighout-Youcef. Les avocats déterminés à se rassembler devant l’APN ont réussi à forcer le cordon de policiers et atteindre le lieu du sit-in. Scandant notamment «la défense réclame le retrait du projet», ou encore «démissionnez Monsieur le Ministre», les contestataires, conduits par les membres du conseil du barreau d’Alger dont le bâtonnier Sellini et les avocats Benissad, Chaoui, Bouchachi, ont affiché une détermination farouche pour faire entendre leurs voix. «Les auteurs du projet veulent empêcher les avocats de défendre les victimes de l’injustice », a déclaré le bâtonnier de l’Ordre des avocats du barreau d’Alger, Me Abdelmadjid Sellini. Selon lui, le projet de loi portant organisation de la profession, présenté le 8 juin par le ministre de la Justice devant la commission des affaires juridiques de l’APN, limite l’indépendance de la défense. «Des dispositions de ce projet à l’instar de son article 24, constituent une atteinte à l’indépendance de la défense en permettant au représentant du parquet d’empêcher un avocat de plaider et de le renvoyer devant le conseil de discipline s’il juge que sa plaidoirie perturbe l’audience», a commenté Me Amine Sidhoum et d’ajouter : «Nous ne sommes affiliés ni au ministère de la Justice ni au procureur général. Nous appartenons à un Ordre des avocats qui est indépendant. » Hier, devant le siège de l’hémicycle Zighout-Youcef, les robes noires ont bravé l’interdit, en observant un sit-in devant l’APN. «C’est une revendication pour la consécration des libertés », dira un avocat. Pour Me Djediat Mohamed, avocat connu à la cour d’Alger, «il est urgent que les pouvoirs publics retirent ce projet de loi». «Si le pouvoir nous tourne le dos, nous irons vers une grève illimitée et le citoyen sera le premier touché», menacent-ils. Les robes noires exerçant dans la capitale ne comptent pas baisser les bras. Les avocats entendent aller jusqu’au bout pour faire avorter ce texte de loi, actuellement au niveau de l’APN. «La mobilisation est de mise et nos préoccupations sont légitimes. Nous revendiquons la liberté et l’indépendance de la profession d’avocat», explique maître Bouchachi, qui ne comprend pas la démarche du pouvoir. Et d’ajouter : «Notre contestation est justifiée. Si le ministre parle de l’amendement du projet par les députés, nous, on s’interroge pourquoi la tutelle n’a pas opéré des changements avant le renvoi du projet à l’APN». De son côté, Me Noureddine Benissad dira que «les avocats rejettent ce projet de loi globalement et dans le détail, car il est en contradiction avec les dispositions de la Constitution algérienne qui garantissent les droits de la défense. Il n’est pas conforme aux conventions internationales sur les droits de l’homme ratifiées par l’Algérie. Il est le contraire des recommandations de la commission nationale de la réforme de la justice qui préconisent l’indépendance du barreau, le renforcement des droits de la défense et leur promotion ». «Ce projet de loi est de nature liberticide. Il y a une volonté à travers ce texte de porter atteinte aux droits de la défense et de l’indépendance du barreau vis-à-vis du pouvoir exécutif. Nous avons recensé 42 articles où le terme ministre ainsi que 7 articles où le terme ministère sont utilisés et qui ont de véritables interférences depuis l’admission jusqu’aux conditions d’exercice de la profession d’avocat alors que sa profession est censée être une profession libérale et indépendante. Certaines dispositions qui attentent à la libre plaidoirie et à la liberté d’expression sont une épée de Damoclès sur la tête de l’avocat.
A. B.

 


Nombre de lectures : 3557
4 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • IDIR
    30 juin 2011 at 12 h 25 min - Reply

    Les hommes de loi passent à la vitesse supérieure et dégainent l’arme fatale : la protestation dans la rue contre les marchands de sommeil, la justice se réveille. La société civile est solidaire de ce mouvement. C’est une excellente nouvelle pour l’avenir de la nation…




    0
  • guerriere de la lumière
    30 juin 2011 at 13 h 57 min - Reply

    Le bâton à changer de camps juste sur pour 200 mètres!!! pas plus.
    C’est coquins de policiers …. qu’ils sont gentils…ils les ont laissé marcher …Deux Cents Mètres !!! WAW

    Battre le pavé avec des bâtonniers ….c’est une bonne idée !!!

    Mais battre des bâtonniers avec des batons, ça c’est pas bon…!!!! qui te défendra demain???!!!!

    On dirait que la police coquine à bien compris cela!!!

    Ahhh si tous les algériens étaients avocats, on nous aurait évité tellement de coups durs!!!

    Mais au fait, quand je défends quelqu’un…on me dit que tu es l’avocate des pauvres!!!???

    Bein voila!!! je suis avocate …même que j’irais me faire coudre une belle robe noire, avec des pailletes SVP!!!
    Mais je ne comprends pas alors, pourquoi on continu de me rouer de coups ???!!!!????
    Bein, je crois que j’ai compris…je ne doit pas être l’avocate des pauvres…mais l’avocate des diables !!!!!




    0
  • Rachid
    30 juin 2011 at 19 h 22 min - Reply

    Salam alaykoum,

    Ca fait plaisir de constater que certains patriotes avocats ont réussit habilement à prendre le dessus, pour faire, en fin, descendre cette corporation frileuse dans les rues.
    Celle qui connaît les arquanes sur lequel le système s’appui : la loi (peut importe quel soit juste…c’est la loi !?).
    Les mouvements sont présents. Mais le plus dur, maintenant, c’est de permettre « aux patriotes de chaque corporations » de s’unir.
    Les patriotes de chaque corporations doivent s’unir et réaliser une véritable structure : c’est la réalisation de la « société civile », véritable mouvements d’opposition qui est en jeu.
    A partir de là commence la confiance. La confiance du peuple à ce Front commun d’opposition sérieux-massif-structuré. La confiance des militaires dans le sérieux de la démarche. Le début du retournement de veste pour certains…beaucoups.
    Bravo aux avocats.




    0
  • hakimM
    30 juin 2011 at 20 h 05 min - Reply

    Les étudiants seuls ont cassé le mur de la sécurité du régime mafieux.
    Les avocats seuls ont cassé le mur de la sécurité du régime mafieux.
    Les gardes communaux seuls ont cassé le mur de la sécurité du régime mafieux.
    etc.
    Imaginez que tous ceux qui ont affronté le bâton s’unissent les mêmes jours avec d’autres forces a l’attente, le pouvoir va sacrifier des ministres, puis le président puis quelques généraux.
    Il nous manque des personnes qui osent faire des contacts entre opposants de la mafia.




    0
  • Congrès du Changement Démocratique